Archives par mot-clé : Propagande médiatique, politique, idéologique

Rudy Reichstadt fait discrètement disparaître un article d’Eric Zemmour de son site « Conspiracy Watch »

Rudy Reichstadt fait discrètement disparaître un article d'Eric Zemmour de son site
Rudy Reichstadt a récemment fait faire un relooking à son site "Conspiracy Watch", site qui se présente comme anti-"complotisme", mais qui est surtout un outil de promotion d'une idéologie néoconservatrice, islamophobe et pro-israélienne. Critiqué pour y avoir publié des auteurs proches de l'extrême-droite, Rudy Reichstadt vient de discrètement supprimer un article d'Eric Zemmour qui figurait depuis des années sur son site[1].

Il faut dire que Rudy Reichstadt a récemment lancé des accusations de "complotisme" contre le blogueur Olivier Berruyer, et a relayé un message de Jean Quatremer qui qualifie le site de Berruyer "les-crises.fr" d'être "antisémite" (une plainte pour diffamation a été déposée à la fois contre Rudy Reichstadt et Jean Quatremer)[2].
Donc forcément, le fait que Rudy Reichstadt publie lui-même sur son site un auteur condamné par la justice pour provocation à la haine contre les musulmans faisait un peu Tartuffe...

En revanche, "Conspiracy Watch" contient toujours des dizaines d'articles de Pierre-André Taguieff, également contributeur au site d'extrême-droite "Dreuz info" qui se revendique ouvertement "islamophobe".[3]



[1] http://cinquiemecolonne.canalblog.com/archives/2017/07/17/35482566.html
[2] https://www.les-crises.fr/plainte-contre-jean-quatremer-et-rudy-reichstadt-pour-diffamation/
[3] http://www.dreuz.info/2013/01/02/etre-islamophobe-est-un-devoir-civique/

Alter Info l'Information Alternative

ATTENTION L’IDEOLOGIE EST TOUJOURS EN EMBUSCADE DERRIERE LES PRODUCTIONS AMERICAINES : LE DEBAT SUR LE PROJET ‘CONFEDERATE’ DE HBO ET LA QUESTION RACIALE AUX USA

ATTENTION L’IDEOLOGIE EST TOUJOURS EN EMBUSCADE DERRIERE LES PRODUCTIONS AMERICAINES : LE DEBAT SUR LE PROJET ‘CONFEDERATE’ DE HBO ET LA QUESTION RACIALE AUX USA
# PANAFRICOM/
GUERRE CULTURELLE/ ATTENTION L’IDEOLOGIE EST TOUJOURS EN EMBUSCADE
DERRIERE LES PRODUCTIONS AMERICAINES : LE DEBAT SUR LE PROJET
‘CONFEDERATE’ DE HBO ET LA QUESTION RACIALE AUX USA
 
LM pour PANAFRICOM/
Avec AFP – HBO - NNK/ 2017 08 03/
 
Derrière les uchronies et les séries des médias américains,
l’idéologie n’est jamais absente. Et en arrière-plan la guerre
culturelle yankee …
 
« Et si le Sud avait gagné la Guerre de Sécession ? » Voilà le
préambule de la future série, déjà controversée, des créateurs de HBO
("Game of Thrones"), qui en inquiète certains en raison du traitement
réservé à la question raciale. La chaîne câblée HBO, qui produit déjà
"Game of Thrones", a annoncé mi-juillet avoir commandé aux concepteurs
de la saga fantastico-médiévale une nouvelle série, intitulée
"Confederate".
 
Elle imagine que le bloc confédéré a repoussé, durant la Guerre de
Sécession, l'armée de l'Union et ainsi préservé son indépendance. Un
scénario sans doute inspiré (sans le dire) de la BD française «
Hauteville House », qui développe la même Uchronie. L'esclavage aurait
ainsi perduré dans ces Etats confédérés d'Amérique, qui se
prépareraient, toujours selon les éléments de scénario dévoilés
mi-juillet, à une nouvelle guerre civile contre l'Union.
 
DERRIERE LE SCENARIO DE ‘CONFEDERATE’ UNE QUESTION RACIALE TOUJOURS
BIEN ACTUELLE AUX USA !
 
Dès l'annonce de la mise en chantier de cette nouvelle série, dont les
premiers épisodes doivent être diffusés après la dernière saison de
"Game of Thrones", en 2018 ou 2019, les critiques se sont multipliées
sur les réseaux sociaux. "Les mêmes personnes qui donnent dans les
scènes gratuites de viols et qui n'ont aucun personnage important de
couleur vont aborder l'esclavage des Noirs avec nuance", a notamment
ironisé la militante April Reign, à l'origine du mot-clé
#OscarsSoWhite qui avait dénoncé le manque de diversité dans la liste
des nominations aux Oscars 2016. L'activiste faisait référence à "Game
of Thrones", série la plus populaire au monde, et à ses créateurs,
David Benioff et D.B. Weiss, qui seront épaulés sur le projet
"Confederate" par les producteurs Nichelle Tramble Spellman (qui a
travaillé sur la série "The Good Wife") et Malcolm Spellman
("Empire"), tous deux noirs.
 
L'affaire a pris une telle ampleur que le mot-clé #NoConfederate a été
lancé sur les réseaux sociaux. Il est même arrivé en tête des termes
les plus utilisés aux Etats-Unis sur Twitter dimanche soir, lors de la
diffusion sur HBO du troisième épisode de la septième saison de "Game
of Thrones".
 
« L'IMAGINAIRE DES HOMMES BLANCS »
 
Interrogé par un internaute sur l'éventualité de participer à
"Confederate", l'acteur noir Don Cheadle a expliqué que "cela
dépendrait du rôle. Comme toujours". "Mais je suis plus que sceptique
quant au projet en général", a-t-il prévenu sur Twitter. Pour Stephane
Dunn, professeur au Morehouse College, le postulat même pose problème,
"dans la mesure où nous vivons dans une société qui a toujours une
orientation vers la suprématie blanche enracinée en elle".
 
"Nous avons un grand respect pour le débat et les inquiétudes
exprimées au sujet de +Confederate+", a réagi HBO dans une déclaration
écrite, transmise à l'AFP, sans évoquer un éventuel renoncement. "Nous
avons confiance dans le fait que Nichelle, Dan, David et Malcolm vont
aborder ce sujet avec soin et sensibilité. Le projet en est
aujourd'hui à ses débuts, donc nous espérons que les gens vont se
garder de juger avant qu'il n'y ait quelque chose à voir."
 
LE SUCCES DES UCHRONIES
 
L'uchronie, « l'histoire reconstruite telle qu'elle aurait pu se
produire », est à la mode à la télévision: "La servante écarlate"
(Hulu) a connu un immense succès critique, tout comme "Le Maître du
Haut Château" (Amazon) et "SS-GB" (BBC). Toutes ces séries ont été
lancées depuis deux ans. La série d'Amazon imagine les Etats-Unis
conquis par les nazis et par leurs alliés japonais, celle de la BBC
l'invasion du Royaume-Uni par les nazis. Dans la ligne du « Fatherland
» (roman et film) de Robert Harris.
 
Dans le cas de "Confederate", la polémique dépasse le seul sujet du
traitement télévisuel de l'esclavage et concerne tout autant
l'insuffisante diversité derrière la caméra, même si MM. Benioff et
Weiss ont fait appel à deux producteurs noirs. Une polémique du même
ordre est née autour du film "Detroit" (qui évoque les émeutes dans
cette ville en 1967 et la répression qui a visé la communauté noire)
car la réalisatrice et toute l'équipe de production étaient blanches.
 
Pour l'artiste et militante Bree Newsome, le mouvement d'opposition à
"Confederate" "n'est pas qu'une question historique", a-t-elle tweeté
dimanche. "C'est aussi lié au fait que (le genre) fantasy est limité à
l'imaginaire des hommes blancs". "+Confederate+ et d'autres donnent du
crédit aux gens qui dénoncent le fait que des réalisateurs blancs ou
des chaînes blanches conduisent de tels projets, mais c'est parce
qu'ils ont été vraiment mal faits" par le passé, explique Stephane
Dunn. "Il y a un historique", résume-t-il.
 
LM / PANAFRICOM
_______________
 
# PANAFRICOM/
PANAFRIcan action and support COMmittees :
Le Parti d’action du Néopanafricanisme !
 
* Suivre Panafricom-Tv/
https://vimeo.com/panafricomtv
* Découvrir notre WebTv/
http://www.panafricom-tv.com/
* Voir notre Page Officielle Panafricom/
@panafricom https://www.facebook.com/panafricom/
* Aborder notre Idéologie panafricaniste/
Panafricom II - Néopanafricanisme
@Panafricom2 https://www.facebook.com/Panafricom2/
* Panafricom sur Twitter/
@Panafricom https://twitter.com/Panafricom
 

Alter Info l'Information Alternative

SOS ! Nounours sur un glaçon

SOS ! Nounours sur un glaçon

Alors que le contemplais distraitement mes branchouilles de coupes de rosiers en train de se consumer gentiment, la cloche du portail agitée avec vigueur me fit sursauter. La seule personne qui respire dans un voisinage de quelques centaines de mètres à la ronde était là, l'air plutôt revêche. Elle avait humé une fumée suspecte. Horreur! du CO2 se répandait dans l'atmosphère.

Elle tendit un index accusateur en direction du petit tas de braises. Assurément, j'empoisonnais l'air qu'elle respirait. Est-ce que je n'avais pas entendu parler du réchauffement de la planète? J'étais en train d'augmenter la pollution avec mon feu criminel. Savez-vous que c'est interdit?

Son caractère querelleur est connu. Je lui tournai donc le dos, fuyant la discussion. Elle fit semblant de ne pas comprendre que c'était ma manière de lui montrer la porte. Elle continua son sermon et son indignation montait crescendo. Et la montée des eaux dans le Pacifique qui commence déjà à submerger certaines îles et les malheureux réfugiés climatiques, cela vous laisse indifférente? Je n'avais donc pas pitié des pauvres ours polaires voguant sur des morceaux d'iceberg.

 


 

Et puis, et puis... Agacée, je lui ris au nez, ce qui lui cloua le bec et la fit déguerpir.

Nous voilà brouillées à mort. Tant mieux.

Je regroupai tranquillement les cendres et les restes du petit tas de braises qui viendraient nourrir de potasse mes futures courgettes. L'écologie est sauve. Ouf.

 

*

Ce petit incident m'a permis de comprendre à quel point une croyance aussi puissante qu'une religion est en marche. Tout y est, manque de discernement et d'esprit critique, psittacisme, certitude en béton armé. Les fidèles de la nouvelle religion sont farouchement persuadés que les discours des politiciens et de leurs relais médiatiques sont porteurs de LA vérité. Du coup, des armées de Torquemada fanatiques sont prêts à condamner tout hérétique au bûcher à la moindre déviation par rapport à la doxa officielle. L'inquisition est en marche.

L'instillation de la peur dans l'esprit des masses est un moteur capital de la politique. C'est l'arme préférée des gouvernants. Comme l'écrivait le journaliste américain Henry-Louis Mencken (1880-1956): "Tout l'objectif de la pratique politique est de faire en sorte que la populace ait, en permanence, quelque chose à redouter et donc qu'elle réclame bruyamment qu'on assure sa sécurité. On lui fait croire à toutes sortes de menaces et de maléfices, la plupart imaginaires".

Comme il est facile de faire avaler aux masses n'importe quelle baliverne. Un zeste d'émotion, une bonne dose de terreur sous la forme de prévisions apocalyptiques, une campagne médiatique efficace et répétitive et l'affaire est dans le sac.

C'est ainsi que la revue américaine Nation a publié le 18 avril 2017, un article de Juan Cole sous le titre : Cet autre gaz toxique qui tue des Syriens: les émissions de dioxyde de carbone. "Si Trump et ses sbires s'intéressaient vraiment aux enfants tués par des gaz toxiques, ils n'essaieraient pas de rejeter plus encore de CO2 dans l'atmosphère." (https://www.thenation.com/article/the-other-poison-gas-killing-syrians-carbon-dioxide-emissions)

Ciel, on reste sans voix face une telle dose de stupidité. Tant que les petits Syriens n'auraient à se protéger que du CO2 et pas des gaz méphitiques que le pays de M. Cole livre aux coupeurs de têtes anthropophages, nous serions pleinement rassurés pour eux. Mais, hélas, c'est bien la politique imposée à la Syrie par les Juan Cole américains qui nous fait trembler pour les enfants syriens.

Le lavage de cerveau de certains éditorialistes américains fonctionne donc à merveille et cela d'autant mieux qu'ils semblent ignorer que le CO2 n'est nullement un gaz toxique (à ne pas confondre avec CO). Bien au contraire, il est absolument essentiel à la vie sur terre. Sans CO2, pas d'arbres, pas de végétation, pas de micro-organismes…donc pas d'humains. D'ailleurs les scientifiques révèlent que durant certaines périodes glaciales, le taux de CO2 était trois à quatre fois supérieur à celui mesuré aujourd'hui, ce qui disculpe irréfutablement ce gaz des méfaits qui lui sont imputés.

Le CO2 est une molécule indispensable à la vie sur terre et elle existait dans la nature avant l'apparition de l'homme. Or, il est dorénavant si bien considéré comme un poison par les "réchauffistes" qu'ils oublient d'expliquer que tous les gaz composés de plus de trois atomes - ou de deux atomes s'ils sont différents - participent peu ou prou à un effet de serre, à commencer par la vapeur d'eau, dans la mesure où ils absorbent le rayonnement infra rouge.

Mais la nature, dont nous ignorons 90% de son mécanisme, semble absorber parfaitement les petites différences induites par l'activité humaine. Dans l'analyse des prétendus changements climatiques anthropiques des alarmistes professionnels, rien sur l'existence et les cheminements des courants marins, pourquoi des courants chauds et des courants froids; rien sur le mystère de l'apparition et la périodicité d'El Nino ou de la Nina; rien sur le mystère de leur circuit et sur celui leur disparition; rien sur l'énigme des différences de salinité entre des couches de l'eau de mer; rien sur le mystère de l'existence et sur les déplacements des zones de hautes et de basses pressions et sur le régime des vents qui en est la conséquence; et surtout rien sur le fonctionnement du soleil , sur son activité, sur les causes de la présence des taches, sur l'influence que peuvent avoir sur notre planète les orages magnétiques et les violentes explosions observées sur sa couronne; rien sur l'influence du cycle de onze ans de cet astre sur les températures terrestres, sur la couverture nuageuse et sur les vents de la stratosphère, ainsi que sur leur impact sur la troposphère.

Or, on sait que les périodes d'activité solaire "minimale" ont correspondu à la période appelée "petit âge glaciaire" des XVIe-XVIIe siècle. Mais , nos réchauffistes anthropiques, le nez collé sur le guidon au lieu de regarder le ciel, ne jurent que par les gaz à effet de serre d'origine carbonée et ils clament sans complexe que le réchauffement - si réchauffement il y aura, ce qui est loin d'être assuré - que le réchauffement donc sera bloqué si la concentration de gaz à effet de serre, et principalement de CO2, aura "diminué de 40 à 70% entre 2010 et 2050, et devra disparaitre d'ici 2100", afin d'ajouter une louche de terreur à leur potage.

On sait depuis l'enseignement de Socrate transmis par Platon que c'est toujours sous forme de savoir que se présente l'ignorance. Les réchauffistes anthropiques sont une incarnation saisissante de leur arrogante prétention - ou de leur cynisme.

Je reviendrai à la fin du texte sur les causes véritables de leur acharnement sur le malheureux CO2.

Et d'ici là tous les moyens de basse démagogie sont utilisés. Ah, le poncif des ours polaires ! Le malin Al Gore est le génial initiateur de la campagne ciblant le danger que courraient les si mignons ours polaires à cause d'un réchauffement climatique dont nous serions coupables. L'image d'un ours blanc juché sur un morceau de banquise à la dérive, c'est lui, c'était une idée lumineuse du staff d'Al Gore.

 


 

Ce pauvre nounours cramponné à son glaçon en a fait pleurer plus d'un dans les chaumières. Mais rien de plus simple que de réaliser une image parfaite avec Photoshop! D'ailleurs, personne ne s'est demandé où se trouvait le photographe de la jolie image, si bien cadrée, toujours la même, abondamment reprise par tous les médias. Elle est censée illustrer l'horrible catastrophe d'une pauvre bête qui allait mourir de faim sur son glaçon.

Or, tout éthologiste connaisseur de ce mammifère parfaitement adapté à son environnement, sait que les ours polaires peuvent nager sans difficulté deux cents kilomètres et qu'ils ne sont nullement gênés par une diminution, d'ailleurs saisonnière, de la glace polaire. S'il arrivait, dans la vraie vie, qu'un ours facétieux, un ours en chair, en os et en poils, réussisse à grimper sur un morceau de banquise à la dérive, ce ne peut être que par plaisir ou parce que son instinct lui a fait juger ce promontoire particulièrement propice à la chasse.

La population d'ours blancs, avait diminué, mais pas du tout à cause de la fonte saisonnière de la banquise, mais en raison d'une chasse intensive. Elle a si bien ré-augmenté que la traque est de nouveau ouverte à l'encontre de cette pauvre bête et aucun écolo-verdâtre ne réagit à ce massacre.

Al Gore, ex-vice-président des Etats-Unis, initiateur et gourou du réchauffement climatique - mais derrière lequel avance Goldman-Sachs - est bien à l'origine de l'hystérie qui a envahi la planète avec son documentaire Une vérité qui dérange (2006).

L'apocalypse était censée pour demain: la fonte d'un gigantesque glacier du Groenland, la banquise tant en arctique qu'en antarctique allaient fondre comme un esquimeau chocolaté sous l'équateur et augmenter le niveau global de la mer de... six mètres, pas moins - la hauteur d'un immeuble de deux étages! Les côtes de l'Europe et de l'Amérique sous les eaux, des millions de "réfugiés climatiques" en Europe même, le Gulf Stream refroidi par l'apport de toute cette eau glaciale. Tous ces malheurs en chaîne créeraient une situation dramatique dans les Etats côtiers du Vieux Monde .

Bref, le scénario du film Le jour d'après, qui décrit la catastrophe de New-York submergée par la glace. Ainsi, à en croire le pape de la religion du réchauffisme, le réchauffement du climat …produirait un froid glaciaire!

Et la faute à qui et à quoi ?A l'homme et à son usage des énergies fossiles qui produisent du CO2. Diminuons donc les rejets de ce pelé, de ce galeux. Il ne reste que "très peu de temps" pour agir pour la planète reprennent en écho afficionados du GIEC. Mais "nous avons les moyens de limiter le changement climatique", estime aujourd'hui encore Rajendra Kumar Pachauri, l'actuel président du Groupement intergouvernemental de recherche sur le climat, le complice et la caution "scientifique" d'Al Gore, avec lequel il a partagé le prix Nobel de la paix en 2007.

Tout cet échafaudage repose sur des "modèles" climatiques, des courbes et des graphiques d'apparence irréfutable. Mais, en douce, les réchauffistes prennent soin d'écarter les données qui ne confirment pas la doxa officielle. Ils se livrent même à des "ajustements" subreptices afin de maintenir le principe que nous vivons un réchauffement "sans précédent", afin de maintenir la pression sur les gouvernants et le bon peuple qui n'imaginent pas qu'il pourrait y avoir une intention malfaisante dans un organisme officiel parrainé par l'ONU.

Et pourtant...

Comme l'a révélé le Climategate bienvenu, la tricherie est partout. Un grand nombre de courriers électroniques envoyés par divers scientifiques "climato-alarmistes" ont été révélés. Mais la presse officielle s'est d'une timidité remarquable dans la couverture de révélations fracassantes.

Et pourtant...

On voit alors tous ces gourous réchauffistes discuter entre eux sur la meilleure façon de supprimer les opinions différentes des leurs. Ils demandent comment faire disparaître les observations qui les gênent. Ils complotent sur les procédés les plus efficaces destinés à intimider les éditeurs de revues scientifiques. Ils se demandent même comment manipuler les données d'observation.

L'objectif est clair: il s'agit d'être le plus terrifiant possible et de supprimer tout ce qui ne confirme pas leur pseudo théorie. Il n'en demeure pas moins qu'il s'agit de graves escroqueries à la fois scientifiques et politiques dont les conséquences sont dramatiques sur la carrière des chercheurs honnêtes, ainsi que sur les décisions politiques et économiques des Etats. Les manipulateurs auraient mérité d'être traînés devant les tribunaux. Mais rien.

Contrairement aux prévisions des "modèles" du GIEC, les variations constatées du niveau de la mer sont infimes et peuvent être causées par des modifications normales du niveau du sol, par une activité volcanique ou par un tremblement de terre. La preuve qu'il n'y a aucun danger à ce sujet, c'est qu'Al Gore a lourdement investi dans des propriétés en bord de mer et qu'il fait donc fi de sa propre propagande alarmiste de montée des eaux!

Toujours dans le même objectif de terroriser les populations, il s'agit pour le synode des réchauffistes d'attribuer au "réchauffement climatique anthropique" la responsabilité des tornades, des ouragans, des sécheresses, des inondations (Katrina, snif !), un printemps trop chaud, un été trop froid, alors que les scientifiques honnêtes relèvent que ces évènements ont toujours existé et n'ont rien à voir avec le CO2 rejeté par l'activité humaine. A les entendre, le réchauffement climatique serait la cause de tout et de n'importe quoi.

Comme le disait avec humour Vladimir Poutine, un peu de réchauffement ne nous déplairait pas. Il disait aussi que le climat obéit à des variations cycliques et que les hommes n'y peuvent rien.

Et pourtant, contrairement à Donald Trump, il ne s'est pas opposé aux conclusions de la grand messe de la COP21 présidée par un Laurent Fabius plus bouffi de prétention que jamais, n'ayant, évidemment aucune compétence scientifique en la matière et n'ayant pas cherché à en acquérir.

La Russie comprend qu'il est impossible d'arrêter un torrent furieux et qu'il arrivera un moment où le principe de réalité prévaudra. "Il faut savoir hurler avec les loups", écrivait Plaute. Sagesse reprise par notre Corneille:

Une vertu parfaite a besoin de prudence
Et doit considérer, pour son propre intérêt
Et les temps où l'on vit et les lieux où l'on est.

Contrairement aux prévisions alarmistes du GIEC, la température moyenne annuelle globale est stable depuis 1997, pas la moindre trace de réchauffement. Les niveaux océaniques n'ont monté que d'un millimètre et demi, ce qui est insignifiant et ne peut être attribué à aucune cause réellement isolable. Quant à la banquise australe, elle atteint des records de superficie. La somme des surfaces des deux banquises est à peu de chose près constante, même si la banquise boréale a légèrement et momentanément diminué.

Nous voilà pleinement rassurés pour les ours blancs... si les chasseurs de fourrure leur prêtent vie.

 

*

 

J'en viens à la géniale invention des financiers: la taxe carbone.

a

On entre cette fois dans le dur de l'opération.

En effet, l'escroquerie ne serait pas complète si elle n'avait pas débouché sur des manipulations financières. Je passe sur les magouilles de telle ou telle équipe de fricoteurs notamment du "milieu affairiste franco-israélien", qui en 2009 ont exploité "trois failles originelles ", qu'ils ont immédiatement reniflées, du système d'échange européen de droits à polluer sous la forme de bricolage sur la rétention de la TVA.

Un cerveau de l'une de ces escroqueries s'était candidement étonné: "La faille du système était énorme. Je me demande toujours comment des États ont pu mettre en place un machin pareil ". Les Etats devraient toujours prendre les filous pour conseillers. Les failles, ils ne vivent que de ça et ils sont infaillibles à les détecter.

Mais il est un escroc qui est loin d'être un pied nickelé, je parle d'Al Gore. Non content d'être à l'origine d'une hystérie climatique, habilement créée, alimentée, gonflée, entretenue avec une efficacité diabolique, ce pape du réchauffisme a réussi l'exploit de s'enrichir d'une manière phénoménale via des placements judicieux dans des entreprises qui bénéficient de la législation mise en place par la bourse américaine du carbone.

A partir du moment où les cours de la tonne carbone sont cotés en bourse, l'enfance de l'art a été de séduire suffisamment de complices bien placés afin de se constituer en une sorte de maffia parfaitement honorable en apparence. Ils ont alors pu utiliser leurs nombreux et bienveillants contacts dans les médias afin de diffuser des informations tantôt optimistes, tantôt pessimistes sur l'évolution des données climatiques grossièrement falsifiées. Une machination de haut niveau des cours de la tonne de carbone échangée sur le marché du Chicago Climate eXchange a permis à Al Gore, détenteur d'une part importante des fonds spéculatifs de ce marché, de réaliser de juteuses transactions à terme.

Dans cette escroquerie à plusieurs millions de dollars on trouve les habituels escrocs de Goldman Sachs qui sont à l'origine de la grande crise des subprimes de 2008, David Bloom son ex-directeur et surtout Henri Paulson, qui sera nommé Secrétaire du trésor des Etats-Unis et qui, en récompense des malversations des banquiers et sous le prétexte d'assurer le "sauvetage" de l'économie américaine (le plan Paulson), avait offert aux banques un bonus de sept cents milliards (je dis bien 700 milliards) dont elles refuseront de justifier l'utilisation

Voir L'agonie du dieu dollar .

Dans l'affaire de la cotation boursière de la taxe carbone, la même fine équipe était à l'œuvre.

C'est ainsi que, grâce à une efficace propagande sur une panique artificielle provoquée par un réchauffement climatique anthropique imaginaire, panique gérée avec astuce, persévérance et bénéficiant de complicités mondiales aussi nombreuses que diverses, on devient milliardaire.

a

 


Alter Info l'Information Alternative

La capacité cybernétique de l’Etat islamique « est intacte » en dépit des efforts des Américains

La capacité cybernétique de l’Etat islamique « est intacte » en dépit des efforts des Américains
La portée de l’Etat islamique en matière d’utilisation d’internet est « très largement» intacte en dépit des efforts répétés de certains experts en guerre cybernétique américains, les plus réputés, pour neutraliser sa présence en ligne. Cela fait plus d’un an que le Département de la Défense US a annoncé avoir lancé des attaques cybernétiques contre l’Etat islamique, groupe sunnite qui contrôle de larges portions de la Syrie et de l’Irak.

A l’époque, le Cyber Command du Pentagone (USCYBERCOM) avait mis en place des plans qui incluaient le déploiement de virus informatiques, entre autres armes cybernétiques, contre les serveurs et les réseaux de téléphonie du groupe islamique. Comme le notait alors Intelnews l’idée derrière ce programme était de compromettre sur le web l’image publique du groupe militant et de l’empêcher de mener des attentats contre des cibles à l’étranger. De plus, le Pentagone cherchait à perturber le recrutement en ligne de nouveaux membres pour propager sa propagande et coordonner ses opérations, au travers de communications encryptées.

Cependant, selon le New York Times, le commandement militaire américain n’a pas été satisfait du résultat obtenu par le Cyber Command : le Pentagone a rapidement découvert que les méthodes de cette guerre cybernétique étaient conçues pour des cibles fixes dans des pays comme la Corée du nord ou l’Iran et étaient inefficaces contre une armée cybernétique mobile et polymorphe comme celle de l’Etat islamique. Dans certains cas, les hackers du Pentagone ont fait disparaître des informations en ligne pour les voir réapparaître quelques heures plus tard ailleurs. Par ailleurs, les experts du Cyber Command ont trouvé des informations de ce groupe enregistrées sur le cloud, mais furent incapables de les décrypter.

Pour le Time, l’absence de progrès dans cette guerre contre l’Etat islamique a été une des raisons pour laquelle l’administration du président Obama avait cherché à remplacer l’Amiral Mikes Rogers, chef de l’Agence de Sécurité Nationale, à la tête aussi du Cyber Command, qu’il continue à diriger sous l’administration de Donald Trump.

Traduction et Synthèse : Xavière Jardez

*Source : Intelnews.org

Alter Info l'Information Alternative

Tu battras ta coulpe jusqu’à la LICRA

Tu battras ta coulpe jusqu'à la LICRA
"Steve", élève de terminale en classe CAP n'a rien trouvé de mieux que de dessiner sur son bouquin de français une croix gammée, en plus pour faire bonne mesure l'a écrit "Heil Hittle"... Ouais, un p'tit génie, assez peu doué pour l'orthographe comme il y en a tant en nos collèges et lycées. Mais notre Stevie dessinateur, calligraphier ne pouvais pas savoir oh combien il allait s'en mordre les doigts.
Ca se passe dans un lycée public et voila ti pas que l'on contacte dare-dare les volontaires de la LICRA, au lieu d'un conseiller d'éducation, un professeur, un CPE et autres psychologues, cadres de l'éducation.
Faudrait il croire que ces volontaires soient plus au fait des choses que des professionnels de l'éducation nationale? Ou bien, cette association qui ne veut que le bien de l'humanité est tellement implantée dans les établissements scolaire quelle est devenue incontournable...
Ce pauvre Steve va avoir à faire un parcours du con-battant de pas moins d'un mois et demi.
En hors d'œuvre: rencontre au local de la LICRA, avec deux bénévoles.
Selon eux, je cite: "nous découvrons que Steve manque de vocabulaire, de notions et de repères historiques de base; nous devons lui donner le sens de nombreux mots qui n'ont pas de sens pour lui". L'un des deux bénévoles porte témoignage de ce qu'on vécu les juifs européens dans les années 30 et 40... Fi, des homosexuels, des communistes, des tziganes, des noirs, des résistants, des soldats russes et polonais, ceux là, ne sont pas concernés par la croix gammée et "heil hitl"; bref, Steve doit bien se demander ce qu'il fout là avec ces deux "historiens" à la petite semaine.
Plat de résistance... Visite accompagnée par un bénévole du centre d'histoire de la résistance et de la déportation.
Il doit regarder un film tiré du procès de Klaus Barbie. Il reçoit des informations sur le triste personnage, la ville de Lyon pendant l'occupation, l'assassinat des hottages, la résistance, les collabos etc... Le tête du pauvre Steve à mon humble avis doit être comme une pastèque, lui qui pensait que Barbie était une jolie poupée bimbo... Mais il aurait dit "merci" après ces 3 heures; donc tout n'est pas perdu n'est ce pas!
La poire, le fromage: participation à la cérémonie de lecture des noms des juifs déportés de France.
Il aide à poser les panneau de l'expo: "histoire de l'antisémitisme du moyen âge à nos jours".
Puis il écoute le nom des juifs déportés. De 8 à 12 heures.
Pousse café: Rédaction d'un texte où Steve explique ce qu'il a retenu, compris.
Ce texte parait indiquer que Steve comprend l'écho et les réactions que suscitent les symboles nazis, qu'il peut s'identifier aux victimes juives des nazis et éprouver pour elles (et seulement pour elles) de la compassion et de l'empathie.
Je suis étonné qu'on ait pas exigé qu'il se flagelle en place public et qu'il recrée la montée au Golgotha... Devaient être de bon poil les bénévoles/agents/commissaires de la LICRA ce jour là, pour laisser filer ce chenapan sans éducation, sans tête, mais ayant toutefois dévié, et fait l'apologie du crime suprême, celui contre l'humanité, contre les juifs.
Je restitue le texte du bulletin infos n°27 de la LICRA Rhône-Alpes trouvé sur la table basse d'un collège de la banlieue de Lyon.
Dans cette opuscule laïque et tutti, je lis entre autres, par la main de son président local Alain Blum à propos des élections 2017: - " l'extrême droite qui n'a jamais été aussi près du pouvoir "... (tu t'es planté mon Alain, mais c'est toujours bon de stresser son prochain) -
" l'islam politique qui cherche à déstabiliser les valeurs de notre république "... Mais qui apparemment ne sont pas les tiennes de valeur, car en parlant tolérance t'es pas mal dis donc! -
" et une partie de l'extrême gauche, marionnette de l'islam politique, prônant le parti de la victimologie et sombrant dans l'antisémitisme sous prétexte d'antisionisme "; Ben dis donc mon Blum! Moi qui ais voté Mélenchon, j'suis un haïsseur de juifs sans le savoir, j'suis au service des islamofachistes, des mollah, des fous d'Allah? Pis, tu manques pas d'air avec "le parti de la victimologie"...Suivez mon regard!!!

Pour faire court, si Steve avait été mon fiston, aucune chance qu'il ne passe par vos fourches caudines et orientées... De plus, distribuer ce genre de revue propagandiste dans un collège public ai plus que choquant, ce qui prouve bien que l'éducation nationale ne sait pas tenir à distance ce genre d'association, qui je dois dire il y a bien longtemps eu le courage de se dresser contre les camelots du roi... mais c'était les années 30. Aujourd'hui, ce n'est qu'un prétexte: car le "R" de LICRA, le racisme? Où est il visible dans cette association seulement gouvernée par des citoyens de confession judaïque. Pas un noir, pas un asiatique, pas un arabe, pas, pas, pas!
Ce que je veux dire pour conclure c'est que le "devoir de mémoire" ne peut être imposé, il doit être accepté comme une évidence. Et lorsqu'on entend l'hystérie "quenelliere" du président national, Alain Jakubowicz, ce n'est pas avec un tel zigoto que les masses s'éloigneront "de la bête immonde à chemise brune". Et n'est pas avec ce genre de parution, qui selon moi se montre contreproductive, car, cela ressemble trop à un communautariste caché sous les oripeaux de la lutte contre le "racisme" et l'antisémitisme afin de faire passer un message, diffus mais omniprésent; Trop-trop présent!!!

Georges Zeter/Juin 2017
 

Alter Info l'Information Alternative

Affrontement au Bilderberg 2017

Alors que le président Trump semble avoir plus ou moins réglé ses problèmes d’autorité intérieure, le conflit se déplace au sein de l’Otan : Washington plaide contre la manipulation du terrorisme, tandis que Londres n’entend pas abandonner un outil si efficace pour son influence. Le Groupe de Bilderberg, initialement organisé comme une caisse de résonance de l’Alliance, vient d’être le théâtre d’un difficile débat entre partisans et adversaires de l’impérialisme au Moyen-Orient.
Affrontement au Bilderberg 2017
Cet article a été rédigé le 4 juin 2017. Il ne mentionne donc pas l’actuelle crise diplomatique au Moyen-Orient même si celle-ci en confirme les hypothèses. Deux camps commencent à se former : d’un côté le Qatar et le Royaume-Uni, déjà officiellement soutenus par l’Iran, la Turquie et le Hamas ; de l’autre l’Arabie saoudite et les États-Unis déjà soutenus par le Bahreïn, l’Égypte, les Émirats arabes unis, Israël, la Libye (gouvernement de Baïda), les Maldives, Maurice et le Yémen (gouvernement d’Abdrabbo Mansour Hadi).

Le Groupe de Bilderberg a été créé, en 1954, par la CIA et le MI6 pour soutenir l’Alliance atlantique. Il s’agissait de réunir des personnalités du monde économique et médiatique avec des responsables politiques et militaires de manière à sensibiliser la société civile face au « péril rouge ». Loin d’être un lieu de décision, ce club très fermé a historiquement été un forum où les anciens devaient rivaliser de fidélité à Londres et Washington et les plus jeunes montrer que l’on pouvait avoir confiance en eux contre les Soviétiques [1].

C’est lors de la réunion annuelle de 1979 que Bernard Lewis révéla aux présents le rôle des Frères musulmans contre le gouvernement communiste afghan. L’islamologue britano-israélo-états-unien y avait alors proposé d’étendre la « guerre pour la Liberté » (sic) à toute l’Asie centrale.

C’est en 2008, c’est-à-dire deux ans et demi à l’avance, que Basma Kodmani (la future porte-parole de l’opposition syrienne) et Volker Perthes (le futur conseiller de Jeffrey Feltman pour la capitulation totale et inconditionnelle de la Syrie [2]) y expliquèrent tout l’intérêt de soutenir les Frères musulmans pour dominer le Moyen-Orient. Ils soulignèrent la « modération » de la Confrérie face à l’Occident et le contraste offert par le souverainisme « extrémiste » de l’Iran et de la Syrie [3].

Et c’est en 2013 que le leader du patronat allemand, Ulrich Grillo, y plaida pour l’organisation d’une migration massive de 800 000 travailleurs syriens vers les usines allemandes [4].
Le Bilderberg 2017

Le Groupe de Bilderberg vient de tenir son meeting 2017, du 1er au 4 juin, aux États-Unis. Contrairement à l’habitude, les 130 participants n’ont pas tous défendu le même projet. Au contraire, suite aux interventions de Donald Trump au sommet arabo-islamo-US et à l’Otan [5], la CIA et le MI6 ont organisé le premier jour un débat opposant les partisans de la lutte contre l’islamisme à ses soutiens. Il s’agissait bien entendu soit de trouver un compromis entre les deux camps, soit de prendre acte des dissensions et de ne pas les laisser détruire l’objectif initial de l’Alliance : la lutte contre la Russie [6].

Côté anti-islamisme (c’est-à-dire opposé non pas à la religion musulmane, mais à l’islam politique façon Sayyid Qutb), on relevait la présence du général H. R. McMaster (conseiller national de sécurité du président Trump) et de son experte Nadia Schadlow. McMaster est un stratège reconnu dont les théories ont été vérifiées sur le champ de bataille. Schadlow a surtout travaillé sur la manière de transformer les victoires militaires en réussites politiques. Elle s’est beaucoup intéressée à la restructuration des mouvements politiques dans les pays vaincus. Elle devrait prochainement publier un nouveau livre sur la lutte contre le radicalisme islamique.

Côtés pro-islamisme, on notait pour les États-Unis la présence de John Brenan (ancien directeur de la CIA) et de ses ex-subordonnés Avril Haines et David Cohen (financement du terrorisme). Pour le Royaume-Uni, Sir John Sawers (ancien directeur du MI6 et protecteur de longue date de la Confrérie) et le général Nicholas Houghton (ancien chef d’état-major qui prépara le plan d’invasion terrestre de la Syrie). Pour la France, le général Benoît Puga (ancien chef de l’état-major de l’Élysée et commandant des Forces spéciales en Syrie) et Bruno Tertrais (stratège néo-conservateur du ministère de la Défense). Enfin, pour le secteur privé, Henry Kravis (directeur du fonds de placement KKR et trésorier officieux de Daesh) et le général David Petraeus (co-fondateur de Daesh).

Et comme si ce déséquilibre n’était pas suffisant, les organisateurs avaient prévu la présence d’experts capables de justifier l’injustifiable comme celle du professeur Niell Fergusson (historien du colonialisme britannique).
Le possible renversement des alliances

Il faudra un peu de temps avant de savoir ce qui s’est dit au cours de cette réunion et pour comprendre les conclusions que les uns et les autres en auront tirées. Cependant nous pouvons d’ores et déjà constater que Londres pousse à un changement de paradigme au Moyen-Orient. Si le modèle du « printemps arabe » (reproduction de la « révolte arabe de 1916 » organisée par Lawrence d’Arabie pour remplacer l’empire ottoman par l’empire britannique) est abandonné, le MI6 espère créer une nouvelle entente sur la base de l’islamisme politique.

De fait, alors que Washington a renouvelé son alliance avec l’Arabie saoudite et l’a convaincue de rompre avec la Confrérie en échange de 110 milliards de dollars d’armement [7], Londres pousse à une entente entre l’Iran, le Qatar, la Turquie et les Frères musulmans. Si ce projet devait être poursuivi, on assisterait à l’abandon du conflit sunnite/chiite et à la création d’un « croissant de l’islam politique » allant de Téhéran, à Doha, Ankara, Idleb, Beyrouth et Gaza. Cette nouvelle donne permettrait au Royaume-Uni de maintenir son influence dans la région.

La seule chose qui semble faire consensus entre les Alliés est la nécessité d’abandonner le principe d’un État jihadiste. Tous admettent qu’il faut faire rentrer le diable dans sa boîte. C’est-à-dire d’en finir avec Daesh, quitte à ce que certains continuent avec Al-Qaïda. C’est pourquoi, inquiet pour sa survie, le Calife auto-proclamé a fait secrètement parvenir un ultimatum à Downing Street et à l’Élysée.
Choisir son camp

On verra dans les prochains mois si le retournement de l’Arabie saoudite est bien réel. Ce serait une bonne nouvelle pour les Syriens, mais une mauvaise pour les Yéménites (que le monde occidental ignorerait alors). Il offre la possibilité au roi Salman de faire évoluer le wahhabisme d’une secte fanatique en une religion normale. D’ores et déjà le soudain conflit qui oppose Riyad à Doha à propos de l’Iran se double d’une polémique sur la possible parenté entre le fondateur de la secte, Mohammed ben Abdelwahhab, et la dynastie qatarie des Al-Thani ; une prétention qui a enragé les Séoud.

Le projet de l’« islam politique » consiste à unir les Frères musulmans aux Khomeinistes. Il implique que l’Iran, voire le Hezbollah, substitue cette problématique à la lutte anti-impérialiste. S’il devait voir le jour, il conduirait certainement l’Iran à se retirer de Syrie. La Maison-Blanche le prend très au sérieux et s’y prépare avec effroi. Donald Trump a déjà désigné Téhéran comme son nouvel ennemi dans son discours de Riyad et il vient de nommer Michaël D’Andrea (qui organisa l’assassinat d’Imad Mougniyeh à Damas, en 2008) comme responsable de la section iranienne de la CIA [8].

La Russie s’était préparée à une éventuelle nouvelle donne au Moyen-Orient. Elle a ainsi poursuivi son ambition d’accéder aux « eaux chaudes » en soutenant la Syrie et de pouvoir circuler à travers les détroits des Dardanelles et du Bosphore (indispensables pour entrer en Méditerranée) en se rapprochant de son adversaire héréditaire, la Turquie. Toutefois, à terme, l’islam politique ne pourra que lui causer des problèmes dans le Caucase.

Comme toujours lorsque les joueurs battent leurs cartes, chacun doit se positionner. Le Royaume-Uni défend son Empire, la France sa classe dirigeante et les États-Unis son peuple. Au Moyen-Orient certains se battront pour leur communauté, d’autres pour leurs idées. Mais les choses ne sont pas toujours aussi simples. Ainsi, l’Iran pourrait suivre l’idéal de l’imam Khomeiny en confondant la fin et les moyens. Ce qui était au départ une révolution anti-impérialiste menée avec la force de l’islam pourrait se muer en une simple affirmation de l’usage politique de cette religion.
Les conséquences dans le reste du monde

Le MI6 et la CIA ont pris un grand risque en invitant un non-atlantiste à la réunion du Bilderberg 2017. L’ambassadeur de Chine, Cui Tiankai, qui ne devait intervenir que le quatrième jour du séminaire, a donc pu évaluer dès le premier jour les positions de chaque membre de l’Otan.

D’un côté Pékin mise sur la collaboration de Donald Trump, l’ouverture des États-Unis à sa Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures (AIIB), et le développement de toutes ses routes commerciales. De l’autre, il espère que le Brexit se traduira par une alliance économique et financière avec Londres [9].

L’ambassadeur Cui, qui fut le directeur du Centre de recherche politique du ministère chinois des Affaires étrangères, pourrait donc apparemment se satisfaire d’une simple destruction de Daesh. Mais il n’est pas sans ignorer que ceux qui ont organisé le Califat pour couper la « route de la soie » en Irak et en Syrie, puis la guerre en Ukraine pour couper la « nouvelle route de la soie », se préparent préventivement à ouvrir un troisième front aux Philippines et un quatrième au Venezuela pour couper d’autres projets de communication..

De ce point de vue, la Chine, qui comme la Russie a intérêt à soutenir Donald Trump ne serait-ce que pour prévenir le terrorisme dans son propre pays, s’interrogera sur les possibles conséquences à long terme d’une hégémonie britannique dans le « croissant de l’islam politique ».




[1] « Ce que vous ignorez sur le Groupe de Bilderberg », Thierry Meyssan, Komsomolskaïa Pravda/Réseau Voltaire, 9 avril 2011.

[2] « L’Allemagne et l’Onu contre la Syrie », par Thierry Meyssan, Al-Watan (Syrie) , Réseau Voltaire, 28 janvier 2016.

[3] Sous nos yeux. Du 11-Septembre à Donald Trump, Thierry Meyssan, Editions Demi-lune, 2017.

[4] « Comment l’Union européenne manipule les réfugiés syriens », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 2 mai 2016.

[5] « Trump avance ses pions », par Thierry Meyssan, Al-Watan (Syrie) , Réseau Voltaire, 30 mai 2017.

[6] « La réunion 2017 du Groupe de Bilderberg », Réseau Voltaire, 1er juin 2017.

[7] « Donald Trump contre le jihadisme », par Thierry Meyssan, Al-Watan (Syrie) , Réseau Voltaire, 23 mai 2017.

[8] « La CIA prépare des opérations secrètes dures contre l’Iran », Réseau Voltaire, 3 juin 2017.

[9] « Le Brexit redistribue la géopolitique mondiale », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 27 juin 2016.


Alter Info l'Information Alternative

L’Arabie saoudite engagera-t-elle la bataille en Iran – avec la bénédiction des États-Unis ?

Les propos fortement anti-iraniens du vice-prince héritier d’Arabie saoudite révèlent un consensus croissant et soutenu par les États-Unis selon lequel il est temps de contrer l’Iran
L’Arabie saoudite engagera-t-elle la bataille en Iran – avec la bénédiction des États-Unis ?
Les propos extrêmement dangereux formulés la semaine dernière par le vice-prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Salmane au sujet de l’Iran signalent une position beaucoup plus hostile, laquelle va bien au-delà la condamnation et de la rupture des liens qui ont eu lieu en janvier 2016.

Les propos de ben Salmane ont été formulés mardi dernier au cours d’une interview d’une heure diffusée simultanément sur plusieurs chaînes de télévision publiques et privées en Arabie saoudite et dans d’autres pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG), une diffusion exceptionnelle qui souligne l’importance de cette interview.

Le vice-prince héritier a longuement parlé de plusieurs problèmes intérieurs et économiques dans le but de répondre aux préoccupations locales concernant l’économie saoudienne. Ensuite, il s’est penché sur des questions régionales, avant bien sûr d’évoquer l’Iran.

Interrogé sur la question du dialogue avec le rival régional saoudien, il a simplement fermé la porte à toute possibilité future : « Comment puis-je avoir un dialogue significatif avec un individu ou un régime qui a une solide conviction [...] que son régime est construit sur une idéologie extrémiste énoncée dans sa Constitution et énoncée dans la volonté de [l’ancien dirigeant iranien, l’ayatollah Rouhollah] Khomeini qu’ils devaient contrôler [...] le monde islamique et diffuser leur propre chiisme duodécimain dans tout le monde islamique jusqu’à ce que le Mahdi arrive ? Comment puis-je le convaincre ? »

Ben Salmane a ensuite affirmé ce qui a fait l’objet de déclarations et de mises en garde de nombreux analystes et observateurs du Conseil de coopération du Golfe (CCG), mais ce dont aucun responsable saoudien n’avait encore discuté publiquement.

« Nous savons que le but du régime iranien est d’atteindre le point focal des musulmans [La Mecque] », a-t-il dit, avant d’ajouter, de façon étonnante : « Nous n’attendrons pas que les combats arrivent en Arabie saoudite et nous ferons en sorte que la bataille soit dans leur camp, en Iran, pas en Arabie saoudite. »
Un consensus régional contre l’Iran

Des propos de ce type n’ont pas été prononcés n’importe comment par le vice-prince héritier, qui détient des portefeuilles clés en Arabie saoudite.

Il est avant tout ministre de la Défense, chef de la Cour royale des Saoud et président du Conseil des affaires économiques et du développement. À la fin du mois dernier, un centre de sécurité nationale a été créé sous la responsabilité de la cour royale qu’il dirige.

Ses propos surviennent dans un climat de consensus régional qui se forme contre l’Iran, avec le soutien des États-Unis.

À la mi-mars, la Ligue arabe a vivement dénoncé les agissements de l’Iran dans la région. À la fin du mois, le commandant américain du CENTCOM, qui supervise les opérations militaires au Moyen-Orient, a décrit l’Iran devant le Congrès comme « la menace la plus importante » au Moyen-Orient et a exigé des mesures plus sévères contre ce pays.

Immédiatement après le retour de Ben Salmane de son voyage aux États-Unis, qualifié de « tournant »par le président américain Donald Trump, le ministère égyptien des Affaires étrangères a balayé les récentes tensions saoudo-égyptiennes, décrivant plutôt l’importance « stratégique » des relations entre les deux poids lourds traditionnels du monde arabe et critiquant l’ingérence de l’Iran dans la région.

Il a également été fait état de perspectives d’une « OTAN du Moyen-Orient », qui comprendrait les alliés arabes des États-Unis ainsi qu’Israël dans le but spécifique de contrer l’Iran.
Les vulnérabilités intérieures de l’Iran

Ben Salmane n’est pas le premier à évoquer l’idée d’engager la bataille en Iran.

La vice-conseillère américaine à la sécurité nationale des États-Unis Kathleen « K.T. » McFarland a discuté à plusieurs reprises de l’idée de susciter le mécontentement en Iran. Plus précisément, elle a suggéré d’exploiter les aspirations non satisfaites des jeunes Iraniens, restreints par la censure sur Internet.

« Nous pouvons détruire le cyber-mur dès que nous le voulons, et on pourra alors s’occuper de la population », a déclaré McFarland. « Ils ont promis énormément de choses à leur peuple et, s’ils ne peuvent pas tenir parole, ils auront des problèmes de sécurité intérieure. »

Dans son interview, Ben Salmane a formulé des propos similaires sur les déceptions connues par la jeunesse iranienne, que l’Iran prive selon lui de développement depuis 30 ans en poursuivant à la place une idéologie extrémiste et expansionniste.

Les aspirations non satisfaites à la liberté et à un meilleur niveau de vie des jeunes Iraniens ont peut-être été exprimées plus clairement après que Mahmoud Ahmadinejad a été annoncé vainqueur pour un second mandat à l’issue des élections présidentielles iraniennes de 2009.

Des protestations ont alors éclaté après des accusations de fraude et de violations généralisées du processus électoral. Les protestations ont été menées par des candidats de l’opposition aux élections – Mir Hossein Moussavi et Mehdi Karroubi – et sont connues sous le nom de « Jonbesh-e Sabz », ou « Mouvement vert ». Les millions d’Iraniens qui sont descendus dans les rues ont finalement fait face à la brutalité des forces de sécurité iraniennes ; ces protestations ont ainsi fait de nombreux morts et ont été suivies de l’arrestation de centaines de personnes, y compris des personnalités politiques de premier plan.

Aujourd’hui, Moussavi et Karroubi sont toujours assignés à résidence et les tensions entre les factions plus libérales – ou les réformistes – et les conservateurs suscitent toujours des controverses et polarisent l’Iran.

Dans un discours enflammé de soutien à Ebrahim Raisi, le principal candidat conservateur à la présidence en Iran, Hassan Abbasi, officier et principal stratège conservateur du corps des Gardiens de la révolution islamique, a déclaré que « dans un avenir proche », Moussavi, Karroubi et l’ancien président Seyyed Mohammad Khatami seraient jugés puis exécutés.
La discrimination ethno-religieuse

On pourrait s’étendre sur la mise sous silence et la répression que l’opposition subit encore en Iran. Cependant, ces tensions ne sont pas la seule source de vulnérabilité pour le régime iranien.

L’Iran est un pays multiethnique, multilingue et multireligieux, mais cette diversité n’est pas toujours respectée par le régime. Les sunnites en Iran, qui sont plusieurs millions, subissent un traitement sévère et n’ont même pas la moindre mosquée à Téhéran ou dans des grandes villes comme Ispahan, Chiraz et Machhad. Les autorités détruisent régulièrement les espaces privés que les sunnites créent à l’écart du public.

L’Iran comporte également une population kurde considérable qui a connu sa part d’oppression. De même, les Arabes de la région d’Ahvaz – une région du sud de l’Iran qui borde l’Irak – ont fréquemment exprimé leur désaccord face au racisme et à la marginalisation, bien que là la discrimination ne soit pas fondée sur la religion, puisque la majorité d’entre eux sont chiites. De même, les Baloutches à l’est, qui vivent dans les régions les plus pauvres et les moins développées du pays, font face à l’oppression et entretiennent des organisations séparatistes militantes dans leurs régions.

Ces graves vulnérabilités du régime iranien pourraient être exploitées à l’étranger. Sans surprise, quelques jours après les propos de Ben Salmane, le ministre iranien des Affaires étrangères a décrit l’attaque de janvier 2016 contre l’ambassade d’Arabie saoudite à Téhéran, qui a entraîné la rupture des relations, comme « une bêtise et une trahison historique ».

Avec le soutien des États-Unis, l’Arabie saoudite pourrait très bien agir à l’avenir selon la proposition de Ben Salmane et, si l’Iran maintient ses politiques dans la région, cela ne serait pas surprenant.

Certaines voix au sein du CCG ont déjà appelé à agir de la sorte. Cette fois-ci, la diplomatie habile de l’Iran pourrait ne pas suffire pour empêcher ces voix de s’élever. Un changement est peut-être nécessaire dans ses politiques régionales.



- Mustafa Salama, analyste politique, consultant et auteur indépendant, possède une formation universitaire spécialisée sur le Moyen-Orient.

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale de Middle East Eye.

Photo : le président américain Donald Trump et Mohammed Ben Salmane, vice-prince héritier et ministre de la Défense d’Arabie saoudite, s’expriment devant les médias au Bureau ovale de la Maison Blanche, à Washington, D.C., le 14 mars 2017 (AFP).

Alter Info l'Information Alternative

Spectacle terroriste pour éliminer Mélenchon

Terrorisme - Comme en 2002, l'ambiance médiatique de cette fin de campagne électorale 2017 est calculée pour favoriser Le Pen et éliminer la gauche. En tout cas, ce spectacle terroriste sensé "prouver" que c'est la guerre est a priori très défavorable à Mélenchon, qui a axé sa campagne sur la paix. Ce spectacle a été organisé afin de l'empêcher d'accéder au second tour, exactement comme "on" avait éliminé Jospin en 2002.
Spectacle terroriste pour éliminer Mélenchon
Terrorisme - Comme en 2002, l'ambiance médiatique de cette fin de campagne électorale 2017 est calculée pour favoriser Le Pen et éliminer la gauche.
Bonjour à toutes et à tous,
Le spectacle de terrorisme mis en scène en cette fin de campagne électorale 2017 ressemble à s'y méprendre au spectacle des "sales Arabes" organisé juste avant la fin de la campagne électorale 2002. Souvenez-vous, en 2002, tout était joué, le second tour aurait lieu entre Chirac et Jospin, et Jospin l'emporterait sans coup férir. Mais, Jean-Marie le Pen était le troisième homme et n'était pas très loin de Jospin pour le premier tour. C'est alors que trois jours avant le premier tour de 2002, on nous montra tous les jours à la télé, et sur toutes les chaines, à la une de toutes les infos, le spectacle de "sales Arabes" qui avaient torturé un petit vieux pour lui soustraire ses économies. Je revois encore sa figure toute déformée par les coups. C'est ainsi que Le Pen fut sélectionné par le pouvoir pour le second tour à la place de Jospin. Et c'est ainsi que Chirac devint président avec un score stalinien de 82%. Il avait promis que si les électeurs de gauche votaient pour lui, il en tiendrait compte pour sa politique. Bien sûr, vous savez ce qu'est une promesse électorale, elle n'engage que ceux qui y croient, comme disait Pasqua. Que nous arrive-t-il en cette fin de campagne électorale 2017 ? exactement la même chose : de "sales Arabes"... non, cette fois-ci ils n'ont pas torturé un petit vieux, la mode étant plutôt au spectacle terroriste... C'est un policier que les "terroristes arabes" ont assassiné. Comme en 2002, ce spectacle a été mis en scène pour faire monter le Pen. Le pouvoir tient à ce qu'elle soit au second tour, et avec beaucoup de voix. Peut-être la Le Pen prendra ces voix à Fillon afin d'assurer que Macron soit en seconde place ? Ou bien les prendra-t-elle plutôt à Macron, et Fillon sera sélectionné au second tour ? N'ayant aucun accès aux sondages secrets des services de renseignement français, il m'est difficile de donner tout de suite une réponse. Il faudra donc attendre dimanche soir pour savoir. En tout cas, ce spectacle terroriste sensé "prouver" que c'est la guerre est a priori très défavorable à Mélenchon, qui a axé sa campagne sur la paix. Ce spectacle a été organisé afin de l'empêcher d'accéder au second tour, exactement comme "on" avait éliminé Jospin en 2002. Bien à vous,
do
http://mai68.org/spip2 Sur 2002, voici un extrait de l'article suivant publié le 20 avril 2012: http://www.francetvinfo.fr/politique/il-y-a-dix-ans-le-21-avril-2002-lionel-jospin-etait-elimine-au-premier-tour_265655.html Très axée, comme l'avait voulu Jacques Chirac, sur le thème de l'insécurité, la campagne médiatique se conclut en apothéose sur les images de Paul Voise: http://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Paul_Voise Le 20 avril 2002, les images du visage tuméfié de ce retraité de 72 ans, qui aurait été agressé par deux jeunes, tournent en boucle sur TF1 et LCI, à deux jours du premier tour.Quand l'affaire se conclut en 2005 par un non-lieu, elle n'intéresse plus personne. L'auteur de l'attentat du 20 avril 2017 à Paris est un mercenaire au service de la France: https://strategika51.wordpress.com/2017/04/21/paris-les-medias-peinent-a-cacher-les-anomalies-flagrantes-dun-mercenaire-perdu/ Extrait: L’auteur présumé de la fusillade des Champs-Elysées à Paris est loin d’être un inconnu. C’est un criminel multi-récidiviste qui aurait dû purger une peine à perpétuité en prison pour tentative d’homicide et attaques à main armée mais qui a été libéré en échange d’oeuvrer à recruter des mercenaires et les accompagner en Syrie pour participer au reversement du gouvernement syrien. FAIRE CIRCULER RAPIDEMENT !

Alter Info l'Information Alternative

ATTENTAT AUX CHAMPS ELYSEES DEJA REVENDIQUE PAR DAECH : ‘TERRORISME’ DIT HOLLANDE !

ATTENTAT AUX CHAMPS ELYSEES DEJA REVENDIQUE PAR DAECH : ‘TERRORISME’ DIT HOLLANDE !
# LUCMICHEL. NET/ ATTENTAT AUX CHAMPS ELYSEES DEJA REVENDIQUE PAR DAECH : ‘TERRORISME’ DIT HOLLANDE !

LM/ En Bref/ 2017 04 20 (23h30)/

«Terrorisme: Un policier tué par un homme armé sur les Champs-Elysées, l'assaillant abattu, un complice venu de Belgique recherché, l'EI revendique l'attaque »
- AFP (20 avril, 23H).

Hollande: «Les pistes sont d'ordre terroriste» !
Le président Hollande s'est exprimé sur le perron de l'Elysée. Les principaux extraits de son intervention. «Une attaque est intervenue visant des policiers et le car qui les abritait. Un policier a été tué, deux autres blessés. Une passante a été touchée. Tout le quartier a été bouclé. Nous sommes convaincus que les pistes sont d'ordre terroriste (…) Nos concitoyens doivent être protégés, ils le sont et ils le seront. »

QUE S’EST-IL VRAIMENT PASSE ?

Dans le ciel, la torche d'un hélicoptère de la police balaie les rues. Des policiers lourdement armés hurlent aux passants qui s'approchent de s'en aller. Questionné, un agent refuse de parler d'un attentat pour le moment : «On n'en sait rien !» Au même moment des berlines foncent sur les pavés de l'avenue des Champs-Élysées, totalement évacuée. «Eh Steph', vla les huiles», lâche un policier, casque sur la tête, gilet par balle et arme à la main.
Selon le ministère de l'Intérieur, l'agresseur est arrivé en voiture. Il a ouvert le feu à l'arme automatique sur un car de police en sortant de son véhicule. «Il a tué un policier avant de s'en prendre aux autres en courant», précise-t-on de même source. L'assaillant a été abattu mais deux autres policiers ont été blessés.
Selon le préfet de police, les policiers ont été «délibérément» pris pour cibles. Un syndicaliste policier, interrogé par France Info, indique qu'il est pour l'instant impossible de savoir si les faits relèvent du terrorisme ou s'il s'agit d'un braquage ayant mal tourné.

A MOINS DE TROIS JOURS DE A PRESIDENTIELLE CECI AURA EVIDEMMENT UN IMPACT SUR LE VOTE …

On notera que ce sont les deux candidats jouant sur les peurs xénophobes et le « choc des civilisations » qui se sont emparés les premiers du sujet, dans un effet de dramatisation de l’attentat et comme s’ils étaient visés ! Marine Le Pen et François Fillon ont annulé jeudi soir des déplacements de campagne prévus vendredi, après l'annonce de l'attaque ayant tué un policier sur les Champs-Elysées. Et l’ont largement médiatisé …

LM

#LucMichelPCN #EODE #Russosphere
__________________
Luc MICHEL / Люк МИШЕЛЬ /
https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel/
http://www.lucmichel.net/
@ LucMichelPCN
https://twitter.com/LucMichelPCN

Alter Info l'Information Alternative

Les médias américains rapportent que Trump prépare une « attaque préventive » sur la Corée du Nord

NBC News aux États-Unis a commencé ses nouvelles du soir du 13 avril avec un rapport « exclusif » selon lequel l’administration Trump serait prête à effectuer une « attaque préventive avec des armes classiques » si elle croit que la Corée du Nord est sur le point de mener un autre essai d’armes nucléaires.
Les médias américains rapportent que Trump prépare une « attaque préventive » sur la Corée du Nord
NBC a cité « plusieurs hauts fonctionnaires américains du renseignement » comme source de son rapport.

Les médias américains présentent des images satellites qui auraient montré que le régime nord-coréen est en phase avancée de préparation d’un essai nucléaire sur le site de Punggye-ri, près de la frontière avec la Chine et la Russie. Le régime nord-coréen célèbre ce week-end l’anniversaire de son dictateur fondateur Kim Il-Sung avec des événements majeurs. De telles occasions ont été marquées par le passé par des essais antimissiles à longue portée ou par la détonation d’un dispositif nucléaire.

Le largage jeudi d’un engin Massive Ordnance Air Blast (MOAB – Bombe à effet de souffle d’artillerie lourde) sur ce qui fut décrit comme un réseau de grottes en Afghanistan ne visait pas seulement à tester l’efficacité de la bombe, mais à démontrer que l’armée américaine n’a pas besoin d’utiliser des armes nucléaires pour attaquer les complexes de bunkers souterrains.

Trump a déclaré jeudi après le largage de la MOAB : « Je ne sais pas si cela envoie un message à la Corée du Nord. Cela ne fait aucune différence de toute façon ». Il a déclaré « La Corée du Nord est un problème, on s’en occupera. »

L’armée américaine a positionné toutes les forces dont elle aurait besoin pour mener une attaque militaire massive contre la Corée du Nord et ensuite mener la guerre à grande échelle qu’une telle action déclencherait presque certainement.

Des centaines de milliers de soldats sud-coréens et quelque 30 000 Américains sont en état de préparation élevée, en utilisant les exercices militaires annuels Foal Eagle comme couverture pour leurs préparatifs. Parmi les unités américaines en Corée du Sud se trouve l’équipe d’assassinat d’élite qui a tué Oussama ben Laden en 2011. Les raids de « décapitation » pour assassiner le dictateur nord-coréen Kim Jong-un et d’autres personnalités haut placées du régime sont un élément officiel de la planification militaire américaine.

Des destroyers et un nombre inconnu de sous-marins nucléaires rôdent près la côte coréenne, armés des mêmes missiles de croisière Tomahawk utilisés pour attaquer une base aérienne syrienne il y a une semaine. Le porte-avions Carl Vinson et son groupe d’attaque ont été dépêchés pour les rejoindre. Des dizaines d’avions d’attaque américains sont basés sur des aérodromes au Japon et en Corée du Sud. Des bombardiers stratégiques B-1 opèrent à partir de Guam, où l’administration Obama les a déployés l’année dernière. Un escadron de 12 chasseurs F-22 « furtifs » a été déplacé en février au nord de l’Australie, d’où ils pourraient se déployer rapidement dans la péninsule.

En plus de la Corée du Sud, d’autres alliés américains se sont joints aux préparatifs de guerre. Le gouvernement du Premier ministre japonais Shinzo Abe aurait ordonné à plusieurs destroyers de rejoindre le groupe de combat du Carl Vinson. Tokyo utilise le prétexte de « l’autodéfense collective », un concept dont Abe a forcé le passage au parlement japonais en 2015 pour surmonter l’interdiction constitutionnelle après la Seconde Guerre mondiale des opérations militaires agressives.

On aurait ordonné à la principale base américano-australienne d’interception des communications et des satellites à Pine Gap, dans le centre de l’Australie, de focaliser son attention sur la Corée du Nord, pour identifier et établir des listes de cibles pour les frappes américaines potentielles. Au moins un navire de guerre australien a été expédié au début du mois d’avril pour des opérations ostensiblement de routine en Asie.

Au cas où la Corée du Nord chercherait à riposter à une attaque américaine en tirant des missiles nucléaires en Corée du Sud, au Japon, à Guam ou ailleurs, les États-Unis s’appuient sur le système Terminal High Altitude Area Defense(THAAD) qui a été installé en Corée du Sud le mois dernier pour les abattre. Même si le Nord ne ripostait pas ou ne pouvait pas riposter avec des armes nucléaires, Séoul, la capitale sud-coréenne d’une population de plus de 10 millions de personnes, se trouve à portée d’environ 10 000 pièces d’artillerie nord-coréennes.

Après 25 ans de guerre et d’intrigues continues menées par l’impérialisme américain, les événements de la semaine passée marquent incontestablement une nouvelle étape qualitative. Alors même que Washington intensifie les tensions avec la Russie et menace de nouvelles attaques en Syrie, il complote activement des actions en Asie du Nord-Est qui pourraient entraîner un affrontement direct avec la Chine. Depuis la guerre de Corée de 1950-53, Pékin considère l’état stalinien dans le Nord comme un tampon essentiel entre ses propres frontières et les forces américaines dans le Sud.

Le régime chinois comprend que le véritable motif derrière la guerre des États-Unis contre la Corée du Nord est la volonté de l’élite dirigeante américaine d’empêcher la Chine de devenir un centre stratégique de pouvoir et un rival économique en Asie.

La réponse de la Chine à la perspective d’une attaque américaine contre la Corée du Nord est l’un des aspects les plus imprévisibles de la situation.

Les éditoriaux et les commentaires dans des publications de l’État telles que le Global Times et le People’s Daily indiquent que le président chinois Xi Jinping et l’armée chinoise réfléchissent, au moins, à leur propre intervention dans la Corée du Nord. Un éditorial du Global Times, le 10 avril, affirme que, sous certaines conditions, l’Armée populaire de libération (APL) lancera des attaques contre les installations nucléaires de la République populaire démocratique de Corée [RPDC – la Corée du nord].

Le 13 avril, un autre éditorial du Global Times a recommandé à la Corée du Nord d’abandonner son programme d’armes nucléaires. Il a déclaré : « Même si les États-Unis ne lancent pas de frappes militaires sur la RPDC, les sanctions à long terme ne sont pas quelque chose que la RPDC peut supporter. La RPDC pourrait déjà devenir le pays le plus isolé du monde et est presque « complètement bloquée ». Aucun pays moderne ne peut survivre de cette façon. « La Chine, a déclaré, qu’elle fournirait toute la protection requise pour la Corée du Nord. »

Pékin a intensifié la pression économique sur Pyongyang, annulant tous les achats de charbon nord-coréen – l’une des rares exportations et sources de devises du pays. Les navires nord-coréens ont été renvoyés cette semaine des ports chinois.

Alors que le gouvernement chinois a rejeté comme des « fabrications » les rapports selon lesquels quelque 150 000 soldats chinois se masseraient sur la frontière nord-coréenne, ces affirmations continuent à filtrer.

Ce qui est sûr et certain, c’est que la vie de dizaines de millions de personnes est menacée en raison des tentatives impitoyables et toujours plus téméraires de l’impérialisme américain de maintenir sa domination mondiale en déclin.

James Cogan

Article paru en anglais, WSWS, le 14 avril 2017
La source originale de cet article est wsws.org
Copyright © James Cogan, wsws.org, 2017

Alter Info l'Information Alternative

Trump humilié : 34 missiles de croisière sur 59 ont été neutralisés

Trump humilié : 34 missiles de croisière sur 59 ont été neutralisés


Le système électronique de contre-mesures (ECM) russe a fait s’abîmer dans la Méditerranée quelques Tomahawks, d'autres ont été abattus.



    Note de l'auteur : Il est bon de se sentir bien, même exalté, quand le mal « fait en notre nom » échoue.


    Dernière nouvelle : Puisque cette affaire est sortie, les responsables syriens ont accepté de nous en parler. La raison pour laquelle cela a été différée est expliquée ci-dessous, mais comme nous ne prenons pas de gants, nous allons la rendre publique. Ne pas avoir remis à niveau les missiles de croisière US, pour les blinder contre l'ECM moderne, et supposer que la Syrie était sans défense, n'est qu'une partie de l'histoire. Nous pourrions aussi rappeler aux lecteurs l’affaire de l'USS Donald Cook. Les USA ont eu la chance de ne pas avoir à remorquer leurs deux destroyers au port, après tout, c'est déjà arrivé.



Son système de guidage s’étant désactivé, ce missile de croisière Tomahawk s’est écrasé à 64 kilomètres de l’objectif



Exemple parmi d’autres


    La dernière fois que les USA se sont heurtés à l'ECM russe, 27 membres d'équipage de l'USS Donald Cook ont demandé à être relevés. Se sont mutinés est plus précis. Et puis, il y a cet échec épique du drone RQ 170 de Lockheed au-dessus de l’Iran, que l’ECM a forcé à atterrir :



    Ci-dessous, présentée par le Centre d’études Feril FCFS russe, une photo du système servant à neutraliser les missiles de croisière US :


    Le fait est confirmé par mes informateurs personnels des services de sécurité syriens. Les contre-mesures électroniques et les interceptions de missiles ont été utilisées. Les missiles de croisière ont été tirés par-dessus le Liban pour contourner le système S400 russe et éviter la destruction des navires US par d’éventuels missiles installés au sol.



    Tombés dans les villages environnants, cinq missiles ont tué 5 civils et en ont blessé 20. D'autres missiles se sont abîmés en Méditerranée, où ils ont pu être vus depuis les ponts des navires qui les ont lancés.



Atterrissage humide pour l'amoureux orange pipi


    Puisque le président Trump a ordonné des représailles contre Veterans Today et son personnel, en partie à cause de notre article qui accusait les Casques blancs, qui a eu une grande audience internationale, et en partie pour nous mettre en garde sur une question de chantage avec un enregistrement, il y a eu des changements. Veterans Today est « le dernier homme debout ». Nous gardons au chaud plusieurs histoires, mais il y a une différence entre histoire et chose fondée. Ce qui suit est fondé et confirmé à présent par nos propres sources en Syrie.


    Veterans Today a contacté le ministère syrien de l'information à propos de la bizarre disparition de 34 missiles de croisière Tomahawk. Veterans Today a supposé que certains ont pu être envoyés contre d'autres objectifs, et est même allé jusqu'à suspecter un éventuel complot pour frapper Palmyre, afin d’aider l'attaque d’ISIS là-bas.


    Une confirmation possible serait tout simplement le nombre de tirs, 59, qui serait nécessaire pour submerger le système antiaérien russe, selon le nombre de lanceurs S300 et S400 et des autres systèmes capables d’abattre les missiles présents là-bas. Les Russes auraient gardé le meilleur « sous le coude », au cas où les missiles de croisière serviraient à vider les tubes antiaériens pour permettre un éventuel raid de B52 ou un « spectacle grandiose » similaire.



    En mai 2013, la Syrie a coulé un sous-marin israélien. En 2015, l'Irak a capturé un général israélien. Certains prétendaient qu'il était colonel, et ils nous ont envoyé une copie de sa carte d'identité lorsque j'ai suggéré qu'elle était fausse.


    La vraie guerre, ce qui se passe, est très différente de ce qui est rapporté. La Syrie, l'Irak, l'Iran et même la Russie minimisent les faits qui pourraient embarrasser les USA ou Israël au point de les humilier. Tous deux ont subi de graves échecs qui sont gardés secrets par les autres [médias], et de nombreuses affaires publiées par Veterans Today ne sont pas de ce niveau chez les autres.


    Veterans Today était autrefois une « zone franche » permettant de publier des informations confidentielles, une sorte de soupape de sécurité. Trump a mis un terme à cela en s’en prenant à nous, et, ce faisant, il a utilisé des moyens militaires directement contre une tribune médiatique qui ne transmet aucune « nouvelle bidonnée ». La nouvelle « loi du pays selon Trump ».


    Avant de commencer à expliquer la vidéo, j'aurais un mot ou deux à dire. Les morts des photographies de l'attaque au gaz auraient reçu de l’argent. Cela montre que les morts se rétablissent puis vont voir ailleurs. Nous ne pouvons pas le vérifier, mais je mentionnerai que c’est le cas.



    Au-delà de cela, on nous a dit que le Japon possède la copie d'une bande enregistrée permettant de faire chanter Trump sur la confrontation avec la Corée du Nord. Si la bande existe, et on nous a donné le nom du responsable du Parti républicain qui a l'autre copie, un qui n'est pas bien connu du public, alors l'idée d’« État profond » et de chantage doivent être pris en considération.



« Trump attack » dessiné par des Russes


    S'il s'agit d'une théorie du complot, et ce pourrait bien être le cas, alors Trump a tout planifié depuis le début, c’est mon sentiment. La bande implique le meurtre d'un mineur. Il se pourrait bien qu'elle n’existe pas, sauf que depuis qu’elle nous a été proposée, à un prix dépassant nos possibilités, Veterans Today est espionné sur ordre présidentiel.


    Press TV/Téhéran : Depuis le lancement des 59 missiles Tomahawk vendredi, contre un aérodrome de Homs, une question ne cesse de revenir dans toutes les analyses : 23 des 59 missiles de croisière US ont touché leur objectif. Et les autres engins ? Qu'est-il arrivé aux autres Tomahawks tirés par deux navires de guerre US déployés en Méditerranée ? La réponse est montrée par la vidéo que Al-Alam a envoyée ce samedi : La DCA syrienne a intercepté et détruit 34 missiles Tomahawk avant qu’ils n’atteignent la base aérienne de Shayrat.


    Cette information met en évidence que la décision d'intercepter et de détruire en vol les missiles US, a été prise par la direction syrienne dans la minute même du lancement de l'attaque. D'autres analystes notent le rôle des radars russes qui seraient entrés en fonctions immédiatement après le premier tir de missile. Était-ce les S-300 syriens ou les S-400 russes déployés en Syrie ? Pourquoi avoir caché cette riposte cinglante et n'en avoir parlé que deux jours après l'attaque ?


    Publiée par des sources militaires syriennes, la vidéo prouve une chose : Si la Syrie et son allié russe ont évité de la publier dans les heures suivant les frappes US, c'était pour éviter l’escalade. Mais compte tenu de la campagne intense de menaces contre la Syrie et la Russie, il n’y a aucune raison de ne pas divulguer les faiblesses des missiles US et les capacités de la DCA syrienne.


    Par la voix du porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer, les USA ont annoncé ce dimanche ne pas avoir prévenu les Russes avant l'attaque qu'ils s’apprêtaient à lancer sur le territoire syrien. Interrogé par Fox News, le porte-parole a dit : « nous n'avons eu aucun contact avec les dirigeants politiques russes. » Cela signifie que les USA ont en réalité voulu prendre de court les Russes. Mais la surprise semble ne pas avoir bien marché !


    Les analystes disent aussi que la Russie, dont des navires de guerre viennent de revenir en Méditerranée, a fait preuve de retenue pour éviter une « guerre balistique » pouvant entraîner un conflit nucléaire.


    Origine de la vidéo : Al-Alam


Veterans Today, Gordon Duff & Dr Bassam Barakat, le 9 avril 2017

Original : www.veteranstoday.com/2017/04/09/trump-humilated-syria-shoots-down-34-of-59-cruise-missiles-russia-to-upgrade-system-soon/
Traduction Petrus Lombard



Alter Info l'Information Alternative

Attaques chimiques en Syrie : la Bolivie dénonce les mensonges des Etats-Unis

Attaques chimiques en Syrie : la Bolivie dénonce les mensonges des Etats-Unis
Réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU après les frappes américaines contre la Syrie, 7 avril 2017 
 
Intervention de la Bolivie
 
 
 

Transcription :


Ambassadrice américaine aux Nations Unies, Nikky Haley  [Qui, durant son intervention, avait brandi des photos de l’attaque chimique attribuée au régime syrien] : Nous allons maintenant écouter les déclarations des membres du Conseil [de sécurité] et nous commençons avec le représentant de la Bolivie.
 
 
Ambassadeur bolivien aux Nations Unies, Sacha Llorenti : Mme la Présidente, merci de me donner la parole et d'avoir convoqué cette rencontre publique du Conseil de Sécurité. Il est vital que non seulement les membres de notre organisation mais également le monde entier puissent voir (quelles sont) les positions des membres du Conseil de sécurité de manière totalement transparente, étant donnés les événements récents en Syrie.
 
La Bolivie a appelé à la convocation de cette réunion, préoccupée par les événements des dernières heures. Tandis que le Conseil de sécurité débattait les propositions quant à ce que serait le mécanisme d'enquête sur les horribles attaques chimiques dont toute l'humanité a pu témoigner, tandis que nous discutions des termes qui pourraient être utilisés dans la résolution, et tandis que les membres permanents et non-permanents avançaient des propositions pour le texte d'une telle résolution, les Etats-Unis, encore une fois, préparaient et lançaient une attaque unilatérale.
 
Les attaques de missile, bien sûr, sont une action unilatérale. Elles représentent une grave menace pour la paix et la sécurité internationales. Pourquoi ? Parce que durant les 70 dernières années, l'humanité a érigé une structure non seulement physique et institutionnelle mais également une structure légale. Ils ont établi des instruments de droit international justement pour empêcher des situations où le plus puissant attaque le plus faible en toute impunité, afin d'assurer un équilibre dans le monde, et bien sûr pour éviter des violations très graves de la paix et de la sécurité internationales.
Nous considérons que c'est le devoir du Conseil de sécurité mais pas seulement, de l'ONU dans tous ses organismes, que de défendre le multilatéralisme. Nous sommes ici pour défendre le multilatéralisme.
 
Nous avons reconnu que cette Charte des Nations Unies doit être respectée. Et cette Charte interdit les actions unilatérales. Toute action doit être autorisée par le Conseil de sécurité, en accord avec la Charte. Permettez-moi d'en lire quelques articles afin que nous puissions nous le remémorer.
 
Le chapitre 24 déclare qu'afin de garantir une action prompte et effective de l'ONU, ses membres confèrent au Conseil de sécurité la responsabilité primordiale du maintien de la paix et de la sécurité internationales et reconnaissent que dans l'exécution de ces tâches, sous cette responsabilité, le Conseil de sécurité agit en leur nom. Ce Conseil de sécurité, pas seulement les 15 membres qui sont assis à cette table, nous représentons les 193 pays de cette organisation, et à travers eux, nous représentons le peuple du monde. Et nous avons convenu que les actions unilatérales violent le droit international.
 
Tandis que nous débattions hier des projets de résolution, tandis que nous nous efforcions de trouver des alternatives et de parvenir à un consensus au sein du Conseil de sécurité, les Etats-Unis ont non seulement unilatéralement attaqué, mais tandis que nous débattions ici, exigeant la nécessité d'une enquête indépendante et impartiale, une enquête complète sur ces attaques, les Etats-Unis se sont érigés eux-mêmes en enquêteurs, en procureurs, en juges et en jury. Où est donc l'enquête qui nous permettrait d'établir de manière objective qui est responsable de l'attaque ? C'est une violation extrêmement sérieuse, extrêmement sérieuse du droit international.
 
Ce n'est pas la première fois dans l'histoire que cela se produit. Nous pourrions rappeler bien des occurrences dans lesquelles diverses puissances, et pas seulement les Etats-Unis, ont agi unilatéralement et violé la Charte des Nations Unies. Mais le fait que cela se produise encore une fois ne signifie pas que l'ONU et ses membres doivent l'accepter.
 
En septembre 2013, les Etats-Unis ont également lancé des attaques contre la Syrie. Je peux rappeler ce qui a été dit par le Secrétaire Général de l'ONU d'alors, Ban-Ki Moon, à cette occasion. Permettez-moi de lire cette citation en anglais, ce que le Secrétaire Général a dit, je cite : « Le Conseil de Sécurité a la responsabilité primordiale (du maintien) de la paix et de la sécurité. J'appelle à ce que tout soit géré dans le cadre de la Charte de l'ONU : l'usage de la force est légal seulement en cas d'auto-défense, conformément à l'article 51 de la Charte des Nations Unies, et lorsque le Conseil de sécurité approuve une telle action. » Fin de citation.
 
Ce fut la position du Secrétaire Général d'alors qui contribua à éviter une action unilatérale dans une situation très semblable à celle d'aujourd'hui.
 
Cette attaque représente une menace pour la paix et la sécurité internationales car elle constitue une menace pour les processus politiques à Genève et à Astana. [Le sous-secrétaire] M. Feltman l'a très bien dit dans le message du Secrétariat Général, il est vital d'éviter une escalade des tensions qui rompe avec les progrès réalisés dernièrement à Astana.
 
Ce n'est pas la première fois que cela se produit. J'aimerais rappeler ce qui s'est passé dans ce Conseil de sécurité même il y a quelques années, précisément le 5 février 2003 lorsque le Secrétaire d'Etat américain d'alors est venu dans cette salle pour nous présenter, selon ses propres mots, des preuves concluantes de l'existence d'armes de destruction massive en Irak. [Il brandit la photo de Colin Powell et de sa prétendue fiole d’anthrax] Je crois qu'il faut absolument qu'on se rappelle ces images qui viennent précisément de cette salle où nous sommes : on nous a assuré qu'il y avait des armes de destruction massive en Irak, et que c'était le motif de l'invasion. Et cette invasion a causé 1 million de morts. Et elle a entrainé toute une série d'atrocités dans cette région. 
 
 
Pourrions-nous parler de Daech si cette invasion n'avait pas eu lieu ? Pourrions-nous parler de cette série d'horribles attaques (terroristes) dans divers endroits du monde si cette invasion illégale n'avait pas eu lieu ? Je crois qu'il est vital pour nous de se rappeler ce que l'histoire nous enseigne.
 
Pour l'Irak, les Etats-Unis avaient longuement enquêté et détenaient (prétendument) toutes les preuves nécessaires pour démontrer que l'Irak avait des armes de destruction massive. Mais elles n'ont jamais été trouvées. Elles n'ont jamais été trouvées.
 
Je souhaiterais répéter ce qu'a dit le Président Evo Morales ce matin, et je cite : « Je crois et je sens - et j'espère que je ne me trompe pas - que les armes chimiques en Syrie ne sont qu'une excuse pour une intervention militaire. Les actions unilatérales sont des actions impérialistes, et les Etats-Unis se moquent bien du droit international.  Ils l'ignorent lorsque cela les arrange. Les problèmes internationaux entre Etats doivent être résolus par le dialogue et non par les bombardements. C'est une menace contre la paix et la sécurité internationales. » Fin de citation.


Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr

Alter Info l'Information Alternative

Agression yankee en Syrie: Pourquoi la Russie n’a t’elle pas riposté

L’utilisation de systèmes antiaériens russes par l’armée syrienne en réponse à la frappe américaine aurait pu provoquer un conflit nucléaire, qu’on n’a réussi à éviter que grâce au sang-froid du commandant en chef russe, estime Sergueï Soudakov, membre de l’Académie des sciences militaires de Russie.
Agression yankee en Syrie: Pourquoi la Russie n’a t’elle pas riposté
Qui plus est, les systèmes antiaériens russes sont contrôlés uniquement par la Russie et assurent la défense de ses propres sites militaires, souligne l’expert militaire Vladislav Chouryguine.

Une guerre « chaude »

« Tout le monde s’interroge tout d’abord pourquoi les systèmes antiaériens russes n’ont pas abattu tous ces missiles. Les gens pensent qu’il aurait fallu le faire afin de prévenir cette agression. Mais si nous avions détruit ces engins, nous aurions pu ne pas nous réveiller ce matin à cause du conflit nucléaire. Nous aurions pu faire face à un affrontement de deux Etats nucléaires sur le territoire d’un pays tiers », souligne Sergueï Soudakov.

Les systèmes antiaériens russes sont contrôlés uniquement par la Russie et assurent la défense de ses propres sites militaires. Tout ce qui peut être dit d’autre n’est qu’une campagne médiatique sans aucun lien avec la réalité, explique Chouryguine.

« La Syrie est de temps en temps bombardée par Israël et la Turquie, mais nous ne faisons que défendre notre aérodrome et nos sites. A mon avis, il s’agit d’une décision politique de ne pas abattre ces missiles, car cela aurait pu provoquer un conflit russo-américain au niveau des forces antiaériennes », poursuit-il.

Selon lui, Donald Trump s’est dangereusement rapproché d’une « guerre chaude »:

« Sans le sang-froid du commandant en chef russe, on aurait ordonné la destruction de ces Tomahawks. Ce qui aurait signifié le début d’une guerre ».

Les États-Unis ont annoncé leur intention de frapper via des canaux diplomatiques. La Russie a également prévenu les Syriens qui ont évacué les soldats et le matériel de la base, poursuit-il.

« Cela ne témoigne pas de la force de nos positions et même tous ces accomplissement laissent un arrière-goût amer », estime-t-il.

Attaques et parallèles

Il y a une semaine, une base syrienne accueillant des forces aériennes russes a subi une frappe de l’armée de l’air israélienne. Il existe des parallèles entre ces deux attaques. On n’y fait pas vraiment attention mais elles sont assez considérables, affirme Viktor Olegovitch, directeur de recherche du Centre de la politique actuelle.

« Israël est l’allié-clé des USA au Moyen-Orient et sa position sur le problème syrien est proche de celle des Américains. Ses frappes rappellent en partie ce que nous avons constaté aujourd’hui. On peut les considérer comme un certain entraînement voire un test de réaction, mais la Russie a décidé de laisser sa réaction pour l’avenir. Et sa riposte sera sans doute appropriée », explique l’expert.

Si les frappes américaines contre les forces syriennes dans la province de Deir-ez-Zor en septembre 2016 ont tiré un trait sur les accords en faveur du règlement de la crise syrienne obtenus en Suisse, l’attaque d’aujourd’hui détruit l’espoir que Moscou avait d’une normalisation de ses relations avec Washington, indique-t-il.

Selon lui, certains changements de personnel avant l’agression actuelle contre la Syrie — par exemple la destitution de Michael Flynn qui avait une position modérée sur la Syrie — « montrent l’incapacité de Trump de résister à l’establishment américain »: le président a remplacé les membres principaux de son administration qui étaient indésirables aux yeux des leaders des partis démocrate et républicain, et lance actuellement des initiatives satisfaisantes pour l’establishment et les services secrets.

Un faux pas

« Trump a besoin d’entreprendre des initiatives dans le domaine de la politique étrangère pour faire respecter sa politique intérieure. Mais ce pas a été tout à fait erroné. Il ne s’agit pas de sa décision, mais de la décision de ces conseillers, d’une erreur grave. On ne compte plus les cas où les Etats-Unis ont lancé des ingérences et détruit la souveraineté d’autres pays. Mais ce que nous constatons aujourd’hui est une agression d’un autre genre qui vise un allié de deux adversaires assez sérieux: la Russie et l’Iran », conclut-il.

Cet acte d’agression américaine repousse la possibilité de négociations à part entière même dans le cadre du sommet du G20, dans la cadre duquel Vladimir Poutine devrait s’entretenir avec Donald Trump: au lieu de normaliser les relations avec la Russie Trump les a rayées d’un trait et les deux pays ne peuvent même pas devenir « meilleurs ennemis ».

« Il s’agit d’un coup dur contre les relations russo-américaines, les derrières évolutions et les espérances liées au nouveau président, à une amélioration de rapports avec lui par rapport à son prédécesseur. Il s’agit également d’un coup contre le processus de paix en Syrie qui avance déjà avec des difficultés très importantes. Il est désormais également menacé », affirme Nikita Smaguine, politologue et rédacteur en chef de la revue Iran segodnia.

Il faut, selon lui, analyser la réaction future des Etats-Unis. S’il s’agit d’une initiative isolée, cela sera un problème important, mais les négociations pourraient reprendre leur cours. Si les USA veulent lancer de nouvelles frappes, ce sera un scénario tout à fait différent ayant des conséquences encore plus sérieuses.

Détourner l’attention

Cette attaque fait partie d’un autre scénario de Trump, estime Sergueï Soudakov:

« La situation à Mossoul est actuellement désastreuse: des pertes sévères, beaucoup de victimes civiles… On a donc conseillé à Trump de détourner l’attention de Mossoul à l’aide de ce bombardement ».

Nikita Smaguine est d’accord avec cette théorie de diversion:

« A mon avis ce facteur a sans doute influé sur la décision. Mais il n’est pas le seul. Il y a plusieurs facteurs. La nécessité de détourner l’attention constitue pourtant une motivation supplémentaire: il faut organiser une démonstration spectaculaire ».

Dans tous les cas cet événement fait régresser toutes les relations à leur niveau du début du XXe siècle du point de vue des standards internationaux du droit, poursuit Soudakov.

« Nous constatons le retour du gendarme qui impose sa volonté par la force », conclut-il.


Alter Info l'Information Alternative

Peter Ford, ex-ambassadeur UK en Syrie : Assad n’est pas l’auteur des attaques chimiques

Peter Ford, ex-ambassadeur UK en Syrie : Assad n'est pas l'auteur des attaques chimiques
Interview de Peter Ford par Sky News le 5 avril 2017
 
 
 
 
 
 
 

Transcription : 
 

Peter Ford : Il faut se demander à qui profite (le crime). Clairement, ce n'est pas le régime syrien ou les Russes qui en bénéficient, et je considère comme hautement improbable l'hypothèse que l'un ou l'autre soient derrière tout ça.
 
 
Il y a plusieurs possibilités. 
 
 
La première, c'est que tout ça soit des fake news, les images, les vidéos, les informations viennent toutes de sources de l'opposition, et non de journalistes indépendants crédibles.
 
 
Il est également possible que les images montrent les suites d'un bombardement qui aurait frappé un dépôt djihadiste de munitions chimiques. Nous savons de source sûre que les djihadistes stockaient des armes chimiques dans des écoles à Alep-Est car elles ont été vues ensuite par des journalistes occidentaux. C'est une autre possibilité.
 
 
Journaliste : Quoi qu'il en soit, ceux qui prennent ces informations pour argent comptant soulèvent la question d'une intervention contre le régime d'Assad. 
 
 
Peter Ford : En réalité, nous n'apprenons jamais. Les (prétendues) armes chimiques de l'Irak, vous vous en souvenez ? On en a été matraqués (pour nous forcer à intervenir). A Alep, on nous a dit qu'un holocauste était en train de se produire, des massacres... Mais rien de tel ne s'est produit. Des reporters indépendants y sont allés après et n'ont trouvé aucune preuve de massacre. Ce que nous avons vu, ce sont des combattants se faire évacuer en bus calmement. Et nous avons découvert par la suite que beaucoup d'images étaient fausses.
 
 
Journaliste : Il y a aussi ce qui ont dit « Ok, on en est là maintenant, mais une intervention en 2013 aurait pu changer les choses. »
 
 
Peter Ford : Il n'est pas constructif de débattre de ce qui aurait pu se passer si ou si... Personnellement, je pense qu'en 2013, il était judicieux de ne pas intervenir aux côtés des djihadistes. Peut-être que je me trompe, mais je pense que la plupart des gens, lorsqu'ils y ont réfléchi une seconde, se sont demandés ce qui allait remplacer Assad et le régime séculier qui protège les minorités, les chrétiens, les droits des femmes... Je ne pense pas que les islamistes auraient constitué un meilleur pari, et c'est encore plus le cas aujourd'hui.
 
 
Ayez bien à l'esprit le fait qu'Idlib, où cela s'est produit, est un nid de vipères des djihadistes les plus extrémistes. 
 
 
(Les interventionnistes) sont (comme) des chiens qui reviennent à leur propre vomi. Ils ont commis toutes ces erreurs - l'Irak, la Libye -, ils n'apprennent jamais, ils veulent reproduire le même scénario en Syrie. Heureusement, l'administration Trump a finalement évolué la semaine dernière, et cela peut être significatif, elle a finalement évolué la semaine dernière pour désavouer la politique d'Obama consistant à essayer de renverser le régime syrien, l'entourage de Trump a dit qu'ils sont plus intéressés par l'éradication de Daech, que telle est leur priorité.
 
 
Et il est significatif que cette attaque se produise à peine quelques jours après. Si les djihadistes voulaient compliquer la tâche de Trump visant à rationaliser la politique américaine, ils auraient justement, sans aucun doute, essayer de monter des fausses informations comme cela.


Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr/

Alter Info l'Information Alternative

LA SYRIE FAIT FACE A L’IMPERIALISME, AU SIONISME VIA DAECH, NOSRA-

"Toute notre action est un cri de guerre contre l'impérialisme et un appel vibrant à l'unité des peuples contre le grand ennemi du genre humain : les Etats-Unis"." (Ernesto Che Guevara - 1928-1967
LA SYRIE FAIT   FACE A L’IMPERIALISME, AU SIONISME VIA  DAECH, NOSRA-


La pendaison de Saddam Hussein le « sanguinaire », le lynchage jusqu’à la mort de Mouammar Kadhafi le « fou », et la fuite de Benali le « dictateur » facilitait et donnait libre voie pour continuer dans le même sillage afin d’éliminer un autre « méchant » et indésirable du moyen orient. Par contre le dit « dictateur méchant » dirigeant syrien pour son évincement de la scène politique internationale, n’allait pas être chose facile relativement aux fictions précédentes. La Lybie et l’Irak ont été couronnés d’un succès temporaire amère, les tueries, le chaos et changement de politique étaient le lot de leur triomphe sans gloire.
Pour ce qui se rapporte à la Syrie , il fallait reprendre la démarche de l’ex .succès c’est-à-dire le bon vieux scénario de la diabolisation à outrance pilonnée et de la nouvelle guerre par procuration( soft war) sous couvert des « droits de l’homme » et des fausses vérités véhiculées par une « pressetituée » , une « idiot vision » mais aussi une infiltration des larbins de tous métiers qui avaient si bien travaillés , et bien fonctionnés en en Afghanistan, en Lybie et en Irak des services secrets occidentaux mènent le bal selon leur cadence.
La pratique sur terrain d’un même scenario a quelques versions près.
*la mise en place d’un « think tank » et des « mainstreams » pour mener à bien le scenario, maitre d’orchestre :USA ;larbins marionnettistes : arabo-sionistes et l’occident
*préparation de l’opinion internationale par accumulations de mensonges, de propagande, de la fausseté en vue de la diabolisation à outrance du président Bachar Al Assad àfin de l’ abattre par tout moyen.
Il etait bienvenue à la une des « pressetituées » et des « idiots-visons » un Bachar, Ce « Gazeur aux armes chimiques » ! Ce fut la pensée, l’envie et philosophie médiatique hypocrite, méchante, mauvaise et meurtrière mise en œuvre, ceci fut dit, répété, ressassé à toutes les mauvaises sauces pendant des mois et des ans par les chancelleries impérialistes, sionistes de l’occident, et les arabo-sionistes.
C’est la Ligue islamique, c’est-à-dire les Ibn-Séoud qui fournit à Londres et à Washington le personnel qui organisa la seconde « Grande Révolte arabe », en 2011, sur le modèle de celle de 1916*1, mais sous la dénomination de « Printemps arabe ».

L’argent n’était pas un problème, ce trésor se trouve chez les « Pets trop gros lards » du golfe arabique, la chaire humaine à canon disponible est à très bon prix, la philosophie c’est-à-dire le lavage et le remplissage du cerveau est prépare par le « Wahhabisme » et le « sionisme ».Par conséquent le film étant fin prêt pour le tournage, on envoie des hommes préparés dans ce sens , venues des quatre coins du monde, sur-payés , sur-armées, sur- équipés sur- entrainés pour « défendre » une population syrienne écrasée, pauvre contre un tyran qui ne recule devant rien sous le prétexte « civilisationel » de la démocratie ! . …
Daech et Al Nosra sont disposés pour entamer les beaux rôles du film, la « presstitution » le reprend en spot publicitaire pour une meilleurs consommation et permet de pratiquer l’ingérence sans passer par l’ONU.
Le tableau étant peint par les sionistes qui choisissent la couleur du sang par des crimes abjects de Daech, Nosra et compagnie.. Importés en Syrie sous des colis « takfirisites », « frères musulmans », « mercenaires » des services secrets étrangers. L’Allemagne et la France qui ont abrité des dirigeants de la Confrérie des frères musulmans depuis 1978 et ont financé le « jihad ».
les marionnettistes, ONU , ONG et larbins instrumentalisés dans le jeu impérialiste et sioniste sous couvert des droits de l’homme, de l’exportation de démocratie et des « casques blancs », une Arabie saoudite soumise ne possédant même pas une constitution pour la gouvernance le pays , prend la peine d’exiger la démocratie en Syrie !!.
En Syrie il y eu de la nouveauté, un petit arrêt sur images pour mieux saisir le sens profond, par rapport aux cas irakien puis libyen.
Les « gentils » rebelles ou « chou chou » de l’occident méritent bien de faire du djihad, une permissivité pour les rebelles qui n’est pas autorisé pour la résistance de la libération de la Palestine…
Le but affiché étant de tenir obstinément la fiction de départ du Président Syrien par tous les moyens possibles, tout en cachant hypocritement le motif réel c’est-à-dire garantir la sécurité totale d’Israël , renforcer la force et le poids d’ Israël pour qu’elle impose son propre plan de paix de soumission, diviser les pays arabes en petit micro état pour faciliter mieux la domination économique, politique d’Israël , mettre la richesse énergétique sous le protectorat des USA et mettre le Képi du gendarme pour surveiller le moyen orient…
Pour cela, il fallait bien téléguider l’opinion internationale et les organisations internationales y compris la gardienne de la fausse paix( ONU) pour acclamer bien fort :
- les bombes « propres » venant de Daech-Nosra et les autres rebelles d’oppositions et les bombes « sales » celle de l’armée syrienne.
- les « infos » propres font leur propagande via les « presstitutions » les « idiots visions » et les « rats idiots » tout en interdisant aux chaines TV de la résistance d’émettre via les satellites.
- Il y a aussi les bons stratèges de la technologie informationnelle et de communication qui véhiculent, favorisent et avantagent l’injustice, le faux et l’irréel en contrepartie en dollars cash et les mauvais stratèges qui analysent modestement la situation de façon objective, réelle selon des thèses scientifiques et non contradictoires.
-il ya aussi les « Cheikhs religieux » à ordre et à sous($) qui parlent sur des chaines TV permises pour ancrer la sédition, amplifier le mensonge et semer toutes sortes de maux habillés en bien afin de justifier le mal en bien des sionistes, de l’impérialisme et des arabo sionistes.
-les aides humanitaires sont détournées par les casques blancs au profit des terroristes.
-Les russes sur place ( airmerciel) avec des moyens super-sophistiqués pour transmettre la réalité, ils se font insulter en les traitant de faire de la désinformation.
-Et puis enfin les bons et mauvais, décapitations, égorgements, lanceurs de gaz sur population civile Sans oublier les « bons » et les « mauvais »hôpitaux bombardés.
Ils ont fait du bon travail disait Fabius un « sous- maitre » soumis.
Le tout, dans tout cela ; avec des pseudos correspondants arrivistes et arrivés prenant leurs sources d’informations ( dictées par le maitre)depuis une officine de presse très loin de la Syrie à Londres et Istanbul ne savent que dalle ce qui se passe sur terrain!
Le massacre injuste ayant mis à terre tout un peuple depuis 2011 sans pour autan détrôner Bachar , en 2015 avec l’autorisation de la Syrie la Russie de Poutine entre en scène pour enfin dégager et balayer les autres envahisseurs sans permis d’entrée. Poutine , après un discours devant l’assemblée des Nations Unies( 09/2015) il annonce sa carte « AS » puis énonce clairement sa stratégie et enfin dénonce l’ hypocrisie de l’occident, les mensonges des USA la désinformation des « presstitutions » , l’intox des « idiots-visions » et les carottages de l’impérialisme ainsi que la truanderie du sionisme y compris avec Daesh Nosra et consort..
N’hésitant pas de mettre dans la scène des combats ses troupes à la disposition de la Syrie, le conflit prend une autre tournure ou en fin de compte Daech , Nosra et consorts sont pourchassés d’Alep et bien d’autres coins géographiques de la Syrie, les populations sont enfin libérées et ont racontées la réalité du calvaire qu’ils ont subit sous le règne des terroristes. C’est par la presse honnête et des correspondants indépendants sur terrain venus d’Europe que la vérité a éclaté en son authentique et en images réelles et Bachar reprend ses forces sans faire aucune concession et ce depuis 2011.
Retournement de situation, la vérité commence se faire voir au grand jour devant les mensonges qui cette fois ci humilient Washington et l’occident tout en les écartant du ballet diplomatique international par une Russie sur de sa force ,un Iran stratège silencieux et en piégeant Ordogane pour se positionner du coté de la Russie. L’axe de la Syrie s’est enfin consolidé malgré les dégâts humains et matériels dont l’impérialisme le sionisme et les arabo-sionistes sont pleinement responsables devant le peuple syrien, devant l’histoire et devant Dieu..
Les USA qui voulaient mettre le chaos dans la région au profit de ses intérêts et ceux d’Israël s sont retrouvés, éjectés de la scène malgré elle devant ce sale boulot, sa stratégie s’est effondrée comme un château de cartes par un ours blanc couvert de BRICS.
1*La révolte arabe de 1916-1918[(ou grande révolte arabe) désigne la révolte menée entre 1916et 1918 par Hussein Benali, le chérif de la Mecque( Hussein Benali ), afin de libérer El Hedjaz de l’empire Ottoman la région, Inspiré de nationalisme arabe, il ambitionnait ainsi créer un Etat arabe unifié d’Alep en Syrie à SANA auYEMEN Au final, ce mouvement reste minoritaire puisque l'essentiel des troupes arabes combattent sous commandement ottoman, et seulement 1.700 nationalistes combattent à Aqaba.
BENALLAL MOHAMED

Alter Info l'Information Alternative

L’étrange fusion de l’extrême droite et du politiquement correct.

L'étrange fusion de l’extrême droite et du politiquement correct.
De l’extrême droite à l’extrême gauche, au fond tout le monde est d’accord sur l’essentiel de la culture de mort et du politiquement correct (avortement et mariage gay). En creux, cela est le signe de cette infâme dictature culturelle mondiale dans laquelle nous sommes (presque) tous des esclaves «participatifs ».

Alter Info l'Information Alternative

Le secret de Toutankhamon qui aurait pu détruire le sionisme

La découverte du tombeau de Toutankhamon a été un événement mondial, les morts mystérieuses qui ont suivi ont fait la une des journaux, mais le secret le plus important est resté caché car il mettait à mal le projet de création d'un état juif par le mouvement sioniste.
Le secret derrière le secret de Toutankhamon
Le secret de Toutankhamon qui aurait pu détruire le sionisme
Ce texte a été publié par Marjy sur un forum qui n'existe plus, mes rajouts sont en marron :

Depuis qu'Howard Carter en découvrit la tombe - officiellement le 27 novembre 1922 - les personnes les plus au courant par rapport aux détails des découvertes sont toutes mortes, inexplicablement, en l'espace de quelques années.

Environ 5 mois après la découverte de la tombe, celui qui a financé l'entreprise, Lord Carnarvon (en fait on sait aujourd'hui que ce n'était pas lui le financier mais la famille de sa femme, les Rothschild), est piqué par un moustique sur la joue.

Suite à ce banal incident, ses conditions de santé se dégrade jusqu'à le conduire à la mort par septicémie.

Ce fut ensuite au tour du demi-frère de Lord Carnarvon, Aubrey Herbert, qui mourut inexplicablement, en 1923, suis à une simple extraction dentaire.

L'archéologue canadien La Fleur,
arrivé en Égypte en avril 1923 - en parfait été de santé - pour aider Carter dans ses travaux, mourrait juste quelques semaines après d'une mystérieuse maladie.

C'est toujours en 1923 que mourut Georges Jay Gould, ami intime du comte de Carnarvon, à cause d'une étrange inflammation pulmonaire.Juste un an après, en 1924, le célèbre archéologue Evelyn White qui avait collaboré avec Carter pour rédiger l'inventaire du trousseau funéraire du pharaon expirait à son tour.

Il fut retrouvé pendu, et la police conclue qu'il s'agissait d'un suicide...

Quelques mois plus tard Douglas Archibald Reed, le scientifique anglais qui avait été chargé de faire les radiographie de la momie du pharaon, perdit la vie dans des circonstances pas très claires.

En 1926 la "malédiction" toucha Bernard Pyne Grenfell, l'éminent papyrologue consulté par Carnarvon pour les traductions des textes égyptiens.

Le secrétaire privé de Lord Carnarvon, le noble Richard Bethell, fut retrouvé mort dans son lit, en 1929, suite à un cas atypique d'arrêt cardiaque.

Bethell avait aidé H. Carter dans le travail de catalogage des trésors de Toutankhamon, et la cause de sa mort est toujours restée un mystère.

Lord Westbury, le père de R. Bethell, mourut à peine quelques mois après son fils, "sautant" par la fenêtre de son appartement de Londres.

La police classa rapidement le cas comme suicide.Dans sa chambre on retrouva un vase en albâtre appartenant à la tristement célèbre tombe de Toutankhamon, un objet précieux qui n'apparaissait pas sur la liste officielle des objets découverts.

Le vase avait donc du être pillé durant la première ouverture clandestine de la crypte... et cela révélait implicitement que l'ancien noble avait très certainement été mis au courant des dessous de la découverte directement par son fils.

D'un "mal étrange" mourut également l'égyptologue Arthur Cruttenden Mace, le scientifique qui en 1922 avait collaboré avec Howard Carter à la restauration de la tombe.

Avant de mourir Mace avait été très proche de Lord Carnarvon, et il avait contribué à la rédaction du volume "The Tomb of Tut.ankh.amon" avec H. Xarter.

Mais début 1923 déjà, Mace commençait à se plaindre d'un très mauvais état de santé qui le conduit lentement mais inexorablement à la mort, survenue le 6 avril 1928.

En 1929, le "mauvais sort" toucha Lady Almina, la femme de Lord Carnaron, et - comme c'était déjà arrivé auparavant pour son mari - la cause du décès fut officiellement attribuée à une infection.

Le très riche prince égyptien Alì Kemel Fahmy Bey, qui s'était beaucoup intéressé aux secrets de la tombes se positionnant comme acheteur potentiel des trésors pillés, fut retrouvé mort en 1929 dans des circonstances pour le moins obscures.

Le crime fut commis dans un hôtel de Londres, et la police anglaise classa rapidement l'affaire attribuant l'homicide à sa femme.

Le frère du prince musulman assassiné mourut comme par hasard de mort violente lui aussi.

Dans son cas également, le décès fut rapidement archivé par la police comme suicide.

L'honorable Mervyn Herbert, deuxième demi-frère de Lord Carnarvon, mourut en 1930 à Rome dans des circonstances étranges.

Même "mauvais sort" pour l'égyptologue Arthur Weigallm qui avait collaboré activement avec Carter, Carnarvon et le reste de l'équipe durant les travaux de fouilles.

En 1933 il fut touché par une "fièvre inconnue", qui le conduisit rapidement à la mort.

Personne toutefois ne retint nécessaire de solliciter une enquête judiciaire à ce propos, et les journaux de l'époque préféraient trouver une explication à ces mystérieux décès dans une fortuite série de coïncidences, ou même dans la rumeur selon laquelle une terrible "malédiction" du pharaon aurait massacré les scientifiques liés à la découverte.

Il est évident que des personnes très puissantes et ayant beaucoup d'influences sur le gouvernement, la police et les médias, ont brouillé les pistes !

Ce sont ces mêmes personnes "très influentes" qui seraient responsables de la disparition de l'«hypothèse Khazars» dans les recherches de l'origine des juifs d'Europe.

Avant la création du sionisme en 1897, la théorie selon laquelle les juifs d’Europe venaient de population turco-khazars convertis au judaïsme était dominante, aujourd’hui, ceux qui osent en parler subissent d’énormes pressions alors que des preuves génétiques vont aussi dans ce sens (voir
les travaux du Dr Eran Elhaik), et tout cela toujours pour la même raison : la vérité met en danger l’existence légale d’Israël !

Voir la vidéo de l'ancien ministre Luc Ferry à ce propos :

Luc Ferry: Sionisme, Khazars et invention du peuple juif


Et plus la "malédiction" faisait de victime, plus la presse alimentait une atmosphère de superstition toujours plus dense et croissante, qui donna naissance à une des légendes modernes les plus connues au monde, qui a aussi été le point de départ de nombreux romans à succès.

Par la suite, l'événement fut rendu encore plus suggestif par l'adjonction d'anecdote impressionnantes sur certains présages néfastes qui se seraient passés le jour de l'ouverture de la crypte.

On fit par exemple circuler la rumeur selon laquelle, au moment de la sortie de la tombe du dernier ouvrier, se serait déchaînée une inquiétante tempête de sable, juste devant le tunnel qui conduisait à la tombe.

A cet événement surnaturel, aurait fait suite l'apparition à l'horizon d'un majestueux faucon (symbole de l'autorité royale dans l'ancienne Égypte) dirigé vers l'ouest, le lieu où les anciens égyptiens pensait que les âmes des morts se rendaient.

Au récit de cet épisode - dont on ne trouve par ailleurs aucune "preuves" historiques - s'en ajoutent d'autres toujours plus fantastique, qui finirent par affoler les pages des tabloïds du monde entier.

Un des épisodes les plus invraisemblables concernait justement la mort de Lord Cararvon, survenue à 1h55 du matin : on dit par exemple que à l'instant précis où expira le noble britannique toutes les lumières de la ville du Caire se seraient éteintes.

Un présage néfaste auquel aurait fait suite aussi la mort de son chien.

Certains improbables témoins racontèrent même que la pauvre bête, avant de mourir, était encore en train d'hurler de terreur, car elle percevait la présence d'une entité hostile qui était en train de la hanté.

Et au fur et à mesure que la liste des morts s'allongeait, les organes d'informations continuaient à alimenter la légende avec n'importe quelle circonstance "surnaturelle" capable de confirmer l'histoire de la malédiction, selon laquelle Toutankhamon aurait réussi à venger la profanation de la tombe royale, en tuant tous les auteurs du "sacrilège".

Mais quelque chose, dans tous ces comptes, ne tournait pas rond : Howard Carter, c'est-à-dire le principal responsable de l'expédition, et le découvreur effectif de la tombe, restait étrangement immunisé par les conséquences de l'"épouvantable punition".

Les circonstances réelles dans lesquelles Carnarvon perdit la vie restent toutefois assez obscures, puisque déjà quelques temps avant son décès le noble britannique manifesta de symptômes assez clairs d'empoisonnement.

Le comte, en effet, après avoir contracté la présumée infection létale, commença à souffrir inexplicablement de la chute de ses dents et de leur continuel effritement, qui sont des conséquences typique d'un empoisonnement à l'arsenic.

Mais, comme le démontre les enquêtes chimiques et bactériologiques conduite dans la tombe le matin suivant l'ouverture officielle, cette substance était totalement absente des chambres funéraires de Toutankhamon.

La mort de Mace, qui avait travaillé en étroite collaboration avec les découvreurs de la tombe, laissait également de forts doutes, qui sont par ailleurs confirmés par la biographie de Mace, publié en 1992 par l'écrivain Christopher C. Lee.Dans cette œuvre, on retrouve le texte d'une lettre écrite par Mace, le 14 janvier 1927 à son vieil ami A. Lythgoe.

Dans la missive Mace révélait que ses conditions de santé exécrables provenait d'un mystérieux empoisonnement à l'arsenic.Mais sur la façon dont Mace aurait pu subir un telle intoxication létale, le biographe n'a pas pu fournir d'explications plausibles.

Un secret à cacher

L'écrivain américain Arnold C. Brackman, dans son livre "The search for the gold of Toutankhamon" (1976), se disait convaincu qu'à l'époque de l'ouverture de la tombe la seule découverte archéologique qui aurait pu constituer un "grave scandale politique et religieux" étaient les documents historiques remontant à l'époque de Toutankhamon.

Brackman suggérait que grâce à eux il aurait été possible de démontrer de manière irréfutable l'étroite relation entre le premier pharaon monothéiste de l'histoire, "l'hérétique" Akhenaton (aujourd'hui attesté comme père de Toutankhamon) et Moïse, le législateur israélite qui selon la tradition de l'Ancien testament "conduisit le peuple d’Israël hors d’Égypte".

Pour confirmer cette hypothèse nous trouvons un important témoignage de Lee Keedick, que l'écrivain Thomas Hoving a reporté textuellement dans son volume de 1978, "Tutankhamon - the untold story".keedick a raconté avoir assisté à une discussion animée entre H. Carter et un haut fonctionnaire anglais, survenue en 1924 à l'ambassade britannique du Caire.

Durant la lutte houleuse Carter menaça de révéler publiquement " le bouillant contenu des documents qu'il avait trouver dans la tombe", documents qui - selon ce que Carter lui-même affirmait - "racontaient le véritable et scandaleux compte-rendu de l'exode des Hébreux de l'Egypte".

Toutefois, il semblerait qu'au terme de la discussion Carter ait trouvé un accord avantageux pour se taire, et de fait, depuis lors, ces papyrus ont disparus comme par magie.

Les documents disparus

L'existence de ces objets est enregistrée et cataloguée durant la rédaction du premier inventaire officiel, mais elle fut bruyamment démentie par Howard Carter- quand on commençait déjà à en parler un peu partout - peu après la mort soudaine de Lord Carnarvon (celle "due à une piqûre de moustique").

Carter
expliqua qu'il avait erronément classé certains bandages du pharaon comme des papyrus, à cause de l’absence de lumière électrique dans la crypte.

Mais sont explication était décidément bien fragile : si en effet il s'agissait d'un simple méprise dans le catalogage, les membres de son équipe aurait du s'en apercevoir très vite, vu l’intérêt qu'entre-temps les précieux documents avaient suscité.

L'évident mensonge de Carter eut donc l'effet opposé à celui désiré : au lieu d'ensevelir pour toujours la nouvelle de la découverte, les "papyrus disparus" de Toutankhamon devinrent l'objet de moqueries et de spéculations, qui se transformèrent en véritables doutes, quand il fut confirmer que Carter et Carnarvon avaient plus d'une fois fait de fausses déclarations à la presse.

On su en outre que les deux protagonistes de la découvertes étaient furtivement entrés dans les locaux de la tombe avant son ouverture officielle, pillant à l'occasion de nombreux objets du mobilier funéraire ayant appartenu au pharaon.

Une confirmation de la découverte des papyrus se trouve dans une lettre que Cararvon envoya en novembre 1922 à son ami, l’égyptologue Alan H. Gardiner.

Dans la missive réservée Lord Carnarvon décrivait en détails les objets découverts dans la tombe, et parmi les autres chose il affirmait "il y a une boîte avec à l'intérieur quelques papyrus".

Cette présence fut par la suite confirmée par une missives successive de Carnarvon à Sir Edgar A. Willis Budge, le gardien des antiquités égyptiennes du British Museum, datée du 1er décembre 1922.

Dans la lettre Carnarvon affirmait avoir trouvé dans la crypte du pharaon certain document de grande importance historique.

L'existence des papyrus était également confirmée par un des bulletins officiels qui partaient quotidiennement de Luxor, durant les fouilles.

Dans la dépêche télégraphique envoyée par Arthur Merton le 30 novembre 1922, on pouvait lire :"...une des boîtes trouvées dans la tombe contenait des rouleaux de papyrus desquels on peut s'attendre à retrouver des masses d'informations historiques".

Comme c'est bien connu, dans le cas d'une importante découverte archéologique, le découvreur évite de faire des déclarations officielle jusqu'à ce qu'il n'ait pu vérifier de fond en combles l'authenticité de sa propre découverte.

Il est donc peu probable que 4 jours après la découverte, aucun membre de l'équipe n'ait encore pris le soin d'effectuer les vérifications.

Nous savons en outre qu'Howard Carter ne démenti jamais les déclarations faites par Lord Carnarvon, et tant l'inventaire, que la première version des faits, furent modifiés seulement après la mort de ce dernier.

Selon certaines sources, le comte de Carnarvon aurait même confirmé la découverte des papyrus dans une interview donnée le 17 décembre 1922 - donc 21 jours après la découverte officielle - à un envoyé spécial du Times.

D'importants indices ultérieurs arrivent de l'égyptologue Alan Gardiner, qui à l'époque fut mis au courant de la découverte par Lord Carnarvon lui-même, et qui publia ses propre opinions sur la valeur effective des découvertes sur le "Times" le 4 décembre 1922.

Dans l'interview Gardiner déclarait :"Mes préférences me portent à être particulièrement intéressé par la boîte des papyrus qui a été retrouvée... D'autre part, ces documents pourraient d'une quelconque façon faire la lumière sur le changement de la religion des hérétiques (c'est-à-dire les pharaon de El Amarna) vers la précédente religion traditionnelle, et ce serait extraordinairement intéressant...".

La "scandaleuse" histoire d’Israël

Bien que ne pouvant pas disposer des précieux documents, la majeure partie des grands historiens sont désormais parvenus à un pas de la solution du mystère qui entoure la période historique de Toutankhamon (fils du pharaon hérétique) et de la naissance du peuple juif.

Ces conclusions confirment les rumeurs qui filtraient, à l'époque quand ce même Howard Carter admis devant certains témoins lors d'un discussion animée, que le véritable secret à caché concernait l'histoire d’Israël.

Les études les plus récentes conduites dans ce domaine démontrent en effet que selon toutes probabilités le peuple d’Israël tire ses origines du mélange racial entre les tribus sémites Hyksos et les autres minorités ethniques qui suivirent le pharaon hérétique Akhénaton avec sa caste sacerdotale Yahud.

Déjà, à l’époque de l'occupation napoléonienne de l'Égypte, l'érudit Jean-François Champollion suggéra l'existence d'un lien étroit entre l'Ancien testament et la période égyptienne de El amarna et son pharaon monothéiste.

Il s'agit donc d'une hypothèse déjà largement partagée dans le passé par d'illustre égyptologue, et même confirmée par Sigmund Freud.

Le père de la psychanalyse, qui était juif, avait étudié à fond les textes sacrés à la recherche des véritables origines du peuple israélites, et au terme de ses recherches il avait écrit :

"Je voudrais me risquer à une conclusion : si Moïse était égyptien, et s'il transmis aux hébreux sa propre religion, c'était la religion d'Akhenaton, la religion d'Aton".


D'autres illustres chercheurs d'origine juive, comme par exemple Messod et Roger Sabbah ("Les secrets de l'exode"), sont arrivés aux mêmes conclusions sur les origines du peuple juif.

Les nouvelles découvertes archéologiques ont donc contraint les chercheurs à revoir drastiquement leurs propres positions.

Pour Robert Feather, auteur du livre "Le dernier mystère de Qumran", les "rouleaux de la Mer Morte" (les "rouleaux" furent cachés dans les grottes de Qmran par la communauté juives des Esséniens) sont d'origine égyptienne, et il explique dans son livre qu'une bonne partie de la rédaction de l'Ancien testament est en réalité à attribuer à la caste sacerdotale du pharaon hérétique Akhenaton (Aménophis IV), les prêtres Yahùd.

Ces affirmations sont à mettre en relation avec les dernières théories, qui identifie les premières tribus d’Israël avec les Shasu - Hyksos (ethnie sémite originaire de la zone Mésopotamienne), qui adoptèrent la puissante caste sacerdotale égyptienne des Yahùd sous le guide du monarque monothéiste Amenophis IV/ Akhenaton, qui régna durant la période où aurait vécu le biblique Moïse.

Tandis que le patriarche des hébreux Abraham, si on s'en tient aux sources bibliques, provenait justement de la ville de Ur (devenue ensuite Babylone et aujourd'hui Baghdad), et avait donc des origines mésopotamiennes.

Akhenaton et l'histoire négligée de son peuple

Le nord de l’Égypte fut envahi par les Shasu - Hyksos aux alentours su XVIIe siècle a.C., et leurs rois s'établirent comme légitimes pharaons égyptiens pendant deux dynastie, la XVe et la XVIe.

Les Hyksos était un peuple sémite culturellement très avancé, qui disposait de technologie militaire d'avant-garde, comme les puissants chars de guerre mésopotamiens (chars, cavalerie lourde, casques et cuirasses), auxquels ils devaient très certainement leurs rapides succès militaires.

A la fin cependant les rois Hyksos furent vaincus et chassés définitivement au-delà du delta du Nil, tandis qu'une partie de leur peuple fut capturée et contrainte à l'esclavage.

Les réfugiés Hyksos
passèrent ainsi du statut de dominateur à celui de prisonnier, et leur permanence en Égypte s'étendit pendant environ 400 ans : la même période de temps indiquée par la bible comme "captivité égyptienne des hébreux".

Avec l'arrivée du pharaon hérétique Amenophis IV (qui s'est renommé Akhenaton), la minorité Hyksos se convertit au culte monothéiste d'Aton, suivant le sort de son bref règne.

Qu'advint-il après la chute de Akhenaton ?

Ce n'est aujourd'hui pas encore très clair, car les régents qui lui succédèrent en effacèrent toutes les traces dans l'histoire.

L'exode biblique apparaît donc comme indubitablement connecté aux vicissitudes du pharaon hérétique Akhenaton (les seules qui leur garantissent un fondement historique), qui instaura la nouvelle foi monothéiste dévouée au culte de ineffables Dieu Aton.

C'est à lui qu'Akhenaton dédia la construction d'une ville entière, Akhet.aton (ensuite El Amarna), le lieu où il rassembla son nouveau peuple autour du culte du soleil.

On a beaucoup débattu sur l'hérésie d'Aton, un monothéisme en réalité très atypique qui renfermait en lui, sans le renier, le complexe polythéisme égyptien.

De nombreux scientifiques préfèrent donc utiliser le terme de "hénothéisme", expliquant que Aton n'aurait pas été la seule divinité, mais bien le dieu suprême dont la vénération aurait pu remplacer toutes les autres puisqu'elles en dérivent.

Parmi les convertis a cette forme de monothéisme il y eut aussi les minorités ethniques alors présentent en Égypte, qui une fois réunie dans culte d'Aton donnèrent lieu à la naissance d'un peuple cosmopolite et multiracial, dont les membres d'origine sémite constituaient la majorité.

A l'intérieur de cette nouvelle nation il y avait aussi des races typiquement africaines, comme celle des Falashà éthiopien qui aujourd'hui encore revendiquent leurs origines juives.

Ces derniers toutefois, une fois le règne d'Akhenaton sur l’Égypte terminé, retournèrent dans la région africaine d'appartenance (l’Éthiopie), séparant ainsi leur destin de celui des autres rescapés hérétiques.

Les deux exodes donc - celui historique du pharaon monothéiste Akhenaton d'une part, et celui biblique de Moïse d'autre part - se vérifièrent exactement durant la même période historique, au point que les deux événements narratifs résultent tout à fait superposables l'une sur l'autre.

La Bible elle-même en outre nous informe que Moïse grandit comme un prince à la cour des pharaons, après avoir été retrouvé dans un panier qui flottait le long du Nil.

Un épisodes fabuleux qui a l'incomparable saveur d'une invention littéraire destinée à justifier la présence du patriarche dans la maison du pharaon.

Une histoire semblable est décrite dans les tablettes sumériennes. Selon ces textes, Sargon 1er, le conquérant des cités sumériennes, aurait été abandonné bébé aux eaux de l’Euphrate par sa mère « dans un couffin d’osier scellé par du bitume ».


Il semble donc évident que les scribes de l'Ancien Testament voulurent sceller la véritable origine de Moïse et de son peuple à leur propre ancêtre.

L'enquête de Messod et Roger Sabbah

Ce qui semble désormais certain, dans tous les cas, c'est la correspondance entre l'exode multi-ethnique survenu à El Amarna, au terme du règne d'Akhenaton en Égypte, et celui décrit dans la Bible avec la figure de Moïse.

Parmi les nombreuses preuves recueillies en ce sens aux cours des années, il y en a certaines qui sont particulièrement significatives, comme par exemple le Psaume 104 de l'Ancien Testament : selon l'interprétation la plus diffuse parmi les scientifiques laïques, le Psaume 104 n'est autre que la ré-élaboration du "Grand hymne à Aton", un texte que le pharaon hérétique en personne à fait rédiger (Le Grand hymne à Aton a été retrouvé dans la tombe du pharaon Ay à Akhet-Aton /el Amarna).

Selon l'interprétation digne de foi de Messod et Roger Sabbah, en outre, le terme hébreux "adonai", utiliser pour dire "mon seigneur", traduit dans le langage des hiéroglyphes égyptiens correspond à la parole D'Aton, tandis qu'une partie des scientifiques la traduit par adon-ay, c'est-à-dire, seigneur "Ay", le nom du premier successeur d'Akhenaton.

Même l'origine controversée de la prière chrétienne du Notre Père ("Notre père qui êtes aux cieux..."), nonobstant ce que l'Église Catholique laisse entendre, semble être, selon certains scientifiques, un hymne religieux qui remonte à l’Égypte ancienne, précisément à la période où était en vigueur le culte du Dieu-Soleil (d'où serait né des termes comme "le très haut" ou "le seigneur des cieux").

Il y a un siècle Albert Churchward, scientifique expert de mythologie, affirmait : "Les Évangiles canoniques peuvent être considérer comme un recueil de dires prélevés dans les mythe et dans l'eschatologie des égyptiens".

Bien plus récemment les co-auteurs de "Les secrets de l'exode", Messod et Roger Sabbah, sont arrivés à soutenir la même thèse en partant de l'examen rigoureux des sources les plus anciennes que nous ayons à disposition, comme certains textes sacrés écrit en araméen.

De cette façon ils ont évité de consulter les textes déjà traduits ou déformé par les interprétations précédentes, récupérant la précieuse signification originale.(Il est bon de savoir en effet que l'araméen n'utilisait pas les voyelles, et le traduire signifie toujours d'une façon ou d'une autre l’interpréter à sa propre discrétion).

Les auteurs ont exécuté un travail d'exégèse rigoureux et approfondi, qui a profité des études herméneutique digne de foi de Salomon Rashì, un traducteur d'hébreux médiéval très connu et respecté même dans le milieu juif orthodoxe, surtout parce qu'il est devenu le dépositaire exclusif de leur tradition orale perdue.

Roger Sabbah, égyptologue, archéologue et chercheur a fait des découvertes intéressantes :


Dans le tombeau de Toutankhamon, ouvert en 1923, figuraient des inscriptions rédigées en hiéroglyphes insolites, certaines lettres ressemblant à s’y méprendre – forme, prononciation, valeur symbolique – à l’alphabet hébreu (on sait aujourd'hui avec certitude que l'alphabet hébreu vient des hiéroglyphes, comme la Kabbale ou la coutume de la circoncision).


La coïncidence, à l’époque, n’émut personne. Pas plus que celle-ci: sur un mur du tombeau, le double « cartouche (la signature gravée) d’un obscur pharaon, Aï, dont le nom, en hiéroglyphes, ressemble à celui, dans la Bible araméenne, de Dieu, prononcé Adonaï (Aton-Aï).

Et, à l’entrée de la salle du trésor, gardant la tombe, couché sur un coffre, le chien Anubis (ou Anapi): en hébreu, « Nabi » signifie « gardien de la loi ».

Chien et coffre étaient recouverts d’un tissu sacré rappelant le châle de prière des Hébreux.
Le coffre à brancards, lui, pourrait s’apparenter à l’ « Arche d’Alliance » telle qu’elle est décrite dans la Bible.

Arguant de ces similitudes – il y en a bien d’autres -, les frères Sabbah ont relu de fond en comble les textes.


Ils en ont déduit que la langue hébraïque était issue des hiéroglyphes, stylisés.

Et, dès lors, tout s’est éclairé: les énigmes de la Bible, les noms aux consonances étranges parce qu’étrangères, les personnages, l’Histoire.

Le secret de la boîte n°101

Une fois éclaircie l'importance historique des papyrus éventuellement présents dans la tombe de Toutankhamon il est possible de retourner examiner les indices qui suggèrent que ces derniers aient été occultés, tandis que le motif pour lequel ces documents étaient, et sont encore aujourd'hui considéré, politiquement explosifs devrait devenir de plus en plus clair.

Laissons un moment à part l'événement de la découverte, et faisons un bref saut en arrière dans l'histoire.

La naissance du Sionisme

Les idées sionistes commencèrent à se diffuser au sein de la communauté juive à travers les publications et les discours de Binjamin Ze'ev, plus connu comme Theodor Herzl.

En fait on sait aujourd'hui que le vrai fondateur du sionisme contemporain n’était pas juif, mais chrétien dispensationaliste, c'est un américain, le
révérend William E. Blackstone, au service des puissantes familles JP Morgan et Rockefeller, qui a convaincu Theodor Herzl de créer le mouvement sioniste en Europe, mouvement qui a ensuite été financé par la famille Rothschild.

L'autre curiosité quant au choix de Théodor Herzl comme dirigeant du mouvement sioniste par les banquier américains, c'est qu'il était antisémite comme le remarque ce documentaire en hébreu avec sous titre en français :
Theodore HERZL "Le coté antisémite du Sionisme"

Son volume "Der Judenstaat" (l'état juif) de 1896 devint ainsi une sorte de "texte sacré" chez les plus fervents militants sionistes.Theodor Herzl est passé à l'histoire comme le fondateur officiel de la World Zionist Organization (la première organisation sioniste au niveau mondiale), un mouvement qui fonde sa propagande sur deux questions fondamentales : le concept de "race juive", et son lien essentiel avec le Terre Promise, Eretz Israel (qui ne signifie pas "Terre d'Israël" dans le sens géographique, mais Terre des descendants de Jacob, c'est-à-dire "israélites").

Le lobby sioniste ne fut jamais un mouvement politique quelconque, car il pu compter dés le début sur l'appui exclusif de pouvoirs fort de l'époque.

Ce qui explique ce qui est dit plus haut, sur l'influence des personnes qui ont réussi à cacher l'origine de la religion juive et l'origine non juive des juif d'Europe.

Le support financier des futurs colons juifs en effet fut assuré par le sommet historique des éminents banquiers et franc-maçons qui se tint à Bâle en 1897, durant les travaux du Premier Congrès Sioniste.

Le congrès était présidé par le baron Edmond de Rothschild, lequel mis à l'ordre du jour la naissance d'un institut de crédit qui avait pour but principal de soutenir la cause sioniste.

Les sionistes, de leur côté, malgré le manque de fondement tant historique que biologique, cherchaient par tout les moyens à valider et diffuser le concept de "race juive" : une idéologie qui trouva sa propagande dans des œuvres comme celles de Vladimir Jabotinsky (un des plus grands activistes historiques du sionisme réviosonniste).

Ces derniers en effet, à cause justement du procès d'intégration qui était effectivement en cours à cette époque, considéraient que la pureté ethnique des juifs était en grave danger, en arrivant à soutenir que la seule solution possible pour y remédier était la construction d'un état juif.

A ce point il n'est pas difficile d'imaginer comme l'éventuelle diffusion du contenu des papyrus, qui réécrivaient la racine historique de l'origine du peuple juif, aurait desservi la cause sioniste de manière probablement létale. (Comme cela a déjà été dit, à cette époque la cause n'avait pas encore rencontré un grand succès.

Ce fut seulement dans les années 30, avec l'arrivée au pouvoir d'Adolf Hilter, que la politique sioniste commença à obtenir un large consensus au sein même de la communauté juive.

Suite à la propagande anti-sémite du dictateur allemand, de nombreux juifs acceptèrent bien volontiers la proposition de déménager définitivement en Palestine, amorçant ce programme d'immigration consistant qui amena par la suite à la naissance de l'état juif.

Il faut savoir qu'Hitler était favorable au sionisme et a travaillé avec les sionistes à la création d'Israël comme lors du
contrat de transfert ou accord Haavara (voir Wikipédia).

Voir aussi ce documentaire :
Hitler a co-fondé Israël en 1933 avec les Juifs sionistes (Le Contrat de Transfert)

Et il a aussi fait éliminer les historiens intègres qui défendaient encore l'origine Khazars des juifs d'Europe et donc il a complété le travail de réécriture de l'histoire de l'origine des juifs d'Europe, commencé par les sionistes.

Paradoxalement donc la politique de ségrégation raciale mise en œuvre par le Fuhrer joua en faveur des Sionistes qui poussaient à une émigration juive de masse vers la Palestine.

L'histoire doit encore éclaircir de façon approfondie les différents points de contact qui de fait s'enregistrèrent entre les nazis et les sionistes, dans cette convergence d'intérêts paradoxale.

Conclusion

Nous somme donc face à une troisième hypothèse, pour chercher d'expliquer la série impressionnant de morts suspectes qui est à la base de cet événement : hasard statistique, malédiction du pharaon, ou 'intervention humain", visant à empêcher la diffusion des contenus des précieux papyrus ?

Cet article suggère clairement la troisième hypothèse, mais il n'existe aucune preuve concrète qui légitime cette accusation envers les sionistes de l'époque.

Il existe cependant une curieuse connexion, difficile à ignorer : la présence du baron Edmund de Rothschild dans le cercle des personnes qui connurent en premier la vérité sur le bouillant contenu des documents.

L'éminent banquier jouissait en effet d'un canal d'information privilégié, étant parent direct d'Alfred de Rothschild, le financier qui couvrit les dettes du désargenté comte de Carnarvon.

A. De Rothschild
, à son tour, était le père naturel de la femme de Carnarvon, lady Almina, la fille de Marie Felice Wombwell, une femme légalement mariée à l'anglais George Wombwell.

Ce degré de parenté entre un des membres les plus puissants de la famille juive et Lady Almina - elle aussi parmi les victimes de la "malédiction" - est clairement témoigné dans les mémoires du VI comte de Carnarvon, et il apparaît donc évident que, si réellement on avait retrouvé un compte-rendu historique sur les véritables origines du peuple juif, un membre influent du lobby sioniste comme E. Rothschild l'aurait certainement su.

Pour ma part, je pense que les Rothschild savaient déjà ce qui serait découvert dans la tombe de Toutankhamon et qu'ils se sont servis de Carnarvon (homme ruiné à leur merci) pour pouvoir agir en toute discrétion...


Source : www.secret-realite.net
La traduction a dû être réalisé par l'un de ces deux sites : terremysterieuse.doomby.com
lescoulissesdelinfo.blogspot.com

Alter Info l'Information Alternative

False Flag Donald Trumpé ?

False Flag Donald Trumpé ?

N.O.M. DE N.O.M. !

Donald Le Trumpeur se serait Trumpé sur toute la ligne ?

Étonnant non ? N.O.M. !

~~~~▼~~~~

Anticipation politique : Rencontre, briefing (fictif?) de Trump avec un « conseiller »…

Peut-être bien plus près de la réalité qu’on voudrait bien le croire… La mascarade politique et électorale est à son comble, partout. Boycott de toute cette fange ! Union pour la confédération des communes libres dans une société des sociétés. Nous (la société) n’avons AUCUNEMENT besoin de l’État… c’est LUI qui a désespérément besoin de nous. Nuance… énorme nuance … Débarrassons-nous de l’inutile, de l’obsolète, le seul véritable progressisme réside dans ;e changement radical de paradigme politico-social, tout le reste n’est que pisser dans un violon et en attendre la 5ème de LVB.

~ Résistance 71 ~

URL de l’article sur R71 ► https://resistance71.wordpress.com/2017/02/27/anticipation-politique-rencontre-briefing-fictif-de-trump-avec-un-conseiller/

Quel sera l’incendie du Reichstag de Trump ?

James Corbett |  25 février 2017 |  URL de l’article : https://steemit.com/news/@corbettreport/what-will-be-trump-s-reichstag-fire

Illustration du billet de jbl1960blog issue de l’article original en anglais

 ~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~
Bonjour Mr le président. Merci de m’accorder ces quelques minutes d’entretien aujourd’hui. Je comprends que votre temps est précieux, alors permettez-moi d’aller droit au but: Vous pensiez que cette complète mascarade électorale allait faire de vous le “leader du monde libre” n’est-il pas ? Que vous seriez maintenant en charge du pays et que vous pourriez faire ce que vous voulez c’est çà ? Ha ha ha ha ! Ouais, ils pensent tous çà au début. (NdT: sauf ceux qui savent dès le départ comment çà se danse, Trump est-il de ceux-là ?…)
Bon, maintenant que ce délire est retombé comme un soufflet, comment trouvez-vous la réalité des choses ? Pas si terrible hein ? Vous espérez pouvoir gouverner juste par décrets non ?
Et ben, si je vous disais que c’est possible ! Débarrassez-vous des tribunaux “Obtenez un blanc-seing du Congrès ! Foutez à la poubelle cette satanée constitution, çà vous intéresserait ?
Bien entendu. C’est pourquoi je suis ici aujourd’hui Mr le président, écoutez-moi donc.
Vous avez besoin de sortir du chapeau une manœuvre de Mukden, un truc à la sauce Golfe du Tonkin, un incident de Gleiwitz, un Lavron lark ou une machination de Moscou.
Vous savez… Un faux-drapeau quoi !
On vous a esquissé quelques possibilités à étudier, les voici:
Vous avez déjà “averti l’Iran” au sujet de leur essai de missile balistique récent. Excellent ! Vous comprenez mieux que personne que le public est bien trop ignorant pour savoir que ce test n’est aucunement une violation de la résolution 2231 du CS de l’ONU. Ce qui est le plus important c’est que le public CROIT que les Iraniens sont en train de violer d’une certaine façon l’accord sur le nucléaire et que ceci implique des missiles ou quelques trucs que ce soit de cet acabit. Continuez ce bon boulot !
Ensuite, vous devez faire croire aux gens que l’Iran est en train d’attaquer les Etats-Unis avec ces missiles. Ils n’attaquent pas les USA ? Ils n’attaquent personne ?… Pas de problème ! Fabriquez un évènement, littéralement quiconque attaque n’importe qui dans le monde et dites que c’est une attaque de l’Iran sur les États-Unis!
Je sais que plein de gens ne se prêteraient pas à sortir un mensonge aussi flagrant, mais c’est ce que j’aime particulièrement chez vous cher monsieur, vous n’avez aucune peur de mentir, aucun trouble avec le méga mensonge. C’est de çà qu’a besoin le pays. La façon dont vous avez convaincu Sean Spicer de mentir directement à la face du public en lui faisant dire que l’Iran avait tiré des missiles sur un navire de l’US Navy était un coup de maître. Qui d’autre que vous aurait pu penser à prendre une attaque des rebelles Houthis du Yémen sur une frégate saoudienne et retourner l’évènement pour en faire une attaque de l’Iran sur un vaisseau américain ? C’est tellement incroyable que seul le public américain pouvait gober un truc pareil !
Et maintenant vous avez juste besoin du coup de grâce (en français dans le texte original). On a retrouvé un vieux plan d’il y a une dizaine d’années, vous savez du temps de l’administration du président Dick Cheney ?
Quoi ?… du président Bush ? Hahahahaha, elle est bien bonne, excellent monsieur.
Donc, oui, à cette époque, le président Cheney avait suggéré de déguiser des commandos des forces spéciales américaines en Iraniens, de maquiller un navire américain en navire iranien et de faire attaquer un vaisseau de l’US Navy. C’est peut-être un peu trop osé même pour ce gouvernement, mais c’est faisable. Ou on peut juste continuer de pousser sur la ligne Houthis-Iran-Saoudiens-États-Unis. Ou on peut créer un autre “incident du Tonkin”. Vous savez qu’on a déjà fait les essais de ce plan avec le “Mason” à l’automne dernier. Les derniers sondages publics effectués montrent que le public a tout avalé : appât, hameçon, ligne et bouchon, la totale, donc c’est une option qui est vraiment toujours sur la table.
Une autre option pour un faux-drapeau spectaculaire est évidente: Une opération cybernétique fausse-bannière. Je n’ai pas besoin de vous rappeler que nous avons conditionné le public pour qu’il s’attende à une attaque cybernétique majeure. La compromission d’un million de cartes de crédit ici, une mystérieuse opération de hacking banquier là, une rumeur d’attaque cybernétique sur des centrales électriques qui ne se sont jamais produites (mais Hé, blâmons les Russes au passage…).. Vous savez comment çà se danse…
Maintenant Mr le président, parmi votre excellent choix de va t’en guerre, de banquiers et de sbires de l’establishment pour votre cabinet, je dois spécifiquement vous féliciter pour le choix de Rudy “le boucher de New York” Giuliani en tant que votre conseiller à la cybersécurité. C’est brillantissime à tous les niveaux. D’abord, le type n’a absolument aucune éducation, aucun entraînement, ni aucun intérêt dans la technologie de pointe ou dans la sécurité cybernétique, comme ça il ne risquera pas de faire faire quelque progrès que ce soit dans les problèmes actuels. Secundo, il est un parfaitement légitime suspect des attentats du 11 septembre 2001 !! Il a admis sa connaissance préalable des effondrements des tours ! Qui peut le mieux couvrir et maquiller le prochain faux-drapeau que l’homme qui a couvert le dernier ! Comme en poésie, ça rime !…
Et notre prochaine option sur la liste coule aussi tellement de source. Vous vous rappeler quand le juge a abrogé votre décret anti-immigration ? Non, la première fois et vous aviez touité:
“Je ne peux pas croire qu’un juge ait pu mettre notre pays en tel péril. Si quelque chose arrive, blâmez le et le système judiciaire. Les gens affluent. Mauvais !”
— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) February 5, 2017
Incroyable ! On dirait que vous avez reçu un entraînement formel sur le comment faire son petit faux-drapeau… Ça s’écrit tout seul. Demandez au FBI de trouver un réfugié syrien à financer, à entraîner et à encadrer tout du long, choisissez une cible et aidez le à l’attaquer ou mieux, faites l’attaque vous-même et piégez-le. Le meilleur est que si quelque chose foire à un moment donné, on peut toujours lui sauter sur le râble avant que le merdier ne pète et on peut le jeter à tout jamais. Je pense que vous connaissez bien le script de ce truc maintenant.
En fait, c’est une suite sans fin de trucs qu’on pourrait sortir du chapeau. Une attaque EMP (Electro-Magnetic Pulse) est une de ces vielles cartes dont on ne se lasse jamais, on a çà en stock depuis des années ou alors une attaque terroriste biologique. Vous pouvez toujours sortir celle-là de votre chapeau.
Vous savez bien comment çà marche. Tout cela dépend juste de la façon dont on veut que ça vire. On veut commencer un truc avec l’Iran ? Hop, une attaque Houtie sur une frégate saoudienne et kaboum, vous avez votre guerre. On veut une répression domestique ? Une attaque style 11/9 cybernétique et hop… on a notre Patriot Act électronique. On veut pousser une nouvelle ère de contrôle biométrique des frontières ? Suffit de pincer un homme de paille réfugié… La Corée du Nord… Pan, une attaque EMP. On veut un nouveau croquemitaine du terrorisme de l’ombre contre lequel on mènera une nouvelle guerre sans fin ? Hop, un p’tit coup de terrorisme biologique. Vous pouvez même essayer des cocktails de tout çà. Vraiment, les possibilités sont sans fin…
… Pardon, vous dîtes ?… Et votre opinion ?… Vous êtes vraiment une personnalité Mr le président, je vous l’accorde. Croyez-vous vraiment que vous pouvez avoir une opinion sur tout çà ? Que votre avis compte ?… Croyez-vous vraiment que je suis ici pour vous demander votre avis ? Vraiment ?… très fort monsieur, très fort. Non, je suis ici pour vous dire quelques unes des options que NOUS considérons. Ainsi, lorsque le temps arrivera, où que vous soyez, quoi que vous fassiez à ce moment là, par exemple que vous soyez assis dans une salle de classe pleine d’enfants en train de lire une histoire de biquette, vous saurez rester assis bien tranquillement et vous attendrez vos ordres à venir bien gentiment.
Est-ce que je me fait bien comprendre ?…

~~~~▲~~~~
Oui, reçu 5/5 ! Aussi, appelons au boycott total, parce que se profile la même chose en France dans moins de 2 mois… Et je vous rappelle juste que l’on est sous état d’urgence, et qu’on y restera !
Pour que plus rien ne rentre dans les urnes, ni vos rêves, vos illusions et par voie de conséquence nos vies ► Pour que plus rien ne rentre dans leurs urnes…
Tenez, dans cette PAGE de mon blog, en PDF des lectures pour permettre cette ; Union pour la confédération des communes libres dans une société des sociétés ► LES PDF DE JBL1960

JBL1960


Alter Info l'Information Alternative

Erdogan et Gülen même combat: servir le sionisme

Erdogan et Gülen même combat: servir le sionisme
 
1
Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdoğan, à droite, est une marionnette du mouvement Illuminati juif contrôlé Gulen dirigé par Fethulah Gulen, à gauche, qui a financé le pseudo d'Erdogan islamiste "Justice et développement" Partie CIA argent de la drogue.
L'ensemble «printemps arabe» islamiste le mouvement est calqué sur la Turquie, un état ​​Mossad-CIA, dirigée par les Juifs cryptographiques. Savoir que les agences Illuminati juive contrôles derrière la terreur et les assassinats en Turquie. .
Fethullah Gülen a travaillé pour la CIA depuis 1964 et a recueilli des étudiants brillants après l’obtention du diplôme à les utiliser. Leur secte est le plus grand en Turquie. Ils gouvernent AKP (le gouvernant Parti Justice et Développement), la police turque, les agences de l’armée et du renseignement et bien plus encore.

2 (L. Gulen et le Pape Jean - Paul II faire la poignée de main maçonnique)

3
(Obama visite une école Gulen en DC)

En Turquie, l'armée turque Juif et Intelligence Agency sont derrière tous les assassinats politiques par des groupes terroristes. . Comme toutes les affaires juives, celles - ci doivent être secrètes. A l'heure actuelle, dans le monde environ 90% des agences de renseignement sont contrôlés par la communauté juive internationale. MOSSAD, CIA, MI6, SVR, MIT, etc. Juifs doivent agir en secret, parce qu'ils ont été l’intention de détruire l’humanité de sorte qu'ils doivent cacher leur but
Intelligence Agency turque et les forces militaires turques ont tué un grand nombre de politiciens, chefs de police, des soldats, des journalistes etc ... L’un d'eux était Uğur Mumcu, à gauche. Il était un journaliste et universitaire. Il connaissait sur ​​le groupe terroriste kurde PKK. Il savait que "Abdullah Öcalan, le leader du PKK, était un espion de l’Agence du renseignement de la Turquie." Il voulait réveiller les Turcs. Sa femme est un parlementaire aujourd'hui. Son nom est Şükran Güldal Mumcu. Elle essaya de trouver les meurtriers de son mari, mais ne pouvait pas. Parce que Uğur Mumcu a été tué par Juif contrôlée Intelligence Agency turque. Tout le monde sait cela, mais ne peut rien faire. Même sa femme. Un autre fut assassiné était le général Eşref Bitlis. Il a été tué par une même organisation contrôlée Juifs. Général Eref Bitlis savait tout sur ​​l’armée turque contrôlée Juif et le PKK. Il a essayé de les arrêter, mais il a été tué. Un autre était assassiner Gaffar Okkan. Il était un chef de la police. Un autre assassiner était Adnan Kahveci, un parlementaire qui a enquêté sur le terrorisme kurde en Anatolie orientale et a préparé des documents. Il a été tué par une même organisation de Juifs contrôlée. Mushin Yazıcıoğlu, un autre parlementaire a été tué par les forces militaires turques. Un autre était assassiner Turgut Özal. Il était le président. Il a été empoisonné par l'Agence de renseignement turc parce qu'il a essayé de résoudre la terreur kurde. Il y a beaucoup plus de meurtres en Turquie. Adi İpekçi (journaliste), Nihat Erim (ancien premier ministre), Gün Sakaz (parlementaire) Forces armées turques ont pas encore été démantelé. Illuminati Juifs contrôlent encore la Turquie en utilisant des marionnettes militaires.

4

(Pseudo islamiste Erdogan avec ses copains)
Plus sur Gulen

Fethullah Gülen a travaillé pour la CIA depuis 1964 , lorsque le diplomate américain Graham Füller l' a créé et lui a financé avec l' argent de la drogue. Il est soupçonné d'avoir amassé 25 milliards $ de l’héroïne. Le mouvement Gulen "forme le sommet d'un énorme conglomérat qui comprend des ONG, des entreprises, des journaux et des dortoirs des collèges en Turquie, ainsi que les écoles à travers le monde." Plusieurs journalistes qui ont essayé de sondage Gulen se sont trouvés poursuivis ou emprisonnés. Il a des centaines d'écoles du monde entier. Ces écoles sont financées par la drogue de la CIA. Et ces écoles agissent comme des bureaux de la CIA & MOSSAD. S'il ne meurt pas en quelques années, Juifs l'oindre comme le Calife du monde musulman. Qu'est - ce que Calife? Le maître chef spirituel du monde musulman. Le LEADER UNIQUE. Une sorte de judaïste musulman pape. Dans le printemps arabe en Egypte, le Maroc, l’Algérie, la Syrie, Tunis, la Libye, le Yémen et la Turquie, des dizaines de "Justice et développement Parties» ont été établis. Au Moyen - Orient, ces partis ont été soutenus par les Frères musulmans Illuminati Juifs sous contrôle.

5

(L’ancien président turc Abdullah Gul est un autre costume à l'emploi des Illuminati Juifs)

En 1997, Abdullah Gül a été invité à New York pour la réunion CFR. Conseil des relations étrangères juives. Et après cette réunion AKP a été créé et a remporté les élections en 2002 et fut président de la Turquie. On croit qu’Abdullah Gül est également un Juif crypto. Il signe comme un franc - maçon.


D’apres les dossiers de la Cour et le témoignage des anciens fonctionnaires du gouvernement montrent que Fethullah Gulen, qui réside actuellement en Pennsylvanie, a amassé plus de 25 milliards $ d'actifs de la route de l’héroïne qui va de l’Afghanistan à la Turquie.
Sibel Edmonds, un ancien traducteur du FBI , a déclaré que l'argent de la drogue a été acheminée dans les coffres de Gulen par la CIA " Selon Sibel Edmonds: '. un grand nombre des médicaments allaient à la Belgique avec des avions de l’OTAN » Après cela, ils se sont rendus au Royaume - Uni, et beaucoup est venu aux États - Unis par l’intermédiaire d’avions militaires à des centres de distribution à Chicago, et Paterson, New Jersey. dans sa Turquie natale, grande fortune de Gulen a été utilisé pour créer le Parti de la Justice et démocratique
Abdullah Gül, est un disciple Gulen ainsi que le premier ministre Recep Tayyip Erdogan, et Yusuf Ziya Ozcan, le chef du Conseil de la Turquie de l' enseignement supérieur .Gulen a acheté des journaux, des chaînes de télévision, les entreprises de construction, les universités, les banques, les services publics, les points de vente technologiques, pharmacie, et des entreprises de fabrication dans tout le pays. " En outre, il a établi des milliers de madrasas (écoles religieuses islamiques) dans toute l’Asie centrale, où Les étudiants sont endoctrinés dans les préceptes de l’Islam militant .Mais le mouvement Gulen ne se limite pas à la Turquie et l’Asie centrale. " Quatre-vingt-cinq écoles Gülen ont été mises en place aux États-Unis que les académies d'affrètement financés par des fonds publics. Gulen EST affilié à la CIA À l’appui de sa demande de statut de résident permanent, Gulen a obtenu des lettres de soutien et de l’approbation, de Graham Fuller et d’autres anciens responsables de la CIA. "Sa pétition a également été approuvé par l’ancien secrétaire d'Etat Marc Grossman, et ancien ambassadeur en Turquie Morton Abramovitz ". Empire ottoman a été détruit par la communauté juive organisée. En 1923, la Turquie a été créée par le Juif Atatürk.

Alter Info l'Information Alternative

Nouvel Ordre Mondial: Russie contre Mafia Khazare ?…

La Russie appelle à l’élimination du Nouvel Ordre Mondial
Nouvel Ordre Mondial: Russie contre Mafia Khazare ?…
“Lavrov a dit que le temps où l’occident décidait est fini et, reléguant l’OTAN à une relique de la guerre froide a ajouté: ‘j’espère que le monde va choisir un ordre mondial démocratique, un post-occidental, dans lequel chaque pays est défini selon sa souveraineté,’”

Parlant à la conférence de Munich sur la sécurité, on nous dit que le ministre des AE russe Sergueï Lavrov “a appelé samedi la fin d’un monde dominé par l’occident et a dit que Moscou voulait établir une relation ‘pragmatique’ avec les Etats-Unis.”

Ceci est très certainement une magistrale gifle au Nouvel Ordre Mondial et à ses agents tels que John McCain et la clique néoconservatrice, qui ne sont jamais fatigués de boire le sang des autres au Moyen-Orient et ailleurs. Et ceci n’est que le début:

““Lavrov a dit que le temps où l’occident décidait est fini et, reléguant l’OTAN à une relique de la guerre froide a ajouté: ‘j’espère que le monde va choisir un ordre mondial démocratique, un post-occidental, dans lequel chaque pays est défini selon sa souveraineté,’ Lavrov a ajouté que Moscou voulait construire des relations avec Washington qui seraient pragmatiques, fondées sur le respect mutuel et la reconnaissance de notre responsabilité envers la stabilité mondiale.”

Lavrov, qu’il le sache ou non, demande le retour de la raison pratique dans le firmament politique. Sa plaidoirie est certainement en accord avec ce que Kant aurait appelé un impératif catégorique qui recherche des principes universels. Comme je l’ai discuté dans le passé, l’impératif catégorique interdit la contradiction et l’irrationalité précisément parce qu’il est basé sur la loi morale elle-même, déclarant:

“N’agissez qu’en accord avec cette maxime par laquelle vous pouvez et en même temps voulez qu’elle devienne une loi universelle.”[1]

Ceci de manière évidente balance l’idéologie du N.O.M par la fenêtre parce que le N.O.M lui-même ne peut pas être universalisé. Les agents du N.O.M continuent de détruire un pays après l’autre sans aucun principe moral. Ce qui est le plus stupéfiant pour la majeure partie du monde est que les agents du NOM ne voient rien de mal à oblitérer des hommes, femmes et enfants. Ils n’ont aucun remords. Ecoutez attentivement ce que dit Ann Coulter ici:

“Désolés que nous ayions à utiliser votre pays, Irakiens, mais vous avez laissé Saddam au pouvoir et nous allons apporter la démocratie dans votre pays.” [2]

Ainsi, pour “instiller la démocrastie”, des hommes, femmes et enfants doivent mourir par milliers. Des mères doivent porter le deuil de leurs bébés et les pères doivent être disloqués. Cette “démocratie” est en fait l’enfer sur terre. Coulter et ses patrons continuent de vivre dans un monde fantasmagorique où la raison pratique ne joue absolument aucun rôle. Si ceci semble assez tiré par les cheveux, peut-être est-il utile alors d’amener le grain de sel de l’enflammé nouveau con(ervateur) juif Michael Ledeen qui a déclaré:

“La destruction créative est notre second prénom, à la fois dans notre société et à l’étranger. Nous déchirons tous les jours un peu plus l’ancien ordre mondial, du monde des affaires à la science, en passant par la littérature, l’art, l’architecture, le cinéma, la politique et le droit. Nos ennemis ont toujours détesté ce tourbillon d’énergie et de créativité qui menace leurs traditions (quelles qu’elles soient) et fait honte à leur incapacité de maintenir le rythme… Nous devons les détruire pour faire avancer notre mission historique.” [3]

Il se trouve que le Nouvel Ordre Mondial, que la mafia khazare et ses laquais tentent d’établir depuis des années n’est pas fondé sur la poursuite de la vérité ou de principes moraux, mais sur les mensonges catégoriques, les escroqueries monumentales, des moyens de déception et des falsifications et fabrications complètes. Vous rappelez-vous comment les agents du NOM ont mené le peuple américain à la guerre en Irak ? Vous vous rappelez comment ils ont mené les moutons en Afghanistan (NdT: qui fut en fait avant l’Irak… Afghanistan dès Octobre 2001, l’Irak en 2003..) puis en Libye (2011) ? Vous souvenez-vous comment ils voulurent la même chose pour la Syrie ? (NdT: 2011, après la Libye. L’armée “djihadiste” mercenaire de l’OTAN fut transférée par l’OTAN de Libye à la Syrie, puis d’autres mercenaires furent également formés en Arabie Saoudite et au Qatar, en Jordanie et en Turquie, et passés par les frontières limitrophes sous protection de l’aviation yankee…)

Voyez-vous, personne ne peut universaliser l’idéologie du NOM parce qu’elle est fondamentalement et existentiellement incohérente et Kant l’aurait sans nul doute jetée dans la poubelle de l’histoire une bonne fois pour toute.

La morale ou la loi universelle, dit Kant, est ce qui nous lie tous ensemble en tant que créatures rationnelles. Toute déviation de la morale est une recette pour un désastre. Ainsi, tout système qui cherche à écarter la morale doit avoir tort précisément parce que ce système va inévitablement devenir incohérent et sans aucune valeur métaphysique. Kant continue pour dire que pour qu’une action soit bonne, “il n’est pas suffisant qu’elle soit conforme à la morale, mais elle dit aussi être faite dans le but de la morale.” [4]

Kant une fois de plus tue l’idéologie du Nouvel Ordre Mondial ici. Et si vous pensez que Kant est hors de propos ici, écoutez ce que nous dit le nouveau con enflammé qu’est John Bolton:

“C’est une grosse erreur de notre part que de donner une quelcnque validité à la loi internartionale… parce que sur le long terme, le but de ceux qui pensent que cela veut vraiment dire quelque chose, sont ceux qui veulent restreindre les Etats-Unis.” [5]

Ce que finalement Bolton a dit est que la loi internationale et l’idéologie du NOM sont incompatibles. Pour que l’un existe, l’autre doit être supplanté. Mais Bolton ne s’est pas arrêté en si bon chemin ; il a continué et déclaré qu’il veut “faire la promotion du secret et faire passer ce mensonge !” et aussi “si je devait dire quelque chose que je sais faux pour préserver notre sécutité nationale, je le ferai.” A dit Bolton il y a quelques années.

En d’autres termes, des gens comme Bolton sont grassement payés pour mentir au peuple américain. Ce sont des satanistes.

De manière évidente, Lavrov semble avoir traité au niveau de Kant lorsqu’il a essentiellement demandé un arrêt du NOM, qui n’est que satanisme déguisé. Cela ne devrait pas être une surprise de voir que les agents du NOM sont toujours tristes et énervés de constater que la Russie continue de jouer un rôle majeur dans l’établissement de ce que Lavrov appelle un ordre mondial “pragmatique”.

Mais qui a établi l’idéologie du NOM dans le monde ? Qui est derrière les guerres perpétuelles en Irak et partout ailleurs ? Qui est derrière l’immigration forcée de masse en Amérique et en Europe ?

Réponse courte: la mafia khazare… La Russie dérange son agencement du monde et les membres de cette mafia veulent contre-attaquer, pas en termes moraux, mais sur un principe diabolique. La Russie les a empêché d’oblitérer la Syrie et la mafia khazare ne pardonnera jamais à Poutine ce crime politique.

Ceci est une des raisons pour laquelle les agents du NOM et les satanistes envoient les marionnettes nouveaux cons comme John McCain au front politique. C’est aussi une des raisons pour laquelle ce même McCain est incapable de mettre deux pensées cohérentes l’une derrière l’autre.

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

[1] Emmanuel Kant, Foundations of the Metaphysics of Morals (Indianapolis: Bobbs-Merrill, 1959), 39.

[2] George Gurley, “Tea With Miss Coulter,” NY Observer, November 12, 2011.

[3] Quoted in John Laughland, “Flirting with Fascism,” American Conservative, June 30, 2003.

[4] Emmanuel Kant, Groundwork for the Metaphysics of Morals (New York: Torchbooks, 1964), 390.

[5] Jon Basil Utley, “Trump and the Neoconservatives,” American Conservative, November 13, 2016.

url de l’article original:

http://www.veteranstoday.com/2017/02/21/russia-calls-for-the-elimination-of-the-new-world-order/

Alter Info l'Information Alternative

Ockrent fait son show avec les harkis de Maïdan

Ockrent fait son show avec les harkis de Maïdan
Je savais depuis longtemps que Mme Ockrent (compagne du représentant franco-sioniste Kouchner de la « guerre humanitaire préventive » qui fait tant de victime dans le monde et en particulier au Proche-Orient) était la courroie de transmission médiatique indigène de l’appareil militaro-industriel occidental.
 
Les réseaux puissants que vous devinez l’ont imposée à France Culture dans émission du samedi « Affaires étrangères » à 12h, en remplacement des deux Corses atlantistes de service qui ne faisaient plus l’affaire (Colombani et Casanova), après qu’une révolte se soit déclenchée contre elle à France 24 et à RFI par le personnel excédé par cette autocrate qui pratique l’abus de pouvoir sans limite.
 
Je vous recommande au passage de vous intéresser à la biographie de ces cocos.
 
L’émission d’aujourd’hui consacrée à la crise ukrainienne dépasse en propagande crasse tout qu’il m’a été donné d’entendre à ce jour. Je me suis encrotter les portugaises aujourd’hui. Pas un poil qui dépasse. Cela rappelle les beaux jours de « Radio Free Europe »
 
Evidemment, tout cela témoigne de la panique qui a saisi certains réseaux d’intérêt de ce que Trump puisse renouer avec Moscou et abandonner ses supplétifs (sachant que dans tous les conflits de l’histoire les harkis sont toujours cocufiés lorsque les ennemis signent la paix) :
 
            - Les Français hollando-sakoziens ont perdu Clinton et Juppé. Ils misent tout sur le rejeton de la banque Rothschild et sont terrorisés à l’idée de voir la Marine hisser les voiles au-dessus de l’Elysée ;
 
            - Les Kurdes (turco-syro-irako-iraniens, même s’ils ne s’entendent pas tous entre eux) serrent les fesses avec la peur de voir les USA et rejoindre le couple russo-irano-turque ;
 
            - Les gandouras qui flottent jordani-qataro-saoudiens… pour se limiter aux plus aérées, se demandent quand l’inévitable va arriver et quand l’Amérique va tirer la chasse d’eau… Cela a failli se produire sous le plus taré des Bush.
 
            - Les Rosbifs savent aux aussi depuis longtemps que les « relations spéciales » sont une expression pudique pour décrire les liens qui unissent l’Empire à son plus fidèle caniche.
 
            - Tous les supplétifs des ex-pays de l’est qui ont basculé dans un grand mouvement d’ensemble dans l’escarcelle de l’OTAN sont aussi inquiets. Et si un nouveau deal associait Poutine à Trump. Les Polonais plus que les autres, eux qui ont une communauté importante au States.
 
            - C’est dans ce cadre qu’il conviendrait d’expliquer les dernières escarmouches ukrainiennes. Les fascistes qui ont pris le pouvoir à la suite du coup d’Etat à Maïdan et leur président oligarque en chocolat, tentent des opérations militaires pour pousser Trump à leur renouveler son soutien.
 
Djeha hésite entre deux options à propos du nouveau président US (mais ce n’est la sujet de mon billet d’aujourd’hui):
 
            - Soit Trump est un sombre et insondable crétin immaîtrisable.
 
            - Soit c’est un petit (ou grand) malin qui surprendra bien des rigolos qui s’imaginent l’avoir de leur bord. Et c'est vrai pour le Kremlin comme pour Damas. Ces Américains-là n’ont qu’un seul principe : faire le lien entre leurs propres intérêts et ceux de leur pays, quoi qu’il en coûte. (C'est ce « quoi qu’il en coûte » qui m’inquiète le plus...)
 
Tous ceux qui oublieront ce principe, prendront des vessies pour des lanternes et se préparer à des lendemains difficiles.
 
Tout cela pour dire que l’émission d’aujourd’hui contribue à dégrader davantage l’image de la France à travers sa radio nationale qui devient une caisse de résonance d’une propagande de très basse qualité.
 
Si vos doutez du jugement de Djeha, je vous invite à vous faire votre propre opinion en allant sur le site de France Culture et écouter Madame administrer ses tentatives d’intox et manipulation de l’opinion.
 
https://www.franceculture.fr/emissions/affaires-etrangeres/est-ouest-les-plaies-de-lukraine
 
Djeha,
S.

Alter Info l'Information Alternative

Vaccins et autisme: le Dr Andrew Wakefield répond aux accusations (et aux calomnies!)

Vaccins et autisme: le Dr Andrew Wakefield répond aux accusations (et aux calomnies!)
C'est une grande chance pour tous les francophones que cette vidéo du Dr Wakefield ait été intégralement sous-titrée en français... après toutes ces années et ces calomnies sur le Dr Wakefield, il était grand temps de faire place nette à la vérité car les fraudeurs ne sont pas là où l'establishment veut vous le faire croire!  

Andrew Wakefield répond aux accusations qui lui sont adressées.

 

1. Expérience

 

Je suis médecin. J'ai été diplômé en 1981. J'ai commencé à pratiquer comme chirurgien avec un intérêt particulier pour les maladies inflammatoires des intestins. Je suis devenu ensuite un chercheur qui gérait une équipe de 19 personnes chargées d'étudier la maladie inflammatoire des intestins, et durant cette période de 10 ans j'ai publié environ 130-140 articles scientifiques sur ce sujet particulier.

 

Le 17 Mai 1995, cette date est imprimée dans mon cerveau, une mère m'a appelé et m’a dit: "Mon enfant se développait de façon parfaitement normale, ensuite il a eu le vaccin ROR, et il a ensuite régressé vers l’autisme. J'ai dit: "Je suis gastroentérologue, comment puis-je vous aider?". Et elle a dit: "Mon enfant a de terribles problèmes gastro intestinaux et personne ne les prend au sérieux". Et l'histoire était tellement captivante, cette mère était très claire, elle décrivait cela très bien, et elle a dit: " Docteur Wakefield, il y a beaucoup, beaucoup de parents dans la même situation. Les enfants dans un état exactement comme le mien". Nous l'avons pris très au sérieux. Ce fut le début d’une aventure fascinante.

 

2. Le lien entre l’autisme et le vaccin ROR (1:24)

 

Le lien entre le syndrome que nous avons observé et le vaccin ROR est venu des témoignages de parents. Les parents disaient : « Je n’étais pas anti-vaccin. J’ai emmené mon enfant pour faire le vaccin ROR au moment indiqué. » Ce vaccin était injecté seul à ce moment-là, conformément au calendrier vaccinal du Royaume-Uni, il était donc facile, selon eux, de voir que le vaccin ROR pouvait en être la cause. A partir de ce moment, leurs enfants avaient développé une très forte fièvre, des convulsions et un sommeil profond prolongé, à l’issue duquel certains s’étaient réveillés totalement différents de ce qu’ils étaient avant. D’autres avaient perdu l’usage du langage et de la parole, les interactions avec leurs frères et leurs sœurs, et étaient devenus profondément malades.

 

Pour étudier les maladies humaines, les syndromes, que ce soit l’autisme, la maladie de Crohn ou d’Asperger, cela commence toujours par un regroupement de plusieurs patients, parfois pas plus de quatre, parfois quinze, qui présentent des symptômes similaires. Leurs résultats cliniques sont si semblables qu’ils méritent de faire l’objet d’un article. Cela s’appelle une cohorte. C’est comme cela que nous décrivons les maladies et les syndromes en premier lieu. Cela mène à des études plus approfondies où sont ensuite testées les hypothèses de causalité. Les faits rapportés par les parents sont-ils exacts ? L’enfant avait-t-il régressé après le ROR, et le ROR était-il la cause du problème ?

 

Vous pouvez vous poser la question : « Oui, mais tous les enfants vaccinés avec le ROR ne deviennent pas autistes, alors quel est le risque ? » Pourquoi ? Pourquoi ces enfants-ci et pas d’autres ? Une de nos hypothèses était l’âge auquel l’enfant avait été vacciné. La base de cette hypothèse, c’est que nous savons que les maladies telles que la rougeole présentent plus de risques de complications chez les sujets plus jeunes. Si un enfant attrape la rougeole en dessous de l’âge d’un an, les risques de complications suite à cette maladie sont beaucoup plus importantes que lorsqu’un enfant attrape la maladie à un âge ultérieur.

 

3. La Sécurité du Vaccin ROR –( 3:28)

 

Maintenant, à ce stade, en tant que chercheur, j'avais examiné en détail les études de sécurité du ROR. J'ai été très, très inquiet par le fait que ces études étaient totalement inappropriées. Ce n'est pas seulement mon opinion, parce que par la suite, la revue Cochrane, qui est l'une des meilleures références de la littérature médicale, a étudié les données et a fait le même constat accablant. Leurs propos étaient que les études de sécurité pour la mise sur le marché du vaccin ROR étaient en grande partie inadéquates, en particulier par rapport aux vaccins monovalents.

 

En d'autres termes, les études de sécurité des vaccins monovalents étaient meilleures. Par exemple, imaginons que je sois allé à la FDA et que j'ai alors trois médicaments contre la tension artérielle, et que je dise : « J'ai ces trois médicaments. J'ai une autorisation de mise sur le marché pour chacun d'entre eux individuellement, mais je voudrais les mettre ensemble dans le même comprimé. Puis-je mettre les trois autorisations dans un dossier et vous remettre le tout et obtenir une autorisation pour le médicament combiné? »

 

Ils rejetteraient ma demande et, à juste titre. Ils diraient : « Revenez quand vous aurez fait une étude comparative de chaque médicament en combinaison avec l'autre, et comparez-les avec le médicament isolé pour les effets secondaires, et aussi pour les effets indésirables». Cela aurait dû être fait avec le vaccin ROR et cela ne l'a pas été. Il y avait beaucoup d'hypothèses sur la sécurité de ce vaccin trivalent, et je crois que les enfants paient maintenant le prix pour ces hypothèses.

 

4. L’étude du Lancet – (5:05)

 

L’étude du Lancet elle-même est née de l’observation de plusieurs enfants dans la même situation. Développement normal, régression, et diagnostic d’un trouble du spectre autistique, ainsi que des symptômes gastro-intestinaux et une inflammation de l’intestin.

 

Il s’agissait de regrouper ces histoires ensemble et de dire : “Voici les douze premiers enfants que nous avons vus. Voici ce que nous avons trouvé. C’est vraiment remarquable, c’est cohérent. Cela indique l’émergence d’un nouveau syndrome de maladie humaine."

 

Dans la plupart des cas, les parents expliquaient que la régression était survenue après le vaccin ROR.

 

C’est maintenant à l’étude comme hypothèse. D’autres études devraient être menées pour élucider si oui ou non cela est vrai.

 

Ceci a été publié en tant que dossier d’étude dans le Lancet en février 1998. Une conférence de presse a été tenue à la requête du doyen de l’école de médecine. Les résultats y ont été expliqués.

 

5. Conflit d'intérêt –( 6:13)

 

Au Royaume-Uni, un procès a donc été lancé, par les familles [des enfants malades], contre les fabricants du vaccin. J’ai été impliqué dans ce procès ainsi que les patients de l’étude du Lancet. Dès qu’ils avaient été diagnostiqués et qu’ils étaient convaincus que c’était bien ce qui s’était passé, ils se sont joints à la procédure.

 

Il a été prétendu que l’étude avait été faite uniquement pour servir le procès et qu’elle avait été financée par les avocats. Ceci n’est pas vrai. Ce n’était tout simplement pas le cas. J’ai alors accepté d’être expert médical et en fait je me suis senti obligé d’agir comme tel, en leur nom, parce qu’il y avait un grand nombre de médecins dans le camp adverse, prêts à se faire rémunérer par l’industrie pharmaceutique en tant qu’experts.

 

Une des accusations portées à mon encontre était que j’avais agi au nom des avocats, et que j’avais été payé par eux pour réaliser l’étude du Lancet. En fait, j’étais payé par un programme d’Etat de compensation pour agir en tant qu’expert médical. Cela n’avait rien à voir avec l’étude du Lancet qui avait été financée par le Service National de Santé. Le règlement effectué par le conseil d’aide juridique ne m’avait pas été remis à moi, initialement; il avait été remis à l’école de médecine afin qu’ils réalisent cette étude pour rechercher la présence du virus de la rougeole dans les intestins atteints de ces enfants. C’est précisément ce qui a été fait. Cette information était connue du rédacteur en chef du Lancet, depuis environ un an avant la publication de la recherche. L’avocat lui avait envoyé des documents qui disaient : « Nous travaillons avec le Dr. Andy Wakefield sur cette problématique. » Il le savait, ou devait le savoir, mais d’une manière très commode, il a oublié de mentionner ce fait, lorsqu’il est venu témoigner sous serment devant le Conseil de l’Ordre [anglais], et ce n’est que par la suite qu’il a été découvert qu’il le savait depuis le début.

6. Coup monté contre Dr. Wakefield – (8:21)

 

C’est dès lors qu’il y a eu cette menace de procès juridique, qu’ils s’en sont pris très durement à moi.

 

Ce qui s’est passé, c’est qu’il y avait un journaliste qui s’appelle Brian Deer, un journaliste indépendant travaillant pour News International, Rupert Murdoch, qui m’a attaqué et a inventé une histoire, une fable si fantastique de ce "médecin diabolique vivant dans un manoir et nuisant aux enfants du monde" dans le but de s’enrichir et de devenir un héros dans l’histoire de la médecine.

 

Il a pris l’histoire de ma vie et il l’a réécrite, et c’était une stratégie, une stratégie délibérée, une stratégie des relations publiques, pour dire “Nous discréditons cet homme, on l’isole de ses collègues, nous détruisons sa carrière, et ensuite on dira aux autres médecins qui peuvent oser s’en mêler "c’est ce qui va vous arriver".

 

Et c’est très triste parce que beaucoup de bons médecins, de médecins honnêtes ont dit: “Andy, je sais que c’est vrai. Je sais que c’est vrai", et ils ont écrit que c’était vrai, les communications internes confirment leurs convictions que c’était vrai, mais quand le temps est venu de faire le meilleur choix pour ces enfants alors cela n’allait pas être bon pour leurs carrières et ils ont fait marche arrière.

 

In fine, la stratégie a eu l’effet escompté.

 

Ai-je la sensation d’avoir été la victime d’un coup monté par l’industrie pharmaceutique? Oui, je pense que c’était le cas.

 

Pourquoi moi en particulier?

 

Il y avait en fait 13 auteurs. Beaucoup d’entre eux figuraient parmi les chercheurs les plus éminents de leur domaine.

 

Ils m’ont choisi parce que j’agissais dans le procès comme expert contre les fabricants. Et j’ai écrit à mes collègues que je ne pouvais plus soutenir l’utilisation de ce vaccin, ROR; que j’allais continuer de soutenir vigoureusement l’utilisation des vaccins monovalents les vaccins séparés rougeole, oreillons et rubéole mais que je ne pouvais pas soutenir l’utilisation du vaccin trivalent.

 

Je pense que c’est parce que j’avais pris cette position franche qu’ils s’en sont pris à moi en particulier.

 

Une autre accusation est que j’étais dans ma caverne à créer secrètement un vaccin monovalent, un concurrent au ROR et qui le battrait sur le marché en le discréditant et puis je lancerais mon propre vaccin sur le marché.

 

C’était l’idée de Brian Deer.

 

Ce que nous avions à ce moment là était un brevet, détenu par l’école de médecine pas par moi.

 

C’était un brevet sur une substance qui s’appelle le "facteur de transfert", c’est un complément alimentaire naturel qui se trouve dans le lait maternel, par exemple, et qui peut renforcer les défenses immunitaires.

 

S’il marche ou non est une autre question. C'est ce que nous cherchions à découvrir. Mais il stimule la réponse immunitaire face à une infection comme la rougeole.

 

Il ne pouvait pas empêcher les enfants de contracter la rougeole, il n'agissait pas du tout comme le ROR. Ce qu'il faisait , c'est qu’il aidait à éliminer le virus quand des enfants étaient déjà malades. Il n’aurait jamais pu concurrencer le vaccin ROR, jamais, parce qu’il ne fonctionnait pas de la bonne manière, c’est un effet thérapeutique et non préventif.

 

Cela a été expliqué, en détail, mais Brian Deer a tout simplement complètement ignoré cela.

 

Il est resté sur l’idée que c'était un concurrent au ROR et que j'essayais tout simplement de me faire un paquet d’argent en mettant ce produit sur le marché.

 

La relation entre Brian Deer et le fabricant de vaccins, Smith Kline Beacham, qui est devenu par la suite Glaxo Smith Kline, était très proche, une relation très intime. Il avait été à l'origine un critique de leur médicament AZT, mais depuis lors avait reçu des droits exclusifs sur certaines de leurs données sur les effets indésirables de médicaments, le résultat de certains échanges, un accord quelconque entre eux.

 

Et par la suite, je pense qu'il est devenu en quelque sorte leur chien d'attaque.

 

Comment un seul journaliste pouvait-il réaliser ce que Brian Deer a réussi à faire de façon si efficace?

 

C'était la volonté du gouvernement, c'était la volonté de l'industrie pharmaceutique et c'était la volonté des médias.

 

À cette époque, James Murdoch, fils de Rupert Murdoch, travaillant au News International, était membre du conseil d'administration de Glaxo Smith Kline.

 

En tant qu’administrateur non exécutif, son travail au sein du conseil d'administration de ce fabricant de vaccins était de protéger la réputation de l’industriel dans les médias.

 

Il y avait donc cette cabale très incestueuse à laquelle participaient le gouvernement, les médias et l'industrie et ils voulaient tous ce résultat, et ils allaient donc l'obtenir.

 

Et contre eux, il y avait: moi.

 

Alors vous accusez un chercheur de fraude, en 30 secondes, et il faut une vie entière pour s’en remettre.

 

Et ils le savaient. Ils savaient à quel point les médecins sont vulnérables, que les accusations de fraude étaient complètement fausses.

 

Mais vous n'avez pas à me croire sur parole.

 

Il y a maintenant une enquête approfondie, un examen des données originales utilisées dans le document du Lancet par un ancien scientifique de l'Environmental Protection Agency, le Dr David Lewis.

 

Je ne l'avais jamais rencontré auparavant.

 

Il a pris tous les dossiers originaux et les a analysés, et a démontré catégoriquement et définitivement que je n'avais jamais commis aucune fraude mais que la fraude avait eu lieu de la part de Brian Deer et du British Medical Journal.

 

Ils avaient falsifié frauduleusement notre travail au Royal Free Hospital afin d'atteindre le but finalement atteint, et ça, c'est la perception mondiale que cette étude était fausse; qu’elle avait été inventée et qu’elle n’était pas solide.

7. Les échantillons de sang (14:25)

 

Oui, les échantillons de sang lors de la fête d’anniversaire de mon fils.

 

Afin d’étudier les enfants atteints d’autisme (nous faisions des analyses de leur sang), nous avions besoin d’échantillons de sang provenant d’enfants en pleine santé.

 

Et bien sûr à l’hôpital on ne trouve pas d’enfants en pleine santé.

 

On n’y voit que des enfants malades.

 

Alors ma femme a proposé que lors de la fête d’anniversaire à venir, nous collections des échantillons de sang de nos enfants et des enfants invités.

 

J’ai pensé que c’était une idée raisonnable. Cela a été fait avec le consentement pleinement éclairé de tous les parents et des enfants.

 

C’était tout à fait éthique. Ce n’était pas pire que, par exemple, d’aller au centre de vaccination et recevoir un vaccin, en fait peut-être même beaucoup mieux.

 

Cela a été réalisé par un médecin très expérimenté, pas par moi et il n’y a eu absolument aucun problème.

 

Le seul problème c’est que nous n’avions pas eu l’accord du comité d’éthique de l’hôpital. Mais ça ne le rend pas contraire à l’éthique.

 

C’était fait, comme j’explique, avec le consentement pleinement informé des parents et des enfants.

 

Voilà l’histoire.

 

Est-ce que je le regrette ? Oui. Pas parce que c’était contraire à l’éthique - ça ne l’était pas - mais parce que ça a donné au Conseil de l’Ordre anglais un argument pour me retirer mon droit d’exercer.

 

C’était une erreur et si je devais le refaire, je le referais avec l’accord éthique approprié, donc c’est quelque chose que je regrette, mais était-ce à aucun moment contraire à l’éthique? Non.

 

8. Le journal “ le Lancet “ se rétracte – (16:12)

 

L'article du Lancet a été retiré sur la base de deux accusations.

 

La première est que les recherches sur chaque enfant ont été faites de manière consécutive ; en d'autres termes, les enfants sont arrivés dans le programme l'un après l'autre. Ce que cela signifie, c'est que notre méthode de travail n'était pas d'avoir pris uniquement les enfants choisis parce que leur histoire était celle que nous voulions entendre, et que nous aurions laissé de côté les autres. Non, on prend les enfants au fur et à mesure qu'ils arrivent pour pouvoir justement inclure tous les enfants; cela évite les biais. Et c'est comme cela qu’il faut faire.

 

La seconde raison est que, Brian Deer avait demandé à ce que la publication soit retirée. Et par la suite le Conseil de l’Ordre aussi, parce qu'il n'y avait pas eu d'approbation éthique. En Amérique, ça veut dire l’approbation par la commission de recherche institutionnelle pour l’étude elle-même. Mais c'était une étude clinique qui ne nécessitait pas d'approbation éthique. En revanche, les analyses de biopsies intestinales, oui. Et il y a eu une approbation éthique pour cela. Brian Deer le savait pertinemment quand il a poursuivi, puisque c'était un document qu'il avait en mains. Il a donc délibérément retenu cette information du Conseil de l’Ordre. C'était une obstruction à la justice [et à la vérité].

9. Radiation de l’ordre des médecins – (17:21)

 

Le Conseil de L’Ordre des médecins au Royaume-Uni s’appelle le Conseil Médical Général (General Medical Council) et on est jugé par ses pairs (médecins) ainsi que par des non-médecins.

 

Au CMG, il y avait trois accusés : Professeur Walker-Smith, qui était, à l’époque, le meilleur gastroentérologue pédiatrique du monde, un homme expérimenté avec un parcours impeccable et une carrière irréprochable; ainsi qu’un de ses adjoints, le Docteur Simon Murch ; et moi-même. Nous avons tous les trois été déclarés coupables. Simon Murch n’a pas été radié mais Walker-Smith et moi-même nous l’avons été. Il a ensuite été financé pour faire appel auprès de la haute cour anglaise. J’ai moi-même fait appel mais pour des raisons financières, il était impossible pour moi de continuer et en fait, ce n’était pas le premier objectif de me faire réintégrer en tant que médecin, car il y avait des choses plus importantes à faire.

 

En revanche, Professeur Walker-Smith a fait appel et lors de cet appel, c’est-à-dire la première fois que cette affaire avait été jugée par un jury convenable, le juge a détruit la décision du Conseil de l’Ordre. Il a effectivement dit qu’ils avaient été incompétents et qu’ils n’étaient pas en mesure de juger les éléments de preuves, qu’ils avaient commis des erreurs, qu'ils avaient mal compris les faits, qu'ils avaient falsifié les preuves, et, le pire de tout, qu’ils n’étaient pas objectifs.

 

Le Conseil de l’Ordre s’était mis en tête depuis le début que nous étions coupables, et ce juge a complètement renversé leur décision et a dit qu’en effet, ceci ne devrait plus jamais arriver. Walker-Smith a été réintégré dans l’ordre des médecins et toutes les allégations contre lui ont été rejetées. 90% des accusations contre Walker Smith étaient les mêmes que celles portées contre moi. L’étude aurait dû être réhabilitée, mais le rédacteur en chef du Lancet a refusé afin de protéger sa réputation et son emploi.

 

Cette histoire a-t-elle été médiatisée ? Brièvement. Dans un seul journal. Histoire importante : très brève mention. Personne ne parle de ça maintenant; tout le monde parle du fait que nous avons été discrédités, radiés et que la recherche a été retirée. Mais l’histoire réelle reste encore à raconter.

 

10.Conséquences – (19:56)

 

Eh bien, c'est très intéressant car à l'époque, je faisais une recommandation que les parents devaient pouvoir choisir pour utiliser des vaccins monovalents [ rougeole, oreillons , rubéole mais séparés ].

 

En d'autres termes, je recommandais non pas de ne pas protéger leurs enfants contre ces infections, mais de pouvoir le faire de la façon dont les parents le choisiraient, et à cette époque, au Royaume-Uni et aux États-Unis, les vaccins monovalents étaient disponibles.

 

Ainsi les parents pouvaient choisir:

 

«Je ne suis pas d'accord pour faire le ROR, mais je veux vacciner mon enfant, alors je vais opter pour les vaccins séparés».

 

Et ils protégeaient parfaitement bien, par exemple contre la rougeole.

 

Cette option était donc possible.

 

Je n'aurais pas fait cette recommandation si cela n'avait pas été le cas.

 

Mais, au Royaume-Uni, six mois plus tard, le gouvernement a retiré l'autorisation d'importation des vaccins monovalents.

 

Aux États-Unis, idem, quelques années plus tard, Merck a arrêté unilatéralement la production des vaccins monovalents.

 

En fait, ils les produisent séparément afin de les mettre ensemble, mais ils ont cessé de les rendre disponibles séparément sur le marché, de sorte que c'était un ROR ou rien: notre décision ou le néant.

 

Cela privait les parents du choix.

 

Ils étaient toujours inquiets au sujet du ROR, donc ils n'ont pas vacciné: et la rougeole est revenue: c'était entièrement de leur faute.

 

Comme je le dis dans le film, j'ai demandé à un membre haut placé au Ministère de la Santé: «Pourquoi faites-vous cela si vous voulez réellement protéger les enfants contre ces maladies infectieuses graves? Pourquoi supprimer ce choix pour les parents ?”

 

Cette personne m'a répondu “parce que si nous donnons le choix aux parents alors cela anéantirait notre programme ROR".

 

En d'autres termes, le souci était de protéger le programme et non pas les enfants. Et c'était une erreur désastreuse:

 

La rougeole est revenue, c'était entièrement prévisible, mais bien sûr, ils n'ont pas manqué de rejeter la responsabilité sur moi.

 

Et quand ils parlent de l'incidence des refus du ROR au Royaume-Uni, ce qu'ils ne disent pas c'est l'augmentation au même moment de l'usage des vaccins monovalents avant leurs retraits du marché.

 

11. Projets – 21:48

 

Je ne vais pas prétendre que tout cela a été facile à vivre mais c’est une situation d’urgence sur la plan médical qui ne me laisse pas le choix.

 

Lorsque je m’apitoie un peu sur mon sort, à cause de la radiation de l’ordre ou de ce qu’on dit dans les médias, je n’ai qu’à regarder le prochain enfant autiste afin de réaliser qu’en fait je n’ai pas de problème.

 

J’ai une famille merveilleuse et quatre enfants en pleine santé.

 

Il n’y a pas d'autisme dans ma famille.

 

Je regarde le prochain enfant atteint d’autisme et je pense que c’est cet enfant qui a un problème.

 

Moi, je n’ai pas de problèmes. Donc je me dis "arrête de t’apitoyer sur ton sort, reprends toi et fais le boulot".

 

Source: Suretevaccins.com

 


Dans la préface de ce livre important du Dr Wakefield, on peut notamment lire l'avis du Dr Peter Fletcher, ex haut officiel de l'Agence Britannique de sécurité des Médicaments reconnaître que s'il avait été en poste au moment où l'autorisation de mise sur le marché du vaccin ROR a été accordée (de façon trop hâtive et sur base de données d'évaluation tout à fait insuffisantes), il aurait émis d'autres exigences...

Commentaire d'Initiative Citoyenne: Remerciements et félicitations à l'équipe de Sûreté Vaccins pour ce remarquable travail de traduction, hyper utile à la collectivité et contribuant à une juste réinformation en ces temps de propagande vaccinaliste éhontée...

 

Nous invitons vraiment le plus grand nombre possible de citoyens à s'informer par eux-mêmes sur cet épisode du scandale vaccinal car énormément de faussetés ont été relayées par une presse docile/servile vraiment peu reluisante sur le Dr Wakefield. C'est la raison pour laquelle, en complément des réponses du Dr Wakefield, nous souhaitions ajouter ci-dessous quelques éléments d'investigation additionnels sur ce dossier dont vos médias traditionnels ne vous parleront bien sûr jamais mais qu'il est essentiel de connaître et de faire aussi largement connaître autour de vous, car combien d'entre nous n'avons pas déjà entendu des médecins ou des proches nous déclarer fièrement que "Wakefield est un tricheur" ou un fraudeur? C'est le moment tant attendu maintenant où le rideau tombe sur une tout autre vérité et où, alors que la France compte déjà plus de 600 000 autistes, la Belgique, plus de 100 000 et plus d'un million aux Etats-Unis, il y a vraiment urgence de parler et d'agir....

 

Le Dr Wakefield blanchi par un tribunal (lui et ses collègues ont été victimes d'une chasse aux sorcières, estime la justice britannique !)

 

Les travaux du Dr Wakefield ont été reproduits et confirmés par d'autres chercheurs

 

CDC: ils ont dissimulé au public 340% de risques d'autisme liés aux vaccins!

 

Un enfant sur 2 pourrait être autiste d'ici 2025 selon une chercheuse du MIT

 

Clairement moins d'autisme et de troubles comportementaux chez les enfants NON vaccinés (= 0 vaccins!) comparativement aux enfants vaccinés

 

Le Lancet (= journal qui a publié les travaux du Dr Wakefield avant de se rétracter hyper tardivement) et le British Medical Journal (= qui a aussi sali Wakefield) ont un partenariat de "formation continue" avec Merck, grand fabricant de vaccin ROR...

 

Autre article sur la triste prostitution de la Science

 

L'évaluation des vaccins est trop laxiste, TOUS sont expérimentaux! (un biologiste vous explique de façon limpide pourquoi...)

 

Tous les médecins ne sont pas d'accord avec la médecine autoritaire qui nie les risques des vaccins, tout en estropiant les enfants de façon inacceptable...

 

Un président américain s'empare du sujet du scandale vaccinal:

 

- sa femme ose prendre position sur les vaccins

- lui parle du lien vaccins et autisme et estime qu'il faut investiguer

- il nomme un Kennedy dans une commission sur la "sécurité" des vaccins

 

L'ex directrice de l'Institut national de Santé américain (NIH) avouait en 2008 au micro de CBS que la question "vaccins et autisme" n'est toujours pas tranchée en raison de la méthodologie inadaptée des études officielles, elle déplore la fausse science qui refuse de chercher de peur de ce qu'elle peut trouver et reconnaît qu'il y a des inquiétudes à avoir en matière de vaccination (bien qu'au tout début, elle aussi ait pensé que c'était "fou".... et pourtant!!)


Alter Info l'Information Alternative

LE CANARD DES INTELLECTS INVENTE UN GADGET POUR JUGER

Avec la dérive actuelle des médias, leur inflation, le matraquage non-stop, la surinformation, l'absence de régulation, les manipulations de toutes sortes, les polémiques pour les polémiques, l'information s'est transformée aussi en une sorte de poison lent, tant elle est devenue incontrôlable et contradictoire. Un médicament capable de rendre dépendant, stressé et, au bout du compte, malade. Patrick Lemoine
LE CANARD DES INTELLECTS INVENTE UN GADGET POUR JUGER
La gazette des intellects « le monde » est reconsidéré comme un journal mis à la solde du salut des intellectuels passifs, il fait parti de la corporation de la presse écrite .La presse écrite fut dans un proche passé récent le pilier le plus solide qui protégeait sans aucune résipiscence tout médias confondu et était considérée comme le quatrième pouvoir .La presse écrite et en l’occurrence « le monde » est aujourd'hui peut être sous respiration financière artificielle, parait il c’est le fond qui lui manque le moins , la teigne fait perdre les cheveux de la tête de l’ homme ; « le monde » et la presse écrite en général perdent des lecteurs potentiels dans un marchéd’idées informationnel monopolisé par la TIC.
Cet état de fait permet aux canards de supporter un autre mal qui est le manque de crédibilité qui va en crescendo D.Trump en est pour quelque chose lorsqu’il a osé incriminer certains medias. La TIC ou l'expérience du numérique à temps réel a porté un coup sec et dur à la presse écrite. Les recettes publicitaires (rente ou manne des medias) ont quant à elle, reculé manifestement et un vent froid souffle dans les caisses des canards et les tirages prennent les escaliers vers le bas par la force de gravitation du marché.
« Le monde » aujourd’hui a été piqué par une drôle de mouche voulant être le juge de la pensée médiatique et le gendarme de l’opinion ( voir decodex) présentant un nouveau gadget informationnel servant de moteur capable de ratiboiser tout site d’information. Monsieur « le monde » vous être un canard à la merci des « mainstreams », vous vous érigez en maitre penseur pour façonner l’opinion de petits lambadas par de la désinformation que les « mainstreams » vous obligent et vous exigent moyennant quelques pécules pour arrondir la fin du mois, c’est tout un quatrième pouvoir acheté par la force de l’argent. Ou comment essayer de formater les lecteurs ! C’est beau la démocratie !! un journal qui ne vit que grâce aux largesses de l'état français donc du « con…..tribuable » « Franc sait »! .

Les canards qui véhiculent de fausses nouvelles délibérément publient des canulars , de la propagande, du mensonge et de la désinformation censés être de vraies nouvelles et amplifient leur effet pour bien sonner, il ya des larbins qui prennent en charge tout cela pour un but bien trop précis, Une Amnesty qui fournis une information non fondé sur les prisonniers syriens n’a jamais dit mot sur les activités criminelles de Daech, ni les crimes d’Israël. Contrairement à la nouvelle satire, les faux sites d’actualité cherchent à tromper, plutôt que divertir, les lecteurs à des fins financiers ,politique ou autres
Ces gazettes ont favorisé les mensonges politiques et ont en fait le rêve et la réalité.
Le quotidien « le Monde » a mis en place un outil numérique permettant d'analyser si la source d'information est fiable ou non. Il s'avère que « decodex » instrument de dépistage des sources informations erronées et affiche des failles pour certains biens ciblés. Les « Décodeurs » du Monde ont mis en place un outil numérique pour juger de la fiabilité des sites d'information. C’est une initiative à saluer si son objectif est louable c’est à dire de guider le lecteur dans un flux médiatique incessant. Cependant l’aberration se manifeste dans le constat de sites mêlés à une série de polémiques classés comme «fiables» telles ceux qui prônent le mouvement de la résistance sont non fiable mais tous ceux qui épousent la ligne sioniste est fiable. L’argent et les oligarques sont les critères de premier choix de la bonne conduite autrement le « decodex » ne reconnaitra pas ceux qui ne se sentent pas l’odeur de l’argent.
Sinon la chaine « Al Jazeera » (Qatar) , elle est trop partiale et sombre dans la pure désinformation et même du mensonge vulgaire quant il s’agit de la couverture des événements en Syrie, en Irak et au Yémen le « decodex » la situe dans la classe de la catégorie « verte » ?
Cette nouvelle illustration ou « gadget policier » pour l’esprit, l’opinion ou la pensée un « Decodex » émanant du journal « Le Monde ».Ce "dispositif" s'arrogeant le droit propre de Monsieur « le monde » de juger les sites d'information. Il parait que cette outil mis en place conceptuellement par les « mainstreams » s’en moque de la de la fiabilité, mais se fixe sur des positions avec les concepts idéologiques et politiques propre aux « mainstream ».

Il y a une raison dans tout cela qui se rapporte probablement aux grands medias qui vont mal où peut-être ce besoin d'intimider la concurrence et d'éloigner les lecteurs potentiels.
Supposant si on prenant en considération ce nouveau principe très simple qui est que "lorsque tout le monde pense la même chose, personne ne pense" pensée du parti unique qui ne fait que reculer sur tout ce qui avance ca été dit par un lambda algérien « avancez vite en arrière que je puisse démarrer ».
.
Les grands medias comme « Le Monde » sont actuellement et probablement délaissés la TIC a injecté un virus grippal mortel pour par presse écrite et ceux qui veulent résister n’ont qu’à faire le vaccin et s’ immuniser dans une « presstituée » . Nous ne savons pas si c'est injuste, mais c'est un fait que la loi du marché fixe ses règles quand la demande se rétrécis l’offre se fane et les caisses se vident.

Nous recommandons aux lecteurs une valeur qui profite justement de la déconfiture de la presse écrite et connaît une croissance enviable.
Toutefois, on voit mal comment un « tribunal de la pensée » et un « gendarme d’opinion » tel que le « Decodex » pourrait améliorer les affaires financières de ces grands journaux et leur faire revenir des lecteurs ou des dociles semblables aux troupeaux de moutons si ce n’est du marketing propre à la « presstituée ».
« le temps de cerveau » du lecteur lambda.
Le Monde n’est pas passé à l'épreuve du « Décodex » : la plupart des grands médias, y compris ce canard qui se prétendait avoir assumé l’ unique rôle celui « de ministre de la Vérité », Ces medias ont repris une phrase attribuée à l’ex président d’Iran « Mahmoud Ahmadinejad » : « Israël doit être rayé de la carte ».
Certes,« Mahmoud Ahmadinejad » n’était pas ,n'est et ne serait jamais pas un ami d'Israël et pourtant il n’avait jamais prononcé cette allocution, qui est en fait une traduction erronée(désinformation).
La citation exacte était beaucoup plus intelligente et pas du tout violente( esprit Perse), bien sensée de la part d'un homme qui refuse de reconnaitre l'État d'Israël: « Le régime occupant Jérusalem doit disparaître de la page du temps ».
Un média « désorienté »
Quant au « Monde », il a enquiquiné pas mal de medias qui ne roulaient pas avec les « mainstreams », il a fait la une de ses cibles privilégiées, les qualifiants d'outil de propagande ( ex.spoutnik)
Cet étouffement de la confiance trop naïve serait-il encore une fois la publication d'un point de vue opposé à celui des médias « mainstream », dont la plupart publient obstinément un contenu similaire à la lettre près. Si nous Prenons par exemple, les événements qui se déroulent en syrien. Selon le « Monde » ceux qui se trouvent sur le terrain « propage régulièrement de fausses informations et ne sont pas considérés », alors ceux qui émettent depuis Londres voir « l'Observatoire syrien des droits de l'homme » (OSDH) ont l’aval des « mainstreams » se sont les diseurs de vérité mais des faiseurs de mensonges.

Certains medias anonymes donnent la parole aux habitants d’Alep et aux témoins présents sur place, dont l'humanitaire français « Pierre Le Corf ».

Bien qu'il se défende de tout biais idéologique et ne prétende juger les sites que par leur « qualité journalistique », le « Décodex » ne se prive pas de parti-pris. Toute la presse « mainstream » et son « think tank » est jugée fiable et les Décodeurs jugent d'ailleurs de la fiabilité d'un site par ce qu'en disent ses confrères de cette même presse officielle.
Si le principe d'aider les lecteurs à se protéger des fausses informations est louable, est-il normal qu'un journal comme Le « Monde » soit seul en charge de définir ce qui est fiable et ce qui ne l'est pas? Par conséquent peut-on nous dire exactement quels sont les critères de la vérité?
Il est certain que les philosophes et les hommes de science et d’art en discutent depuis bien trop longtemps. Bravo le canard le « monde » ait quand même fini par solutionner le problème. Cet épineux problème est pris en charge par le création de ce fabuleux gadget ou l'outil numérique « Décodex » destiné à dévoiler les fausses sources d’information ( détenteur de mensonge de l’information) ou positionner les ennemis des oligarchies, enfin, discerner le vrai du faux est loin d'être une tâche facile pour le commun des mortel il ya que la force pour un temps de dire la vérité , la morale jugera le reste du temps.
*source spoutnik
BENALLAL MOHAMED

Alter Info l'Information Alternative

Le rédacteur de la LICRA, Alexis Lacroix,vomit sa haine contre la Sainte Église catholiques.

Le rédacteur de la LICRA, Alexis Lacroix,vomit sa haine contre la Sainte Église catholiques.

Ce sont les types comme lui qui sont les vrais responsables de l'antisémitisme. Le problème, c'est que quand ça "pète", eux, ils foutent le camp se planquer à New York ou Hong Kong et ce sont les petits juifs honnêtes qui "trinquent".
Mon conseil personnel à Mr Alexis Lacroix: Mr Lacroix, si vous n'aimez pas les catholiques, alors CASSEZ-VOUS! En effet, il ne viendrait pas à l'idée d'un antisémite, d'aller vivre en Israël. Quand on déteste une religion, la logique même, exige que l'on ne choisisse pas comme lieu de résidence, le pays où cette religion est dominante.

https://gloria.tv/video/6tHR6dP64rMPBX1ZHe76C6oZQ

Alter Info l'Information Alternative

L’équation génocidaire

Extrait inédit du "complot inconscient", génocide participatif du sexe masculin.
L'équation génocidaire
L'ÉQUATION GÉNOCIDAIRE : Si M est égale à la culture de mort, alors (A+B+C+D=M) !

"En réalité, la fixation de l’intégrisme féministe lesbien à l’endroit de la théorie du genre s’explique facilement. C’est que cette théorie est une condition essentielle à l’universalisation de l’homosexualité. Son but caché est de mener à l’androgynie « pour tous ». Le développement de l’androgynie petit à petit détruira la libido hétérosexuelle ce qui, à son tour, conduira à l’homosexualité « pour tous » (vrai but du mariage « pour tous »). Les homosexuels ne pouvant pas se reproduire entre eux, l’idée du clonage deviendra non seulement acceptable mais elle sera même « vendue » comme un désir de sauvegarder la vie créée par Dieu (sic). On retrouve ici à nouveau le vieux thème anti-christique de l’imitation de Dieu. Copier l’œuvre de Dieu en la dénaturant en son contraire. C’est à ce moment que le génocide cessera d’être inconscient pour se transformer en génocide « participatif ». Au fond, il sera demandé au sexe masculin d’approuver un système qui tout en le condamnant à mort et à la disparition définitive, sera présenté comme une généreuse philosophie dont le but est de sauver la vie. Oui, le fin du fin dans l’ignominie. La culture de mort féministo-satanique planétaire après avoir, en imposant la théorie du genre, contraint les hommes à se féminiser et à « s’homosexualiser » et donc à perdre leur désir à l’endroit des femmes, les amènera à porter la responsabilité de l’effondrement de la libido hétérosexuelle. L’homme « post –moderne », désormais homosexuel, sera sommé de creuser sa propre tombe avec le sourire, d’une façon participative et consentante, et cela pour sauver l’espèce humaine. Pas mal, non ? On lui dira. « Toi qui es devenu homosexuel et qui es de toute façon incapable dorénavant d’assumer la reproduction de l’espèce, toi qui as opprimé les femmes pendant les millénaires, rachète-toi, fais au moins l’effort de « crever » dans la bonne humeur, sois politiquement correct jusqu’au bout, disparais et approuve le clonage des femmes ».
Voici l’équation de la culture de mort qui permettra l’éradication progressive et en douceur du sexe masculin :
A = (Déchristianisation=⇒destruction de la famille=⇒Théorie du genre =⇒ androgynie « pour tous »=⇒destruction libido hétérosexuelle =⇒homosexualité pour tous)
B = (Déculpabilisation de l’avortement =⇒avortement sélectif concernant les embryons masculins)
C = (« Universalisation-déculpabilisation » du clonage pour les femmes)
D = (Génocide participatif du sexe masculin =⇒survie exclusive du sexe féminin=⇒indifférenciation « pour tous »)
M = (victoire de la culture de mort avec l’universalisation de l’indifférenciation dont le but ultime est l’indifférenciation entre le bien et le mal, aplatissement suprême de l’œuvre de Dieu)
L’équation finale de la culture de mort : A + B + C + D = M !
Tout devient maintenant clair. Comme dans un puzzle sémantique infernal, les mots fixatifs du politiquement correct lesbien prennent soudainement un sens et s’assemblent mystérieusement pour former un tout cohérent. Chaque mot, chaque concept, étant indispensable à la survie de l’autre. Pas d’avortement sans déculpabilisation, pas de déculpabilisation sans déchristianisation, pas d’effondrement de la libido hétérosexuelle sans universalisation préalable de l’androgynie, pas d’androgynie à grande échelle sans la propagation de la théorie du genre etc. L’intention cachée apparaît désormais au grand jour. Encore un peu de temps et le complot sera conscient."
Se procurer le livre sur amazone ou chez l’éditeur: http://www.edilivre.com/le-complot-inconscient-jean-pierre-aussant.html
(Aussi en librairies)


Alter Info l'Information Alternative

Caroline Fourest pris en flagrant délit de mensonge sur LCI

Caroline Fourest pris en flagrant délit de mensonge sur LCI
Caroline Fourest était invitée ce 26 janvier sur LCI dans l'émission d'Audrey Crespo[1]. Fourest a débuté l'émission en niant avoir posté ce tweet pourtant bien réel:
"Une République forte et juste, refus de la Turquie dans l'UE, Frères Musulmans mis en garde et "laïcité bouclier" #Valls #Valls2017" [2]

Caroline Fourest a en outre accusé Alexis Bachelay, le porte-parole de Benoit Hamon, d'avoir fait un meeting avec le CCIF (comme si cette association était le diable incarné). Pourtant Caroline Fourest a participé à des meetings organisés par des gens infiniment plus infréquentables. Par exemple, elle s'est rendue en 2015 à un colloque du MEMRI à Washington, où elle s'est exprimée et a été très applaudie[3]. Le MEMRI, présidé par un ancien colonel de Tsahal (Yigal Carmon), est décrit par l'ancien directeur du contre espionnage à la CIA Vincent Cannistraro comme « des propagandistes au service de leur idéologie, qui se situe à l'extrême-droite du Likoud »:


[1] http://www.lci.fr/replay/replay-audrey-crespo-mara-recoit-caroline-fourest-2023575.html
[2] https://twitter.com/audrey_crespo/status/824530399451815936
[3] https://www.youtube.com/watch?v=iwROcbCB6QI

Alter Info l'Information Alternative

Les diseurs de fausses vérités et les faiseurs de vrais mensonges

"Il faut que les principes d'une politique soient faits de justice et de vérité." Démosthène
Les diseurs de fausses vérités et les faiseurs  de vrais mensonges

Il était une fois deux grandes tours et puis elles s’en vont, c’était un 11 septembre 2001, Ww.Bush avait déclaré la guerre au « Terrorisme » et comme, l’Amérique était la première puissance de ce monde et WW. Bush était le maitre de ces Amériques voir de cette planète .La force de sa parole était devenue une « vérité » presque absolue, donc elle nécessitait une guerre face à l’axe du mal, il ne s’agissait pas de trop gratter les neurones pour ceux qui n’ont que peu. Il fallait coute que coute la faire , à ceux qui possèdent les « armes de destruction massive » de Saddam Hussein(Irak) et ses « liens avec al-Qaïda »,ainsi que ceux qui ont l’intention d’avoir les « armes nucléaires » iraniennes, et ceux qui ont fait l’usage de « gaz de combat » par Assad (Syrie) après on cogitera sur ce qui se passe en Corée du nord .Ces divers faits ne sont pas justifiés , ils se sont avérés par la suite après les dégâts, des mensonges et des manigances auxquels ils n’ en finissent pas encore de raconter des bobards sur Kaddafi , l’invasion de l’Ukraine par les Russes….etc.…
Le maitre du monde ordonne une suite ( carnet de route) et toute suite aux démocraties occidentales ou plutôt domestiques pour s’aligner sur ses faussetés, Mr.Powell a fait un virage via Damas ou il avait exigé une serie d’actions de soumission à exécuter de suite pour avoir la grâce de WW.BUSH en trot élimination de Hizb Allah et rejoindre le front anti Iran.Le temps est passé les choses se sont allées dans le sens de WW.BUSH
Aujourd’hui, la presse russe est attaquée par l’UE et ses laquais médiatiques sans jamais trahir la fidélité de son maitre au détriment d’une dégradation manifeste des principes de la démocratie occidentale tant fredonnée.
Il est difficile pour les USA et les occidentaux de dire la vérité car le mensonge pour eux rapporte gros. Ce mensonge est utilisé par l’esprit, mis en branle par la parole et mis en usage par l’action tant que la loi est soumise à la force.
La ligne éditoriale est dictée par des principes mesurés en dollars, toute critique cruelle et inhumaine se rapportant aux palestiniens est considérée comme un acte antisémite. Et tous ceux qui sont en désaccord avec les politiques sionistes et impérialistes sont considérés comme de terroristes potentiels, à part Daech et Nosra des instruments et outils pour balayer les dégâts du printemps arabe.
Ceux qui disent la vérité sont considérés comme des propagandistes (chaine Al Manar-Mayadeen-Al Alam….) qui font de l’apologie au terrorisme!( Hizb Allah qui a libéré le Liban est une organisation terroriste semblable au temps du FLN que mr.mitterand avait qualifié)
De plus, la tentative de discréditer les vraies diseurs de vérités montre que : ne supportant pas la vérité et les opinions diverses, les régimes occidentaux et leur medias s’emploient à obliger les gens de prendre leurs mensonges intéressés pour des vérités.
Les USA et les occidentaux avec leurs medias (APF-ABReuteurs-DAP-AP= n'ayant de toute évidence aucun respect à l’égard de la vérité, comment l'Occident peut-il être démocratique ?
Les régimes occidentaux sont à court de faux-fuyants., l'accumulation de crimes de guerre commis par les régimes occidentaux dépasse l’imaginaire. Des millions de Musulmans ont été massacrés, désorganisés et dépossédés dans les pays suivants : Lybie-Irak –Afghanistan- soudan- somalie- Yémen-Syrie Liban- Palestine- Tunisie-algerie- . Pas un seul criminel de guerre occidental n'a été tenu pour responsable à ce jour.
Les medias parrainés par les USA et les occidentaux sont de super apologistes pour ces criminels de guerre. La presse écrite et les médias télévisés occidentaux sont si fortement impliqués dans les pires crimes de guerre de l'histoire de l'humanité, que si jamais la justice pouvait prendre en charge , ces medias seront au banc des accusés avec leurs maitres les Clinton, George W. Bush, Dick Cheney, Obama, Sarkozy, Hollande Cameron, blaire, Charon –Netanyahu-ardogane ….. Mais l’histoire jugera un jour ces personnages inhumains. Tout ce mauvais responsables du monde sont paris, MR.D.TRUMP recherche une autre piste que ceux emprunté par les partants
BENALLAL MOHAMED

Alter Info l'Information Alternative

Le «conflit israélo-palestinien» et sa couverture médiatique en «démocratie avancée» entre droit au mensonge et devoir de manipulation

Le «conflit israélo-palestinien» et sa couverture médiatique en «démocratie avancée» entre droit au mensonge et devoir de manipulation
Dans les médias des «démocraties avancées» où les citoyens sont censés jouir de tous les privilèges de la démocratie, dont l'axe central est la liberté d'expression et sa conséquence logique, le droit à l'information objective et non censurée, la couverture des «évènements du Moyen-Orient» et plus spécifiquement de ce qui est appelé par un euphémisme aussi cynique que mensonger, «le conflit israélo-palestinien» (comme si le reste du monde était un simple spectateur comptant les points d'un match de football entre deux équipes adverses, aussi fortes l'une que l'autre, et soumises l'une et l'autre aux mêmes règles de jeu) ressortit plus de la propagande de guerre, soumise à censure et à l'unité de la ligne éditoriale imposée par les autorités politiques, que de la présentation informée et neutre, ayant pour seul souci de rendre compte et de faire comprendre, de manière professionnelle, sans biais et honnêtement, l'auditeur, le téléspectateur ou le lecteur.

La ligne rédactionnelle des médias des «pays civilisés» : «laissez Israël «génocider» en paix le peuple palestinien»

Hélas ! La réalité de la présentation des informations de manière exclusivement biaisée en faveur d'une seule partie à ce «conflit» ne peut être cachée par la répétition «ad libitum» de principes aussi nobles que le droit sacré à l'expression libre et sans freins ou «le devoir pour les médias de présenter de manière équilibrée et complète les évènements qu'ils couvrent, pour fournir à ceux qui leur font confiance les données destinées à leur permettre de se faire une opinion aussi proche que possible des réalités telles que perçues par les acteurs ou les victimes de ces évènements«

On peut donner des exemples «à la pelle» du caractère partisan de cette couverture qui présente systématiquement les Palestiniens, comme les pays et les peuples qui soutiennent leur juste cause, comme des «antisémites» assoiffés du sang des Juifs, ayant une haine inexplicable et sans justification contre un groupe religieux et ethnique «disposé à vivre pacifiquement, parmi les peuples de la région» mais victime de cette «haine» qu'il ne mériterait pas car, même lorsqu'il est violent «il ne fait que se défendre»

Il suffit de regarder les bulletins de la télévision gérée par le ministère des Affaires étrangères de l'ex-puissance coloniale pour constater, sans avoir jamais fait «sciences po» ou être un spécialiste de l'analyse de contenu, de quel côté se trouve le cœur de ceux qui dictent la ligne rédactionnelle de cette télévision de propagande dans ce conflit, où l'hypocrisie de l'équilibre dans la couverture est une insulte à l'intelligence du spectateur le moins apte à comprendre qu'on ne veut pas l'informer, mais le manipuler.

Ce sont les Palestiniens qui sont privés du droit de vivre et c'est Israël qui est présentée comme menacée dans son existence !

A travers cette couverture, les maîtres de cérémonie veulent enfoncer dans la tête du téléspectateur qu'Israël serait menacée de disparition soudaine et que toute la violence barbare qu'elle déploie contre «les Arabes» serait une réaction de défense largement justifiable par l'histoire triste de la façon dont le peuple juif aurait été traité, de manière exclusive, dans l'histoire du monde. Ainsi, la siège de Gaza, déjà en partie détruite par deux guerres meurtrières menée par Israël contre elle, qui réduit à la pauvreté extrême et à la sous-alimentation des millions de Palestiniens, (même l'importation des lentilles sèches y est interdite : quelle utilisation militaire cette légumineuse a-t-elle ? Mystère et boule de gomme !)la destruction des habitations des «terroristes arabes» auteurs d'attentats terroristes «contre des civils innocents» la confiscation des terres palestiniennes pour construire des colonies de peuplement, le refus d'Israël de respecter les lois internationales, qu'elle soient ou non soutenues par des résolutions des instances internationales, la construction de routes au profit exclusif des Juifs, etc. etc. tout cela ne tiendrait pas à la nature maléfique du sionisme, mais simplement à une réaction «justifiée» «de peur panique d'un peuple constamment menacé d'un nouvel Holocauste»

Cette thèse, qu'on retrouve exprimée de manière directe ou en filigrane de la couverture du «conflit israélo-palestinien» et dont nul n'oserait s'écarter ou même critiquer s'il tient à survivre dans les milieux médiatiques des «pays civilisés, constitue non seulement une représentation mensongère de la réalité, mais également une tentative d'effacer de l'analyse et de l'esprit de l'opinion publique que le problème n'est pas dans «la haine inextinguible» des «Arabes» des «Palestiniens» ou même des «musulmans» contre «le peuple juif», mais dans l'idéologie sioniste fondée sur le droit des Juifs au génocide du peuple palestinien, en obéissance à un ordre divin donnant le territoire historique de la Palestine aux Juifs, et leur ordonnant de «tuer sans pitié tous ceux qui adorent un autre Dieu que Jehovah, le Dieu qui a donné aux Juifs le droit exclusif de l'adorer en contrepartie de leur désignation par lui comme «peuple élu».

Du «bon Français» Gilad Shalit au «bon Français» Elor Azaria

Un récent évènement : la condamnation par un tribunal militaire israélien d'un Français d'origine membre des «forces de défense israéliennes» qui avait exécuté, au vu et au su du monde entier, un Palestinien blessé en territoire occupé, vient d'apporter une nouvelle preuve du manque totale d'objectivité dans la couverture des informations en provenance d'Israël. Ce caporal, selon les médias, un infirmier militaire, c'est-à-dire un soldat chargé de donner les premiers soins aux blessés, de quelque côté qu'ils soient, a achevé, le 24 mars 2016, à El Khalil, en territoire palestinien, le Palestinien Abed El Fatah El Charif, à terre, en lui tirant une balle à la tête. Avant de l'achever, cet «infirmier» israélien a dit : « Il doit mourir ! » donnant la preuve qu'il avait prémédité son meurtre et ne l'avait pas commis sous l'effet de la peur ou par réflexe d'autodéfense.

Il faut souligner que ce meurtre est entièrement filmé au moment où il a été exécuté, c'est-à-dire qu'il n'y a aucun doute sur ses circonstances, mais qu'en plus, il a eu pour théâtre un lieu situé dans les «territoires occupés» par Israël et dans lesquels s'applique la 4ème Convention de Genève (1949) dont la stricte application est du ressort des autorités militaires israéliennes.

Il ne s'agit pas de se demander pourquoi ces autorités ont décidé de faire passer en tribunal militaire, -et ce n'est sans doute pas par volonté de garder à l'armée israélienne le titre «d'armée la plus morale du monde» que lui a attribué unilatéralement un «islamophobe professionnel» -alors que cet acte d'exécution de Palestiniens blessés n'a rien d'exceptionnel, et qui est, selon le quotidien israélien Haaretz, «la norme». Voici ce qu'écrit Amira Hass dans ce quotidien daté du 5 janvier 2017 sous le titre «Elor Azaria, le Tireur de Hebron, est en fait la norme » : «Au cours de l'année et demie passée, des douzaines de Palestiniens : hommes, femmes et enfants ont été tués, bien qu'ils auraient pu être restreints alors qu'ils étaient encore en vie. La différence entre ces exécutions sommaires et celle commise par Elor Azaria (le caporal français assassin, nda) est qu'il a été filmé».

Il est a souligner qu'une association de défense des droits de l'homme en France a porté plainte en pénal contre ce criminel auprès des tribunaux français, et sur la base d'un article du code pénal de ce pays qui décrète l'application de ce code aux crimes commis par des Français à l'étranger. (voir sur l'internet le texte de la plainte déposée par Maître Jean-Baptiste Jacquenet-Poillot et Maitre Karim Achoui). Les détails de cette affaire peuvent être retrouvés sur la Toile.

Or, les médias du pays d'origine de Elor Azaria, cet infirmier militaire, ont choisi non seulement de cacher le fait que son crime a été commis sur un territoire couvert par la 4ème Convention de Genève, qu'il constitue de ce fait un crime de guerre ressortissant tant des tribunaux français que du Tribunal pénal international et que le jugement du tribunal israélien avait pour objectif, non de dire la loi, ce qu'il n'a jamais pensé à faire pour d'autres exécutions sommaires de Palestiniens, mais de se couvrir d'une accusation de crime de guerre aux preuves irréfrangibles.

Ces médias ont même choisi de défendre l'acte criminel en le présentant comme une exécution au caractère pleinement justifié et dictée par la situation sécuritaire en Israël, alors qu'il s'est déroulé dans un territoire sur lequel Israël n'a aucun droit reconnu par les lois et la communauté internationale.

On s'attendait à ce que ces médias rappellent la plaine portée contre ce Français auprès des tribunaux français, et que les poursuites judiciaires israéliennes ressortissaient plus de l'opportunisme dicté par les circonstances que de la volonté de faire justice. Les autorités israéliennes ne pouvaient que le juger, son crime ayant été filmé, mais leur verdict ne réduit pas la gravité de ce crime, car il a été commis en violation de la 4ème Convention de Genève sur la Protection des civils en temps de guerre (12 août 1949). L'éventuel pardon par Netanyahu de ce criminel n'exclut nullement sa poursuite par la France comme par le Tribunal pénal international.

On se souvient du tollé soulevé par la capture, le 25 juin 2006 et l'emprisonnement de Gilad Shalit, un Français, les armes à la main, et en plus, pilote d'un blindé israélien, qualifié par Sarkozy de «bon Français» désigné «citoyen d'honneur de la ville de Paris» fêté à sa libération le 18 octobre 2011 comme un héros, alors qu'au moment de son arrestation, il portait un uniforme non français et était engagé dans une guerre qui «ne regarde que de loin» les Français.

Ce Français n'était ni en villégiature, ni en mission humanitaire, mais engagé dans une opération militaire aux objectifs certainement non approuvés par les règles de la moralité normale, engagé donc dans des activités contraires à ce qui est attendu d'un touriste en Terre Sainte. En dépit de cela, il a été transformé en victime d'une «violence sans conscience». Il n'était tout de même pas en tenue civile et tenant une canne à pêche en guise d'arme à feu ou au volant d'une voiture de tourisme «haut de gamme ! »

En conclusion

Peut-on s'attendre à ce qu'outrepassant les silences et les mensonges des médias de ce pays qui couvrent le génocide du peuple palestinien comme s'il était l'agresseur, les autorités civiles et judiciaires françaises, soucieuses de leur bonne réputation, et en application de leur volonté de porter haut la réputation internationale de leurs pays, comme elles l'ont fait pour Gilad Shalit, poursuivent Elor Azaria pour meurtre prémédité et demandent son extradition au gouvernement israélien, et qu'ensuite, elles le livrent au Tribunal pénal international pour qu'il reçoive la punition prévue pour les criminels de guerre ? On en doute, mais on attend avec curiosité de voir comment la «Patrie des Droits de l'Homme» et un des co-auteurs des Conventions de Genève sur les lois de la guerre va réagir.

Ce dont on est sûr, c'est que la victime palestinienne de cette exécution ne va pas être nommée, même à titre posthume «citoyen d'honneur de Paris». Paris a organisé une semaine «Tel-Aviv sur Seine». On attend vainement qu'elle organise une semaine «Gaza sur Seine». Et on attendra sans doute encore plus longtemps avant que Abed El Fatah soit honoré à titre posthume de «citoyen d'honneur» de la ville à la devise «fluctuat nec mergitur». Il ne faut certainement pas s'attendre à un flottement quelconque des autorités de cette ville pour le cas de ce Palestinien assassiné ou pour la cause du peuple palestinien de manière générale. Sombrent-elles dans la mauvaise foi ? C'est sans doute le cas ici !

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5238807

Alter Info l'Information Alternative

L’étoile dite de David, symbole du judaïsme ou du sionisme et des antisémites?

L’étoile dite de David, symbole du judaïsme ou du sionisme et des antisémites?

L’article date certes quelque peu puisqu’il a été publié en pleine campagne électorale aux Etats Unis mais il traite de questions historiques qui débordent largement l’actualité immédiate.

L’article parle en effet de ce qu’on appelle l’étoile de David qui est considérée habituellement comme le symbole du judaïsme et nous explique que ce n’est qu’assez récemment que les communautés juives ont commencé à adopter ce symbole.

D’abord imposé par Charles IV, le souverain de Prague, cette étoile se généralisera bien plus tard, au 19ème siècle, chez les Juifs allemands émancipés qui voulaient ainsi avoir un signe pour se distinguer de leurs compatriotes chrétiens qui pour leur part disposaient su symbole de la croix.

Le svastika, ou croix gammée, aurait pu devenir le symbole du judaïsme, si Charles IV  en avait décidé ainsi!

Vous tirerez les conclusions que vous voudrez

Qu’est-ce que l’Etoile de David et quelle est sa signification pour les Juifs?

par Lauren Markoe, Religion News Service, Deseret News (USA) 6 juillet 2016 traduit de l’anglais par Djazaïri

L’utilisation récente par Donald Trump d’une étoile à six branches dans un tweet considéré généralement comme antisémite a soulevé de nombreuses questions sur l’Etoile de David, un symbole du judaïsme. Elle orne les synagogues dans le monde entier et est au centre du drapeau israélien. Mais elle a longtemps été utilisée pour dénigrer les Juifs.

D’où vient cette étoile et en quoi est-elle juive? Explications.

Q – Cette étoile remonte-t-elle au roi David de la Bible?

R – C’est ça. Mais n’allez pas chercher dans la Bible des références à l’Etoile de David. Selon la légende [biblique], c’est le « Magen David », le « bouclier de David » en hébreu qui avait la forme d’une étoile à six branches ou qui avait un motif avec cette forme par repoussage Mais on n’en a aucune preuve pour l’attester, qu’elle soit écrite ou archéologique. Et pendant des centaines d’années, c’est la menorah [chandelier] qui a été le symbole le plus habituel du judaïsme.

Q – Alors d’où vient cette étoile?

R – « Le triangle symétrique entrecroisé était un symbole répandu au Proche Orient dans l’antiquité, » explique le rabbin hassidique Pinchas Taylor dans une vidéo sur ses origines. On peut en trouver des exemples dans les cultures anciennes hindoue, perse et shinto entre autres – et dans des anciens décors juifs également. Elle semble pointer à la fois en direction du ciel et de la terre, de Dieu et de l’humanité et de tous les côtés de l’univers. Les mystiques pensaient qu’elle avait des pouvoirs spéciaux [magiques, NdT].

 

1_5_2016_b4-gold-secure-meno8201_c1-0-2933-1710_s885x516.jpg

Le chandelier (menorah) est le symbole le plus ancien du judaïsme

Q: Quand les Juifs ont-ils commencé à se servir de l’étoile?

R – Certains Européens, notamment à Prague, l’utilisaient dans les années 1600. Mais son adoption généralisée par les communautés juives n’intervint pas avant le début du 19ème siècle, d’abord chez les Juifs allemands, selon Jonathan Sarna, professeur d’histoire juive à l’université Brandeis.

« Les chercheurs pensent que les Juifs allemands récemment émancipés adoptèrent le symbole par opposition à la croix qui symbolisait si visiblement le christianisme allemand, » écrit Sarna dans son livre « American Juidaism ». L’Etoile de David fit sa première apparition dans le vitrail d’une fenêtre à la Baltimore Hebrew Congregation en 1845. Peu après, « elle devint une affirmation visible de judéité » sur les livres, les objets de cérémonie et les pierres tombales.

Afficher l'image d'origine

Le vitrail de la synagogue de la Baltimore Hebrew Congregation

Q: Est-ce pour cette raison que les Nazis s’en servirent pour identifier les Juifs?

R – Oui, mais les Nazis ne furent pas du tout les premiers à faire porter aux Juifs un signe d’identification. Dans le monde islamique, le Calife Omar II (qui régna de 717 à 720) obligea les juifs, comme les Chrétiens, à porter des « signes distinctifs ». Dans toute l’Europe médiévale, les Juifs devaient porter des écussons – souvent jaunes – et parfois des chapeaux pointus.

Les nazis obligeaient les Juifs à porter des écussons jaunes, bien que la couleur était parfois différente dans certains territoires sous contrôle du IIIème Reich. L’étoile séparait et isolait les Juifs, les désignant ainsi pour la déportation vers les camps de concentration. Un Juif découvert sans son étoile jaune pouvait écoper d’une amende, mis en prison ou tué.

Q – Quel est le lien entre l’étoile et Israël?

R – Le mouvement sioniste adopté l’Etoile de David pour symbole en 1897. Il devint le drapeau de l’Etat d’Israël peu de temps après sa création en 1948. L’étoile est représentée entre une bande bleue sur le dessus et une autre en dessous qui sont supposées évoquer le tallit, le châle de prière juif, qui est habituellement bleu et blanc.

Q – Qu’en est-il de l’affirmation de Trump selon qui il n’y a rien d’antisémite dans l’étoile à 6 branches tweetée par son équipe de campagne?

R – L’équipe de campagne de Trump a écrit les mots « Candidate la plus corrompue de l’histoire! » à l’intérieur d’une étoile à six branches sur fond de billets de banque et à côté d’une photo d’Hillary Clinton. Etant donné qu’une bonne partie du discours antisémite reproche aux Juifs de manipuler l’économie mondiale, la présence de l’étoile associée à de l’argent a été immédiatement vue par les Juifs ainsi que par les non Juifs comme franchement antisémite.

Afficher l'image d'origine

Le tweet litigieux du candidat Donald Trump

Pour être plus précis, l’image provenait d’un forum de discussion où s’expriment volontiers les poncifs et les diatribes des antisémites et des suprématistes blancs

L’explication fournie par l’équipe de campagne, une étoile de shériff, a été largement tournée en ridicule.



https://mounadil.wordpress.com/


Alter Info l'Information Alternative

Qui mieux qu’un Juif pour répandre et attiser la haine antisémite?

Qui mieux qu’un Juif pour répandre et attiser la haine antisémite?
On apprend ici que l’animateur d’un média néo-nazi sur le web est en fait marié à une juive et réside dans le Upper East Side, le quartier le plus chic de Manhattan où résident des personnalités aussi connues que Madonna, Rupert Murdoch, Spike Lee, Woody Allen ou encore George Soros (source Wikipédia). Le quartier compte 11 lieux de culte chrétiens (toutes obédiences confondues, Témoins de Jéovah et Scientologues exclus), 9 synagogues et une mosquée.
Bon, on nous dit qu’il est marié avec une femme juive. Je vous fiche mon billet qu’il est en réalité lui-même membre de la tribu (et certes il l’est bel et bie).

 

L’animateur d’un média néo-nazi vit-il dans le Upper East Side avec une épouse juive?

par Dan Friedman, The Jewish Forward (USA) 15 janvier 2017 traduit de l’anglais par Djazaïri
Un des principaux animateurs d’un média néo-nazi – jusqu’alors anonyme – réside-t-il dans le Upper East Side de Manhattan avec son épouse juive? C’est ce que rapportent des informations qui émanent de factions racistes rivales dans la nébuleuse du mouvement « alt-right » [droite alternative, fachosphère].
Mike « Enoch » dirige le site néo-nazi The Right Stuff qui met en ligne les podcasts « The Daily Shoah » [le quotidien de la Shoah] et « Fash the Nation ». Celui qui est plus connu pour avoir développé le plugin échoes ((())) [pour identifier les Juifs sur les réseaux sociaux] répond en réalité au nom de Mike Peinovich, un développeur logiciel originaire de Montclair dans le New Jersey.
En retirant judicieusement certaines lettres de son nom de famille, Peinovich est devenu, selon ces informations, « Enoch » – en référence au politicien britannique partisan de la séparation des races Enoch Powell.
Rien de ce qui se passe dans la nébuleuse « allt-right » de misogynes, d’antisémites et suprématistes blancs ne peut rester longtemps caché, semble-t-il. Ce qui semble s’être passé, c’est que suite à une querelle (sur Red Ice Radio) qui portait sur le fait même d’envisager la question de parler à des Juifs, l’équipe de The Right Stuff s’est prise de bec avec un groupe 8Chan [plateforme de forum] appelé Baphomet.
Baphomet a réagi en attaquant le site de The Right Stuff également en révélant les noms, les adresses et les familles d’un certain nombre de membres importants de « l’alt-right » connus auparavant par leurs pseudonymes, dont Enoch qui semble avoir reconnu la véracité de l’accusation.
PS: ces informations sont confirmées et précisées sur d’autres sites d’information grand public


https://mounadil.wordpress.com/

Alter Info l'Information Alternative

COMPLIMENTER LES PUISSANTS ET PUNIR LES PAUVRES

SEUL LE SILENCE EST GRAND TOUT LE RESTE FAIBLESSE
COMPLIMENTER LES PUISSANTS ET PUNIR LES PAUVRES

Après la Syrie, le Yémen connaît une guerre sans merci. les IBN SAOUD profitent d’une carte blanche pour tuer des innocents êtres humains à grande échelle, avec la faveur ( Baraka !) des USA et l’occident qui lui procurent des armes en quantité plus que suffisante alors que la résistance HOUTHIE se voit frappée par l'embargo « terremerciel » .
Par ailleurs, dans nos médias, cette guerre dévastatrice semble oubliée et passée sous silence, alors que ce conflit risque de déboucher sur une catastrophe humanitaire terrifiante les « rats-idiots », la « presstitution »et les « idios-visions » qui mettent en œuvre le processus de lavage des cerveaux, de fabricants d’opinions auprès de la société mondiale ces medias sont devenus comme disait Malcom. X des entités les plus puissants de la planète, ils ont ce pouvoir de rendre des innocents coupables et vis versa par ils contrôlent l’esprit des masses, ils arrivent parfois à vous faire détester les opprimés comme ce qui se passe au Yémen et admirer les oppresseurs ( USA+Occident). Ces supports d’information sont surveiller de prés par la « mainstream » du monde de la finance , de l’information et de l’armement. On a déjà vu, déjà entendu et déjà parler d’Alep d’avant puis de la Syrie après 2011 et beaucoup de Bachar Al Assad à travers une guerre atroce et horrible dont les terroristes sont représentés comme de gentils opposants, modérés ou rebelles, qui leurs aient permis de faire des horreurs inimaginables( incinération de prisonniers- coupeurs de têtes même pour les gamins, mangeurs d’organes humains …) .
Tout prés de la Syrie ; il ya le Yémen un pays en guerre avec un pays arabe mitoyen pour une raison inconnue sinon peut être, ce Yémen subit une influence iranienne qui permettra peut être d’occuper la géographie ou le commerce énergétique transite. La fureur sanguinaire des IBN SAOUD contre le Yémen est sans précédente. Selon la propagande saoudienne incitée par les Occidents +USA et Israël, est justifiée par l’ingérence de l’Iran via les Houthis. Pour Ryad, les « zaydites »( chiites) qui composent le mouvement « Ansarullah » servirait les intérêts de l'Iran dans la région. Les Houthis sont coupés du monde par l'embargo et bombardés sans cesse par une puissante aviation US, et Riyad les traite, sur leur propre territoire, comme s'ils étaient de vrais mercenaires étrangers !
Le Yémen est lanciné, mais ni des ondes pour entendre les lamentations, ni des photos, films et images pour voir les horreurs et atrocités, ni des écrits pour dire qu’il ya une flagrante injustice infâme et impunité totale. Un pays réactionnaire, le « chou chou » de l’impérialisme et du sionisme se permet de faire dans l’impunité un tel massacre à ciel ouvert, un génocide à la Yankee, et une barbarie « daechienne » en complicité avec les premiers hypocrites nommés « ONG » à sous et à ordres, spécialistes de la pétition morveuse, n’oubliant surtout pas le sale rôle joué par les « casque blancs » qu’Hollande vénère. La conscience de ce monde est hypnotisée par les « mainstreams » pour mieux être réveiller il faut faire avec un alter plus authentique. Depuis presque deux ans que la « coalition » dirigée par les IBN SAOUD lance des tonnes de bombes et missiles avec les F15-16 sur des infrastructures d’utilité publique, des civils( ponts-marchés-générateurs d’électricité-des vestiges historiques, des hôpitaux, des écoles…) sans aucune défense et en infraction des dispositions de la convention de Genève .Les IBN SAOUD prétendent combattre une rébellion HOUTHIE considérée comme coupable le faite d'être alliée avec l'ex-président Ali Abdallah Saleh( installé au yemen) contre son successeur Abd Rabbo Mansour Hadi( installé à Ryad) et donc devenu un instrument sage de la monarchie des IBN- SAOUD.
Selon l'ONU, cette guerre au yemen a fait plus de 12 000 victimes et a provoqué une catastrophe humanitaire sans précédant( misère-faim-maladies-déplacements de population-….).Le Yemen est complètement ruiné par l’effet des bombardement sur des sites sensibles, le pays est sous embargo par mer-terre et ciel, imposer par les coalisés avec la complicité de l’ONU, des USA et de l’Occident.
Ce massacre gratuit à grande échelle est fait pour faire plier le Yémen, ce déluge de feu est fait dans le but de semer la terreur parmi la population yéménite qui en fin de compte l’incitera de se soulever contre les HOUTHIES. Les IBN-SAOUD ne font pas la guerre contre des HOUTHIES, par contre ils sont en train de mener des opérations de démoralisation de la population par des destructions totales, et de raser complètement les infrastructures du yemen il s'agit aussi pour cette fausse dynastie parvenue des Saoud d'effacer l'histoire en détruisant carrément tout monument historique contenue dans la plus vieille civilisation humaine et arabe.
Les wahhabites ont une misanthropie envers les vestiges de l’histoire, à la Mecque en particulier où tout le patrimoine de notre prophète(QLSSSL) a été rasé, de même que les empreintes historiques se trouvant en Syrie et en Irak.
Par ailleurs et contrairement à cela une résistance fantastique est en train d’infliger une défaite probante aux IBNSAOUD, la résistance mène la guerre en territoire saoudien et ces derniers sont incapables de les affronter sur le champ de bataille.
Cette entreprise funeste est justifiée par l’Arabie Saoudite, le CCG,les USA et l’Occident, prônant la légalité internationale. Le mouvement « Ansarullah » avait investi la capitale SANA’A en 2014 et avait inciter Mansour Hadi (président ) à la démission en début 2015. . l’Arabie Saoudite, décidée de mettre la main dans le Yémen, les saoudiens et CCG avec les occidentaux évidement ont fait appel au conseil de sécurité(ONU) et ont obtenu la résolution 2216 du 14 avril 2015 condamnant la prise du pouvoir par les « Houthies » et affirmant la « légitimité » du président Hadi.
Par cette décision complice de l’ONU, qui avait permis à la coalition une couverture juridique l'autorisant à mener à sa guise des frappes sur le Yémen. Une forme d’altération négative du fameux « faux et injuste droit international », qui lui a donné un chèque-en-blanc permettant d'écraser sans scrupule et sans aucune contrainte sous les bombes le yemen pays arabe, le plus pauvre.
Par conséquent, faut se demander encore pour quel crime ce pauvre peuple yéménite paisible a pu commettre pour que toute la fausse communauté internationale avalise ce mal inhumain. Le yemen est déjà contaminé par « Qaida » et « Daech » plusieurs attentats ont été commis sans qu’aucun écho de dénonciation de la part de la dite communauté internationale n’a été avancé ; alors qu’un missile « Borkane » tiré par la résistance sur une base militaire prés de Djedda, que Ryad avance qu’il était dirigé vers la Mecque, que tout monde (occident et responsables musulmans) se sont précipités pour condamner un fait mensonger.
Les « HOUTHIES » se positionnent dans l’axe de la résistance, soutiennent la Syrie officielle, et Bachar Al Assad, préfère le Hezbollah libanais, ils ont dans leur sang et dans leur conscience cette reconstitution du nationalisme arabe. Les « HOUTHIES » refusent la soumission et l’ingérence des IBN SAOUD, ces derniers entendent asservir toute la région aux intérêts impérialistes et sionistes. Le Yémen résistant vient de commettre une bêtise vis-à-vis des IBN- SAOUD, il va devoir compenser par des bombes non conventionnelles. Les IBN SAOUD veulent à tout prix oppresser les contestataires « HOUTIES » d’un impérialiste et sioniste .Ces comparses sont entrain de mener l’ordre prescrit du maitre.
Le Yémen effacé de la liste des causes justes qui en valent bien la peine par cette dite communauté internationale oublié par les « mainstreams » et tout ce qui en découle de ses « merdias », le Yémen abandonné aux hyènes arabo-sionistes renaitra bientôt de ces cendres , l’immoralité et la malhonnêteté de l’ Occident et des USA complices n’ont jamais validé la justice, l’ équité , la légalité encore moins l’égalité, l’intérêt efface le bien pour faire du mal
Les industriels de l'armement valent bien la vie de quelques milliers de femmes, vieillards et d'enfants yéménites. Une question a déjà été posée, il n’y a pas longtemps à VALLS de ce qu'il pensait des bombardements saoudiens qui dévastent le Yémen et terrorisent dans le même temps sa population. VALLS répondait sur BFM/TV le 15/10/2015 « Est-il indécent de se battre pour nos emplois ? »( source OUMMA-« En occident pas de pleureuses des enfants yéménites »B.Guigue . Le marché de l’armement est fructueux avec le CCG groupe des « pets trop gros lards » , la vie humaine ne vaut rien devant un socialo mordu du $. Et l’occident vend des armes à l'Arabie Saoudite engagée dans ce conflit : ainsi prospère ce commerce indigne et infame. : l'argent prime sur toute autre considération.
En fin, et en conclusion le peuple yéménite n'a peut-être pas dit son dernier mot.
BENALLAL MOHAMED

Alter Info l'Information Alternative

Le rapport du Renseignement sur l’influence russe sur les élections est un flop

Le rapport du Renseignement sur l'influence russe sur les élections est un flop
Le rapport du Renseignement sur l'influence russe sur les élections est un flop
Moon of Alabama
 
Hier, le directeur américain du Renseignement national, la CIA, la NSA et le FBI ont publié un rapport sur le piratage présumé du Conseil national démocratique par les Russes et sur les manœuvres des  Russes pour influencer les élections présidentielles américaines. Le rapport n'a convaincu personne. C'est un désastre pour la communauté du renseignement, au niveau de la communication.
 
John Harwood couvre « l'économie et la politique nationale pour CNBC et le New York Times. » Plus de 100 000 personnes le suivent sur Twitter. Il est connu comme un supporter d’Hillary Clinton et c’est un copain de John Podesta qui a dirigé la campagne électorale de Clinton.
 
Harwood a fait un petit sondage. Il n'est pas représentatif statistiquement mais il donne un aperçu du sentiment général.
 
Description : http://www.moonofalabama.org/images5/Harwood.jpg
Qui crois-tu, Amérique ? 83% Wikileaks et 17% les officiels du renseignement étasunien.
 
 
Ce résultat montre bien les limites de pouvoir de la soi-disant Communauté du Renseignement. Mais il y pire : les allégations de « hacking russe » d'hier n'ont même pas réussi à convaincre ses partisans anti-russes les plus ardents.
 
The Daily Beast : Le rapport américain sur l’espionnage accuse Poutine de piratage, mais ne fournit aucune preuve.
 
Kevin Rothrock (Moscow Times):
 
Je n‘en crois pas mes yeux. Est-ce là le dossier du Renseignement du gouvernement américain sur cette affaire?
 
Il faut bien le dire : le rapport déclassifié du gouvernement des USA intitulé « Évaluation des activités et intentions russes lors des dernières élections aux Etats-Unis » embarrasse tout le monde.  
 
Susan Hennessey (Lawfare, Brookings):
 
Le rapport non classifié est pour le moins décevant. Il n'y a pas de nouvelles informations pour ceux qui ont suivi l’affaire.
 
Bill Neely (NBCNews):
 
Beaucoup de jugements de valeur, mais peu de faits et aucune preuve tangible dans le rapport du renseignement étasunien sur le prétendu piratage russe.
 
Stephen Hayes (Weekly Standard):
 
Le rapport des Renseignements sur la Russie n'est guère plus qu'une suite d’affirmations. Je comprends qu’on protège les sources/procédures, mais le rapport est faible.
 
Julia Ioffe (The Atlantic):
 
Il est difficile de dire si la minceur du rapport sur le #hacking vient de ce que la preuve est classifiée ou qu’elle n'existe pas.
 
@JeffreyGoldberg Je dois dire, cependant, que beaucoup d'observateurs russes que je connais sont très sceptiques à propos du rapport. Aucun d’eux n’aime Poutine/Trump.
 
Lorsque vous avez perdu jusqu’à Julia Ioffe dans votre guéguerre contre les Russes ...
 
Clapper, le directeur du Renseignement national, et Brennan, celui de la CIA, auraient dû être licenciés il y a des années. Ils seront tous les deux partis le 20 janvier. La communauté du Renseignement se souviendra d'eux comme les principaux responsables de cet échec ravageur.
 
Traduction : Dominique Muselet
 
http://www.moonofalabama.org/2017/01/intelligence-report-on-russian-election-influence-is-a-flop.html

Alter Info l'Information Alternative

Francophiles algériens au service de leur mère patrie ; LA FRANCE.

Un exemple : Amine Zaoui qui écrit des chroniques anti-Islam dans le journal Liberté Algérie.
Francophiles algériens au service de leur mère patrie ; LA FRANCE.
Un exemple : Amine Zaoui qui écrit des chroniques anti-Islam dans le journal Liberté Algérie, le dit journal devrait changer de titre pour afficher ouvertement sa vraie casquette : « Liberté France ».
Les titres des chroniques d’Amine Zaoui affichent clairement ses opinion anti-Islam. J’avais écrit à deux reprises au dit-journal pour exprimer mes opinions. Rien à faire : mes écrits sont passés à la trappe, madame la France ou plutôt les nouveaux harkis au service de la France veillent. Voilà les derniers titres des chroniques anti-Islam d’Amine Zaoui. Je ne vois aucun inconvénient a ce que Amine Zaoui me réponde à condition que mes premiers écrits ainsi que ce dernier coup de gueule soient publiés aussi. C’est bien la règle dans votre mère patrie, non ? Les titres :
1- Quand la mosquée devient une caserne !

2- L’autoroute fluide du terrorisme, de la Kaâba jusqu’à Berlin !

3- En toute innocence diabolique ! « Où est-il le sang de la virginité de Maryame mère de Aïssa ? Dieu n’a pas de truc ! Mais Il féconde sa partenaire sans faire écouler du sang ! Ainsi j’ai adoré Dieu qui ne fait pas mal aux jeunes femmes nubiles. Et j’ai vénéré Maryame !”

4- L’athéisme en terre d’islam (islam ecrit sans majuscule a la premiere lettre ce qui en dit plus que mille discours).

Conclusion : A Amine Zaoui et au journal Liberté (France), vous pouvez m’accuser de tout ce que vous voulez, mais surtout pas de « militant islamiste radical supporter de Daech ». J’ai déjà écrit ailleurs que je considère Daech, Aqmi, Boko Haram, comme organisations criminelles contre l’Humanité.


 

Alter Info l'Information Alternative

Résistance politique: Le terrorisme est avant tout terrorisme d’état (Francis Cousin)

Résistance politique: Le terrorisme est avant tout terrorisme d’état (Francis Cousin)
Excellente compilation d’analyses de Francis Cousin sur le terrorisme et ce que nous rappelons ici sans cesse, son affiliation au terrorisme d’État. Cousin confirme ici ce que nous disons souvent dans nos commentaires, à savoir que l' »islamisme » tel qu’on le voit et conçoit aujhourd’hui est une totale création des services barbouzes occidentaux à commencer par les services britanniques qui ne créèrent pas mais mirent sous tutelle la secte des « Frères Musulmans » dans les années 1920. Nous savons tous que depuis, la CIA a créé Al Qaïda en Afghanistan au début des années 1980 pour porter le chaos dans l’empire soviétique (Robert Gates et Zbigniew Brzezinski) et que la Hamas a été créé par le Mossad afin de diviser la résistance palestinienne (jusqu’ici de tendance socialo-marxiste avec le FPLP et l’OLP) sur une ligne alors inexistante, la ligne religieuse fondamentaliste. Les services occidentaux et israéliens ont trouvé l’allié idéal en l’Arabie Saoudite wahhabite, maison des Saoud mise au pouvoir par les services britanniques à la chute de l’empire Ottoman à la fin et après la première guerre mondiale, secte religieuse extrémiste faisant la promotion et finançant des mannes du pétrole le sectarisme religieux le plus extrême à travers le monde par son financement des écoles coraniques et autres mosquées d’obédience radicale, qui recrutent pour le « djihad » de pauvres hères sous contrôle d’une hiérarchie barbouze émanant des états qu’ils croient combattre. Stratégie de la tension, Gladio 2.0 comme nous l7avons dit maintes fois ici même.
Cousin explique clairement dans cette vidéo que le terrorisme de haut niveau ne peut être qu’un terrorisme d’État, sous contrôle de la machine du capital et de la société du spectacle marchand. Nous soutenons en cela la même thèse: celle que le chaos est organisé car seul moyen d’existence pour l’oligarchie du grand capital. Le terrorisme d’état généralisé est une nécessité de survie historique qui ne pourra être défait que par la conscience politique renouvelé des masses opprimées en mouvement pour leur émancipation politique et économique. Cousin dépoussière Marx et Debord pour arriver à cette conclusion, nous y sommes parvenus par l’analyse anarchiste et son dépoussiérage (nous avons également lu Marx et Debord…). Vidéo à visionner et diffuser sans aucune modération !  
~ Resistance 71 ~
21 décembre 2016
 



Alter Info l'Information Alternative

LA COREE DU NORD SE SITUE DANS L’AXE DU MAL

« C’est la responsabilité des intellectuels de dire la verité et de dévoiler les mensonges ».Noam Chomsky
 LA COREE DU NORD SE SITUE DANS L’AXE DU MAL

Il est peut-être temps que les intellectuels de cette planète qui hébergent l’humanité prennent conscience pour une fois, afin de ne plus accepter et ne pas être complice à ce matraquage continuelpar cette première puissance via les supports médiatiques qui ont su formater nos esprits pour mieux les corrompre. Par une configuration funeste destinée surtout à ceux qui refusent l’hégémonie US, c’est par le biais d’une propagande privatisée (les médias, éditions - presses - radios - TV, répartis entre les oligarchies s'engraissant sans fin sur les marchés, prébendes, et privilèges que leur accorde les pétromonarchies , et les états occidentaux ).Ces institutions propagandistes sont constituée par des « idios-visions »( F24-Aldjazeera-AlArabia Al hayat…..),de la « presstitué »( presse impérialiste et presse à sous) et des « merdias »( Radios-TV) qu’on nous racole continuellement et sans cesse la calamité, le malheur et la désolation dans les pays comme l’Irak, la Syrie, l’Iran et la Corée du Nord…... Ces pays diabolisés par les moyens cités ci-dessus, appuyés par des ONG à sous, peuvent s’attendre au mal par une punition faite avec des bombes et du napalm….
Il est grand temps d’enlever la puce de l’oreille et de voir clair, bien et précis sur tout ce que les Amériques et les occidentaux diabolisent ces régimes hostiles par les qualificatifs suivants : dictature, non-respect des droits de l’homme, de l’enfant, de la femme,de démocratie ; misères, absence de liberté d’expression et d’opinion …
La plus grande puissance économique, financière, militaire…ne s’est jamais intéresser à la vérité, la justice et l’équité mais au pouvoir absolu et a son maintien. Pour cela il est nécessaire que le peuple demeure dans l’ignorance, ce qui nous entoure est donc un vaste océan de mensonges dont nous nous naviguons. Il est certain que le formatage des cerveaux se fait par une industrie de l’intox et de la désinformation.
Depuis belle lurette, les castes USet Occidentaux au pouvoiraussi cyniques que corrompus, flanqués de leurs médias putassiers. Donnant l'exemple du dialogue, de la confiance, de l'apaisement, de l'échange, du partage, dans la reconnaissance, la connaissance ou le respect de l’être. C’est une voie sage vers la paix, importante pour l’humanité, mais avec les deux poids deux mesures, les Occidentaux ne cessent de nous abrutir le crâne en nous rabâchant sans cesse que la Corée du Nord après la Syrie est un danger, une menace, pour l'Humanité et pour la planète.....
Un Principe enseigné par un grand sioux: ne jamais s'accommoder du mensonge , il faut savoir franchir le mur des apparences ou des fausses évidences, en poussant au fond des choses son esprit critique afin de permettre de neutraliser toute erreur , de mater toute crainte et de corriger toute appréciation dans le sillage de la logique et du bon sens : savoir évaluerà sa juste valeur une situation donnée ...
Alors, imputer des mensonges, des balivernes et des diabolisations sur ces pays suscitésci-dessus, ils ne sont guère un purgatoire comme nous laisse entendre leurs portes paroles( rats-idios), portes images« idios-visions » et portes journaux ( presstitution)…..
La Corée du nord pays communisme donc est un « goulag » comme base de propagande , dans lequel un pauvre peuple est encellulé dans la misère , la famine, la peur et le malheur c’est un « Guantanamo » à grande échelle, ou la communication est interdite, absente ,pas de culture, ni de place pour se divertir , un pays ou le mot aimer ne doit pas exister,et le rire est interdit .Il existe un seul et unique parti tenu par un régime dictatorial, ou tout est nationalisé,cette image est reprise pour qualifier l’Irak, la Syrie, la Lybie…. Et tout pays qui refuse l’hégémonieimpérialiste et sioniste.
Par contre l’oligarchie pratique la démocratie c’est-à-dire une alternance de son personnel politique, qu'elle mandate avec soin et argent. Faisant entériner son choix dans un simulacre d'élections dites au suffrage universel.
La Syrie, l’Irak, le Lybie et la Corée du Nord ne connaissent pas les théories du libéralisme économique ….. Cela, pratiquent une politique du « plein emploi », du « zéro chômage » de la « croissance positive » de la « planification » de « l’inexistence de crise » !..ils en sont réduits à vivre avec une « médecine gratuite », des « enseignements, primaire, secondaire, universitaire, gratuits »...... des retraites et des logements décents pour leurs Anciens, avec le culte collectif du respect et de la reconnaissance qui leur sont dus par les jeunes générations !ils aimes ça !...Et pourtant leur pays comme la Corée du Nord se retrouve, membre à part entière du club des grands maîtres de l’aérospatial, du nano- machine, du nanomatière et de la nanotechnologie.
Cette ténacité menaçante des Occidentaux et US suivit par des sanctions pour ces pays et surtout pour la Corée du Nord qui se livre à des essais de bombes et missiles à têtes qui leur fait mal.
La Corée du nord , pays de de 26 millions d'habitants, est en droit de se défendre, Il représente un danger planétaire pour l’impérialisme US, alors que ce dernier massacre, tue ,torture et utilise des abjections en l'Afghanistan, en Syrie, en Irak, au Yémen, et en Libye d’autres pays ont goutter à ces malheurs : Afrique, Amérique latine...
laCorée du nord n’a jamais agressé, ni envahit, ni détruitun pays, elle n'aspire qu'à vivre le plus tranquillement possible à l'intérieur de ses frontières, en attendantpeut-être la "réunification" avec ses frères de la Corée du Sud. Dont ils sont artificiellement séparés depuis la fin de la deuxième guerre mondiale. Alors pourquoi cette acharnement par de troubles et de tensions interposées avec la Corée du Nord ?...un remake Irakien qui se dessine peut être……
Le sionisme et l’impérialisme US ont unilatéralement décrété que la Corée du Nord constituait, avec d’autres pays ciblés faisant partie de "l'Axe du Mal".
Cette diabolisation menée par des campagnes médiatique interposées ; elle est imposée comme une « Vérité absolue » sinon « révélée »( N’est-ce pas Mr.W.Bush !), répétée continuellement, renforcée toujours davantage ; une forme de « fanatisation » des opinions publiques à l'encontre de cespays. Les approches objectives et anti impérialistes sont éliminés des réseaux du TIC
Au fait comment la Corée est devenu un pays nucléaire ; ce n’est pas par pur hasard ou par miracle, ce pays est peut être agréable à vivre, il faut le voir, vivre avec et le connaitre mieux.La Corée du Nord possède un incroyable dynamisme économique qui est méconnu par les économistes de notre temps. Elle est à la pointe des technologies, y compris Internet, forte de sa maîtrise technologique ; malgré les multiples entraves imposées par les sanctions économiques et son infernal matraquage médiatique en Occident.
Sans tenir compte sur ces éléments d'information, il est intéressant de faire savoir quelques points importants pour décrypter la réactivation sans cesse de la campagne propagandisteanti Coréenne du Nord, et sa résistance inébranlable. La Corée du Nord sait pertinemment que ce n'est pas son arsenal nucléaire qui est au centre de l'obsession, de l'hostilité, de la préoccupation, de l’impérialisme et du sionisme. Celui d'Israël non signataire du Traité de Non-Prolifération Nucléaire, ne pose aucun problèmes, ni soucis aux occidentaux par contre celui de l’Iran et de l’Irak s’en était un !Il s’agit au fait de son système économique et social. Il est fondé sur le partage équitable de la richesse nationale et sur la solidarité et cette force continuelle capable à le maintenir et le défendre semblable peut être à celui de Cuba et pourtant Cuba n’est pas une puissance nucléaire mais elle est victime par de sévères mesures de sanctions économiques et d'embargo et depuis plusieurs décennies .L'oligarchie est une adepte de l'enrichissement exclusif du 1 % de sa caste par la voix de ses instruments impérialistes et sionistes, ne pouvant le tolérer ces systèmes et ne savent plus très bien où s’arrêtent les affaires et où commence la charité. Pour les Corée : l'un au Nord, fondé sur une solidarité sociale ; l'autre au Sud, architecturé sur un capitalisme sauvage le plus débridé, avec ses effets collatéraux servant de soupape : drogue, prostitution, délinquance, injustice, loi de l’argent sur fond de violences sociales sous les formes bien connues, dans nos propres pays, de précarité et de pauvreté en croissance exponentielle, la suite vient avec Une perquisition a été réalisée cette semaine au département publicitaire de Samsung à Séoul dans le scandale de corruption et de trafic d’influence impliquant des proches de la présidente Park Geun-Hye, selon un média sud-coréen.
L’affaire immorale scandalise les Sud-Coréens., Ces derniers sont descendus en masse dans la rue dernièrement pour demander la démission de Mme Park, la plus grande manifestation en Corée du Sud depuis les grands rassemblements pro démocratie de la fin des années 1980. C’est un autre printemps de l’extrême orient
Choi, 60 ans est accusée d’avoir usé de son influence sur Park pour contraindre des groupes industriels, dont Samsung, à verser des fonds à des fondations douteuses, sommes dont elle se servait ensuite à des fins personnelles.
Enfin La Corée du Nord comme l’Irak, l’Afghanistan la Syrie ou la Lybie est un danger planétaire il faut coute que coute qu’il soit envahi, soit bombardé, soit la nucléarisé soit la « napalmisé » , soit carbonisé se sont les propositions des Yankees à mettre en action .
Ce sont les mêmes arguments avancés pour justifier l'invasion de l'Irak .Il disaient que Saddam Hussein détenait un arsenal extrêmement dangereux d'armes de destruction massive, dont certaines pouvaient être déchargées moins d’une heure( N’est-ce pas Mr PAWEL, provoquant un effroyable carnage. On nous disait aussi et sans cesse que l'Irak entretenait des relations avec Al Qaeda(Aujourd’hui Daech et le terrorisme sont entretenus, financés, armés, entrainés par la CIA) et avait donc sa part de responsabilité dans les deux tours du 11 septembre 2001.On nous disait égalementque l'Irak menaçait sérieusementla sécurité du monde. Tout cela était du faux, de l’archi faux et du pas vrai et pourtant le mensonge prévalait pour détruirel’Irak avec bien sur la complicité des intellectuelles, ONG, peuples dits démocratiques….Et ceux qui faisaient tourner la machine des « idios-visions » , des « merdias » et de la « presstituee ». Il a été de même pour la dévastation de la Libye, de la Syrie et du Yémen.
L'invasion de l'Irak par la coalition occidentale et leurs vassaux était un acte de barbarie, de banditisme, de terrorisme d'État, d’injustice,d'un absolu mépris pour la notion de droit international que toute démocratie est pleinement responsable.
Les Amériques sont responsables de la mort et de la mutilation de milliers et de milliers d'innocents à travers la planète et ce depuis Hiroshima à ce jour. Cette coalition internationale ou plutôt communauté internationale avait apporté au peuple irakien la torture( prison d’ABOUGHARIB) , des bombes , des tueries quotidiennes de la misère de l’humiliationles et la mort et la propagande occidentale appelle cela la démocratie , et droit de l’homme…
Il faut être un véritable « Intellect Citoyen du Monde » pour soutenir haut et fort là« Paix » et combattre dans le même temps les Injustices les deux poids deux mesures et les souffrances humaines par ces impérialistes ,sionistes arrogants .
L’invasion occidentale en Irak, sur fond de mensonges et de cyniques campagnes de propagande contre les impitoyables menées impérialistes en Amérique Latine et ailleurs. Il faut penser à changer de politique et de propagande : cesser les menaces et sanctions, pour vivre dans l'apaisement, et la confiance sur cette planète, sur ce qui rassemble et non ce qui sépare. L’exemple des populations du nord et du sud de la Corée devront s’entendre pour se réunifier; comme y sont arrivés l'Allemagne Est et Ouest, ou le Viêt Nam Nord et Sud afin de chasser Satan l’impérialiste. La communauté internationale et sa coalition représentent les instruments de l’impérialisme et du sionisme. Ces derniers sont les outils des oligarchies ; devront un jour rendre des comptes aux peuples de cette planète.

BENALLAL MOHAMED

Alter Info l'Information Alternative

RUSSOPHOBIE (SARKOZY VS POUTINE) : LES MEDIAS OCCIDENTAUX SONT PASSES DE LA DESINFORMATION A LA PROPAGANDE 100% BIDONNEE !

RUSSOPHOBIE (SARKOZY VS POUTINE) : LES MEDIAS OCCIDENTAUX SONT PASSES DE LA DESINFORMATION A LA PROPAGANDE 100% BIDONNEE !
# LUCMICHEL. NET/ RUSSOPHOBIE (SARKOZY VS POUTINE) : LES MEDIAS OCCIDENTAUX SONT PASSES DE LA DESINFORMATION A LA PROPAGANDE 100% BIDONNEE  !
 
Luc MICHEL/ 2016 12 16/
 
la soi-disant "révélation" de FRANCE2 hier sur "Poutine qui met Sarkozy KO debout" est évidemment fausse et seuls les idiots sans cervelle peuvent y croire. Et encoire plus s'en réjouir. Voir la réaction indignée du Kremlin !
Réfléchir : outre les gardes du corps (qui ne quittent pas un président), Sarkozy ne parle pas russe et Poutine pas français. Il y avait donc aussi les traducteurs. Celà exclut le dialogue inventé par FRANCE2 pour diaboliser Poutine ...
 
CE N'EST PAS PULITZER MAIS LE DR GOEBELS QUI INSPIRE LES MEDIAS DE L'OTAN ...
 
Les médias de l'OTAN ont perdu toute retenue et la déontologie est aux oubliettes. "Presstitutes" disent les médias sociaux anglo-saxons de ces gens avec raison. La presse occidentale n'est plus depuis longtemps le "quatrième pouvoir" (sic) mais un des "appareils idéologiques" de l'état bourgeois (avec l'armée, les polices, la justice). Dans la "guerre médiatique" qui est un des aspects principaux des guerres du XXIe siècle, ces presstitutes sont de bons petits soldats de l'OTAN et de l'impérialisme yankee !
 
* Lire sur LLB :
Sarkozy ivre en 2007? Non mais menacé et insulté par Poutine
http://www.lalibre.be/actu/international/sarkozy-ivre-en-2007-non-mais-menace-et-insulte-par-poutine-video-58529f37cd701e2eb28818e9
 
UNE CAMPAGNE ANTI-RUSSE BIEN ORCHESTREE !
 
Le faux « incident Poutine-Sarkozy » est un des éléments d’une vaste campagne de russophobie orchestrée par la CIA, l’OTAN et l’administration Obama à l’attention spéciale du public français et francophone (sans doute en anticipation d’une possible victoire de Fillon, mais aussi élément de la désinformation sur la libération d’Alep).
 
Cette campagne repose sur :
 
- Le film de Carré sur Poutine : « L’empire » (3e volet d’une trilogie anti-Poutine), déjà diffusé sur la RTBF belge et hier sur FRANCE2
- L’émission de FRANCE2 d’hier soir, dont le cœur est la fausse info sur Poutine vs Sarkozy
- Le numéro spécial de L’Express (France) sur « L’Empire contre-attaque » (dont je parlais dans mon édito d’hier) (1)
- et celui du Vif-L’Express (édition belge de l’hebdo parisien) sur « Notre ami Poutine » (qui m’attaque notamment comme « omniprésent dans la russosphère internationale) (2).
 
LM
https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel/
http://www.lucmichel.net/
https://twitter.com/LucMichelPCN
 
(1) Voir sur LUCMICHEL. NET :
LE DERNIER NUMERO DE L’EXPRESS (PARIS) : ‘L’EMPIRE CONTRE-ATTAQUE’, LE TITRE ME PLAIT ASSEZ …
sur http://www.lucmichel.net/2016/12/15/lucmichel-net-le-dernier-numero-de-lexpress-paris-lempire-contre-attaque-le-titre-me-plait-assez/
 
(2) Voir sur LUCMICHEL. NET :
LE VIF-L’EXPRESS CITE LUC MICHEL ‘OMNIPRESENT DANS LA ‘RUSSOSPHERE’ INTERNATIONALE’ …
sur http://www.lucmichel.net/2016/12/15/lucmichel-net-le-vif-lexpress-cite-luc-michel-omnipresent-dans-la-russosphere-internationale/
 
 
 

Alter Info l'Information Alternative

MSM News crée #une tempête de fausses nouvelles autour de l’effondrement de la partie rebelle d’Alep

MSM News crée #une tempête de fausses nouvelles autour de l’effondrement de la partie rebelle d’Alep
MSM News crée #une tempête de fausses nouvelles autour de l’effondrement de la partie rebelle d’Alep
Moon of Alabama
 
C’est la première fois que j’assiste à un pareil assaut #de nouvelles mensongères. Tous les grands médias et toutes les agences semblent avoir perdu toute inhibition et ils présentent n’importe quelles  rumeurs concernant la libération d’Alep-Est comme des faits.
 
Voyez cette annonce de la BBC en ouverture du journal :
 
Bataille d'Alep: selon l’ONU, 82 civils ont été abattus sur place
 
Les forces pro-gouvernementales syriennes ont pénétré dans des maisons d'Alep-Est et ont tué ceux qui étaient à l'intérieur, y compris des femmes et des enfants, selon l'ONU.
 
Le bureau des droits de l'homme de l'ONU a affirmé avoir des preuves fiables que dans quatre zones 82 civils avaient été abattus à vue.
 
1. Il n’y a pas de bureau des droits de l'homme de l'ONU, cela n'existe pas. La BBC veut parler du Bureau du Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH). Ce commissaire est le prince jordanien Zeid Ra'ad Al Hussein, un hachémite qui a fait ses études au Royaume-Uni et aux États-Unis et qui un parent du roi dictateur jordanien. C’est intéressant de noter que la Jordanie est fortement impliquée dans le soutien des « rebelles » contre le gouvernement syrien.
 
2. Le bureau n'a pas « dit » que « 82 civils avaient été abattus », ni rien d’aussi  monstrueux. Il a dit qu'il y avait des « sources » qui avaient « rapporté » que cela s'était produit. Voilà un extrait de son communiqué de presse aujourd'hui:
 
Selon de nombreuses sources, des dizaines de civils ont été abattus hier place al-Ahrar, dans le quartier d'Al-Kallaseh, ainsi qu'à Bustan al-Qasr, par les forces gouvernementales et leurs alliés, dont le groupe irakien al-Nujabaa.
 
Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les droits de l'homme (HCDH) a affirmé que « de nombreuses sources » ont reçu des informations »  de XYZ, sans révéler ni le nom des « sources » ni la provenance des soi-disant « informations » de XYZ.
 
Je trouve irresponsable que le HCDH mentionne des informations non vérifiées dans ses conférences de presse. Mais c’est encore plus irresponsable de la part de la BBC de titrer « L’ONU dit que... » en ouverture de bulletin d’information à propos de ces rumeurs, surtout sans apporter le moindre élément supplémentaire dans le reste de son « reportage »
 
Il y a aussi cette info récente sur les chats tués à Alep.
 
#Flash info - Activistes: Tous les chats résidents et de passage au dernier refuge d’Alep ont été tués dans une attaque au gaz du Hezbollah.
 

 
Le porte-parole du Haut-Commissariat a eu connaissance de cette nouvelle. Nous attendons maintenant le titre de la BBC: « L'ONU dit que le Hezbollah a gazé les derniers chats d’Alep ».
 
La BBC n'est pas la seule à sortir #de fausses nouvelles. En effet, il semble que les agences de presse recherchent la « sécurité du nombre » en rapportant toutes les mêmes sottises partout où elles le peuvent :
  Là encore, l'ONU a seulement dit qu'elle avait connaissance de tels rapports. Elle ne les a pas vérifiés et ne s’en porte pas garante. Cela n’empêche pas les influentes organisations « humanitaires » habituelles, comme Amnesty International, de se joindre au chœur de ceux qui brodent sur le thème de «  l'ONU a dit que… ». Des milliers de sites d’information et de sites Web copient les faux rapports de l'agence et de la presse « humanitaire » et font en sorte de rendre la fausse nouvelle encore plus sensationnelle. La désinformation déraille complètement.
 
Mais il se passe aussi des merveilles à Alep.
 
Les vrais habitants et les vrais journalistes d’Alep disent que les connexions internet y sont lentes et instables. Mais les « militants » qui se trouvent sous un feu d'artillerie intense dans l'est semblent avoir des quantités de gigabits de bande passante fiable à leur disposition. C'est un miracle. Photos et vidéos dans des tweets comme celui-ci « sortent d'Alep » à chaque instant.
 
 
Bien sûr, une telle quantité de gigabits pourrait être utilisée à meilleur escient que pour des captures d'écran de vieux clips musicaux, mais personne n'est parfait, surtout subit un feu d'artillerie lourde.
 
 
Les agences de presse et les médias grand public considèrent tous les tweets des « militants », les échanges sur la situation, les téléchargements vidéo et les diffusions en direct de Periscope comme la pure vérité sans même savoir d'où ça vient. Ces « militants » pourraient se trouver n'importe où sur terre et les journalistes n’ont aucun moyen de vérifier leur location.
 
Je suis inquiet pour la sécurité de toutes ces opérations d'information (pdf). Quand les « derniers militants d’Alep » tweetent que l'armée syrienne se rapproche d’eux, veulent-ils dire que les chars d'Assad s’approchent en vrombissant de Vauxhall Cross (le building du M16, les services secrets britanniques, ndt)?
 
Mais tant que tout le monde répète les mensonges de ces « militants » sur « les événements sur le terrain » personne ne pourra être tenu pour responsable. «  Nous nous sommes tous honnêtement trompé », est l'excuse habituelle, et elle passe comme une lettre à la poste.
 
Nous devrions essayer, partout où nous le pouvons, d’obliger ces journalistes à se comporter plus honnêtement.
 
Traduction : Dominique Muselet
 
 
http://www.moonofalabama.org/2016/12/-msm-create-fakenews-storm-as-rebel-aleppo-vanishes.html#more

Alter Info l'Information Alternative

Trump se prépare à prendre le contrôle de la Réserve fédérale des États-Unis (FED)

Durant les quatre premières années de sa présidence, Donald Trump choisira non seulement trois juges pour la Cour suprême, mais aussi cinq des sept membres du Conseil des gouverneurs de la Fed. Il serait impossible de surestimer l’effet que cela aura sur l’avenir économique de la nation. Avec les deux chambres du Congrès fermement dans les mains du GOP [Parti républicain], nous pourrions voir la banque centrale la plus puissante du monde transformée en une institution purement politique qui suivrait les diktats d’un homme.
Trump se prépare à prendre le contrôle de la Réserve fédérale des États-Unis (FED)
Les critiques peuvent penser que ce serait une grande amélioration par rapport à la situation actuelle, dans laquelle la Fed dissimule son allégeance aux banques d’investissement géantes de Wall Street derrière un nuage de relations publiques à propos de «l’indépendance», mais l’idée d’un seul homme contrôlant le prix de la monnaie de réserve mondiale, et donc le prix des actifs financiers et des matières premières à travers le monde, est également inquiétante. Déjà nous avons vu comment la détermination de la Fed à enrichir ses propres affidés a abouti à des bulles titanesque des prix des actifs, les unes après les autres.

Imaginez que ce pouvoir soit confié à un seul individu qui pourrait être tenté d’utiliser cette autorité pour façonner les événements économiques d’une manière qui renforce et perpétue son propre pouvoir politique. Malgré cela, après sept ans d’une dépression induite par des politiques qui ont accru l’inégalité à des niveaux jamais observés depuis l’Âge d’or [fin du XIXe siècle], nous pensons qu’il est grand temps que le président utilise son pouvoir pour choisir les membres qui ramèneront la banque sous le contrôle du gouvernement. Voici plus d’informations à ce sujet sur le Los Angeles Times :

«Donald Trump a lancé une critique sans précédent de la Réserve fédérale pendant la campagne. En tant que président, il pourrait arriver à la remodeler rapidement […] Trump aura la possibilité de nommer jusqu’à cinq nouveaux membres au Conseil des gouverneurs de la Fed, composé de sept personnes, pendant sa première année et demie au pouvoir. Cela inclut un nouveau président pour remplacer Janet L. Yellen, dont le mandat expire au début de 2018 […].

Trump a éreinté Yellen dans les derniers mois de la campagne présidentielle, l’accusant de maintenir le taux de référence ‘artificiellement bas’ pour aider ses camarades démocrates, le président Obama et Hillary Clinton.

‘Je pense qu’elle est très politique et, dans une certaine mesure, je pense qu’elle devrait avoir honte d’elle-même’, a dit Trump sur CNBC à la mi-septembre. Lors du premier débat présidentiel deux semaines plus tard, il a déclaré que ‘la Fed est plus politique que Hillary Clinton’.

Dans sa dernière vidéo de campagne, Trump a inclus des images de la Fed et de Yellen, comme faisant partie de l’‘establishment politique qui a saigné notre pays à blanc’.

‘Jamais auparavant, nous avions vu un président entrant non seulement critiquer la façon dont la politique de la Fed a été exécutée […] mais accuser la présidence de la Fed de saper l’institution par un complot politique avec son adversaire et la Maison Blanche’, a déclaré Pethokoukis. ‘Nous sommes hors des clous dans un territoire inexploré.’»

Nous pouvons présumer sans nous tromper que la Cour suprême va scruter l’attitude amicale de Trump envers les grandes entreprises en matière de laisser-faire, mais la question est la suivante : que peut-on attendre de la Banque centrale une fois qu’elle deviendra le laquais de la Maison-Blanche ?

C’est difficile à dire, principalement parce que Trump épouse souvent deux points de vue apparemment contradictoires en même temps.

Qu’est-ce que je veux dire par là ?

Je veux dire, d’une part, que Trump est un grand supporter du capitalisme de marché libre, non interventionniste, mais d’autre part, c’est un populiste de droite engagé qui semble prospérer avec le soutien des masses, ce qui est clair quand il dit des choses comme celles-ci :

«Vous savez qui est le plus blessé [par les politiques d’argent facile de Yellen] ? Les gens qui ont passé 40 ans de leur vie et économisé une centaine de dollars chaque semaine [à la banque] […] Ils ont travaillé toute leur vie pour épargner et maintenant ce qui se passe, c’est qu’ils sont forcés [d’entrer] dans un marché boursier gonflé [artificiellement] et bientôt, ils seront anéantis.»

Alors, comment le populiste Trump façonnera-t-il son opinion pour décider qui devrait ou ne devrait pas être un membre de la Fed ?

Nous ne le savons pas, mais nous savons que la politique monétaire va changer radicalement après les huit dernières années d’expérimentation improductive, parce que Trump s’est entouré de leaders de l’industrie qui souscrivent à une philosophie entièrement différente de celle actuellement en pratique. Vérifiez cela à partir de l’opinion de l’analyste monétaire Tommy Behnke :

«Certaines des voix économiques les plus raisonnables d’aujourd’hui sont incluses dans le cercle intérieur de (Trump). Ces noms incluent David Malpass, d’Encima Global, qui a co-signé une lettre avec Jim Grant s’opposant au programme d’assouplissement quantitatif de la Fed, inflationniste et déformant ; John Paulson de Paulson & Co., qui a gagné des milliards en court-circuitant le marché du logement avant la Grande Récession [2008, crise des subprimes, NdT] ; Andy Beal, un gars soi-disant libertaire qui blâme la Fed pour la crise du crédit ; et Stephen Moore, de la Heritage Foundation, qui a dit au CSIN en 2012 qu’il était un ‘critique très sévère’ des politiques ‘incroyables d’argent facile de la Fed’ durant la dernière décennie.

Tandis qu’aucun des conseillers économiques de Trump n’est un économiste de l’école autrichienne, ils sont beaucoup plus vautours que la plupart des conseillers économiques des présidents Bush et Obama.»

Trump, qui n’est pas un fan du programme d’achat d’obligations de la Fed, appelé assouplissement qualitatif, a admis qu’il pense que les actions sont dans une bulle, suggérant ainsi qu’il va probablement adopter une approche plus conservatrice de la politique monétaire. Même si cela ne change pas le fait qu’il pourra choisir personnellement la majorité au pouvoir dans le FOMC, et qu’il sera en mesure d’exiger leur loyauté comme condition de leur embauche. Quelqu’un doute-t-il sérieusement que Trump préférerait plutôt prendre le contrôle de la Fed lui-même que de le laisser dans les griffes des banques coupe-gorge de Wall Street ?

Il ne fait aucun doute que les effets distributifs [inégalitaires] des politiques de la Fed ont contribué à catapulter Trump à la Maison Blanche. Des millions d’Américains de la classe ouvrière qui sont malades des politiques monétaires de goutte-à-goutte et des accords commerciaux éviscérant les emplois, ont trouvé un moyen d’exprimer leur frustration dans la candidature de Donald Trump. Leur colère collective a explosé soudainement dans les urnes le 8 novembre, poussant le magnat de l’immobilier à une victoire sur son adversaire Clinton dans ce que beaucoup appellent le bouleversement politique du siècle. Trump a puisé dans cette source de colère et de frustration en dénonçant «l’establishment politique défaillant et corrompu» dont Hillary Clinton et la Fed sont les vedettes.

Maintenant, il va passer au niveau suivant en lançant une attaque surprise sur la Fed qui dépouillera les banques de Wall Street de leur pouvoir et les laissera se débrouiller toutes seules. Ceci est une publication du New York Times :

«Le point de vue de base de nombreux conseillers de Trump est que la période prolongée de la politique d’urgence a favorisé une bulle dans le marché boursier, déprimé les revenus des épargnants, effrayé le public et encouragé la mauvaise affectation du capital, a déclaré Ian Shepherdson, économiste en chef à Panthéon Macroeconomics . À l’heure actuelle, ce sont des points de vue minoritaires au FOMC, mais les nouveaux nominés de Trump sont susceptibles de changer la donne.»

D’accord, ils vont «changer la donne», alors ils vont devoir le faire au cœur du nid de vipères. La Fed a eu toutes les occasions de montrer où sa loyauté a failli en prenant, à chaque fois, parti pour Wall Street. Il y a une raison pour laquelle 95% de tous les gains réalisés au cours des huit dernières années sont partis entre les mains des 1%, alors que les travailleurs luttaient pour boucler leurs fins de mois. Tout comme il y a une raison pour laquelle les actions ont triplé de valeur au cours des huit dernières années alors que les salaires et les revenus ont stagné et que le rythme de l’économie a ralenti. C’est la politique, idiot.

La Fed a créé les conditions d’une dépression permanente afin de fournir indéfiniment de l’argent pas cher à ses amis, les escrocs dépravés de Wall Street. Maintenant, leur petite fête est terminée.

Ah putain, chouette alors !


Article original en anglais :

Trump Prepares to “Take Over” the Federal Reserve

Traduit et édité par jj, relu par Catherine pour le Saker Francophone
La source originale de cet article est CounterPunch
Copyright © Mike Whitney, CounterPunch, 2016

Alter Info l'Information Alternative

Communiqué du Tunistan n° 3. Oyez ! oyez ! Tunisianais, Tunisianaises « Si tu n vas pas à la montagne…. »

Oyez ! oyez ! Ce communiqué (1) est consacré à la communication de la Présidence de la République et en particulier au dernier interview du chef de l’Etat, M. Béji Caid Essebsi du 22 novembre 2016. Décevante, l’interview de Beji. A peine deux mots sur les volets économique et culturel? C’est dire que personne n’a compris les enjeux qui nous attendent. Comme si à priori le Président de la République veut se décharger de ces deux dossiers et les léguer a Chahed alors que c’est à lui de donner le La de la politique à suivre. Commençons tout d’abord par la forme : Je pense que cette interview en toute franchise a apparemment été mal préparée et j’y reviendrai en abordant les questions choisies mais déjà je remarque que Zied Krichen a pu tomber dans le panneau en succombant à l’appel des sirènes et aux manœuvres de flatterie de Béji qui a si bien exploité ses connaissances des fables de La Fontaine (2) Et cela semblait apparaître sur son visage béat et épanoui. Béji aurait ainsi appuyé sur la corde sensible de l’intervieweur. Quant à Meriem Belkadhi, elle a été semble-il placée en hors -jeu par BCE qui ne s’y intéressait pas réellement et axait sur les pseudo-connaissances de Zied en matière de civilisation islamique. Elle-même n’était pas combative et laissait l’initiative à Krichen qui poursuivait dans la marge étroite que lui offrait Béji et dans lequel il le supplantait à fond. Et d’ailleurs il lui avait dit puisqu’il l’avait informé qu’il l’avait choisi pour cette interview. Il jouait donc en apparence franc jeu (sic) ! Poursuivons par le volet politique sur lequel je ne m’étendrai pas en abordant deux points uniquement :
Communiqué du Tunistan n° 3. Oyez ! oyez ! Tunisianais, Tunisianaises « Si tu n vas pas à la montagne…. »
D’abord, quelle différence sur le plan constitutionnel d’être un chef de parti ou d’être Président de la République? BCE semble faire la différence pour justifier son abstention officielle de condamner le jugement innocentant les accusés du meurtre de Lotfi Nagadh. Or cette distinction est ridicule. Avant d’être Président de la République, il est un citoyen tunisien qui détient des informations incriminant les accusés comme il l’a déclaré dans l’interview et à ce titre il doit mettre ces informations à la disposition de la justice et à la disposition de toute personne ayant intérêt pour agir sur le plan de ses intérêts civils. Bien plus, dans le cadre de la procédure inquisitoire en matière pénale, le Ministère Public peut lui réclamer de tels documents ou éléments probatoires s’il n’en dispose pas pour les joindre au dossier. Un juge peut même lui demander de comparaître en tant que témoin à charge ou à décharge s’il le souhaite. Cette question n’a rien à voir avec la séparation des pouvoirs et la charge présidentielle.
Et là, il est étonnant que les journalistes qui l’ont interviewé n’aient pas évoqué ce point.
Seconde question occultée de manière surprenante : Les affaires Brahmi Et Belaid. Sur la même base que précédemment Béji peut intervenir. En tout cas il aurait du être interrogé sur ces affaires.
Maintenant sur le plan des questions économique et culturelle, des défaillances notoires sont constatées dans les choix des questions des journalistes.
Un président de la République ne peut quand même pas répondre en deux mots sur le dossier économique et culturel. Au moins parler des grands axes: sur le dossier économique par exemple ajouter les exportations au menu en associant le succès des investissements à celui des exportations (qui patinent), organiser par exemple au niveau régional et national des colloques et journées de réflexion sur les facteurs de relance des investissements et des exportations (après le constat du recul du classement de la Tunisie à Davos et à celui de la Banque Mondiale).
Béji a vaguement parlé du prochain colloque Tunisia 2020 qui doit intervenir les 29 et 30 novembre prochains. En fait cette manifestation est actuellement très mal médiatisée. Le site ministère du Développement de l'Investissement et de la Coopération Internationale n’en fait pas état. . Certes, le MDICI possède sa propre base de données, mais comment les consultants non répertoriés peuvent-ils y participer ?
D’ailleurs ce colloque ne résout pas tout. Les décrets d’application du nouveau code des investissements ne sont pas encore parus (ils le seront paraît-il avant la fin de l’année, mais après le colloque en tout cas).
Par ailleurs il faut constater que les facteurs de compétitivité du site Tunisie ne se résument pas au climat de stabilité politique. La modernisation des infrastructures à l’échelle régionale est d’un grand intérêt.
Au niveau culturel c'est la stratégie qui est en jeu et non le succès  ou l’échec des JCC –microcosme dans l’édifice- qui importe. On aurait pu  poser à BCE  des questions sur le plurilinguisme, la relance de la francophonie comme on a fait au Maroc, la relance su secteur cinématographique et l'accélération de notre niveau de veille concurrentielle au niveau maghrébin et africain (nous situer par rapport aux grands pays émergents d'Afrique comme l'Afrique du Sud et le Maroc). Chez nous c'est des Think tanks spécialisés qu'il nous faut comme on le fait ailleurs.
Enfin où en est le partenariat Public –Privé dans le secteur culturel ? Pourquoi les sites domaniaux ne sont pas exploités pour favoriser ce type de partenariat….Beaucoup de questions en suspens qui laissent tout le monde sur sa faim et c’est dommage.
Donc en fin de compte, nos  journalistes ne sont pas à niveau et toujours concentrés sur les divergences politiques car ils ne connaissent pas autre chose.
Bien plus grave : s’il s’avère que cette interview sonne comme un discours et que la  censure vient d’en haut nous ne sommes pas sortis de l’auberge car il ne fait aucun doute que comme  le dit le proverbe « Si tu ne vas pas à la montagne, c’est la montagne qui viendra à toi »  dans l’étape poste-révolution, en matière de communication c’est « la montagne » qui doit aller vers les journalistes.

HK

(1)    Voir les communiqués N°1 et N° 2 précédemment parus (http://www.alterinfo.net/Oyez-oyez-1er-communique-du-Tunistan_a126466.html et http://www.alterinfo.net/Oyez-Oyez-2eme-communique-du-Tunistan-Ou-en-est-la-presse-televisee-tunistanaise_a126637.html )
(2)    « Le corbeau et le renard »

 

Alter Info l'Information Alternative

C’est au cœur même de l’histoire de Jérusalem qu’on trouve le plus sombre des secrets du sionisme: la tromperie…

Mythologie et falsification biblique… Si Jérusalem m’était contée (Ashraf Ezzat)
C’est au cœur même de l’histoire de Jérusalem qu’on trouve le plus sombre des secrets du sionisme: la tromperie…
“Après 70 ans d’excavations et de fouilles extensives sur la terre d’Israël, les archéologues ont trouvé que les actions du patriarque sont des histoires de légende ; nous n’avons pas séjourné en Egypte, ni fait un exode, nous n’avons pas conquis la terre. Il n’y a pas non plus de mention de l’empire de David et de Salomon. Ceux qui s’y intéressent savent tout cela depuis des années, mais Israël est un peuple têtu et ne veut pas en entendre parler.”
~ Professeur Ze’ev Herzog
, chef du département d’archéologie et d’études de l’ancien Proche-Orient à l’université de Tel-Aviv, dans un entretien avec le magazine Ha’aretz le 29 octobre 1999 ~
“Être ignorant de l’histoire, c’est être né hier.”
~ Howard Zinn ~

« Par la tromperie tu feras la guerre. »
~ Devise du Mossad rapporté par Victor Ostrovsky ~
 
Jérusalem, rien de saint à propos de la ville sainte
C’est au cœur même de l’histoire de Jérusalem qu’on trouve le plus sombre des secrets du sionisme: la tromperie…
Dr Ashraf Ezzat
article original: https://ashraf62.wordpress.com/2015/08/24/jerusalem-nothing-holy-about-the-holy-city/
~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~
 
A lire également:
« Textes bibliques… De la mythologie à la réalité archéologique »
« L’Egypte antique n’a jamais connu de pharaons »
 
Israeli forces block Palestinians at the entrance of Al Aqsa/Temple Mount compound
Le dimanche 26 juillet (2015), la ville de Jérusalem a été témoin d’un autre clash mortel entre Palestiniens et Israéliens. Cette fois-ci, l’émeute se tint dans la mosquée Al Aqsa.
Tout a commencé à cause de la colère des Palestiniens à l’encontre de l’accès des juifs au complexe durant une journée annuelle de deuil juif. Des Palestiniens lancèrent des pierres et des pétards tandis que la police tiraient des grenades à effet de choc. Ceci se produisit après que les forces de sécurité forcèrent le passage dans le complexe d’Al Aqsa avant que d’entrer brièvement dans la mosquée elle-même.
Des protestations éclatèrent dans les allées et ruelles de la vieille ville autour de la mosquée, les manifestants affrontant la police en chantant “Allahu Akbar” (Dieu est grand). Quelques fondamentalistes religieux juifs entrèrent dans le complexe tandis que la police répondait en tirant des grenades à effet de choc et bloquait l’entrée du site.
Le complexe Al Aqsa de la vieille ville de Jérusalem, un des points les plus chauds du Moyen-Orient, est dit être le site le plus sacré du judaïsme et le 3ème de l’Islam après La Mecque et Médine. Les musulmans appellent le site Al Haram Al-Sharif (noble sanctuaire) et se réfère à la mosquée comme celle la plus lointaine, ou Al Aqsa et “Bayt al-Muqaddas” en arabe, tandis que les juifs se réfèrent à l’endroit comme étant le Mont du Temple ou Har Hamoriya, la montagne Moriya.
Il y a deux raisons principales pourquoi Al Aqsa est considérée sainte pour les musulmans: en premier lieu, parce que les musulmans croient que la mosquée fut la première Qibla (direction vers laquelle les musulmans se dirigent pour faire leur prière) dans l’histoire de l’Islam et deuxièmement, elle est pensée être l’endroit duquel le prophète Mohamed fit son voyage nocturne miraculeux (Isra et Miraj) au paradis.. Les narrations évoquent le voyage de Mohamed sur un coursier ailé vers la “mosquée la plus lointaine” où il mena d’autres prophètes comme Moïse, Abraham et Jésus dans une prière de style islamique (une indication claire de la proéminence de Mohamed sur les autres prophètes abrahamiques…). Puis Mohamed fit une ascencion au paradis où il eut une brève rencontre avec Dieu qui lui donna des instructions à ramener aux musulmans fidèles.
En ce qui concerne les juifs, les narrations et aussi la bible hébraïque disent que le complexe Al Aqsa est identifié avec trois montagnes bibliques de location incertaine mais de la plus grande importance:
Le Mont Moriah où est supposé s’être produite l’histoire d’Isaac, le Mont Sion lieu de la forteresse des Jébusites originaux et le village qui fut celui de David et le Mont du Temple où le 3ème temple est supposé être réétabli au même endroit où Salomon construisit le premier. Quoi qu’il en soit, les trois interprétations sont controversives et controversées si pas carrément fausses.
Avant toute chose et avant même de commencer à patauger dans la dispute boueuse au sujet de la sainteté et de l’historicité des trois montagnes bibliques, ne commettons pas le pêché perpétuel qui consiste à prendre le narratif hébraïque pour argent comptant. En d’autres termes, employons ici un peu de pensée critique et arrêtons de prendre pour une fois tant le narratif hébreu que musulman pour vérités. Nous devrions enquêter sur tout ce qui rend cette ville sainte pour les juifs et les musulmans, même les détails les plus acceptés de tous comme pourquoi Jérusalem est appelée Yerushalayim en hébreu et “Qods/Qadas” en arabe.
Aliyah
Egypt knew no Pharaohs nor Israelites new cover art-8
Toute l’idéologie sioniste est fondée sur un simple mot hébreu qui porte une vieille connotation historique: Aliyah. Le mot veut dire “aller” (mieux même “migrer”) vers le haut, là où la nouvelle terre d’Israël est supposée se trouver. Aliyah fut et est toujours un des tenets le plus essentiel du sionisme qui appelle la diaspora juive de migrer (retourner) sur la terre d’Israël (Eretz Yisrael).
La question ici n’est pas de savoir si la diaspora juive devrait ou pas migrer vers Israël (bien évidemment qu’elle ne le devrait pas) ; mais plutôt nous devrions nous demander pourquoi le mot hébreu, Aliyah, spécifie t’il de manière unéquivoque que la direction de la migration devrait se faire vers le haut.
Après réflexion, nous devrions facilement en venir à la conclusion que les hébreus originaux, avant de migrer vers la moderne Jérusalem, devaient venir d’une terre située au sud de la Palestine.
Et comme le livre hébraïque et la langue sont très anciens, alors Aliyah (en tant qu’ancien mot d’un monde ancien) voulait dire que les migrants juifs devaient avoir erré (avant de migrer) non pas en Europe ni en Amérique, mais dans le sud du Levant, là où se situent l’Arabie et le Yémen. C’est dans ce sens qu’ils allèrent plus haut (vers le nord) ou Aliyah, vers la Palestine (à partir du 4ème siècle AEC d’après nos recherches).
Comme je l’ai expliqué dans mon livre “Egypt knew no Pharaohs nor Israelites”, la totalité du livre israélite (incluant ses histoires de patriarques) est un cas de géographie perdue. Une bible hébraïque falsifiée (à sa traduction en grec) a gavé le monde d’une histoire falsifiée et d’une fausse géographie et ce depuis maintenant 2300 ans. Malheureusement, cette déception, cette falsification de masse a toujours effet en ce moment même.
Mon investigation de trois ans sur l’histoire de l’Egypte ancienne et sur les Israélites, combinée avec la recherche d’une communauté des plus sérieuse d’universitaires renommés (incluant la recherche pionnière du professeur Kamal Salibi “La bible s’en vint d’Arabie”), ont donné la même conclusion fondée sur les preuves disponibles: la bible hébraïque et ses histoires eurent lieu dans le sud de l’ancienne Arabie et au Yémen, comme ceci fut méticuleusement décrit par des historiens arabes classiques et qui offre de manière le théâtre réel des histoires israélites, des ses montagnes (monts), vallées, tribus (comme écrit et décrit dans la bible).
L’endroit actuel d’à la fois le Mont du Temple et la totalité de l’état d’Israël est fondé sur une idéologie, foncièrement fausse et mensongère. Toute l’affaire de la soi-disante terre sainte est tellement fausse et impie que même la vision musulmane d’Al Aqsa et Qods/Qadas est également fondée sur des narratifs déformés et faux.
Qades, comme mentionné dans la bible hébraïque est une montagne yéménite située à 80km au sud de la ville moderne de Taa’iz et elle n’a rien à voir avec Jérusalem. D’après le Hadith musulman (tradition), la première direction pour la prière (Qibla) se trouvait vers Bayt al-Muqaddas (de manière supposée le temple de Salomon), seulement pour réaliser que cela fut construit dans le Nord-Yémen et non pas la Jérusalem de Palestine comme tout le monde le croit (plus de détails la-dessus dans le livre).
Au IIIème siècle AEC, la bible hébraïque fut traduite en grec à la bibliothèque légendaire d’Alexandrie. Soixante-dix scribes juifs furent assignés la tâche par le roi Ptolémée II (le monarque grec de l’Egypte à l’époque). Dans la traduction grecque, les scribes juifs changèrent de manière frauduleuse le théâtre des histoires bibliques du nord-Yémen et sud de l’Arabie en Egypte et en Palestine.
Dans la version grecque déformée qui devint conue sous le nom de “bible septante” ou “bible des septantes”, l’Egypte a été faussement établie comme la terre de la détention et de la mise en esclavage des Israélites et son roi le Pharaon de Moïse. Rien dans la bible hébraïque n’a en fait fonctionné de la façon dont vous pensez, rien du tout. Les croyances des masses naïves durant 23 siècles jusqu’à aujourd’hui sont entièrement fondées sur une forgerie et un mensonge perpétré par des scribes juifs.
Ainsi, les histoires originales (et en fait humbles et tribales) des Israélites se sont actuellement passées dans l’Arabie et le Yémen anciens. Tous les contes hébreus n’ont absolument rien à voir avec la culture occidentale et jamais ils ne furent présentés de la sorte. Tout le livre est très local et reflète une culture tribale (arabe) locale extrêmement intolérante et violente. Le problème n’a pas seulement résidé dans la traduction déformée et manipulée de la bible hébraïque en grec, mais dans cette opportunité en or offerte aux contes tribaux et au dogme israélite, par cette traduction, de se disséminer dans la culrure occidentale.
Retournons à la terre sainte et Al Aqsa en Palestine qui, à travers toute l’antiquité et le Moyen-Age fut considérée comme partie du Levant par les Romains et les Byzantins. Quant aux Arabes, ils ont toujours vu la Palestine comme une partie de Bilad El-Sham, la terre de Sham.
Seule Jérusalem fut nommée (Aelia) par les Arabes. Ceci fut vérifié par les termes de la rédition de la ville au calife musulman Oumar bin Al-Khattab, en 637 de notre ère et dans lesquels le calife Oumar se référait aux gens de Jérusalem comme les habitants d’Aelia (aucune mention de Jérusalem ni de Qades/Qods).
Les narratifs mentionnent que le calife Oumar durant une entrevue avec le patriarche orthodoxe Sophronius (patriarche de Jérusalem à l’époque), accepta la rédition de son peuple et se référait à lui sous le nom de peuple d’Aelia. Au contraire de l’histoire manipulée par les juifs, Jérusalem ainsi que la vaste majorité du Levant à l’époque étaient chrétien de manière prédominante en cette époque de la conquête musulmane. Ainsi parler d’une révolte juive et d’une très brève autonomie juive en Palestine en 614 suivant une très courte invasion perse les années précédentes est historiquement invalide.
Je ne veux pas dire que le christianisme fut plus tolérant que le judaïsme à cette époque ; au contraire, la nouvelle foi était profondément engoncée dans l’extrémisme et divisée au sujet de disputes christologiques hautement insignifiantes. Peut-être que cela aida à la diffusion de l’Islam, bien que par l’épée, dans ce qui fut contrôlé auparavant par l’empire byzantin: le Levant et l’Afrique du Nord.
Pour capitaliser sur sa victoire rapide sur tout le Levant, le calife Oumar décida de construire la première mosquée à Aelia (appelée Jérusalem dans les livres d’histoire). Oumar étant complètement étranger à cette ville nouvellement conquise et à son environnement, demanda à son conseiller principal de l’aider à choisir le bon endroit pour ériger la mosquée. Devinez qui s’en vint à l’aide du calife ? Oui, un autre scribe rabbin. Comme attendu, le rabbin d’Oumar s’ensuivit sur les traces des 70 rabbins et leur œuvre mensongère connue sous le nom de bible septante.
Le conseiller principal d’Oumar était Ka’ab al-Ahbaar, un rabbin juif de devinez où ? Et oui, encore du Yémen. Ka’ab est crédité pour avoir infiltré la littérature islamique avec une litanie d’histoires déformées et de narratifs, qui disent que l’endroit commença à être appelé “Al Aqsa” et “Bayt al-Muqaddas” à partir de ce moment.
Le rabbin d’Oumar provenait de la patrie des premiers Israélites: le Yémen, là où toutes les histoires et les guerres des Israélites se passerent. Et oui, les histoires de Joseph, David et Salomon, et Moïse, toutes ces histoires se passèrent au Yémen. Les contes si dramatiques de captivité et d’esclavage qui commencèrent avec Joseph jusqu’à l’Exode de Moïse et ses suiveurs, tout cela ne se produisit pas en Egypte, mais dans un obscur village tribal yéménite du nom de “Mizraïm” (faussement traduit et vendu depuis longtemps, y compris de nos jours sur internet, par des scribes juifs comme étant l’Egypte).
L’histoire d’Abraham et la promesse d’Isaac/Ismaël (dans la version musulmane) est l’exception, car cette histoire particulière (d’après un bon nombre d’anciennes archives arabes sans mentionner le narratif islamique) se passa à Hijaz, près de ce qui est aujourd’hui la Mecque en Arabie Saoudite. Bien qu’ils ont besoin de toujours plus de travail archéologique, les narratifs islamiques nous disent que le père des Israélites est parti d’Hijaz (près de La Mecque donc) et a traversé la ligne de montagnes de l’Asir du Nord-Yémen.
Dans l’ancienne tradition et langue arabe, celui qui entreprend l’acte de traverser une barrière naturelle est appelé Aber et ceci constitue l’origine linguistique du comment “Abraham” et les juifs furent appelés Aberos/hebreus (l’histoire d’UR la mésopotamienne, patrie d’Abraham et Hebron en Palestine le lieu de sa sépulture ne sont que mythes et un mensonge éhonté des orientalistes)
En fait l’histoire inhabituelle du sacrifice de l’enfant d’Abraham (un rite païen de l’ancienne Arabie soit dit en passant..) est supposée, d’après les narratifs islamiques et la tradition orale arabe, s’être passée sur le mont Moriah, cela vous rappelle t’il quelque chose ? De fait, cette montagne existe toujours à La Mecque que des millions de pèlerins musulmans visitent chaque année comme faisant partie de leur pèlerinage (Hajj): le Mont Moriah ou Marwah en arabe. Donc si nous devons garder la définition de la bible hébraïque du Mont Moriah, alors nous devons considérer la (probable) véracité du narratif islamique de l’histoire d’Abraham.
Une fois de plus, cela nous ramène à Al Aqsa et le soi-disant Mont du Temple ou le Mont Moriah en hébreu. Dans mon livre, j’explique clairement que les deux langues de l’hébreu et de l’arabe sont deux dialectes très proches de la même langue commune qu’était l’arabe ancien. Beaucoup de mots, de noms sonnent phonétiquement de la même manière et sont assez similaires à la fois en hébreu et en arabe, comme c’est le cas des noms des patriarches Abraham/Ibrahim, Joseph/Youssef, Moïse/Mossa, etc…
Maintenant que nous savons que le mont Moriah est l’endroit où se produisit l’histoire d’Isaac, mais quand on cherche un tel mont dans ou autour de la ville de Jérusalem, on ne trouve rien, même en cherchant bien et longtemps. Il n’y a pas de Mont Moriah à Jérusalem, mieux… Il n’y a pas de mont Moriah dans toute la Palestine.
Le Mont du Temple est en fait une forteresse romaine
Fort antonia-2
Largement embarrassés par une telle bavure narrative, les sionistes essayèrent de trouver une manière de contourner l’affaire en affirmant que le Mont Moriah et le Mont du Temple étaient en fait la même chose (bien que tout à fait ironiquement, le site n’a jamais été appelé de la sorte avant l’occupation israélienne). Pas même avant la conquête musulmane de l’endroit d’Al Aqsa, ne fut l’endroit appelé Mont du Temple, ni même Al Aqsa du reste.
Il est factuellement établi que ce même endroit que tout le monde pense être celui où le Temple fut érigé est le moins probable des endroits, car c’est au cœur même de l’histoire de Jérusalem, que l’on trouve les secrets les plus sombres du sionisme: la tromperie
Au temps du nouveau testament, cet endroit, maintenant occupé par Al Aqsa et le Mont du Temple, était une forteresse romaine et un camp fortifié militaire romain appelé Fort Antonia (le temple d’Hérode était quelques kilomètres au sud). Après le siège de Jérusalem en 70 EC, l’empereur Titus a complètement fait détruire la ville et ses murs, la plupart des murs du temple d’Hérode. Donc les fidèles de la religion judaïque qui se lamentent sur le mur Ouest du soi-disant Mont du Temple (le mur des lamentations), offrent en fait des prières au mur d’un empereur romain païen.
La pierre centrale élevée est dite avoir été utilisée comme une plateforme pour des fonctions publiques par les gouverneurs et les préfets romains comme Pontius Pilate, qui l’aurait utilisé durant son procès de Jésus. C’est pourquoi les chrétiens bâtirent une église dessus au temps de l’empereur Constantin.
Le fait que les murs de ce fort ont toujours quelques 10 000 pierres prouve que ceci ne fut pas le mur qui entourait le temple. Comme attesté par l’historien juif romain du 1er siècle Titus Flavius Josephus, les Romains démolirent tous les murs, ils enlevèrent toutes les pierres, non seulement du temple, mais aussi de ses murs. Ceci n’est en aucun cas une hypothèse, c’est un robuste fait historique vérifié au moyen d’excavations archéologiques et de trouvailles (trois inscriptions honorant les leaders romains Vespasien et Titus furent trouvées en dessous du mur de la forteresse). Beaucoup d’universitaires et érudits spécialistes de la bible et d’archéologues sont parfaitement au courant de ce fait, comme l’archéologue britannique Kathleen Kenyon et l’historien israélien Benjamin Mazar.
Pour en revenir à notre rabbin juif yéménite, Ka’ab, répondant à la question du calife Oumar au sujet du meilleur endroit en Palestine (Aelia) pour construire une nouvelle mosquée, le rabbin malin montra du doigt la pierre (maintenant sanctifiée dans le dôme doré comme la relique de la pierre dans le complexe d’Al Aqsa).
Honorable calife, cette pierre, parmi les ruines de ce temple, est le bon endroit pour que soit construite une nouvelle mosquée, car c’est de là que Mohamed partit pour son voyage miraculeux dans les cieux.” répondit le rabbin Ka’ab.
C’est ainsi que les musulmans ont appris à connaître et à honorer cette pierre comme relique islamique depuis 637 EC et ceci au travers du seul témoignage non vérifié d’un rabbin juif yéménte (qui se convertît à l’Islam plus tard). Beaucoup de théologiens musulmans disputent ce témoignage de Ka’ab et la secte chi’te de l’Islam le dénonce carrément.
Le témoignage habile du rabbin a en fait fait d’une pierre deux coups (si on ose dire…): maintenir vivant la tromperie de la bible septante en solidifiant le concept de la Palestine comme étant la terre promise aux juifs et la terre sacrée. La deuxième chose fut de parvenir à ce que les musulmans honorent aussi l’endroit (les musulmans avaient le vent en poupe à cette époque).
Visitez la véritable Jérusalem
Si nous voulons vraiment trouver l’endroit réel de Jérusalem, alors réexaminons ce que la bible hébraïque nous dit au sujet de la conquête de la ville par David.
Though I fail to see any mountain, Israeli authorities insist this is the view of Mount Zion.
“Le roi et ses hommes marchèrent sur Jérusalem pour attaquer les Jébusites qui y vivaient. Les Jébusites dirent à David, “tu n’entreras pas ici ; même les aveugles et les infirmes peuvent vous repousser.” Ils pensèrent “David ne peut pas entrer ici.” Quoi qu’il en soit, David captura la forteresse de Sion, qui est la ville de David” 2 Samuel 5:6-7
Dans le verset, le scribe juif clarifie que pour capturer “Jérusalem”, David doit d’abord prendre la forteresse montagneuse appelée “Sion”, habitée par les Jébusites. En d’autres termes, la véritable Jérusalem (israélite) se trouvait très proche d’une montagne appelée “Zion/Sion” où une communauté locale païenne du nom de “Jébusites” vivaient dans cette forteresse montagneuse, depuis des siècles.
Mais là encore tout le paysage de la Palestine n’a jamais connu de quelconques Jébusites (malgré ce qui fut écrit dans les livres d’histoire déformés) ni non plus aucune montagne Sion, que les archéologues sionistes ont identifié jusqu’ici dans trois endroit différent (ce qui est typique d’un naratif concocté). De fait, toute la topogaphie de l’actuelle Jérusalem montre qu’il n’y a là aucune montagnes.
C’est juste, la ville de Jérusalem, là où le temple est supposé être érigé pour la troisième fois, n’a aucune montagne sur laquelle le construire. Il est connu que Jérusalem est construite sur deux collines, mais pas de montagne environnante. Ce qui a été appelé par les indigènes palestiniens de l‘endroit, montagnes, comme Zaïtoun, n’est qu’un écart de langage (regardez des vues aériennes de Jérusalem pour vous en convaincre)
Revenons au Yémen et spécifiquement à sept kilomètres au sud de la capitale, Sanaa, là nous trouvons facilement la cité historique de “David”, où les anciens Jébusites / Jebus / Yabosites / Yebus (en arabe) ont vécu pendant des siècles dans leur forteresse montagneuse connue aujourd’hui sous le nom de Beit-Bos (patrie de Jabus). Aussi pas loin sommes-nous face à face avec la montagne Zion/Sion (partie du massif montagneux de Sarawat qui s’étend le long de la côte ouest de la péninsule arabique.
Jérusalem (Deir Salem en arabe) veut dire la ville de la paix ou ville pacifique.
Bayt Bos ruins, south of Sanaa, Yemen

Comme les Jébusites/Yebusites étatient bien protégés des raids des Arabes par la force de leur forteresse montagneuse très isolée, ils avaient le plaisir de vivre dans une ville de paix ou Deir/Dar Salem. Un autre narratif fait remonter le nom de Salem/Shalom à un des patriarques juifs. Quoi qu’il en soit, j’espère sincèrement que Beit-Bos/Deir Dalem, la Jérusalem yéménite, pourra survivre les bombardements qui se produisent actuellement au Yémen. Bombarder, attaquer et détruire les sites archéologiques anciens semble être une des cibles (secrètes) de ce qu’il se passe actuellement au Moyen-Orient.
Il y a un dicton yéménite très commun qui dit ceci: “Tout Yabosi/Yabosite est juif et tout juif est Yabosi.” Beit-Bos a toujours été le point d’attention pour les juifs au Yémen durant des centaines d’années, voire des milliers. Les ruines de la forteresse des Yabosi/Yabosite, aujourd’hui un site archéologique yéménite, étaient très riches en inscriptions yéménites qui documentaient la conquête de l’époque de David (essentiellement détruites ou volées par quiconque a pour intérêt de cacher la véritable origine des Israélites et de leurs contes bibliques.)
La forteresse Yabosite/Beit Bos fut une très active communauté juive ainsi que bien d’autres villes du Yémen et ce jusqu’en 1949 lorsque plus de 49 000 juifs furent secrètement transportés en Israël par une flotte aérienne américano-britannique dans une des plus grandes opérations de ce type sous le nom de code “Tapis Volant” (“Magic Carpet” en anglais)
Plus de 250 000 juifs de par le monde furent transférés en Israël cette même année. Toutes ces opérations de transfert de masse faisaient parties du plan international sioniste d’inventer une nouvelle terre juive au moyen d’une histoire fabriquée (celle qu’on nous enseigne dans les écoles). Il va sans dire que pour que ce nouveau plan sioniste fonctionne, il devait aussi y avoir une nouvelle et fausse Jérusalem, celle qu’aujourd’hui nous regardons à la télé en suivant les infos comme celle du début de cet article.

Alter Info l'Information Alternative