Archives par mot-clé : Politique française

La comédie Française En Marche !

La comédie Française En Marche !
Bienvenue cher public ! Laissez moi vous accueillir dans ce lieu grandiose ou le spectacle fait pignon sur rue, de manière physique ou virtuelle, peu importe aujourd’hui tout va trop vite ! Comment se rendre compte de la réalité des choses, réel ou immatérielle qu’importe les faits sont écrits, nos consciences les conçoivent !  
Votre humble serviteur s’en va vous narrez une pièce ! Le grotesque et la farce ce dispute au tragique de la réalité de notre vie à nous autres contemporains.
Lieux : Palais de l’Elysée, l’une des plus prestigieuses Chancellerie du monde politique, qui à vu nombre de personnalités occuper les lieux. Somptueux palais, avec diverses armoiries gravés dans l’or, de magnifiques rideaux aux teints royale, de vertigineux lustres éclairants de milles feux les pièces savamment décorés dans un luxe loin de toute prodigalité. N’importe quel quidam pénétrant dans ce lieux remplit d’histoire sera indubitablement frapper par l’excès des apparats qui rappel les grandes heures de gloires de la France.
La salon Cléopâtre à l’Elysée .
Nous voici donc, tout timides visiteurs que nous sommes face à deux hommes qui se tiennent derrière leurs pupitres, admirons leurs mines pleines d’assurances et de confiances. Nous nous apprêtons donc à écouter avec force de conviction leurs discours savants et remplit de sagesses qui leurs ont permis d’accéder aux plus hautes fonctions dans leurs pays respectifs !

 

Emmanuel Macron, Président de tout les Français : 

Bonjour à vous oh prestigieux Stefan, noble chef du gouvernement Suédois, c’est pour moi une immense joie et un honneur que de vous accueillir dans ma prestigieuse demeure, où les Français m’ont demander de siéger, un vote historique,  pour les dirigeaient dans ces sombres heures que nous vivons ! Dit maître Macron sur son pupitre perché. 
Alors que les loups extrémistes hurlent aux portes de nos villes, que la misère s’installe en leurs seins, que nos campagnes ce voient envahis par des hordes de réfugiés fuyant la guerre et la misère, que les plus démunis des citoyens peine à ce loger dans des immeubles insalubres, que les plus jeunes actifs ne trouvent que portes closes lors de leurs innombrables entretiens d’embauches, que les plus anciens ouvriers offres d’innombrables concessions pour garder leurs durs labeurs sans jamais voir leurs salaires augmentaient  ne serait-ce que de quelques pièces d’or, ces gens-là, m’ont demandaient, à moi le tout puissant Emmanuel Macron, encore inconnu du grand public il y ‘a quelques années, dans leurs grandes majorités et après une intense réflexions (médiatiques) de prendre les problèmes du pays à bras le corps et je l’ai accepter ! Dit-il dans un souffle.
Présentation un peu pompeuse songea le sobre Nordique

Stefan Löfven, Premier ministre Suédois : 

Hum eh bien merci à vous de m’y avoir convié fier Emmanuel.. dit-en hochant la tête le premier ministre Suédois.
EM : Ah joie ! Quel plaisir de pouvoir converser avec un homme qui est à la tête d’un pays en plein essor économique ! Vos 4% de croissance sont un don du ciel quant-on voit le marasme dans lequel est empêtrée notre bel et prestigieuse Union Européenne ! Nous sommes hélas bien loin des prédictions faites à votre peuple qui détermina la non adhésion à la monnaie unique européenne en l’an de grâce MMIII (2003, le peuple suédois dit non à l’Euro-monnaie par référendum).
SF : En effet bien que nombres de politiques et de médias est promis l’enfer économique, la récession, le chômage, des déficits d’une ampleur inégalée et un isolement international, le peuple Suédois peu se targuer d’avoir déjouer les hospices les plus défavorables ! La sobriété et le pragmatisme de notre gouvernance s’est révéler un bien meilleur levier de croissance que l’hyper libéralisation que nous promettait l’économie Anglo-saxonne. Les chiffres sont sans appel quant on les comparent aux pays qui ont ouverts leurs portes à la supranationalisation de leurs économies ! Dit Stefan avec un petit sourire au coin des lèvres.
A ces mots maître Macron senti comme un goût d’amertume dans la bouche, il ravala péniblement sa salive..
EM : Hum..eh bien sans doutes mes prédécesseurs ne ce seront pas bien acquitter de leurs tâches.. Pour ma part je prévois de grandes choses pour œuvrer à la réussite de cette économie mondialisé ! Déjà j’ai pris des mesures qui annonce une salubrité des finances publiques ! J’ai commencer par diminuer les allocations pour les plus nécessiteux, 5 euros en moins par mois pour les étudiants et les bas salaires sur l’aide au logement, voilà une économie substantielle ! 
De plus j’ai aussi décider dans mon infinie sagesse de diminuer la dotation aux petites communes d’environs 300 Millions d’Euros et dans le même temps de demander à nos armées de raboter 850 millions d’euros de budget de fonctionnement d’ici la fin de l’année.
Dans le même temps pour rassurer les législateurs je leurs aient octroyer une hausse de leurs pensions, en supprimant la CSG de leurs feuilles de paie, ainsi ils toucheront 467 € de plus par mois, voila qui devrait me mettre à l’abri de leur ires. J’ai aussi mis au ban le projet de loi sur la moralisation de la vie publique, exit le casier vierge, cela fera un argument de campagne pour les 2 ou 3 prochaines élections à venir et le petit peuple débattra avec force de convictions sur le bien fondé de tel ou tel parti qui prônera ce sujet. Ricana Macron.
Ne voyez-vous pas la finesse de mon raisonnement ? Demanda maître Macron à son homologue Suédois.
Celui-ci hocha cérémonieusement la tête.
EM : Eh bien c’est pourtant simple ! Il faut taper sur les plus faibles et les muets (l’armée cette grande muette) car ceux-ci ne peuvent que difficilement se défendre n’est-ce pas ? Tout en engraissant de privilège les politiques et les législateurs qui pourraient me faire barrage, je m’assure de noyer l’opposition que l’on pourrait me faire.
Le Nordique resta silencieux face à un tel déni de démocratie.
EM : Bien sur bien sur tout puissant que je suis, les sondages ont l’air d’indiquer un rapide effondrement de ma popularité… « 36 % de soutient après seulement 3 mois de pouvoir c’est honteux » s’écria un homme en colère dans le public. 
*légère toux* Muhhum et donc bien évidement on pourrait croire à l’incompétence de mon premier ministre qui semblait ignorer la situation budgétaire du pays mais sa serait ignorer ce qu’est un politique aujourd’hui !

SF : Bien sur et vous qui êtes omniprésent dans les médias, héliporter dans un sous-marin nucléaire, en tenue de pilote d’avion de chasse sur une base militaire, vous incarner parfaitement l’homme politique mis en place par l’aristocratie financière. Tout en gesticulant vous obnubilez le travailleur lambda et par vos simagrées le distrayez pendant que vous saper leurs acquis sociaux obtenus sur des décennies de lutte sociales. Vous êtes le parfait produit de consommation qui fait rêver les ménagères…
A ces mots maître Macron ne se sent plus de joie
SF : …mais prenez garde, tout consommable à une date de péremption… 
 
Les rideaux s’abaissent, les lumières s’éteignent.
C’est tout pour aujourd’hui mes amis ! Peut être vous narrerais-je, la prochaine fois, la suite de ce conte du XXIème siècle ou la vie quotidienne et moribonde ressemble d’avantage à une farce qu’aux miracle qui devrait nous émerveillaient. 


http://rougetdelys.com/la-comedie-francaise-en-marche/

Alter Info l'Information Alternative

État d’urgence dans le droit commun : l’exception devient la règle.

État d’urgence dans le droit commun : l’exception devient la règle.

L’état d’urgence est un dispositif d’exception visant à réduire les libertés publiques fondamentales, notamment celles de réunion et de manifestation. Réactivé après les attentats du 13 novembre 2015, il est censé en théorie répondre à la menace terroriste. Dans les faits, il s’applique à ce qu’on appelle les « troubles à l’ordre public » : depuis sa dernière mise en oeuvre, il a permis d’interdire des centaines de manifestations, notamment les mobilisations contre la loi travail, d’ordonner des interdictions individuelles de manifester (près d’un millier), de réaliser des milliers de perquisitions administratives et des centaines d’assignations à résidence hors de tout cadre judiciaire dont seules une extrême minorité ont donné lieu à des mises en examen pour des faits associés au terrorisme. Pas de djihadistes, donc, mais des militants écologistes, des restaurateurs, des personnes figurant comme « mis en cause » dans le Traitement des Antécédents Judiciaires (qui regroupe près d’un Français sur cinq…), des fidèles d’une mosquée, des maraîchers bio ou de simples manifestants dont l’indocilité pouvait perturber la bonne marche de l’exercice du pouvoir, notamment lors de la tenue de la COP21 ou du passage en force de la loi travail. Amnesty International note à propos de l’état d’urgence dans l’un de ses rapports : « des stratégies de maintien de l’ordre sont mises en place qui impactent fortement des droits fondamentaux dans l’objectif de prévenir des risques qui pourraient avoir lieu, sans aucune preuve concrète et solide que des événements dangereux pour la nation vont en effet arriver et que la seule solution pour y faire face est la restriction d’un ou de plusieurs droits fondamentaux ».
Hasard de calendrier ? Le gouvernement va normaliser ce dispositif d’exception alors même qu’il s’apprête à réformer le droit du travail par ordonnances dans un sens très défavorable au salarié…

 

Face au chaos ambiant, l’institutionnalisation de ce régime d’exception répond à un double objectif pour l’exécutif : durcir sa main-mise sur la vie politique et institutionnelle en limitant les possibilités de contestation sociale, s’affranchir des règles propres à l’état de droit qui encadrent l’exercice de son pouvoir. Ou dit autrement : réduire l’incertitude de la société civile en serrant le verrou administratif tout en augmentant l’arbitraire de son pouvoir discrétionnaire.

Après les différentes lois sur le terrorisme, la loi de programmation militaire, celle sur le renseignement, le gouvernement franchit un nouveau cap avec le projet de loi « renforçant la lutte contre le terrorisme et la sécurité intérieure » qui inscrira dans le droit les mesures dérogatoires de l’état d’urgence (censées être temporaires et exceptionnelles). Rappelons le bilan de sa mise en oeuvre : depuis fin 2015, sur l’ensemble des perquisitions administratives pratiquées dans le cadre de l’état d’urgence, soit plus de 4000, près de 700 d’entre elles ont abouti à l’ouverture d’une procédure judiciaire, tous chefs infractionnels confondus ; depuis le 22 juillet 2016, plus d’une centaine d’arrêtés d’assignation à résidence ont été pris. Fin 2016, on comptait encore  244 mesures d’interdiction de sortie du territoire et 202 interdictions administratives du territoire concernant des individus liés aux mouvances terroristes et islamistes radicales ; 82 mesures d’expulsion de personnes en lien avec le terrorisme et 319 mesures de déréférencement de sites faisant l’apologie du terrorisme ont été prises depuis le début de l’année 2015.

Les perquisitions et saisies de matériel ou de données informatiques vont pouvoir se poursuivre sans garde-fou judiciaire, de même que celles menées à domicile de jour comme de nuit. L’État pourra placer n’importe qui sous bracelet électronique, décréter la fermeture provisoire des salles de spectacle, des lieux de réunion, des lieux de culte ou encore instaurer des zones de protection ou de sécurité où le séjour des personnes est réglementé ». Il lui suffira d’invoquer « des raisons sérieuses de penser que [le lieu visé] est fréquenté par une personne dont le comportement constitue une menace pour la sécurité et l’ordre publics » (article 11 du texte de loi).

Rappelons que toutes ces mesures sont ordonnées sur décision du préfet (qui représente l’État au niveau local). La mise en oeuvre du projet de loi aura donc pour effet de renforcer ses pouvoirs au détriment de ceux du juge judiciaire, censé protéger les droits des citoyens contre d’éventuels abus policiers. L’enjeu est bien de renforcer la main-mise de l’exécutif en période de crise.

L’exception devient peu à peu la règle. La prochaine étape sera sans doute d’instaurer l’état de siège. Le silence assourdissant des associations de défense des droits de l’homme et des médias en général en dit long sur la banalisation de ces dispositifs liberticides qui font désormais partie du paysage politique ordinaire. Répondant paradoxalement aux réserves du Conseil d’État pour qui « les renouvellements de l’état d’urgence ne sauraient se succéder indéfiniment et que l’état d’urgence doit demeurer temporaire », le gouvernement vient d’ajouter une pierre de plus à l’édifice sécuritaire qui lui sera bien utile pour mater les contestations que sa politique ultralibérale ne manquera pas de provoquer.

https://bourgoinblog.wordpress.com/2017/06/11/etat-durgence-dans-le-droit-commun-lexception-devient-la-regle/


Alter Info l'Information Alternative

Mais vers où marche cette Freinch

Il semble que la French se développe en FrenchIsraël Elle était merveilleuse cette France de tous le monde ... la France universelle... Il serait décevant que cette France des maths , des sciences; des arts.... de l'humanisme se fasse écrouler sur le chemin d'un Jérusalem capital d'un mondialisme à rite pédo-sanguinaire.... alors que nous nous attendons à ce qu'elle se restitue dans son identitaire qui honore sa Francophonie depuis Descartes ...
Mais vers où marche cette Freinch

Alter Info l'Information Alternative

Macron fait le sale boulot de Merkel à propos de la Russie et de la Syrie

Macron fait le sale boulot de Merkel à propos de la Russie et de la Syrie
 

L'UE repensant son rôle en Syrie, Macron est chargé d’ébruiter ce que Merkel ne peut dire franchement sans susciter de nouvelles tensions au sein de l'OTAN.
 

    Hier, la déclaration du Président français Emmanuel Macron a changé la donne en Syrie.
 

    Jusqu'à hier, la France était le principal partisan de la politique US de changement de régime en Syrie. Maintenant, c'est le critique le plus pragmatique de cette politique.
 

    Cela annonce une multitude de changements géopolitique.
 

    Tout d'abord, cela rejoint ce qu’a dit la chancelière allemande Angela Merkel, que l'UE ne devrait plus considérer les USA comme un partenaire fiable dans les affaires étrangères. L'UE poursuivra effectivement une politique étrangère plus indépendante.
 

    Mais, encore plus important, cela ouvre largement la voie à un plus net rapprochement avec la Russie, chose déjà entamée en mars par Merkel, juste après sa rencontre avec Donald Trump. Nous voyons à présent se déliter l’interdiction de braver la politique US sur le Moyen-Orient et la Russie.
 

    Au fur et à mesure que s'effondrent les affabulations échafaudées par l'oligarchie US, les dirigeants de l'UE voient l'opportunité de sauter du Titanic et de sauver leur réputation en laissant les USA assumer leur responsabilité.
 

    Si les informations disent vrai, si l'Iran s’apprête à fournir la preuve accablante que les USA sponsorisent ISIS en Syrie (ce qui est de toute façon quasiment confirmé), alors la meilleure politique consiste tout simplement à se retirer de l’opération de décapitation du gouvernement syrien.
 

    Merkel sait à présent que la posture antipathique envers la Russie, à laquelle elle coopérait quand les USA semblaient gagner, était non seulement une attitude perdante en vue de sa réélection, mais s’opposait aussi aux meilleurs intérêts durables de l'Allemagne.
 

    Le projet de gazoduc Nordstream 2 sera finalisé. En fixant ouvertement la politique de l’UE, le nouveau projet de loi du sénat US sur les sanctions, a été trop loin. Ce serait trop dur à avaler pour les électeurs allemands.
 

    Ensuite, et encore plus important, dans ma compréhension des événements, cela signale une évolution radicale dans la politique immigratoire de l'UE. Cela a la vertu de montrer que les droits de l'homme sonnent creux quand la Russie de Poutine n'est pas chaque jour victime de la violence des immigrants, alors que c’est le lot de l'Allemagne, de la France et du Royaume-Uni.
 

    En admettant que la faillite de l’État syrien ne soit plus l’issue souhaitée, Macron dit stop au chaos planifié par l'oligarchie US. L'UE n’appuiera plus la politique qui amplifie le flux de réfugiés sur son territoire.
 

    Et le timing de cela est important. L'agitation dans la péninsule arabique menace maintenant de s’étendre en Iran à travers le golfe Persique. Avec Mohammed ben Salmane en charge de l’intégralité des affaires saoudiennes, et pour l’éclairer son opinion détraquée envers l'Iran, la probabilité de la généralisation d'un conflit ouvert ne fait que croître considérablement.
 

    Et puisque Total, la major française de l’énergie, est sur le point de signer un important accord d’exploration et production pétrolière avec l'Iran, un conflit plus étendu menace que ce projet ne soit fichu d’avance.
 

    La fin rapide de la guerre en Syrie devient publiquement souhaitable pour l'UE, puisque qu’en réalité, elle est pratiquement assurée du fait des gains réalisés cette semaine par l'armée arabe syrienne.
 

    Le problème est de savoir si tout ceci n'est pas juste une tactique de négociation visant à obtenir que Poutine renonce à l'intégrité territoriale de la Syrie contre l’allègement des sanctions. L'UE ébruitant d’aimables bobards sur la normalisation des relations en échange de la fin rapide des hostilités, afin de laisser les USA libres de consolider leurs gains à l'est de l’Euphrate.
 

    Nous saurons que cette dernière hypothèse est vraie si Merkel et/ou Macron commencent à parler de l'indépendance des Kurdes.
 

    En tout cas, le boulot de Macron est d’exprimer ce que Merkel ne peut pas dire franchement sans susciter d’autres tensions au sein de l'OTAN.
 

Russia Insider, Tom Luongo, 23 juin 2017

Original : russia-insider.com/en/politics/macron-doing-merkels-dirty-work-russia-over-syria/ri20181
Traduction Petrus Lombard


Alter Info l'Information Alternative

LA SIGNIFICATION DE L’ABSTENTION RÉVOLUTIONNAIRE AU COURS DES MASCARADES ÉLECTORALES

Dimanche, le 18 juin 2017, la classe ouvrière de France a posé un geste de résistance historique. C’est à plus de 70% que la classe a refusé de voter au deuxième tour des élections législatives françaises...
LA SIGNIFICATION DE L’ABSTENTION RÉVOLUTIONNAIRE AU COURS DES MASCARADES ÉLECTORALES


Bibeau.robert@videotron.ca


L’abstention révolutionnaire répudie la mascarade électorale.

Dimanche, le 18 juin 2017, la classe ouvrière de France a posé un geste de résistance historique. C’est à plus de 70% que la classe a refusé de voter au deuxième tour des élections législatives françaises, cette mascarade électorale que le grand capital français organise régulièrement pour distraire la plèbe. Une telle rupture du prolétariat d’avec la petite-bourgeoisie organisatrice électorale du capital et un tel rejet massif du cirque électoral ne sont pas le fruit du hasard et doivent être perçu comme des gestes qui manifestent la maturation de la conscience de la classe qui semble avoir répondu massivement à un mot d’ordre quasi insurrectionnel. En France, depuis le 18 juin 2017 les mascarades électorales ne concernent plus la classe ouvrière qui a mieux à faire. La petite-bourgeoisie de service est bien en peine pour ses emplois d’affidés politiques.

Certains militent en faveur de l’abstention électorale en espérant servir ainsi une leçon aux crétins parlementaires, et aux électoralistes qui se pavanent à l’occasion de ces parades électorales. Sans le savoir, ceux-là affichent leur adhésion à ce cirque que la bourgeoisie offre régulièrement au prolétariat puisqu’il ne constitue pas une menace à son pouvoir hégémonique. S’il en était autrement, la solution « Allende » serait vite appliquée….


********** DERNIÈRE PARUTION **********

QUESTION NATIONALE ET RÉVOLUTION PROLÉTARIENNE SOUS L'IMPÉRIALISME MODERNE

Robert Bibeau

COMMANDER SUR AMAZON
Commander la version eBooks

En cette époque de tension guerrière meurtrière il faut revoir la politique prolétarienne sur la question des luttes de libération nationale afin de replacer le nationalisme dans une perspective de lutte de classes. La gauche a oublié que le prolétariat n'a pas de patrie et que la lutte pour le droit des bourgeoisies nationales au contrôle politique de leur État national n'entraînera jamais le combat révolutionnaire des prolétaires pour renverser le mode de production capitaliste et pour édifier le mode de production prolétarien. Afin de démontrer cette thèse l'auteur présente et commente six textes d'auteurs marxistes sur les luttes nationalistes.

Mars 2017 • 142 pages • 15,5 €
EAN : 9782343114743



SUITE DE L'ARTICLE


L’abstention révolutionnaire n’est pas une campagne de « bouderie » organisée par la petite-bourgeoisie afin de démontrer au grand capital qu’il devrait lui accorder une place dans l’hémicycle et quelques sinécures administratives au sein de l’appareil d’État bourgeois. L’abstention révolutionnaire du démocratisme bourgeois c’est bien autre chose que cela. Ce n’est pas un appel à mieux camoufler l’arnaque électorale, mais le rejet total du cirque électoral. Cela survient au moment où la guerre de classe se radicalise entre les deux puissances sociales antagonistes et que le paysage politique s’éclaircit bien que la bourgeoisie pense – elle – qu’il s’assombrit.

Hormis ceci, le petit-bourgeois pourra bouder dans son coin jusqu’au prochain scrutin… jouant ainsi son rôle de faire valoir de la démocratie électorale. C’est ce dont s’entretenait à Marseille le nouveau polichinelle de la gauche « soumise » qui déclarait candidement «L'abstention écrasante qui s'est exprimée aujourd'hui a une signification politique offensive. Notre peuple est entré dans une forme de grève générale civique» (1). Voilà comment si prend la go-gauche répudiée pour parasiter le mouvement ouvrier et proposer à ses maitres du grand capital de récupérer le mouvement d’abstention afin de revamper le crétinisme parlementaire parmi la classe ouvrière.

Qu’est-ce qu’une « grève générale civique » sinon une bouderie des vaincus électoraux frustrés de ne pas avoir reçu leur part de strapontins et de charges administratives rémunérées ? Si ce n’était des médias à la solde qui répandent ces billevesées, ce serait simplement attristant de voir la déconvenue de ces demandeurs d’asile politique dans l’hémicycle. Quant à nous, la misère réelle des ouvriers saqués et de leurs dépendants paupérisés a de quoi nous chagriner. Mais les simagrées de la go-gauche ne sont que collusion, soumission et collaboration pour accréditer l’allégation outrancière que la « démocratie parlementaire » est un exercice égalitaire et le meilleur moyen pour la populace d’exprimer son opinion sur la chose politique et l’actualité financière, si l’on croit que les larbins politiciens ont un quelconque pouvoir dans la sphère économique, ce qui n’est évidemment pas le cas. Les lois de l’économie-politique capitaliste s’appliquent et nul polichinelle politique ne peut y contrevenir. Donald Trump l’a appris depuis son intronisation à la Maison-Blanche. Macron n’aura pas cette révélation, il a déjà donné toutes les assurances de sa soumission et ne conserve aucune illusion sur son pouvoir de saltimbanque.

« L’abstention ciblée, le vote blanc, l’annulation citoyenne » sont autant de manifestations de résignation, de soumission, de collaboration à cette immense mystification antiprolétarienne que constitue toute mascarade électorale populiste, depuis son apparition au début du capitalisme (industriel et institutionnel), jusqu’à nos jours. Réjouissons-nous cependant, cette forme de boycott des élections bourgeoises est habituellement la première étape avant le rejet définitif, juste avant que le prolétaire (ils sont encore moins de 30% à voter) ne réalise qu’il consent par là à son aliénation en participant, de pleins consentements, à ce vaudeville ubuesque où la classe ouvrière ne peut pas gagner sa liberté ni se désaliéner dans le cadre de ce jeu manichéen où tous les partis en lice acceptent les règles du jeu politique capitaliste dont le premier oukase est : « Le pouvoir d’État bourgeois tu ne renverseras pas », quand justement, c’est La condition de la désaliénation de notre classe sociale.

Faut-il ignorer le « système » ?

Un camarade pense que par l’abstention révolutionnaire un prolétaire « ignore le système » et ce camarade propose de s’organiser entre militants gauchistes « en dehors du système »! C’est une erreur. L’abstention révolutionnaire, le refus de participer au vote qui clôture toute mascarade électorale, n’est pas un geste passif et négatif d’isolement, mais au contraire un geste politique offensif de rejet – de répudiation – retirant toute légitimité et appelant la construction d’une alternative prolétarienne collective. Aucune libération, aucune désaliénation ne peut ni ne pourra être individuelle, c’est entre autres ce qui distingue la petite-bourgeoisie extrémiste, parfois terroriste ou djihadiste, des militants prolétariens révolutionnaires. La classe prolétarienne ne peut « ignorer le système social » qui l’opprime ; dans lequel elle vit et gagne sa pitance à travers son labeur quotidien – si l’ouvrier a la « chance » d’avoir un emploi évidemment. Les autres prolétaires au chômage se pressent aux bureaux d’emplois et n’auront droit qu’à la visite compassée des candidats députés, qui de toute manière, ne peuvent que passer.

Un autre camarade écrit : « Tout le monde souhaite que Macron réussisse, mais personne ne dit ce qu'il doit réussir. Alors je vais vous le dire bien que vous le sachiez déjà, Macron doit réussir à faire en sorte que la bourgeoisie puisse exploiter encore plus qu'aujourd'hui le prolétariat. » (2) De fait, un économiste français a chiffré précisément le montant que l’équipe Macron devra « saigner » au prolétariat français. Comparant les chiffres de ce que le grand capital allemand a réussi, notamment par l’afflux de millions de réfugiés, à arracher récemment aux travailleurs allemands, c’est de 25% que le cout de la force de travail française devra être réduit compte tenu de sa productivité robotisée moindre qu’en Allemagne, où la misère se répand pourtant (3). Voilà la seule et unique mission de l’Équipe Macron. Le reste est carnavalesque et ne vise qu’à amuser la galerie des petits-bourgeois politiciens de gauche comme de droite qui pleurent leur expulsion de l’hémicycle où de toute manière ils n’auraient rien pu faire pour soulager notre misère.

Et c’est justement ce point crucial que la classe ouvrière française semble avoir compris ce 18 juin 2017 à Paris ; l’un ou l’autre des candidats dans chaque circonscription électorale c’est du pareil au même. Le verbiage peut différer, mais la capacité de régler la crise économique systémique est également partagée = nul = et ceci concerne aussi le pion principal, le chef de l’équipe Macron. Attendez que les cinq années de royauté présidentielle se soient écoulées et vous verrez ce qu’il adviendra du dauphin de Sarkozy et de Hollande.

L’abstention révolutionnaire écarte une illusion et ouvre une perspective.

L’abstention révolutionnaire répudie définitivement ce cirque électoral et présente l’unique alternative. Une fois boucler cette impasse, une fois rejeter par principe, définitivement, toute mascarade « démocratique » électoraliste quelle voie s’ouvre à la résistance prolétarienne contre ces assauts manigancés par le capital avec la complicité de leur personnel politique élu et non élu – bureaucratique – les institutions régaliennes, et l’assistance de la petite-bourgeoisie de gauche comme de droite qui perd ainsi son utilité de chien de garde et de courroie de transmission (voilà le motif de leur désespérance) ? La classe prolétarienne n’aura d’autres issues que de mener la résistance sur les lieux où porteront les attaques à ses conditions de travail, ses salaires et à ses conditions de subsistance. L’usine, l’atelier, la manufacture, le bureau, le chantier, etc., et ensuite, le quartier, la municipalité, la rue, l’autoroute, le pavé, la barricade… en avant camarade pour la grève générale illimitée, sauvage, et sans la tutelle des syndicats embourgeoisés et stipendés.

Grève générale sauvage illimitée.

Des mascarades électorales la bourgeoisie en appelle chaque fois que le prolétariat s’affaire à défendre ses intérêts de classe. Des grèves générales le prolétariat devrait en appeler chaque fois qu’il défend ses intérêts de classe. La grève générale asphyxie le capital, le prive de son oxygène – la plus-value – et le mets à genoux comme en mai-68 l’a démontré. Cependant, le prolétariat – hors tutelle gauchiste, communiste, marxiste-léniniste – ne devra pas vendre son droit d’ainesse contre un plat de « Grenelle ». Les enjeux sociaux sont trop importants. C’est un vieux monde démocratique bourgeois que nous devons renverser et un Nouveau Monde démocratique prolétarien que nous devons ériger. On ne fera pas cela en mettant une croix sur un bulletin de résiliation vis-à-vis le nom d’un pèquenot républicain capitaliste en marche citoyenne, soumis, communiste ou trotskiste !

L’abstention révolutionnaire, un geste de solidarité internationale

Le grand capital international y inclut sa phalange franco-française, a attaqué le gouvernement afghan, irakien, somalien et libyen ; puis il a soutenu le coup d’État du maréchal Sissi (le bienaimé du dictateur Moubarak) contre le président Morti dument élu par une large majorité de la populace égyptienne ; puis les troupes de la bourgeoisie française ont tué au Mali, et en Syrie, au cri de « Vive la démocratie électorale et parlementaire » la quintessence de la «vox populi» que l’humanité bourgeoise puisse érigée. Évidemment, pour aucune de ces interventions militaires meurtrières l’État des riches, ni en France ni ailleurs, n’a daigné consulter ou même écouter la voix populaire qui dénonçait vertement ces massacres et ces crimes de guerre démocratiques.

En répudiant massivement les mascarades électorales bourgeoises, fer-de-lance des mimiques « démocratiques » patentées, où le pouvoir économique des riches lamine toute possibilité de le confronter, la classe ouvrière française contribue puissamment à lever le masque de l’impudique squelette démocratique. Tout travailleur bombardé dans les pays du tiers-monde peut aujourd’hui répliquer à ses agresseurs occidentaux débonnaires venus lui imposer sa démocratie plénipotentiaire : « Manant militariste, assassin, retourne à ta niche dans les pays de l’électoralisme démocratique décadent dont votre propre prolétariat ne veut pas ».

Même prolétariat international, même combat contre l’arnaque électorale démocratique bourgeoise.


(1) http://lelab.europe1.fr/legislatives-melenchon-voit-dans-labstention-la-greve-generale-civique-du-peuple-francais-3364628
(2) Do. http://www.les7duquebec.com/7-dailleurs/pourvu-que-macron-echoue/
(3) http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/selon-le-fmi-le-risque-de-pauvrete-augmente-en-allemagne/

L’ARTICLE EST DISPONIBLE SUR : http://www.les7duquebec.com/7-au-front/la-signification-de-labstention-revolutionnaire-au-cours-des-mascarades-electorales/

Alter Info l'Information Alternative

Le gouvernement Macron déclare la guerre aux travailleurs

La 5e République antidémocratique démontre une fois de plus son caractère bonapartiste. Ainsi le président le plus mal élu de l’histoire de la 5e République, et son gouvernement de technocrates au service de la bourgeoisie et de son monde totalitaire, ont décidé de nous déclarer la guerre totale.
Le gouvernement Macron déclare la guerre aux travailleurs
Comptant sur la complicité des directions syndicales fédérales et confédérales bureaucratiques qui refusent de rompre le soi- disant dialogue social et la trêve sociale en appelant à la mobilisation générale, le gouvernement se prépare à passer en force avec ses ordonnances pour liquider le code du travail.
Prévoyant, il durcit déjà son arsenal répressif contre les travailleurs, les jeunes, les syndicalistes de classes, qui oseront se révolter.
Et, sous prétexte de lutte contre le terrorisme, il se prépare à constitutionnaliser un état d’exception permanent.
Ainsi, d’après Le Monde, « toutes les mesures emblématiques du régime d’exception » – assignations à résidence, perquisitions administratives, fermeture de lieux de culte… – seront en réalité retranscrites dans le droit commun, avec quelques modifications marginales ».
C’est dans ce contexte de mobilisation et de résistance permanente des travailleurs et des jeunes que se déroulent les élections législatives.

Nous le disons clairement, nous n’avons rien à attendre de ces élections qui ne sont qu’une mascarade électorale de plus qui visent à faire taire et à canaliser dans une voie sans issue, ceux qui luttent et tentent de s’organiser en toute indépendance de classe au quotidien.
Aucun de ceux qui disent défendre les travailleurs n’osent avancer vers la rupture avec l’état bourgeois et ses institutions, tous – nous disons bien tous – tablent sur la stabilité institutionnelle et sur la…survie de leur appareils politiques.
D’ailleurs, les exploités et les opprimés se préparent une fois de plus à rejeter par l’abstention massive, de classe et de masse ce gouvernement et tous les partis institutionnels.
En réalité, ces élections et le nombre sans précédant de candidats et de listes, sont le reflet de la crise de décomposition sans précédant du régime et de ses partis.
Le Figaro lui même titrait déjà le 9 juin dans un article « Entre indifférence et lassitude, l’étrange campagne des législatives ».
C’est que malgré tout l’arsenal médiatique, malgré les menaces, insultes et chantages contre les millions qui s’abstiennent et se mobilisent, ils n’ont pas réussi à nous faire taire, et surtout ils n’ont pas réussi à faire taire les grèves.
Nous sommes fiers d’avoir défendu l’indépendance de classe de nos syndicats et organisations, en appelant à une abstention militante, lors des présidentielles.
Aujourd’hui, à l’occasion de ces législatives, nous réitérons notre appel à l’abstention militante.
Nous appelons à la mobilisation permanente des travailleurs et des jeunes pour avancer vers la grève générale.
Unité ! Unité contre ce gouvernement et ses ordonnances ! C’est là tout le sens de notre participation déterminante au premier tour social et au Front Social !

Groupe Socialiste Internationaliste (section française de la UIT-QI)
http://www.gsi-uitqi.org/?p=1917

Alter Info l'Information Alternative

Le ministre de l’Intérieur adresse une fin de non-recevoir à la demande de François Asselineau :Cette décision porte gravement préjudice à l’UPR

Ils ont peur que l'UPR gagne aux législatives, alors ils ont caché le nom du parti et ont remplacé UPR par "divers".
Le ministre de l’Intérieur adresse une fin de non-recevoir à la demande de François Asselineau :Cette décision porte gravement préjudice à l’UPR

Le ministre de l’Intérieur adresse une fin de non-recevoir à la demande de François Asselineau d’attribuer la nuance politique propre « UPR » à nos 574 candidats qui resteront noyés dans l’appellation indistincte « divers »




Le ministre de l’Intérieur a répondu hier, mardi 6 juin 2017, à la saisine expresse de François Asselineau en date du 30 mai 2016, lui demandant d’attribuer la nuance politique propre « UPR » à nos candidats aux élections législatives, au lieu de la nuance « divers » comme c’est le cas actuellement, qui ne permet pas de les identifier en tant que tels.


La réponse du ministre est négative.



Cette décision porte gravement préjudice à l’UPR :

◾ elle empêche les observateurs politiques et les électeurs de constater la présence électorale massive de l’UPR au scrutin à l’aune d’une publication officielle, largement diffusée et commentée,

◾elle place de fait l’UPR dans une sorte de ligue 2 de la vie politique française, aux côtés de partis et de candidats isolés, fantasques ou catégoriels dont les programmes n’ont rien à voir avec la vision d’ensemble et les propositions développées par l’UPR,

◾elle conforte le choix délibéré des sondeurs d’exclure l’UPR de la présentation des résultats de leurs études d’opinion, ce qui rend là encore notre présence électorale invisible aux yeux d’une partie de la population qui se laisse influencer par les sondages,

◾elle conforte le choix délibéré de la totalité des médias de grande diffusion de faire silence sur la présence massive de l’UPR aux élections législatives,

◾elle rendra les résultats de l’UPR le soir du premier tour peu ou pas visibles dans les médias, et donc aux yeux de la population.



Alors que la scène politique française offre un visage dévasté, et que les médias de grande diffusion ont entièrement voué leur action à l’élection d’une majorité pour Macron à l’Assemblée nationale, après l’avoir fait élire à l’Elysée, l’UPR apparait plus que jamais comme la force d’opposition et de résistance qui apporte la vraie solution aux Français, c’est-à-dire le Frexit, pour sortir la France de la tragédie en cours.





Nous publions ci-après la lettre de saisine de François Asselineau et la lettre de réponse du ministre de l’Intérieur.




Note : le courrier du ministre de l’Intérieur stipule que 570 candidats se présentent sous l’étiquette UPR, telle qu’enregistrée en préfecture lors du dépôt des candidatures, et non 574 comme nous l’avons annoncé. Il est possible que des candidats de l’UPR aient « oublié » de déclarer leur étiquette. Il est aussi possible que des préfectures ou le ministère de l’Intérieur aient commis des erreurs d’enregistrement ou de comptabilisation. Quoi qu’il en soit, la mention par le ministre de l’Intérieur de 570 candidats pour l’UPR dans sa réponse est la seule preuve officielle et indépendante de la présence massive de l’UPR aux élections législatives, en dehors de nos propres publications, et en l’absence d’une nuance politique propre pour nos candidats.

Lire la lettre de François Asselineau au ministre de l’intérieur
https://www.upr.fr/actualite/ministre-de-linterieur-adresse-fin-de-non-recevoir-a-demande-de-francois-asselineau-dattribuer-nuance-politique-propre-upr-a-nos-574-candidats-resteront-noyes



Lire la réponse du ministre de l’intérieur à la demande de François Asselineau
https://www.upr.fr/actualite/ministre-de-linterieur-adresse-fin-de-non-recevoir-a-demande-de-francois-asselineau-dattribuer-nuance-politique-propre-upr-a-nos-574-candidats-resteront-noyes


découvrez les candidats aux législatives de l'UPR
https://legislatives.upr.fr/


Programme législatif UPR (Asselineau) 2017 - Chapitre I : Volet économique
augmentation du smic

Lutter contre les délocalisations
o
Lutter contre l’évasion fiscale

Inscrire dans la Constitution le principe de la sécurité sociale pour tous

• Réattribuer à la Banque de France son rôle de gérer la création monétaire

• Mettre en place un contrôle des mouvements de capitaux
https://youtu.be/uVv9xrSYSnw


Programme législatif UPR (Asselineau) 2017 - Chapitre II : Volet agricole

Remonter de 400 000 à 600 000 agriculteurs avant la fin du quinquennat

Remplacer la PAC par la PAN Politique Agricole Nationale, qui pourra donner au moins les mêmes subventions aux agriculteurs.

qui définira un nouveau modèle d’agriculture familiale en termes de qualité des aliments et de respect de l’environnement

Créer un fonds de garantie suffisant en cas de calamité agricole afin de dédommager les exploitants victimes.

• Stabiliser le marché et l’orienter vers les productions locales.

• Mise en place d'un site internet qui mettra en contact direct les producteurs et les consommateurs pour favoriser les circuits courts et locaux, réduisant les coûts de transport et ainsi réduire la pollution associée.

• Garantir l'autosuffisance alimentaire nationale, et participer à la sécurité alimentaire mondiale (en aidant les ONG qui luttent contre la faim dans le monde)

• Encourager les nouvelles techniques, plus respectueuses de l'environnement et des sols : comme par exemple la permaculture, l'aquaculture...etc

• Protéger les terres arables contre la prédation foncière, en luttant contre l'étalement urbain

• Intégrer dans la loi le bien-être animal

• Interdire les OGM

• Libérer le commerce des semences anciennes et interdire le brevetage des nouvelles

• Entreprendre des négociations avec l'OMS sur les règles de la FAO liées au Codex alimentarius afin de refuser une partie de ces normes dans la production nationale et pour certains produits importés

Assurer l’indépendance des formations agricoles vis-à-vis des lobbies, redresser l’image des agriculteurs

• Faire en sorte que le budget alimentaire ne dépasse pas 15% du budget global des ménages
https://youtu.be/P-1z0EAZglU


Programme législatif UPR (Asselineau) 2017 - Chapitre III : Volet environnemental

• Organiser un grand débat national sur la question du nucléaire, puis trancher par un référendum

• Sortir de l'UE aussi pour une question environnementale, en arrêtant le modèle de la « mondialisation » qui impose de produire ce que l'on consomme à l'autre bout de la planète, induisant une pollution et un gaspillage inouïs des ressources (cf le 6e continent : plastique qui recouvre les océans)

Protéger la santé mondiale, en présentant à l’ONU des résolutions pour réduire les antibiotiques dans l’agriculture et des perturbateurs endocriniens.

• Mettre une taxe sur certains produits ayant une durée de vie trop faible, pour lutter contre l’obsolescence programmée
https://youtu.be/i6ZMgz0t_iY


Programme législatif UPR (Asselineau) 2017 - Chapitre IV : Volet santé

Préserver la sécurité sociale et lutter contre la privatisation de la santé

Assurer un meilleur remboursement des frais de santé pour tous les Français, notamment les soins oculaires et dentaires

• Contrôler les médicaments existants

• Limiter et réglementer la tarification des médicaments pour lutter contre l'enrichissement des grands laboratoires pharmaceutiques

• Réglementer les relations entre les laboratoires et les médecins pour éviter des trafics

• Développer et ouvrir la recherche médicale publique. Redonner à la recherche son indépendance vis-à-vis des agences régionales de santé et des cartels pharmaceutiques

• Obligation légale de présenter à ceux qui le souhaitent la vaccination trivalente diphtérie, tétanos, poliomyélite (DTP), de plus en plus difficile à trouver

• Réévaluer à la hausse les salaires du personnel des hôpitaux publics

Sanctuariser une médecine accessible sur l'ensemble du territoire

• Geler immédiatement le plan de suppression et de regroupement des établissements hospitaliers

• Nous réévaluerons les fermetures d'hôpitaux et de maternités en milieu rural, et empêcheront celles-ci lorsque c'est justifié

• Engager des poursuites judiciaires contre les officines et sociétés orchestrant des grandes peurs collectives à des fins d'extorsion de fonds publics

• Lancer une grande politique publique de médecines douces et alternatives, encadrée par des expertises médicales incontestables, afin d'offrir une médecine moins uniquement dépendante des grands laboratoires pharmaceutiques
https://youtu.be/g9Tte1YxZCc

Programme législatif UPR (Asselineau) 2017 - Chapitre V : Volet sécurité

Plan quinquennal de refinancement, à hauteur de 20 milliards d'euros au lieu de 15 milliards (+25%) pour augmenter les conditions de vie de la police et de la gendarmerie

Arrêter la privatisation rampante de la sécurité nationale

l'UPR dénonce que L’espace public est sous surveillance privée
https://www.upr.fr/actualite/france/lespace-public-sous-surveillance-privee

et l'UPR dit que le ministre de l'intérieur a demandé à Nice d'effacer des preuves sur l'attentat de Nice
"la sous-direction antiterroriste (SDAT) du ministère de l’intérieur demande aux agents qui gèrent la vidéosurveillance de la ville de « PROCÉDER À L’EFFACEMENT COMPLET » de 24 heures d’images provenant de six caméras nommées et numérotées, mais aussi de toutes les scènes depuis le début de l’attentat ayant eu lieu sur la promenade des Anglais, dans la nuit du 14 juillet.

Cette demande est tellement inhabituelle que la mairie de Nice a transmis le scan au Figaro qui révèle cette nouvelle affaire.http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/07/21/97001-20160721FILWWW00269-info-le-figaro-attentat-de-nice-la-justice-a-demande-a-la-mairie-de-supprimer-24-heures-de-videosurveillance.php

https://www.upr.fr/actualite/monde/attentat-de-nice-justice-demande-a-mairie-de-supprimer-24-heures-de-bandes-de-videosurveillance

"Comme le rapporte le journal, « C’est la première fois que l’on nous demande de détruire des preuves, précise une source proche du dossier.»

Commentaires

La réquisition judiciaire de la sous-direction antiterroriste (SDAT) du ministère de l’intérieur représente une demande officielle de destruction de preuves.

Puisque cette demande sous-entend que les fonctionnaires de la mairie de Nice pourraient altérer les vidéos enregistrées et les diffuser ensuite, qui assure a contrario que les services placés sous la tutelle du Premier ministre et du ministre de l’intérieur ne vont pas altérer les images dont ils seraient les seuls dépositaires ?

L’UPR RAPPELLE AUX FONCTIONNAIRES DE POLICE QUE LA DESTRUCTION OU L’ALTÉRATION DE PREUVES EST UN ACTE DÉLICTUEUX SÉVÈREMENT PUNI PAR LA LOI.

L’article 434-4 du Code pénal pose en effet :
Est puni de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende le fait, en vue de faire obstacle à la manifestation de la vérité :

1.De modifier l’état des lieux d’un crime ou d’un délit soit par l’altération, la falsification ou l’effacement des traces ou indices, soit par l’apport, le déplacement ou la suppression d’objets quelconques ;

2.De détruire, soustraire, receler ou altérer un document public ou privé ou un objet de nature à faciliter la découverte d’un crime ou d’un délit, la recherche des preuves ou la condamnation des coupables.

Lorsque les faits prévus au présent article sont commis par une personne qui, par ses fonctions, est appelée à concourir à la manifestation de la vérité, la peine est portée à cinq ans d’emprisonnement et à 75 000 euros d’amende.

L’UPR :

1.demande solennellement au gouvernement français de renoncer immédiatement à cet « effacement complet » de preuves – en dehors de celles centralisées sous l’autorité du gouvernement -. Cette décision ne peut qu’alimenter des rumeurs, constituer une offense aux victimes et jeter la suspicion sur l’état de notre démocratie, de notre justice et de l’état de droit.

2.demande au gouvernement de faire mettre sous scellé les vidéos enregistrées.

3.demande à François Hollande de s’expliquer devant les Français sur cette volonté d’effacer les preuves d’une tuerie qui a causé 84 morts, et qui a aussitôt servi de justification à la reconduction de l’état d’urgence et à de nouveaux bombardements très meurtriers de civils en Syrie.
https://www.upr.fr/actualite/monde/attentat-de-nice-justice-demande-a-mairie-de-supprimer-24-heures-de-bandes-de-videosurveillance
https://youtu.be/0daBL2Yaays
Nous exigerons de la première chaîne, re-nationalisée, qu'elle cesse de faire la promotion constante de la violence en montrant autre chose que des films et séries américaines où on se tire dessus

La baisse des violences et de l'insécurité se fera aussi grâce à la réduction du chômage (cf le volet économique)

• Prévention du terrorisme par le retrait de la France de toutes ces troupes engagées dans des guerres illégales

• Rétablissement du secret des correspondances

o Suppression du mandat d'arrêt européen

o Retrait immédiat de la France du réseau Indect et de tout système comparable.

o Nous demanderons à l'ambassadeur des Etats-Unis d'Amérique le retrait immédiat de tous les services d'écoute installés à leur
ambassade en France, qui permettent d'espionner toutes les communications du gouvernement français

o Rétablir le principe fondamental d'aller et venir sans avoir l'impression d'être surveillé (rendre plus difficile l'ajout de caméras de surveillance et réévaluer le dispositif existant)

• Garantie de la neutralité du Net (cf quadrature du Net)

• Interdire tout « puçage » (RFID ou autres) sur les êtres humains.

o Cette interdiction nationale s'accompagnera d'une saisine de l'Organisation des Nations Unies pour que ce puçage fasse l'objet d'une interdiction universelle

• Fin de l'état d'urgence permanent

• Limiter à deux mois les plans Vigipirate, avec renouvellements sur autorisation du parlement et référendum obligatoire au bout de trois renouvellements

• Accorder l'asile politique aux lanceurs d'alertes
https://youtu.be/0daBL2Yaays


L’UPR demande à François Hollande de reconnaître l’État palestinien, conformément au vote de l’Assemblée nationale, et s’interroge sur l’identité de vues entre le FN et l’UMP, qui ont refusé de voter pour cette reconnaissance. http://www2.assemblee-nationale.fr/scrutins/detail/%28legislature%29/14/%28num%29/981
https://www.upr.fr/communiques-de-presse/upr-demande-a-francois-hollande-de-reconnaitre-letat-palestinien-conformement-au-vote-de-lassemblee-nationale


"Cédric Villani : Les grandes universités se plaignent de ne pas avoir vraiment d'autonomie, de rester extrêmement contraintes vis-à-vis de la puissance publique par rapport à l'utilisation de leur budget. Quelle sera votre politique sur le sujet ?

François Asselineau: Nous restaurerons l'indépendance des organismes de recherche et des universités en leur attribuant des ressources propres suffisantes pour assurer aux unités de recherche, aux chercheurs, aux enseignants et à tous les acteurs de la recherche française la pérennité des travaux dans lesquels ils s'investissent sur le long terme pour l'avenir de la France. Nous respecterons les libertés académiques, au premier chef la liberté de recherche. Il nous faut sanctuariser l'indépendance des chercheurs
Enfin, nous supprimerons l'Agence nationale de la recherche. Les chercheurs pourront ainsi déterminer les orientations qui leur paraissent les plus prometteuses et non répondre à des appels à projets d'“excellence scientifique” dictés par le pouvoir politique. Il nous faut sanctuariser l'indépendance des chercheurs"
https://www.sciencesetavenir.fr/politique/presidentielle-francois-asselineau-repond-a-a-kahn-c-villani-et-c-hermann-sur-la-recherche_111584

Alter Info l'Information Alternative

Que rien ne change, pour que tout change !

Que rien ne change, pour que tout change !
                                           
Que rien ne change, pour que tout change !
 
                                                                                  Jean-Claude Paye, sociologue.
 
 
 
 
L’élection du candidat « anti-système » Emmanuel Macron, au poste de président de la République, ne révolutionne pas le système, ni les « valeurs » politiques. Les réformes présentées s’inscrivent dans une tendance existante depuis des dizaines d’années, telle l’absence de toute alternative possible à la mondialisation libérale. Cette politique est consacrée par la primauté des marchés et des organisations internationales sur les politiques nationales, ainsi que par la volonté d’être, en même temps, de gauche et de droite , une modernisation du « ni gauche, ni droite » de la « troisième voie », déjà en partie adopté par les partis continentaux.

Surtout, cette élection finalise une crise aiguë de la représentation partisane. L’organisation des primaires enlevait déjà aux membres d’un parti la possibilité de désigner leur candidat. En outre, nombre de dirigeants socialistes réclamaient le démantèlement de leur propre parti. L’effondrement du système de représentation politique, ainsi que sa « réorganisation » par le mouvement « En Marche » n’est donc pas une surprise, mais l’aboutissement d’une tendance lourde. Il s’agit, comme le slogan de campagne de Giscard d’Estaing l’exprimait, d’un « changement dans la continuité ».
 
Le législatif désigné par l'exécutif.
 
Cependant, la succession rapprochée de modifications d’ordre quantitatif aboutit à une mutation qualitative. Il suffit que rien ne change dans la tendance imprimée aux réformes pour que celles-ci aboutissent à une transformation profonde de l’organisation du pouvoir.
La plupart des prérogatives ont déjà été transférées aux mains de l’exécutif, au détriment des pouvoirs législatif et judiciaire. Cependant, c’est la première fois que le Président a la possibilité de choisir directement une partie importante des membres de l’Assemblée Nationale. La structure de « En Marche » est particulièrement centralisée. Le mouvement présente une spécificité : les candidats à l’élection législative ne sont pas élus par les bases locales du mouvement, mais désignés, d’en haut, par une commission dont les membres sont choisis par E. Macron[1]. Les élus n’apparaissent plus comme représentants, de sections locales de partis et d’électeurs d’une circonscription électorale, mais comme des agents du pouvoir exécutif légitimés par le vote des citoyens. Rappelons que les sondages placent « En Marche » en tête des intentions de votes, ce qui donnerait au Président la possibilité de désigner une partie importante des élus. Remarquons que le projet présidentiel de  réduire le nombre de députés, de 577 à 300, ne pourra que renforcer la fragilité des députés face à un président, auquel ils sont redevables de leur poste et de son éventuel renouvellement.
Si le Président n’a pas encore la possibilité « d’élire le peuple », il a néanmoins la capacité de choisir nombre de ses représentants.
 
E. Macron veut supprimer toute possibilité de résistance du pouvoir législatif. C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre sa volonté de renouvellement de la classe politique. Désirant mettre de côté les « professionnels » de la politique, c’est dire ceux qui ont une bonne connaissance des arcanes du pouvoir et qui auraient ainsi d’avantage de moyens pour lui mettre des bâtons dans les roues. Ainsi, le Président veut qu’un élu ne puisse accomplir plus de trois mandats successifs. Pour lui, la fonction élective ne serait un métier, mais une « vocation ». Afin de faire pression sur les partis qu’il ne contrôle pas, il propose que le financement public des partis soit en partie conditionné par le renouvellement des candidats investis.
 
Annihilation du pouvoir législatif
 
La volonté de réduire le pouvoir législatif à une simple chambre d’enregistrement est confortée par le désir d’E.Macron de légiférer par ordonnances. L’article 38 de la Constitution stipule que « Le gouvernement peut, pour l’exécution de son programme, demander au Parlement l’autorisation de prendre par ordonnances, pendant un délai limité, des mesures qui sont normalement du domaine de la loi. » Après avoir donné une habilitation législative au gouvernement, pour un domaine tel que la réforme de la loi du travail, le Parlement ne pourra qu’accepter ou refuser le projet présenté, mais en aucun cas l’amender. Ainsi, il aura perdu sa compétence législative, pour une période déterminée et dans les domaines définis par le projet d’habilitation[2].
Comme les réformes envisagées, telle celle du code du travail, sont particulièrement impopulaires, le pouvoir exécutif ne se contente pas de choisir des élus d’une grande docilité et veut anticiper toute velléité de résistance, en retirant, pour ces matières, la compétence législative au Parlement. La capacité de neutralisation des Chambres est également renforcée par la proposition de transformer la procédure accélérée en une procédure de droit commun[3]. Cette opération, déjà existante, permet de réduire le nombres de navettes entre les deux chambres et réduit ainsi le temps consacré au débat parlementaire. Le changement consiste en ce que la procédure d’exception deviendrait la règle. Même si cette réforme, nécessitant une révision de la Constitution, aboutit, le nouveau Président n’entend pas renoncer à la procédure dite du « vote bloqué », bien connue sous le nom de 49/3, une technique permettant au gouvernement d’engager la confiance, afin de faire adopter un projet de loi sans vote de l’Assemblée. Bref, même si l’exception devient la norme, les  procédures d’urgence seront maintenues.
Ainsi, la séparation des pouvoirs, chère à Montesquieu, mise à mal par des dizaines d’années de réformes concentrant les pouvoirs au sein de l’exécutif, est ici complètement annihilée. Cette procédure conduit à un résultat qui aurait été apprécié par Boris Eltsine lui-même, la mise en place « d’un bon Parlement, d’un Parlement qui vote les lois et qui ne fait pas de politique. »
 
Subordination de la fonction exécutive.
 
La subordination du Parlement s’accompagne d’une volonté de prise en main de la haute administration. L’entourage du nouveau président est constitué de hauts fonctionnaires, rencontrés par Macron à Bercy ou à l’Elysée. Nombre de ceux-ci participaient déjà à d’anciens gouvernements. Ils assurent une continuité des institutions et bénéficient d’une expérience pouvant être déterminante dans certains dossiers. Cependant, le président a annoncé sa volonté d’utiliser son pouvoir de nomination, afin d’avoir bien en main et au besoin de remanier la haute administration[4]. Cette volonté n’est pas sans effet. La haute administration joue un rôle important dans la gouvernance exercée par le pouvoir exécutif : préparation des projets de lois, mise en place des réformes. Elle peut disposer d’une certaine marge de manœuvre vis à vis du Président et du Premier Ministre par la continuité de l’action administrative. C’est justement avec une pratique, existant depuis une vingtaine d’années, permettant à chaque nouveau Président de maintenir en poste nombre de directeurs, déjà en place dans les gouvernements précédents, que rompt Macron.
Cette prise en main de l’administration s’accompagne d’un renforcement des prérogatives attribuées aux énarques. Ainsi, ceux-ci occupent 4 ministères clés, ainsi que le poste de premier ministre.
En augmentant son emprise sur la fonction exécutive au détriment de la continuité de l’action administrative, afin de faire passer plus facilement des réformes issues de l’UE, Macron nous indique que, en fait, le pouvoir exécutif national, malgré son renforcement face au législatif, ne travaille pas pour son propre compte, mais est au service d’institutions internationales, dont il est le relais. La réforme du code du travail, promue par l’Union européenne en est un bon exemple.
La crise actuelle du système de représentation partisan pourrait être formellement comparée à l’action opérée par le général de Gaule, lors de la fondation de la cinquième république. Cependant, la comparaison ne dépasse pas le stade de l’image puisque, en 1958, l’initiative gaullienne aboutit à un renforcement de la souveraineté nationale. L’opération du président Macron conduit à son contraire.
 
État d’urgence et réforme du code du travail.
 
A travers ses « recommandations, pays par pays » publiées le 21 mai, la Commission européenne vient d’annoncer qu’elle attendait avec impatience la future réforme du code du travail. Pratiquant, tout en finesse, une procédure langagière que la psychanalyse appelle dénégation, le commissaire à l’économie Pierre Moscovici a déclaré que si « la Commission n’a pas à s’immiscer dans les affaires d’un pays », la France «  a besoin de réformes »[5].
En fait, le contenu de la loi El Komri et du nouveau projet de loi de réforme du Code du travail vient des GOPE , des « Grandes Orientations de Politique Economique ». Devenues des recommandations du Conseil aux pays membres de l’Union européenne, elles s’imposent à eux par le biais d’un « suivi », par lequel le Conseil exerce sa surveillance[6].
Les « attentes » de la Commission européenne n’ont d’égales que celles du patronat français[7], le contenu du projet expliquant cette double « espérance. » Dans son édition numérique[8], Le Parisien a présenté l'avant-projet de loi du 12 mai, que le gouvernement veut imposer en légiférant par ordonnances. Il s’agit d’abord d’élargir les compétences de «la négociation collective d'entreprise». Surtout, il est précisé qu’il sera possible de déroger à loi par un accord d'entreprise. Une autre priorité concerne le plafonnement des indemnités « en cas de licenciement dépourvu de cause réelle et sérieuse». Le projet veut aussi simplifier les institutions représentatives du personnel en fusionnant le comité d'entreprise, le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail et le délégué du personnel dans une instance unique qui pourrait alors être autorisée à négocier les accords d'entreprise, prérogative jusqu'à présent réservée aux syndicats. Se préparant à une forte opposition sociale, le nouveau président a prévu, non seulement de faire passer le texte, au pas de charge, par le biais d’ordonnances, mais aussi et surtout de prolonger l’état d’urgence jusqu’au premier novembre, rappelant par là la première fonction de cette suspension des libertés : neutraliser le droit de manifester et au passage supprimer cinquante ans de conquêtes sociales et non empêcher des attentats terroristes.


La moralisation de la politique
 
Après avoir été élu « par devoir », par des citoyens voulant « faire barrage à l’extrême droite », la morale est tout aussi prégnante dans les déclarations du nouveau président. La « vocation », base de l’engagement des élus, se double d’une « moralisation de la vie publique ». Cette dernière devient  « le socle » de l’action du Président. Il insiste particulièrement sur l'exemplarité des élus. L'image des élus efface tout débat politique. E. Macron fait « de la moralisation » une question urgente, en élaborant un premier texte, dès avant les élections législatives. Un casier judiciaire vierge, hors condamnation mineures et contraventions, serait nécessaire pour devenir parlementaire[9]. Ce projet est centré sur l'affaire Fillon, en prévoyant d'interdire les emplois familiaux pour les élus et les ministres. Il prévoit aussi une réforme sur les moyens financiers mis à la disposition des députés et sénateurs en imposant la « transparence » sur les conflits d’intérêts pour les élus et les ministres, ainsi que le non-cumul des mandats[10].
Ce projet de loi sur la moralisation publique est légèrement perturbé par l’affaire du ministre de la Cohésion des territoires Richard Ferrand, épinglé pour une affaire immobilière impliquant sa compagne et critiqué pour le mélange qu’il pratique depuis vingt ans entre  chose publique et affaires privées[11]. Pour le moment, Richard Ferrand exclut clairement de démissionner. «Je ne le ferai pas pour deux raisons: d'abord j'ai ma conscience pour moi, je ne suis pas mis en cause par la justice de la République que je respecte profondément, et (...) je veux me consacrer aux priorités de mon ministère»,[12] a-t-il réaffirmé. Le parquet de Brest avait dans un premier temps estimé que les faits ne constituaient pas une infraction. Le procureur Éric Mathais s'est ravisé a ouvert une enquête préliminaire «après analyse des éléments complémentaires
 
Une morale à géométrie variable.
 
La manière dont cette affaire est traitée est intéressante. Le peu de pressions exercées sur Monsieur Ferrand pour le pousser à la démission montre bien la distinction que le nouveau pouvoir entend faire entre « l’abus de biens sociaux » que constitue l’existence de d’emplois fictifs et la normalité du monde des affaires qui consiste à utiliser légalement les biens publics au profit d’affaires privées. D’ailleurs, le ministre de la Cohésion des territoires n’y voit aucun conflit d’intérêts.[13] Il n’y a en effet aucune opposition : les biens publics sont, depuis le début du capitalisme, une base de valorisation de patrimoines privés.
 
La notion de morale porte tout autant sur les populations que sur leurs représentants. Cependant, lorsque les citoyens, soumis à un impératif catégorique de voter « par devoir » pour Macron afin de contrer le Front National, ils le font indépendamment de leur intérêt qui est notamment de supprimer la réforme du code du travail. Nous nous trouvons là face à une loi morale purement abstraite, d’ordre kantien, selon laquelle « la volonté doit se résoudre à cette action, abstraction faite de tous les objets de la faculté de désirer »[14]. Il n’en est pas de même en ce qui concerne la morale des « représentants du peuple » pour qui, tel que le montre l’affaire Ferrand, l’intérêt et le devoir sont fermement réunis. Le ministre de la Cohésion des territoires se réclame alors d’une conception défendue par Jérémie Bentham, penseur du capitalisme naissant, selon laquelle « en saine morale le devoir d’un homme ne saurait jamais consister à faire ce qu’il est de son intérêt de ne pas faire [15]».
 
 
 
 
 
[1]    David Dornbusch, « Les élus d’En marche !  « se montreront d’une docilité absolue », Le Monde, le 12 mai 2017,
      http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/05/12/en-marche-uvre-a-la-docilite-absolue-de-ses-candidats-pour-les-legislatives_5126873_3232.html
[2]    Lire : Daniel Rouscous, « Gouverner par ordonnances et 49.3, comment ça marche et quels garde-fous ? », L’humanité, le 6 juin 2017,  http://www.humanite.fr/gouverner-par-ordonnances-et-49-3-comment-ca-marche-et-quels-garde-fous-635902
[3]    Elodie Derdaele, « La démocratie rénovée selon Emmanuel Macron », le 8 mars 2017, Programmes présidentiels.com, http://www.programmespresidentiels2017.com/2017/03/la-democratie-renovee-selon-emmanuel-macron.html
[4]    Sébastien Billard, « Emmanuel Macron veut mettre la haute administration sous pression », le 16 mai 2017, http://tempsreel.nouvelobs.com/presidentielle-2017/20170515.OBS9388/emmanuel-macron-veut-mettre-la-haute-administration-sous-pression.html
[5]    Cécile Decourtieux, « Bruxelles attend emmanuel Macron sur sa nouvelle loi travail », Le Monde, le 22 mai 2017,
            http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/05/22/bruxelles-attend-emmanuel-macron-sur-sa-future-loi-travail_5131660_3234.html       
[6]    « Les GOPE, ce sont les «Grandes Orientations de Politique Économique». Plus précisément, ce sont des
  documents préparés par la direction générale des affaires économiques de la Commission européenne. Conformément à l'article 121 du Traité sur le Fonctionnement de l'Union européenne (TFUE), ces documents sont ensuite transmis au conseil Ecofin (c'est à dire à la réunion des ministres européens de l'économie et des finances), puis au Conseil européen (les chef d'État et de gouvernement). Après validation, les GOPE deviennent des recommandations du Conseil aux pays de l'Union et font l'objet d'un suivi. Toujours selon l'article 121, «le Conseil, sur la base de rapports présentés par la Commission, surveille l'évolution économique dans chacun des États membres». Cette «surveillance multilatérale» est rendue possible grâce aux informations généreusement fournies par les États à la Commission » in Caroline Delaume, « Ce que la loi El Khomri doit à l'Union européenne », Le Figaro.fr, le 17 mai 2016, http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/05/17/31001-20160517ARTFIG00137-ce-que-la-loi-el-khomri-doit-a-l-union-europeenne.php
[7]    Jean-Christophe Chanut,« Fin des 35 heures, de l’ISF...Ce que le Medef attend de Macron », La Tribune.fr,le 16 mai 2017, http://www.latribune.fr/economie/france/fin-des-35-heures-de-l-isf-ce-que-le-medef-attend-tres-vite-de-macron-714679.html
[8]    Catherine Gasté, « Le plan de Macron pour réformer le travail », Le Parisien.fr, le 4 juin 2017, http://www.leparisien.fr/politique/exclusif-le-plan-de-macron-pour-reformer-le-travail-04-06-2017-7017384.php
 
[9]    Eléa Pommiers, « Et pour commencer, la moralisation de la vie publique », Le Monde, le 7 mai 2017, http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/05/07/quelles-mesures-emmanuel-macron-peut-il-prendre-avant-les-legislatives_5123800_4355770.html
[10]  Jean-Baptiste Jacquin, « La moralisation de la vie publique au menu du conseil des ministres », Le Monde, le 31 mai 2017, http://www.lemonde.fr/politique/article/2017/05/31/la-moralisation-de-la-vie-publique-au-menu-du-conseil-des-ministres_5136474_823448.html#kygQCeYezb2oWpBi.99
[11]            Anne Michel, Alexandre Pouchard, Yann Bouchez, Jérémie Baruch et Maxime Vaudano, « A travers sa défense,   Richard Ferrand confirme toutes les informations du ‘’Monde’’ », Le Monde, le 30 mai 2017, http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/05/30/a-travers-sa-defense-richard-ferrand-confirme-toutes-les-informations-du-monde_5136185_4355770.html#65XZxhjF5VbMRqbf.99
[12]            Roland Gauron, « Comprendre l'affaire Ferrand en cinq questions », Le Figaro.fr, le 1ier juin 2017, http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/05/30/01016-20170530ARTFIG00230-la-pression-s-accentue-sur-richard-ferrand.php
[13]  Anne Michel, Alexandre Pouchard, Yann Bouchez, Jérémie Baruch et Maxime Vaudano, « L’étrange conception du conflit d’intérêts de Richard Ferrand », Le Monde, le 30 mai 2017, http://www.lemonde.fr/politique/article/2017/05/30/l-etrange-conception-du-conflit-d-interets-de-richard-ferrand_5135893_823448.html#B2688EgbGH1UFD27.99
[14]  « L’impératif catégorique. La conception kantienne du devoir », Akadem, http://www.akadem.org/medias/documents/devoir_1.pdf
[15]  Eugène Lerminier, « Morale de Bentham,  Revue des Deux Mondes - 1834 - tome 2, https://fr.wikisource.org/wiki/Morale_de_Bentham

Alter Info l'Information Alternative

CORRUPTION A LA FRANCAISE : FERRAND, LE COPAIN DE MACRON, EST-IL UN COQUIN ? ‘LE CANARD ENCHAINE’ PERSISTE ET SIGNE …

CORRUPTION A LA FRANCAISE : FERRAND, LE COPAIN DE MACRON, EST-IL UN COQUIN ? ‘LE CANARD ENCHAINE’ PERSISTE ET SIGNE …
# LUCMICHEL. NET/ CORRUPTION A LA FRANCAISE : FERRAND, LE COPAIN DE
MACRON, EST-IL UN COQUIN ? ‘LE CANARD ENCHAINE’ PERSISTE ET SIGNE …


On allait voir ce qu’on allait voir … et on a vu. Un régime Macron qui
parle sans vergogne « loi de moralisation » mais accepte les « bonnes
affaires » de ses copains goldenboys ! La relation Macron-Ferrand
étant au cœur d’un scandale que les « marcheurs » refusent de voir. La
corruption n’est pas un accident de parcours du Parlementarisme
petit-bourgeois, mais elle lui est consubstantielle (au sens
théologique du terme) (*). Que ceux qui ont des doutes lisent ou
relisent la trilogie magistrale du britannique Richard Harris
consacrée à la vie du politicien et avocat romain Cicéron (rival de
Jules César, 106 à 43 av. JC). Aux sources du parlementarisme
occidental, resurgi au XVIIIe siècle, on trouve déjà ce mélange
consubstantiel corruption-parlementarisme …

Revenons à l’Affaire Ferrand. Le PARISIEN explique comment l’Affaire
n’est pas aux marges mais au cœur du parti présidentiel : « La longue
séquence internationale, ajouté au pont de l’Ascension, a jusque-là
permis à Emmanuel Macron de temporiser. Mais pour le président de la
République, l’affaire Ferrand devient de plus en plus embarrassante.
Après s’être fait le chantre de la moralisation, le jeune président,
qui était jusque-là auréolé d’un «sans faute», amorce un brutal retour
sur terre. Sa position est difficilement tenable. La première loi
qu’il doit promouvoir - d’ailleurs opportunément reportée d’une
semaine, au 14 juin - doit poser les nouvelles exigences de
moralisation de la vie publique. Et ce alors que le ministre dont il
est le plus proche, pilier d’En Marche !, est renvoyé à des
comportements qui contredisent visiblement cette volonté
d’exemplarité. On pense évidemment à François Hollande, promoteur
sincère d’une « République exemplaire »... mais rattrapé pendant tout
son quinquennat par les turpitudes de certains de ses proches. Pour
l’instant, Macron semble marcher sur l’eau, et se diriger vers une
solide victoire aux législatives. Mais lui aussi pourrait subir
l’impitoyale effet boomerang. Et comme pour son prédécesseur, ce sont
les fondations de son mandat naissant qui s’en trouveraient alors
lézardées. »

* Vu sur Twitter : la Une du Canard Enchaîné de ce 31 mai 2017. De
nouvelles révélations et une question lancinante pour le président
Macron « une loi suffira-t-elle a arrêter l’En Marche des affaires » …

LM / 31 MAI 2017

(*) Seul ce concept théologique peut rendre compte du lien
corruption-parlementarisme : Consubstantiel. Terme de théologie
catholique. « Qui est un par la substance. Il se dit des trois
personnes de la Trinité : le Fils est consubstantiel au Père ». Comme
la corruption est consubstantielle au parlementarisme.

_____________________________
SUIVEZ AUSSI LUC MICHEL SUR TWITTER !
* Luc MICHEL PCN
@LucMichelPCN
* Allez vous abonner !
https://twitter.com/LucMichelPCN

Alter Info l'Information Alternative

Le prix de la liberté

Le prix de la liberté
Thomas Hollande étant momentanément indisponible (cf. Gala, 13/04/17), c'est finalement Emmanuel Macron qui a été nommé président de la République, à notre grand soulagement car pour un peu nous replongions dans les heures les plus sombres de notre histoire. Artistes et créatifs en tous genres, porteurs d'un regard sur le monde et résolument ancrés à gauche, nous allions sans aucun doute finir parqués entre des miradors, au beau milieu d'une foule de Maghrébins, de Roms et autres victimes naturelles de la société, à cause de l'audace invétérée de nos convictions. C'est dire si nous avons eu chaud!

L'hypothèse invraisemblable

"Tout le monde nous disait que c'était impossible, mais ils ne connaissaient pas la France!", beuglait notre sauveur au Carrousel du Louvre, le soir du 7 mai dernier. En effet, tel un chien famélique à qui on aurait balancé deux gamelles de viande avariée, le peuple français vient d'exercer son choix souverain: "une hypothèse invraisemblable il y a encore un an", renchérit Le Monde du 08/05/17, comme si l'invraisemblable était entre-temps devenu vraisemblable, par un effet de la grâce divine. Pourtant, certains n'arrivent pas à se défaire de l'impression étrange qu'on leur a enfoncé un président dans la gorge, et s'étonnent qu'un candidat aussi pathétique, à la tête d'un mouvement en carton-pâte, ait pu se frayer si facilement un chemin jusqu'à la première place du podium. Ils vont même jusqu'à se demander si l'avalanche surprenante de catastrophes qui ont neutralisé ses principaux adversaires - explosion de Fillon en plein vol (si l'on peut dire), sabordage en règle de la primaire du PS, suicide télévisé de Marine Le Pen, etc. - n'aurait pas quelque peu aidé le destin. Là où chacun s'accorde à ne voir qu'une suite banale de coïncidences plus énormes les unes que les autres, ils subodorent une main invisible (ou pour mieux dire, parfaitement visible), comme par exemple dans les radiations massives des listes électorales constatées le jour même du vote (plus de 16.000 rien qu'à Strasbourg). Toujours fidèle au poste, la normalosphère ne se laisse pas démonter pour si peu: "C'est normal ! Quand on change d'adresse il faut prévenir la mairie !" explique Chtimi79, qui a repéré instantanément les 16.000 responsables de ce micmac. Mais il règne tout de même un parfum de suspicion, principalement chez ceux qui contre toute raison, persistent à croire qu'il s'agissait d'une élection. [[1]]url:#ancre1

Le vertige démocratique

Nous sommes si accoutumés à ce qu'on ne nous demande pas notre avis que l'idée de choisir qui va nous gouverner ressemble à un canular, qu'on le veuille ou non. Dans la vraie vie, choisissons-nous notre patron? Choisissons-nous le camion qui va nous passer dessus, ou la maladie que nous allons attraper? Tous les cinq ans, il nous faut cependant puiser dans notre inculture pour recruter un président de la République. Nous nous y attelons avec les moyens du bord, en tâchant de nous assurer qu'il présente bien, qu'il n'a pas dit de gros mots, et qu'il ne s'enfuira pas avec les napperons de la salle à manger. Cette opportunité qui nous est offerte, de passer en revue les candidats à la magistrature suprême comme s'ils postulaient à une place de chauffeur ou de majordome, ne va pas sans une certaine honte secrète, qui est le propre des satisfactions solitaires. D'où notre hâte à faire de ce droit un devoir, pour ne pas dire une purge, consistant - lorsque nous avons la chance de ne pas avoir été radiés des listes électorales - à voter de préférence pour celui qui nous dégoûte le plus, dans une sorte de vertige de l'humiliation, au nom du "sauvetage nécessaire de la démocratie". Notre mérite citoyen se mesurant à notre envie de vomir, il va sans dire que Macron a bénéficié d'un confortable avantage sur ses concurrents: son bilan catastrophique au sein du gouvernement, sa campagne aussi frelatée qu'hystérique, et son projet de saccage du droit du travail à coups d'ordonnances ne peuvent que donner la nausée, tout en consacrant l'effondrement définitif de la démocratie dans ce pays.

Travail, famille, patrie

Le fait que la France en marche soit un slogan du régime de Vichy ne doit donc pas nous troubler: capitulation et collaboration sont bel et bien les deux mamelles de la France, ce qu'illustre à merveille le réflexe pavlovien de nos candidats, qui courent se faire adouber par la chancelière allemande dès qu'une campagne électorale se profile à l'horizon [[2]]url:#ancre2 . Pour les législatives nous aurons certainement droit à un nouveau slogan, comme par exemple LE TRAVAIL REND LIBRE, qui comblera d'aise les nostalgiques de tous bords, tout en collant parfaitement à cette société ubérisée que nous appelons de nos vœux, où le chômage sera devenu un comportement criminel. [youtube https://www.youtube.com/watch?v=O1F79LqHzF0] C'est donc en nous vautrant dans le pétainisme (comme à notre habitude) que nous avons finalement échappé au fascisme - mais chacun sait que cette victoire n'est pas gratuite, et nous nous apprêtons à payer le prix de la liberté. Car il s'est noué entre nous et nos dirigeants une sorte de pacte, aux termes duquel nous acceptons d'être peu à peu dépouillés de toute perspective d'avenir, en échange du maintien de notre hochet électoral, qui nous permet de nous sentir supérieurs au restant de l'humanité (ce qui n'est pas une mince consolation). Après tout, ne vaut-il pas mieux une république bananière que pas de république du tout? Et à tout prendre, l'esclavage n'est-il pas préférable à la dictature? Quand on a la chance de vivre en démocratie, il faut savoir garder l'esprit large, aussi nous nous abstiendrons de toute raillerie envers Emmanuel Macron, car nous avons compris que ce serait faire le lit des extrêmes. Nous adorerons nous faire détrousser et jeter à la rue, sous peine d'être taxés d'obscurantisme. En votant pour lui, nous avons donc perdu toute voix au chapitre. Mais est-ce si grave?
Notes
  1.  Pour le prochain scrutin présidentiel (si d'aventure il y en a un autre de prévu) aura-t-on la présence d'esprit de faire venir des observateurs de l'ONU?
  2. Macron, Fillon et Hamon se sont rués tous les trois à Berlin pour s'y livrer à un concours de salamalecs, mais l'inverse n'arrive évidemment jamais, et personne n'imagine un candidat allemand venant ramper devant nos "élites" pour se donner de la crédibilité dans son pays.

NORMALOSPHERE 15/05/17

Alter Info l'Information Alternative

Macron un cheval de Troie américain à l’Élysée par Wayne Madsen

Macron un cheval de Troie américain à l’Élysée par Wayne Madsen

Même Dieu vous avait prévenu !

Bon c’est le dessinateur, Sébastien Dieu, qui officie souvent chez P. Jovanovic, et dont je me suis servie pour illustrer ce billet qui traite de la liste des licenciements mondiaux, mais quand même… Parce qu’ici on sait depuis le début de qui Macron est le N.O.M. Dès le 31/01/2016 on avait lu ceci ; En pleine polémique, Clara Gaymard quitte General Electric – La patronne du groupe américain en France officialise son départ quelques jours après avoir été convoquée à l’Élysée pour s’expliquer sur les suppressions de postes chez Alstom. Mission accomplie pour Clara Gaymard. Trois mois à peine après avoir bouclé l’acquisition de la branche énergie d’Alstom, la patronne française de General Electric a annoncé à notre confrère « Challenges » qu’elle s’apprêtait à quitter le groupe américain, confirmant des informations de « L’Obs ». L’annonce doit en être officialisée demain par un communiqué interne. Mercredi, Clara Gaymard a dû se rendre à l’Élysée pour s’en expliquer auprès de François Hollande et d’Emmanuel Macron, en compagnie de Jeffrey Immelt le patron américain de General Electric. Lire l’intégralité de l’article, source NouvelObsCopains Comme Cochons !


Politique française sous influence :

Macron seconde taupe yankee à l’Élysée

Et çà continue, Sarko était déjà une taupe de la CIA au sommet de l’État français, Hollande un sbire des roitelets du Golfe, le gugusse Macron « Young Leader » de chez Rothschild va parachever le marasme au profit de ses payeurs de l’empire sis à la City de Londres…

~ Résistance 71 ~

 Macron un cheval de Troie américain à l’Elysée

Wayne Madsen | 17 mai 2017 | URL de l’article en français ► http://lesakerfrancophone.fr/macron-un-cheval-de-troie-americain-au-palais-de-lelysee

URL de l’article source en anglais ► http://www.strategic-culture.org/news/2017/05/17/macron-american-trojan-horse-elysee-palace.html

URL de l’article R71 ► https://resistance71.wordpress.com/2017/05/24/politique-francaise-sous-influence-macron-seconde-taupe-yankee-a-lelysee/

 
Le nouveau président français, Emmanuel Macron, qui a été poussé dans la course présidentielle française en tant que contrepoids pro-Union européenne pour empêcher l’élection de la leader du Front national Marine Le Pen, semble avoir plus qu’une relation décontractée avec les États-Unis. Alors qu’il travaillait au sein du ministère de l’Économie, successivement comme inspecteur spécial et comme ministre, Macron a supervisé le vol virtuel des industries françaises stratégiques, par des entreprises américaines ayant des liens solides avec la communauté américaine du renseignement.
Le piratage des ordinateurs du mouvement de campagne En Marche ! de Macron par des hackers inconnus a fourni un matériel intéressant. Les défenseurs de Macron affirment que les fichiers informatiques publiés sont soit faux, soit des informations externes. Cependant, un ensemble de fichiers portant sur le vol virtuel du géant de la technologie de l’information en France, par des personnes connectées à la CIA, est exactement le type de fichiers que l’on s’attend à trouver lors de la campagne de Macron. Le premier travail de Macron dans le gouvernement français était de protéger les intérêts des entreprises françaises de la concurrence et surtout des acquisitions étrangères.
Le travail des services de renseignement américains pour acquérir le leader de la technologie des cartes à puce français Gemplus International a débuté en 2001 et l’opération était en grande partie terminée en 2004, l’année où Macron est devenu inspecteur des finances au ministère de l’Économie française. L’industrie française a longtemps été une cible pour la surveillance et / ou l’acquisition par des entreprises américaines. La CIA a joué un rôle important dans ces opérations de guerre économique. Par exemple, la société française d’électronique Thomson-CSF était une cible majeure pour l’Agence de sécurité nationale des États-Unis (NSA) et la surveillance de la CIA.
Les documents concernant la reprise réussie de Gemplus, ainsi que sa principale usine de Gemenos, Bouches-du-Rhône, en France, par une firme américaine appelée Texas Pacific Group (TPG), sont inclus dans la tranche de fichiers extraits des ordinateurs de En Marche ! TPG a d’abord acquis des actions Gemplus en février 2000. En 2006, Gemplus a fusionné avec Axalto pour former Gemalto, et le contrôle effectif des États-Unis sur l’entreprise est alors devenu total.
En septembre 2002, Alex Mandl, un Américain originaire de Vienne, en Autriche, et ancien président d’AT & T, président et directeur de Teligent, membre du conseil d’administration de la société de capital-risque IN-Q-TEL de la CIA et membre du conseil d’administration du néoconservateur American Enterprise Institute, a été nommé PDG de Gemplus International. Il continue en tant que président exécutif de Gemalto.
À la suite de la divulgation de l’ancien contractant de la NSA Edward Snowden, on sait maintenant que le Siège des communications du gouvernement britannique (GCHQ), travaillant avec la NSA, a pénétré avec succès les cartes SIM utilisées par Gemalto. Le GCHQ / NSA a réussi à intercepter les communications mobiles en utilisant des cartes SIM Gemalto activées par cryptage en Afghanistan, au Yémen, en Inde, en Serbie, en Iran, en Islande, en Somalie, au Pakistan et au Tadjikistan. L’attaque GCHQ-NSA a également visé les centres de personnalisation de cartes SIM Gemalto au Japon, en Colombie et en Italie. Le hack NSA / GCHQ des chips SIM de Gemalto par leur équipe conjointe d’exploitation de combinés mobiles (MHET) représente peut-être la plus grande opération d’interception de la NSA dans l’histoire, qui a vu des milliards d’appels mobiles et de messages texto interceptés et décodés par la NSA et son partenaire britannique. Plus grave est l’inclusion des données d’identification de la carte SIM de Gemalto dans la base de données de la CIA contenant les numéros des téléphones cellulaires ciblés par les frappes de drones américaines.
Les documents internes de En Marche ! identifient quatre agences gouvernementales françaises qui ont mené des enquêtes sur la prise de contrôle de Gemplus. Ce sont les Renseignements généraux (RG), la Direction de surveillance du territoire (DST), le ministère de l’Industrie et le ministère de l’Économie de Macron.
La presse française aux ordres, qui a encensé Macron, un ancien banquier de Rothschild, décrit les documents Gemplus comme n’ayant rien à voir avec Macron. Les médias français font valoir que Macron était un simple élève de l’École nationale d’administration (ENA), l’élite de l’administration publique française, jusqu’à ce qu’il soit diplômé en 2004. Cependant, comme le montrent clairement les documents divulgués, la prise de contrôle de Gemplus était toujours menée par le gouvernement français, lorsque Macron est devenu inspecteur au sein du ministère de l’Économie en 2004. Comme le rôle de Macron était de s’assurer que les entreprises françaises étaient à l’abri des tentatives étrangères visant à bloquer la croissance économique française, sa performance, comme en témoigne la perte des emploi français au profit d’intérêts étrangers, a été consternante.
Il est très probable que les dossiers de En Marche ! sur la prise de contrôle de Gemplus avaient pour but d’avoir des informations de sauvegarde à disposition, au cas où le rôle de Macron dans la dissimulation des détails de la reprise américaine de Gemplus devait devenir public. Tout parti politique doit être prêt à faire face aux révélations exposées par les inquisition de l’opposition concernant ses candidats. Il est également à noter que quelques-uns des éléments publiés par En Marche ! déclaraient que la politique de Macron était de surveiller, mais pas d’empêcher, l’appropriation d’industries et d’entreprises françaises stratégiques par des firmes étrangères.
En 2008, Macron a quitté le gouvernement pour rejoindre la Banque Rothschild & Cie. Il est également devenu chef de file dans la Fondation franco-américaine (FAF), largement néoconservatrice, qui compte parmi ses collègues Hillary Clinton, le général Wesley Clark et l’ancien président de la Banque mondiale, Robert Zoellick.
La question pratique concernant Macron est la suivante : qu’est-ce qu’il savait de la prise de contrôle de Gemplus et quand l’a-t-il su ? Les fichiers Gemplus de En Marche !, contenus dans un dossier intitulé Macron, et traitant de la prise de contrôle par les Américains, ressemblent à un roman d’espionnage à la John LeCarré.
Un fichier, marqué Confidentiel, et envoyé à Stefan Quandt, de la famille milliardaire Quandt, propriétaire des firmes renommées BMW et Daimler en Allemagne, se préoccupe de la dépréciation de la valeur des actions de Gemplus en 2001, dans le contexte de « relations et d’affrontements extrêmement tendus entre les personnes principales aux échelons supérieurs et la rupture de la communication avec le personnel. En conséquence, la majeure partie d’entre eux est complètement démotivée aujourd’hui ».
En tant qu’inspecteur au sein du ministère de l’Économie, il est étonnant que Macron n’ait pas été au courant de la violation de la loi française qui a eu lieu avec la reprise américaine de Gemplus. Ceci est également décrit dans un autre fichier Gemplus de sa campagne, se focalisant sur la situation concernant Gemplus après la prise de contrôle par les US : « Les déclarations irresponsables, souvent suivies par des revirements sur les fermetures de sites et le licenciement du personnel, avant même de consulter leurs représentants (comme le requièrent la loi et le bon sens). »
Les Quandt sont très timides et ont une bonne raison pour cela. Günther Quandt a fabriqué des fusils Mauser et des roquettes antiaériennes pour le Troisième Reich. Il a divorcé de sa première épouse, Magde Quandt, après avoir eu un enfant, Harald Quandt. Magde a ensuite épousé le ministre de la Propagande nazie Joseph Goebbels. Stefan Quandt, qui a participé à la reprise de Gemplus, est le fils d’Herbert Quandt , qui est le demi-frère de Harald Quandt.
Les informations négatives sur Gemplus ont abouti à un rapport de Goldman Sachs du 24 janvier 2002, qui a exhorté l’entreprise à continuer sa restructuration, dirigée par les Américains, pour maintenir la santé du marché. Bien qu’il ait été étudiant à l’ENA à l’époque, il y a peu d’informations sur les projets auxquels Macron a été affecté de 2001 à 2003 par ses professeurs de service civil.
D’autres fichiers liés à Gemplus dans le dossier En Marche ! concernent l’une des vedettes de Gemplus, Ziad Takieddine, un courtier en armes druze franco-libanais et diplômé de l’Université américaine de Beyrouth, liée à la CIA. Takieddine a aidé à concevoir la reprise américaine de Gemplus, avec l’aide de Stefan Quandt. Takieddine a aidé à conclure des accords majeurs de vente d’armes françaises avec la Libye, la Syrie, l’Arabie saoudite et le Pakistan. Accusé de blanchiment d’argent dans les îles Vierges britanniques par son ex-femme, Takieddine est également l’oncle d’Amal Alamuddin, la femme de l’acteur George Clooney. Takieddine est aussi un amer ennemi politique de l’ancien président Nicolas Sarkozy, qui a perdu la primaire de la course à la présidentielle en 2017 contre son rival conservateur François Fillon. Macron a marginalisé Fillon au premier tour de l’élection présidentielle, arrivant en deuxième position devant lui.
Takieddine, Quandt et une société suspecte de la CIA, Texas Pacific Group (TPG), faisaient clairement partie d’un complot pour se débarrasser du cofondateur français de Gemini, Marc Lassus, et des cadres français de l’entreprise. La décision de licencier Lassus et ses collègues français a été prise lors d’une réunion du conseil d’administration de Gemplus qui s’est tenue à Washington, et non en France, le 15 décembre 2001. Un autre acteur important dans la reprise américaine de Gemplus était Lee Kheng Nam, un dirigeant d’affaires de Singapour et titulaire d’un diplôme en recherche opérationnelle et analyse systémique de l’École de troisième cycle de la marine américaine à Monterey, en Californie. Le cofondateur de TPG, David Bonderman, de Fort Worth, au Texas, a également été fortement impliqué dans la prise de contrôle hostile de Gemplus. L’acquisition de Gemplus par TPG a été menée à travers une société fantoche, coquille vide pratiquement inconnue, enregistrée à Gibraltar qui s’appelait Zensus. Bonderman, qui est juif, a provoqué un soulèvement politique en 2012 en Égypte, lorsqu’il a rencontré Khairat El-Shater, le chef-adjoint des Frères musulmans et membre du gouvernement de Mohamed Morsi. Bonderman a déclaré qu’il cherchait des « opportunités d’investissement » en Égypte.
Dans un document Word non daté, trouvé dans les ordinateurs de En Marche ! , Lassus cite : «Je suis convaincu que la société d’investissement TPG avait une forme d’accord avec son gouvernement [US, NdT] pour déménager le siège social en Californie. Ils ont essayé à nouveau en janvier 2002». Les syndicats ouvriers de Gemplus ont prédit que la production de l’entreprise passerait de la France à la Pologne. Le plus grand syndicat français, la CGT, a déclaré que le but de la reprise de Gemplus était de dépouiller la France de son leadership technologique sur les cartes à puce. Gemplus employait 7 000 travailleurs français, avant sa prise de contrôle par les Américains. Le document Word non daté fait également référence aux agences gouvernementales françaises ayant « lancé des enquêtes » et recherché des « informateurs internes ». Macron a-t-il joué un rôle, soit dans les enquêtes menées par le ministère de l’Économie, soit dans la dénonciation des  « informateurs internes » de Gemplus à ses amis américains ?
Lorsque la firme américaine General Electric a repris la société française Alstom, productrice de turbines et spécialisée dans les technologies nucléaire, le ministre de l’Économie de l’époque, Macron, a déclaré qu’il avait approuvé ces prises de contrôle, parce que « l’intervention de l’État dans l’industrie ne se produit qu’au Venezuela  ». Cette remarque est parvenue comme une musique très douce, aux oreilles des milliardaires de l’administration Donald Trump.


Voilà pourquoi il ne pouvait en rester qu’un !

Marine s’est couché, tout était déjà prêt, c’est pour cela que dès le soir du 1er tour MacDeRoth a filé fêter sa « victoire » à La Rotonde, que dès le dimanche 7 mai au soir tout était calibré pour le discours au pied de la Pyramide du Louvre puis le Sacre le Dimanche 13 mai jusqu’au choix très Bilderberg2016 de l’approximatif Edouard Philippe…

Alors que seulement 20 millions d’électeurs ont veauter pour lui !

Tout se met en place pour refermer la grille du N.O.M. sur nos tronches, vu que suite à l’attentat de Manchester 3.0 du 22 May, Macron demande à ce que l’état d’urgence soit prolongé jusqu’au 1er Novembre… Si si, tout est là : Emmanuel Macron veut prolonger l’état d’urgence jusqu’au 1er novembre – Ce serait la sixième prorogation de l’état d’urgence depuis sa proclamation à la suite des attentats perpétrés à Paris et à Saint-Denis le 13 novembre 2015 – Lire l’intégralité de l’article ► http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2017/05/24/emmanuel-macron-veut-prolonger-l-etat-d-urgence-jusqu-au-1er-novembre_5133163_1653578.html


Alors c’est pas faute là encore de vous avoir prévenu ;

RAPPEL DE L’HISTOIRE :
Le 10/07/1940, 80 parlementaires sur 649 ont voté CONTRE les pleins pouvoirs à Pétain !
Le 05/05/2015, 86 députés sur 524 ont dit NON à la surveillance généralisée des français !
Le 19/11/2015, 6 députés, 1 abstention, sur 551 ont voté contre la prolongation de l’état d’urgence de 3 mois… 551 députés ont voté POUR…

MISE À JOUR DU MERCREDI 13 DÉCEMBRE 2016

5ème prolongement de l’état d’urgence voté dans la nuit du 12 au 13 décembre…

► Adoptée par 288 voix contre 32 ◄

L’état d’urgence prolongé pour la cinquième fois

TOUT EST
Récemment j’affirmais que c’était inédit en France une Présidentielle sous état d’urgence et R71 me faisait remarquer ceci :  Orwell nous a bel et bien rattrapé, il avait prédit le terrorisme d’état contre le peuple, la stratégie de la tension… en 1948 !

Je n’ignore rien du « management par la terreur » comme l’a magistralement décrit Naomi Klein dans son livre et son documentaire « La Stratégie du Choc » Ici   et comme j’ai pu le lire dans le Contre-rapport de la Commission Vérité & Réconciliation « Meurtre Par Décret  » et maintenant que Macron possède tous les leviers du pouvoir : La France ne sortira JAMAIS de la répression… Sauf quand le peuple reprendra la barre du bateau ivre en associations libres confédérées…

Si on essayait la théorie de Harry Houdini « Mon cerveau est la clé qui me libère », parce qu’on est Sans-dents souvent, mais pas sans cerveau, alors autant sans servir !!!

JBL1960

Parce que la solution de viendra pas de l’élection ; DOSSIER VOTATION

Illustration de Sébastien Dieu « Dieu-Macron 2017 » – Parce que c’est notre projeeeetttt qui disait… Mais surtout, parce qu’il n’y pas de hasard, et encore moins de coïncidence…


Alter Info l'Information Alternative

LA BANQUE ROTHSCHILD A ENFANTE DEUX PRESIDENTS PAR DEFAUT POUR LA REPUBLIQUE FRANCAISE : G.POMPIDOU ET E.MACRON

« Donnez moi le contrôle sur la monnaie d'une nation, et je n'aurai pas à me soucier de ceux qui font ses lois » Mayer Amschel Bauer Baron de Rothschild
 LA BANQUE  ROTHSCHILD A ENFANTE DEUX PRESIDENTS PAR DEFAUT POUR  LA REPUBLIQUE FRANCAISE :    G.POMPIDOU ET E.MACRON
Macron etait élu ce dimanche 07 mai2017 président de la république française, son premier parti fort est bien sur cette fameuse institution financière et bancaire appuyé par les medias, son bras droit est l’assureur AXA, son ex. président Henri de La Croix cinquième duc de Castries et son successeur Thomas Bulberg , il est également président du think tank de l’Otan (le groupe de Bilderberg), de l’Institut du Bosphore (le think tank de la Turquie) et, en France, de l’Institut Montaigne (un think tank de droite).Il est également soutenu par tous les grands patrons du CAC40 aussi bien que par la CGT.
C’est son programme économique qui nous intéresse le plus car sa résonance fait craindre le pire pour la classe moyenne et surtout la classe ouvrière. La haute finance possède le pouvoir économique qui fait la pluie et le beau temps pour le pays ; ce même pouvoir détient la première décision du pouvoir économique et politique. Une mince curiosité sur le constat, sans toutefois consulter les chiffres de la bourse, je vous assure que les diverses banques ont été enthousiasmées suite à la victoire de Macron. L’euro est heureux et les valeurs boursières terminent dans le réconfort.
Celui qui contrôle l’argent contrôle le monde
Macron est un enfant de la banque de Rothschild& Cie, les chefs d’entreprises du CAC40 lui ont préparés le terrain, la piste et les moyens nécessaires pour faire une grande et bonne course présidentielle, ce que les partis politiques classiques ont tendance de faire généralement et faiblement.
Le programme de Macron a été préparé minutieusement par le parti de la haute finance, ce « président » ne serait que l’instrument de ceux qui l’ont enfanté. Sous l’œil de la commission européenne , les finances vont être bien surveiller et exige que le déficit de la France ne doit plus dépasser les 3% c’est-à-dire plus de dettes et plus de revenus pour les oligarchies.

Les Etats modernes vivent ç crédit et contrôlent le crédit depuis qu’ils se sont débarrassés du vrai argent qui était l’or...
Résister au tout Etat devient plus difficile. Parlons plutôt finance ensuite économie pour arriver au social. La politique n’est en quelque sorte que la propagande permettant de cristalliser et faire aboutir le projet en question.
Tout pays est composés d’ agents économiques qui se meuvent dans un contexte économique, politique, social et culturel, afin de créer de la richesse, de la distribuer , de la consommer et d’organiser le processus pour plus d’emplois, plus de croissance, plus de bien être…L’état est considéré comme un agent économique dans sa fonction d’organisation, par contre les banques actuelles considèrent l’état comme une marchandise prête à la spéculation via la dette, le crédit et le taux d’intérêt par exemple :
1-Un pays endetté, si sa solidité financière est considérée comme douteuse c’est-à-dire qui dépend de la mauvaise santé financière et de sa faiblesse économique .La banque en profite pour majorer les taux d’intérêt sur les prêts que demande ce pays.
2-la banque en état de position de force met tout son poids pour inciter le pays endetté d’appliquer un plan de rigueur drastique, qui en profite plus aux systèmes financiers à savoir une privatisation de tous les secteurs publics, et de diminuer la pression réglementaire de l’état c’est-à-dire moins d’état dans l’ensemble des marchés que constitue l’activité économique.
3-La contradiction entre le capital, la main d’œuvre et la matière première est mise en jeu par le capital financier favorisant plus la financiarisation (meilleure plus value) ce qui provoquera le risque probant de la récession, ou bien pour une question de cout de production la délocalisation et même la désindustrialisation est mise en service.
4-Les salariés risquent une double peine , un licenciement ou bien une diminution de revenu, sachant que leurs contributions fiscales ont permis de sauver bien des banques ( Crise des subprimes de 2008).Ainsi, la crise financière née, en 2008, aux Etats-Unis, après avoir déclenché la récession c’est-à-dire désamorcé les critères de freinage économique, a depuis, par voie de conséquence, tari les ressources fiscales des États rendant plus difficile encore le service d’une dette de plus en plus considérable .
5-Le plan d’ajustement ou de stabilisation qui n’est que rigueur, impose un remodelage du temps de travail à moindres couts.
L’avenir sous la "gouvernance" des banques reste incertain ! .
La recapitalisation du secteur financier privé a permis avec la complicité des politiciens véreux et la commission européenne d’accroitre fortement et lourdement la dette des états que se soit des états des pays avancés ou ceux du quart monde.
Les grands maestros du marché financier sont bien les spéculateurs, se sont eux qui font la pluie et le beau temps .Les spéculateurs sont les gros donneurs d’ordres anonymes, inidentifiables pour les gouvernements eux-mêmes se sont les maitres financiers qui ont avoué cela et Mme Lagarde présidente du F.M.I vient de le confirmé .La « bourse » représente un vase communicant tantôt ca baisse ca donne du froid , tantôt ca monte c’est le chaud, tout dépend de la force spéculative qui lui sont appliqués pour en tirer le maximum de plus values.
Les banques sont la tête de la pieuvre du capitalisme.
Le 3 janvier 1973 Georges Pompidou avait préparé la grande réforme de la Banque de France via une loi*1/ N° 73-7 du 3 janvier 1973 qui interdit à la Banque de France de faire crédit sans intérêt à l’État, condamnant la France à se tourner vers des banques privées et à payer des intérêts comme un simple agent économique semblable aux autres agents .Cette loi portant sur la réforme des statuts de la banque de France, dans son article 25 qui bloque toute possibilité à la banque centrale de faire des avances au trésor public( caisse de l’état).
* Alors qu’avant la BCF( Banque Centrale Française) prêtait sans intérêt à l’état Français.
*la planche à billet était sous l’autorité de l’état Français mais avec la loi 73-7 citée ci-dessus, le droit de battre la monnaie revient à la BCF( Banque Centrale Française)
*l’état comme agent économique va se soumettre aux forces du marché financier dont les maitres sont les banques privées qui profitent par le biais du jeu de la speculation de s’enrichir au dépend de l’état en lui prêtant ce dont il a besoin comme ressource avec un taux d’intérêt important.
* cette loi va créer une nouvelle situation, qui provoquera un accroissement lourd de la dette (crédit et le service de la dette).Nous remarquons que la dette française, américaines et autres pays le cas de l’Algérie est probant puisque que la dette est extérieur elle était bien trop importante vis-à-vis du PIB ajouté l’inflation pour mettre en péril l’économie d’un pays..
*La dette ne fait qu’augmenter par ses taux d’intérêts composés
« Le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l’escompte de la banque de France. »LOIN°73-07.
L’argent est devenu une marchandise comme disait Karl Marx dans son capital, il est évident que la loi française (Loi N° 73-07 avait permit de « privatiser » l’argent et a pu ramener la nation Française au rang d’agent économique semblable au ménage et a l’entreprise. Par conséquent, la nation et non l’état subit tous les aléas de la dette allant jusqu’à la soumission (acceptation des plans de redressement, d’ajustement ou de stabilisation). Il était plus opportun si l’état avait garder cette disposition légale de créer la monnaie et faire soi même le même mécanisme économique et financier qu’ ont le droit de faire les entreprises privées, il y aurait probablement moins de dettes qu’elle a aujourd’hui et plus de financement de l’investissement.
Les banques ont le véritable pouvoir
G. Pompidou était bien un ex PDG de la banque Rothschild, il était devenu président par défaut de la république française qui s’installa à l’Élysée le 15 juin 1969 qui avait été le premier à avoir endetté la France par l’interdiction de faire fonctionner la planche à billet et mettre en place des dispositions pour emprunter de l’argent avec un taux d’intérêt auprès des banques privées .
L’ancien (G. Pompidou) et le nouveau banquier( Macron) à la tête de l'Etat français par défaut coûte certainement plus cher aux contribuables français .Il aurait été possible de bien faire au lieu de transférer le service de la dette vers les banques , il y a lieu de construire plus d’écoles, d’universités ,d’industries, d’investissements …. Pour plus d’emplois, plus de croissance, plus de bien être, plus d’amélioration du niveau de vie…
Ce nouveau Président, venant de chez Rothschild risque probablement selon son plan économique de coûter très cher aux français, notamment laissant se poursuivre le racket des banques au détriment des français. Les ressources manquent beaucoup avec une diminution des charges patronales, Macron va créer sur le déficit 3% existant un autre déficit d’étranglement, et dire qu’il va ramener le taux de chômage à 7% par une nouvelle relance économique et donc un taux de croissement qui devrait surpasser les 3%. Par ailleurs il est important de noter qu’en2016 l’ensemble des banques américaines ont eu un bénéfice records évalué en centaines de milliards de dollars, le bénéfice net des banques a augmenté de plus de 4% à en 2016 devant un très mince taux de croissance avoisinant le zéro.

La résistance devant l'avancée du capitalisme désastreux
Il est plus que certain que beaucoup d’acquis sociaux seront revus à la baisse par manque de ressources financières et par une croissance négative, un chômage important dut la délocalisation et la désindustrialisation qui s’annonceront de plus fort très prochainement.
Macron aura comme mission tracée par les banques de démolir les derniers morceaux des services publics et pour demander aux salariés d'accepter encore plus de sacrifice sur les salaires et sur les retraites.
Il fermera les yeux bien sur des rentrées de revenus disponibles auprès des nantis et des entreprises qui ne payent pratiquement pas d'impôts et de charges sociales grâce à leurs filiales basées dans les paradis fiscaux .Sachant qu'aujourd'hui, la fraude fiscale en France est évaluée à des dizaine de milliards par an, elle permettra au moins de quoi, soulager notamment les plus pauvres.
Les organisations surtout de gauche doivent donner un sens politique pour résister à l'ensemble de la politique de rigueur et notamment aux attaques contre les acquis sociaux. C'est ce que Mélenchon avait promis dans son programme présidentiel.
Enfin à titre d’anecdote réaliste E Macron des son jeune âge, lycéen a eu une relation d’amour avec son professeur de culture, âgée de 23ans, la relation a duré dans le temps pour enfin vivre ensemble 15 ans plus tard.
D’autre part, son adversaire politique M. Le Pen a hérité de son père le trône de son parti FN, elle l’avait dépoussiéré et enfin exclu son père du parti.
La moralité de T Meyssan :
Macron a donc épousé sa mère tandis que M. Le Pen a tué son père et de cette situation les slogans anti Macron et anti Le Pen ont fait leurs apparitions… drôle de coïncidence !

BENALLAL MOHAMED ANCIEN CADRE
*1-La loi Francaise no 73-7 du 3 janvier 1973 sur la Banque de France elle modifie le statut de la Banque de France tout en précisant les conditions autorisant l'État à emprunter à la Banque de France. Cette loi est appelée « loi Pompidou-Giscard » ou encore « loi Pompidou-Giscard-Rothschild »
*https://www.challenges.fr/finance-et-marche/assurances/thomas-buberl-le-successeur-de-castries-a-axa-organise-son-chaos_446316
*http://www.voltairenet.org/article196289.html
*Kadima en marche Thierry Mayssan
*wikipedia

Alter Info l'Information Alternative

Pourquoi le populisme de Maсron excellera le populisme de Le Pen?

Comme on le sait, le 23 avril le représentant du mouvement "En Marche !" Emmanuel Macron est arrivé en tête au premier tour avec l’avantage de 3 % des voix. Le représentant du Front National Marine Le Pen a été en arrière.
politics
Pourquoi le populisme de Maсron excellera le populisme de Le Pen?
Les derniers sondages sociologiques en France, qui à la différence de ceux des États-Unis sont plus exacts, prédisent la victoire de Macron dans le second tour avec l'avantage plus que 20 % des voix.
Donc, avec quels résultats et quelles positions les candidats s’approchent au vote décisif le 7 mai ?
Certainement, les deux candidats à l’élection présidentielle peuvent être contents de leurs résultats du premier tour de l’élection. Le Pen a reçu presque 21 % des voix ce qu’est le record absolu de la parti politique, dont elle présente. C’est pourquoi madame Le Pen peut être tout à fait contente de cette situation. Son résultat est la réalisation de sa mission de minimum. Probablement, le but final de Le Pen n’est pas la victoire en 2017. Elle et ses collègues comprennent parfaitement que le président Marine Le Pen aurait l’opposition rigide avec l’Assemblée nationale. Dans ce cas il ne lui restera qu’une sortie – réaliser sa fonction présidentielle et dissoudre le parlement, d’après l’un des leaders du FN Gille Lebreton.
Marine Le Pen comprend parfaitement que telles actions plongera la France au chaos. En même temps, ayant permis Macron de décider les problèmes sérieux économique, ainsi que les problèmes de la politique intérieure et extérieure sur le poste présidentiel, Le Pen, avec plus de 30 % des voix reçu dans le second tour, se trouvera dans la position favorable. Ainsi elle pourra assurer la critique totale du pouvoir dans ces questions, où le dernier n'a pas réussi ou fait les erreurs sérieuses.
Il est évident que Macron ne réussit pas à résoudre la contradiction entre la France et l’UE au cours de 5 ans à venir. Il lui sera aussi difficile de décider la plupart des problèmes socio-économiques accumulés depuis 20 années au minimum, puisque la France présente le mécanisme d’inertie dans le domaine politique et économique. C’est pourquoi Le Pen aura une chance réelle gagner la présidentielle suivante, si elle ne fait pas quelques erreurs graves.
Quant à Macron, il est une personne physique avec sa biographie mais aussi présente encore une image collective du leader charismatique du pays. Il a l’expérience du travail publique et possède le charme personnel et une belle rhétorique ce qui est très important pour la France. Cependant l’élection présidentielle ne décident pas aucun problème sérieux de la France, mais il garantie la stabilité.
Donc, c’est les résultats et les positions avec lesquels deux candidats s’approchent aux élections législatives le 7 juillet.
Quant au dernier important événement devant les élections - le débat entre Marine Le Pen et Macron.
Le Pen a élu la tactique de l'attaque, en imputant des erreurs à Macron, qu’il n’a pas eu le temps de faire et accentuant l’attention au part d’ombre de sa vie. En comprenant la complexité de l’état économique de la France et ce que la plupart des Français ont les difficultés matérielles, Le Pen tentait d'attacher son vis-à-vis par tous les moyens aux cercles de business et élites financières et ainsi lui faire responsable pour la situation en France. En utilisant cet accueil simple, elle a réussi à faire une série d'erreurs, dont Macron a paré facilement. Cela démontre le niveau bas de la préparation de Le Pen pour le débat, et l’absence du component intellectuel du FN en général.
L’un des plus importants aspects du débat était la stratégie de la politique extérieure des candidats, où ils ont démontré encore une fois le fait incontestable - le candidat Macron et son équipe sont mieux, ils comprennent les problèmes de la politique internationale.
Quant à Le Pen, sa visite à Moscou et la rencontre avec Vladimir Poutine ont réduit considérablement le soutien de Le Pen du côté de la partie intellectuelle des Français. Cela est devenue son erreur importante. Poutine, il n’est pas maintenant la figure, qui a le soutien au niveau international, il est plutôt l’élément toxique. C’est pourquoi aucun politique sérieux avec les ambitions ne pense pas qu’il est possible de se rencontrer maintenant personnellement avec Poutine.
Macron dans l’intervention sur les questions de la politique étrangère a utilisé les formules évasives, en répétant les vérités bien connues et en laissant ainsi la possibilité pour l'élaboration de la doctrine de la politique extérieure au poste du Président. Au cours du dialogue avec Le Pen il a accentué l’attention sur ce qu’à la différence des ses adversaires, il ne va pas être dépendant de Poutine, et la France est la grande puissance, qui n’a pas besoin de "l’aide" du Kremlin (en faisant allusion au soutien de la candidate Le Pen par Moscou).

Le résultat du débat est devenu attendu - 64 % des téléspectateurs interrogés se sont exprimés au soutien du projet politique de Macron, et seulement 34 % - au profit de Le Pen.

En faisant le bilan, on peut constater que l’élection présidentielle en France le 7 mai ne présente pas l’intrigue spéciale, la question consiste seulement en proportion des voix, et après l’élection présidentielle il faut répondre à la question - quo vadis ?

Alter Info l'Information Alternative

Élections Françaises. « Pas ça ! ».

Élections Françaises. « Pas ça ! ».

Lors d'un meeting à Arras, ce 26 avril, Emmanuel Macron a réutilisé une procédure habituelle, fonctionnant comme une compulsion de répétition. Il a fermement condamné le Front National comme un parti incarnant la guerre, la vraie : celle de 14-18, et, dans un élan exalté, s'est emporté contre la perspective d'une venue au pouvoir de Marine Le Pen en s'écriant : « pas ça !, pas ça !, pas ça !».[[1]]   Cette opposition à l’image de la guerre, dont le Front National serait l’incarnation, contraste à sa volonté proclamée de s'engager dans la guerre actuelle, d’intervenir en Syrie, même sans mandat de l’ONU, en violation du droit international, pour renverser Bachar el Assad[[2]]Ainsi, Macron propose la guerre réelle comme programme électoral, afin de conjurer le danger de l'image de la guerre.

Un effet de sidération.

Ce double discours a un effet de pétrification, car la raison et les structures logiques, tel le principe de non-contradiction, y sont absentes. Le malaise est encore renforcé par les images données à voir. Elles montrent quelque chose d’obscène qui relève, à la fois, des mouvements hystériques du corps de l’orateur et de l’attitude sidérée des personnes que l’on a placé derrière, afin qu’elles soient au centre de l’image. L'effroi résulte de la « grimace du réel », de la vision de leur exaltation compulsive, orchestrée et mécanique. Ces personnes incarnent un message que le pouvoir nous adresse : « vous êtes cela ! », « vous n’êtes que cela !», faisant ainsi preuve d’un  savoir absolu en ce qui concerne l’être des citoyens. Alors, « l’obscène a à voir avec l’explicite absolu[[3]]  » qui est accompli aux seules fins d’être montré. La monstration devient capture du sujet.

Le  discours des médias est un paradiscours, « un faire voir » une exhibition pour obtenir l'abandon des populations à l'injonction surmoïque. Ici, ce n'est pas seulement la représentation qui est attaquée, mais la capacité même de penser. La conscience n'est pas modifiée, mais anéantie. C'est le processus même de la formation d'une conscience qui est démantelé, afin d'annuler le possible et de nous enfermer dans la sidération. Ainsi, l'obscène n'est plus ce qui « se représente, mais ce qui se présente absolument ».
La procédure délivre un nouveau réel, dont on peut décrypter l'enjeu grâce à une phrase de Jacques Lacan :  « Tu veux regarder ? Eh bien, vois donc ! Il donne quelque chose en pâture à l'oeil, mais il invite celui auquel le tableau est présenté à déposer là son regard comme on dépose les armes[[4]]  ».
Un « déjà-vu », un « déjà-su ».
Les résultats, plaçant Macron en tête du premier tour, ne sont pas une surprise. Ils étaient déjà donnés depuis longtemps par les sondages. Ils se sont réalisés au pourcentage près. La pré-science du pouvoir nous pétrifie. Ils nous détournent de la vision, afin de laisser la place au regard intérieur, à la remémoration d'un déjà su. Alors, le chemin qui mène au questionnement et à la parole est supprimé.
La sidération vient de la perte de la capacité d’être étonné. Elle se constitue en donnant toujours l’impression d'un « déjà-vu » ou d'un « déjà-su ». Elle résulte de l'action sur surmoi qui « est précisément cette instance qui, tendant à dépouiller l’homme de son aptitude à l’étonnement, le laisse déchoir dans le déjà connu »[[5]]
À travers leur passage en boucles, les images du 11 septembre fonctionnaient déjà comme une reconnaissance d'un déjà vu. Elles faisaient obstacle à la perception même des objets, selon un mécanisme déjà mis en évidence par le théoricien de la littérature Victor Chklovski qui a construit sa procédure de « défamiliarisation », en mettant l'accent sur une distinction entre vision et reconnaissance. La psychanalyse parlerait de différence entre l'oeil et le regard. Il avait indiqué que les objets régulièrement vus le sont par un dispositif de reconnaissance et que, de fait, ils ne sont pas entièrement perçus. Pour lui, afin de libérer la perception de l'automatisme, la vision doit être construite de manière à ce que « la perception s'arrête sur elle et arrive au maximum de sa force et de sa durée. »[[6]] Au contraire du « procédé de l'art » mis en avant par Chklovski, les images du 11/9 et le paradiscours construit par les médias sur les élections présidentielles, par leur répétition organisée, enferment la vision dans un automatisme, annulant toute  perception et ainsi toute possibilité de s'étonner, de saisir ce qui est nouveau.
L’oeuvre d’un surmoi archaïque.
 
L’injonction de voter Macron repose sur la diabolisation d’un parti politique, le Front National,  devenu pourtant semblable aux autres, depuis son aggiornamento de parti fasciste en organe du meilleur des mondes. Tout candidat, battu au premier tour, se doit impérativement de lancer un appel à voter, contre le FN et en faveur de Macron, c’est à dire contre le fascisme et pour la démocratie. Il s’agit là de la répétition d’un scénario bien connu. Cet impératif catégorique est l’oeuvre d’un surmoi archaïque qui apparaît en particulier quand l’individu est amené à s’énoncer ou à poser un choix. Il s’agit d’une injonction absolue, à laquelle il ne peut s’opposer. Ainsi, l’obscène consisterait à renvoyer au spectateur une image de son regard dans laquelle il ne peut que refuser de se reconnaître, mais dans laquelle il est contraint temporairement d’adhérer.
A quel surmoi a-t-on affaire dans l’injonction de voter Macron ? Il ne s’agit pas du surmoi d’ordre paternel, héritier de l’œdipe, et ce malgré l’insistance du commandement à se présenter comme un devoir, comme une conscience morale. Il ne s’agit là que d’un faux-semblant, car aucune alternative n’est posée. Alors, l’impossibilité de dire non au vote utile pour Macron n’est pas un véritable oui, étant l’impossibilité de contester ce qui est dit. Une nette majorité des électeurs, ayant l’intention de voter pour lui, déclarent le faire par défaut et non par adhésion. En fait, l’impératif de voter Macron, surtout en ce qui concerne le deuxième tour, n’entraîne généralement ni véritable oui, ni véritable non. Cela semble répondre à un fonctionnement de structure psychotique, dans laquelle aucune contestation ne peut faire face à la voix.
Prisonnier du regard.
La candidat Macron dit tout et son contraire[[7]]. C'est la structure même du langage qui est bouleversée. George Orwell a déjà décrit dans 1984, à travers la « novlangue », le dispositif de « double pensée » destiné à empêcher la représentation une chose. Cette procédure est nommée clivage par la psychanalyse. Elle interdit tout jugement et entraîne une indifférenciation des éléments de la réalité. Le pouvoir séparateur du langage est annihilé par le caractère englobant et d'indifférenciation de l'image. Le langage ne fait plus qu'attester de la vérité de l'image.
Il ne s'agit plus de modifier notre perception des faits afin d'obtenir notre adhésion, mais de nous enfermer dans le spectacle de la toute puissance du pouvoir. Cette procédure ne porte pas sur la capacité de percevoir et de représenter une chose. Elle est installation d'un surmoi ordonnant de jouir de ce qui est « donné à voir ». Elle est enfermement dans le regard, dans la pulsion scopique.
La psychanalyse distingue le regard de la vision. Si la vision est de l'ordre de la perception des objets de la réalité. L'objet-regard n'est pas soumis à l'observation du sujet, ce dernier est au contraire agit par l'objet pulsionnel. Le regard est appréhendé par Lacan comme l'objet propre de la pulsion scopique. Il est immatériel, en dehors de tout sensible. En tant qu'objet lié à la jouissance, insaisissable par la conscience, il est l'envers de celle-ci.[[8]]
L'affaire Macron à travers le déroulement d'élections présidentielles sans véritable affrontement, nous permet de réactiver le questionnement du psychanalyste Jean-Paul Hiltenbrand : « comment se fait-il et pour quelle raison le regard est venu progressivement à se substituer au politique ?[[9]] L'interrogation a aussi une perspective historique liant passé et avenir : « Si l'on sait avec la majorité des historiens, que le régime fasciste, nazi, s'est installé et maintenu au pouvoir grâce à la représentation imagée et la voix, à quel nouvel ordre de fer nous préparons nous sous le règne du regard ? »[[10]
Que nous prépare l'ère Macron ? L'omniprésence, de la pulsion invocante et de son objet la voix, a exercé, dans les régimes fasciste et nazi, un effet mobilisateur sur les populations en les transformant en troupeaux. Le règne actuel de la pulsion scopique a un effet demobilisateur, d'enfermement de l'individu dans son intériorité en le séparant des autres. Elle a un effet désintégrateur de tout rapport social ; Cette domination correspond ainsi à une société monadique dans laquelle l'individu n'a plus d'autre et devient son propre référent. Nous entrons dans un capitalisme pur, tel que Leibniz l'avait anticipé.
 
« Tu n’es que ça !».
Ce surmoi maternel primordial qui vient en amont du surmoi d’essence paternelle, issu du complexe d’œdipe et que Jacques Lacan qualifie « d’obscène et de féroce », commande du dedans. Il ne dit pas « sois ceci !, ne sois pas cela ! » ou « Fais ceci !, ne fais pas cela ! Le surmoi commande « jouis ! »[[11]] il ordonne de jouir  de la fusion avec le pouvoir et de la toute puissance de ce dernier. Cette toute puissance est à rechercher dans « la complétude de l’autre maternel primordial, avec lequel le Moi tend alors à se confondre dans un rapport illusoire d’aliénation foncière.»[[12]] Ainsi, il y a dans cette injonction surmoîque quelque chose comme un inceste par ordonnance.
Comme dans l’affaire Charlie, l’impératif absolu de la puissance surmoïque place le sujet dans une impossibilité radicale de dire non à l’injonction qui lui signifie : « ‘Tu n’es que ça !’, c’est à dire ‘rien d’autre que ça !’. [[13]] » L’impossibilité de contredire le dire surmoïque se donne comme un savoir absolu sur l’être du sujet. Comme nous le confirme le résultat des élections présidentielles ou la revendication « je suis Charlie », c'est dans cette mesure que le « sujet peut vouer sa vie à la jouissance mortifère d’incarner ‘l’être’ d’une telle déchéance. »[[14]]
Un acte de ré-engendrement.
L'impératif de voter Macron nous confirme que le surmoi a bien une double exigence, d’une part il commande la chute dans le rien, il enjoint à la déchéance, d’autre part, il commande « un acte de ré-engendrement. »[[15]] D’un côté, il opère une fusion avec la toute puissance du lobby Macron, de l’autre, il suscite une reconstruction de l’image de soi à travers la « lutte antifasciste ». Le mot d’ordre : « d’abord battre Le Pen, puis s’occuper de Macron », répond à cette double injonction, la fusion avec la toute puissance de l’Autre, puis l’expression d’une maîtrise de soi, celle « d’un ‘’dense et sûr Moi’’ renvoyant le sujet à la culpabilité et à la honte de ne pas être plus consistant »[[16]] . Cette inconsistance tient à l’image, celle d’une lutte contre un fascisme du passé, permettant d'accepter le meilleur des mondes présent, afin de « s’assurer d’une maîtrise de soi et de son image pour conjurer la dépendance à l’égard de l’Autre. »
L’acte de soumission à la double exigence du surmoi, à la fois l’impossibilité de s’opposer et  le renoncement volontaire à tout acte résistance comme choix d’un «fort et sûr Moi », a pour conséquence la « liquidité [[17]]» du sujet, son abandon aux exigences de la machine économico-politique. Il s’agit d’un acte de servitude volontaire à la structure perverse du double discours du pouvoir : il n’y a pas d’autre choix, mais celui-ci doit être fait volontairement !
 
 
 
 
 Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de L'emprise de l'image, Editions Yves Michel 2012
 
 
 
 
[[2]]url:#_ftnref2      « Et donc si je suis élu président de la République, je prendrai les dispositions en lien avec la coalition et, si possible sous mandat de l’ONU, mais même sans mandat de l’ONU, pour neutraliser ses capacités chimiques du régime de Bachar el-Assad » in Olivier Delemeulenaere, « Emmanuel Macron, candidat à la guerre en Syrie », Mondialisation.ca, le 27 avril 2017, http://www.mondialisation.ca/emmanuel-macron-candidat-a-la-guerre-en-syrie/5587521
[[3]]url:#_ftnref3      Nolo Rizka, « L’obscène publicité de nos jours », Araucaria de Chile, le 2 mai 2006, http://araucaria-de-chile.blogspot.be/search?q=l%27obscene+publicit%C3%A9+de+nos+jours
[[4]]url:#_ftnref4      Jacques Lacan, Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse, Livre XI, Seuil Essais Points, p. 113.
[[5]]url:#_ftnref5      Alain Didier Weill, « Les trois temps de la loi », Paris, Seuil, 1995, p. 26.
[[6]]url:#_ftnref6      Pour Chklovski, «  le procédé de l'art [...] consiste à obscurcir la forme, à augmenter la difficulté et la durée de la perception », ce qui a pour effet d'engendrer un sentiment d'étrangeté (« ostranénie »).  L'art comme procédé est nécessaire car "L'automatisation de la perception avale les objets, les habits, les meubles, la femme et la peur de la guerre". Ainsi, "les objets perçus plusieurs fois commencent à être perçus par une reconnaissance: l'objet se trouve devant nous, nous le savons mais nous ne le voyons plus". Le but de l'art est donc "de donner une sensation de l'objet comme vision et non pas une reconnaissance" In Théorie de la littérature, Textes des Formalistes russes (réunis, présentés et traduits par Tzvetan Todorov, Préface Roman Jakobson,) Paris, Seuil, "Tel Quel", 1965(1925), pp. 76, 83 et  84.
[[8]]url:#_ftnref8      Jacques Lacan, Op. Cit., p.97.
[[9]]url:#_ftnref9      Ibidem
[[10]]url:#_ftnref10     Jean-Paul Hiltenbrand, psychanalyste, « Editorial : Le Regard », Journal Français de Psychanalyse N°16, 2002.
[[11]]url:#_ftnref11     Nicole Bousseroux, « La surmoitié », Intervention au séminaire du Champ lacanien, Paris, 28 janvier 2010, https://www.yumpu.com/fr/document/view/17132815/nicole-bousseyroux-la-surmoitie- -
[[12]]url:#_ftnref12     B. Penot, « L’insistance du surmoi dans les écrits de J. Lacan, in « Surmoi II », Paris, édit. RFP, 1995,, p. 71.
[[13]]url:#_ftnref13     Alain Didier Weil, « Les trois temps de la loi, les trois surmois », Apertura, Congrès Surmoi, http://apertura.chez.com/Didier-Weill.htm
[[14]]url:#_ftnref14     Ibidem.
[[15]]url:#_ftnref15     Martine Coenen, « dansez sur, dansez surmoi », Le Bulletin Freudien n° 45, janvier 2005, p.4, http://www.association-freudienne.be/pdf/bulletins/42-BF45.10M._COENEN.pdf
[[16]]url:#_ftnref16     Ibidem.
[[17]]url:#_ftnref17     Jean-Claude Paye, « La fin du système des partis », Réseau Voltaire, le 20 avril 2017, http://www.voltairenet.org/auteur5218.html?lang=fr

Alter Info l'Information Alternative

Une présidentielle sans surprise, une soumission religieuse.

Une présidentielle sans surprise, une soumission religieuse.
Cette présidentielle a ceci de triste et d'étonnant qu'elle ne l'est pas. Le système poursuit sa domination comme s'il n'y avait aucune alternative et veille à ce que cette pensée soit dans tous les esprits. Il nous parle d'adhésion mais il n'en a nul besoin quand chacun est convaincu que c'est la seule voie possible. Nous avons aujourd'hui droit aux commentaires sur le débat joué d'avance Macron - Le Pen. Et l'on fait mine de s'étonner de l'attitude de Marine... Elle n'aurait pas parlé de son programme, elle n'aurait fait que des attaques plus ou moins fausses contre son adversaire Macron. Et de se gargariser de ses pourcentages de fausseté, en bon comptables obséquieux et auto satisfaits. Pathétique... Voilà que l'on oppose une femme, avec il est vrai des défauts, à un système qui perdure et œuvre depuis des décennies avec des légions de serviteurs soumis et zélés. Ils sont les rouages pléthoriques et redondants d'une machine destinée à détruire les civilisations européennes et à les fondre et les dissoudre dans le magma hideux de la mondialisation. Quand les peuples n'auront plus conscience d'eux-mêmes il ne restera qu'à les soumettre définitivement à un gouvernement mondial où l'élite imposera comme un dogme le culte du plus petit dénominateur commun. L'absence de but et l'illusion de la fange dans laquelle les hommes seront plongés comme seul idéal parachèvera le tableau. Les hommes sans but et semblants attendant la fin qu'on leur aura destinée. Et de taxer de mensonges et d'indignité cette femme presque seule et sans appui, qui devrait opposer à tout cela un programme complet et irréprochable qui apporterait en 5 ans des solutions définitives et miraculeuses aux toiles collantes et aux nœuds inextricables et auto-protecteurs d'un tel ouvrage... Et bien non, elle ne peut être au mieux qu'une impulsion, qu'un sursaut, une résistance minimale qu'il faudrait saisir malgré nos réticences avec l'espoir ténu de l'amplifier. Malheureusement il est à craindre qu'il soit bien trop tard déjà et que nous ayons déjà accepté notre tragique destin dans la soumission et à terme la mort programmée. Et chaque seconde passée, de rendre plus inéluctable la soumission au Dogme...

Alter Info l'Information Alternative

Macron, piège à cons

Macron, piège à cons
Macron, piège à cons
 
 

 
 
On ne peut pas voter pour Marine Le Pen pour des raisons évidentes, qu’il n’est pas utile de développer ici. Mais ceux qui pensent voter Macron avec la bonne conscience de s’opposer à un quelconque « fascisme » se trompent lourdement ! Ce ne sont pas les rêveries pseudo révolutionnaires qui font le fascisme, c’est la volonté de l’oligarchie financière de commander sans partage. Le représentant, aujourd’hui, sous nos yeux, de cette oligarchie financière s’appelle Emmanuel Macron.
 
Comment peut-on s’apercevoir qu’il est l’homme de l’oligarchie ? Simplement en ouvrant les yeux sur ceux qui le soutiennent. La presse, qui est gérée par l’oligarchie, et ses principaux éditorialistes, n’ont que des mots d’amour à son égard tout en listant soigneusement ses ralliements. Pis, ils s’offusquent de ce que certains, tels Jean-Luc Mélenchon, osent ne pas se soumettre.
 
Macron se voit entouré de tout ce que la politique anti populaire, depuis cinquante ans, a pu créer comme  dirigeants réactionnaires, c’est-à-dire toute la droite, toute la gauche, tout le centre ! On peut ajouter des « antifascistes »  bien connu comme Gattaz, président du Medef ou Laurence Parisot, qui en est l’ancienne présidente. Bonjour le progrès social !
 
Vous avez sans doute remarqué que notre petit banquier gère les ralliements sur le mode psychorigide : il n’envisage aucune négociation programmatique. Mieux, il nous a expliqué qu’il gouvernerait par ordonnances. Tous ceux qui s’apprêtent à voter pour lui en se réservant pour les élections législatives peuvent déjà commencer à pleurer.
 
Macron représente non seulement l’oligarchie en France mais aussi l’oligarchie mondialisée : il a été faire  allégeance à Berlin, à New-York, à Tel-Aviv, à l’Otan. Il a aussi déclaré qu’il interviendrait en Syrie, même sans mandat de l’ONU, tout en affirmant son hostilité à la Russie.
 
Évidemment, il s’enthousiasme pour l’Union Européenne, qui est précisément le syndicat de l’oligarchie, et il soutient la mondialisation, les deux mâchoires à broyer les intérêts populaires.
 
Les élections, organisées par la bourgeoisie, avaient pour but de nous demander de choisir un Président, mais sans nous permettre de choisir sa politique : on l’a clairement vu lorsque, pour se débarrasser de Sarkozy, François Hollande fut élu. On a vite compris qu’il a fait pire. Cette élection est une nouveauté, parce que le candidat explique clairement sa politique : « je vous écraserai… » La moindre des choses est de répondre : « sans moi ! »
 
DR
 
http://www.resistance-politique.fr/archives/3050
 

Alter Info l'Information Alternative

PRESIDENTIELLE FRANCAISE 2017 : LE VOTE DU 1er TOUR A-T-IL ÉTÉ TRUQUE (2) ? ‘LE RESULTAT QUI A ETE ANNONCE NE SERA PAS LE BON’ (DIXIT MELENCHON)

PRESIDENTIELLE FRANCAISE 2017 : LE VOTE DU 1er TOUR A-T-IL ÉTÉ TRUQUE (2) ? ‘LE RESULTAT QUI A ETE ANNONCE NE SERA PAS LE BON’ (DIXIT MELENCHON)
# LUCMICHEL. NET/
PRESIDENTIELLE FRANCAISE 2017 : LE VOTE DU 1er TOUR A-T-IL ÉTÉ TRUQUE (2) ? ‘LE RESULTAT QUI A ETE ANNONCE NE SERA PAS LE BON’ (DIXIT MELENCHON)
 
Luc MICHEL/En Bref/ 2017 04 25 (2)/
 
1ère partie :
PRESIDENTIELLE FRANCAISE 2017 :
LE VOTE DU 1er TOUR A-T-IL ÉTÉ TRUQUE (1) ?
FILLON ET LE ‘BIG DATA’ …
Sur https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel/photos/a.322051284595963.1073741828.321184994682592/1024998497634568/?type=3
 
Curieuse déclaration de Mélenchon, qui ne reconnaît pas sa défaite ce 23 avril vers 22h : "Le résultat qui a été annoncé ne sera pas le bon" !?
Déclaration qui disparaître rapidement de la plupart des sites des médias de l’OTAN.
 
23 AVRIL AU SOIR :
MELECHON AFFIRME SUR FACEBOOK QU'IL NE RECONNAIT PAS LES RESULTATS !
 
Pourtant elle interpelle car Melenchon laisse entendre que les résultats annoncés sont des résultats truqués ! Le candidat de la "France Insoumise" (sic), qui a connu un revers ce dimanche avec 19-20%, affirme en effet sur Facebook qu'il ne reconnait pas les résultats. Lors de son discours, il se montre particulièrement remonté dans certains de ses propos.
 
* Lire sur la DH :
Mélenchon ne reconnaît pas sa défaite: "Le résultat qui a été annoncé ne sera pas le bon"
sur http://www.dhnet.be/actu/monde/melenchon-ne-reconnait-pas-sa-defaite-le-resultat-qui-a-ete-annonce-ne-sera-pas-le-bon-58fcefdccd70e8051307fff8
 
Voici ses principales déclarations:
« En toute hypothèse, ce n’est pas le résultat qui a été annoncé qui sera le bon. Le ministère de l’Intérieur a attendu jusque minuit pour révéler les vrais résultats. Rien n’est si beau pour les média-cracs qu’un duo qui veut maintenir les institutions actuelles et compte s’en prendre aux acquis sociaux les plus élémentaires du pays. Je ne saurai dire ni faire davantage à cette heure. »
 
POURQUOI LA COLERE DE MELENCHON ?
 
Le hiérarque social-démocrate ne reviendra pas sur ses propos. Sans doute par absence de preuves solides, recevables en justice (tout le souci récurrent des contentieux électoraux, apporter la preuve de la fraude) … Mais il entrera avec ses amis dans une colère sombre, qui conduira ce ténor de l’antifascisme régimiste alimentaire (celui qui se nourrit de la présence du néofascisme et n’entend pas le détruire) à ne pas rejoindre la Front républicain et à ne pas appeler à voter contre Le Pen, avec une stratégie du « ni ni » qui va pourtant le couper d’une grande partie de sa base anti FN (et notamment du PCF le second pilier du Front de Gauche).
 
Ecoutons le Melenchon de 2002 et son appel clair à voter contre Jean-Marie Le Pen :
« Ne pas faire son devoir républicain en raison de la nausée que nous donne le moyen d'action, c'est prendre un risque collectif sans commune mesure avec l'inconvénient individuel », avait-il écrit dans Le Monde le 26 avril. Le 28 avril, lors d'un rassemblement, il avait expliqué qu'il « ne faut pas hésite.
 
Depuis ce 23 avril au soir et la déclaration de Jean-Luc Mélenchon, qui n'a pas appelé à voter contre Marine Le Pen en remettant ce choix « dans les mains des militants de son mouvement La France insoumise », certains soulignent qu'en 2002, lorsque Jean-Marie Le Pen s'était qualifié pour le second tour, celui qui était alors ministre délégué à l'enseignement professionnel avait été plus catégorique. L’homme (que je n’aime guère, bateleur politique au service de ce qu’il prétend condamner) a-t-il changé ? Evolué ?
Voici ce qu’il déclarait encore en février dernier sur le plateau de l'Emission politique sur France 2 : « Si nous laissons [Marine Le Pen] passer, ce sera la bagarre généralisée » sur le plateau de l'Emission politique sur France 2. Face à une ancienne restauratrice de Calais, ville touchée par la crise des migrants, et tentée par le vote FN, le candidat s'était montré clair : « Personne ne peut dire aujourd'hui "je vais fabriquer une frontière étanche", ce n'est pas vrai, ça ne peut déboucher que sur une brutalité [...] Ne lui donnez pas la possibilité de transformer notre pays en une bataille rangée [...] Protestez contre tous ces gens qui vont ont abandonné ! »
 
Non évidemment Melenchon n’a pas changé, mais c’est devenu un homme en colère, qui sait que les français ont été trompés. Fort sans doute des infos confidentielles que ne peut manquer de recevoir cet homme du sérail, ancien ministre social-démocrate …
 
LUC MICHEL / EN BREF
_____________________________
SUIVEZ AUSSI LUC MICHEL SUR TWITTER !
* Luc MICHEL PCN
@LucMichelPCN
* Allez vous abonner !
https://twitter.com/LucMichelPCN
 

Alter Info l'Information Alternative

APPEL CONJOINT « POUR UN MOUVEMENT ABSTENTIONNISTE POLITIQUE »

APPEL CONJOINT « POUR UN MOUVEMENT ABSTENTIONNISTE POLITIQUE »

UNION + RÉFLEXION + ORGANISATION = ACTIONS COLLECTIVES HORS INSTITUTIONS

Pour que le mouvement abstentionniste qui semble vouloir se lancer pour le second tour de l’élection du Clown d’Or 2017 dans la république obsolète française, ne soit pas un mouvement de ras le bol, mais un mouvement politique, débouchant potentiellement sur l’union des associations libres.
https://resistance71.wordpress.com/2017/04/25/pour-un-mouvement-abstentionniste-politique/
Je m’associe à Résistance71 en vous proposant des lectures que nous estimons utiles pour affuter notre réflexion et dans le même temps  nous organiser en associations libres et volontaires, car pour nous l’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur Terre.

« La seule véritable peur qui puisse affecter l’autorité officielle, n’est pas celle générée par les gens qui vont lui résister, mais celle par ceux qui vont l’ignorer. » 
~ George Bernard Shaw ~

Ignorer le Système ► Créer les bases solidaires de la Société des sociétés organique ► Réfléchir et agir en une praxis commune ► Adapter l’ANCIEN au NEUF
Voilà pourquoi, il me parait nécessaire de lire et étudier ces textes politiques fondateurs car il n’y a aucune solution au sein du système, et le maintenir en vie, le nourrir par la votation notamment ne sert et ne change rien, pour nous les peuples. Sinon à continuer à vivre sous l’oppression, la coercition, et la menace de la guerre perpétuelle y compris thermonucléaire. Et pour nous permettre de nous émanciper, d’échapper au paradigme mortifère induit par une mini-élite dont l’hégémonie culturelle n’a que trop duré. Le salut sociétaire de l’humanité réside dans la libération du dogme suprématiste parasite et criminel pour enfin vivre égaux, libres et heureux.


Histoire de la mère Peinarde !  Inclus : de l’abstention à l’abstention politique par R71
« Petit précis sur la société, l’État, la désobéissance civile et la commune volontaire autogérée ; solutions au marasme systémique actuel » et ce texte est toujours d’une grande actualité aujourd’hui parce que rien n’a vraiment été fait pour mettre en place de véritables solutions à la fange oligarchique impérialiste étatique qui continue à piller et génocider le monde en long, en large et en travers. Petit précis sur la Société et l’État (compilation & analyse R71) version PDF de 36 pages par JBL.
Appel au socialisme : pour la société des sociétés – Gustav Landauer – 1911 par R71, version PDF de 53 pages par JBL.
La 6ème déclaration Zapatiste de la forêt de Lacandon, 2005 par R71, version PDF de 18 pages par JBL.
Erich Müsham ; « La liberté de chacun pour la liberté de tous » relayé par R71 source Revue Ballast ; version PDF de 23 pages par JBL.
La Morale Anarchiste par Pierre Kropotkine publié en 03/2017 par R71  ; Version PDF de 24 pages par JBL.
LES AMIS DU PEUPLE DE LA VÉRITABLE RÉVOLUTION : Marat, Varlet, Roux, Kropotkine et la France des sections communales, textes choisis par R71, version PDF de 31 pages par JBL.
Pauvre France en lien dans mon billet d’hier ► Hier, comme aujourd’hui ;


Pour retrouver toutes les versions PDF de Meurtre Par Décret, aux derniers du Pr. Sutton sur ce blog ► LES PDF DE JBL1960.


Je me permets de rajouter le Discours de la servitude volontaire d’Étienne de la Boétie que j’ai très souvent rappelé pour appuyer mon propos,  comme en lien dans ce billet du 28/12/2015 intitulé  ¡YA BASTA!

« Soyez résolus de ne servir plus et vous serez libres ! »

Et pourtant ce tyran, seul, il n’est pas besoin de le combattre, ni même de s’en défendre ; Il est défait de lui-même, pourvu que le pays ne consente point à la servitude. Il ne s’agit pas de lui rien arracher, mais seulement de ne lui rien donner » Extrait du Discours de la servitude volontaire de Étienne de la Boétie ► http://www.singulier.eu/textes/reference/texte/pdf/servitude.pdf
« Les chaînes de l’esclavage » de Jean-Paul Marat, que R71 a rappelé, par extraits choisis, et que j’ai analysée comme dans ce billet de blog ► Les Princes contre les Peuples. https://www.fichier-pdf.fr/2016/02/03/les-chaines-de-l-esclavage-j-p-marat-1774/
Et j’en termine en vous conseillant la lecture de l’article d’avril 1998 du site Mai68.org qui précisait ce que beaucoup redécouvre aujourd’hui et que j’avais déjà rappelé dans mon billet du 17/04 dernier ► La vie c’est comme une boite de chocolats !

Le suffrage universel, charme discret de la démocratie bourgeoise :

« Le suffrage universel ne me fait pas peur, les gens voteront comme on leur dira » disait le royaliste Alexis de Tocqueville.

Source de l’article : http://lacarmagnole.free.fr/tracts/Suffrageuniversel/LESUFFRAGEUNIVERSEL.htm

Fait en commun le 4 avril 98 par le comité :  » Votez dur, votez mou, mais votez dans le trou ! « 

et par le comité :  » Aux armes, citoyens ! « 

Parce qu’on dirait bien une phrase prononcée hier par un certain Macron pucé par Rothschild mais cela vaut pour tous dans ce système là.

Alors qu’il nous suffirait de leur dire NON, pour que le bouzin s’arrête…

Et si on essayait pour changer ?

Parce que de l’autre côté du portillon ; C’est l’émancipation !

Reste juste à vaincre l’inertie de départ…

JBL1960

source de l’image ► https://fr.pinterest.com/


Alter Info l'Information Alternative

PRESIDENTIELLE FRANCAISE 2017 : LE VOTE DU 1er TOUR A-T-IL ÉTÉ TRUQUE (1) ? FILLON ET LE ‘BIG DATA’ …

PRESIDENTIELLE FRANCAISE 2017 : LE VOTE DU 1er TOUR A-T-IL ÉTÉ TRUQUE (1) ? FILLON ET LE ‘BIG DATA’ …
# LUCMICHEL. NET/ PRESIDENTIELLE FRANCAISE 2017 : LE VOTE DU 1er TOUR A-T-IL ÉTÉ TRUQUE (1) ? FILLON ET LE ‘BIG DATA’ …
 
Luc MICHEL/En Bref/ 2017 04 25 (1)/
 
Il y a la manipulation avant le vote (spindoctors, scénarios imposés, sondages orientés).
Et il y a les manipulations du vote (dont le bourrage d’urnes, spécialité française et spécialité du PS au pouvoir avec Hollande, révélée dans de nombreux livres et dont j’ai souvent parlé). Il y a dans ce premier tour de la Présidentielle française 2017 tellement d’incohérences, évacuées trop facilement par des analystes aux ordres. L’une d’elle est la victoire trop évidente du scénario privilégié du Système français (le duel Macron-Le Pen au second tour). Une autre est l’inadéquation entre résultat du vote et sociologie électorale : c’est la Droite républicaine qui domine sociologiquement la France de 2017 (et ni le Centrisme à la Macron-Bayrou ni le néofascisme). 
 
C’est ce que développe l’article de La Tribune …
Quelle crédibilité ? Vigiglobe a correctement identifié les dynamiques portant à l'élection de Donald Trump aux Etats-Unis, à la victoire du Brexit au Royaume-Uni, de François Fillon à la primaire de la droite, et de Benoît Hamon à celle de la gauche …
Et conduit, avec d’autres signaux d’alarme (l’attitude de Mélenchon  par exemple) à s’interroger sur la sincérité du résultat annoncé le 23 avril à 20h 8
 
* Lire sur LA TRIBUNE :
Présidentielle 2017 : le big data donne Fillon au second tour, pas les sondages. 
Qui aura raison ?
http://www.latribune.fr/economie/presidentielle-2017/presidentielle-2017-le-big-data-donne-fillon-au-second-tour-pas-les-sondages-qui-aura-raison-693731.html  
 
* Et lire l'interview exclusive de Leendert de Voogd. Présidentielle : 
"Pourquoi Fillon pourrait se qualifier au second tour et pas Le Pen"
http://www.latribune.fr/economie/presidentielle-2017/presidentielle-2017-fillon-pourrait-se-qualifier-au-second-tour-et-pas-le-pen-691695.html
 
LUC MICHEL / EN BREF
_____________________________ 
SUIVEZ AUSSI LUC MICHEL SUR TWITTER !
* Luc MICHEL PCN
@LucMichelPCN
* Allez vous abonner !
https://twitter.com/LucMichelPCN
 

Alter Info l'Information Alternative

Et Vlan! Pour 5 Ans!

Et Vlan! Pour 5 Ans!
Ce second tour propose deux versions du capitalisme, deux patchworks différents, mais deux logiciels somme toute similaires.
Je comprends que ça sera compliqué de manifester contre le capitalisme de l’un, pour laisser la place au capitalisme de l’autre. Aucun des deux n'est concerné par l'écologie, ne reversera ses richesses aux habitants, aucun des deux ne remettra en cause la dette ou les écarts de fortunes ou ne revalorisera l’emploi et ne l’inscrira dans aucun effort commun: Nous serons toujours en compétition les uns contres les autres; où nous n’hésiterons pas à traiter le chômeur de profiteur jusqu’à que nous le devenions et que nos belles certitudes basculent. Fiers, car nous y voyons du mérite à être un « honnête travailleur » et pensons que nous créons des richesses qui font prospérer notre petit monde... Et puis, marde! dégouté, j'suis allé me coucher en ce 23 avril, jour de la saint Georges, ma fête; ahah!

Une réflexion au saut du lit en ce 24 avril en re-constatant les résultats du premier tour : Le citoyen serait censé avoir une croyance absolu dans le vote, comme si rien ne pouvais être piraté, comme si il était impossible qu’il soit contrôlé.
Je me souviens subrepticement que les instituts de sondage sont propriétés de puissances économiques:
- Opinion-Way = accointances de l'institut avec le pouvoir = son président, Hugues Cazenave en 86 au cabinet de Gérard Longuet, un ancien de l'extrême droite.
- SOFRES a pour actionnaire le fond d’investissement américain Fidelity.
- CSA est contrôlé par le milliardaire Vincent Bolloré également propriétaire du Groupe Havas, d’une télé, de plusieurs quotidiens gratuits.
- IPSOS est contrôlé par ses deux fondateurs après avoir attiré des riches financiers comme le milliardaire Pinault ou Fidelity.
- BVA a pour actionnaires le fond d’investissement Rothschild et le milliardaire Vincent Bolloré
- IFOP a pour propriétaire Laurence Parisot, ex-présidente du MEDEF
Je me souviens aussi que les médias télé, papier, radio à + de 80% sont la propriété de 9 milliardaires que nous retrouvons dans les instituts de sondages.
Enfin, en sirotant mon café con letché, je me souviens que l’information à la moindre recherche sur Google est accaparée par des groupes d'ultra-riches, dont les milliardaires déjà sus nommés et ainsi, ces "informations" sont recrachées en des vérités subjectives-partialisées, manipulées allant dans un seul sens.
Le leur, le leurre.
En réfléchissant à cela, je me dis que c’est surement une manière de rendre la réalité moins cruel : en vérité, nous sommes des lobotomisés sans cervelle, ce qui en soit est une gageure (éliminer le vide), car, de génération en génération, les puissances occultes de l'argent ont toujours données le LA du glas. Fiers, sommes nous de vivre dans un "pays développé", une 6ème puissance mondiale, une économie mondialisée... Mais du capitalisme galopant nous ne captons QUE des miettes microscopiques, alors que le plat principal nous échappe. ; Nous sommes le maillon interchangeable, l'ajustement d'une variable, qu’une paire de bras corvéable et à terme remplaçable par une paire de bras d’un pays plus "capitalist friendly" terre d'accueil des entrepreneurs et autres faiseurs de miracles voyageant jets priver-jet set - 6 à 0.
En fait, "Ils", les prédateurs infiniment minoritaires, ne sont que le reflet de nos esprits dégénérés, de nos esprits n'ayant pas avancés depuis l'ère glaciaire. Ce système orchestré crée l’opinion et l'opinion c'est le pognon; car l’essentiel pour eux étant la conservation du pouvoir et des privilèges hérités de pleins droits; et NOUS? Bein, nous n’avons pas su résister, nous-nous sommes avachis devant le veau d'or, et il dort bien fort!
Nous avons accepté de les regarder prononcer des discours vides de sens sur tous les médias possibles et souscris à l’idée que possiblement ils pourraient représenter NOTRE opinion sur ce qu’est l’avenir du pays, en leur donnant NOTRE consentement et appuies enthousiastes pour un petit mec fabriqué; un Macron de la macronnade généralisée. Ainsi, "ils" ont le contrôle total, et le pays est en coupe réglée, seulement départagé par deux comparses pré-décidés, adoubés
De fait Macron nous correspond bien : Nous avons besoin d’un maître, nous sommes le dominé fier de sa position, pensant qu’il est le meilleur compromis possible, l'homme "anti système", le "renouveau", voir même qu’il représente l’avenir radieux, cependant irradié (mais on fera avec).
De fait, Le Pen nous correspond bien : Nous pensons que le voisin est un soumis, un dominé, mais que Vous, vous avez tout compris. Nous serions donc l’esprit Français par excellence, ce petit village gaulois qui résiste si vaillamment en gueulant des "on est chez nous!" haineux

Vous me direz... Que penser à tout ce ratafia dès potron minet c'est un coup à attraper des coliques politiques frénétiques, mais juste à l'idée mon Johnny, de me dire que la loi el khomri à de beaux jours à venir, que les accords CETA & TAFTA n'aurons plus de bâton en travers de la gorge et...
Ils t´ont pelé comme un mouton
Avec un ciseau à surtaxe
Progressivement contumax
Tu bêles à tout va la chanson
Et tu n´achètes plus que du vent
Encore que la nuit venue
Y a ta cavale dans la rue
Qui hennit en te klaxonnant

Merci Léo, pour ce "pas sage" de ta cantique "le chien": Les temps meilleurs sont de sortie, je suis un homme vivant chez les "benoitements" et qui klaxonne bien tristement de ma guimbarde vermoulue garée en double file en une rue de noyés; Oui! Les noyés en deuxième tour.
Abstenez vous!

Georges Zeter/avril 2017

Alter Info l'Information Alternative

Les élections en France: Macron ( Le grand capital) ou Fillon ( l’Eglise et le choc des civilisations)

«Si je suis mis en examen je ne me présenterai pas...Peut-on concevoir le général de Gaulle mis en examen?» Propos de François Fillon avant la primaire des Républicains. «On ne choisit pas entre la peste et le choléra.» Phrase attribuée à Jacques Duclos premier secrétaire du PCF
Les élections en France: Macron  ( Le grand capital) ou  Fillon ( l'Eglise et le choc des civilisations)


Ces deux citations mises côte à côte montrent toute l'horreur de la comédie humaine du mensonge, qui fait que les gens sont prêts à tout pour arriver à leur but. Peu importe si les promesses pleuvent et sont plus impossibles les unes que les autres. Cela me rappelle un polar intitulé Votez Bérurier de l'écrivain Fréderic Dard alias San Antonio. L'inspecteur Bérurier, une brute épaisse, attachante, s'est mis en tête lors d'une enquête de gagner des élections, flanqué de l'adjoint Morbleut. Les promesses loufoques qui vont dans tous les sens ont permis à Béru de gagner les élections. Naturellement, il abdiquera en faveur de son adjoint et il recommande aux édiles de la commune de lui faire voter les lois quand il est à jeûn...

C'est globalement le contenu des programmes des petits candidats qui vont de Nicolas Dupont Aignan, Droite souverainiste en rupture de l’ex RPR puis UMP,, Philippe Poutou, héritier du NPA avec une faconde qui fait mouche amis qui ne peut constituer un programme de gouvernement . La Trotskyste pure et dure professeur d'économie Nathalie Arthaud qui en veut aux riches mais pas à l’Europe et qui propose aux prolétaires de tous les pays de s’unir , allant jusqu’à ouvrir les portes à tous les damnés de la Terre qui veulent s’installer en France A l’autre bout de la revendication pour un monde plus juste, aussi contre le grand capital deux intellectuels hauts fonctionnaires Jacques Cheminade et à François Asselineau. Ils ont tous dénoncé les puissances de l'argent qui ruinent les petits en les faisant travailler pour des salaires de misère. C'est une internationale généreuse, mais qui est sur le déclin.


Jean-Luc Mélenchon, une belle utopie sans avenir

Dans le même ordre des utopies celle de Jean-Luc Melenchon un peu sur le modèle de Syriza grec rentré dans le rang ou de Podemos qui a littéralement disparu au profit de la droite de Mariano Rajoy. Il est vrai que le programme est beaucoup plus articulé. Encore que les cadeaux chiffrés à 175 milliards d'euros doivent provenir de quelque part, ce qui n'est pas clair. Depuis trois semaines, Jean-Luc Mélenchon fait une poussée incroyable sur les réseaux sociaux. Cependant, là où Jean-Luc Melenchon est novateur c'est quand il propose une alternative d'une France apaisée qui ne fait pas la guerre à ses citoyens musulmans. S'inscrivant en faux contre le discours de Marine Le Pen et sa haine de l'islam, son programme a été édité au Seuil sous le titre L'Avenir en commun. Il comporte plusieurs axes: la VIe République, le partage des richesses, la planification écologique, la sortie des traités de l'Union européenne, le maintien de la paix et de l'indépendance de la France. Mélenchon accorde également beaucoup d'importance aux thématiques du «progrès humain» et technologique, de la culture et du numérique. Il est crédit » de 18 à19 % selon les sondages. Selon toute vraisemblance il ne passera pas le premier tour.


Benoît Hamon l'évanescent

Ancien ministre de Hollande, il démissionne comme «frondeur» car la politique de Hollande avait littéralement pris le large avec les 110 promesses notamment celle où il déclarait « mon seul adversaire c’est la Finance » . Résultat des courses un quinquennat désastreux, un parti en miette . Benoit Hamon a essayé lors d’une primaire de ressouder les invariants mis à mal par son concurrent Manuel Valls . Il gagne la primaire contre Valls, mais c’est une victoire à la Pyrrhus. Valls reniant ses promesses de compagne de respecter et de suivre le vainqueur va proposer ses services à Macron. Benoit Hamon fut de plus abandonné car beaucoup de socialistes lui ont préféré Macron. De plus sur sa gauche Jean Luc Melenchon qui a fait une campagne exceptionnelle lui a siphonné une grande partie de ses sympathisants et les tentatives de coordination entre les deux ayant échoué. Benoit Hamon continue courageusement sa compagne sachant qu’il n’a aucune chance Avec son revenu universel, il s'est distingué pendant la primaire. Benoît Hamon prône par ailleurs la légalisation du cannabis et le passage à la VIème République. Il peine à relancer la dynamique qu'il avait enclenchée. Il est crédité de 8 à 9 %

Marine Le Pen: le fonds de commerce du père en héritage

Pendant plusieurs mois, Marine le Pen a voulu se donner une légitimité, elle a raboté tout ce qui était clivant. Elle s'est essayée, en vain, à l'économie en faisant de l'Europe de Bruxelles son bouc émissaire. Elle qui veut faire un référendum de la sortie de l'Euro. Même les prix Nobel ont enfoncé la Jeanne d'Arc. Le programme antieuropéen de Marine Le Pen a été dénoncé par 25 Nobel d'économie. Dans une tribune au Monde, des lauréats du célèbre prix, dont Joseph Stiglitz et Jean Tirole, se prononcent en faveur de l'Europe. Nous lisons: «Les politiques isolationnistes et protectionnistes et les dévaluations compétitives, toutes menées au détriment des autres pays, sont de dangereux moyens d'essayer de générer de la croissance. Elles entraînent des mesures de représailles et des guerres commerciales. Au final, elles se révéleront préjudiciables à la France ainsi qu'à ses partenaires commerciaux. Quand ils sont bien intégrés au marché du travail, les migrants peuvent être une opportunité économique pour le pays d'accueil. Plusieurs des pays les plus prospères au monde ont su accueillir et intégrer les émigrés.» (1)

Le discours de la candidate est tout entier tourné vers la désignation d'ennemis: les technocrates de Bruxelles, l'islamisme radical, les migrants... Marine Le Pen entend lutter contre «la crainte de ne plus être tout à fait chez nous en France». «Je déciderai d'un moratoire sur toute l'immigration légale pour arrêter ce délire, «Je suis la candidate de la protection, et la protection nécessite des règles», «des frontières», poursuit-elle. «Moi présidente, ma première mesure sera de remettre des frontières», lance-t-elle, reprenant la célèbre anaphore de François Hollande en 2012. Elle fustige «l'immigration massive, un drame pour la France». L'immigration contre laquelle «Fillon et Macron, les candidats qui acceptent la mondialisation», ne font rien, selon elle. Elle égrène ses principales mesures: expulsion des étrangers fichés «S», restriction de l'accès à la nationalité, préférence nationale pour l'emploi et les logements sociaux... Elle évoque les attentats et fustige «l'islamisme, terreau du terrorisme». Marine Le Pen choisit de ne pas insister sur la sortie de l'euro, une mesure qui effraie une partie des électeurs. Le programme contient des considérations assez vagues. Par contre, elle tient à mettre en oeuvre la priorité nationale Comme l'a révélé la députée européenne dans un entretien au Monde, jeudi 3 février, une grande réforme constitutionnelle, qui sera soumise à un référendum après les élections législatives de juin, doit permettre d'entériner la «priorité nationale». Tout nouveau contrat de salarié étranger sera de plus taxé, et une contribution de 3% sur les produits importés sera créée. Certains marqueurs historiques du parti d'extrême droite ont de leur côté disparu. Aucune mention du rétablissement de la peine de mort n'est faite. (2)

Marine Le Pen la mal-aimée et l'électorat juif

A tort ou à raison, le Crif - qui se veut le détenteur de la conscience citoyenne des Français de culture ou de religion juive - ne veut pas délivrer à Marine Le Pen une attestation de soumission tant réclamée. L'article suivant témoigne: «Marine Le Pen drague l'électorat juif, se dit «vexée» de ne pas pouvoir se rendre en Israël et égratigne à nouveau Jean-Marie Le Pen.» Nous lisons cette contribution: «Ce jeudi, le magazine israélien Makor Rishon a publié une interview de Marine Le Pen largement relayée par d'autres médias israéliens. Marine Le Pen y déclare que si elle est élue, elle sera «le plus grand défenseur de la communauté juive de France». Interrogée au sujet de l'antisémitisme, elle en profite pour égratigner une fois de plus son père Jean-Marie Le Pen, comme s'il s'agissait d'un gage de sa bonne volonté. «J'ai toujours été très claire à ce propos, tout le monde sait que nous sommes en rupture avec mon père sur ce sujet, même si cela me peine, car il s'agit de mon père.» Avant d'ajouter: «Vous pourrez toujours condamner des politiciens qui ont quelqu'un autour d'eux qui est suspecté d'être antisémite. Il y a des antisémites, y compris dans l'entourage de François Fillon, Emmanuel Macron, Mitterrand, et même De Gaulle.» (3)

«Marine Le Pen se dit «étonnée» d'être mal considérée par les institutions juives de France.» Pourtant, ils savent que je suis le meilleur bouclier pour les Juifs de France contre l'islam radical», «je suis l'arme la plus fiable pour les défendre». Par ailleurs, Marine Le Pen se dit «vexée» par Israël qui «ne veut pas de relations avec nous», confirmant qu'elle, par contre, souhaite que le Front national entretienne des relations avec Israël. «Israël aussi se défend et protège sa souveraineté nationale, comme je veux le faire pour la France, alors pourquoi cette attitude à mon égard?» Concernant un éventuel transfert de l'ambassade française à Jérusalem, «Israël est un Etat souverain et a le droit de fixer sa capitale où il veut. Ce n'est pas à nous Français de décider quelle sera la capitale de l'Etat d'Israël.»Marine Le Pen a également indiqué qu'elle était fermement opposée au mouvement BDS de boycott des produits israéliens, souvent issus des territoires occupés en Cisjordanie, condamnant le soutien du Parlement européen à cette organisation.» (3)

Rien n'y fait! Cela n'empêchera pas Marine Le Pen de continuer à prêter allégeance. Le Crif ayant choisi le vainqueur pas simplement en termes de soutien (l'électorat juif, malgré l'inexistence dit-on de statistiques ethniques ou religieuses- ne représenterait que moins d'un demi-million de voix) le poids est ailleurs, il est dans les médias et la finance.

Un Ovni nommé Macron

Il y a encore un an Emmanuel Macron était un inconnu en politique. Sans parti, sans troupes, avec sa seule détermination, mais avec trois alliés de poids, d'abord des économistes iconoclastes à l'image du fameux Thomas Piketty, mais aussi une finance discrète pour mettre en oeuvre une machine à idées qui avait besoin de carburant pour rendre digestible les idées du grand capital.

La réussite probable de Macron signe en fait la faillite des partis traditionnelles staliniens hiérarchisés sentant la naphtaline pour qui tout passe par l’organique. Voilà un jeune sans structures qui déstabilise la Droite et la Gauche par son alignement qui lui permet de chasser sur toutes les terres au point même de séduire le centre avec François Bayrou. Ses idées bien enveloppées sont à la fois de droite – il n’est que de de voir comment le Medef l’a bien accueilli- mais aussi de Gauche notamment avec ses déclarations sur la solidarité jusqu'au remboursement de lunette !! Bref il plait car il est sans complexe il ne se surveille pas ! Cependant il ne faut pas se faire d’illusion, il a l’imprimatur du grand capital qui lui permet d’avoir une visibilité positive dans les médias qui nous martèlent l’inéluctabilité de sa réussite .
L’argent étant le nef de la guerre Tout le monde s’y met même la Banque Rotchild qui a eu à l’employer , comme le montre le texte discret suivant «Chers amis, un cocktail dînatoire de levée de fonds est organisé pour Emmanuel Macron le 27 septembre à 20 heures à. A cette occasion, Emmanuel vous fera part de sa vision et de ses propositions, cela sera aussi l'occasion de discuter avec lui de façon informelle.» Ce texto envoyé il y a quelques mois par la direction de la banque Rothschild donne une idée de l'identité des «bienfaiteurs» du mouvement En Marche!». (4)

La deuxième chose qu’ a faite Macron fut l'adoubement. Il y a un an Roger Cukierman, Président du Crif, invite les Amis du Crif à une rencontre «exceptionnelle» avec Emmanuel Macron, ministre de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique. Cette rencontre eut lieu le mardi 12 avril 2016 de 19h30 à 21h30 à l'hôtel Intercontinental. Emmanuel Macron, que l'on sait proche de Jacques Attali, a été banquier auprès de Rothschild & Cie. Dernièrement il a assité en février au diner du Crif , nul doute que des engagements ont été pris par le candidat désigné à la magistrature suprême

Le programme de Macron plaît aussi bien à la gauche qu'à la droite. Il est lisse, intelligent pas clivant, il trouve les mots pour rassurer tout le monde et même sa «sortie» sur l'invasion coloniale est passée. Ce qui lui a valu de capitaliser du côté de l'Algérie où il a été accueilli comme un chef d'Etat et selon vraisemblance auprès des Français d'origine algérienne séduits par le discours franc sans circonvolution et nouveau de dirigeants potentiels de la France.


Fillon le candidat mis en examen et son islamophobie maladive

Dès le départ et sa victoire à la hussarde sur Juppé, la question s'est posée, comment il a fait pour rattraper son retard et doubler Juppé donné gagnant depuis plusieurs mois. C'était avant les affaires. Bref rappel de l'affaire d'après l'hebdomadaire Le Canard Enchaîné Penelope Fillon, soupçonnée d'emplois fictifs, a touché au total plus de 900.000 euros bruts comme collaboratrice de son mari François de 1988 à 1990. Penelope Fillon a aussi perçu quelque 100.000 euros brut pour un emploi au sein de «La Revue des deux mondes. Deux de ses enfants embauchés comme «assistants» parlementaires en tant qu'étudiants.

Cette affaire est un concentré de mensonges, de fausses déclarations de quelqu'un à qui on donnerait le Bon Dieu sans confession. Les électeurs qui ont voté pour Fillon dans la primaire ont été dupés mais il ne faut jamais oublier le fond rocheux putride et croisé de Fillon. Si chacun est libre de pratiquer telle ou telle religion, même dans une République laïque censée être équidistante des religions. Ils ont voté pour un autre homme, un homme qu'ils croyaient probe et intègre. Il ne l'est pas. C'est tellement loin de ses valeurs. On comprend l'écœurement de Mélenchon qui, lui, prévoit une veste cousue main de la part des électeurs allusion aux costumes à 14.000 euros et aux vêtements offerts à 45.000 euros.

La cupidité de cet homme, la découverte de sa vraie personnalité avant l'élection présidentielle est une chance. Plus grave encore, Fillon a écrit un ouvrage où il étrille l'islam. Le combat insidieux du croisé Fillon qui assume une islamophobie avec un esprit de croisé a eu les faveurs des intégristes type Saint-Nicolas du Chardonnet reconverti d'une certaine façon dans le mouvement Sens Commun qui lui a permis de battre Ali Juppé. «Sens commun fait partie des hommes et des femmes qui sont fiers de leur pays, attachés à leurs traditions, pour lesquels j'ai beaucoup de respect» a affirmé Fillon au micro de Radio J. Qui sont-ils?

Dans un document publié sur Internet et appelé «Socle», on retrouve la liste des principales propositions dans de nombreux domaines: interdiction de la PMA, suppression du droit du sol, durcissement de l'accès à la nationalité française ou encore suppression de l'ISF. Ils sont sur l'aile droite des Républicains, Les positions qu'ils défendent - libéralisme économique, affirmation de l'Etat régalien, valorisation de la Nation - d'autres à droite les ont défendues avant eux. Leur force, c'est d'être apparu comme un pilier de la recomposition de cette famille politique».«Si les affaires de François Fillon ont suscité de nombreuses réticences au sein des Républicains en février, Sens commun n'a jamais failli dans son soutien au candidat. Au contraire, au plus fort de la contestation, Christophe Billan a promis sur CNews de mobiliser «l'ensemble de son réseau» pour faire du meeting du 5 mars de François Fillon au Trocadéro une «démonstration de force». grâce à Sens commun» (5).

Pour résumer la proximité de toute cette mouvance à la fois souverainiste, intégriste, islamophobe, éthniciste, on apprend que: François Fillon a intégré dans son équipe Dominique Calmels un prêtre mormon et, qui plus est, chargé de la communication au sein de l'Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours! Toujours plus loin, aujourd'hui même, François Fillon claquait la bise à la sortie de la messe à Saint-Nicolas du Chardonnet! principal lieu de culte également qualifié d'«intégriste» - ainsi que, dans une certaine mesure, de la frange catholique de l'extrême droite française. Pour information, Marine Le Pen y a fait baptiser ses trois enfants. Donc, en résumé, un proche collaborateur, condamné des religieux relevant de «chapelles» un peu border-line pour une campagne dans un pays revendiquant la laïcité, des proches ex-villieristes, ex-GUD, ex-FN... et après on nous dit que ne pas voter Fillon est «la porte ouverte au FN», excusez-moi, mais voter Fillon, c'est quand même déjà en fréquenter l'antichambre!». (6)

L’attaque des champs Elysées du pain béni pour Fillon

Une analyse fine a été faite par le Nouvel Observateur qui explique comment le candidat Fillon a surfé sur les peurs au point d’en rajouter . Lisons : « Mettre en suspens la campagne, afficher une stature d’homme d’Etat, souligner son expérience de chef de gouvernement, rappeler son programme en matière de sécurité… En conférence de presse ce vendredi matin, pas de doute, François Fillon a bien géré la séquence attentat qui a surgi dans la campagne à deux jours du premier tour de la présidentielle. Mais c'est sans compter la petite phrase qu’a prononcée le candidat Les Républicains sur le plateau de France 2 jeudi soir. S'est-t-il (une fois encore) arrangé avec la réalité ? » (7)

« Aux environs de 22h45, le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Pierre-Henry Brandet, prend le micro et fait taire les rumeurs. "Contrairement aux informations qui ont pu circuler, il n'y a pas de second policier décédé", précise-t-il. Il souligne aussi que non, "il n'y a pas d'autres événements en cours. Faisons très attention aux rumeurs qui peuvent circuler". Vingt minutes plus tard, sur le plateau de France 2, arrive le tour de François Fillon. Il est 23h05 passé, le député de Paris lâche solennellement, en direct : "On nous laisse entendre qu’il y a d’autres violences ailleurs dans Paris." Au risque de diffuser, devant des millions de téléspectateurs, une fausse information » (7)

Vendredi matin, conférence de presse au QG de François Fillon. L’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy a décidé de saisir l'occasion de montrer ses muscles en matière de sécurité intérieure. Egrenant, en direct sur les chaînes d’information, ses principales mesures pour lutter contre la menace terroriste : initiative diplomatique pour renforcer la coalition contre l’organisation Etat islamique, réforme de la justice, augmentation du nombre de policiers et du budget de la défense, construction de nouvelles places de prison... Et omettant de dire que sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, entre 2007 et 2012, ont été supprimés 13.000 postes de policiers et gendarmes. Bernard Cazeneuve, lors de son allocution, s'est chargé de le lui rappeler : "François Fillon préconise la création de 10.000 postes de policiers. Comment croire sur ce sujet un candidat qui, lorsqu’il était Premier ministre, en a supprimé 13.000 dans les forces de sécurité intérieure." Interpellé par des journalistes à l'issue de la conférence de presse sur l'existence "d'autres attaques", François Fillon persiste : "Elles ont existé. D’autres attaques ont eu lieu hier soir. Regardez les rapports de police." Devant les mines effarées des journalistes, quelques attachés de presse sont immédiatement dépêchés afin de tenter d’éteindre l'incendie médiatique. (7)

Les élections françaises vues d’Algérie

Curieusement les Algériens se passionnent pour les élections françaises plus que pour les élections législatives. Ceci jusqu’à avoir des préférences et regarder avec nostalgie et envie , comment dans un Etat de droit, même avec des candidats malhonnêtes – c’est dans l’essence même dans la nature humaine- il y a une justice indépendante, qui dicte le droit aux puissants En tant qu’observateur de l’autre côté de la Méditerranée , quelque soit le candidat qui sera président, les relations avec l’Algérie seront toujours difficiles, pour deux raisons essentielles, nous sommes encore colonisés mentalement car à tort nous lions notre sort à l’ancienne puissance coloniale qui continue toujours de nous traiter de façon paternaliste et non en partenaire qui peut apporter beaucoup de sérénité dans une région qui a une grande besoin de stabilité. La deuxième raison est que nous ne savons pas faire valoir des arguments objectifs ; Six millions de français ont des racines algériennes. Sans être dans la francophonie qui a des relents de néo-colonialisme , nous faisons plus que plus sieurs pays réunis , sans rien demander en échange .Nous enseignons dans une langue à 10 millions d’Algériens,

Des milliers de nos meilleurs diplômés sont aspirés chaque année sans aucune contre-partie. Nous consommons pour 9 milliards de dollars de produits français. Notre tourisme s’élèverait à plus de 1 milliard de dollar par an. Pratiquement rien en échange si ce n’est des projets cosmétiques mais ni transfert de technologie ni reconnaissance ni reconnaissance d’être en face d’un partenaire et la première chose à faire est de lui restituer sa dignité en lui restituant les restes des révolutionnaires algériens séquestrés dans les musées de France . Ce qu’a dit Macron à Alger à propos du colonialisme a été rapidement rectifié. C’est dire si 55 ans après la guerre d’Algérie, la France est plus arrogante que jamais elle qui se prétend dépositaire des Droits de Homme. La citation de Duclos nous parait appropriée : Nous n’avons pas à choisir entre la peste et le choléra.


En conclusion comme on le voit on le voit ce drame a été instrumentalisé par le candidat qui surfant sur les peurs, les amalgames avec l’Islam met toutes ses forces dans la bataille pour faire reculer le spectre de la mise en examen tablant sur le temps pour faire oublier N’était ce ce grain de sable qui risque de faire changer totalement la donne des élections.

François Fillon fera l'impossible pour éviter d'être jugé, il serait capable de créer ou de faire créer une situation comme le faux twitt du suicide de sa femme Penelope. Malgré ses alliances de tout ordre, rien ne pourra déranger l'ordre global, il est pratiquement acquis que le grand vainqueur sera Emmanuel Macron. Ce ne sera pas Fillon et ses casseroles ni même le brillant tribun Melenchon et encore moins Marine Le Pen qui n'ont pas encore compris que contrairement à ce que disait De Gaulle: «La politique actuelle de la France se décide à la Corbeille.»

Sinon rien de nouveau sous le soleil ! On ne prête qu'aux riches. Selon toute vraisemblance l'heureux élu sera Macron. Il a pour lui sa fougue , sa jeunesse et une position décomplexée sur les grands sujets notamment sur l'histoire honteuse de la colonisation française Pour la Gestion de la France il fera ce qu'"on lui diras de faire"


1. http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/04/18/25-nobel-d-economie-denoncent-les-programmes-anti-europeens_5112711_3232.html#Bqhj2ooyrZ0PtRDY.99

2.[ http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/02/04/marine-le-pen-presente-un-programme-amende-sur-la-forme-sans-surprise-sur-le-fond_5074624_4854003.html#UCIBI1JLqFBpK1W2.99]url: http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/02/04/marine-le-pen-presente-un-programme-amende-sur-la-forme-sans-surprise-sur-le-fond_5074624_4854003.html#UCIBI1JLqFBpK1W2.99

3. Pierre-Alain Depauw http://www.medias-presse.info/marine-le-pen-drague-lelectorat-juif-se-dit-vexee-de-ne-pas-pouvoir-se-rendre-en-israel-et-egratigne-a-nouveau-jean-marie-le-pen/72437/? 14 avril 2017 14 avril 2017

4. http://www.medias-presse.info/quand-rothschild-organise-une-levee-de-fonds-pour-macron-la-discretion-est-demandee/72302/?

5. http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/04/17/qu-est-ce-que-sens-commun-l-association-engagee-dans-la-campagne-de-francois-fillon_5112648_4355770.html#AFMLFTkR3Hb0ASpY.99

6. http://sniperdedroite.over-blog.com/2017/01/fillon-il-commence-bien.html

7.[ http://tempsreel.nouvelobs.com/presidentielle-2017/20170421.OBS8312/attentat-aux-champs-elysees-fillon-tord-la-realite-au-service-de-la-peur.html#xtor=EPR-2-[ObsActu17h]-20170421]url: http://tempsreel.nouvelobs.com/presidentielle-2017/20170421.OBS8312/attentat-aux-champs-elysees-fillon-tord-la-realite-au-service-de-la-peur.html#xtor=EPR-2-[ObsActu17h]-20170421
Article de référence http://www.lexpressiondz.com/chroniques/analyses_du_professeur _chitour/265035-le-grand-capital-a-designe-macron-vainqueur.html _chitour/265035-le-grand-capital-a-designe-macron-vainqueur.html

Professeur Chems Eddine Chitour
Ecole Polytechnique enp-edu.dz

Alter Info l'Information Alternative

Présidentielle 2017 : Explosons la baudruche En Marche !

La vérité sur Macron, comment il a été fabriqué par ses sponsors, comment les médias et les sondages nous manipulent car il n'a qu'un très faible soutient populaire.
Présidentielle 2017 : Explosons la baudruche En Marche !
Une vidéo très bien faite, qui démonte la baudruche Macron, à liker sur youtube et à partager au plus grand nombre !



https://www.youtube.com/watch?v=OwTVDojrgyU

Alter Info l'Information Alternative

L’image contradictoire de Marine Le Pen

On savent déjà les programmes politiques des candidats à la présidentielle, on a déjà publié les données des premiers sondages de l'opinion publique dans la presse. C'est pourquoi on peut penser qu'en général l'image de la présidentielle prochaine s'est formée. Mais il serait à tort compter qu'elle ne subira pas les changements.
Marine Le Pen, Front National
L'image contradictoire de Marine Le Pen
On savent déjà les programmes politiques des candidats à la présidentielle, on a déjà publié les données des premiers sondages de l'opinion publique dans la presse. C'est pourquoi on peut penser qu'en général l'image de la présidentielle prochaine s'est formée. Mais il serait à tort compter qu'elle ne subira pas les changements.

Donc, à l'approche d'élection les passions politiques sont chauffées. La lutte préélectorale des candidats devient de plus en plus exercée, puisque l'électorat principal est déjà formé. Maintenant c'est le temps pour gagner les voix de ceux qui hésite, doute, pèse tout "pour" et "contre", en réfléchissant qui on voudrait voir en tête du pays au cours de cinq ans prochains, notamment pour gagner les voix de ceux qui n'a pas encore été défini, les voix qui deviendront décidants, dont le futur de la France sera dépendu.

C'est Marine Le Pen qui est la candidate le plus prédictible et en même temps le plus contradictoire de la présidentielle - 2017. Elle est prédictible grâce à la rhétorique invariable populiste, mais sa tentative de sortir de cette image pour faire appel à un spectre de l'électorat plus large (pour attirer les électeurs, qui n'acceptent pas les regards radicaux de droite) s'est trouvée assez imprévisible.

Malgré le fait que les conseillers politiques et les partisans de Marine Le Pen soient persuadés dans l'image principalement positive de la candidate, son équipe doivent faire quand même les efforts immenses pour justifier ses actions, l'un ou l'autre.

L'exclusion de son père du parti en 2011 est devenue l'un de tels actes. Dès le début cette décision était expliquée par le désir de renouveler et faire moins radical le Front National. Maintenant, dans la presse, il y commençait à apparaître les versions tout à fait differantes : on dit ce n'était pas la volonté de Marine, qu'elle a cédé aux exigences de sa soeur Marie-Caroline. Évidemment, l'acte de Marine Le Pen n'était pas juste à cent pour cent. De plus, ses partisans ainsi que les électeurs potentiels l'estiment ambiguë, pour eux les valeurs familiales ont plus de la priorité que la carrière politique, c'est pourquoi la trahison du père par sa fille n'est pas acceptable.

De nombreux scandales de corruption des jours passés et de nos jours ne contribuent pas à la création de l'image positive de Marine Le Pen, comme la candidate à la présidentielle. À cet égard on peut rappeler le scandale bien connu pour une affaire d'emploi fictif au cours de la campagne présidentielle de 2012. L'enquête, dans lequel figure le "Front National", est liée à la rémunération des membres de son parti pour le travail au Parlement européen, qu'ils n'ont pas fait. Enfin, tout à fait récemment, au début de mars de cette année, les eurodéputés se sont prononcés en faveur de la levée de l'immunité parlementaire de Marine Le Pen pour la publication de photos des actes de la violence du groupe État islamique sur Twitter. Tous ces scandales présentent évidemment non seulement l'irrévérence du côté de Marine Le Pen aux systèmes fiscaux et judiciaires du pays, lequel elle aspire à présider, mais aussi témoignent directement son inconsistance comme la politique du niveau européen.

Prenant en compte que Marine Le Pen néglige les lois de son pays, ainsi qu'européennes, et en même temps prenant en considération les liaisons étroites de son parti avec les représentants des extrême droites européennes (le parti néerlandais pour la liberté, parti belge "Intérêt flamand", allemand "Alternative pour l'Allemagne" et italien la "Ligue du Nord"), ainsi que la sympathie évidente envers le style du gestion du leader russe, donc ça vaut la peine de réfléchir comment l'image si odieuse de Marine Le Pen affectera le dévelopement des contacts internationaux et l'autorité du pays sur l’arène internationale en cas de l'élection comme le président de la République?..

Prenant en considération les sentiments plus éveillés à l'égard des personnes politiques du droit par les électeurs désabusés, l'équipe de Marine Le Pen a fait l'attention principale sur l'auditoire intérieur. Ainsi, l'image courageuse et décisive de Marine Le Pen n’a pas choisie par hasard. Il est appelé à attirer l'attention des jeunes, qui sont ennuyés par les promesses permanentes des réformes. C'est pourquoi les jeunes sympathisent les politiques certains promettant les changements rapides. En outre, Marine ne cache pas qu’elle compte beaucoup sur les sympathies de l'auditoire féminin, à savoir sur le soutien des jeunes Françaises.

Il faut dire qu'en faisant l’analyse approfondie, il est devenu clair qu'un soi-disant courage de Marine Le Pen n’est que le populisme, et après la hardiesse et la fermeté se cache très souvent la déraison et l'irresponsabilité. C'est évident que les décisions politiques, qu'elle propose de réaliser, ne sont que les promesses préélectorales. Mais, en cas de l'élection de Marine Le Pen, si ses plans sont réalisés, cela peurra frapper non seulement l'économie de la France en général, mais aussi tous les ménages français.

Pendant la campagne électorale du président des États-Unis, les Américains espéraient aussi que le candidat qui ne représentait l'establishment actuel déciderait les problèmes des citoyens, mais finalement l'élection de Trump a débordé au flot des scandales et des problèmes de la politique extérieure et intérieure. En cas d'arrivée au pouvoir de Marine Le Pen, ce serait la même chose. Elle n'a pas aucune expérience de la gestion du pays, ni l'équipe effective et compétente.

La plupart des électeurs qui ont le bon sens et sont intéressés de préserver la stabilité politique et économique dans le pays, comprennent que les promesses préélectorales de Marine Le Pen ne sont que le populisme ordinaire. Mais, prenant en considération ses regards politiques et ses sympathies, il est évident que le respect des droits et des libertés démocratiques dans le pays peut se trouver sous la menace. En outre il faut attendre le durcissement sérieux de la législation migratoire, y compris l’immigration de travail et le regroupement familial. De plus, les déclarations "extrémistes" de Marine Le Pen en ce qui concerne les Français d'origine étrangère peuvent servir du détonateur, qui fera éclater toute la France multinationale. En effet, intensification de la politique d'immigration du pays est une chose et tout à fait autre chose - porter atteinte aux droits des personnes des pays du Maghreb ou l'Afrique du Nord qui vivent déjà sur le territoire de la France. Ils le plait à peine, surtout la déportation possible.

Enfin, on peut faire la conclusion qu'il est peu probable que la politique de Marine Le Pen contribuera à la préservation de l'autorité de la France sur la scène internationale et au renforcement de sa place de leader en Europe.

Il est évident que Marine Le Pen et ses partisans doutent de plus en plus des possibilités d'attirer sur l'électorat des concurrents politiques, c'est pourquoi maintenant on déjà observe la commercialisation active de la poursuite les voix des électeurs. De plus en plus la campagne présidentielle de Marine Le Pen semble une campagne publicitaire. Mais la particularité distinctive de l'électeur français est ce qu'il sait analyser et prendre les décisions non spontanément, en se fondant sur la première impression, mais sur la conformité des programmes des candidats aux aspirations de la plupart des électeurs. C'est pourquoi le mot décisif reste quand même après lui.

Alter Info l'Information Alternative

Le bipolarisme de la dictature du capital est en danger: les élections de 2017 vont régénérer le mécanisme.

« Le complément naturel des tendances économiques et politiques du révisionnisme a été son attitude à l’égard du but final du mouvement socialiste. Le maître mot de Bernstein “le but final n’est rien, le mouvement est tout” traduit mieux la nature du révisionnisme que de longues dissertations. Définir sa conduite en fonction des circonstances, s’adapter aux évènements du jour, à la versatilité de menus faits politiques, oublier les intérêts vitaux du prolétariat et les traits essentiels de l’ensemble du régime capitaliste, de toute l’évolution capitaliste, sacrifier ces intérêts vitaux au nom des avantages réels ou supposés de l’heure : telle est la politique révisionniste-opportuniste ». VI Lénine « Marxisme et révisionnisme ».
Le bipolarisme de la dictature du capital est en danger: les élections de 2017 vont régénérer le mécanisme.
1-Le bipolarisme de la dictature du capital


Le mode de production capitaliste connaît une grave crise et qui n’a jamais été aussi longue dans le temps. La crise que nous subissons actuellement est moins brutale que celle de 1929 (qui a déclenché la Seconde Guerre mondiale), mais elle confirme l’aspect parasitaire et pourrissant du mode de production capitaliste arrivé au stade du capitalisme monopoliste : l’impérialisme.
Ce capitalisme néfaste, parasitaire et pourrissant retarde le développement des forces productives, nécessaire pour la bonne marche de l’humanité.

La crise du mode de production capitaliste touche tous les domaines : culturel, le mode de vie, la politique, l’économie (et non l’économie uniquement comme aiment à le dire les économistes opportunistes).
Mais la classe capitaliste n’est pas touchée par cette crise du capital étant donné qu’elle est la classe exploiteuse et qu’elle empoche les profits créés par la force de travail exploitée : c’est donc le prolétariat qui est la principale victime de cette crise. Seul les révolutionnaires peuvent structurer, organiser, regrouper le prolétariat pour renverser les citadelles du capitalisme, mais le mouvement révolutionnaire éprouve lui aussi des difficultés immenses à rompre avec l’opportunisme.


La contre-révolution bourgeoise en URSS, ainsi que la transformation des partis communistes du Kominterm en formation politique de type social-démocrate et s’orientant vers un accompagnement « social » des mutations de l’impérialisme, ont poussé à la victoire de l’opportunisme dans le mouvement révolutionnaire, en France notamment.


Depuis la Ve République, le pouvoir du capital que Marx appelait « dictature du capital », est exercé en France sous la forme d’un bipolarisme politique : d’un côté, le courant libéral-conservateur (LR) et de l’autre, la social-démocratie (PS).
Ces deux partis représentent les deux grands partis du capital et gouvernent en alternance au service des mêmes intérêts capitalistes : il s’agit d’une alternance entre réactionnaires et sociaux-démocrates qui en réalité a la même fonction.


En fait, ce bipolarisme est la forme politique par laquelle s’exerce la dictature du capital et n’est donc qu’une alternance fictive qui se consolide par une mystification droite/gauche dans un même système d’oppression.
Deux grands partis politiques (Les Républicains et le Parti Socialiste) déterminent ce bipolarisme qui génère un mensonge consistant à faire croire que ces partis seraient des ennemis : ce sont en réalité des partis frères et amis, car issus de la même classe sociale et dont leurs membres ont suivi des trajectoires identiques, élevés dans les grandes écoles du capital.


La social-démocratie historique (celle née de la trahison de 1914) avait accédé au pouvoir et ses dirigeants avaient été intégrés à l’appareil d’Etat bourgeois. De par le pillage des colonies, des néo-colonies, de la formation de ces cadres dans les écoles bourgeoises vouées à l’élargissement de la classe capitaliste, ils se sont transformés en parti du capital ayant pour base sociale certains secteurs ouvriers et des couches moyennes : mais toujours dirigés par la bourgeoisie.


La droite ne suscite que très peu d’attente dans les couches populaires en France (sauf Sarkozy en 2007), mais la gauche de 1981, 1988 et 1997 a suscité beaucoup d’espoir dans ces mêmes couches populaires : espoirs très vite déçus. Il y eut ensuite l’expérience de la gauche plurielle (PS/PCF/écologiste) sous la direction de Lionel Jospin qui s’est terminée en catastrophe pour les couches populaires.
En effet, les couches populaires ont été trahies par des records de privatisations s’élevant à 210 milliards de Francs, l’engagement dans les guerres impérialistes de l’OTAN en Yougoslavie, l’Afghanistan, le soutien au processus européen de Lisbonne ou encore l’allongement de la durée du travail (et donc de l’exploitation) à 65-67 ans.


Avec ce bilan catastrophique, Lionel Jospin fut éliminé dès le premier tour de l’élection présidentielle de 2002. Le Pen père, perturba alors le traditionnel bipolarisme en accédant au second tour de l’élection présidentielle. Cette stratégie du capital avait pour objectif de déclencher le « front Républicain » afin de créer autour de la personne de Chirac, et de son parti l’UMP, un large consensus. De plus, avec le Traité constitutionnel européen de 2005, et en accord avec le PS, le bipolarisme fut relancé.


Ce fut un véritable coup d’état institutionnel fomenté par l’UMP (renommé depuis Les Républicain) et le PS qui confirmaient la droite et la gauche comme étant les maillons d’une seule et même chaîne. En 2007, Sarkozy l’emportait à la présidentielle avec un style de type néo-bonapartiste : et ainsi le bipolarisme du capital fut totalement relancé. D’ailleurs ce bipolarisme se matérialisait en parole avec des références à Jaurès, Gramsci, Guy Moquet et l’appel à certains « socialistes » comme Besson, Kouchner, Amara, etc…


Les médias du capital participent très bien de ce système du bipolarisme et ils sont des acteurs clefs du système capitaliste. Par exemple, alors que François Hollande était très bas dans les sondages à la même époque, il devint l’un des personnages les plus populaires (en quelques jours !) après la chute de DSK et fut considéré ainsi comme étant le « meilleur adversaire » de Sarkozy. Le bipolarisme, forme prise par la dictature du capital se traduit donc par une cogestion LR/ PS au gouvernement et dans les régions soumises aussi à cette alternance.


2- L’opportunisme contemporain et son analyse du capital


Marx, Engels et Lénine avaient salué la troisième constituante du matérialisme historique, concernant notamment les luttes de classe du mouvement ouvrier français et le socialisme utopique, mais ils ont aussi critiqué leur tendance à subordonner leurs actions à la bourgeoisie républicaine : de là découle un manque d’indépendance et la perte de son identité de classe.
Le PCF est le principal représentant de l’opportunisme contemporain. Le PCF a combattu pour le prolétariat, l’internationalisme prolétarien et le socialisme scientifique (le vrai selon Marx) durant plusieurs années. Mais, en raison de la ligne opportuniste du 20ème congrès du PCUS (parti communiste d’Union Soviétique), le PCF se transforma en une formation sans aucune caractérisation de classe.


En Europe occidentale, sous prétexte de « spécificité nationale », certains partis communistes adoptèrent la ligne opportuniste de l’eurocommunisme qui niait les lois du matérialisme dialectique, de la dictature du prolétariat et du socialisme scientifique. Ils empruntèrent alors la « voie parlementaire » de transformation vers le socialisme, une stratégie sociale-pacifiste qui était une stratégie opportuniste/réformiste/révisionniste.
Les partis communistes d’Europe abandonnèrent les principes politique et idéologique de la lutte des classes et c’est ainsi que le mouvement révolutionnaire se noya dans la boue de l’opportunisme contemporain. Cette noyade fut la conséquence de l’adoption de la stratégie qui avait été imposée après le 20ème congrès du PCUS en février 1956, qui était alors une stratégie d’entente avec le capital, c’est-à-dire une conciliation de classe (voir les thèses du KKE, c’est-à-dire le parti communiste de Grèce, études Marxistes numéro 88 P. 61/62).


De cette entente, émergea l’idée utopique de pouvoir satisfaire les besoins sociaux dans le cadre des rapports de production capitaliste : c’est le socle de l’opportunisme contemporain.

Actuellement, c’est Jean-Luc Mélenchon, candidat à la présidentielle, qui prétendrait incarner le « vrai socialisme » ! Etrange incarnation, puisque Jean-Luc Mélenchon et le PCF ont participé au gouvernement social-libéral de la gauche plurielle de Jospin qui a procédé à des privatisations massives et ainsi asséné au prolétariat des dommages considérables.

Macron tente de se distinguer des deux grands partis du capital. En effet, Macron est un représentant typique du capital financier (et donc des banques et des monopoles) et a compris que les deux grands partis du capital et leur mécanisme qu’est le bipolarisme sont en danger : car les couches populaires commencent à se révolter contre tous ces voleurs.

Fillon est un libéral-conservateur sur la défensive. Il incarne une droite en passe de perdre cette élection, car en très grande difficulté de par les affaires de corruption dont il est l’un des acteurs. L’objectif de ces affaires de corruption ultra médiatisées est d’orienter les électeurs de droite vers l’extrême droite par dégoût : permettant ainsi de faire basculer Le Pen au second tour et de déclencher alors le fameux « front Républicain ».

Le Pen est l’épouvantail que le capital aime à agiter afin de susciter la peur dans les masses et de ramener les suffrages vers la droite ou la gauche. En effet, de par le « front Républicain », les gens voteront pour « le moindre mal » et c’est ainsi que les deux grands partis du capital décrocheront ou conserveront leurs mandats et tout le fric qui va avec...


Hamon essaie de régénérer en interne l’un des partis du capital qu’est le PS. Hamon souhaiterait créer un consensus à l’intérieur du PS, car si Macron était élu à la prochaine présidentielle, il y aurait nécessairement un ralliement d’une partie du PS à Macron et ainsi une régénération d’un des deux grands partis du capital.


En réalité, tout ceci s’intègre dans un même mécanisme s’orientant vers un seul objectif : régénérer le bipolarisme du capital, la conservation de l’exploitation de la classe ouvrière et de tous les travailleurs par la classe capitaliste. Et ce mécanisme doit être mené coûte que coûte, car la classe capitaliste a compris que les Français sont dégoûtés de tous ces voleurs, pilleurs et menteurs et qu’il pourrait donc y avoir un accroissement du danger révolutionnaire.

Le capital est une valeur qui, de par l’exploitation des ouvriers salariés, rapporte de la plus-value, caractéristique essentielle du mode de production capitaliste. Marx disait : « Le capital est du travail mort, qui semblable au vampire, ne s’anime qu’en suçant le travail vivant et sa vie est d’autant plus allègre qu’il en pompe davantage ».
Au stade impérialiste, les banques sont devenues copropriétaires des entreprises industrielles, commerciales, de transport, en achetant les actions et obligations. En effet, c’est le capital financier qui est la principale caractéristique du capitalisme monopoliste : fusion entre les capitaux industriels et bancaires.

La dictature du capital s’étend à tous les secteurs de production et la loi dominante du système est l’exploitation de l’homme par l’homme et donc la suraccumulation du profit. Tous les candidats de l’élection présidentielle de 2017 sont les acteurs d’un même système d’oppression. Les candidats dénoncent les conséquences du mode de production capitaliste, mais ne veulent pas en finir avec le mode de production lui-même : ils sont dans la dénonciation uniquement et refusent d’aller à la solution !

Staline avait défini très justement la loi économique du capitalisme : « assurer le profit capitaliste maximum par l’exploitation, la ruine et l’appauvrissement de la majorité de la population d’un pays donné, par l’asservissement et le pillage systématique des peuples des autres pays, surtout des pays arriérés, et enfin par les guerres et la militarisation de l’économie nationale utilisées pour assurer les profits les plus élevés » (les problèmes économiques du socialisme en URSS P.128 ‘derniers écrits’).

Le suffrage universel bourgeois est un indice de mesure servant à mesurer la maturité de la population : et selon les résultats de cet indice de mesure, la classe capitaliste s’adaptera toujours avec le bipolarisme...

La seule solution pour changer nos vies est la révolution !




Alter Info l'Information Alternative

VOICI LE VRAI VISAGE DES SOLDATS FRANÇAIS EN AFRIQUE QUE MARINE LE PEN EST VENUE SOUTENIR CE 22 MARS A NDJAMENA

VOICI LE VRAI VISAGE DES SOLDATS FRANÇAIS EN AFRIQUE QUE MARINE LE PEN EST VENUE SOUTENIR CE 22 MARS A NDJAMENA
VOICI LE VRAI VISAGE DES SOLDATS FRANÇAIS EN AFRIQUE QUE MARINE LE PEN EST VENUE SOUTENIR CE 22 MARS A NDJAMENA : PREVOTE ET JUSTICE AUX ORDRES POUR LES VIOLEURS DE CENTRAFRIQUE !
 
PANAFRICOM/ 2017 03 22/
 
La date de la venue de la candidate néofasciste au Tchad pour soutenir les soldats français en Afrique n’a pas été choisie au hasard. Elle fait partie de la promotion de ces soldats de la Françafrique ! Le Pen va rencontrer ces soldats le jour même où dans l’affaire des Viols en Centrafrique, le parquet requiert un non-lieu pour les soldats français de la Sangaris ! Impunité, enquête de la prévôté militaire sous influence, justice aux ordres et campagne de presse bien organisée !
 
Le parquet de Paris demande en effet un non-lieu dans l'enquête visant des soldats français de l'opération Sangaris en Centrafrique accusés de viols par des enfants en 2013 et 2014. L'enquête en question a été clôturée en décembre, sans mise en examen. Pour le parquet, « il ne peut être affirmé à l’issue de l’information qu’aucun abus sexuel n’a été commis sur ces mineurs » (sic). Pour autant, les éléments recueillis et « la variation des témoignages ne permettent pas d’établir des faits circonstanciés et étayés à l’encontre des militaires qui ont pu être entendus comme mis en cause dans ce dossier » (sic), a indiqué mardi 21 mars à l’AFP une source proche du dossier. Résultat : des violeurs impunis, qui resteront dans l’armée, et des enfants dont la souffrance est niée. Parlons franchement parce qu’ils sont noirs ! Car en France comme dans toute l’UE, au contraire, la parole des enfants dans les affaires de viols pédophiles est privilégiée …
 
Pour les soldats violeurs, l’impunité est la règle en France : « Depuis cette affaire, d’autres accusations ont été portées contre des militaires étrangers intervenant en Centrafrique, dont des Français. Une enquête du parquet de Paris est en cours après un signalement de l’ONU sur des soupçons d’agressions sexuelles sur trois mineures, entre 2013 et 2015 à Dékoa, toujours en Centrafrique. Une autre enquête à Paris a été classée sans suite ».
 
LM / PANAFRICOM
 
* Lire sur JA :
http://jeuneafrique.us2.list-manage.com/track/click?u=6f73d53fb63e8c665c4e3800d&id=3e96ad64c5&e=7110708503
 
# PANAFRICOM/
PANAFRIcan action and support COMmittees :
Le Parti d’action du Néopanafricanisme !
 
* Suivre Panafricom-Tv/
https://vimeo.com/panafricomtv
* Découvrir notre WebTv/
http://www.panafricom-tv.com/  
* Voir notre Page Officielle Panafricom/
@panafricom https://www.facebook.com/panafricom/  
* Aborder notre Idéologie panafricaniste/
Panafricom II - Néopanafricanisme
@Panafricom2 https://www.facebook.com/Panafricom2/
* Panafricom sur Twitter/
@Panafricom https://twitter.com/Panafricom

Alter Info l'Information Alternative

Sécurité : le programme très vallsiste d’Emmanuel Macron

Sécurité : le programme très vallsiste d’Emmanuel Macron
Moins d’État signifie en réalité moins d’État social et plus d’État répressif, le programme (très) libéral d’Emmanuel Macron se charge de nous le rappeler. Partisan d’une dérégulation accrue de l’économie avec une nouvelle loi travail encore plus destructrice que la précédente pour les droits des salariés, il prévoit de nombreuses mesures destinées à renforcer l’arsenal répressif et la surveillance des citoyens : nouveaux pouvoirs donnés à la police (dont les effectifs seront fortement augmentés dans un contexte de suppression massive de fonctionnaires), agrandissement du parc pénitentiaire, durcissement de la cybersurveillance, alourdissement des sanctions contre les fraudes, effort accru en faveur de la défense nationale, priorité donnée à la lutte antiterroriste avec la mise sur pied d’une task-force de renseignement… Le projet sécuritaire d’Emmanuel Macron se borne en réalité à confirmer la politique menée pendant cinq ans par Manuel Valls.

 

Emmanuel Macron, le plus ouvertement libéral des candidats pour 2017, est sans doute aussi le plus sécuritaire si l’on en croit le catalogue de mesures affichées dans son programme officiel. Le volet consacré à la protection des citoyens annonce la couleur : « ce sera tolérance zéro lorsqu’il s’agit de sécurité ». Autrement dit toute incivilité, même mineure, trouvera sa sanction, tandis que chaque peine de prison sera exécutée. Les fraudes (au fisc ou aux prestations sociales) seront quant à elles plus lourdement punies. Une telle intransigeance peut surprendre de la part d’un candidat qui s’affirme progressiste, aussi il croit bon de préciser : « car la sécurité est la première de nos libertés ». Rappelons que cette formule rabâchée par Manuel Valls a été à l’origine un slogan de campagne du Front National.

On objectera sans doute que les prisons françaises, qui n’ont jamais compté autant de détenus, sont déjà pleines à craquer… Emmanuel Macron propose de construire 15.000 nouvelles places, rien de moins que d’agrandir le parc actuel de près de 30 % ! Alors qu’il se dit « de gauche », le candidat semble pourtant ignorer les effets pervers du tout carcéral…
Mais la priorité des priorités reste la guerre sans fin contre le terrorisme avec la création d’un état-major permanent des opérations de sécurité intérieure, de renseignement et de lutte contre le terrorisme et le renforcement de la cyberdéfense et de la cybersécurité. Directement rattaché à la présidence de la République, il associera les services et états- majors des ministères de l’Intérieur et de la Défense, avec la participation des ministères des transports, de la santé et de l’industrie. La mise sur pied de cette nouvelle task-force qui s’ajoute aux dispositifs déjà existants ne pourra que durcir la surveillance des citoyens avec les résultats que l’on connaît : nuls pour ce qui est de faire baisser la menace redouter mais maximaux pour le flicage des citoyens honnêtes.
De fait, le programme d’Emmanuel Macron trouve des accents très vallsistes avec une défense agressive de la « laïcité » (notamment le projet de démanteler les associations qui sont jugées hostiles à la République, l’obsession antivoile ou la fermeture de certains lieux de culte) et plus généralement avec la volonté affirmée de « restaurer l’autorité de l’État et dans l’État et garantir l’indépendance de l’autorité judiciaire. » Manuel Valls n’a d’ailleurs pas tardé à accorder son soutien à son alter ego en appelant à voter pour lui « dès le premier tour », foulant ainsi aux pieds le choix des électeurs de la primaire socialiste.


https://bourgoinblog.wordpress.com/2017/03/15/securite-le-programme-tres-vallsiste-demmanuel-macron/


Alter Info l'Information Alternative

Erreurs de communication (1)

Erreurs de communication (1)
De toutes les accusations subies par François Fillon, la plus absurde est certainement l'accusation d'hypocrisie, tant rien n'indique qu'il soit plus apte à la dissimulation qu'un attelage de bourrins. Il suffit de revoir son "grand oral" face aux pontes un rien dubitatifs de la Fondation Concorde [[1]]url:#ancre1 , en mars 2016, pour voir qu'à l'époque déjà, la finasserie n'était pas son fort: d'emblée, il annonce ni plus ni moins qu'un "blitzkrieg" à coups d'ordonnances, de votes bloqués et de 49.3, pour "changer le climat de l'économie et le climat du travail dans notre pays" en reprenant les recettes qui ont fait le succès du quinquennat actuel - sauf que cette fois-ci, au lieu de parler de mesures de gauche, on parlerait de mesures de droite. Sur le plan symbolique, c'est considérable. En effet, pourquoi ne pas appeler un chat un chat? "Je veux prolonger la tension politique", jure-t-il. "Pour prolonger cette tension [...] il faut organiser un référendum en septembre, qui permet de maintenir l'état de tension électorale dans le pays, et donc de rendre très très difficile la contestation sociale pendant cette période. [...] Si on fait tout ça, on crée un choc qui à mon sens, rend très très très [sic] difficile la réaction sociale que vous craignez [...] Il y a des secteurs de l'action publique qu'il faut progressivement éteindre, ou transférer au secteur privé. [...] Je propose des mesures de diminution de la dépense sociale [...] le plus rapidement possible, le plus rapidement supportable [sic]". Car François Fillon, c'est d'abord une méthode: tension, choc, diminution, extinction. Le but n'est pas nouveau: faire, encore et encore, des économies (qui diable ne rêve pas d'en faire?), à condition bien sûr que ces économies ne s'appliquent pas aux membres de la Fondation Concorde, mais au restant de la population. Seul problème, comment s'y prendre pour que celle-ci accepte qu'on lui plonge encore davantage la tête sous l'eau, et qu'on la dépouille du peu qui lui reste? La réponse de Fillon est tellement évidente que personne n'y avait songé: il suffit de ne pas lui demander son avis. Nouveau champion de la lutte des classes, Fillon la remet au goût du jour, avec une transparence qui frise l'ingénuité. A l'entendre, l'ultra-droite de gauche du tandem Hollande-Valls n'était qu'un hors d'oeuvre, en comparaison de ce qu'il nous prépare. L'autisme va monter d'un cran. Vue d'ensemble (Les Echos, 27/11/16) : - Ratiboiser: le Code du travail, les allocations chômage, les effectifs de la fonction publique et le système de santé - Réduire à néant: la taxation du capital - Augmenter: la TVA, l'âge légal de départ à la retraite et les places de prison - Augmenter sans limites (autres que la mort par épuisement): la durée légale du travail, jusqu'à ce que l'adjectif "légal" ait totalement disparu de la circulation C'est tellement brillant et novateur qu'on se demande forcément comment il a pu trouver ça tout seul. Chacun le sait maintenant, François Fillon a le goût du travail en équipe, d'autre part il est aussi proche que faire se peut d'Henri de Castries, à l'époque président de l'Institut Montaigne (et PDG d'AXA): "Souvent classé comme libéral, l'institut [...] propose une forte réduction des dépenses publiques notamment en augmentant le temps de travail des fonctionnaires et dans le secteur privé, en rendant dégressive l'indemnité chômage, en créant une franchise de remboursement médical, enfin en réduisant les allocations familiales" (source Wikipedia). Autrement dit, il a suffi à Fillon d'effectuer un copier-coller pour accoucher de son programme, au terme de ce qu'il n'hésite pas à nommer "un travail de fond". En tout cas s'il y en a un qu'on ne risque pas de taxer de populisme, c'est bien lui, car ceux qu'il a entrepris de caresser dans le sens du poil ne sont pas à proprement parler le peuple, mais les membres éclairés (et d'autant plus anxieux) de son auditoire patronal, qu'il s'évertue à rasséréner en mettant à leur disposition tout l'arsenal répressif de l'État: après son passage, ce pays n'aura plus de république que le nom, il s'y engage solennellement. Quant aux membres de la France d'en bas, il est temps qu'ils réalisent qu'à force de dépenser tout ce qu'ils gagnent, ils se sont mis tout seuls dans la dèche. Comme c'est le discours qu'ils ont l'habitude de gober depuis des décennies, ils devraient normalement en redemander. Contrairement à François Fillon et à ses proches, l'électeur français vit dans l'angoisse perpétuelle du châtiment, et il est prêt à toutes les expiations pourvu qu'il se sente, enfin, "responsabilisé". Il pourra justement compter sur Fillon pour l'accuser de tous les maux, et lui annoncer des représailles sans fin - témoin le titre de son livre, rédigé selon lui par sa fille et publié en 2006 : "La France peut supporter la vérité".

D'un blitzkrieg l'autre

Un pareil amateur de blitzkrieg n'aura pas manqué d'apprécier la vivacité avec laquelle le parquet national financier lui est tombé dessus, suite aux révélations du Canard Enchaîné à propos de son penchant invétéré pour les emplois présumés fictifs. En découvrant que son futur tortionnaire a pu commettre des indélicatesses avec l'argent public, la normalosphère grimpe aux rideaux, prête à reprendre la Bastille: "Toute la famille au gibet de Montfaucon.... Avec visite organisée, cars de tourisme et parkings sans limite de temps", vocifère Jean-Yves Le Roy dans la section commentaires du Monde"[Des] internautes se positionnent sur le plan de la morale et en appellent à la probité de François Fillon [sic]. «Cet emploi absolument immoral et à la grande limite de la légalité est une honte pour notre droite et ne respecte en rien les valeurs de travail et de probité prônées par le candidat», développe Haralde 37" - "Comment confier le sort de notre pays à un candidat aussi peu clairvoyant que se révèle être Mr Fillion avec cette affaire, qui s'entête avec un égo insoupçonné , qui nie la volonté des Francais! Mr Fillion a utilisé, certes comme d'autres parlementaires, sénateurs, notre argent c'est grave, mais lui se présente à la Présidence de la République! C'est tellement clair il doit renoncer!" adjure EARTHONE (Le Figaro, 26/01/2017). Et pourtant... Au lendemain de la chute de Jérôme Cahuzac - qu'on nous avait vendu, sur la seule foi de sa mine peu avenante, comme l'incarnation du "sérieux budgétaire" - Emmanuel Todd expliquait déjà pourquoi "ce qu'il ne faut surtout pas faire, c'est s'imaginer que c'est une exception": "La notion même d'austérité est véhiculée par des gens qui ne sont pas nets, est véhiculée par des pourris. [...] La dette publique, c'est des riches qui ont prêté leur trop d'argent à l'Etat. Donc les gens qui gèrent la rigueur, [...] qui veulent maintenir l'Etat en état de servir les intérêts de la dette publique, sont des gens qui travaillent pour les riches. [...] La rigueur, c'est quelque chose qui a pour objet d'éviter ce qui apparaîtra un jour comme inévitablement nécessaire, c'est-à-dire le défaut sur les dettes. [...] Des sociétés avancées ne peuvent pas fonctionner si de plus en plus d'argent va aux gens qui ont trop d'argent. [...] Le mur de la réalité qui est devant tous les gouvernements occidentaux, [...] c'est qu'il va falloir effacer des dettes, et il va falloir spolier les riches". [youtube https://www.youtube.com/watch?v=wiwKvLiMFOQ] De tels propos résonnent bien sûr comme un blasphème à nos oreilles vertueuses, toutefois personne n'est étonné d'apprendre que la dette publique, dont on nous les rebat constamment, a "quadruplé en seulement 22 ans"  (Le Figaro, 30/09/15). Elle est devenue "structurelle", comme à peu près tout ce qui nous arrive (chômage des jeunes, chute du niveau de vie, violence dans les banlieues, etc.). Elle fait désormais partie du décor, comme le couloir de la mort autour de la cellule du condamné. Dans le même temps, le patrimoine global des 500 Français les plus riches a atteint 460 milliards d'euros, "soit cinq fois plus qu'il y a 20 ans", se félicite Challenges dans son classement 2015 des 500 fortunes de France. "Le problème de la dette va sans cesse s'aggraver", insiste Todd lors d'un autre entretien, car "les riches adorent la dette publique" (on l'adorerait à moins), et "les banques ont besoin de prêter". A y regarder de près, il se pourrait même qu'elles en vivent? Une chose est sûre: en 2016, dette publique ou pas, la France reste la "championne des pays qui versent le plus de dividendes aux actionnaires", selon Boursorama (21/02/17). Que demande le peuple? Selon l'agence Reuters,  le principal détenteur français de la dette du pays n'est autre que le géant de l'assurance AXA, qui loue en privé les services du candidat à la présidentielle (Franceinfo, 08/02/17), et accessoirement rédige son programme [[2]]url:#ancre2 . Par exemple, pour "sauver notre système de santé",  AXA et Fillon ont trouvé la solution: lui couper les bras et les jambes ("focaliser l’assurance publique universelle sur des affections graves [...], et l’assurance privée sur le reste" - Le Monde, 13/12/16), "une proposition interprétée par beaucoup comme une manière de privatiser en partie le système de santé français" (BFM BUSINESS, 07/02/2017). Heureusement, il ne s'agit là que d'une erreur de communication, que Fillon s'empresse de rectifier dans Le Figaro du 12/12/16"Mes détracteurs me soupçonnent de vouloir «privatiser» l'Assurance-maladie et diminuer les remboursements. C'est évidemment faux!". Fort de cet argumentaire imparable, le voici donc reparti comme en quarante, jusqu'à ce que l'enquête du Canard plonge la médiasphère dans la stupeur, et la "droite républicaine" dans l'affolement.

La logique des choses

Bref rappel des faits: - Contre toute attente et tel le Sauveur entre ses deux larrons, Fillon remporte une primaire qui l'oppose à deux "favoris" dont le premier est un repris de justice notoire (prise illégale d’intérêt, diffamation), et l'autre sous le coup d'une double mise en examen (financement illégal de campagne électorale, corruption active, trafic d’influence, etc., etc.). Tous trois ont travaillé - si l'on peut dire - au sein du même gouvernement, et appartiennent au même parti, dont l'activité prédominante consiste à dilapider les cotisations de ses adhérents à coups de fausses factures, quitte à finir régulièrement au bord de la faillite. - Son projet de saccage définitif du service public équivaut, de son propre aveu, à une déclaration de guerre contre l'ensemble de la population, et nos pudiques commentateurs ont cru voir une référence assez vintage au thatchérisme de leur jeunesse dans ce qui rappelle plutôt le Chili de Pinochet et de ses Chicago Boys [[3]]url:#ancre3 . La Dame de fer, pourtant peu avare de louanges envers son ami putschiste, reconnaissait en 1982 que "certaines des mesures prises au Chili seraient inacceptables en Grande-Bretagne, où il existe des institutions démocratiques" (source Wikipedia). Mais chacun sait qu'en France, celles-ci ont l'habitude de connaître des hauts et des bas - et Fillon, adepte repenti de la "réforme prudente", lorgne ouvertement vers le bas. Pour reprendre la terminologie d'Emmanuel Todd, nous avons donc affaire au candidat d'un parti pourri (ce qu'on appelle en langage courant une association de malfaiteurs), porteur d'un programme pourri,  et nous trouvons le moyen de nous étonner parce que lui-même n'est pas de première fraîcheur: "Francois Fillon n'aurait jamais fait ce score si les électeurs de la primaire [...] avaient été informés de l'emploi de Mme Fillon et de ses enfants", assure Pibrac depuis le tréfonds de la Mondosphère. Ils étaient pourtant informés de tout le reste...
Notes
  1. Présentée sobrement comme un "think tank d'inspiration libérale".
  2. Henri de Castries "a travaillé dès 2013 sur le programme du vainqueur de la primaire de la droite et l'a aidé à lever de l’argent pour sa campagne présidentielle. Il pourrait devenir un membre important du gouvernement de Fillon si celui-ci gagne la présidentielle de 2017." (source Wikipedia)  - "Mon engagement ne date pas d'aujourd'hui. Cela fait longtemps que je connais François Fillon et, depuis les cinq années qu'il a passées à Matignon, je suis convaincu qu'il est capable [...] de redonner espoir aux Français." (Le Figaro, 16/01/2017)
  3. "Peu avant d'être assassiné par la dictature, l'économiste et diplomate Orlando Letelier reproche aux Chicago Boys le fait que leur « projet économique doit être imposé de force. » Il ajoute que 'cela s'est traduit par l'élimination de milliers de personnes, [...] et l'incarcération de plus de 100 000 personnes en trois ans. [...] Au Chili, la régression pour la majorité et la liberté économique pour une poignée de privilégiés sont l'envers et l'endroit de la même médaille.'" (source Wikipedia)

Alter Info l'Information Alternative

La campagne de Fillon – la course après le ballon « désespéré »

Dernièrement encore le leader invariable de la présidentielle, selon des nombreux sondages, était le républicain François Fillon. Mais les échecs le poursuivent en cascade, et le coupable de cela est lui-même.
politique
 La campagne de Fillon – la course après le ballon
Dernièrement encore le leader invariable de la présidentielle, selon des nombreux sondages, était le républicain François Fillon. Mais les échecs le poursuivent en cascade, et le coupable de cela est lui-même.

Ces derniers mois Fillon a devenu le figurant principal dans les plusieurs scandales de corruption et il n’est pas plus en tête des cotes de popularité à la présidentielle. Et une telle réputation ne contribue pas du tout à la croissance de sa popularité parmi les électeurs.

Tout à fait récemment Le Canard Enchaîné, qui a publié auparavant l’information scandaleuse sur ce que Penelope Fillon aurait bénéficié du budget public, a publié de nouveau l’information compromettant Fillon. Cette fois il se trouve que le candidat à l’élections présidentielles n’a pas déclaré un prêt de 50 000 euros.

Selon les données de l’édition, Fillon a obtenu en 2013 un prêt non déclaré de la part de Marc Ladreit de Lacharrière, le propriétaire de La Revue des deux mondes. Lacharrière figurait déjà dans l’affaire de la femme de Fillon - Penelope travaillait en son temps dans la rédaction de La Revue.

La cote de popularité d’un des candidats les plus perspectifs à l’élections présidentielles des le début est déjà précipité tomber après les premières accusations à l’adresse de Fillon et sa femme Penelope. En février seulement 28 % des électeurs voulaient voir le président Fillon, qui selon l’ironie du sort au cours de la campagne électorale accentuait plus d’une fois l’attention à la moralité et l’honnêteté des politiques. En mars ce chiffre continuait à tomber et pour le moment a atteint 17,5% selon les données Cevipof (Centre de recherches de Sciences Po). Il y a seulement un soutien stable de Fillon du côté de son camp électoral. Maintenant Fillon est très semblable au footballeur, qui court après le ballon "désespéré" - le résultat est connu d’avance …

François Fillon comme le candidat à la présidentielle ne s’est pas rendu compte de l’évident jusqu’ici: il est peu de s’excuser dans le cas présent devant les électeurs et continuer la campagne électorale, comme rien n’arrivait. Sa conduite ne présente pas du tout sa persistance et sa fermeté comme l’homme politique. Les actions de Fillon représentent l’irrévérence au système juridique de la France, mais aussi envers tout le pays, dont le président il aspire à devenir.

Avec chaque nouveau scandale il est de plus en plus clair qu’en cas de sa victoire à la présidentielle, Fillon se trouve probablement avoir le droit de ne pas respecter tout le peuple français, qui "a fermé ses yeux" sur tous leur péchés. Et la première, mais pas la dernière preuve de cela est le manque de respect envers lui-même. En effet, encore tout à fait récemment, au début de la joute électorale, en commentant les scandales autour d’autres candidats à la poste du président il affirmait: "Si j’étais mis en examen, je ne serais pas candidat (...) je considérerais que je ne serais en mesure d’assurer la direction du pays".

Alter Info l'Information Alternative

Les Républicains, prix Nobel de la girouette

Les Républicains, prix Nobel de la girouette
Grandiose : un virage à 180°, par vents contraires et avec le sourire. Encore une fois, il faut remercier les merveilleux scénaristes de cette présidentielle. Comme le disait Edgar Faure, « ce n’est pas la girouette qui tourne, mais le vent ».

Dimanche, ils étaient tous fous furieux contre Fillon, qui avait appelé à manifester contre la justice, avec le spectacle affligeant d’un candidat se précipitant pour obtenir la précieuse immunité présidentielle, alors que sa femme et ses enfants resteront justiciables de droit commun. Par paquets entiers, ils démissionnaient et larguaient les amarres, devant un Fillon qui sentait le gaz. Dimanche, Fillon, par son aveuglement, allait donner la victoire à Le Pen. Lundi, par sa lucidité, il était devenu le rempart contre Le Pen. Et lundi tout va bien. 

- Dimanche à 15 heures, personne ne voulait être sur la photo, et lundi à 19 heures ils se précipitaient tous pour être sur la photo ?

- Eh oui… Pas tous : Juppé était dans la très belle ville de Bordeaux.

Gardons cela comme un précieux souvenir,… toute cette espèce de cornichons cravatés, retournés comme une crêpe. C’est un cas rare de girouette collective.

En réalité, ils s’en fichent.

Ils s’en fichent d’abord parce que, à part une extrême minorité qui aspire à être ministre, les gros bataillons sont des élus locaux qui demandent seulement à être tranquilles dans leur circonscription.

- Je suis tranquille pour l’investiture et je peux être réélu quand les eaux de la droite sont hautes, pourquoi aller chercher plus loin ?

Ils s’en fichent ensuite parce qu’ils savent que la gauche est en lambeaux. Le vote Macron, c’est une surprise-partie de samedi soir, rien de plus, ça peut s’écrouler. Avec ses méthodes d’apparatchik, le conscienceux, Hamon va s’organiser pour arriver, pas à pas, à un score honorable,… c’est-à-dire au-dessus du score de Jospin, soit 16,18% des voix. Si avec ça, il n’est pas le prochain premier secrétaire du parti socialiste…

Seule petite nouvelle réjouissante au passage, le fait que Sarko, qui se croyait surpuissant en coulisse, voit son clan s’éclater  et lui perdre les manettes.

- Tu veux dire que les gens se fichent de ce que je pense ?

- Oui, tout à fait.

http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/


Alter Info l'Information Alternative

FILLON AIMABLE AMATEUR MAGOUILLEUR : AVEC 23 ATTACHES FICTIF LE FN A ORGANISE UN SYSTÈME DE FRAUDE !

FILLON AIMABLE AMATEUR MAGOUILLEUR : AVEC 23 ATTACHES FICTIF LE FN A ORGANISE UN SYSTÈME DE FRAUDE !
# EUROPÄISCHER WIDERSTAND/ FILLON AIMABLE AMATEUR MAGOUILLEUR : AVEC 23 ATTACHES FICTIF LE FN A ORGANISE UN SYSTÈME DE FRAUDE !
 
PCN-SPO/ 2017 03 04/
 
Marine Le Pen convoquée ce 3 mars 2017 par les juges dans l'affaire de 23 assistants parlementaires (Fillon et Pénélope sont de minables amateurs face aux pompes à fric du FN). La châtelaine de Montretout, planquée derrière son immunité parlementaire, refuse de s’y rendre Quoi, répondre aux convocations de la police c’est bon pour le petit peuple, pas pour les princesses du parlementarisme petit-bourgeois …
 
Le parquet de Paris a ensuite conduit une enquête préliminaire, confiée aux policiers de l'Office anticorruption de la police judiciaire (Oclciff), avant de saisir en décembre des juges d'instruction. Concrètement, la justice tente de savoir si le Front national a organisé un système pour rémunérer des cadres ou employés du parti en France avec des fonds publics de l'Union européenne, grâce aux contrats d'assistants au Parlement européen.
 
Et pendant ce temps, la nièce (troisième génération des profiteurs de la dynastie bourgeoise des Le Pen) ose la ramener sur le cas Fillon. Interrogée par Le Figaro, Marion Maréchal Le Pen a tenu des mots très durs à l'encontre du parti Les Républicains. « C’est un peu frustrant parce que tout cela nous empêche de parler du reste », estime Marion Maréchal Le Pen, députée FN du Vaucluse.
 
* Lire sur LE FIGARO :
Marine Le Pen convoquée par les juges dans l'affaire des assistants parlementaires
http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/03/03/35003-20170303ARTFIG00336-marine-le-pen-convoquee-par-les-juges-dans-l-affaire-des-assistants-parlementaires.php  
 
EUROPÄISCHER WIDERSTAND
 
Page Officielle 
https://www.facebook.com/europaischer.widerstand/  
Groupe FaceBook
https://www.facebook.com/groups/europaischer.widerstand/
Website-Archives 1997-2007
http://resistanceeuropeenne.online.fr/
 
* Venez liker la page officielle du
Collectif antinazi du PCN 'EUROPÄISCHER WIDERSTAND' ...
https://www.facebook.com/europaischer.widerstand/  
 
 

Alter Info l'Information Alternative

Si c’est MACRON c’est pas Carré…

Si c'est MACRON c'est pas Carré...
Dire que sur ITV les journaleux s'esbaudissent sur "l'incroyable chance" d'Emmanuel Macron, la Chabot de sa boule de cristal qui sort: "sont alignement favorable des planètes"... Aha! La bonne blague, et dire que les français vont tomber dans le panneau. Ils le veulent leur Tony Blair, caniches lui aussi des puissants... Ils l'auront et vivront (survivront) avec cet avorton pendant cinq longues années, à moins d'un soulèvement, une guerre civile qui foutra en l'air toute cette engeance cul par dessus tête. Oui, on peut rêver.
Les dés sont pipés depuis le début; ce joli Macron est téléguidé par l'establishment; les milliardaires, les banquiers, les affairiste, les Medef's boys.
Il a tout, je dis bien tout le media circus derrière lui, comme plus de 80% des medias sont la propriété de 8 ou 9 milliardaires qui sont ses fervents supporteurs et pour cause; C'est donc en petit comité que tout s'achalande. De plus, curieusement des affaires comme par magie surgissent via les medias - Fillon, le Pen -, alors que l'on veut nous faire oublier que pépère Emanuel piochait dans la caisse du ministère des finances à hauteur de 120.000 euros pour démarrer son parti "en marche" à l'ombre. Il faudrait voir si en même temps de s'enrichir chez Rothschild, il n'était pas payé comme haut fonctionnaire à la cours des comptes? Car, oui, cela ma parait fort possible et répréhensible... Même si il n'y a rien d'illégal. En 2014 déjà sa déclaration de patrimoine posait des questions: il aurait échapper à l'ISF, en déclarant des travaux effectués dans sa résidence secondaire du Touquet... Qui n'est pas à lui. Qu'est devenu ce "scandale"? A la trappe!
En déminant le terrain, en le mettent toujours en valeur dans les medias, en racontant une belle histoire avec sa rombière "qu'est plus âgée que lui" la brave Brigitte (on s'en fout!), en éliminant les Fillon, le Pen, en diluant les vrais débats démocratique en une élection "Closer", la route se dégage et cette fois ci les grands méchants loups du capital n'ont jamais été aussi près et prêt à installer un pantin, doré sur tranche, bonne gueule, sportif et bien propre sur lui; mais totalement dédié à ces affairistes qui cette fois ci n'auront no limit-open-bar-holdup up sur le pays. D'ailleurs pour preuves voici "ses" cautions morale.

Ses cautions d'âme et conscience:
David de Rothschild, (homme très satisfait de lui même); "les banquiers: on apprend l'art de la négociation, on est amené beaucoup... à communiquer, c'est à dire à raconter des hist...une histoire. donc on y apprend aussi d'une certaine façon des techniques de manipulation"... etc. etc.
Alain Minc (l'économiste qui se plante toujours) - "Parce qu'il (Macron) a toutes les qualités d'un banquier d'affaire qui doit être intelligent, souple, rapide et si en plus il peut être charmant, car c'est tout de même un métier de pute; Ces qualités il les a toutes..."
Ses soutiens dès le début:
Bhl, Attali, Kouchner, les pieds nickelés à coté sont des abbé pierre.
Vient ensuite les ex business reconverties pour l'occase en politiques ou en supporteurs:
- Bernard Mourad, ancien banquier conseil de Patrick Drahi.
- Didier Casas, ex-directeur général adjoint de Bouygues Télécom.
- Pierre Bergé, mécène, un des actionnaires à titre personnel du Monde.
- Laurent Bigorgne, directeur de l’Institut Montaigne, cercle de réflexion libéral présidé par Henri de Castries, l’ex-patron d’Axa.
- Marc Simoncini, fondateur de Meetic.
- Philippe Aghion, Elie Cohen et Jean-Hervé Lorenzi, économistes. Ces trois là n'ont pas vu venir la crise de 2008 et continuent de blablater tout en se plantant.
Les traitres de service
François Bayrou, Daniel Cohn-Bendit et la liste est loin d'être close car, le Manu Valls et sa clique se pointe à l'horizon.
Sans oublier qu'il a bossé tout de même pour Hollande...

Et dire que ce mecton est décrit comme "anti système"... Avons nous de la mardasse dans les yeux? Ce mec est "LE SYSTEME".
Son "programme" se construit au fur et à mesure des événements, des péripéties; à la Sarkozy; on sort le bon jour, le non mot, la bonne reforme tout ca relayé par des merdias aux ordres; et vas-y que le bon peuple gueule "Macron président, Mac-ronnnn"... C'est à gerber!!!
Depuis 4 ou 5 ans qu'il sévit sur les ondes il n'a fait que sortir des phrases méprisantes sur le peuple. Il est vrai que le peuple a la mémoire courte, en a t il vraiment une de mémoire? Car, ce petit nabot ne devrait pas être là.
Encore récemment entre ses conneries à Londres déclarant : «L'art français, je ne l'ai jamais vu» ou en Algérie de qualifier la colonisation française de "crime contre l’humanité"... Vous remarquerez qu'il dégoise sa bêtise toujours hors frontière. Ca va être chaud pour le quai d'Orsay lorsqu'il sera président, faudra surveiller de près ses éléments de langage au Emanuel forever.
Bon, vous aurez compris que pour beaucoup, balancés par la porte (Valls & Co) ils rentreront par la fenêtre, et comme en plus cette fois ci tout ce qui compte de gros pognon, gros parachutes dorés, gros émoluments, gros paradis fiscaux, gros lobbies, gros Crif, gros intérêts particuliers, gros-grossium; et bien notre pays par la volonté de ses habitants totalement lobotomisés feront entrer dans la bergerie non pas un Macron, qui n'est que l'avatar de toute cette sale clique, mais, la mise en vente à la découpe de ce qui reste de droits sociaux (faut le voir parler des chômeurs le candidat ni gauche ni droite), de solidarité, de vivre ensemble et surtout de l'EUROPE (l'en a plein la bouche) et tous ces traités mortifères que nous allons accepter au nom du développement, de l'emploi, de mes fesses.
Il n'a que ce mot à la bouche "LE TRAVAIL"! Pourtant il y a énormément de choses plus intéressantes que cette occupation qui est supposée faire gagner sa vie, et la perdre à tous les coups: LE TRAVAIL, qui rend digne qu'il dit le banquier!!! Pourquoi qui rendrait libre?

En fait c'est un Sarkozy avec de bonne manière, éduqué, pas bling bling, avec une meuf qui ne se pique pas de chanson, mais comme l'autre un sans foi ni loi.
Nous avons eu droit suite aux suffrages à un bandit, puis un bon gros, maintenant place à Capone, diplômé de l'ENA.
Benvenuto à toi, Emanuel Alfonso Macron Caponi!!!

Georges Zeter/Mars 2017



Alter Info l'Information Alternative

BEN HALIMA Abderraouf exorcise l’élection présidentielle française 2017

BEN HALIMA Abderraouf exorcise l'élection présidentielle française 2017


Abderraouf BEN HALIMA en visite
à Perpignan fait un captage pour exorciser
l'élection présidentielle française de 2017.
Il cherche aussi à comprendre le pourquoi
de la censure par les médias du candidat
(et pourtant en tête des sondages en ligne)
François ASSELINEAU de l'UPR.

Site de Abderraouf BEN HALIMA : https://www.benhalimaabderraouf.fr
Facebook : https://www.facebook.com/benHalimaabderraoufofficiel/

Site du parti de François ASSELINEAU : https://www.upr.fr
Facebook : https://www.facebook.com/upr.francoisasselineau

Alter Info l'Information Alternative

QUERELLE CHEZ LES PIONS

QUERELLE CHEZ LES PIONS
QUERELLE CHEZ LES PIONS
 
Le jeu politique français, en ces temps bénis de la démocratie formelle représentative, se joue sur plusieurs claviers et derrière les joueurs, il y a d’autres joueurs, chacun sa partition, chacun ses enjeux.
 
La mise en abîme renvoie à une géométrie improbable où les "acteurs" se prennent pour des acteurs. Un spectacle pour cocus infidèles.
 
Comme d’habitude, le dindon de la France est le peuple « souverain » qui se fera entubé dans les grandes largeurs et les grandes longueurs.
 
Hamon a été inventé par ceux dont Hollande est la marionnette, pour contrer Mélenchon afin qu’il ne gêne pas Macron, le seul prête-nom peut-être qui ne se fait aucune illusion sur son rôle, sa valeur et son statut.
 
A le voir déclamer avec une conviction de carmélite, les formules toutes faites façonnées dans les années soixante par les maoïste pour contrer les soviets… on se prend à mesurer le niveau considérable de l’investissement consenti pour ameuter les chalands.
 
Certes, le taux de chômage est si élevé qu’on peur faire n’importe quoi à n’importe qui.
 
Evidemment, Valls et ses amis vont être les cornus de l’opération, eux qui espéraient (et qui espèrent toujours) tirer parti de l’explosion du PS.
 
Alors que tous les spin doctors en novembre s’attendaient à une confrontation des dinosaures obsolètes Sarkozy-Hollande (ou des opportunistes Valls-Juppé) arbitrée par la Marine, on se retrouve avec un paysage politique complètement illisible manipulé par des médias sans scrupules.
 
Juppé et Sarkozy, dans les coulisses prennent d’assaut l’infortuné et imprévoyant Fillon qui ne sait plus où donner de la tête et songe à se mettre (comme les « immigrés » royalistes après 1789, la fleur de lys à la place d’une feuille de vigne) sous la protection de sa Majesté britannique.
 
Et dire que les supporters gaulois en sont réduits à acclamer deux équipes étrangères qui dominent leur championnat (Monaco et le PSG).
 
Mais soyez sans inquiétude. On a plein d'intestins aux fenêtres et d'hémoglobine aux murs et sous les portes. Mais c'est de l'hémoglobine industrielle. Ces pantins facétieux sont immortels et inaccessibles. Rien ne peut les atteindre. Ni la mort ni le ridicule. Incolores, inodores et sans aucune saveur. Un jour ils ne seront plus là et personne ne s'en apercevra.
 
Triste France.
 
Ne vous ai-je pas à plusieurs reprises, invité à une sincère compassion pour nos voisins septentrionaux ?
 
Djeha,
Mardi 28 février 22017
 
 
Hamon est dans une "impasse stratégique", estime Le Guen
Reuters le mardi 28/02/2017 à 10:03
 
PARIS (Reuters) - Benoît Hamon, qui ne s'est pas accordé avec Jean-Luc Mélenchon sur une candidature commune pour l'élection présidentielle, est dans une "impasse stratégique", a estimé mardi le secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen.
Interrogé par RTL, il a fustigé un programme "de gauche radicalisée" en "rupture" avec sa famille politique.
Le candidat socialiste et celui de "La France insoumise" ont acté, lors d'une rencontre vendredi soir à Paris, l'abandon de toute idée d'alliance, qui travaille une partie de l'électorat de la gauche, inquiet d'une élimination au premier tour.
"L'objectif c'était d'avoir une candidature unique notamment avec Jean-Luc Mélenchon, c'était ça la démarche de Benoît Hamon", a déclaré Jean-Marie Le Guen, un chef de file du pôle des réformateurs, l'aile droite du PS. "Or, aujourd'hui, il vient nous dire qu'il constatait qu'il n'y aurait pas d'unité, ce qui l'amène dans une impasse stratégique", a-t-il poursuivi.
Pour Jean-Marie Le Guen, l'ex-ministre de l'Education "s'est isolé en tenant un discours extrêmement radical, isolé par rapport à sa propre famille politique, la social-démocratie, le social-réformisme".
"Il s'est occupé essentiellement de la gauche de la gauche et aujourd'hui, malheureusement pour lui, ça montre que quelque part il est dans une impasse, après la radicalisation de son discours", a-t-il ajouté.
La capacité de Benoît Hamon, en quatrième position dans les intentions de vote pour le premier tour, "à faire autre chose que témoigner, est aujourd'hui réduite à peu de choses, il faut qu'il se reprenne", a insisté Jean-Marie Le Guen.
RÉORIENTATION
Pour le secrétaire d'Etat, qui avait soutenu l'ex-Premier ministre Manuel Valls lors de la primaire de la gauche, Benoît Hamon doit "se réorienter, revenir au coeur de sa famille, discuter avec les réformistes qui sont au coeur de ce qu'est la gauche du gouvernement".
"Il ne peut pas s'adresser simplement à 20% des Français qui, pour telle ou telle raison, sont sensibles à des thèmes d'une gauche radicalisée", a-t-il fait valoir. "On est dans une élection présidentielle, il est le candidat d'un parti de gouvernement, nous ne sommes pas un parti altermondialiste, là pour mener la contestation sociale."
La victoire de Benoît Hamon, représentant de l'aile gauche du PS, à la primaire organisée par le parti fin janvier, a dû mal à passer chez les représentants de l'aile droite, qui disent ne pas se reconnaître dans sa critique du quinquennat de François Hollande.
Plusieurs élus ou ministres socialistes ont pris leurs distances ces dernières semaines avec lui, certains évoquant notamment un "droit de retrait" de la campagne.
Une réunion des députés réformateurs du PS est prévue à 11h00 ce mardi à l'Assemblée nationale. Ces 15 à 20 élus pourraient décider soit de ne pas faire campagne pour Benoît Hamon, soit, pour certains, de rejoindre Emmanuel Macron, le candidat du mouvement "En Marche", comme Christophe Caresche. (Marine Pennetier, édité par Emmanuel Jarry)
 

Alter Info l'Information Alternative

Sainte Marine le Pen : Une neuvième croisade avec un sabre nain

«Toute femme qui prie ou qui prophétise la tête non voilée, déshonore sa tête.» Paul (épître aux Corinthiens)
Sainte Marine le Pen : Une neuvième croisade avec un sabre nain




Cette épitre de Paul aux Corinthiens est là pour montrer, si besoin était que l'Islam n'est en rien dépositaire du "voile" qui existait depuis l'avènement des civilisations puis des religions révélées. Marine Le Pen a de ce fait, dans son désir d'attiser les tensions confessionnelles, a fait une mauvaise querelle à l'Islam Ainsi Marine Le Pen a créé un malaise lors de son déplacement au Liban pour peaufiner sa stature présidentiable à l'extérieur, quitte à créer la zizanie se prévalant de la stature de la fille aînée de l'Eglise pour honorer à travers les siècles, les promesses faites par Saint Louis à l'évêque Maroun. Se voulant la digne continuatrice des croisades notamment celle voulue par saint Louis , sainte Marine le sabre nain au clair est venue pourfendre les sarrasins oubliant que les chrétiens d’ Orient sont avant tout des Sarrasins. Lors d'un premier déplacement aux États-Unis, en novembre 2011, Marine Le Pen n'avait pas été reçue par Trump malgré le forcing sans dignité au sein de la Trump Tower .

Pour Benjamin Barthe et Olivier Faye du Monde, Marine Le Pen a enfin la possibilité de le faire: «Marine Le Pen va rencontrer publiquement un chef d'Etat étranger. Il n'est pas anodin que cette percée sur la scène internationale se fasse au pays du Cèdre. Le FN y dispose de nombreux relais dans la communauté chrétienne, des contacts hérités de la guerre civile (1975-1990). » (1)

« «Nous avons une tendresse particulière pour le Liban, et c'est réciproque, je pense», confie au Monde Jean-Marie Le Pen. Plusieurs responsables actuels du FN se sont impliqués - armes à la main ou pas - aux côtés des chrétiens durant le conflit inter-libanais, persuadés d'y défendre les valeurs de l'Occident contre «le terrorisme révolutionnaire islamique». L'expression est de Thibault de la Tocnaye, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur et membre de la direction de campagne de Marine Le Pen. (...) Du temps de son exil en France, dans les années 1990, Michel Aoun, le champion de la cause chrétienne et du camp anti-syrien, a rencontré à plusieurs reprises Jean-Marie Le Pen. Elie Hatem, avocat organisateur du déplacement. proche de L'Action française assure avoir décroché pour «Marine» les rendez-vous avec Michel Aoun et Saâd Hariri, «un copain» qu'il aurait appelé directement à son bureau». (1)

Dans une déclaration à l'issue de l'entrevue qu'il a accordée à la présidente du parti d'extrême droite, le Premier ministre libanais Saâd Hariri a mis en garde la candidate d'extrême droite française contre tout «amalgame» entre l'islam et le terrorisme: «L'erreur la plus grave serait l'amalgame entre islam et musulmans d'une part, terrorisme d'autre part», a affirmé le chef du gouvernement libanais. «Les Libanais et les Arabes, comme la majorité du monde, considèrent la France comme la patrie des droits de l'homme et de l'Etat républicain qui ne fait aucune distinction ethnique, religieuse, ou de classe entre ses citoyens.»

La fin de non recevoir du muphti de la République libanaise

Une gifle ! c’est ainsi que l’on peut qualifier la déconvenue de Marine Le Pen venu en pays conquis monter ses deltoïdes et croyant engranger un bénéfice celui d’imposer au dignitaire religieux le fait de la recevoir tête nue balayant toutes les convenances de personnes civilisées au-delà de la dimension et de la signification du voile à la fois du point de vue civilisationnel et du point religieux. Mal lui en a pris ! Il est connu que ce type de visite est préparé bien à l'avance et la question du voile plus protocolaire et de marque de respect de l'Islam n'a pas posé de problème pour les architectes de la visite au Liban. Parmi eux l'avocat qui a préparé les rencontres et qui dit connaître Rafik Hariri le Premier ministre qui aurait demandé au grand mufti de recevoir la présidente du Front national.

L'entourage du mufti. Dar al-Fatwa, la plus haute autorité sunnite au Liban, présidée par le mufti, a déclaré dans un communiqué que «son bureau de presse avait informé la candidate à la présidentielle, par l'intermédiaire d'un de ses collaborateurs, de la nécessité de se couvrir la tête lors de sa rencontre avec son éminence (le mufti) selon le protocole de Dar al-Fatwa».

À l'arrivée de la présidente du Front national pour rencontrer cheikh Abdellatif Deriane, comme il a été convenu un foulard qui lui était tendu créant de façon délibérée et préméditée un incident qui lui a fermé en définitive les portes du bureau du muphti. L'institution sunnite a ajouté que «les responsables de Dar al-Fatwa ont été surpris par son refus de se conformer à cette règle bien connue». Elle exprime ses regrets «pour ce comportement inconvenant pour des réunions pareilles». Il est fort possible que Marine Le Pen ait voulu faire un coup d'éclat tout à fait mesquin croyant être dans les bonnes grâces des Français qui sont chrétiens, voire croisés comme elle à l'extérieur vis-à-vis de l'Islam et laïcs à l'intérieur. Ce geste non seulement ne l'honore pas, mais va lui aliéner certainement tous les Français qui ne mangent pas de ce pain-là, celui des guerres de religions à tout prix.

Pour Caroline Hayek du journal « L’Orient le Jour » la présidente du FN a assuré que la vocation de la France était de protéger les minorités chrétiennes au Moyen-Orient. Ses propos révèlent une vision erronée de la situation des chrétiens d'Orient, relève cette éditorialiste libanaise. Montjoie! Saint Denis! On se croirait revenu au temps où, à l'aune de la septième croisade, Saint Louis se proclamait le défenseur des chrétiens d'Orient, et plus précisément celui des maronites. Le 24 mai 1250, dans une charte adressée au patriarche maronite, Louis IX aurait déclaré que ´´pour nous et nos successeurs sur le trône de France, nous promettons de vous donner à vous et à tout votre peuple notre protection spéciale comme nous la donnons aux Français eux-mêmes´´. Une promesse que cherche à reprendre, à sa manière, Marine Le Pen, à l'occasion de sa visite au Liban.» (2).

Se voulant d’une stature gaullienne avec un sabre nain, elle convoque un héritage lointain et une obligation de protection des Chrétiens d’Orient. La présidente du Front national a souligné, dans une interview à L'Orient-Le Jour, « le rôle absolument essentiel de la France dans la protection des chrétiens d'Orient », un « rôle historique qu'il n'est pas question d'abandonner´´, affirme Marine Le Pen, voulant s'inscrire dans la lignée de François Ier, mais bien plus encore de Napoléon III, venu à la rescousse des chrétiens du Levant lors des massacres de 1860. En 2015 déjà, Marine Le Pen, alors en visite au Caire, avait solennellement prévenu le pape copte Théodore II qu'elle « rendrait à la France sa vocation historique, sa mission protectrice des chrétiens d'Orient », si elle était élue. Si elle peut séduire les principaux concernés, sa rhétorique sur les chrétiens d'Orient ne manque toutefois pas d'être marquée par de nombreuses contradictions. C'est en tant que ´´fille aînée de l'Église´´ que la France a longtemps assumé le statut de défenseur des valeurs chrétiennes en terre d'Orient. Une image qui ne colle plus vraiment à l'identité française depuis plusieurs décennies déjà. Le chant des sirènes de la candidate d'extrême droite destiné aux chrétiens d'Orient entre en conflit avec l'ADN du discours du FN. Ce dernier prône le renforcement de l'unité de la Nation''». (2)

Les Libanais divisés sur cette visite

Les Libanais à des degrés divers ont été divisés sur les attendus de cette visite bord quelques soient leur bord politique, à de rares exceptions, celles des hommes politiques exploitant le filon religieux : «Interrogé à ce sujet par L'Orient- Le Jour, le journaliste Moustapha Hani Fahs, opposé de longue date au parti de Hassan Nasrallah, estime que «Marine Le Pen n'aurait pas dû se rendre au Liban qui ne peut pas supporter sa campagne». «Le pays du Cèdre s'oppose aux idées de la candidate française», dit-il notant, toutefois, qu'«il existe, au Liban, une sorte de «droite confessionnelle'' qui se réjouit du racisme de Mme Le Pen (...) À son tour, le coordinateur général des forces du 14 Mars, Farès Souhaid, préfère mettre l'accent sur les chrétiens du Liban en tant que modèle à suivre: «Les chrétiens libanais peuvent donner des leçons du vivre ensemble avec l'Autre, à l'heure où les Européens trouvent des difficultés à gérer des sociétés plurielles», dit-il à l'OLJ. Farès Souhaid ne cache pas, d'ailleurs, (son) «étonnement» quant à l'intérêt si particulier accordé au Liban et aux chrétiens de la région. «Cela est très douteux», souligne le coordinateur général du 14 Mars avant de poursuivre: «Nous estimons que tous ceux qui prétendent nous protéger se protègent eux-mêmes.» Selon lui, «Michel Aoun n'aurait pas dû recevoir Mme Le Pen». (3)

«La visite de la candidate du Front national au pays du Cèdre lit-on sur le quotidien «La Croix» achoppe sur sa position favorable au régime syrien, et se termine sur une polémique facile liée au port du voile. Lundi 20 février, lors de sa rencontre avec Sami Gemayel, leader et héritier des Kataeb, parti chrétien maronite des Phalanges, Marine Le Pen était pourtant en terrain favorable. En coulisse, le responsable de la politique économique du parti affiche ses liens avec le FN: «Moi, je préfère le père à la fille. Je suis aussi un intime de Thibaut de la Tocnaye», dit-il à propos du membre de la direction de campagne du FN, qui a combattu aux côtés de la milice chrétienne en 1983 ». (4)

« Qu'importe, en rencontrant le président Michel Aoun et le Premier ministre Saâd Hariri, ce dernier qui n'a pas manqué de dénoncer «l'amalgame entre islam et terrorisme», Marine Le Pen a rempli son objectif: s'afficher pour la première fois aux côtés d'hommes d'État. Reste que sa tournée s'achève sur un refus, celui du mufti de la République de l'accueillir sans qu'elle ne soit voilée, «selon le protocole», comme lui avait précisé la veille un membre de Dar el-Fatwa. Une polémique qui aurait donc aisément pu être évitée, mais que n'a pas manqué d'instrumentaliser le parti d'extrême droite: «Un magnifique message de liberté et d'émancipation envoyé aux femmes de France et du monde», a immédiatement tweeté l'eurodéputé FN, Florian Philippot. «Je crois qu'il n'y a pas de lien plus fort que le lien du sang versé, et ensemble nous avons ce lien», renvoyant au soutien des soldats maronites au roi Saint Louis, à l'époque des Croisades.» (4)

Marine Le Pen oublie le pensons-nous, que ce sont des musulmans qui ont versé leur sang pour la France à leur corps défendant contre d'autres musulmans en Syrie en 1865. Il y aurait dans la montagne libanaise un cimetière «français» où il y aurait des tombes avec des noms bizarres pour les Libanais, des Ait...Ces soldats français musulmans étaient blancs de peau et avaient, pour certains, les yeux bleus. C'est dire que le sang versé pour la mère patrie, les Algériens, qui étaient de tous les théâtres d'opération français, en savent quelque chose.

On le voit, la vindicte est intacte. Au lieu de prôner l'apaisement, elle vient provoquer de paisibles Libanais qui ont toutes les peines du monde à vivre en paix du fait des interférences permanentes. On se souvient dans le même ordre comment des boutefeux de tout ordre éprouvent un malin plaisir à venir détricoter des équilibres subtils de coexistence pendant des centaines d'années entre des Arabes quelles que soient leurs religions. Après la dernière croisade qui s'est soldée par la débâcle des envahisseurs européens, Salah Eddine Al Ayoubbi avait confié les clés du Saint Sépulcre disputées par plusieurs rites chrétiens, à une famille musulmane et ceci depuis plus de huit siècles. C'est dans cet ordre qu'il faut replacer le déplacement de Marine Le Pen et avant elle les déplacements du pape Benoit XVI au Liban et avant lui Jean-Paul II. (6)

L'ingérence permanente de l'Occident

Pour rappel, en 1860 se produit une révolte de paysans maronites contre la domination des notables. Cette révolte suscite en réaction le massacre de chrétiens par les musulmans. Les troubles s'étendront jusqu'à Damas, où ils seront arrêtés par l'intervention de l'Emir Abdelkader. Cette tentative récurrente d'ingérence caractérisée, date depuis près de deux siècles dans les affaires arabes. A leur façon, deux Arabes chrétiens répondent. (6)

«Hayat al Huwik Atia, journaliste libanaise de confession maronite interpelle le pape lors de son voyage en Israël Dans cette lettre elle fait le procès de l’Occident venu dynamiter des équilibres subtils millénaires de coexistence pacifique entre les spiritualités des Arabes chrétiens et musulmans. Elle déclare en martelant avant tout qu’elle est arabe :

«L'église d'Orient refuse d'être entraînée dans le processus de judaïsation de l'Occident chrétien. (...) Nous, l'Orient arabe chrétien, nous ne voulons pas de ce néo-christianisme judéo-chrétien et nous refusons que l'Occident chrétien utilise l'influence spirituelle occidentale des églises, catholiques et protestantes, pour implanter en Orient et particulièrement dans le monde arabo-chrétien l'idée ou l'influence de judaïsation. « (…) Nous portons en nous la conscience de ses racines historiques et spirituelles qui nous attachent à la terre arabe. Le Christ appartient à cette terre arabe comme nous nous appartenons à cette terre arabe et de ce fait nous ne reconnaissons aucune autorité étrangère sur notre terre qu'elle soit politique, militaire, religieuse ou spirituelle. Par conséquent, en ma qualité d'Arabe, je m'incline devant vous par respect pour votre personne, mais cela ne m'empêche pas de vous rappeler ma fierté d'appartenir à cette terre arabe. Cette terre est le berceau de toutes les Religions et de toutes Révélations monothéistes. Notre religion et notre spiritualité nous ne la recevons donc de personne ni d'aucune puissance si ce n'est de notre terre arabe et de son histoire. Nul ne peut générer une rupture dans notre personnalité ni une rupture avec notre terre et notre conscience arabe. (…) Les Chrétiens d'Orient arabe ne sont pas une minorité (…) le pluralisme n’est pas venu vers nous du fait de la migration ou de la colonisation, mais du fait que nous vivons depuis toujours sur notre terre arabe avec des arabes comme nous qui sont de plus nos frères dans la foi. Chacun de nous sur cette terre a choisi librement sa religion et son culte » (7).

« Tant du côté de l'islam que du christianisme, tous sur cette terre arabe nous avons la foi sans connaître la contrainte, et dans les deux camps nous avons par la foi et la fraternité de foi l'expression réelle et authentique de la première et véritable manifestation des droits des droits de l'homme et de la liberté de croyance depuis toujours. - La deuxième raison, que vous connaissez d'ailleurs, est que c'est l'Occident qui est le générateur historiquement du racisme et du sionisme avec tous les résultats connus et notamment ceux que cet occident exerce depuis des décades contre le monde arabe pour saper cette cohésion sociale et religieuse dans le monde arabe ».(7)

« L'Occident n'a jamais cessé de faire des plans et des luttes géostratégiques pour saper l'unité arabe et la richesse de sa diversité religieuse. Nous connaissons les programmes soigneusement conçus visant à créer des conflits confessionnels dans la région et les intentions planifiées pour déplacer les Chrétiens du monde arabe et à supprimer ce pluralisme millénaire de la Palestine, de l'Egypte, du Soudan et de l’Iraq. Quelle rupture amère et cruelle l'Occident a réalisé en Irak sapant le pluralisme naturel qui existait dans ce pays avant son invasion par les américains. (…) »

Reprochant au pape d’avoir laissé faire l’Occident dominateur d’avoir laminé les arabes chrétiens d’Irak, elle déclare « Qu’avez-vous fait pour la survie des chrétiens et qu'avez-vous fait pour protéger leurs biens et leurs propres terres contre l’invasion étrangère occidentale alors que la terre sur laquelle vivent les chrétiens arabes est partie indivisible du monde arabe ? En conséquence Votre Sainteté, sachez que nous - Arabes chrétiens - nous ne sommes une minorité en aucune façon, tout simplement parce que nous étions des Arabes chrétiens avant l'Islam, et que nous sommes toujours des Arabes chrétiens après l'Islam. Nous n'avons besoin d'aucun protectorat occidental. La seule protection que nous cherchons est comment nous protéger du plan occidental qui vise à nous déraciner de nos terres et à nous envoyer mendier notre pain et notre dignité sur les trottoirs de l'Occident ». (7)

« Nous refusons d'être un instrument de subversion et de coercition contre le monde arabe que vous soumettez continuellement à la pression et au chantage. Au meilleur des cas, contre nos pays, vous nous proposez d'être des migrants dans vos pays. Je sais, bien que ce que je dis ne soit pas clair pour tous les chrétiens. Cent ans de discours sur les chrétiens comme minorités dans le monde arabe, cent ans d'ignorance dans lesquels ont été confinés les musulmans et les chrétiens, cent ans de montage de conflit entre les communautés laissent des traces. Il s’agit de pousser les communautés arabes à la rupture et à la haine ou à la suspicion dans des états arabes qui ont perdu, du fait colonial, la notion des droits des citoyens et qui ont été manipulés à promouvoir de pseudo droits pour chaque différents groupes. Toutes ces manœuvres donnent la preuve de la volonté occidentale à intimider les peuples arabes, à les diviser et à susciter dans la communauté chrétienne la vocation d’une minorité qui doit nécessairement solliciter l'aide étrangère contre la communauté musulmane » (7).

Pour sa part, le docteur Rafiq Khoury, prêtre palestinien du Patriarcat latin de Jérusalem, écrit «(...) les chrétiens font partie de l'identité de la terre et la terre fait partie de leur identité, avec leurs concitoyens musulmans. (...) L'arabité et la palestinité des chrétiens de Palestine sont des faits acquis, que nous recevons avec le lait de notre mère, comme on dit en arabe. Les relations islamo-chrétiennes en Orient en général et en Palestine en particulier, s'inscrivent dans une longue histoire, qui a à son actif treize siècles de communauté de vie, où nous avons partagé «le pain et le sel», comme on dit en arabe aussi.» (8).

Marine le Pen et tous les ignares qui pensent avoir la science infuse et imbu du mythe des races civilisatrices devraient en prendre de la graine et laisser les Arabes en paix

Le non évènement de cette expédition libanaise

Marine Le Pen s’inscrit dans cette croisade permanente pour créer le chaos . Elle s'est lancée à la conquête de cet Orient compliqué comme dirait de Gaulle non pas avec des idées simples mais avec des idées simplettes d'un autre temps. C’est un fait les ingérences continuelles contribuent à créer cette tension permanente qui n'existait pas avant. Il est à craindre qu'une Eglise conquérante et un Occident dévastateur vont achever de détruire des ´´équilibres´´ culturels et religieux´´ que les sociétés du Moyen-Orient ont mis des siècles à sédimenter. A sa façon et comme Saint Louis, Sainte Marine Le Pen est venue porter la bonne parole à ses ouailles avec un sabre nain. Ne comprenant pas que la symbolique du voile est avant tout une question de civisme. C'est à sa demande que le mufti du Liban a consenti à la recevoir. Cette impolitesse facile ne prouve rien si ce n'est que l'extrême droite revancharde est fidèle à sa croisade. Cela nous rappelle le général Gouraud rentrant à cheval à Damas dans la mosquée des Omeyyades devant le catafalque piétiné de Salah Eddine El Ayyoubi, le protagoniste élégant de richard Coeur de Lion s'écrit avec hargne "Saladin, le petit fils de Godefroy de Bouillon est devant toi . Ou sont les tiens" .

Marine Le Pen oublie qu'elle est en présence d'Arabes, que le Christ est un Sémite comme tous les Arabes, qu'il n'a pas les yeux bleus et les cheveux blonds. Elle oublie aussi qu'en tant que candidate à la magistrature suprême elle devrait prôner l'apaisement. Elle vient et elle consacre presque la totalité de son temps à s'entretenir avec des personnalités chrétiennes. Où est l'équilibre qui devrait être son credo?

De plus, quand il s'agit de ne pas froisser les Français de confession chrétienne ou juive, elle est prête à faire des concessions sur la possibilité d'accepter des binationaux appartenant à ces deux religions en évoquant la possibilité d’accords entre Etats !. Plus loin encore, si la croix ou la Kippa est petite, ces signes ne sont pas concernés par l'interdiction des signes ostentatoires. Reste à déterminer la taille minimale avec la laïcité compatible avec ce que veut imposer Marine Le Pen. Il est une religion à qui s'appliqueront les oukases de Sainte Marine, l'interdiction de la double nationalité et le signe ostentatoire... Voilà une future présidente que nous risquons d'avoir comme voisine. Sombres Jours en perspective pour les français d’espérance musulmane


1. http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/02/18/au-liban-marine-le-pen-se-cherche-une-stature_5081646_4854003.html#7042ejfGwY3eFQYu.99

2. Http://www.courrierinternational.com/article/vu-du-liban-chretiens-dorient-marine-le-pen-est-restee-au-temps-des-croisades

3. https://www.lorientlejour.com/article/1036318/visite-de-le-pen-les-libanais-divises.html

4. http://www.la-croix.com/Religion/Laicite/Au-Liban-Marine-Le-Pen-tente-rallier-chretiens-2017-02-21-1200826473

5. http://www.lexpressiondz.com/chroniques/analyses_du_professeur_chitour/160472-%20les-chretiens-d-orient-veulent-rester-arabes.html

6. Chems Eddine Chitour http://sos-crise.over-blog.com/article-la-tragedie-des-chretiens-d-orient-la-responsabilite-de-l-occident-105580495.html

7. http://www.alterinfo.net/Lettre-ouverte-des-Chretiens-arabes-du-Machrek-a-Sa-Saintete-le-Pape-par-Hayat-al-Huwik-Atia_a32689.html 24 mai 2009

8. Rafiq Khoury: Palestine http:// www.gric.asso.fr/spip.php?ar... 30.04.2009

Article de référence http://www.lexpressiondz.com/chroniques/analyses_du_professeur_ chitour/261388-une-neuvieme-croisade-avec-un-sabre-nain.html

Professeur Chems Eddine Chitour
Ecole Polytechnique Alger

Alter Info l'Information Alternative

François et Marine demandent le statut de réfugié politique !

François et Marine demandent le statut de réfugié politique !
’était la blague du week-end : François et Marine demandent le statut de réfugié politique pour ne plus être persécutés par cette odieuse et dictatoriale justice de la République française.

Alors qu’ils briguent la présidence de la République, ils vomissent sur les services publics de la police et de la justice… rejoignant Hollande qui a traité les juges de lâches.

Je rassure François et Marine : nous sommes dans un État de droit, avec des juges indépendants dans toutes les villes, et des garanties internationales importantes avec la Cour de justice de l’Union européenne, la Cour européenne des Droits de l’Homme et le Comité des Droits de l’Homme de l’ONU. C’est-à-dire qu’avec un avocat pas trop manchot, vous avez la possibilité d’exercer des recours efficaces à tous les degrés et tous azimuts.

Tout le problème est qu’il faut avoir quelque chose à dire, en droit, pour sa défense, défense qui peut être virulente si elle est argumentée, mais qui sombre lorsqu’elle devient haineuse, discréditant les fonctionnaires. Car bien entendu nous ne sommes ni dans un film, ni en Égypte, mais dans la réalité française : les fonctionnaires appliquent la loi, avec scrupule. Dans une société civilisée, tout passe par le droit, et on n'attaque la loi qu’au nom des principes du droit. Sinon, c’est l’oubli de la loi, et on bascule dans la violence.

Le plus grotesque est cette affirmation partagée par François et Marine : « Du moment que je m’adresse aux électeurs pour être élu, la justice ne peut plus s’occuper de moi ».

- C’est la trêve

- Trêve de mes deux !

Vous déconnez, mes très chers. Comme vous avez la prétention de gouverner le pays, nous avons le droit de savoir si oui ou non vous avez détourné de l’argent public, en embauchant votre femme pour un emploi fictif financé par les contribuables français, ou votre collaboratrice du parti politique pour un emploi fictif financé par les contribuables européens.

J’espère que la justice va aller vite et loin, bouleversant son calendrier pour que nous puissions voter en connaissance de cause, sur la manière dont ces gens-là manient l’argent public.

S’ils veulent desserrer l’étreinte de la justice, c’est simple : il leur suffit de s’expliquer. À longueur de journée, ces bavards impénitents nous saoulent de discours sur tout et sur rien, mais quand ça les concerne, ils n’ont plus rien à dire et préfèrent jouer les victimes outragées pour déposer leur dossier de réfugié politique, contre cette justice dictatoriale… qui ne fait qu’appliquer la loi.

Comme plus personne ne croit en la politique, je compte sur les juges pour que l’on puisse encore croire en la justice.

 

La Justice combattant l’Injustice

Jean-Marc Nattier (1685 – 1766)


Alter Info l'Information Alternative

Marine : « Le Code de procédure pénale doit s’appliquer à tous les voyous, donc à moi aussi ».

Marine : « Le Code de procédure pénale doit s’appliquer à tous les voyous, donc à moi aussi ».

Marine Le Pen fait son business politique en fustigeant l’Europe, lieu opaque où s’effondre la démocratie. Oki. Mais ce qui lui est reproché est d’avoir en siphonné l’argent européen, le nôtre, avec de pseudos parlementaires européens qui, loin de Bruxelles, travaillaient en réalité pour elle à Nanterre.

En mai 2014, le FN emporte les élections européennes avec 24,86% des voix et récolte 24 sièges au Parlement européen, ce qui donnait au FN droit à 20 postes d’assistants parlementaires. Rien à dire.

Mais en mars 2015, Martin Schulz, le président du Parlement européen, qui connait bien la maison, dépose plainte auprès du procureur de la République de Paris, dénonçant des emplois fictifs, avec une preuve bien solide : sur l’organigramme du FN à Paris, on retrouvait à peu près tous les assistants parlementaires, ce qui montrait que ces personnes, financées sur des fonds européens, travaillaient en réalité au siège du FN, en France. Une jolie truanderie.

Le parquet a fait les premières vérifications dans le cadre d’une enquête préliminaire (comme actuellement pour la famille Fillon), mais l’affaire paraissant sérieuse, il a en décembre 2015 passé la main à deux juges d'instruction du pôle financier, lesquels ont mandaté les super-pointus policiers de l'Oclciff (Office Central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales). L'information judiciaire a été ouverte pour des délits présumés d'abus de confiance et recel, escroqueries en bande organisée, faux et usage de faux, et travail dissimulé.

De son côté, le Parlement européen n’est pas resté inerte. Il a pris le plus flagrant, soit le cas de Marine le Pen et de sa pseudo assistante parlementaire, Catherine Griset. Catherine Griset est une amie personnelle et ex-belle-sœur de Marine Le Pen. Elle dispose d'un bureau à côté de celui de la présidente frontiste au siège du parti, à Nanterre. Elle sait tout ce qui passe à Nanterre, et rien de ce qui se passe à Bruxelles : le problème est qu’elle n’est pas été payée par Nanterre mais par Bruxelles, soit de 2010 à 2016, la somme 339 946 €.

Lundi, les flics ont procédé à une perquisition au siège du FN, pour récupérer  « la copie des disques durs des ordinateurs de deux assistantes de Marine Le Pen, dont celui de Catherine Griset ». Mercredi, Catherine Griset a été entendue la journée en garde-à-vue, pour être conduite le soir même chez les juges d’instruction, qui l’ont mise en examen pour « recel d'abus de confiance ».

« Recel », c’est profiter du délit commis par un autre. Mais quel peut-être cet autre ?...Qui a embauché Catherine Griset sur fonds européens, pour la faire travailler à Nanterre, au service de la présidence du FN ?
Alors, Marine Le Pen mise en examen pour abus de confiance. Je respecte pleinement le travail des flics, et toutes les lourdeurs de procédure à assumer, avec peut-être une immunité parlementaire à faire lever. Aussi il n’y a pas de calendrier sûr, mais le recel reproché à Catherine Griset rend la mise en examen de Marine Le Pen inéluctable, comme auteur. Quand ?


http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/


Alter Info l'Information Alternative

Dis donc, Macron, est-ce que la colonisation de la Palestine par Israël est un crime contre l’humanité ?

Dis donc, Macron, est-ce que la colonisation de la Palestine par Israël est un crime contre l’humanité ?

J’ai beaucoup de peine à prendre au sérieux l’immature Macron, figure de ces personnes de droite qui n’assument pas et viennent se maquiller avec de la poudre de gauche, mais sa saillie sur la colonisation oblige une petite mise au point, quand je vois, en France, la masse des réactions déniant que la colonisation soit un crime. Ce qui montre que la classe dirigeante reste foncièrement colonialiste, ce qui explique beaucoup de choses.

Dire que la colonisation est un crime, ce n’est pas une opinion, mais le simple rappel du droit. Le statut de la Cour pénale internationale, ratifié par la France, prévoit plusieurs infractions qui traitent des divers crimes commis pendant la colonisation.

- Comme crimes contre l’humanité :

Article 7,1,d), la déportation ou transfert forcé de population, c’est-à-dire le fait de déplacer de force des personnes, en les expulsant ou par d’autres moyens coercitifs, de la région où elles se trouvent légalement, sans motifs admis en droit international ;

article 7,1,j), le crime d’apartheid.

- Comme crimes de guerre

Article 8,2,a, iv), la destruction et l’appropriation de biens, non justifiées par des nécessités militaires et exécutées sur une grande échelle de façon illicite et arbitraire ;

Article 8,2, b, viii) Le transfert, direct ou indirect, par une puissance occupante d’une partie de sa population civile, dans le territoire qu’elle occupe, ou la déportation ou le transfert à l’intérieur ou hors du territoire occupé de la totalité ou d’une partie de la population de ce territoire.

Pour conquérir les territoires, installer leur population et imposer leur domination économique, les Etats colonisateurs ont systématiquement eu recours à des crimes de masses. Et comme la colonisation est un crime d’Etat fondé sur la force armée, la résistance armée par une guerre de libération nationale, pour mettre fin à ce crime, est légitime. Légitime, mais terriblement meurtrière : 500 000 morts en Algérie, dont 80 % d’Algériens. Aussi, devant le respect dû à ces vies brisées, les instrumentalisations électorales collent la gerbe.

Ensuite, je rappelle les propos du grand théoricien français de la colonisation, Jules Ferry, devant l’Assemblée nationale : « Messieurs, il faut parler plus haut et plus vrai ! Il faut dire ouvertement qu'en effet les races supérieures ont un droit vis à vis des races inférieures parce qu'il y a un devoir pour elles. Elles ont un devoir de civiliser les races inférieures. De nos jours, je soutiens que les nations européennes s'acquittent avec largeur, grandeur et honnêteté de ce devoir supérieur de la civilisation ». Donc, Macron, est-ce que tu es d’accord pour débaptiser toutes les écoles qui portent le nom de Jules Ferry, parce que des écoles faisant l'apologie d’un criminel, ce n’est pas fameux, non ?

Enfin, il ne fait de doute pour personne - les autorités gouvernementales revendiquant d'ailleurs un processus d’annexion - que l’Etat d’Israël pratique une politique de colonisation de la Palestine, cherchant par tous les moyens à briser la souveraineté du peuple palestinien. Alors, Macron, merci de nous confirmer que la colonisation de la Palestine par Israël est un crime contre l’humanité... Et de déterminer une politique conforme au respect du droit international... Et vu que tu dénonces le projet mur de Trump devant le Mexique, merci de dénoncer aussi le mur israélien construit en Palestine occupée, qui n’est pas un projet mais une réalité, contraire au droit.
Ce Macron est un bouffon d’anthologie.


http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/


Alter Info l'Information Alternative

Je prends le pari : Le Pen ne sera pas au second tour

Je prends le pari : Le Pen ne sera pas au second tour

Rendez-vous le dimanche 23 avril 2017 à 20 h : je fais le pari que Marine Le Pen sera éliminée au premier tour. Elle faisait son grand meeting hier, et franchement, c'est faiblard.

 

1/ Marine Le Pen, comme les autres produits médiatiques, va souffrir du dégagisme. La société va vite, et comme la politique n’apporte rien de solide, il faut du neuf pour le show. Or, la famille Le Pen, c’est la préhistoire. Il y a 20 ans, c’était Jean-Marie, maintenant c’est Marine, et dans 20 ans ce sera Marion… Marine Le Pen aurait pu avoir un avenir si elle avait réellement renouvelé la donne avec du crédible, mais, s’accrochant au nom de Le Pen, alors qu’elle est en procès avec son père, elle n’assume rien et se contente de nous filer du Jean-Marie affadi.

2/ Il fut un temps où Le Front National avait un véritable effet d’entraînement dans la société française, mais ce moteur est cassé. Sarkozy, avec le consensus de ses ministres soumis qu’étaient Fillon et Juppé, a validé tous les thèmes de l’extrême droite. Tous ! La Gauche s’est glissée dans le même moule, Hollande faisant applaudir par les parlementaires réunis à Versailles la déchéance de nationalité. Un avachissement déplorable, mais au final une question simple : pourquoi voter Le Pen quand la Droite ou la Gauche (institutionnelle) font la même chose ?

3/ Le vote Front National a toujours été un vote de divertissement. Il m’arrive une embrouille, une administration me casse la tête, un abruti me pourrit la vie : « je vote Le Pen ». Un vote réactionnel, sans contenu, et un parti destiné au sort des baudruches.

4/ Le programme du Front National est nul, archi nul. La France sans l’Europe, abandonnant l’euro pour revenir au franc, et sortant de la Cour européenne des Droits de l’Homme : quel avenir ! Taper sur les plaies du système, mais sans la moindre analyse, sans la moindre proposition, ça ne mène pas loin. Pour faire genre, Madame Le Pen se revendique des victoires du Brexit et de Trump, au moment même où ces modèles montrent leur vanité.

5/ Le FN n’a pas su constituer un staff de dirigeants crédibles. C’est pitoyable… On trouve Madame Le Pen, fille de Papa, son mari Monsieur Alliot, son énarque Philippot, le toujours amusant Collard. Quatre personnes pour gouverner la France… Arrêtez le délire.

6/ Le FN perd toutes les élections. Au-delà des fantasmes sondagiers, quels sont les résultats électoraux du FN : Hénin Beaumont, et c’est tout ! C’est-à-dire une ville ouvrière, historiquement terre du Parti socialiste, avec des leaders embourbés dans des affaires de corruption. Alors qu’en France les élections régionales sont le type même du vote « défouloir », vu l’absence de pouvoir des régions, alors que le Parti Socialiste était par terre, vu la gouvernance de Hollande, et que Les Républicains étaient par terre, vu les frasques électorales et bygmaliennes de Sarkozy, le FN n’a gagné ni la région PACA, ni la région Nord-Pas-de-Calais. Le pays n’en veut pas, c’est clair.

7/ A longueur de journée, Les Républicains et le Parti Socialiste passent leur temps à grossir l’influence du Front National pour réduire le discours politique à une véritable prise d’otage de l’opinion : « C’est moi ou le FN ». N'ayant pas grand chose à dire, ils cherchent à profiter de cette politique de la peur. Dans la semaine, Juppé va remplacer Fillon, en expliquant : « j’accepte, parce qu’il faut faire barrage au FN ». Invoquer Le Pen, c’est un moyen de ne pas penser, et visiblement rien ne les fait plus souffrir que de penser par eux-mêmes.

8/ Vient enfin le meilleur, le plus important mais aussi le plus évident. Le peuple français n’est ni raciste, ni xénophobe. Quand il s’énerve, il vote Le Pen, mais en dehors de la part – historiquement constante – de vote extrémiste, il n’y a aucune contagion. Le peuple français est fondamentalement solidaire et attaché aux principes fondamentaux du droit. Dès que l’occasion se présente, sur le terrain, nos compatriotes, de tous les milieux, témoignent de trésors de solidarité et d’attention pour les démunis et les vulnérables.

*   *   *

Non, la France n’est pas Le Pen, ne l’a jamais été et ne le sera jamais. Le FN n’a jamais rencontré le pays, ne l’a jamais compris, et ne fait pas partie de son futur.

- Et moi, je fais quoi là-dedans ?

- Retourne gérer tes affaires d’héritage avec ton papa, Marine, et tchao.


http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/


Alter Info l'Information Alternative

2017 : porteurs de notre espérance, unissez-vous !

2017 : porteurs de notre espérance, unissez-vous !

À l'attention : de Messieurs Mélenchon, Tauzin, Asselineau, Larrouturou, Nikonoff, Jutier, Poutou, Jadot, Filoche, Laurent, ainsi que mesdames Lienemann et Autain

Unissez-vous pour la présidentielle !

Les Français sont moroses. Il n’est que de constater le nombre de candidats d’une droite désirant en finir avec Les Jours heureux*, et d’une gauche tentant de surnager dans le cloaque du Parti Socialiste. Nos derniers présidents de la République, de Mitterrand à Sarkozy et Hollande, ont en effet si bien manœuvré que nul ne s’y retrouve. Au point qu’à droite comme à gauche règne une cacophonie utilisée par le capitalisme financier pour imposer sa loi.

Devant le danger que représente la toute-puissance de l’oligarchie et son mépris de l'être humain, nous, citoyens français épris d’égalité, de liberté et de solidarité, exigeons une union immédiate de toutes les forces de progrès !

Nous exigeons que vous, candidats dont l’objectif est de remettre en valeur le génie citoyen, cessiez de rivaliser pour des questions de positionnement partisan ou d’ego. Que vous parliez de la dette, de la pauvreté grandissante, de la manière d’en sortir et de remettre l’Homme et le Bien Commun au centre de la politique et de l’économie.

Avant que ne disparaisse ce qui subsiste de la devise de notre république, et de manière à échapper à l’esclavage que nous réserve le productivisme, nous exigeons que vous, messieurs Jean-Luc Mélenchon, François Asselineau, Pierre Larrouturou, Jacques Nikonoff, Marc Jutier, Philippe Poutou, Yannick Jadot, Gérard Filoche et Pierre Laurent, ainsi que vous, général Didier Tauzin, et vous, mesdames Marie-Noëlle Lienemann et Clémentine Autain, mettiez en commun votre volonté de renouveau. Que vous vous unissiez pour désigner celui ou celle d’entre vous qui, au premier tour de l’élection présidentielle de 2017, portera nos attentes. Et que vous remettiez en marche l’ascenseur social.

Des millions de Français comptent sur vous, ne les abandonnez pas à ce choix mortifère : Fillon ou Le Pen, autrement dit droite extrême ou extrême droite. En conséquence, désignez parmi vous celui que la France espère, et redonnez à notre pays la couleur de l’espoir !
  * Les Jours heureux : Programme du Conseil national de la Résistance rédigé sous l’occupation allemande, mis en application par le général de Gaulle, détricoté par le libéralisme.


http://www.mesopinions.com/petition/politique/2017-porteurs-esperance-unissez/26444

Alter Info l'Information Alternative

Colonisation et esclavage : pour François Fillon, un « partage de culture »

Colonisation et esclavage : pour François Fillon, un « partage de culture »
Colonisation et esclavage :
pour François Fillon, un « partage de culture »
 
par Claude Ribbe (*)
 
Le dimanche 28 août 2016, à Sablé-sur-Sarthe, dans le parc du château, François Fillon, candidat à la primaire de la droite et du centre pour l'élection présidentielle de 2017, a choisi de réviser la définition communément admise de la colonisation et de dégager la responsabilité de la France dans la pratique de l'esclavage d’État, déclarant à l’emporte-pièce :
"Non, la France n'est pas coupable d'avoir voulu faire partager sa culture aux peuples d'Afrique, d'Asie et d'Amérique du Nord ! Non, la France n'a pas inventé l'esclavage !"
Cette saillie de François Fillon n’était par tout à fait conforme à l'héritage de son mentor, Philippe Seguin, qui avait demandé en juin 2002 au conseil de Paris de remettre en place la statue, place du général-Catroux, d’un ancien esclave, le général Dumas. Elle marquait également un certain décalage par rapport aux valeurs léguées par Joël Le Theule, ministre de l’outre-mer, auquel Fillon doit sa carrière. D'aucuns ont d’ailleurs jugé que le lieu choisi par François Fillon pour faire cette déclaration n'était pas un hasard : Sablé-sur-Sarthe, ville natale de Joël Le Theule, est en effet la commune dont Raphaël Elizé, un descendant d'esclaves de la Martinique, fut le maire socialiste de 1929 jusqu'à sa destitution par les autorités de Vichy en 1941 et sa déportation à Buchenwald, où il mourut en 1944, ce que François Fillon ne pouvait ignorer, puisqu'il a succédé à Raphaël Élizé et à Joël Le Theule à la mairie de Sablé-sur-Sarthe, où il fut élu de 1983 à 2001.
La date du 28 août est proche de celle du 23 août, fixée par l'UNESCO pour commémorer la traite et l'esclavage. C'est en effet le 23 août 1791 que les esclaves de Saint-Domingue (depuis république d'Haïti) se sont soulevés contre la colonisation esclavagiste française, accélérant l'abolition générale de l'esclavage, entérinée le 4 février 1794 par la Convention.
Même si François Fillon, lorsqu'il était Premier ministre, avait signé une circulaire tendant à affaiblir le caractère solennel de la journée du 10 mai -la date choisie par Jacques Chirac en 2006 pour la commémoration de l'esclavage, et devenue depuis institutionnelle-  il ne pouvait ignorer qu’une loi de 2001 reconnaît que l’esclavage tel que la France l’a pratiqué officiellement aux dépends de six millions d’Africains de 1635 à 1848, est un crime contre l’humanité.
La déclaration de François Fillon du 28 août 2016 lui a sans doute valu la sympathie et les voix de la droite extrême et de l'extrême droite, qui lui ont permis de passer en quelques jours, dans les semaines qui ont suivi son discours de Sablé-sur-Sarthe, d’une estimation de 12 % dans les sondages à 44 % de suffrages exprimés et de devancer Alain Juppé, jugé plus ouvert sur ces questions.
Mais elle a été sanctionnée, le 20 novembre 2016, par les Français des anciennes colonies esclavagistes au premier tour de la primaire de la droite et du centre. Les suffrages se sont en effet massivement portés sur Alain Juppé, le maire de Bordeaux, vainqueur en Guyane (avec 47,6 %), en Guadeloupe (43,4 %), en Martinique (35,36 %) et en Seine-Saint-Denis (35,8 %).
Outre l’indignation de l’outre-mer et des Français issus de la colonisation de l’Afrique, cette proclamation du 28 août 2016 n’a pu que susciter des interrogations dans les 47 pays qui, durablement ou non, partiellement ou en totalité, subirent la colonisation française :  Algérie, Anguilla, Antigua, Bénin, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chine, Comores, Côte d’Ivoire, Djibouti, Dominique, Égypte, États-Unis,  Gabon, Gambie, Grenade, Guinée, Haïti, Inde, Laos, Liban, Madagascar, Mali, Malte, Maroc, Mauritanie, Montserrat, Niger, République centrafricaine, République du Congo, Saint-Christophe, Saint-Domingue, Sainte-Croix, Sainte-Lucie, Saint-Eustache, Saint-Vincent, Sénégal, Syrie, Tanzanie, Tchad, Tobago, Togo, Tunisie et Vietnam.
Pour presque toutes ces nations, la colonisation française, qui a imposé le travail forcé aux indigènes de 1900 à 1946, fut violente et criminelle. Pour ne prendre qu'un exemple, à Madagascar, de 1883 à 1960, elle a occasionné plus de 500 000 morts : 17 % de la population initiale. Les Malgaches, traumatisés par cet épisode, n'y ont jamais vu aucun "partage de culture" et il leur arrive de le reprocher encore à leurs plus proches voisins français : les Réunionnais.
Est-il besoin de rappeler par ailleurs les horribles épisodes qui ont accompagné la colonisation française en Afrique ?
Si la France n'a évidemment pas inventé l'esclavage en général, elle a néanmoins été l’une des premières nations à développer l'esclavage d'État, subventionné par des primes, et légalisé par le code noir. C'est cette forme officielle et institutionnelle d'esclavage (et non l'esclavage en général) qui est commémorée tous les 10 mai.
L'esclavage a été rendu possible par la propagation du racisme. Et la France n'a aucune leçon à donner à cet égard, puisqu'elle compte malheureusement des théoriciens qui, les premiers, ont mis en doute l'unité de la nature humaine. C’est ce que fit Isaac La Peyrère en 1655. Et peu après, en 1684, c’est François Bernier, un médecin français, qui inventait l'idée absurde de prétendues « races » humaines. C’est la République française, prise en otage par Napoléon, qui a rétabli l’esclavage dans un bain de sang en 1802, après l'avoir aboli (ce qu'aucun pays au monde n'a jamais osé faire). C'est en outre un Français qui a inventé le mot de racisme en 1892, non pas pour dénoncer ce préjugé, mais pour en faire un mot d'ordre positif. Et nombreux sont les intellectuels français, comme Vacher de Lapouge, qui ont directement inspiré ou approuvé l'idéologie nazie.
Le passé colonial et esclavagiste de la France, même s'il est très déplaisant, fait partie intégrante de son histoire. Évoquer de tels faits sans les édulcorer n'a rien à voir avec une quelconque demande d'une prétendue "repentance". C'est un préalable nécessaire pour dépasser cette histoire et en effacer les séquelles, dont le racisme, qui fait peser aujourd’hui une lourde hypothèque sur l’avenir de la France, est le plus évident et le plus dangereux.
Nicolas Sarkozy, après avoir inauguré son quinquennat en déclarant d’entrée de jeu à Dakar, alors que François Fillon était son Premier ministre, que l’homme africain n’était «pas suffisamment entré dans l’histoire», a tenté, au cours de la campagne de la droite et du centre, de faire admettre aux Français de toutes origines qu'ils descendaient de "Gaulois". François Fillon est bien resté dans cette voie en flattant les préjugés de l'électorat ultraréactionnaire de la droite extrême et la mouvance identitaire, qui se reconnaît en lui, comme en témoigne le soutien affiché du raciste et eugéniste Henry de Lesquen.
En une période de troubles et d'attentats, il faut prendre garde à ne pas dresser les Français les uns contre les autres, à ne pas mettre en danger l'outre mer, les banlieues et le pays tout entier. Et il faut aussi s’attacher à ne pas blesser les anciennes colonies françaises, qui sont aujourd’hui des partenaires économiques essentiels, par des propos dédaigneux.
"L'homme de l'avenir est celui qui aura la mémoire la plus longue", écrivait Nietzsche. La courte mémoire condamne à être longtemps confronté à ce passé qu'on ne veut pas admettre.
Le 3 novembre 2016, sur France 2, lors du second débat de la primaire, François Fillon est revenu malgré lui sur sa déclaration du 28 août. Il a dû reconnaître que l'esclavage et la colonisation étaient bien des crimes. Il a cependant maintenu ses propos, adoptant, face à Élie Domota, qui lui reprochait le caractère raciste d'une phrase relevant, selon le syndicaliste, de l'apologie de crime contre l'humanité, une attitude où certains observateurs originaires d'outre mer et d'Afrique n'ont vu qu'arrogance et mépris.
Fillon a évoqué, pour se dédouaner, un discours prononcé à propos de la mort d'Aimé Césaire à l'assemblée nationale, le 13 mai 2008. Mais, dans cette allocution, il est surtout question de poésie, comme si Césaire n'était pas aussi l'auteur du Discours sur le colonialisme. Et les mots d'esclavage et de colonisation y sont soigneusement évités. L’ancien maire de Sablé-sur-Sarthe y fait allusion au "passé douloureux et enchaîné des peuples noirs" auquel Césaire était, selon lui, « fidèle ». Mais l'ancien Premier ministre ne semble pas directement concerné : comme si cette histoire n'était pas la sienne, comme s'il y avait bien eu des victimes, mais jamais de bourreaux. Et comme si les victimes, les "peuples noirs", du seul fait de leur couleur, étaient destinées de toute éternité à l'enchaînement et à la douleur.
 
(*) écrivain et réalisateur, auteur d’Une Autre Histoire (2016, le cherche midi éditeur)
 

Alter Info l'Information Alternative

Farida Belghoul appelle à soutenir Fillon contre Juppé

La Présidente de la Fapec et initiatrice des "JRE", qui ont fait tomber Peillon et contraint Belkacem à retirer des "ABC de l'égalité" en faveur de la théorie du genre à l'école, a publié un texte sur son nouveau site, dans lequel elle apporte pour la première fois son soutien "vigilant" à un homme politique, et ce à quelques jours du second tour de la primaire de la droite et du centre.
Farida Belghoul appelle à soutenir Fillon contre Juppé
La France court actuellement un risque bien plus grave qu’il n’y paraît à première vue. Le peuple de France, toutes classes sociales confondues, toutes philosophies et spiritualités mêlées est en danger de mort.

Hyperbole littéraire ? Outrance ridicule, infondée ?

Je fus, on s’en souvient encore, l’initiatrice et le porte-parole du mouvement Journée de Retrait de l’Ecole. L’action JRE pour l’interdiction de la théorie du genre dans les établissements scolaires fut une action autonome, totalement indépendante de toute espèce d’organisation politique, libre de toute influence, sans le moindre financement.

« En six mois, de janvier à juin 2014, cinq Jours de Retrait de l’Ecole ont conduit à 250 420 retraits, ce qui en fait la plus importante opération de désobéissance civile réalisée en France sous la Vème République », écrit Philippe Darantière dans son ouvrage intitulé Le techno-nihilisme.

Je reste Présidente de la Fédération Autonome des Parents Engagés et Courageux, la FAPEC. Le Père Olivier Horovitz en est lui-même le Vice-Président. Notre collaboration est heureuse et se veut offensive pour sauver les enfants par les parents.

Une fois de plus, je parlerai librement, et sans crainte, en disant ce qui est, à mon sens, le mieux pour les familles car la défense de l’enfance est notre combat.

Ce combat est la mère des batailles parce qu’il reconduit l’homme menacé de mort dans son identité primordiale : un homme est un homme ; une femme est une femme ; seule leur rencontre accouche de la génération suivante. Le reste n’est que mensonge. « J’ai deux papas » ou « deux mamans » est le plus grand mensonge de tous les temps.

Etre un père, ou une mère, est un statut particulier à l’extrême opposé de celui de consommateur. Une mère, ou un père, n’achète pas son enfant, il le porte en lui.

Le communautarisme a ceci d’odieux qu’il ment pour le profit exclusif de chefs indifférents au sort de la communauté en question. Le communautarisme LGBT n’échappe pas à ce fonctionnement.

Les campagnes électorales n’ont jamais été, à mes yeux, des moments captivants. La langue de bois des politiques et leurs promesses fallacieuses me répugnent autant que le spectacle de leurs manœuvres mis en forme par les médias. J’ai toujours préféré m’engager dans les combats de terrain. La guerre au sol ne me fait pas peur. Ce n’est jamais moi qui fuis la confrontation avec l’adversaire. Par expérience, je me méfie des élus qui biaisent et leur refuse les chèques en blanc qu’ils réclament à chaque fois.

Pourquoi prendre place, cette fois-ci, dans la mêlée pour les primaires de la droite et du centre ?

Pour une raison bien simple, il faut vaincre le Parti Socialiste, fossoyeur des quartiers populaires, « analphabétiseur » des pauvres et des classes moyennes, ennemi farouche de la famille, fauteur de guerres, corrupteur de l’esprit et du cœur. Ne jamais voter PS est une règle à laquelle il ne faut plus déroger sous peine d’agir dorénavant en faveur de la culture de mort qu’il promeut.

Pas si simple… Car qui sait où s’arrêtent les frontières du PS ? Spécialisé dans l’infiltration et l’insinuation, il prend même les traits de l’adversaire s’il le juge nécessaire… Dans les années 1980, je l’ai vu faire : il s’est fait passer pour le mouvement Beur, pour mieux détourner et briser nos initiatives de l’époque pour l’entente et la paix.

Oui, la mentalité PS avance masquée et vient perturber les cœurs. Oui, l’esprit PS prépare le grand remplacement de l’Homme par du bétail humain augmenté – en vérité diminué, et brisé à jamais.

Le transhumanisme est le constructivisme par excellence, l’homme croyant devenir son propre créateur. C’est son aboutissement. L’échec de l’école est en fait la victoire des constructivistes.

A l’initiative de l’école publique, les constructivismes dans les établissements scolaires se suivent et se maintiennent imbriqués, peu à peu, les uns dans les autres : de 1880 à nos jours, puis au-delà, l’enfant doit devenir un adulte athée, puis illettré, ensuite LGBT en attendant d’être finalement augmenté…

Je suis enseignante, professeur de Français et d’Histoire. Je vois depuis trente ans la mise en œuvre à l’école du constructivisme intellectuel par les pédagogistes auquel s’ajoute maintenant le constructivisme sexuel pris en charge par les LGBTistes.

Autrement dit, la méthode globale et la théorie du genre sont des étapes formatrices du transhumanisme : l’enfant doit apprendre à lire par lui-même et doit choisir désormais lui-même son identité sexuelle. Le Parti Socialiste est un adversaire hystérique de la méthode syllabique (qui fait intervenir le maître) et des stéréotypes de genre (qui expriment l’identité sexuelle innée) parce que ce sont des obstacles au constructivisme mortifère, à la culture de mort, au transhumanisme.

J’en viens ainsi à la candidature de François Fillon.

La menace transhumaniste fait feu de tout bois : toute tribune, tout support sont bons à prendre, y compris cette campagne des primaires de la droite et du centre.

Voter Alain Juppé c’est voter pour l’esprit PS. Tout indique que ce candidat prend le parti d’une stratégie maudite : tenter de coincer son rival sur les questions sociétales et attirer ainsi au second tour une autre « race de votants », les électeurs du premier tour l’ayant disqualifié.

Le but d’Alain Juppé est de mobiliser en sa faveur tous les bobos sous emprise du transhumanisme (euthanasie, avortement, théorie du genre, pédagogisme, mariage homo, GPA…). Il est à craindre que cette stratégie PS aboutisse ! Juppé, aujourd’hui clairement candidat de la culture de mort, peut l’emporter avec l’apport de ceux-là même qu’il est censé combattre.

Bien sûr, nous pourrions mettre à bas ce régime en menant un combat dans l’unité des forces résistantes. Ce n’est malheureusement pas le cas. Le peuple rechigne à combattre et les élites préfèrent les élections. Que faire pour repousser la mort car la candidature de Juppé accélère le processus délétère ?

Il y a plusieurs aspects dans l’organisation scolaire préconisée par Fillon qui me déplaisent. Mais l’urgence actuelle veut que je fixe mon attention surtout sur les possibilités positives éventuelles qu’un candidat comme lui peut apporter aux enfants scolarisés.

François Fillon promet de virer de l’Education Nationale les pédagogistes à l’origine de l’illettrisme et du piètre niveau intellectuel des jeunes. Enfin débarrassés du constructivisme ! Enfin libérés de ces méthodes pédagogistes ignobles sévissant à l’école depuis si longtemps, ayant commis tant de ravages, ayant brisé définitivement tant de vies…

S’il le fait, ce serait une révolution formidable aux mille et une conséquences heureuses.

François Fillon promet d’empêcher la vente des enfants. Il promet d’interdire la GPA – ce que j’ai appelé Grossesse Pour Argent pendant l’action JRE. Toutes les femmes et tous les hommes équilibrés réprouvent, de toutes leurs forces, ce monstrueux trafic d’êtres humains.

S’il le fait, des milliers d’enfants à venir ne seront pas mis en vente comme des chiots sur un marché mondial.

François Fillon promet de défendre la famille et maintient que l’enfant est issu d’un homme et d’une femme. Propos héroïques par les temps qui courent. S’ils se prolongent dans les faits, cela constituera un premier pas vers un redressement effectif du pays.

Evidemment certains aspects du programme de François Fillon me heurtent. C’est la raison pour laquelle je lui apporte un soutien vigilant et non inconditionnel.

La ligne de la FAPEC demeure : il faut sauver les enfants, par les parents, et par tous les moyens nécessaires. Si nous pouvons attendre des preuves de François Fillon, il n’y a rien à attendre d’Alain Juppé.

J’appelle donc, dans le cadre de la mère des batailles que nous continuons de mener tous ensemble, à voter pour François Fillon au second tour des primaires de la droite et du centre.

Gardons à l’esprit cependant, que les élections quelles qu’elles soient ne sauraient remplacer l’engagement des parents dans le combat pour sauver leurs enfants.

Farida Belghoul

http://mouvement-jre.com/farida-belghoul-apporte-son-soutien-vigilant-a-francois-fillon/

Alter Info l'Information Alternative