Archives par mot-clé : Conspiration

Un agent de la CIA déclare sous serment : « Nous avons détruit les tours jumelles le 11 septembre »

Un ancien agent du gouvernement américain qui a travaillé pour la CIA lors des attentats du 11 septembre 2001 a fait une déclaration sous serment disant que le 11 septembre était un travail de l’intérieur.
Un agent de la CIA déclare sous serment : « Nous avons détruit les tours jumelles le 11 septembre »
L’ex-agent de la CIA, qui est également un pilote expérimenté, a parlé de la destruction des bâtiments du World Trade Center, affirmant que les trois tours ont été abattues par des démolitions contrôlées et non par des avions qui auraient été détournés par des pilotes amateurs.
L’ancien agent de la CIA, John Lear, a non seulement fait une déclaration sous serment en tant que témoin expert, mais il a également produit des preuves concluantes qui réfutent le récit officiel selon lequel les tours jumelles ont été détruites par des avions qui ont été volés et pilotés par des terroristes.

Par l’entremise du serment, l’agent Lear confirme que les bâtiments du WTC à New York ont été démolis en utilisant des explosifs placés préalablement dans un complot soigneusement orchestré et bien conçu par le gouvernement des États-Unis et la CIA, ajoutant :

« Aucun avion de ligne Boeing 767 n’a frappé les tours jumelles comme prétendu frauduleusement par le gouvernement, les médias, le NIST et ses entrepreneurs. »

Ses déclarations ont finalement confirmé la théorie de longue date selon laquelle les tours jumelles ont été frappées par des avions militaires qui avaient été conçus pour ressembler à des avions de ligne classiques et a une démolition contrôlée pour ensuite réduire les bâtiments en cendres.

Le 3ème avion n’a pas réussi à frapper le Bâtiment 7 comme prévu en raison de complications inconnues, mais les trois tours ont été détruites selon le plan.

Les révélations de Lear s’harmonisent complètement avec les déclarations du mois dernier de l’ex agent de la CIA, Malcom Howard, qui a fait une confession sur son lit de mort où il a déclaré qu’il faisait partie d’une opération hautement classifiée chargée de faire exploser le Bâtiment 7.

Même Donald Trump, qui est l’un des promoteurs immobiliers les plus expérimentés de la ville de New York, a déclaré que le bâtiment ne pouvait être abattu que par des explosifs car « les avions n’auraient jamais pu endommager les poutres en acier ».



Un agent de la CIA déclare sous serment : « Nous avons détruit les tours jumelles le 11 septembre »
En ce qui concerne l’impossibilité de détourner les avions dans les tours, l’agent John Lear de la CIA a dit dans sa déclaration sous serment :

« Ces accidents ne se sont pas produits car ils sont physiquement impossibles, tels que représentés, pour les raisons suivantes : dans le cas de l’UAL 175 s’écrasant dans la tour sud, un véritable Boeing 767 aurait commencé à «télescoper» lorsque le nez a frappé l’acier des poutres de 35 centimètres à l’extérieur et de 100 centimètres au centre.

La queue de l’avion se serait détachée instantanément, aurait frappé les poutres en acier et serait tombée au sol.

Les moteurs lors de l’impact avec les poutres en acier auraient conservé leur forme générale et seraient tombés au sol, ou auraient été récupérés dans les débris du bâtiment effondré.

Aucun Boeing 767 ne pourrait atteindre une vitesse supérieure à 800 km/h à 300 mètres au-dessus du niveau de la mer.

La ventilation du moteur n’est pas conçue pour accepter le volume d’air dense à cette altitude et vitesse.

Le morceau de prétendu fuselage externe est incompatible avec un avion qui a frappé des poutres en acier de 35 centimètres, à plus de 800 km/h : il se serait froissé.

Aucune partie significative du Boeing 767 ou du moteur n’aurait pu pénétrer les poutres en acier de 35 centimètres et 12 mètres au-delà du noyau massif de la tour sans qu’une partie ne tombe au sol.

Les débris de l’effondrement auraient dû contenir des énormes morceaux du Boeing 767, dont 3 réacteurs pesant environ 4 tonnes chacun qui n’auraient pas pu être cachés.

Pourtant, il n’y a aucune preuve de ces énormes composants d’un 767 au WTC. Une disparition complète de débris de Boeing 767 est impossible. »

Contrairement à toute autre forme de déclaration, une déclaration sous serment devient vérité dans la loi, si elle n’est pas réfutée.

Il appartiendra maintenant aux critiques de la théorie de présenter leurs preuves et leurs analyses pour réfuter l’affirmation point par point.

S’ils ne le font pas ou ne peuvent pas, le gouvernement des États-Unis autorisera par voie d’omission que le rapport fourni par la Commission du 11 septembre est faux.

Le capitaine de la compagnie aérienne à la retraite et l’ancien pilote de la CIA (qui a plus de 19 000 heures de temps de vol) a également attiré l’attention sur l’inexpérience des pilotes qui auraient volé les avions :

« Le prétendu pilotage jusqu’à New York sur un parcours relativement direct par un pilote novice est une situation improbable à l’extrême en raison de la difficulté de contrôler le cap et de maintenir la vitesse de descente et l’inclinaison dans les paramètres du vol contrôlé. »

Il faut un pilote hautement qualifié pour interpréter l’affichage des instruments de bord, avec lequel aucun des pilotes terroristes n’aurait été familier ou aurait été formé à utiliser ses contrôles, y compris les ailerons, le gouvernail, les spoilers et les accélérateurs pour effectuer, contrôler et maintenir une descente.

Lear, selon sa déclaration sous serment, a piloté plus de 100 différents types d’avions pendant ses 40 ans de vol et détient plus de certificats d’aviateur FAA que tout autre aviateur certifié FAA.

Il a piloté lors de missions secrètes pour la CIA en Asie du Sud-Est, en Europe de l’Est, au Moyen-Orient et en Afrique entre 1967 et 1983, puis a passé 17 ans à travailler plusieurs compagnies aériennes de passagers et de fret en tant que capitaine, vérificateur aérien et instructeur.

Il est membre de Pilotsfor911truth.org.org, qui a systématiquement soutenu qu’il était impossible que les avions à réaction aient frappé les tours jumelles comme l’a suggéré la Commission du 11 septembre.

La Commission n’a relevé aucune preuve venant des pilotes lorsqu’elle a mené son enquête sur les attentats de 2002 à 2004.

Source : Neon Nettle Nettle


Alter Info l'Information Alternative

Macron-Libye : la Rothschild Connection

“Ce qui se passe aujourd’hui en Libye est en quelque sorte le noeud d’une déstabilisation à multiples visages” : a déclaré le président Macron en célébrant à l’Elysée l’accord qui “trace la feuille de route pour la paix et la réconciliation nationale”.
Macron-Libye : la Rothschild Connection
Macron attribue la situation chaotique du pays uniquement aux mouvements terroristes, lesquels “visent à profiter de la déstabilisation politique et de la manne économique et financière qui peut exister en Libye pour prospérer”. Pour cela -conclut-il- la France aide la Libye à bloquer les terroristes. Macron renverse, de cette façon, les faits. L’artisan de la déstabilisation de la Libye a précisément été la France, avec les Etats-Unis, l’Otan et les monarchies du Golfe.

En 2010, documente la Banque mondiale, la Libye enregistrait en Afrique les plus hauts indicateurs de développement humain, avec un revenu par habitant moyen-haut, l’accès universel à l’instruction primaire et secondaire et de 46% à l’enseignement supérieur. Environ 2 millions d’immigrés africains y trouvaient du travail. La Libye favorisait par ses investissements la formation d’organismes économiques indépendants de l’Union africaine.

USA et France -prouvent les emails d’Hillary Clinton- s’accordèrent pour bloquer le plan de Kadhafi de créer une monnaie africaine, en alternative au dollar et au franc Cfa (monnaie que la France impose à 14 de ses ex-colonies africaines). Ce fut Clinton -documente le New York Times– qui fit signer au président Obama “un document qui autorisait une opération secrète en Libye et la fourniture d’arabes aux rebelles”, y compris des groupes jusque là classifiés terroristes.

Peu après, en 2011, l’Otan sous commandement USA démolissait par la guerre (ouverte par la France) l’Etat libyen, en l’attaquant aussi de l’intérieur avec des forces spéciales. D’où le désastre social, qui fera plus de victimes que la guerre elle-même surtout chez les migrants.

Histoire que Macron connaît bien : de 2008 à 2012 il fait une fulgurante (autant que suspecte) carrière à la Banque Rothschild, l’empire financier qui contrôle les banques centrales de quasiment tous les pays du monde. En Libye, la Banque Rothschild débarque en 2011, tandis que la guerre est encore en cours. Les grandes banques étasuniennes et européennes effectuent en même temps la plus grande rapine du siècle, en confisquant 150 milliards de dollars de fonds souverains libyens. Dans ses quatre années de formation chez Rothschild, Macron est introduit dans le gotha de la finance mondiale, où se décident les grandes opérations comme celle de la démolition de l’Etat libyen. Il passe ensuite à la politique, faisant une fulgurante (autant que suspecte) carrière, d’abord comme vice-secrétaire général de l’Elysée, puis comme ministre de l’économie. En 2016 il crée en quelques mois son parti, En Marche !, un “instant party” soutenu et financé par de puissants groupes multinationaux, financiers et médiatiques, qui lui ouvrent la voie à la présidence. Derrière le protagonisme de Macron ne se trouvent donc pas seulement les intérêts nationaux français. Le butin à partager en Libye est énorme : les plus grandes réserves pétrolifères africaines et de grosses réserves de gaz naturel ; l’immense réserve d’eau fossile de la nappe nubienne, l’or blanc en perspective plus précieux que l’or noir ; et le territoire libyen lui-même de première importance géostratégique à l’intersection entre Méditerranée, Afrique et Moyen-Orient.

Il y a “le risque que la France exerce une forte hégémonie sur notre ex-colonie”, prévient Analisi Difesa, en soulignant l’importance de l’imminente expédition navale italienne en Libye. Un appel à l’”orgueil national” d’une Italie qui réclame sa part dans la partition néo-coloniale de son ex-colonie.


Alter Info l'Information Alternative

Empire du goulag levant (ex-USA): L’envers du décor de l’empire… Washington et l’extrémisme religieux chrétien

“Pour nous considérer comme des journalistes libres, nous devons nous considérer non pas comme des agents de la puissance en place, mais comme des agents du peuple.” ~ John Pilger ~
Empire du goulag levant (ex-USA): L’envers du décor de l’empire… Washington et l’extrémisme religieux chrétien
Washington de derrière le miroir

La Russie pense qu’elle travaille avec le président Trump en Syrie et qu’elle fait de progrès pour pousser l’OTAN hors de ses frontières. C’est ce qu’on pourrait penser en lisant les infos disponibles de cette fin du mois de juillet 2017. Ce que la Russie ne sait pas, et peu aux Etats-Unis le savent du reste, est que le Pentagone, en particulier sa cabale extrémiste, a reçu carte blanche.

Ainsi, lorsque le ministre des AE Tilllerson (NdT: ex-CEO d’Exxon-Mobil doit on le rappeler à chaque fois ?…) menace de donner sa démission, ses efforts, son travail toujours minimisés, lui et le public pensent que cela implique le président Trump et sa famille et le barrage de niaiseries balancées sur Twitter et qui font penser pour beaucoup, à un président ayant un paquet d’idées mais un grand manque de concentration.

La véritable question pourrait bien être non pas de savoir si Trump a donné carte blanche au Pentagone, mais pourquoi ? Pourquoi fait-il confiance aux généraux ou qui que ce sit se planquant derrière lui, le conseillant et le contrôlant. Rien de l’historique de Trump ne devrait le mener au militarisme ou à une confiance envers les traîneurs de sabres et les “lèches-cul” du Pentagone. Aucune organisation ne s’est plantée aussi pathétiquement que le Pentagone, perdant guerre après guerre, perdant des milliers de milliards de dollars dans le processus, brisant le matériel et ternissant les réputations.

Pour chaque mouvement vers une amélioration des relations dans un monde qui peut être défini comme il l’était durant la guerre froide: “L’Est contre l’Ouest”, il y a deux mouvements vers le conflit et la confrontation.

Alors que l’été 2017 chargé de destinée, s’évanouit, le livre de conduite géopolitique a été jeté aux orties, peut-être pour toujours. Ce qui est le plus dangereux, est que très peu de monde comprend les dynamiques de pouvoir. Plus sérieux encore est le fait que quelques uns de ceux travaillant dans l’ombre sont des adversaires potentiels, des adversaires nucléaires, nous parlons bien entendu de la Russie et de la Chine.

Pour commencer, nous allons énoncer le cheveu dans la soupe le plus important en ce qui concerne le rapprochement, réel ou imaginaire, entre le président Trump et la Russie. La toile de fond de ceci, vue dans ses détails est à la fois exténuante et ciselée également de fiction et d’artifice. Voyons cela.

Washington, ou quoi que ce soit qu’on veuille l’appeler, maintenant généralement perçu comme un égoût de politiciens corrompus, vendus et achetés aux plus offrants et totalement soumis à des intérêts très particuliers, un marécage de think tanks qui font tout ce qu’on veut sauf … penser et des médias qualifiés de “fumisterie” par Trump soi-même. La presse est un point clef ici pour un tas de raisons.

Le monde “analyse” la politique américaine au travers du prisme des “fausses nouvelles”, “fausses infos”. Cela a toujours été “bidon” semble t’il et ce depuis des décennies. Avec si peu de journalistes de qualité et des médias contrôlés par des intérêts entrepreneuriaux très puissants, la punaise Trump plantée dans la baudruche des “fausses infos”, exposant ce qu’il s’est passé pendant des années et ce “qu’il en est aujourd’hui”, c’est à dire un ramassis de mensonges et de détritus, cette punaise donc a ouvert une porte.

Encore plus de mensonges et d’infos poubelles surviennent, cette fois-ci encore plus fausse que les autres, avec les organisations de la théorie du chaos et de la guerre psychologique se noyant dans les capacités d’une guerre bidon contre le terrorisme sur-financée et ayant bien trop de temps à leur disposition, leur permettant de prêter leur talent de l’inutile à la désinformation générale du public.

Le résultat a été un pays divisé où les “faits alternatifs” fabriqués pour une population vulnérable sont maintenant en concurrence avec des médias de masse, définis et je pense fort justement, comme des “médias de l’info bidon”, soutenant des versions différentes d’un narratif fictif qui ne ressemble que de très loin à la réalité et encore de manière rare et biaisée.

Donc, pour Washington, la Russie semble avoir bidouillé une élection américaine et une nouvelle branche de l’exécutif, peut-être travaillant pour la Russie ou quelqu’un, comme toute info de toute source ne peut pas être crue sur parole, est maintenant sous enquête de la part de groupes employés de longue date par des intérêts particuliers spéciaux, dont beaucoup sont en porte-à-faux total avec le bien-être des Etats-Unis.

L’Amérique s’est laissés glisser dans la dictature. Elle a abandonné depuis longtemps la capacité de se gouverner elle-même, peut–être fut-ce à cause de la création de la banque de la réserve fédérale en 1913 ou les plus récentes érosions du pouvoir individuel comme avec la décision de la Cour Suprême de 2005 sur les citoyens unis. Quelque soit le point décisif que l’on choisisse, les reliques des institutions démocratiques aux Etats-Unis sont maintenant très difficiles à trouver.

Ce qu’il nous reste c’est ce qui devient de plus en plus des factions, définies souvent à tort comme de “droite” ou “d’extrême droite” en course pour le contrôle de l’armée américaine et avec çà en prime, le contrôle de la planète.

Voyez-vous, celui qui contrôle l’armée américaine contrôle le monde, à moins qu’un autre bloc puissant n’apparaisse qui puisse défier… défier quoi au juste ? Si le Pentagone contrôle l’armée des Etats-Unis et s’il est contrôlé lui-même par une cabale d’extrémistes religieux comme beaucoup le disent ou des laquais des transnationales comme la plupart le pensent, alors où en est le monde ?

Une fois de plus, si Trump et son propre congrès républicain sont en guerre au sujet de sa destitution et je peux vous assurer qu’on discute de peu de choses d’autre en ce moment à Washington, les deux faces de la même pièce, serviteurs de différents maîtres, est-ce que toute supervision de ce nouveau pouvoir militaire sur la politique américaine a disparu ?

A ceci, nous répondons sans aucun plaisir: oui !

Ainsi, tandis que les “zones de désescalade” sont discutées et planifiées pour la Syrie ou que la CIA annonce qu’elle démantèle son programme minuscule “d’aide publique au terrorisme”, le Pentagone est en train de planifier l’occupation et le démantèlement de l’Irak, prépare la guerre contre l’Iran, la Chine, la Corée (du Nord) et aussi contre la Russie.

Si le congrès continue de dialboliser la Russie, ce qui est vu par beaucoup comme une adhésion rampante au dogme de la guerre froide, quel est l’état d’esprit du Pentagone ? Quelqu’un le sait-il ?

Pourquoi est-ce que personne n’admet maintenant que c’est le Pentagone qui décide de la politique des Etats-Unis ? Quelqu’un sait-il comment ce processus fonctionne ? Peu de monde sait que lorsque Trump a choisi son équipe de transition, il a envoyé un général à la retraite du nom de Jerry Boykin au Pentagone avec toute autorité pour faire tous les changements nécessaires. On nous rapporte que Boykin a construit un duplicata de la structure de commandement et que c’est cette structure qui établit maintenant la politique étrangère américaine, fondé sur la prophétie chrétienne de la “fin des temps” et de sa théologie, ceci représentant des formes religieuses extrémistes qui font passer en comparaison les Talibans et Daesh pour des enfants de chœur.

Ainsi, quand le ministère des affaires étrangères se sent mis à l’écart, isolé par une Maison Blanche clairement opérant au-delà de sa capacité, comment un Pentagone également hors de contrôle, a t’il ajouté au chaos ambiant ?


~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

url de l’article original: http://www.veteranstoday.com/2017/07/26/neoduff-washington-behind-the-mirror/

Alter Info l'Information Alternative

Terrorisme, Guerre, Démocratie : les trois mamelles du nouvel ordre mondial

Terrorisme, Guerre, Démocratie : les trois mamelles du nouvel ordre mondial
Ces trois mots (maux ?) de notre société doivent se solutionner par un quatrième qui se nomme la Paix. (un peu d'humour ne fait pas de mal) C'est bien ce but que prétendent poursuivre le Américains. Tout en inondant le monde de chemtrails et d'ondes nocives issues de la technologie Haarp, ils planifient une alimentation à base d'OGM abreuvés de pesticides, d'animaux biologiquement transformés nourris d'OGM d'antibiotiques et vaccinés à l'aluminium et aux nano particules ainsi qu'un réchauffement climatique et une future inondation mondiale. Tout cela avec le travail d'esclaves (nous, vous) inconscient du plan poursuivi par cette classe oligarque qui nous domine depuis des milliers d'années. Qui sont ils, des reptiliens, des extraterrestres, des hybrides ? Pour qui nous prennent ils ? Ils se sont organisés en sectes pyramidales dans lesquelles les informations sont distillés avec parcimonie et précaution et dont les adeptes sont drogués et emprisonnés, allant jusqu'à menacer de mort tous ceux qui révèleraient le complot. Le nombre d'adepte est tel que la comparaison avec la série « le prisonnier » s'avère parfaite. Ces sectes sont : franc-maçonnerie, illuminatis, témoins de Jéhovah, scientologie, pour ne citer que les plus connus, elles ont pour point commun des pays où elles sont très bien représentées, l'industrie du spectacle musical et cinématographique leur fait un triomphe. Il semble très important pour nos dirigeants que le public soit endoctriné par ces contrôles mentaux, à tel point que des présidents Français ont décorés de la légion d'honneur des paul Mac Cartney, Tom Cruise, et s'apprêtent à recevoir en grande pompe des Bono et autre Rihanna, dont on connait les signes sataniques affichés dans leurs concerts et clips vidéos. Ce film court se nomme "3 mn pour comprendre l'Histoire Génocidaire des États-Unis" Il est explicite sur l'inversion des valeurs. https://www.youtube.com/watch?v=j-L21hRsIlE Nous connaissons d'autres génocides qui ne figurent pas dans cette liste, comme le génocide des tribus indiennes natives du territoire américain, parmi les architectes de ce génocide, il y avait Jeffery Amherst, un maitre franc- maçon de la guerre. En effet il fut celui qui suggéra l'utilisation des couvertures et des habits infectés de virus aux populations des amérindiens et dont il chargeât, depuis l'Angleterre, un autre franc-maçon , suisse celui là, henri Bouquet, de l'exécution. voir le chapitre premier de ce livre : https://books.google.fr/books?id=BumIGVB_d7MC&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false http://www.le-saviez-vous.fr/2010/10/la-premiere-attaque-biologique.html https://michelduchaine.com/2016/10/09/nouvel-ordre-mondialle-terrible-pouvoir-de-la-franc-maconnerie/ https://michelduchaine.com/ La page de michel Duchaine donne une information capitale sur le plan de destruction mis en œuvre avec cette carte du monde inondé. https://michelduchaine.com/2017/07/24/importante-fuite-dinformation-les-cartes-qui-devoilent-la-mort-de-notre-civilisation-sous-les-eaux-et-les-bunkers-pour-proteger-lelite/ Il semble hélas inéluctable qu'ils réussissent leur plan qu'albert Pike aurait prophétiser en 1871. https://www.youtube.com/watch?v=C28eQ_AJTEo Albert Pike a officiellement affirmer que Lucifer était le dieux des Francs-Maçons mais interdisait que ceux de grade inférieur au 33 iéme en soit informés. Il reste toujours un espoir: c'est une prise de conscience de ceux qui gouvernent et qu'ils fassent marche arrière, mais il faudra qu'ils admettent publiquement que le Messie est déjà venue, car nombre de ceux qui gouvernent croient aux délires d'Israël, c'est à dire que pour eux ce n'était pas Jésus.

Alter Info l'Information Alternative

Projet étasunien pour détruire le Tiers-monde … et le reste du monde !

L’ADN est l’un des éléments essentiels qui entrent dans la constitution de toutes les formes connues de la vie. Il en est ainsi sur le plan de la biologie. Mais il existe aussi un ADN sur le plan de la politique. Et précisément sur le plan de la politique étrangère des Etats-Unis.
Projet étasunien pour détruire le Tiers-monde … et le reste du monde !
Cet ADN est une idée. Et cette idée est l’idée de «dominer le monde» par les Etats-Unis.

«L'idée de dominer le monde fait presque partie de l'ADN de la politique étrangère américaine».

Ces propos ont été prononcés dernièrement par Henry Kissinger qui a occupé plusieurs postes clé dans les administrations étasuniennes, dont celui d’ex- secrétaire d’Etat aux affaires étrangères de 1973 jusqu’au 1977. Ses opinions et orientations constituent jusqu’à nos jours d’importants éléments dans la construction de beaucoup d’événements dans le monde d’aujourd’hui.

La domination du monde est supposée se réaliser via, comme le veut Kissinger, l’extermination de la grande majorité de la population mondiale. Dans un document qu’il a écrit il y a plus de 40 ans, notamment en Avril 1974, du temps où il était conseiller à la sécurité nationale, Kissinger affirme que « L'idée de dominer le monde fait presque partie de l'ADN de la politique étrangère américaine». Quant aux moyens, Kissinger, prix Nobel de la paix, les énumère sans détours et d’une manière claire et insolente : Famine, stérilisation et guerres.

Cette stratégie est adoptée par l’axe hégémonique mondiale dès avant la naissance de Kissinger. Mais il est clair que le «conseil» donné par le conseiller à la sécurité nationale aux Etats-Unis est pratiqué aujourd’hui, et depuis plusieurs décennies, d’une manière méthodique et particulièrement dévastatrice.

Sur le plan des guerres, les Etats-Unis ont, depuis la fin de la seconde guerre mondiale, lancé environ 250 guerres ou coups d’Etat qui ont frappé la plupart des pays du monde et fait des dizaines ou même des centaines de victimes humaines. On peut nous faire une idée de la contribution des guerres au service du projet d’extermination sioniste et étasunien en nous penchant sur les dernières guerres en Palestine, au Liban, en Afghanistan, en Irak, en Somalie et au Soudan, ou sur celle qui ont éclaté dans les conditions du Printemps arabe en Syrie, en Lybie et au Yémen.

Pour leur part, les famines, notamment celle dont on crée les conditions convenables pour leur accroissement et développement «durables», sont -par excellence- l’œuvre des Etats-Unis. Grâce à ses capacités dans le domaine d’intoxication médiatique et sur le plan des connaissances, Washington a effroyablement réussi à jeter les populations humaines dans la fournaise de la famine, et ce en les « normalisant » et mobilisant de façon à se « dégouter » des travaux producteurs des produits alimentaires, c’est-à-dire de l’agriculture et de l’élevage des animaux et des oiseaux. En revanche, Washington a embelli dans leurs yeux la vie dans les villes, tout en arrivant à leur rendre la vie impossible dans les campagnes grâce à la destruction systématique de leurs modes de vie traditionnels. C’est ce qui explique le fait que plus de 90% des habitants de la planète vivent maintenant dans des mégacités et zones urbaines. On sait, à ce propos, que les subventions versées par les pays riches à leurs agriculteurs, les politiques de la Banque mondiale et autres institutions financières, ont joué le rôle majeur dans la dévastation des économies des pays du monde et le fait de noyer ces pays dans des dettes insupportables.

Mais si Kissinger s’était rendu compte, il y a une quarantaine d’années, de l’importance de la famine en tant que facteur de destruction du Tiers-monde et des démunis du monde en général, comme le veulent les « Maitres du monde », il est néanmoins excusé car, à l’époque, il ne savait pas grand-chose du rôle de l’antithèse de la faim, c’est-à-dire du fait de « manger à ventre déboutonné » dans la réalisation du même objectif exterminatoire. Mais seulement au niveau des riches et des favorisés. On sait maintenant que l’obésité (qui est également un produit du mode de vie étasunien) est devenue un phénomène épidémique qui contribue, chaque année avec la famine, à la mort de dizaines de millions d’êtres humains.

La stérilisation, quant à elle, prend des formes très variées comme l’avortement et les différentes modalités de la contraception (planning familial !). Elle passe aussi par la promotion de phénomènes comme la «culture» du changement de sexe et du changement des relations naturelles entre les deux sexes et même au niveau du même sexe. Ce n’est pas un secret que tout cela contribue à tuer ou à empêcher la naissance de beaucoup d’êtres humains.

Il y a quarante ou cinquante ans, les gens, partout dans le monde, scandaient des slogans demandant la mort de l’impérialisme américain. Nombreux étaient les peuples qui luttaient par les armes contre cet impérialisme. De nos jours, cet impérialisme et ses alliés, Sionistes et Arabes et non-Arabes sionisants, réussissent, dans une grande mesure, à paraitre comme s’ils étaient en-dehors de la scène des conflits mondiaux. Ils réussissent même à paraitre comme s’ils prennent place sur les premières lignes dans la supercherie de la lutte contre le terrorisme, alors que le terrorisme n’est, en vérité, qu'une nouvelle forme de la guerre qu’ils mènent contre les peuples.

La lutte contre le terrorisme est une forme de la guerre prônée par Kissinger depuis quarante ans en tant que l’un des moyens nécessaires pour l’extermination des peuples du Tiers-monde.

Pour défendre leur droit à la vie, ces peuples devraient savoir comment y agir pour y triompher. Ils ne sauront pas le faire que dans la mesure où ils sachent que leur grand ennemi est l’alliance sioniste et étasunienne. Et dans la mesure où ils l’emportent sur cet ennemi dans les deux autres guerres : la guerre du véritable développement, et la guerre de la construction de la famille, au lieu de sa destruction par le planning familial et le mode de vie étasunien.

Source : french.alahednews

Alter Info l'Information Alternative

Israël espionne-t-il votre téléphone intelligent ?

Au Mexique, des journalistes d’investigation et des défenseurs des droits de l’homme ont été les cibles de tentatives sophistiquées de pirater leurs smartphones, a révélé voici quelques jours une enquête menée par le groupement pour la liberté de la presse, “Article 19”, et par des chercheurs spécialisés dans la sécurité sur l’internet.
Israël espionne-t-il votre téléphone intelligent ?
Le système utilisé dans l’attaque s’appelle Pegasus et il est fabriqué par une société israélienne dont on sait peu de chose en dehors de son nom : NSO Group.

Le mode de fonctionnement est le suivant : la cible reçoit un message texte, personnel en apparence ou qui peut contenir un message urgent à propos d’un membre de sa famille. Le message est accompagné d’un lien. Si la cible clique sur le lien, le système installe un malware – un logiciel malveillant qui opère sans qu’on le détecte – sur son appareil, lequel se transforme efficacement en une arme contre elle et ses proches.

Un expert en sécurité numérique a expliqué sur The Electronic Intifada que les activistes et journalistes impliqués dans un travail en Palestine ou concernant la Palestine devraient comprendre ces dangers et prendre des mesures pour se rendre moins vulnérables.

Une fois infecté par un malware, un smartphone peut renvoyer une quantité effrayante de données à ceux qui l’espion­nent, y compris le traçage des mouvements de la personne et de l’endroit où elle se trouve. Le malware peut faire des captures d’écran et allumer la caméra et le micro du téléphone, retrouver des mails, des messages Whatsapp et des mots de passe.
Moqueries sexuelles et menaces

Citizen Lab (le laboratoire citoyen), de l’Université de Toronto, a découvert que, dans le cas du Mexique, les cibles, parmi lesquelles une dizaine de journalistes et de défenseurs des droits de l’homme, un enfant et un citoyen américain, avaient reçu des messages textes, avec les liens du malware « associés à des railleries personnelles et sexuelles embarrassantes, des messages imitant des communications officielles », ainsi que des « mises en garde contre des enlèvements et d’autres menaces ».

Ces communications comprenaient également des « procédés plus terre-à-terre, tels des messages envoyant de fausses factures pour services téléphoniques et des lignes sexuelles ».

Carmen Aristegui, l’une des journalistes d’investigation les plus influentes du Mexique, a été ciblée par des messages imitant l’ambassade des États-Unis et lui demandant de cliquer sur un lien afin de résoudre une question de visa. Mais quand il est apparu que, même répétés, les messages ne la décidaient toujours pas à cliquer sur les liens, les opérateurs se sont mis à cibler son fils de 16 ans.

« La seule raison de s’en prendre à mon fils, c’est l’espoir de trouver quelque chose contre moi », a déclaré Aristegui dans le New York Times.

Juan E. Pardinas, un activiste préconisant une législation sévère contre la corruption, a reçu un message des plus troublants, accompagné d’un lien : « Mon père est mort à l’aube, nous sommes effondrés, je vous envoie les détails de la veillée funèbre, j’espère que vous pourrez venir. » Soupçonneux, il a décidé de ne pas cliquer sur le lien, a-t-il expliqué dans le New York Times.
Les « cyberarms » israéliens

Selon Citizen Lab, l’expéditeur des messages textes ne peut être positivement identifié ; toutefois, « des preuves circonstantielles » suggèrent qu’un ou plusieurs clients gouvernementaux de NSO Group au Mexique seraient les « opérateurs probables ».

Depuis 2011, selon le The New York Times, des agences du gouvernement mexicain « ont acheté pour quelque 80 millions de dollars de logiciels espions créés par le fabricant israélien de cyberarmes », NSO Group.

NSO Group prétend qu’il ne vend ses services qu’à des clients gouvernementaux et à des fins légitimes, telle la lutte contre le crime organisé et le « terrorisme ».

Dans leur argumentaire de vente, les exécutifs de la société prétendent, dit-on, que le gouvernement mexicain a utilisé leur logiciel espion pour coffrer le fameux baron de la drogue Joaquín « El Chapo » Guzmán, une allégation dont le site technologique CyberScoop affirme qu’elle ne pourrait être vérifiée indépendamment.

Mais Citizen Lab déclare qu’il a « découvert de façon répétée des abus du spyware de NSO, ce qui prouve l’incapacité de la firme à contrôler les usages finaux de ses produits ».

« L’usage abusif des produits de NSO fait partie d’un problème plus vaste », déclare Citizen Lab, « l’abus exclusif par les gouvernements des logiciels espions pour cibler des individus et des organisations qui ne sont ni des criminels ni des terroristes, mais des membres de la société civile. »

Israël espionne-t-il votre téléphone intelligent ?
L’utilisation par les EAU

En août 2016, le défenseur des droits de l’homme, Ahmed Mansoor, installé aux Émirats arabes unis, recevait sur son iPhone des messages textes lui promettant de « nouvelles révélations secrètes » sur les prisonniers torturés par les EAU, s’il cliquait sur un lien inclus.

Mansoor transmit le message àCitizen Lab, qui découvrit qu’il avait été ciblé au moyen du malware Pegasus, de NSO Group. C’est Apple qui fournit des composantes destinées à remédier aux problèmes particuliers de vulnérabilité sécuritaire identifiés lors de l’examen par Citizen Lab de la tentative de piratage contre Mansoor.

Mansoor, qui s’est vu décerner un important prix international des droits de l’homme en 2015, a été arrêté en mars par les autorités des EAU pour des cybercrimes supposés, telle l’utilisation des médias sociaux pour « publier des informations fausses et trompeuses ».

Il avait déjà été arrêté et condamné auparavant, en 2011, après ce qu’Amnesty International avait qualifié de « procès inique ». Cette fois, Amnesty affirme que Mansoor est un « prisonnier de conscience » et réclame sa libération immédiate.
Qu’est-ce que NSO ?

NSO Group fait partie d’un réseau de sociétés israéliennes, dont bon nombre ont été créées par d’anciens espions et militaires, et qui vendent des technologies visant à s’infiltrer dans les communications.

Selon Forbes, ses fondateurs Omri Lavie et Shalev Hulio sont sans doute d’anciens membres de l’Unité 8200, la fameuse section de guerre cybernétique de l’armée israélienne.

La société, dont le siège se trouve à Herzliya, sur l’actuel territoire d’Israël, tient à demeure la plus étanche possible; ses fondateurs s’adressent rarement aux médias et d’anciens employés ont refusé de divulguer des informations sur ses activités, par crainte de représailles, disent-ils.

En 2014, NSO Group a été racheté par la société américaine à capitaux privés Francisco Partners pour 120 millions de dollars, bien que son quartier général et ses « droits de propriété intellectuelle » soient restés en Israël, selon Haaretz.

Aujourd’hui, Francisco Partners remet la société en vente au prix de 1 milliard de dollars, paraît-il. Une tentative précédente de la revendre, en 2015, n’avait apparemment pas trouvé d’acheteur.
Les activistes propalestiniens sont-ils menacés ?

Israël a déclaré une guerre totale contre le mouvement de solidarité avec laPalestine – spécialement contre la campagne BDS – et c’est une offensive qui implique des opérations sous le manteau et secrètes ciblant des activistes.

Au vu de cette réalité, qu’est-ce que les révélations à propos du malware de NSO Group signifient pour le mouvement de solidarité avec la Palestine ?

Eva Galperin, directrice de la cyber-sécurité à la fondation Electronic Frontier et défenseure de premier plan des libertés civiles dans le monde numérique, propose une analyse très posée.

« Je pense qu’il est extrêmement peu probable que les activistes de la solidarité avec la Palestine seront ciblés par les produits de NSO Group », a-t-elle déclaré dans The Electronic Intifada, « mais ils le seront par exactement les mêmes genres de produits conçus directement par le gouvernement israélien. »

« Les activistes devraient être conscients des malwares sponsorisés par l’État », a-t-elle précisé.

Galperin fait remarquer que les Palestiniens résidant dans les territoires sous contrôle israélien – particu­lière­ment en Cisjordanie occupée et dans la bande de Gaza – vivent dans une situation où toute l’infrastructure d’Internet et de la communication est sous contrôle israélien total.

« Ils peuvent intercepter tous vos échanges et même vous adresser de fausses informations », a expliqué Galperin, « de sorte que ce genre de ciblage n’est même pas nécessaire. »

Cela signifie qu’Israël est capable d’espionner librement les communications des individus dans le territoire qu’il contrôle, sans avoir besoin d’utiliser des malwaressemblables à ceux fabriqués par NSO Group.

Certaines preuves montrent que c’est déjà le cas. En 2014, des dizaines de vétérans et de réservistes de la section de guerre cybernétique israélienne, l’Unité 8200, révélaient que l’unité déployait ses capacités pour collecter des informations personnelles et intimes sur des civils palestiniens vivant sous l’occupation et que ces informations étaient « utilisées à des fins de poursuites politiques et pour créer des divisions au sein de la société palestinienne en recrutant des collaborateurs et des éléments moteurs de cette même société pour les retourner contre elle ».

Selon Galperin, Israël serait plus susceptible de tenter d’utiliser des malwares « en dehors d’Israël ou de la Palestine, où il ne contrôle pas les infrastructures ».

Mais il est très malaisé de dire si c’est déjà le cas aujourd’hui, et à quel point.

« Nous ne les attrapons pas très souvent », a ajouté Galperin. « Cela ne signifie pas nécessairement que cela arrive rarement ». Jusqu’à présent, Pegasus, qui cible les iPhones, n’a été détecté que dans les cas du Mexique et des Émirats arabes unis.

Chyrsaor, un malware similaire dont on pense qu’il est produit par NSO Group dans le but de cibler des téléphones utilisant le système d’exploitation Android de Google, n’a été découvert, selon Google, que dans trois douzaines d’appareils dans le monde – sur 1,4 milliard.

Le système de NSO Group n’a rien de bon marché : on dit qu’il coûte des dizaines de milliers de dollars par cible, en sus des « frais d’installation » de 500.000 dollars, peut-on lire dans le New York Times.

Galperin a expliqué qu’elle soupçonnait que le gouvernement israélien n’estimait pas souvent nécessaire d’utiliser des malwares, du fait qu’il disposait de tant d’autres options pour garder la trace des gens – y compris le contrôle des médias sociaux et le recours à des informateurs.

D’autres types de guerre cybernétique contre le mouvement ont également compris les attaques DDoS (“distributed denial of service” [qui consiste à saturer les connexions d’un serveur sur l’internet en lui faisant envoyer simultanément un nombre de requêtes tel qu’il est incapable d’y faire face et “plante”]), qui bloquent des sites Internet et qui ont été liées à Israël.
La pratique d’une bonne sécurité

Il n’est pas possible de se protéger à 100%, met en garde Galperin. « S’ils ont décidé que vous étiez spécifiquement une cible et qu’ils veulent concentrer sérieusement de la main-d’œuvre sur vous, les conseils que je donne sont hélas insuffisants », dit-elle. « Mais vous pouvez faire de vous une cible plus difficile à atteindre».

Voici ses conseils :

Installez toujours immédiatement les mises à jour de sécurité sur tous vos appareils. La plupart des malwares exploitent les failles de sécurité connues qui restent ouvertes parce que les gens n’installent pas leurs mises à jour.
Protégez vos comptes sensibles à l’aide de mots de passe longs, forts et uniques et utilisez un gestionnaire de mots de passe.
Utilisez une authentification à deux facteurs pour vos comptes sensibles. C’est une manière d’obliger un utilisateur à s’identifier auprès d’un fournisseur des services en requérant une combinaison de deux méthodes d’identification différentes. Les messages textes SMS sont fréquemment utilisés comme deuxième mode d’identification, mais la fondation Electronic Frontier met en garde contre le fait que les SMS peuvent ne pas être sûrs et elle conseille donc de recourir à d’autres méthodes, comme un petit appareil appelé Yubikey.

En général, les journalistes et les activistes ont besoin de pratiquer une bonne sécurité digitale, pas uniquement sur leurs smartphones, mais aussi sur tous leurs appareils et dans toutes leurs activités en ligne.

C’est le moment approprié pour relire le guide à l’usage des activistes sur la sécurité en ligne [1] publié par The Electronic Intifada et qui a été rédigé par Jillian C. York, de la fondation Electronic Frontier.
https://ssd.eff.org/en/module/how-enable-two-factor-authentication

[1] Pour les lecteurs francophones, on recommandera la “Guide d’autodéfense numérique” (en 2 volumes : 1 tome “hors connexion” et 1 tome “en ligne”), que l’on peut télécharger gratuitement ICI, et que l’on peut librement distribuer autour de soi (licence Copyleft).

A lire aussi sur ce site : “Vaste opération de cyber-espionnage aux dépens de militaires israéliens, piégés par de prétendues attirantes jeunes femmes sur le net”

L’article ci-dessus a été publié sur The Electronic Intifada le 29/6/2017
Traduction : Jean-Marie Flémal, Pour la Palestine

Source de l’image : Quand votre téléphone vous espionne

Israël espionne-t-il votre téléphone intelligent ?
Ali Abunimah, journaliste palestino-américain est le cofondateur de ’The Electronic Intifada’ et auteur des livres One Country : A bold Proposal to end the Israeli-Palestinian Impasse et The battle for Justice in Palestine

On peut suivre Ali Abunimah sur Twitter : @AliAbunimah
La source originale de cet article est The Electronic Intifada
Copyright © Ali Abunimah, The Electronic Intifada, 2017

Alter Info l'Information Alternative

Nouvel Ordre Mondial: État policier en surmultipliée… La fin programmée de la vie privée

Et surtout ne faites pas l’erreur classique de balayer cette info du revers de la main en pensant: « Bah ! C’est chez les yankees, rien à voir avec nous… » Si vus croyez vivre en « démocratie » aujourd’hui, si vous avez cru vivre en « démocratie » hier, et pensez que rien ne changera demain, vous êtes dans le déni total de réalité. La NSA yankee travaille main dans a mains avec Google, Yahoo et Amazon, c’est a dire.. Google.fr, yahoo.fr et amazon.fr… L’entité entrepreneuriale impérialiste planétaire œuvre pour l’avènement dus Nouvel Ordre Mondial et son état corporatif global de contrôle et de répression. Le goulag électronique via les gadgets aussi inutiles que liberticides est déjà sur nous. La grille n’est pas encore verrouillée, ils y travaillent, mais il ne tient qu’à nous de les empêcher de nous la fermer en pleine tronche. Qu’on se le dise ! ~ Résistance 71 ~
Nouvel Ordre Mondial: État policier en surmultipliée… La fin programmée de la vie privée
L’ère de la fin de la vie privée: L’état policier passe la surmultipliée.


Le gouvernement est devenu expert pour trouver des moyens d’éviter ce qu’il considère comme des “lois gênantes” faites pour assurer la responsabilité et donc par là-même amener (NdT: un semblant de) transparence et protection à la vie privée des citoyens. En fait, il a maîtrisé l’art de la manœuvre furtive de la magouille autour de la constitution.

Il sait parfaitement bien comment planquer ses activités néfastes et clandestines derrière le langage classifié de la sécurité nationale / raison d’état et du terrorisme. Et quand cela ne suffit pas, il complique, obscurcit et simplement enfume le public afin de le maintenir dans le noir et l’ignorance.

Point important: L’Agence Nationale de la Sécurité ou NSA a détourné “le trafic internet qui est normalement sous la protection de la constitution, vers l’étranger afin de pouvoir extraire toutes les données informatiques possibles, sans retenues, sur les citoyens américains.”

C’est une nouvelle fois un programme de rendition extraordinaire, sauf que cette fois-ci, ce n’est plus la torture qui est sous-traitée à l’étranger pour l’empire, mais c’est la surveillance des citoyens.

De la même manière que le gouvernement avait transféré son programme de torture hors du pays afin de contourner la loi interdisant cette méthode sur le sol américain, il fait exactement la même chose avec ses programmes de surveillance. Il doit juste pousser les données au-delà de la frontière afin de “contourner les garde-fous statutaires et constitutionnels protégeant la vie privée des citoyens américains.”

Le crédit pour cette chose revient à l’administration Obama, qui a sorti le décret 12333 autorisant la collecte des données informatiques des Américains par des systèmes de surveillance établis en sol étranger.

Utilisant cette logique, le gouvernement a justifié le hacking de données d’environ 180 millions d’utilisateurs depuis les centres de données de Google et de Yahoo chaque mois, simplement parce que les données voyagent internationalement au moyen de câbles de fibre optique. Le programme de la NSA, au nom de code MUSCULAR, est mené de concert avec le renseignement britannique (NdT: MI6, GCHQ).

Pas surprenant que la NSA semble se moquer de la loi sur la liberté des USA (Freedom Act), qui était supposé mettre un terme à la collecte pour le moins controversive par la NSA des meta-données des communications des Américains.

La NSA avait déjà trouvé un moyen de parvenir au même résultat (espionner les communications des Américains) sans être enchaînée par les branches législative ou judiciaire du gouvernement.

Le USA Freedom Act n’était juste qu’un placebo ayant pour fonction d’amadouer les citoyens et de laisser les politiiciens prendre un peu de crédit pour avoir réformer la surveillance de masse qui avait lieu. En d’autres termes, c’était une escroquerie, un bâillon politique appliqué sur un public bien naïf si désespéré de continuer à croire qu’il vivait toujours dans une république constitutionnelle plutôt que dans un trou, une république bananière hors de contrôle, contrôlée par les entités entrepreneuriales, économiquement appauvrie, corrompue, va t’en guerre et militarisée à outrance.

En fait, plus d’un an avant que les politiciens ne tentent de rapiécier nos droits privés déjà mortellement blessés avec ce sparadrap législatif qu’est la loi sur la liberté (Freedom Act), des chercheurs de l’université de Harvard et de celle de Boston avaient documenté les vides juridiques secrets qui permettaient aux agents du gouvernement de contourner, de court-circuiter les protections relatives au 4ème amendement de la constitution et de perpétrer une surveillance domestique de masse sur les citoyens américains.

Parce que, cette collecte de données informatiques qui se déroule maintenant depuis l’étranger, n’est en fait qu’une toute petite pièce du gros gâteau qu’est la surveillance.

Le gouvernement et ses associés privés des entreprises idoines ont un véritable arsenal de programmes de surveillance qui vont continuer à fonctionner essentiellement de manière secrète, continuant la collecte de données et la mise sous surveillance illégale de centaines de millions de coups de téléphones et de communications des Américains, de courriels, de textos etc et ce loin de l’observation du congrès et des contribuables qui eux sont forcés de financer ce vaste business engrangeant des milliards de dollars, ainsi que des budgets d’opérations secrètes.

En d’autres termes, l’état policier de la surveillance est bel et bien en vie et est en train de réduire en miette l’idée même d’avoir une vie privée aux Etats-Unis.

Chaque jour qui passe, le citoyen américain lambda vaquant à ses occupations quotidiennes est surveillé, espionné et tracé de plus de 20 façons différentes à la fois par le gouvernement mais aussi par les yeux et les grandes oreilles du monde de l’entreprise.

Que vous marchiez dans une galerie marchande, conduisiez votre véhicule, lisiez vos courriels ou parliez au téléphone avec des amis ou votre famille, vous pouvez être certain qu’une agence gouvernementale, que ce soit la NSA ou une autre entité du renseignement, vous écoute et traque vos comportements. Ceci ne touche même pas aux traceurs du monde du business qui traquent vos achats, votre comportement sur la toile, vos posts Facebook et Twitter et autres activités qui se déroulent dans la sphère cybernétique.

Nous sommes maintenant parties d’un état policier totalement achevé qui est en train de rapidement sauter des vitesses sous les auspices de l’état de surveillance généralisée.

Non content de transformer la police locale en des extensions de l’armée, le DHS, le ministère de la justice et le FBI travaillent afin de transformer les policiers de la nation en techno-guerriers, à la panoplie complète, possédant des scanners de l’iris de l’œil, des scanners corporels, des engins à imagerie thermique, effet doppler, des programmes de reconnaissance faciale, lecteurs de plaque d’immatriculation “intelligente”, des outils stingray pour les cellulaires et bien plus encore…

Ajoutez à cela les centres de fusion (NdT: gigantesques centres de centralisation de données qui gèrent le territoire américain par zones…), les réseaux de surveillance intégrés des municipalités, les “nuages”/clouds de données stationnés de manière très utile à l’étranger par Amazon et Google, des drones équipés de systèmes d’imagerie thermique et les banques de données biométriques et vous avez là un monde ou la vie privée n’est plus réservée qu’aux agences de gouvernement.

Ainsi, la “techno-tyrannie” de la NSA devient la cadet de nos soucis. Un gouvernement qui ment, triche, vole, contourne la loi et s’absout lui-même de toute faute, ne peut pas/plus être réformé de l’intérieur (NdT: ce qui rejoint ce que nous disons depuis des années déjà: Il n’y a pas de solutions au sein du système, il n’y en a jamais eu et n’y en aura jamais…) .

Bien des présidents et des gouvernements sont passés dans le cours des 60 années d’existence de la NSA, mais aucun d’eux n’est parvenu, n’a voulu fermer le système de surveillance sur les communications des Américains.

Même avec des restrictions sur sa capacité à collecter des quantités énormes de meta-données téléphoniques et informatiques, le gouvernement et ses agences de renseignement variées, de la NSA au FBI, peut toujours employer un nombre infini de méthodes pour surveiller illégalement les Américains, toutes étant plus invasives que le programme de collecte de données.

Pratiquement toutes les branches du gouvernement, de la poste au fisc et chaque agence entre eux, possèdent leur propre secteur de surveillance, autorisé à espionner les citoyens américains. On ne touche même pas là à la complicité du secteur privé qui nous achète et nous vend du berceau à la tombe, jusqu’à ce que nous n’ayons plus aucune données valables à collecter. De fait, Facebook, Amazon et Google sont les principaux concurrents du gouvernement en ce qui concerne la surveillance des citoyens, lisant vos courriels, traquant vos achats, exploitant vos commentaires sur les réseaux sociaux et remettant ces informations au gouvernement.

“Peu de consommateurs comprennent quelles données sont partagées, avec qui, et comment l’information est utilisée”, rapporte le quotidien du Los Angeles Times. “La plupart des Américains émet un filet d’échappement de données personnelles numériques, ce qu’ils recherchent, ce qu’ils achètent, avec qui ils communiquent, où sont-ils, tout ceci est capturé et exploité de manière pratiquement régulée.”

Ce n’est pas seulement ce que nous disons, où nous allons et ce que nous achetons qui est traqué. On nous surveille jusqu’au plus profond de nos gênes, grâce à une combinaison de logiciels particulièrement efficace avec du hardware et des collecteurs de données qui analysent nos caractéristiques biométriques, nos visages, nos iris, nos voix, notre matériel génétique, même notre corpulence, les passent dans des programmes informatiques qui vont ramener les données à un “identifiant” unique, puis ils vont les offrir au gouvernement et à ses associés en affaire pour utilisation idoine.

Tous ces gadgets électroniques connectés sur internet que nous devons posséder (le magazine Forbes se réfère à ces gizmos comme des “conduits de processus de données corporelles intimes”), les montres intelligentes qui peuvent mesurer votre pression sanguine et les smart phones qui nous laissent payer nos achats avec des scans de l’iris ou de nos empreintes digitales, sont en train de nous enfermer dans un meilleur des mondes duquel on ne peut échapper ni se cacher.

Par exemple, imaginez ce que la NSA pourrait faire (et fait sûrement déjà) avec la technologie de la reconnaissance vocale, qui a été comparée aux empreintes digitales. Décrite comme “le prochaine bataille contre la surveillance publique devenue trop confiante”, la collecte d’empreintes vocales est devenue une industrie porteuse à la fois pour le gouvernement et le secteur privé.

Comme le dit le journal britannique du Guardian “Les données vocales biométriques pourraient être utilisées pour localiser précisément un individu. Il y a déjà des discussions avancées sur le fait de placer des détecteurs et enregistreurs vocaux dans les espaces publics… de multiples récepteurs pourraient trianguler la voix de quelqu’un pour identification et révéler leur position dans de tous petits endroits.”

Soudainement, le programme de collecte de meta-données téléphoniques de la NSA devient de la petite bière comparé à ce qui se profile à l’horizon.

C’est bien entendu, tout le nœud de l’affaire.

La NSA n’est qu’une petite partie ombrageuse de l’état profond qui comprend des bureaucrates non élus qui sont au lit avec des entreprises privées qui gèrent Washington DC et qui travaillent pour nous maintenir tous sous étroite surveillance et donc sous contrôle.

Par exemple, Google travaille et coopère ouvertement avec la NSA, Amazon a construit une énorme base de données valant 600 millions de dollars pour la CIA et les industries de la communication gagnent un paquet de fric sur notre dos en nous espionnant pour le gouvernement. En d’autres termes, Corporate America se remplit les poches en aidant le gouvernement dans ses efforts de surveillance domestique des citoyens.

Nous avons été bloqué à chaque virage dans notre quête de transparence, de responsabilité et de gouvernement représentatif par la culture du secret de nos gouvernements, par les budgets secrets et les décisions de justice secrètes, tout cela existant totalement hors de notre contrôle, fonctionne hors de notre connaissance et ne répond en rien aux demandes de “nous, le peuple.”

De manière incroyable, il y a toujours des individus qui insistent sur le fait de n’avoir rien à craindre de la police, de l’état policier et qu’ils n’ont rien à cacher à la surveillance d’état, parce qu’ils n’ont rien fait de mal. Pour ces quelques ceux, sécurisés dans leurs délires, que ceci soit un avertissement. Il n’y a pas d’endroit sûr ni d’alibi infaillible.

Le danger que pose l’état policier et de surveillance américain s’applique à nous tous de manière égale: hors-la-loi et citoyens tranquilles de la même manière, noirs et blancs, riches et pauvres, libéraux et conservateurs, cols bleus-cols blancs et toute autre différence à laquelle vous pourriez penser.

Comme clarifié dans mon livre: Battlefield America: The War on the American People, dans une ère du trop plein de lois, de trop de prisons, de trop d’espions gouvernementaux et de trop d’entreprises avides de gagner du fric abondamment et rapidement aux dépends des contribuables, nous sommes tous coupables de déroger à quelque chose d’une manière ou d’une autre.

Eventuellement, nous en souffrirons tous les mêmes conséquences dans les camps de concentration électroniques qui nous entourent.

Juriste constitutionnel et écrivain John W. Whitehead est le fondateur et président du Rutherford Institute.


~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

url de l’article original:

http://www.informationclearinghouse.info/47338.htm

Lectures connexes:

« Que faire ? Comment sortir de la marche vers la tyrannie globale ? » (R71, 2010)

« Eugénisme et contrôle de la population » (R71, 2010)

« fascisme global et nouvel ordre mondial » (R71, 2010)

« La révolution des médias alternatifs et le fuselage de la toile » (R71, 2012)

« Les 4 piliers de la résistance au Nouvel Ordre Mondial » (R71, 2014)


Alter Info l'Information Alternative

Révélations : les autorités savaient pour le Bataclan, ils ont seulement sauvé Hollande au Stade de France

Révélations : les autorités savaient pour le Bataclan, ils ont seulement sauvé Hollande au Stade de France
C’est un espion français, paraît-il, qui parle. Masqué, la voix déguisée…

Nous serions très surveillés, nos maisons et les espaces publics truffés de micros, nos ordinateurs espionnés…

Faut-il le croire ?

Ce qu’il dit semble plausible, c’est ça le plus terrible.

Et quand il évoque Abdeslam, qui aurait été manipulé par les forces spéciales, il est très crédible. Les forces spéciales auraient empêché les terroristes d’entrer au Stade de France et se seraient débrouillées pour faire exploser leurs ceintures à distance, là où elles ne feraient pas de victimes… « L’espion » comprend pourquoi Abdeslam est si étroitement surveillé, il ne serait pas étonné que le dit Abdeslam se suicide en prison….

« On avait tout. La liste des contacts d’Abdeslam à l’étranger, la liste des cibles…On savait que leurs actions étaient imminentes. Ce qui me semble scandaleux, c’est que rien n’a été fait pour empêcher le massacre du Bataclan etc. alors que la Cellule Richelieu avait un dossier complet sur les projets des terroristes. On savait qu’ils préparaient des attaques simultanées sur plusieurs lieux du 13 novembre. Maintenant, qui a bloqué le transfert du dossier complet ?

C’est dans les hautes sphères qu’on a bloqué, on a laissé redescendre vers les forces spéciales uniquement ce qui était utile pour protéger le Président Hollande au Stade de France.... »

Je ne sais pas s’il dit vrai, s’il est un vrai espion, mais le pire est que ce qu’il dit est plus que crédible et éclaire les zones d’ombre, répond aux questions que nous nous posons depuis le Bataclan…

« L’espion » révèle aussi que les forces spéciales savaient pour l’attentat de l’hyper casher, Coulibaly et ses complices étaient identifiés, ses cibles… « Mais le dossier a été traité par la hiérarchie et l’Etat ». Tout le monde connaît la suite.

Je n’irai pas dire, à la lumière de cela, que, peut-être, Hollande avait-il délibérément choisi d’aller gueuletonner avec Gayet et ses potes à Avignon le 14 juillet 2016 pour « débarrasser » Nice de tous ses policiers ??? Quoique…

Bref, une video fort intéressante. On ne sait pas qui est cet Hubert Douchamp qui a mis la video en ligne (l’espion ? ) et qui nous l’a signalée dans les commentaires, en tout cas il a fait un beau cadeau à Résistance républicaine.

Même si le personnage qui parle n’était pas un espion, il révèle bien des choses déstabilisantes, terrifiantes même et à mon avis il fait – ou a fait -partie de la Grande Maison…

Et si ce qu’il dit est vrai… A qui profite le crime ? Les crimes ?

Pourquoi, pour quoi et pour qui Hollande aurait-il laissé délibérément se commettre ces attentats terribles ? Quel rôle a Macron dans l’affaire ?

M’est avis que les Français devraient bouger et exiger des explications… Mais cela ne se fera que si les medias s’emparent de l’affaire…

Alors, amis qui me lisez, faites circuler cet article, cette video… Envoyez-les à tous les journaux de France et de Navarre, des fois que quelques esprits libres capables de dire merde à leur rédacteur en chef s’emparent du sujet…

Et s’ils s’emparent du sujet pour montrer qu’il s’agit d’une manipulation ne reposant sur rien, au moins on en aura le coeur net. Parce que depuis deux ans, qu’on pose et re-pose les mêmes questions, sans réponse, ça suffit.



Christine Tasin
Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.

Alter Info l'Information Alternative

Programme Young Leaders : incubateur d’oligarchie pour Macron et ses amis

Ces derniers mois, Macron a fait plusieurs voyages emblématiques aux États-Unis. Dès le début de l'année 2016, Emmanuel Macron passe ses troupes et ses soutiens en revue, de l'autre côté de l'Atlantique. Alors ministre de l'Économie, il passe notamment par Las Vegas. Cet événement organisé par Business France, dont l'ancienne présidente est aujourd'hui ministre du Travail, a mené à des perquisitions mardi 20 juin 2017 au siège du groupe publicitaire Havas et de l'agence nationale Business France sur ordre de l'Inspection Générale des Finances, dans le cadre d'une enquête préliminaire pour « favoritisme, complicité et recel de favoritisme ».
Programme Young Leaders : incubateur d'oligarchie pour Macron et ses amis
Quasiment un an plus tard, Emmanuel Macron, cette fois candidat officiel, visite New York car « la démocratie n’a pas de prix, mais elle a un coût. » Entre deux levées de fonds traditionnelles aux sommes astronomiques, Emmanuel Macron participe à un petit déjeuner anodin mais fondamental pourtant passé quelque peu inaperçu dans la presse française. Un article de Libération daté du 6 décembre 2016 nous indique sans plus d’analyse que Macron y a rencontré « une trentaine d’invités de la French-American Foundation lors d’un petit-déjeuner au Links Club de l’Upper East Side, un club de gentlemen golfeurs traditionnellement issus de l’ancienne élite bancaire de la ville. Emmanuel Macron est un « Young Leader » de la French-American Foundation, promotion 2012. »

La rencontre des banquiers, de la finance et des multinationales…

La French-American Foundation a été lancée en mai 1976 aux États-Unis, afin de promouvoir le dialogue et la coopération entre la France et les États-Unis. Son programme phare « Young Leaders » a formé plus de 400 dirigeants français et américains influents. Son objectif est clair, de la bouche d’un des anciens formateurs, il s’agit de « trouver les personnes qui feraient l’opinion et seraient les dirigeants de leurs sociétés respectives » afin de les former et d’influer sur la politique, le monde économique et l’opinion publique. C’est l’une des cartes du soft power à l’américaine, qui a soigneusement sélectionné, formé et placé aux postes clés ses petites recrues.

Après avoir analysé les parcours professionnels des dernières promotions (2012 à 2016), la répartition des « élus » est limpide. 57 % viennent des grandes multinationales et des entreprises de conseil en stratégie et finance et autres spécialistes de la fusion-acquisition. Ainsi, on pourra citer une liste non-exhaustive de dirigeants des entreprises françaises historiques : Henri de Castries (AXA), Anne Lauvergeon (AREVA), Franck Gervais (Thalys), Alexis Morel (Thalès), Hélène Huby (Airbus), etc. Mais aussi les deux plus récents présidents de la République (François Hollande et Emmanuel Macron), suivis de dizaines de ministres et de députés. Si les nominés des promotions les plus anciennes sont bien installés, les membres les plus jeunes commencent déjà à percer. Il n’y a pas que les grands pontes de l’économie française qui se pressent dans les rangs de la Fondation. Frédéric Mazzella, fondateur et PDG de BlablaCar a fait partie de la promotion 2015 et est un soutien déclaré du Président Macron. Et que dire du poids des banques et des agences de notation dans le profil des recrues ? Emmanuel Macron bien sûr, mais aussi Clothilde L’Angevin (promo 2015) directrice de la stratégie du Crédit Agricole depuis 2015, Fatima Hadj (promo 2014), directrice associée à Standard & Poor’s, Renaud Guidée (promo 2013), directeur exécutif de Goldman Sachs, sans oublier Matthieu Pigasse (promo 2005), Banque Lazard & actionnaire du Monde…

… avec des hauts fonctionnaires et des politiques

Deuxième catégorie dominante : les hommes politiques et hauts fonctionnaires qui représentent 15 % des heureux élus. Côté politiciens, on savait déjà que Marisol Touraine, Aquilino Morelle, Arnaud Montebourg, Najat Vallaud-Belkacem, Pierre Moscovici, Alain Juppé, Matthias Fekl, etc. étaient passés par la French-American Foundation. Mais quoi de plus surprenant que de retrouver Édouard Philippe (promo 2011) en Premier ministre du renouveau et même Cédric Villani, le célèbre mathématicien à l’Assemblée nationale ! D’autres noms, moins connus émergent en creusant un peu. Alexandre Zapolsky, fondateur et président de Linagora a été candidat de la 3e circonscription du Var sous l’étiquette En Marche ! Julia Minkowski, associée du célèbre Cabinet Temime et Associés a quant à elle fait partie du groupe de travail « Justice » d’En Marche ! au lancement de la campagne présidentielle. Ces deux personnes sont de la promotion 2014 des Young Leaders. La « société civile » ne serait-elle pas si novice ?

Le pantouflage (c’est-à-dire les allers-retours entre le public et le privé et les services rendus induits) n’est pas une marque de fabrique de la Macronie, même si Emmanuel Macron en est une égérie. Énarque, associé de la Banque Rothschild (par ailleurs grand mécène de la Fondation) puis brillant politicien, d’autres que lui suivent ce parcours. Fanny Letier (promotion 2016), diplômée de Sciences Po Paris et de l’ENA, a commencé sa carrière à la direction générale du Trésor, puis, après avoir été directrice-adjointe du cabinet d’Arnaud Montebourg (lui-même Young Leader, promo 2000) est aujourd’hui directrice exécutive de BPIFrance (Banque Publique d’Investissement). Autre élève de la promotion 2016, Nicolas Hazard, fondateur et président du Comptoir de l’Innovation/Calso, a fait l’objet de spéculations. D’après Le Point « tout le monde le voyait rejoindre le staff d’Emmanuel Macron pendant la campagne… Nicolas Hazard a préféré faire équipe avec Benoît Hamon ». Mais il convient de rappeler qu’il a travaillé également avec Anne Hidalgo, Valérie Pécresse et Alain Juppé. Dernier exemple, Julien Vaulpré (promo 2015), co-fondateur et directeur général de Taddeo, cabinet de conseil stratégique en communication, fut un éminent conseiller de Nicolas Sarkozy, par ailleurs mis en examen pour favoritisme en 2016.

Le petit monde clos des grands médias

Troisième et non moins important pilier de ce réseau d’influence : les médias. Et il suffit de consulter les sites officiels de la French-American Foundation pour en comprendre l’ampleur. L’ancien président de la French-American Foundation (2010-2015) et actuel président d’honneur de cette organisation est Jean-Luc Allavena. Le recruteur d’Emmanuel Macron est également l’un des sept dirigeants d’Altice en tant qu’administrateur indépendant du groupe. Pour ceux qui ne le sauraient pas, Altice est une multinationale présente dans les télécoms, les médias, le divertissement et la publicité. L’entreprise, qui a racheté de nombreux opérateurs de télécommunications et entreprises de communications, est présente dans 10 pays dont la Belgique, la France, les États-Unis, Israël, le Luxembourg et la Suisse. Son fondateur n’est autre que Patrick Drahi. En juin 2016, Patrick Drahi cède la présidence française d’Altice à Michel Combes (promo Young Leader 1998), ancien président d’Alcatel-Lucent, parti avec un parachute doré de près de 8 millions d’euros. Le groupe Altice a racheté ces dernières années Numéricable, Virgin Mobile et SFR. Le groupe SFR est quant à lui propriétaire des médias Libération et L’Express, BFM TV et RMC. La French-American Foundation vient ici mettre en lumière les liens unissant Emmanuel Macron et les dirigeants du groupe Altice et à travers lui d’un certain nombre de médias français. Cet ensemble versaillais ne serait pas complet si l’on ne citait pas quelques autres journalistes de la grande presse triés sur le volet par la Fondation : Nicolas Escoulan (Europe 1), Matthieu Croissandeau (L’Obs), Élise Vincent et Nabil Wakim (Le Monde), Laurent Jofrin, (Libération), Jérôme Chapuis (RTL)… De manière plus discrète, d’autres lui apportent également leur soutien. Yannick Bolloré, PDG d’Havas (premier groupe publicitaire de France), fan de Macron, et fils de Vincent Bolloré (PDG du groupe Bolloré), était présent au premier meeting du candidat d’En Marche ! en juillet 2016 à Paris et était également présent au dîner de Gala 2016 du puissant réseau d’influence américain. Enfin, le président actuel de la French-American Foundation vient parachever de son parcours prestigieux le tentaculaire réseau de l’élite française. Si son grand-père maternel, André-Marie Gérard fut inspecteur général de l’ORTF, Arnaud de Puyfontaine ne démérite pas. Passé par Le Figaro, puis conseiller presse de Nicolas Sarkozy, il devient président du directoire de Vivendi, deuxième groupe d’investissement au monde, en 2014. Vivendi possède entre autres des parts dans le groupe Canal+ (20 %), Universal Music ainsi que la FNAC (15 %). L’actionnaire majoritaire et président du conseil de surveillance n’est autre que… Monsieur Bolloré lui-même.

Jeunes talents pour incubateur d’oligarques

Loin d’un discours conspirationniste à l’égard de ce que certains pourraient qualifier de secte sans trop gratter, il est pour autant indispensable de s’intéresser à cet incubateur de la caste française pour comprendre la symbiose parfaite entre les trois sphères politique, économique et médiatique françaises. Plus encore, à y regarder de plus près, on obtient quelques éléments de compréhension sur la brillante ascension de la fusée Macron. Littéralement encensé par les médias français, les journaux Libération, L’Obs, Le Monde et L’Express (tiens donc…) ont publié plus de 8 000 articles évoquant Emmanuel Macron entre janvier 2015 et janvier 2017. Emmanuel Macron continue de bénéficier d’un soutien indéfectible de ces mêmes journaux qui iront jusqu’à le qualifier de « leader du monde libre » en le comparant à De Gaulle dans une hystérie collective pas vraiment déontologique au début du mois de juin 2017. Au regard du vaste réseau dépeint dans l’article, rien d’étonnant que cette allégeance de la presse. Il suffit de savoir qui possède quoi. Si l’on en croit le président d’honneur de la French-American Foundation, interviewé dans Les Échos en décembre 2015 : « la France forme très bien ses élites, aussi bien commerciales, techniques que publiques. » Mais dans quel but ? Et de poursuivre en nous livrant la réponse : « il faudrait que l’entreprise soit toujours plus au cœur de leurs programmes [des responsables politiques]. Le bien-être des citoyens passe en grande partie par le bien-être économique et la croissance. Et, pour cela, il faut que les entreprises puissent se développer. Aux politiques de tout mettre en œuvre pour créer les conditions de la croissance. » Il semblerait que ce vaste réseau ce soit mis En Marche !, et sans jeu de mots, sans continuer d’espérer que les politiques leurs créent des conditions favorables. Ce réseau s’est occupé lui-même de trouver les personnes qui « feraient l’opinion » (les médias) et « seraient les dirigeants » (politiques et économiques) en plaçant lui-même ses meilleures recrues aux postes clés. Cerise sur le gâteau, la victoire planifiée et sans surprise de leur poulain le plus prometteur.



Sources :

Le Figaro, 21 juillet 2012 http://french-american.org/wp-content/uploads/2013/06/article-YL-Figaro-21.07.12.pdf
Promo 2012 – 2016 sur le site de la French-American Foundation https://frenchamerican.org/youngleadersclasses
Promo 2013 http://french-american.org/selection-2013-du-programme-young-leaders/
Promo 2014 http://french-american.org/young-leaders-annonce-selection-2014/
Promo 2015 http://french-american.org/wp-content/uploads/2015/07/Communiqu%C3%A9-de-presse-S%C3%A9lection-des-Young-Leaders-2015.pdf
Promo 2016 http://french-american.org/wp-content/uploads/2016/07/CP-Young-Leaders2016.pdf
Gouvernance (Président et présidents d’honneur) http://french-american.org/qui-sommes-nous/gouvernance/


Alter Info l'Information Alternative

Le terrorisme islamique, notre allié depuis 38 ans

Cher carnet de notes, je n’ose faire part de ce document de réflexion aux populations innocentes d’Amérique et du reste du monde, que ceci reste entre nous. Imaginez l’émotion et le scandale si j’annonce que nous devons adopter le terrorisme islamique ! Le citoyen lambda ne comprendrait pas de quoi il s’agit ni à quel point les élites doivent parfois se reposer sur « un chaos contrôlé » pour le plus grand bien de tous.
Le terrorisme islamique, notre allié depuis 38 ans
Les terroristes islamiques sont de merveilleux outils pour les guerres de proximité – ils ne coûtent vraiment pas cher et combattent sans peur. C’est une ressource globale qui peut être utilisée dans n’importe quel conflit local. Ils sont aussi très disponibles – on les utilise quand on en a besoin et on les liquide quand ils dérangent.

Si cela choque les consciences, ce n’est que par manque d’attention aux informations disponibles dont voici quelques exemples :

Thomas Friedman du New York Times a écrit que nous ne devrions pas attaquer ISIS en Syrie et que nous devrions même envisager d’armer ISIS pour renverser Assad.

John Kerry a admis que « les Etats-Unis ont essayé d’utiliser ISIS pour forcer Assad à négocier ».

Un responsable militaire israélien a reconnu qu’« Israël préfère ISIS à Assad ».

Le ministre de la Défense israélien a déclaré : « ISIS ne nous attaque jamais intentionnellement et quand cela s’est produit une seule fois, ISIS s’est excusé immédiatement ». Hello !

Hillary Clinton a écrit : « L’Arabie Saoudite et le Qatar financent et arment ISIS ».

Joe Biden, le général Martin Dempsey et le général Wesley Clark ont tous déclaré que les alliés des Etats-Unis au Moyen-Orient armaient et finançaient ISIS et Al Qaeda.

Plusieurs messages du Département d’État ont clairement affirmé à quel point l’Arabie saoudite était la première source de financement du terrorisme dans le monde, pas seulement au Moyen-Orient.

Posez- vous alors la question de savoir pourquoi nous n’entrons jamais en guerre ni ne prenons de sanctions contre ces financiers du terrorisme. Nous ne les condamnons même pas !

Que se passe-t-il dans la tête d’un lecteur quand il voit un article intitulé : “Accepter Al Qaeda » publié par le Council on Foreign Relations – le groupe de réflexion qui pilote la politique étrangère ? Ou quand il apprend que le conseiller principal pour les affaires étrangères de Hillary Clinton lui écrit : « Al Qaeda est de notre côté » ?

Je pourrais donner beaucoup d’autres exemples de ce type, mais enfourchons plutôt un moment la machine à remonter le temps.

Le terrorisme islamique, notre allié depuis 38 ans
Afghanistan, 1979 – 1989. Nous avons utilisé les moudjahidines pour vaincre l’Union soviétique. N’était-ce pas une bonne chose ? Souvenez-vous à quel point les médias et Hollywood glorifiaient les combattants afghans dans les années 1980 ? Des rebelles afghans ont même été reçus à la Maison-Blanche.

Il y a deux facteurs essentiels qui sont souvent oubliés dans cette histoire des moudjahidines : ces combattants étrangers viennent de partout dans le monde et sont issus du fondamentalisme islamique.

Dans les années 1980, plus de 35.000 soi-disant « Arabes afghans » vinrent de partout dans le monde pour combattre les Russes. Et nous n’aurions jamais pu être en mesure de les motiver sans faire appel aux concepts de l’Islam, du Califat ou du Jihad. « Se battre pour Allah » est bien plus efficace que « Se battre pour le pays X ». Les combattants animés par la religion sont aussi autrement efficaces sur le champ de bataille dans la mesure où ils n’ont pas peur de la mort. Cet état d’esprit est essentiel pour disposer de bombes humaines sans lesquelles de nombreux combats n’auraient pu être remportés.

Nous avons également appris de l’Arabie saoudite que l’endoctrinement est fondamental pour former de bons soldats. Dès lors, la CIA a édité de petits ouvrages à l’intention des jeunes Afghans pour les initier au Jihad, aux armes et à la haine des Russes.

Le terrorisme islamique, notre allié depuis 38 ans
Depuis lors, l’Arabie saoudite a dépensé des milliards de dollars en écoles islamiques – madrassas – partout dans le monde. Ces écoles sont le terreau des futurs activistes, extrémistes et combattants. L’Arabie saoudite édite et diffuse de par le monde des livres de propagande. Les jeunes y apprennent des messages d’amour tels que « Tuez les chiites, les chrétiens et les juifs ». Les mosquées saoudiennes et leurs prédicateurs continuent ainsi à répandre en masse leurs messages extrémistes.

Quand la guerre d’Afghanistan fut sur le point d’être gagnée, il nous parut évident que le “Plan moudjahidines” était un remarquable scénario susceptible d’être reproduit dans d’autres coins du monde.

C’est alors qu’Al Qaeda apparut et le timing était parfait.

En effet, Halliburton venait juste de découvrir d’énormes gisements de pétrole près de la mer Caspienne. Mais les pays de la région étaient tous pro-russes, même après la chute de l’URSS.

Sans que l’opinion publique américaine en soit informée, les moudjahidines restaient très actifs pendant les années 1990 en Bosnie, au Kosovo, en Azerbaïdjan, en Ouzbékistan, au Daghestan, en Tchétchénie etc. Ces combattants étaient utilisés pour rencontrer trois objectifs principaux :

-Renverser les dictateurs pro-russes.

-Mettre en place des dirigeants pro-occidentaux qui accepteraient l’installation de bases militaires US et aideraient à la construction de pipelines de gaz et de pétrole.

-Démanteler les pipelines russes et torpiller leurs autres intérêts.

L’Azerbaïdjan était une proie facile et ce fut fait en 1993. La Géorgie prit plus de temps, mais Georges Soros et sa révolution florale mirent notre candidat en place en 2005. En une année, notre pipeline de 1000 miles reliait l’Azerbaïdjan (Sud de la Caspienne) à la Géorgie et à la Turquie !

Ce fut moins facile en Tchétchénie. Le pays combattait pour son indépendance de la Russie et il accepta volontiers les moudjahidines avec leurs finances saoudiennes et leurs armes US. En très peu de temps, le wahhabisme saoudien supplanta le soufisme mystique et non violent des Tchétchènes.

Al Qaeda a d’abord fait sauter les pipelines russes, la Russie a envahi la Tchétchénie en 1994 mais, vaincue, a dû se retirer. C’était amusant de voir les actualités à cette époque…Trois ans plus tard, Poutine devenu Premier ministre, a lancé une guerre féroce contre les jihadistes, l’a emportée et a installé son homme aux commandes de la Tchétchénie. Aujourd’hui, même le jihadisme et le wahhabisme s’estompent au profit du soufisme traditionnel qui est de retour.

Le terrorisme islamique, notre allié depuis 38 ans
Al Qaeda s’est avéré très utile en Bosnie, en Albanie en Macédoine et au Kosovo. Fin des années 1990, nous avons lancé des accusations fantaisistes et des bombardements de l’OTAN pour nous débarrasser du dernier dirigeant pro russe en Serbie.

Loin du cœur de l’Eurasie, l’extrémisme islamique et le terrorisme jouent également un rôle déterminant en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie, comme catalyseur de transformations géopolitiques majeures.

En Libye, au Yémen et en Somalie, nous dépendons des Frères musulmans, d’Al Qaeda et des salafistes (les plus extrémistes de l’Islam fondamentaliste sunnite).

En Libye, nous avons sollicité une branche d’Al Qaeda nommée GIGL (Groupe islamique combattant en Libye). Nous avons fait sortir des prisons de la CIA son leader (Belhadj), l’avons vêtu avec classe et photographié avec John McCain pour en faire le combattant de la liberté qui allait vaincre Kadhafi, ce brutal dictateur !

En Syrie, des dizaines de milliers de combattants d’Al Qaeda ont été ramenés des quatre coins du monde pour renverser Assad. Sans les interventions malveillantes de Poutine, nous aurions aujourd’hui un pipeline partant du Qatar, traversant la Syrie et Israël. Nous effectuerions des forages sur les hauteurs du Golan. Une situation tragique, n’est-ce pas ?

En Afrique, le Nigeria est un pays stratégique de 170 millions d’habitants avec un sous-sol riche en énergies fossiles et beaucoup de ressources naturelles. C’est là qu’entre en jeu Boko Haram – l’ISIS africain -. Il a parfaitement réussi sa mission : grâce à Boko Haram, la moitié du Nigeria est sous la sharia qui est une arme puissante pour contrôler les populations.

En Asie, nous devons prendre le contrôle de la Thaïlande, de l’Indonésie et des Philippines. Sans cela nous cédons beaucoup de l’Asie à la Chine. Heureusement, la sharia et le salafisme progressent en Indonésie, ce qui est bon signe.

Le dirigeant fou des Philippines, Duterte s’est avéré trop amical avec la Russie et la Chine. Il perdra sa popularité et sera remplacé par un membre d’ISIS – Abu Sayyaf – si ce dernier parvient à lui causer suffisamment de problèmes. Et si Duterte réagit violemment contre ISIS, nous hurlerons aux droits de l’homme et à l’islamophobie lors d’une séance aux Nations-Unies pour exiger des sanctions.

La Thaïlande s’est aussi montrée imprudente en s’insérant dans la sphère d’influence sino-russe. Dès lors, ce paisible pays bouddhiste est confronté au sud à des groupes extrémistes sunnites et salafistes. Les dirigeants thaïs devraient comprendre que l’industrie du tourisme est très vulnérable – quelques bombes et attaques salafistes peuvent avoir de sérieux effets.


Le terrorisme islamique, notre allié depuis 38 ans
Enfin, jetons un œil sur l’Europe. Elle a connu des tas de problèmes liés à l’immigration de masse, au terrorisme, à la criminalité, etc. En fin de compte, chaque crise est une opportunité, ce que certains appellent la séquence Problème-Réaction-Solution.

Le terrorisme est le problème. La peur est la réaction. Le gouvernement la solution.

Criminalité et terrorisme nous donnent l’occasion de militariser la police en Europe, de créer une NSA pour toute l’Europe et même une armée de l’UE. La charge financière imputée aux réfugiés nous offre la possibilité d’imposer l’austérité et de sabrer dans les dépenses sociales de bien-être. L’immigration de masse créera aussi une société européenne plus homogène. Dans vingt ans, il n’y aura guère plus de différences entre la France et l’Allemagne. L’Europe sera beaucoup plus facile à gérer.

Dans une plus vaste perspective, notre plus grand défi économique sera la Chine. Mais elle a son talon d’Achille : la province orientale du Xinjiang, principalement peuplée de musulmans. Avec l’aide de la Turquie, nous avons déjà créé au Xinjiang un mouvement islamiste qui appelle à la sécession. La nouvelle route de la soie chinoise dépend beaucoup de la sécurité des transports de marchandises qui traversent cette région pour la relier à l’Europe. Nos moudjahidines viendront bien à point au Xinjiang si la Chine n’est pas sage.

Il nous aura fallu environ 60 ans pour réunir solidement le nord et le sud de l’Amérique dans un maillage financier, industriel, économique et militaire commun. (Le Venezuela fait sa mauvaise tête, mais nous nous en occuperons). Cela prendra sans doute 60 autre années pour unifier l’Europe, la Russie et la Chine. Nous aurons alors la gouvernance globale et l’ordre nouveau achevé. Ni murs, ni frontières. Un monde unifié. Pour y parvenir, nous avons encore beaucoup de flèches dans notre carquois : accords commerciaux, aides militaires et financières, coups, révolutions de toutes les couleurs, sanctions, guerres, etc. Mais le terrorisme islamique et le fondamentalisme continueront à jouer pour nous un rôle indispensable, c’est pour cela que nous devons les accepter et les intégrer.



Chris Kanthan est informaticien de profession, il est écrivain et auteur à San Francisco. Il tente de susciter l’intérêt du public à propos de la politique, des affaires du monde, de l’alimentation et de la santé à travers des blogs non partisans souvent drôles et satyriques. Il voyage énormément. Il a écrit « Deconstructing Monsanto ». https://worldaffairs.blog



Traduit de l’anglais par Oscar Grosjean pour Investig’Action.

Source originale: World Affairs

Source: Investig’Action

Alter Info l'Information Alternative

Comprendre la géopolitique du terrorisme

Alors que les médias dépeignent systématiquement le terrorisme comme une manifestation du mal et l’œuvre de fous, il existe des relations et des objectifs géopolitiques définis qui sous-tendent ces actes.
Comprendre la géopolitique du terrorisme
La dernière d’une longue série d’attaques terroristes sanglantes attribuées à l’État islamique d’Irak et de Syrie (ÉI) s’est déroulée mercredi matin en Iran avec des assauts armés coordonnés contre le Parlement iranien (Majlis) et le mausolée du défunt chef suprême de la République islamique, l’Imam Khomeini. Au moins 12 personnes ont été tuées et 43 blessées.

Les réactions du gouvernement des États-Unis et des médias occidentaux aux attentats de Téhéran contrastent fortement avec leur réaction à l’attentat à la bombe du 22 mai qui a tué 22 personnes à la Manchester Arena et aux attaques du London Bridge qui ont pris neuf vies samedi dernier.

La Maison Blanche de Trump a publié une déclaration sadique qui revient à justifier les meurtres en Iran, déclarant : « Nous soulignons le fait que les États qui parrainent le terrorisme risquent d’être victimes du mal qu’ils favorisent », une attitude qui a trouvé son reflet dans l’indifférence relative des médias envers la perte de vies iraniennes. On comprend très clairement que le terrorisme contre l’Iran a des objectifs politiques définis qui sont en phase avec ceux de l’impérialisme américain et de ses alliés régionaux.

Pour sa part, la réaction de Téhéran aux attaques était sans équivoque. Il en attribue la faute aux États-Unis et à leur principal allié régional, l’Arabie saoudite. « Cette attaque terroriste a eu lieu seulement une semaine après la rencontre entre le président américain [Donald Trump] et les dirigeants [saoudiens] arriérés qui soutiennent les terroristes », a déclaré le Corps de la Garde révolutionnaire de l’Iran (IRGC) dans un communiqué publié par les médias iraniens. L’attaque a été comprise à Téhéran comme un acte politique effectué en collaboration avec des acteurs étatiques identifiables et visant à promouvoir des objectifs géostratégiques définis.

On peut en dire autant des actes antérieurs de terrorisme menés à Manchester et à Londres, ainsi que de ceux de Paris, de Bruxelles et d’ailleurs avant.

Les médias occidentaux traitent systématiquement chacune de ces atrocités comme des manifestations isolées du « mal » ou de la haine religieuse, des actes irrationnels commis par des fous. En réalité, ils font partie d’une campagne coordonnée à l’échelle internationale dans la poursuite d’objectifs politiques définis.

Derrière la violence dans les rues d’Europe, il y a la violence beaucoup plus grande infligée au Moyen-Orient par les impérialismes américain, britannique et français travaillant en conjonction avec les régimes bourgeois de droite et les forces islamistes qu’ils fomentent, financent et arment.

L’ÉI est lui-même le produit direct d’une série de guerres impérialistes. Il a émergé d’une scission d’Al-Qaïda, qui a débuté dans la guerre orchestrée par la CIA et menée par des fondamentalistes islamistes contre le gouvernement soutenu par les Soviétiques en Afghanistan. Il a été forgé dans la guerre d’agression américaine contre l’Irak qui a tué près d’un million d’Irakiens, puis utilisé dans la guerre de 2011 pour renverser le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi. Les combattants et les armes ont ensuite été canalisés avec l’aide de la CIA vers la guerre pour le changement de régime en Syrie.

Le dernier cycle de la terreur a sa source dans l’insatisfaction croissante parmi les alliés de Washington parmi les pays du Moyen-Orient et les forces armées islamistes qui lui servent d’auxiliaires vis-à-vis de la lenteur de l’intervention des États-Unis en Syrie et de l’incapacité de Washington d’y conclure victorieusement la guerre pour un changement de régime qui dure depuis six ans.

Les donneurs d’ordres de ces attaques vivent dans des quartiers huppés à Londres, à Paris et ailleurs, et bénéficient de liens étroits avec les agences de renseignement et les responsables gouvernementaux. Loin d’être des inconnus, on les trouvera parmi les principaux ministres et les responsables du gouvernement à Damas si la guerre soutenue par les États-Unis en Syrie atteint ses objectifs.

Ceux qui commettent des atrocités terroristes sont des effectifs sacrifiables, de simples fantassins dont les remplaçants sont facilement trouvés parmi les larges couches de gens enflammés par les massacres menés par l’impérialisme au Moyen-Orient.

Les médias présentent toujours l’incapacité des forces de sécurité à empêcher ces attaques comme le résultat du fait qu’ils n’ont pas su « faire le lien » entre diverses informations, une phrase qui devrait maintenant être interdite en permanence. Dans pratiquement tous les cas, les personnes concernées sont bien connues des autorités.

Dans les derniers attentats au Royaume-Uni, ces liens sont étonnants, même compte tenu des faits similaires qui ont émergé dans des actions terroristes antérieures. L’un des attaquants de la tuerie du Pont de Londres, Yousseff Zaghba, a été arrêté dans un aéroport italien alors qu’il essayait de se rendre en Syrie, et il a avoué librement qu’il « voulait être un terroriste » et avait sur lui de la littérature de l’ÉI. Un autre attaquant avait été présenté dans un documentaire de télévision britannique où il racontait son interrogatoire et sa détention par la police après avoir déployé un drapeau de l’ÉI dans Regent’s Park à Londres.

Le kamikaze de Manchester, Salman Abedi, était également bien connu des autorités britanniques. Ses parents étaient membres du Groupe islamique de combattants Libyens (GICL), qui ont été autorisés à retourner en Libye en 2011 pour participer à l’opération de changement de régime des États-Unis et de l’OTAN contre Muammar Kadhafi. Il a lui-même rencontré des agents de l’État islamique en Libye, des anciens combattants de la guerre civile syrienne, et a maintenu des liens étroits avec eux quand il était à Manchester.

Ce qui est clair après 16 ans de la prétendue « guerre contre le terrorisme » – remontant jusqu’aux pirates de l’air du 11 septembre – c’est que ces éléments entrent et sortent du Moyen-Orient, d’Europe et même des États-Unis non seulement sans entraves, mais sous la protection effective de l’État.

Quand ils arrivent au contrôle des passeports, leurs noms s’affichent avec des instructions précises selon lesquelles ils ne doivent pas être arrêtés. « Bienvenue chez nous, monsieur, vous profitez bien de vos vacances en Libye ? » « Un peu de tourisme en Syrie ? »

Pourquoi ont-ils bénéficié de cette carte blanche ? Parce que ce sont des auxiliaires du renseignement américain et européen, des forces par procuration nécessaires dans les guerres pour effectuer des changements de régimes, en Libye, en Syrie et au-delà qui sont menées pour favoriser les intérêts impérialistes.

Que de temps en temps ces éléments se retournent contre leurs sponsors, et que des civils innocents le paient avec leur vie, c’est considéré comme le prix à payer pour faire des affaires.

Au lendemain des attentats terroristes, les gouvernements répondent avec des mesures renforcées de répression et de surveillance. Les troupes sont déployées dans les rues, les droits démocratiques sont suspendus et, comme en France, l’état d’urgence est devenu la loi primordiale du pays. Toutes ces mesures sont inutiles en ce qui concerne la prévention d’attaques futures, mais elles servent très bien à contrôler la population à l’intérieur du pays et à supprimer les troubles sociaux.

Si les médias refusent de constater ce qui est devenu évident après plus d’une décennie et demie de ces incidents, cela donne une idée du degré auquel le lien entre le terrorisme, les agences de renseignement occidentales et les guerres sans fin au Moyen-Orient s’est institutionnalisé.

Les hommes, les femmes et les enfants innocents, que ce soit à Londres, à Manchester, à Paris, à Téhéran, à Bagdad ou à Kaboul, payent le prix terrible de ces opérations impérialistes, qui laissent partout une traînée de sang et de destruction.

Mettre un terme aux attaques terroristes commence par lutter pour mettre un terme à la prétendue « guerre contre le terrorisme », prétexte frauduleux pour les guerres prédatrices où Al-Qaïda et ses ramifications sont employés comme forces par procuration sur le terrain, en collaboration intime avec les services de renseignement et les commandements militaires impérialistes.


Alter Info l'Information Alternative

London Bridge fausse alerte au drapeau – même CNN dit « psy-op »

Traduction Google
London Bridge fausse alerte au drapeau - même CNN dit
Est-ce que False Flag Weekly News est sur le point de devenir obsolète?

CNN, qui a suggéré que le bombardement de Manchester pourrait être un faux drapeau , a simplement laissé tomber le mot «psy-op» dans son premier rapport sur l'événement «White van and stabbings» de cette soirée à Londres.

Si CNN continue d'étiqueter chaque drame de la terreur émergente un «faux drapeau» ou «psy-op» dans leur couverture de nouvelles de dernière minute, je pourrais peut-être postuler pour un emploi ou chercher une autre ligne de travail.

Mais sérieusement, les gens ... qu'est-ce qui pourrait expliquer ces incroyables éclats de franchise des porte-parole de l'établissement au CNN?

Je viens de parler avec Webster Tarpley après sa présentation au Left Forum de New York City, et il prétend que «la haine de Trump fait ressortir le meilleur des gens» qui étaient autrefois les fournisseurs de la propagande pablum. Si tel est le cas, nous pouvons nous attendre à voir The New York Times , CNN, Washington Post et similaires , tout à coup, avec des titres comme: "La guerre contre le terrorisme est un canular, le 11 septembre était un travail intérieur. Désolé, nous n'avons pas Je vous le dis plus tôt. "

Mais je pense que la théorie d'Ole Dammegard est beaucoup plus plausible. Ole dit que les événements de terreur de faux drapeau sont des psychopérations scriptées orchestrées par une bande criminelle freemasonic-satanique qui tient, dans le cadre de son système de croyance occulté, la notion étrange que «si nous vous prévenons et révélons ce que nous faisons et que vous nous laissez Fuyez-vous, alors le mauvais karma est sur vous, pas nous. "

C'est pourquoi ils organisent de faux drapeaux sur des dates ayant une signification numerologique, comme je l'ai signalé dans mon article antérieur Manchester faux drapeau: "L'homme, 22 ans, tue 22 le 22 mai".

C'est pourquoi, par exemple, le magazine Economist Rothschilds a déclaré au monde entier à la fin de 2014 qu'il y aurait deux grandes attaques terroristes à Paris en 2015, et la deuxième attaque se produirait le 13/11/15.

Notez que les chiffres 1 1 1 3 1 5 ne peuvent se déchiffrer qu'en une date en 2015: 13/11/15 (ou 13/11/15 dans le système européen). C'est la date de la deuxième attaque (deux flèches) à Paris (peinture au Louvre - pas la Mona Lisa mais une autre Da Vinci).

D'autres exemples bien connus de perruques de faux drapeaux qui nous disent ce qu'ils vont faire incluent la fameuse imagerie des Simpsons 9/11, la série télévisée Lone Gunman, qui déchire le logo de l'aéroport de Bruxelles dans le sang du palais du Bataclan pour signaler Que le prochain faux drapeau soit à Bruxelles , et ainsi de suite.

Ole Dammegard discute du «cœur du sang satanique» imprégné sur le sol du théâtre de Bataclan - qui ressemble de façon suspecte au logo de l'aéroport de Bruxelles - dans un autre faux drapeau français - v.2 dans ma Trilogie de faux drapeau

Ole explique que la superabondance bizarre de la preuve évidente que le 11 septembre et le suivi des faux drapeaux sont à l'intérieur des emplois peut ne pas être un signe d'incompétence. Au lieu de cela, il suggère, les auteurs intentionnellement ne parviennent pas à cacher leurs traces, conformément à leur occulte, croire que le faire les absout de la culpabilité karmique.

Je serai occupé à me présenter au Left Out Forum demain - regardez le live maintenant - alors je n'aurai pas le temps de naviguer sur Internet pour prouver que cette attaque, comme les précédentes à Manchester et à Westminster (sans parler de Paris) est une faux drapeau.

Mais puisque tous ces événements sont maintenant des faux drapeaux présomptifs - même si CNN saute sur le train - je pense que nous pouvons supposer que celui-ci, comme le précédent à Manchester, était une opération Gladio B conçue pour lancer les élections britanniques à Theresa May et Arrêtez le 11 septembre de la vérité en soutenant l'anti-sioniste Jeremy Corbyn.

London Bridge fausse alerte au drapeau - même CNN dit

Alter Info l'Information Alternative

Succursales de l’empire: Sionisme et Wahabisme comme larrons en foire… au service de l’empire anglo-américain géré depuis la City de Londres

Qui est propriétaire des banques d’Israël ?
Succursales de l’empire: Sionisme et Wahabisme comme larrons en foire… au service de l’empire anglo-américain géré depuis la City de Londres

La carotte et le gros bâton

La guerre du Golfe a donné aux Etats-Unis une opportunité en or pour trouver qui était leurs amis et de manière plus importante, qui étaient leurs ennemis. Le président Bush père ayant été directeur de la CIA, savait pertinemment qu’il servait un agent provocateur géopolitique qui allait faire sortir du placard tous les ennemis des Etats-Unis afin de les cibler.

Après la guerre, les pays qui soutinrent l’effort de guerre furent récompensés, le plus souvent avec des fonds saoudiens et koweitiens. Ceux qui sympatisèrent avec l’Irak furent isolés et coupés de la grille financière mondiale.

Peu de temps après le début de la guerre du Golfe, l’Egypte, la Syrie et les nations du Conseil de Coopération du Golfe (CCG), signèrent la déclaration de Damas à l’instigation des Etats-Unis. L’accord était un plan pour des compensations financières, politiques et militaires post-guerre pour ceux qui avaient soutenus l’opération Desert Storm (Tempête du désert en 1991). Lorsque le président égyptien Hosni Moubarak a consenti à l’utilisation de troupes égyptiennes, les Etats-Unis annoncèrent un plan d’allègement de de 6,7 milliards de dollars de sa dette militaire au sein de la dette de 35 milliards de dollars de l’Egypte à des nations étrangères. Les Saoudiens et les Koweitiens annoncèrent un renoncement de 7 milliards de dollars sur la dette de l’Egypte. Une partie de l’accord prévoyait que 38 000 troupes égyptiennes demeurent sur le sol saoudien. L’Egypte reçut en prime une aide militaire de 2,2 milliards de dollars annuelle des Etats-Unis qu’elle utilisa pour acheter des hélicoptères Apache, des avions F-16, et des missiles Hellfire, Stinger et Hawk.

Note de Résistance 71: Tout ceci continue de plus belle ! L’instabilité et les guerres qui se sont étendues depuis ont permis aux plus gros vendeurs d7armes de mettre le turbo. L’empire anglo-américano-sioniste, la Russie, l’Iran, la Chine vendent aujourd’hui des armes partout, à tout le monde , à qui mieux mieux. La guerre est un très très gros business bien juteux pour les complexes militaro-industriels de tous poils et… les banques, car sans prêts… pas d’achats d’armes possibles, tout ce joli monde se connaît bien et se tape sur le ventre, gueuletonnent ensemble tandais que les pauvres types s’entre-tuent aux quatre coins du monde, surtout au Moyen-Orient. “La guerre est un racket” avait dit le général du Corps des Marines yankee Smedley Butler dans les années 1930… Il avait et a toujours raison !

L’aide militaire d’Israël fut montée à 3,1 milliards de dollars par an. en 1993, le Koweit annonça la fin de ses 42 ans de boycott d’Israël, tandis que l’Arabie Saoudite arrêta de mettre en œuvre le sien. Lorsque la Syrie refusa de négocier avec Israël, le prince saoudien Bandar intervint. Israël sert de base avancée pour le conglomérat pétro-financier des Rothschild et des Rockefeller et leurs sbires de la finance européens. Ashquelon, Israêl est crucial au commerce des diamants de DeBeers qui est fnancé par l’Union Bank, une succursale de la Bank Leumi, la plus grande banque de commerce israélienne.

La Banque Leumi est contrôlée par la British Barclays, une des quatre banques britanniques qui président sur le triangle d’argent caraïbe du blanchiment du fric de la drogue. La famille du président de la banque Leumi Ernst Israel Japhet contrôle Charterhouse Japhet, dont Barclays possède des actions. Charterhouse monopolise le commerce du diamant d’Israël / Hong Kong. Les Japhet sont une dynastie de la finance allemande. Ils furent inmpliqués dans les guerres de l’opium en Chine avec les Keswick, Inchcape et les Swire. Le fiduciaire de la banque Leumi le baron Stormont Bancroft, un ancien Lord en attente de la reine Elisabeth II et propriétaire des Cunard Lines, est un membre de la famille Samuel qui possède de grosses parts de la Royal Dutch/Shell (Rothschild) et de la compagnie minière Rio Tinto. La famille Bancroft possède aussi de grosses parts dans le Wall Street Journal.

Japheth a été le directeur à la BCI Tibor Rosenbaum créée en 1951 après la création d’Israël afin de servir de laverie pour l’argent suisse à destination du Mossad. Rosenbaum fut crucial à la création sioniste de l’état d’Israël, mais il n’était pas un ami du peuple juif. Tibor était un partenaire du Dr Rudulph Kastner, dont l’excellent ami Adolf Eichmann envoya 800 000 juifs à la mort à Auschwitz. Un exposé du magazine Life en 1967 mentionna que la BCI avait reçu 10 millions de dollars d’argent sale de Meyer Bansky et sa banque de la World Commerce Bank des Bahamas.

La seconde plus grande banque d’Israël est la banque Hapaolim, dont le fondateur et propriétaire est un vicomte anglais du nom d’Erwin Herbert Samuel, un autre membre de la Royal/Dutch Shell (intérêts Rothschild). Samuel dirige la Crois Rouge israélienne, une branche des services de renseignement britanniques et est un chevalier de l’ordre de St Jean de Jérusalem. La banque Hapoalim fut aussi affiliée avec la BCI. Un troisième géant de la finance israélien est la Israel Discount Bank, qui est une propriété à 100% de la banque Barclays et qui contrôle le plus gros des finances d’Israël et finance la BBC. Sir Harry Oppenheimer, patron des diamants DeBeers pour le monde anglo-américain, est au comité directeur de la Barclays, qui a en son sein cinq membres des chevaliers de l’ordre de St Jean de Jérusalem de la reine Elisabeth II ; ceci constitue le plus grand nombre de ces membres inclus dans une quelconque firme dans le monde.

La Paz Oil tient un monopole sur le pétrole d’Israël, sa pétrochimie et ses acteurs des transports. Paz est contrôlée par la famille Rothschild, qui fut instrumentale dans la création d’Israël. Ses actionnaires incluent Tibor Rosenbaum et sa Swiss-Israeli Trade Bank, le boss de la mafia de Detroit et membre de l’United Brands Max Fisher et sir Isaac Wolfson, membre d’une vieille dynastie européenne de la finance et conseiller politique du premier ministre britannique Margaret Thatcher. Les membres du comité directeur de la Swiss-Israeli Trade Bank incluent l’insider de Permindex Julius Klein, la banquier argentin Davis Graiver et le ministre du commerce du président Carter Philip Klutznik.

La Syrie envoya des troupes pour combattre en Irak et reçut un financement des koweitiens et des saoudiens pour acheter 48 MiG-29, 300 chars et un nouveau système de défense anti-aérien. En février 1991, le président Hafez al-Assad (NdT: le père de Bachar) a reçu une aide de 2 milliards de dollars par les Saoudiens et les Koweitiens. La Syrie reçut l’autorisation de saisir des territoires dans le nord du Liban pendant la guerre, écrasant les milices chrétiennes du général Aoun dans le processus. Le 15 octobre 1990, les troupes syriennes prirent Beyrouth.

Le Sénégal a eu 42 millions de dollars de dette annulés par les Etats-Unis pour avoir participé à l’opération Desert Storm et pour avoir envoyé des gardiens de la paix au Libéria où la marionnette de la CIA Samuel Doe ´´tait sur le fil du rasoir contre les révolutionnaires de Charles Taylor. Doe, qui protégeait les plantations de caoutchouc de Firestone et les mines de diamants de DeBeers, fut renversé, accusé de haute trahison et exécuté. En 2003, d’après le magazine The Economist, la CIA a acheminé de l’aide militaire en Guinée et l’a utilisé for financer at armer deux groupes contre-révolutionnaires libériens pour forcer le président Taylor à l’exil au Nigeria. Les Etats-Unis ont ensuite fait émettre un mandat d’arrêt d’Interpol pour l’arrestation de Taylor, mandat que le Nigeria refusa de reconnaître.

Le Maroc et la Tunisie envoyèrent des troupes dans le Golfe et furent récompensées avec une aide koweitienne et saoudienne. Les nations du Magrheb comme l’Algérie ,la Mauritanie, la Libye et le Soudan qui dénoncèrent véhémentement les bombardements américains de l’Irak, tout comme le Yémen, la Jordanie et l’autorité palestinienne. En 1990, l’Arabis Saoudite interdit les ventes de pétrole à la Mauritanie, au Yémen, au Soudan et à la Jordanie. Les deux nations du Golfe annulèrent les 100 millions de dollars qu’elles devaient donner à l’autorité palestinienne tout en continuant à financer les fondamentalistes religieux du Hamas. A un sommet islamique en décembre 1991 à Dakar au Sénégal, le prince héritier saoudien Abdullah répondit à une tentative d’accolade de Yasser Arafat en ces termes “pas d’embrassade SVP”. Abdullah refusa ´´également de parler avec le roi Hussein de Jordanie.

Les membres du CS de l’ONU qui votèrent “oui” à la résolution 678 furent aussi récompensés. La Chine reçut 140 millions de la Banque Mondiale, la Russie 7 milliards des nations du CCG. Le Congo eut une bonne partie de sa dette annulée et reçut de l’aide militaire tandis que la Colombie et l’Ethiopie reçurent une aide de la Banque Mondiale. Les Etats-Unis payèrent rapidement 187 millions de dollars qu’ils devaient à l’ONU.

Le jour d’après que le Yémen vota un “non” esseulé à la résolution 678, les Etats-Unis annulèrent un accord de prêt de 42 millions de dollars au Yémen, ce qui fit dire à un diplomate onusien américain à l’ambassadeur du Yémen à l’ONU “C’est le vote le plus cher que de votre histoire”. Les Saoudiens punirent leur voisin du sud en demandant aux ouvriers yéménites employés en Arabis de trouver des sponsors saoudiens faute de quoi ils seraient expulsés. Après la guerre, les ouvriers yéménites, jordaniens et palestiniens furent remplacés en masse dans les six nations cu CCG, qui annulèrent également une aide de 28 millions de dollars au Yémen. La Jordanie perdit alors 200 millions de dollars d’aide saoudienne, une aide comptant pour environ 15% du budget d’Amman. Les US annulèrent un package de 37 millions de dollars avec la Jordanie, qui en tant que partenaire commercial de l’Irak avait déjà beaucoup souffert de conséquences économiques suite à l’embargo de l’ONU.

Pour certains pays, la critique de la politique américaine fut même encore plus drastique, comme en Ethiopie où le président Mariam fut renversé.

En Algérie dont le ministre du pétrole et président de l’OPEP Boussema accusa les Etats-Unis et les membres de futures énergies de manipuler les prix du péttrole pendant la guerre du Golf, le Groupement Islamiste Armé (GIA) lança une campagne terroriste sanglante… Le président Benjedid blâma les Saoudiens pour financer le GIA et bien des Algériens y virent la main de la CIA.

La monnaie algérienne fut dévaluée en janvier 1992 et le président Benjedid démissionna. Le premier ordre du jour du nouveau gouvernement fut de faire passer une loi sur les hydrocarbures qui ouvrit les champs pétroliers et gaziers de l’Algérie aux quatre cavaliers du pétrole. Le pétrole algérien, très prisé parce que possédant de très bas taux de soufre, était historiquement géré par l’entreprise d’état Sonatrech.

Bien des membres du GIA refirent surface pour combattre pour la CIA en Yougoslavie.


~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

url de l’article original:

https://hendersonlefthook.wordpress.com/2017/05/24/who-owns-israels-banks/

Alter Info l'Information Alternative

L’Allemagne et l’OTAN préparent-ils une «répression fasciste» en Europe?

Pendant que Washington est sens dessus dessous, le limogeage du directeur du FBI Comey par Trump étant salué par certains, condamné par d’autres et mis en question à coups d’insinuations par un troisième groupe de critiques, il semble que le tournant en épingle à cheveux du Donald il y a quelques semaines soit en train de faire long feu et de s’évaporer en un nuage de confusion et de chaos. Et qui sont les bénéficiaires de ce chaos ? Les néocons-siono-démocrates, qui d’autre ?
L’Allemagne et l’OTAN préparent-ils une «répression fasciste» en Europe?
Trump est-il en train de devenir ou est-il déjà devenu un dictateur de république bananière ? Devra-t-il être traîné devant la justice comme criminel de guerre avec Obama, Bush, Clinton et leurs illustres prédécesseurs, y compris ceux qui ont été les instigateurs de guerres mondiales et de conflits sur la terre entière ces 200 dernières années ? Hélas, il ne reste aucune justice dans les cours de justice internationales d’aujourd’hui. Elles ont toutes été cooptées par les invisibles doigts sanglants qui tirent les ficelles à Washington et à Bruxelles.

Le gouvernement Trump va-t-il s’effondrer sous la pression des néocons et de l’État profond ? Spéculations sans fin, d’où émerge la suggestion que le président si controversé a déjà commis assez d’actes peu conventionnels pour pouvoir être destitué, et le Russia-gate, censé sanctionner l’un d’entre eux, ne veut simplement pas se calmer, en dépit de toute logique contraire.

Ceci reflète une fois encore l’imbécilité des médias occidentaux. Une imbécilité parfaitement mesurée et voulue d’ailleurs. Ils s’en tirent, et ils s’en tireront toujours, aussi longtemps que les masses au cerveau lavé, confortablement vautrées dans leurs fauteuils, avaleront les mensonges et les tromperies des médias de masses. Le marais fume à Washington et est sur le point d’engloutir des politiciens de tous horizons.

Y aura-t-il une guerre nucléaire ? Qui portera la première frappe ? Le Pentagone fauteur de guerres et les généraux de l’OTAN espèrent que ce seront les USA qui frapperont préemptivement la Russie et/ou la Chine. Première frappe qui serait très vraisemblablement déclenchée par un « faux drapeau » Par exemple, en faisant croire que la Corée du Nord a lancé une attaque (nucléaire) contre le Japon. Des spéculations dans ce sens circulent déjà.

Mais qu’arrivera-t-il si le système de détection russe, qui est fondé sur une technologie de tout premier ordre détecte cette « attaque-surprise » et réagit instantanément ? Une troisième guerre mondiale atomique – avec destruction totale et pratiquement pas de survivants ? Toutes ces idées parfaitement réalistes sont en ce moment agitées en tous sens, laissant le public, des deux côtés de l’Atlantique, saisi par la peur. Et on sait que la peur et la confusion sont les deux meilleures armes qui existent pour paniquer et paralyser une population.

Qui survivra ? – À qui le tour après ? Il y en a même qui se demandent déjà ouvertement qui sera le remplaçant du président Trump ? Bien évidemment son vice-président, Mike Pence, qui est juste le pion qu’il faut aux néocons pour jouer leur gambit. Après tout, ce sont eux qui l’ont choisi et imposé à Trump. Voilà l’état des choses selon les médias de masses. Les USA s’écroulent et le reste de l’Occident avec eux. L’écroulement fait beaucoup de bruit. Au point que les autres bruits en deviennent imperceptibles..

Pourtant, sur le continent européen, cachés aux yeux et aux oreilles du commun des mortels, des préparatifs clandestins de guerre contre les villes et les citoyens d’Europe sont en cours. S’y activent la Bundeswehr allemande, l’OTAN et d’autres forces armées européennes. Ils se préparent à réprimer d’éventuels soulèvements sociaux, si nécessaire en tuant leurs propres concitoyens ou compatriotes. Oui, c’est ce que Bruxelles sous OTAN est en train de faire, avec, pour leader, qui d’autre que l’Allemagne sous OTAN, marionnette européenne-en-chef, qui pourrait bien avoir à céder sa place à la France, laquelle, avec Macron, est maintenant sur les rangs et peut-être en train de la lui prendre.

Comme vient de le rapporter Susan Bonath, journaliste d’investigation indépendante, qui contribue régulièrement au journal allemand Die Junge Welt, quelque chose d’horrible est en train de se produire dans une petite ville allemande de l’État fédéral enclavé de Saxe Anhalt, dans le nord-est de l’Allemagne.

À l’intérieur d’un des camps en train de sortir de terre au prix de dizaines de millions d’euros d’argent public. La plupart des contribuables allemands (ou européens) n’en ont jamais entendu parler. Dès 2018, cette installation sera prête à l’entraînement des troupes destinées à combattre, dans des villes européennes, les civils européens qui auraient l’audace de se rebeller contre les atrocités de leurs dirigeants et oligarques. Voyez le rapport (en allemand) de Susan Bonath, sur kenfm.de, intitulé « Trainieren für Angriffskriege », (Entraînement aux guerres d’agression).

Le concept n’est nouveau qu’à l’Europe. Mais les USA ont, depuis des années, établi des garnisons autour des agglomérations « vulnérables » – New York, Detroit, Chicago et beaucoup d’autres – prêtes à frapper si des manifestations de protestation massives s’avisaient d’éclater(1). Pour l’élection présidentielle de novembre dernier, elles avaient été mises en alerte maximale. De fait, des mouvements de troupes intensifs ont pu être observés par la voie des airs.

Avec l’élection de Macron en France – ou plutôt le pied dans la porte des Rothshild – pour sauvegarder les oligarques financiers de France et d’Europe et protéger le capitalisme débridé de troubles sociaux éventuels, l’Europe e dirige à grands pas vers un état de répression fasciste accompagné d’une économie fasciste, hache à deux tranchants des riches destinée à éliminer la liberté théorique des peuples à vivre une vie décente.

Dans son discours de victoire, Macron a dit que la première des priorités de la France serait de « combattre le terrorisme ». Ceci est un soutien sans faille à la poursuite de l’approche « false flag » qui consiste à tuer quelques-uns de vos compatriotes ou de vos policiers pour justifier de plus en plus de viols des libertés civiles. La France sous Hollande, l’archi-pantin de Washington, qui détient le record absolu des auto-attaques sous faux drapeau, pourrait bien devenir le premier pays d’Europe à inscrire l’« état d’urgence » (c. à d. la loi martiale) dans sa Constitution. Ce que Hollande n’a pas entièrement réussi, Macron est en passe de le faire. Et l’exemple pourrait bientôt faire école dans le reste des états vassaux d’Europe. Le centre d’entraînement en cours d’installation dans le nord de l’Allemagne sous la houlette de Madame Merkel pour opprimer et tuer les Européens, est tout à fait en phase avec la philosophie machiavélique de Macron.

On sait que par ailleurs, la Grèce est l’épitomé du meurtre d’une nation par des moyens financiers. Les Grecs le permettent pour des raisons qui défient la logique. Peut-être de peur que ne pas obéir et choisir la seule issue possible – le Grexit – s’avère pire que la strangulation financière ? Ce sont là, apparemment, les arguments exprimés, mais non prouvés, par l’ex-ministre des Finances Varoufakis, qui se donne tant de mal pour rester constamment sous les feux de la rampe, et influencer autant qu’il le peut l’opinion publique par son auto-starisation. Cet éminent représentant de la gauche caviar apporte-t-il son concours à la destruction de son pays parce qu’il est chargé de dissuader les autres pays, susceptibles, qui sait, de vouloir reprendre leur souveraineté aux bulldozers de Washington et de Bruxelles ?

On ne peut s’empêcher de penser à George Orwell disant, à propos de The Machiavellians. Defenders of Freedom de James Burnham :
« …il n’y a jamais eu de société démocratique et, pour autant que nous puissions en juger, il n’y en aura jamais. La société est, par nature, oligarchique, et le pouvoir de l’oligarchie a toujours reposé sur la force et sur la fraude… On peut parfois prendre le pouvoir et s‘y maintenir sans violence, mais jamais sans fraude. »

Ceci va bien avec la principe de justice selon les mondialistes :
« Tout ce qui est à vous est à moi et tout ce qui est à moi est à moi. »

Réveillez-vous et prenez garde. Ce qui se prépare au camp d’entraînement à la guerre urbaine de l’OTAN en Allemagne, c est le mécanisme destiné à faire en sorte que les privilèges de la classe au pouvoir ne puissent jamais être remis en cause. Européens, aux barricades, avant qu’il ne soit trop tard !

Peter Koenig
16 mai 2017

Article original en anglais :

Germany and NATO: Towards Martial Law, Preparing for a “Fascist Repression” in Europe?, 16 mai 2017

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

Notes

(1) Qui ne se souvient de la chasse aux prétendus terroristes et des visites domiciliaires à coups de bottes, lors du false flag de Boston en 2013 ? [ndt].

Pendant presque toute sa carrière (trente ans) Peter Koenig a travaillé pour la Banque Mondiale en qualité d’économiste et de spécialiste des ressources en eau. À ce titre, il Implosion – An Economic Thriller about War, Environmental Destruction and Corporate Greed proviennent de sa propre expérience. Il est aussi un des auteurs de The World Order and Revolution ! – Essays from the Resistance.

Il écrit pour Global Research, ICH, RT, Press TV, Chinese 4th Media, Telesur, Le Saker US et d’autres sites Internet.

Son épouse et lui vivent en Europe et en Amérique du Sud. Leurs deux filles et leur fils vivent en Suisse.

On peut le joindre à l’adresse implosion.pk@rcn.com
La source originale de cet article est Mondialisation.ca
Copyright © Peter Koenig, Mondialisation.ca, 2017

Alter Info l'Information Alternative

A la source du trafic de combustible nucléaire: Israël et les Etats Unis

Des attentats nucléaires du 11 septembre 2001 aux programmes nucléaires nord-coréen et sud-africain. Cette info, transmise depuis la Russie et cite un rapport du ministère de l’énergie yankee de 2003, fait tomber bien des masques… ~ Résistance 71 ~
A la source du trafic de combustible nucléaire: Israël et les Etats Unis
La taille du fichier du ministère de l’énergie des Etats-Unis (DoE, le centre nucléaire du pays) se rapportant au 11 septembre (2001) est au-delà des 72Mo. Carnaby avait un bon paquet de documents sur le sujet. (tout cela sous le label de transit). Toute l’histoire de non-prolifération nucléaire et du vol de matériau fissile nucléaire en provenance de Russie, était une histoire de couverture israélienne pour cacher la source originale des matériaux d’armements nucléaires qui venaient en fait des dépôts américains. La distribution illégale de matériau nucléaire militaire (matière fissile) américain à des alliés étrangers n’était pas seulement limitée à Israël. Virtuellement tous les alliés de l’OTAN étaient participants également à cette supercherie.

Dick Cheney (NdT: George W. Bush vice-président) était le salopard de cette affaire (NDT: comme tant d’autres…). Bush fils et Cheney ont fait commerce de ces noyaux nucléaires avec des pays étrangers sous la forme de contrats “IOU” (NdT: “I Owe You”, c’est à dire sous forme de dette secrète), afin d’obtenir ce qu’ils voulaient. Tom Countryman, un agent israélien connu, est curieusement en charge maintenant du NNP (non-prolifération nucléaire) au ministère des affaires étrangères sous Obama. Il y fut placé par Ram Emanuel (NdT: lui aussi agent israélien, ex-conseiller à la sécurité et maire de la ville de Chicago)

Il apparaît que l’arme de prédilection pour les Israéliens fut le W-54 et s’en suivit la cession de plusieurs noyaux nucléaires pris depuis la facilité de stockage et de décommission d’Amarillo au Texas. C’est ce sur quoi travaillait Carneby pour Bush père à Houston. Un total de plus de 350 noyaux nucléaires furent transferrés en Israël sur une période de 10-20 ans. Le type de noyau du W-54 fut préféré à cause de son concept de fabrication plus désirable à deux points d’implosion. C’est le modèle le plus facile à remanufacturer / transformer et à modifier comparé aux autres modèles circulaires de noyau.

Le modèle de ce type d’arme W-54 en forme de pilule contient environ 1 fois et demie plus de plutonium qu’un modèle de noyau standard. Ceci permet suffisamment de plutonium pour être récupéré qu’il n’y en avait dans de plus vieux modèles de plus de 32 ans d’âge. De l’Americium se forme avec le temps dans les noyaux et éventuellement les rend inutilisables en tant qu’armes nucléaires, ils ont donc une durée de vie limitée basée sur la rapidité avec laquelle fut produit le plutonium dans le réacteur nucléaire à Hanford. Habituellement, cela se faisait en maximum 150 jours. Le temps d’irradiation dans le réacteur pendant la production détermine la durée de vie du noyau pour l’armement nucléaire.

Toutes les micro-armes nucléaires utilisées par les Israéliens sont reconstruites depuis ces engins de série de type W-54. Ce type d’engin fut utilisé dans les attentats à la bombe de Bali en Indonésie, dans l’attentat de Londres (7/7) et au Japon sur leurs réacteurs. Utilisé également à Damas, en Irak, en Afghanistan par les Etats-Unis.

(A partir de mai 2013, confirmé comme attaque nucléaire par le ministère DoE)

Ces engins nucléaires sont stockés dans la plupart des ambassades d’Israël pour faciliter leur déploiement sur le terrain. Celles utilisées durant les attentats du 11 septembre furent stockées au consulat israélien de la ville de New York jusqu’à leur mise en place. Après le 11 septembre, le FBI cherche maintenant toutes les sacoches diplomatiques avec un compteur Geiger avant leur sortie ou entrée aux Etats-Unis. Les armes nucléaires sud-africaines furent aussi le résultat des surplus de W-54 d’obus d’artillerie acquis à Israël. Leur assemblage final et test de fonctionnement étant effectués en Afrique du Sud avec l’assistance d’Israël.

Ceci fut mis en place parce qu’Israël avait besoin d’un endroit pour tester ses armes afin d’être sûr que leurs armes nucléaires reconstruites fonctionneraient selon leur mode et objectif de fabrication. Les armes nucléaires issues du programme nord-coréen sont aussi en provenance d’obus d’artillerie de 155mm fournis par Israël. Le véritable programme nucléaire nord-coréen est basé sur des obus d’artillerie et non pas sur des missiles. Le plan est de créer un barrage de feu massif par artillerie sur la Corée du Sud si la guerre venait à éclater, ceci incluant des tirs d’artillerie nucléaires pour contrer les chars et l’artillerie américains. Les Saoudiens ont aussi acquis un stock de W-54 des Etats-Unis sous Bush fils. Les Israéliens ont aussi fourni ces armes à l’Inde, au Brésil, la Chine, à Taïwan, au Japon et aux deux Corée du Nord et du Sud.

La centrale nucléaire israélienne de Demona est une centrale thermique standard de 75 MW avec un réacteur ouvert comme utilisé en France, pour leur programme de production de plutonium, leur version de la centrale de Hanford aux Etats-Unis. A cause d’une utilisation excessive en tant que réacteur d’enrichissement rapide par les Israéliens, la centrale de Demona a subi une “explosion de vapeur”, c’est à dire un incident de flash dû à une masse critique de neutrons, à la fin des années 1980, sous Bush père.

Ceci eut pour effet de fermer la production pendant plusieurs années jusqu’à ce que les réparations puissent être effectuées. La centrale ne fonctionne aujourd’hui qu’a basse ou moyenne puissance à cause des dégâts dûs à l’absorption des neutrons dans le vaisseau d’isolation principal. Elle est maintenant essentiellement utilisée pour la production d’isotopes. Ceci a forcé les Israéliens à se tourner vers des stocks d’engins nucléaires volés des Etats-Unis afin de pouvoir continuer leur programme nucléaire.

Les Israéliens qui savaient que le matériel nucléaire militaire qu’ils avaient acquis n’avait qu’une durée de vie limitée en tant qu’armement, ont essayé de refourguer leurs surplus sur un marché clandestin le plus vite possible avant qu’elles ne leur fussent plus d’aucune utilité. Alors ils ont largué tout çà dans des nations ignorantes qui ne pouvaient que les stocker et étaient incapables de les tester. C’est de cela qu’il s’agit avec les tests nord-coréens. Lorsque tout le monde s’est rendu compte de la supercherie, comme le Japon et la Corée (voir par exemple le coulage des sous-marins coréens etc…), ces nations furent énervées, parce qu’elles avaient payé cher pour de la daube. (NdT: cf l’histoire du “pantalon à une jambe” de Jacques Attali, c’est exactement çà…)

Ceci déclencha une mini-guerre froide avec Israël et ses clients énervés. Quoi qu’il en soit, avec des micro-armes nucléaires, même alors que la durée du plutonium s’accroit, cela produira toujours une détonation en-deçà d’une puissance de 2Kt. Elles peuvent donc toujours être utilisées comme des bombes sales ou comme de petites armes nucléaires tactiques comme vu avec la frappe d’artillerie sur Damas au moyan de W-54 sous forme de roquettes…

Le modèle de noyau du W-54 est en forme de pilule et ne fait que 10cm de diamètre et ne pèse qu’environ 11kg. La très vaste majorité du combustible nucléaire est consommé dans la boule de feu de plasma lors de l’explosion, il y a donc très, très peu de retombées de plutonium. Si mélangées avec d’autres matériaux, les retombées peuvent même être réduites au plus bas niveau, comme avec une arme de radiation poussée appelée bombe à neutrons. C’est ce qui fut utilisé lors des attentats du 11 septembre 2001.

Le but principal de l’arme nucléaire utilisée le 11 septembre dans chaque tour fut de produire un énorme flux de neutrons et de rayons Gamma qui vaporiseraient environ 100m de poutres d’acier I de 15cm d’épaisseur, qui constituaient le cœur central des édifices du WTC. Ceci créa un évènement de chute libre des bâtiments comme on l’a vu à la télévision ce jour là. Le flash et le plasma étaient cachés de la vue à cause de la détonation sous-terraine. La plupart de la lumière fut dans le spectre non-visible de toute façon.

La surpression était réduite à 6 PSI = 0,41 bar car l’explosion et ses effets voyageant verticalement dans le cœur de la structure et les radiations neutrons vaporisants l’antenne de télé au sommet de la tour, comme vu à la télé. Les retombées ont été essentiellement du béton vaporisé et de l’oxyde de fer. C’est pour cela qu’après le 11 septembre, ils ont dit à tout le monde que les brûlures dûes aux radiations béta que les gens développaient étaient dûes à la causticité du béton et non pas aux effets radioactifs des retombées de béton pulvérisé irradié.

L’oxyde de fer retrouvé partout sur place était ce qu’il restait des poutres d’acier I. C’est ce qui fut appelée nano-thermite et qui fut retrouvée partout. Les retombées radioactives furent limitées à une zone de 1,5km autour du centre de la ville de New York. La décomposition radioactive fut réduite à des niveaux de sécurité après 72 heures en dehors de ground zéro. C’est pourquoi cette zone fut bloquée pour le public jusqu’à 3 jours après les évènements, afin que le niveau de radiation puisse retomber à des niveaux de sécurité acceptables.

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Source: VT et un rapport du ministère de l’énergie des Etats-Unis datant de 2003


Alter Info l'Information Alternative

Impérialisme et falsification: Israël, USA et le bidouillage de l’info par la doctrine culte du renseignement de signaux (VT)

Fantômes du désert la nouvelle armée syrienne des Etats-Unis
Impérialisme et falsification: Israël, USA et le bidouillage de l’info par la doctrine culte du renseignement de signaux (VT)
“War, what is it go for ? Absolutely nothing…” (chanson connue). A quoi sert la guerre ? a rien si ce n’est de maintenir les riches encore plus riches et le reste d’entre nous apeurés et facilement manipulables…

Un semblable de l’EIIL est entré sur la scène syrienne avec tout le flair et la gloire d’un spectacle hollywoodien ; les Etats-Unis ont décidé de faire avancer une offensive au sol de grande envergure en Syrie. Sécuriser cette nouvelle attaque contre Damas est un des buts réels de la visite de Donald Trump en Arabie Saoudite et de la signature de contrats de plus de 100 milliards de dollars de Jared Kushner avec les Saoudiens.

Cet équivalent Trump de la “diplomatie des narcotiques” tandis que Kushner ratisse le fric dans les coffres familiaux, a été des plus bénéficiaire à la fois aux financiers saoudiens et aux fournisseurs d’armes américains comme Raytheon (NdT: les missiles Tomahawk entre autre) et Lockheed, le tout en engrangeant des rétro-commissions énormes pour la famille Trump dans ses comptes offshore des îles Caïmans dans les Caraïbes.

La plupart de tout ceci fut mis en place par le général Mattis qui a soudoyé Abadi à Baghdad et espère traîner les forces militaires au sol britanniques, françaises et Allemandes dans ce que les Etats-Unis appellent une “zone de désescalades de conflit”. Une fois que les élections européennes seront hors du chemin et que l’OTAN soit mise en position plus forte, le cas contre Assad va prendre une toute autre tournure, bien plus dramatique.

Nous avons vu se dérouler la fausse attaque chimique, l’Amérique a bloqué une enquête, n’a pas produit ne serait-ce que l’ombre d’une preuve [que le gouvernement syrien ait perpétré cette attaque] tandis que Trump a fait des ronds de jambes devant Poutine promettant que cela ne se reproduirait plus, puis quelques jours plus tard, les Etats-Unis ont totalement fabriqué cette histoire du “Auschwitz” syrien, de camps de la mort imaginaires, d’incinérateurs, de gigantesques charniers et de Sonderkommandos zombies, ce que l’ambassadeur syrien auprès de l’ONU (Bachar Al-Jaafari) a qualifié de piège à gogos hollywoodiens.

Derrière tout cela se tient la main d’Israël, les attaques fabriquées et ce que nous ne voyons pas, ce qui est une part importante, du comment Israël contrôle la Maison Blanche, le Pentagone et ces membres bien particuliers du congrès chargés de la supervision militaire.

Les Etats-Unis dépensent jusqu’à 100 milliards de dollars par an pour le renseignement de signaux. Les 16 agences du renseignement américaines sont totalement dépendantes de ces signaux. Le renseignement satellite américain est inutile sans le soutiende renseignement de signaux et malgré les efforts de réformer durant la période de Michael Flynn et son directorat infructueux de la DIA (renseignement militaire US), les Etats-Unis n’ont pas d’HUMINT ou sources de renseignement humaines où que ce soit dans le monde.

Non seulement eles n’existent pas, mais les Etats-Unis ne forment aucun de leurs services dans le recrutement des agents, dans la gestion d’agents (ou de transfuges) ou, et cela est quelque peu terrifiant, dans la recherche et le traitement de l’information. En fait, à l’heure actuelle, les Etats-Unis considèrent que les posts laissés sur Facebook et sur les blogs sont du renseignement humain. Ils scrutent Twitter, Youtube et Facebook…

Pendant l’administration Bush, la Maison Blanche s’est alouée les sources les plus mal réputées afin de produire des dossiers bidonnés sur l’Irak, l’Iran et l’Afghanistan, tout falsifier. Les deux avec lesquelles nous sommes les plus familiés sont SITE Intelligence, qui est en fait Rita Katz.

D’après nos sources, elle reçoit ses infos d’un gars basé chez un traiteur de Brooklyn ; l’autre est MEMR.org, qui est en fait le bloggueur conspi Steve Emerson qui opère avec des injections de fric liquide de la Maison Blanche. Emerson est allé à Oman en 2002 et fut contracté par des médias locaux pour produire des fictions à charge contre l’irak et Saddam Hussein.

Ceci fut appelé le Middle East Intelligence Project. Un de ses éditeurs nous contacta et a dit: “Gordon, je suis un bon musulman, mais ce mec nous demande de mentir” ; Duff répondit “combien te paie t’il ?” Farouk dit alors: “30 000 dollars”, ce à quoi Duff répondit “prends le fric, de toute façon ils ont déjà décidé de cette guerre.”

Derrière ceci se cachait des douzaines d’organisations supplémentaires, dirigées depuis la Brooking Institution, l’Heritage Foundation, le Washington Institute et la Jameson Foundation, tout ceci étant des vitrines du renseignement israélien.

Notre vrai problème est le réseau de renseignement sur les signaux et le trafic qui a été créé pour les Etats-Unis. En 2014, nous avons enquêté sur le rôle d’Israël dans l’abattage du vol MH17, la fausse histoire du tir d’un missile russe ayant abattu l’appareil puait l’impossibilité à plein nez, mais des capacités clefs SIGINT (renseignement sur les signaux, NdT: pour Signal Intelligence) ont rendu cet acte terroriste possible et les empreintes digitales de Tel-Aviv était la depuis le tout premier jour.

Avant que cette fausse histoire de missile ne noie la vérité, mais dans la presse russe hautement infiltrée, le monde a su que les contrôleurs aériens ukrainiens à Kiev, avaient follement envoyé le vol MH17 au desus d’une zone de combat avec deux chasseurs à réaction ukrainiens à ses trousses.

Ce ne fut une surprise pour personne lorsque l’avion fut abattu ni du reste de la maniere dont ce fut fait, quoi qu’il en soit, dans les 48 heures qui ont suivi, les médias du monde étaient submergés avec des histoires de “limites” des Su-25 chassant le malheureux vol MH17: “ils ne peuvent pas voler aussi haut”, “Ils ne transportent pas les bons missiles”, “ils n’ont pas de canons”…

Ce fut le membre de la US Army Special Forces Forward Air Controller, Gene “Chip” Tatum, qui éventa l’affaire ; voyez-vous, Israël a fait installer une boîte noire sur les avions ukrainiens. Celle-ci reçoit des signaux radars, les changent et les renvoie maquillés : ainsi, un avion rapide de haute altitude comme le Su-27 peut posséder et émettre la signature d’un autobus de ramassage scolaire de l’air et non seulement la capacité existe, mais fondé sur l’analyse de nouveaux rapports et de mensonges utilisés, mais cela fut imité et les signaux “bidouillés”.

Nous sommes absolument certains que ceci fut effectué, de plus, dans les heures qui suivirent la chute de l’avion, nous avons reçu des rapports d’un groupe de contrôleur du trafic aérien canadien qui nous a dit qu’un vol avait quitté un aéroport en Azerbaïdjan, convergeant sur ce que nous croyons être le site d’interception du Su-27 ukrainien abattant le vol MH17. L’aéroport duquel ce vol est parti nous est connu comme une base secrète pour des bombardiers israéliens F-15E, placée là en 2010 en guise de menace sur l’Iran.

En 2012, deux déserteurs de ce pays ont confirmé cette information à l’Iran, nous savons également que le puissant radar équippant le F-15E, combiné avec la technique aéronautique Raphael permet à cette avion d’être utilisé en tant que plateforme de système AWAC. Le vecteur de vol de cet appareil israélien lorsqu’ajouté à ceux des deux avions ukrainiens “bidouillés” correspond à ce que nous pourrions appeler un “package” pour ce qui est devenu de fait un acte d’assassinat de masse.

Ceci représente un cas d’opération technologique faux-drapeau qui utilise le SIGINT d’Israël. Le 2 mai 2017, une équipe du renseignement israélien, ayant placé des équipements de transmission électronique maquillés en rocher, retournait à la rame vers un sous-marin de classe Dauphin, qui les attendait au large de la côte syrienne.

Deux heures plus tard, le sous-marin israélien gisait au fond de la Méditerranée, sa coque ouverte, son équipage, incluant deux équipes commando israéliennes, soient un total de 84 hommes, tués, victimes d’une torpille russe anti-sous-marin, tirée, selon l’agence syrienne SANA, depuis un patrouilleur côtier.

Le but de cette opération en parallèle avec celle du vol MH17, fut de blâmer la Russie d’avoir abattu un vol commercial, tandis qu’ici, les signaux électroniques israéliens imitaient le trafic radio de l’armée syrienne, lui faisant reconnaître une attaque au gaz sarin contre des civils.

Les Etats-Unis étant totalement dépendant de la réception de ces signaux SIGINT et recevant leur confirmation d’organisations totalement corrompues, n’ayant aucune prérogative de renseignement et étant hautement motivées par des agendas personnels, une décennie et demie d’échecs retentissants du système de renseignement américain devrait donc être des plus facile à comprendre. La toute dernière incarnation du faux renseignement est la troupe théâtrale, parfois des locaux payés pour ce faire, parfois des enfants sont payés pour faire les morts, parfois l’entreprise cinématographique, quand elle peut le faire sans être prise et qu’elle a besoin d’effet dramatique, trouve plus convaincant de tuer en fait les enfants plutôt que de payer pour un sédatif.

Combien de fois avons-nous pris les “casques blancs” syriens, l’Observatoire Syrien pour les droits de l’Homme (OSDH), travaillant avec des équipes de filmage de la chaîne de télévision Al Jazeera et de l’agence britannique Reuters, ainsi qu’avec la télévision turque, aidés par l’EIIL, Al Qaïda et le MIT (service secret turc), mettant en scène des attaques faux-drapeaux.

Il est tout à fait normal pour un ennemi soumis à des raids aériens de placer des choses ou personnes importantes dans des écoles, des églises, des mosquées et des hôpitaux, utilisant les résidents locaux comme boucliers humains, ce qui est fait maintenant, est le résultat de changements sur le champ de bataille.

Ces choses planqués ne valent plus en fait la peine d’être protégées, la guerre en Syrie est perdue, pourquoi protéger un dépot d’armes légères ou un centre de communication lorsque vos mercenaires djihadistes s’enfuient à toutes jambes, jetant leurs armes et rasant leurs barbes, alors que la véritable guerre peut-être gagnée au moyen de sanctions et de frappes répliques américaines. La leçon est simple: faites sauter les écoles vous-même, filmez les enfants morts, mettez un casque blanc, attrapez un cadavre d’enfant, courez en long et en large devant des caméras jusqu’à ce qu’ils aient le bon plan. La BBC le diffusera et la photo sera étalée à l’ONU et son Conseil de Sécurité par l’ambassadeur américain. Avec un peu de pot même, Ivanka Trump va personnellement superviser l’attaque pour vous.

Ceci est le nouveau visage de la guerre en Syrie: mise en scène terroriste, histoire de charniers, exécutions, torture, tout ceci semble bizarrement bien familier, comme des choses qu’on a déjè entendu auparavant, le tristement célèbre “narratif de la victimisation” d’Israël toujours en action…

Pour les Etats-Unis, afin de soutenir la politique de la Maison Blanche de plus en plus dominée, particulierement sous l’administration Trump, par des agences de renseignement étrangères et même le crime organisé, comme avancé par bon nombre, les hautes positions du renseignement vont à des gens qui ont de moins en moins d’expérience, même un soi-disant haïsseur d’Israël comme Obama a fait ces boulettes, bien qu’Obama ait bougé Chuck Hagel à la défense et Martin Dempsey à l’état-major, nettoyant ainsi le Pentagone, bien que temporarirement et oblitérant le culte de mort de l’armaguédon qui avait pris le contrôle du commandement nucléaire des Etats-Unis, non, non, on ne plaisante pas une seule seconde avec tout çà…

S’ajoutant à ce problème fut l’action entreprise contre les académies militaires du pays comme West Point (NdT: l’équivalent de St Cyr), Annapolis et l’école d’officiers de l’armée de l’air, action qui fut entreprise à la fin des années 80 sous Bush Senior. Les membres des cultes chrétiens pentecôtiste et dominioniste prirent alors le contrôle total de ces usines à jeunes officiers tandis que de nouvellement sélectionnés candidats officiers étaient passés au travers d’un processus de sélection demandant une “flexibilité morale”, une intelligence limitée et un cocktail en guise de personnalité: ils voulaient des George Custer et non pas des George Patton.

Ceux qui passèrent au travers des mailles du filet, la génération future des Omar Bradley, furent harcelés et trompés. A un moment donné, en 2009, 159 cadets de l’école d’officiers de l’armée de l’air ont contacté Veterans Today (VT) et l’ American Religious Freedom Foundation, ils se plaignaient d’une véritable “inquisition” religieuse. Alors que les académies militaires étaient de plus en plus dominée par la théologie extrémiste évangéliste, leurs programmes éducatifs se plantèrent, mais ils eurent une grande croissance dans un autre domaine: les abus sexuels officiellement rapportés augmentèrent de plus de 60%, mais l’histoire derrière tout ceci indique plus une augmentation de 300% si ce n’était pour l’intimidation masquée qui s’en suivi.

Ceci nous donna l’armée dont l’ex-adjoint ministre de la défense Paul Wolfowitz, co-architecte de l’offensive du renseignement israélien contre les Etats-Unis, leur “taupe”, avait besoin pour sa “guerre globale contre le terrorisme”. C’était une armée américaine qui travaillait de manière inter-opérationnelle avec des mercenaires, des terroristes et des voyous ; une armée qui ne ferait pas qu’ouvertement protéger les structures de production du plus grand trafic de narcotique au monde, mais encore de construire elle-même cette capacité (NdT: depuis l’Afghanistan)

Les bases militaires américaines dans le monde sont devenues des centres de prière obligatoire, des bibles y étaient portées plus souvent que des flingues et où une certaine forme d’aveuglement se développa aussi. Les plaintes pour viols et tentatives de viols perpétrés sur des militaires hommes ou femmes augmentèrent de 300%, avec ce qui ne fut pas rapporté, on atteint peut-être les 1000%. Les bases américaines autour du monde devinrent des lieux de transit pour le tristement célèbre programme de “rendition” de la CIA (NdT: programme d’enlèvement et de transfert de “suspects de terrorisme” dans des bases et pays “alliés”, dont la Syrie fit partie à un moment donné… pour séquestrer et torturer de soi-disants suspects de “terrorisme”, souvent des innocents enlevés et vendus contre récompenses aux Américains…), qui vit des dizaines de milliers de personnes, le plus souvent innocentes ou enlevées “par erreur” simplement parce que leur nom était Mohammed.

Avec un budget accumulé de 5000 milliards de dollars pour sa guerre contre le terrorisme, l’Amérique fut virée d’irak et un gouvernement pro-iranien y fut élu tandis qu’en Afghanistan, le flot incessant de la drogue continuait de plus belle, alors que le gouvernement de Kaboul ne gouverne qu’à… Kaboul et encore, seulement durant les heures diurnes.

Les échecs sont bien évidemment des échecs politiques, le couteau militaire émoussé emmené par les esprits émoussés des académies militaires, suivant une politique du “marécage de Washington” pour utiliser le terme même employé par Trump, mais il y a deux choses derrière tout ce puissant phénomène: ouvertement, beaucoup blâment la pressetituée des “fausses nouvelles” et il y a une bonne raison à cela, comme nous l’avons dit auparavant, le FBI et la CIA sont notoirement accrocs aux logiciels qui scannent les blogs conspi et les messages Facebook comme sources de renseignement. Le réel désastre que tout cela représente ne peut pas être surestimé, mais derrière tout ça se tient cette nébuleuse du sommet de la pyramide du renseignement que seuls une poignée d’élus peuvent voir, les joyaux plaqués or qui arrivent maintenant sur le bureau de Donald Trump et peut-être même de Vladimir Poutine. Nous suggérons ici que si ces inepties arrivent de fait sur le bureau de Poutine, elles se retrouvent souvent très rapidement au panier.

De quoi parlons-nous au juste ? Il y a une beauté simple et naturelle dans ce renseignement sur les signaux (SIGINT), çà n’est pratiquement presque jamais réel, pas depuis le fameux télégramme de Zimmermann en 1917, une révélation pour vous et non ce n’est pas une plaisanterie: Les Israéliens sont connus pour prendre un simple téléphone portable et de passer ce coup de fil: “salut, c’est nous les terroristes, on est en train de fabriquer nos vestes suicides et on se demandait comment allait toute la famille ?…” Puis, ils prennent leur téléphone à 30 US$, le balance au dessus d’un mur et attendent qu’un drone américain passe et fasse sauter le caisson d’un pauvre gars et de toute sa famille.

Un scenario typique dans de tels cas implique des victimes n’ayant souvent pas payé une commission dans une affaire de diamant et non, on ne plaisante pas, pas une seule seconde. Est-ce que le directeur de la CIA Pompeo le sait ? Franchement ? Il ne sait rien, c’est du reste pour cela qu’il est à ce poste de directeur de la CIA. Et le général Mattis, le sait-il ? On ne peut pas dire, mais ce que nous pouvons dire, c’est qu’il est maintenant et a toujours été ignorant de simples affaires de juste ou faux, légal ou illégal et même de bien et de mal.

Nous avons appris cette leçon au Vietnam, quelle leçon ? Vous n’avez pas besoin de combattre un ennemi pour gagner une guerre. En 1968, Richard Nixon annonça qu’il allait retirer les troupes américaines du Vietnam s’il était élu président et remettre cette guerre entre les mains de ce que nous savons maintenant avoir été non-existante: l’armée sud-vietnamienne. Laissez moi expliquer. Ceci va faire mal et ce qui devrait faire le plus mal à ce sujet est que cette simple vérité n’a jamais été entendue auparavant et pourtant c’est tellement incroyablement évident.

Voyez-vous, le Vietcong (VC) et l’armée nord-vietnamienne (ANV) passèrent 70% de leur capacité militaire à essayer de tenir et de contrôler le sud-Vietnam, ils combattaient une guerre politique, essentiellement une guerre défensive (NdT: ils étaient envahis par des puissances étrangères, d’abord l’empire colonial français puis à partir de 1955 par sa relève yankee…ne l’oublions jamais…), tenant presque toute la terre et la plupart de la population tandis que les Etats-Unis combattaient une guerre offensive et de mobilité. Nixon a changé tout cela.

Avec l’annonce du retrait américain, la VC et l’ANV n’avaient plus à retenir, ils devaient se contenter de pousser les Américains vers la porte de sortie, ce qui libéra 70% de leurs forces. Comme ils n’avaient plus à tenir des territoires et saisir des régions, voici ce que Nixon et Kissinger firent dans la réalité: la guerre du Vietnam passa d’une guerre civile à une guerre où 540 000 Américains soudainement, se retrouvaient avec une cible peinte dans leur dos. Il suffit de voir que la vaste majorité des pertes américaines furent infligées à partir de 1969-70, pas dans les années préalables. Le seul but du VC et de l’ANV fut de tuer le plus d’Américains possible, aucune force américaine ne devait être vaincue dans une bataille, aucune zone n’avait plus besin d’être protégée, c’était juste devenu un massacre.

C’est ce qui facilita la prise de contrôle des académies militaires, une armée qui ne pouvait plus se débarrasser de ses vétérans et anciens combattants assez rapidement, une armée profondément engoncée dans la corruption et une guerre combattue exclusivement par de petites unités de terrains, commandées (efficacement) par des sous-officiers d’expérience. Il y eut des leçons à tirer de la guerre du Vietnam: ce fut la glas du corps des officiers de l’armée américaine. La guerre du Vietnam fut le type de combat de jungle que virent les Marines durant la seconde guerre mondiale, tandis que parfois à quelques kilomètres des affrontements, les officiers supérieurs se doraient la pilule sur les chaises longues des piscines et glandouillaient dans les boîtes de nuit dans le même temps où les unités de combat, sur le terrain, commandées par des sous-officiers et parfois même des caporaux se fritaient au corps-à-corps ; voilà la véritable honte de la guerre du Vietnam sur le plan militaire, la véritable histoire du Vietnam et des racines du niveau de corruption qui règne dans l’armée américaine.

C’est l’armée américaine qui a perdu toute capacité op´rationnelle ; une armée qui a totalement mué de ses combattants expérimentés à la fin de la guerre, incluant de rares officiers de talent comme le colonel David Hackworth, co-fondateur de VT, viré de l’armée pour dire exactement ce que vous venez de lire.

En 1991, les Etats-Unis envoie leur dernier commandement de combat opérationnel, la 3ème armée, au Moyen-Orient: Jim Hanke de VT en était un des officiers responsables des opérations. Depuis cette époque, blâmez Clinton, blâmez quiconque, il n’y a plus eu de capacité de combat au sein de l’armée américaine. A l’époque de la guerre du Vietnam, servir dans la Garde Nationale ou les forces de réserve rendait quasiment impossible de servir en zones de combat, vous évitiez la conscription en servant dans la réserve (NdT: comme ce neuneu de Deubeuliou Bush et les fils de tous les politiciens yankees en âge d’être appelés pour se faire liquider dans la jungle vietnamienne…)

La “guerre contre la terreur” a changé tout cela. Les analogies entre les attentats du 11 septembre et l’attaque de Pearl Harbour, qui furent émises presque immédiatement après, commencèrent à attirer les suspicions sur les perpétrateurs de cet évènement. L’Amérique partit en guerre (NdT: en 2001) en utilisant sa Garde Nationale et ses réservistes, des soldats du dimanche, comme Rumsfeld (NdT: ministre de la défense de Bush Jr.) l’avait si bien fait remarquer: “parce qu’ils coûtent moins cher !”

L’armée professionnelle qui ne touchait au Vienam que 60 US$ par mois, payait maintenant un caporal en Irak 6000 US$ par mois, pas 10 fois plus, mais 100 fois !!

Pour chaque civil surpayé, dont les coûts quotidiens de nourriture et de lessive, sous-traités par la firme Halliburton (NdT: dont le vice-président Dick Cheney était un ancien directeur et toujours actionnaire…) et autres groupes initiés, en tant que coût quotidien pouvant aller jusqu’a 3000 US$, avec l’eau potable facturée 300US$ le gallon (4 litres soit 75US$ le litre !), il y avait deux contractants privés (NdT: mercenaires de BlackWater ou DynCorp) payés deux fois plus, voire bien plus.

Personne dans l’armée américaine ne creuse plus les latrines ou épluche les patates, ce qui était auparavant fait par deux bidasses au Vietnam à 60US$ par mois est maintenant sous-contracté à une entreprise privée qui fait le même boulot pour 6000 US$ et deux Ethiopiens, pieds nus, font le sale boulot et sont payé 6 US$ par mois. Avec ce genre de mathématique à l’œuvre il est parfaitement compréhensible que ce n’est pas demain la veille que les guerres s’arrêteront.

Au Vietnam, les officiers évitaient le combat, se bidouillaient entre eux des citations pour des médailles et volaient tout ce qui n’était pas attaché. Mais au vu des standards d’aujourd’hui, tout cela n’est que petite bière. Quel type d’officier est capable de garder un convoi de pâte d’opium en route vers le labo de raffinement en héroïne dans la province de Helmand ? Qui était le général de l’armée de l’’air de la base de Bagram en Afghanistan quand le Dr Aafiasaddiqui fut violé et tabassé par des agents du FBI, du DHS et des Navy SEALs ? Quelqu’un peut-il oublier Abou Graïb ? Les structures américaines en Libye étaient 50 fois plus grandes, celle de Pologne 100 fois, tout cela sous la supervision d’un corps d’officiers américain bâti sur le désastre du vietnam, instillés de l’amour de jésus et encore plus d’enculerie.

Ceci est le type d’environnement qui permet une guerre corrompue, fabriquée et nous y retournons maintenant, par SIGINT, par des signaux de renseignement bidons israéliens qu’ils nous ont offerts. La plus grande ligne du budget militaire israélien est celle du renseignement électronique, bien au-delà de ses programmes nucléaires et bien plus secret que tout ce que Trump pourrait bien donner à Poutine.

Nous avons récemment abordé le rôle de Movements.org et du Jigsaw de Google ; cela ne prend pas longtemps pour discerner que presque tous ceux qui sont impliqués sont dirrectement liés avec le renseignement israélien et les projets israéliens de faux renseignement et de bidouillage. Ce que nous entrevoyons ici est une solution de bout en bout: On commence une guerre fondée sur des messages radios bidons “interceptés”, renforcés par des vidéos mises en scène d’atrocité de terrain et soutenues par des médias sous contrôle. Cette guerre est financée par un congrès corrompu et sous contrôle et combattue par un corps d’officiers dévoués à la “prophécie de la fin des remps” et qui nous amène l’armaggedon biblique.

Creusant ceci un peu plus, nous avons des centaines de sites internet de blogueurs robot dégueulant leur flot de conspirations, suffisamment pour y noyer tous efforts de reportage d’enquête dans une mer de désinformation, ligne après ligne de trolls créant un faux narratif sur les réseaux sociaux et les sections commentaires de blogs et de forums. Facebook et Wkipedia empoisonnant tout dialogue à une échelle globale, les mauvaises mannières sur une échelle industrielle.

Derrière tout cela nous trouvons de faux SIGINT, et un flot incessant de bidonnage et on veut dire de fausses interceptions puériles créant un monde artificiel de falsification. Washington surfe sur ce bidonnage du renseignement, il y a des cartes sur les murs du Pentagone où figurent des bases ennemies qui n’ont JAMAIS existé ; à cause des bénéfices générés par le SIGINT, le contrôle de la politique étrangère des Etats-Unis et du budget militaire se chiffrant en milliers de milliards de dollars, est entièrement sujet à de fausses interceptions fabriquées de toute pièce par Israël et son appareil de mensonge électronique avancé à 5000 milliards de dollars par an et dont une bonne partie, pour ajouter l’injure à la douleur, est payée par les contribuables américains.

Ce serait bien si nous pouvions nous arrêter ici, mais on ne le peut tout simplement pas ; aux côtés de tout ce que nous venons de vous décrire se trouvent de fausses cellules terroristes, de faux assassins, de faux massacres de masse et dans certains cas, de fausses victimes également. Quand nous avons vu un policier français abattu à bout portant sur un trottoir de Paris avec … des munitions à blanc ou lorsque, encore et encore, les mêmes blessés et morts sont vus et revus, incident après incident, on progresse de la suspicion à la révélation et de celle-ci à la nausée.

Ainsi, alors que nous regardons l’EIIL perdre la guerre en Syrie, nous commençons à nous demander, pourquoi y a t’il eu une guerre et on se rappelle du gallon d’eau potable à 300US$ facturé par Halliburton Corp. Eau qui provenait directement et sans altération de la rivière Euphrate. Nous observons les djihadistes de l’EIIL et sa réception sans fin de missiles Raytheon TOW et peut-être regarde t’on vers l’Afrique et Boko Haram et ses membres de tribus sahariennes pieds nus, conversant la journée durant au moyen de téléphone satellite à 2000 US$ du bout, quelqu’un à l’autre bout du fil acceptant une communication à 35 US$ la minute.

C’est toujours la question à laquelle personne ne répond et à ne jamais demander par un corps d’officiers corrompu ou un faux congrès ou un faux président qui a fait remarquer de manière répétitive, que nous avons aussi à faire avec une fausse OTAN. SIGINT est faux, HUMINT (renseignement de source humaine) est glâné depuis l’internet et est bidon, les vidéos vues dans les JT sont bidons, pratiquement aussi faux qu’Ivanka Trump…

Il est devenu évident ce que nous avons créé, en 1935, le général Smedley Butler nous avait déjà averti que la guerre était un racket, une extorsion ; même Paul Wolfowitz pensa qu’il envoyait des troupes pour saisir le pétrole, cela lui a pris deux ans pour cmprendre que c’était bien plus facile de mettre un flingue sur la tempe du peuple américain, de construire un état policier aux Etats-Unis et de reproduire le monde de George Orwelll dans son roman “1984”.

Le scenario de la guerre perpétuelle mis en place dans le roman 1984 est maintenant une réalité, Orwell essayait vraiment de nous mettre en garde des choses à venir, vraiment bien dommage que personne en positon d’exercer le pouvoir ne lui ait prêté une quelconque attention.


url de l’article original:

http://www.veteranstoday.com/2017/05/19/ghosts-of-the-desert-americas-new-syrian-army/

Alter Info l'Information Alternative

Une vingtaine de morts après une explosion dans une salle de spectacle de Manchester, false flag ? (vidéos)

Une vingtaine de morts après une explosion dans une salle de spectacle de Manchester, false flag ? (vidéos)














Un «incident terroriste» dans une salle de concerts à Manchester (ouest de l'Angleterre) a fait 19 morts et environ 50 blessés, a annoncé le 23 mai la police locale. Les victimes assistaient à un concert de la chanteuse américaine Ariana Grande.

02h50 CET
La police de Manchester a annoncé qu'elle allait procéder à une explosion contrôlée dans un endroit situé à quelques dizaines de mètres de la salle de concert Arena où une explosion présumée a fait 19 morts.

«Il va y avoir une explosion contrôlée dans les jardins de la Cathédrale. Si vous entendez du bruit, n'ayez pas peur», a annoncé la police sur son compte Twitter.

02h32 CET
«Nous confirmons qu'un incident est intervenu alors que les spectateurs quittaient le concert d'Ariana Grande. L'incident a eu lieu à l'extérieur de la salle dans un espace public. Nos pensées vont aux victimes», a déclaré la direction de la Manchester Arena dans un communiqué.

02h20 CET
D'après NBC News, plusieurs officiels américains ont affirmé que les autorités britanniques soupçonnaient un attentat-suicide.

02h09 CET
La police de Manchester a confirmé un nombre de 19 morts et une cinquantaine de blessés dans un bilan actualisé.
Les autorités traitent l'incident comme un acte terroriste jusqu'à preuve du contraire. Selon la BBC, les responsables du contre-terrorisme britannique se réunissent actuellement à Londres.

01h40 CET
La police ouvre une enquête pour «acte terroriste».

01h39 CET
Une équipe de démineurs britanniques se dirige vers la Manchester Arena.

01h37 CET
NBC citant des sources policières évoque un premier bilan faisant état d'une vingtaine de morts et de centaines de blessés.

01h29 CET
«Nos agents sont à la Manchester Arena suite à des rapports faisant état d'une explosion dans le stade à 22h30 ce soir», a déclaré la police britannique des transports dans un communiqué.
«Les services d'urgence sont sur les lieux et nous travaillons à établir plus d'informations concernant l'explosion et nous fournirons d'autres mises à jour dès que possible», a-t-elle précisé.

01h26 CET
De nombreux véhicules de police ont été aperçus fonçant sur le site du drame.

01h23 CET
Un fort mouvement de panique a suivi les bruits de détonations à l'intérieur de la salle de spectacle

01h17 CET
Une vidéo circulant sur les réseaux sociaux et enregistrée à proximité de la Manchester Arena laisse entendre une forte détonation accompagnée d'un flash lumineux.

01h14 CET
La police de Manchester a annoncé le 23 mai qu'il y avait «des morts et des blessés» à la suite d'un "incident grave" survenu dans une salle de concerts à Manchester, dans l'ouest de l'Angleterre.
«Les services de secours répondent actuellement à des informations selon lesquelles il y aurait eu une explosion», a indiqué la police dans un communiqué sur son compte Twitter. Elle a établi un périmètre de sécurité.

01h11 CET
La chanteuse Ariana Grande a été mise en sécurité et n'est pas blessée.

Dans la nuit du 22 au 23 mai, une explosion a été entendue à la fin du concert de la chanteuse Ariana Grande qui se produisait à la Manchester Arena, une salle de spectacle pouvant accueillir 21 000 personnes. Un mouvement de panique a pu être observé parmi les spectateurs.

Sur Twitter, la police de Manchester a confirmé que 19 personnes avaient perdu la vie et qu'une cinquantaine étaient blessées. Les autorités ont confirmé intervenir suite à un «incident» et ont demandé aux personnes d'éviter le secteur de la Manchester Arena.

«Ceci est traité comme un incident terroriste» a indiqué la police. De nombreux véhicules de secours ont pu être aperçus se dirigeant à toute vitesse sur place.

«Les services d'urgence s'occupent actuellement d'un incident à proximité de la station Manchester Victoria. Toutes les lignes sont coupées», a informé la National Rail, en charge du métro de la ville, dans un communiqué. «Les trains ne circulent pas au départ et à destination de Manchester Victoria», a précisé l'organisme.

L'origine de l'explosion n'est, pour le moment, pas connue.

texte et photo : https://francais.rt.com/international/38687-plusieurs-explosions-entendues-lors-concert-manchester-panique

Alter Info l'Information Alternative

La preuve de l’ADN peut être fabriqué et mis sur des scènes de crimes.

La preuve de l'ADN peut être fabriqué et mis sur des scènes de crimes.
Les scientifiques peuvent faire des copies de votre ADN par PCR à partir de l'échantillon d'ADN qui se trouve dans la base de fichage d'ADN:


La PCR permet de produire des millions de copies d'une séquence d'ADN dans un tube à essai en quelques heures, même avec une très petite quantité initiale d'ADN
http://www.nature.com/scitable/topicpage/scientists-can-make-copies-of-a-gene-6525968

https://www.themarshallproject.org/2015/06/24/the-surprisingly-imperfect-science-of-dna-testing#.b4ZIYwfbb



Avec le fichage ADN généralisé de la population, il est donc possible de prendre un extrait d'ADN d'une personne au hasard, de la faire amplifier dans un tube à essai avec la méthode du PCR et la mettre sur la scène du crime.



L'expert en ADN Dan Krane de Wright State University à Dayton, Ohio, qui a témoigné pour la défense, a spéculé que les pinceaux d'empreintes digitales des enquêteurs auraient pu transférer l'ADN de Brian sur l'enveloppe.
https://www.themarshallproject.org/2015/06/24/the-surprisingly-imperfect-science-of-dna-testing#.b4ZIYwfbb



"Une personne qui portait simplement un chiffon qui avait essuyé en contact le cou de quelqu'un d'autre pouvait transférer l'ADN de cette personne sur un objet qu'il n'a jamais touché, selon une étude publiée plus tôt cette année dans le International Journal of Legal Médicine"

https://www.scientificamerican.com/article/when-dna-implicates-the-innocent/




Les scientifiques montrent aussi que la preuve par l'ADN peut être fabriqué:


"Les scientifiques d'Israël ont démontré qu'il est possible de fabriquer des preuves d'ADN, ce qui nuit à la crédibilité de ce qui a été considéré comme l'étalon-preuve-or dans les affaires criminelles.

Les scientifiques ont fabriqué des échantillons de sang et de salive contenant de l'ADN d'une personne autre que le donneur du sang et de la salive. Ils ont également montré que s'ils avaient accès à un profil d'ADN dans une base de données, ils pourraient construire un échantillon d'ADN pour correspondre à ce profil sans avoir obtenu de tissu de cette personne.



"Vous pouvez simplement créer une scène de crime", a déclaré Dan Frumkin, auteur principal du document, qui a été publié en ligne par la revue Forensic Science International: Genetics.


"Tout boursier de biologie pourrait effectuer cela." Le Dr Frumkin est fondateur de Nucleix, une société basée à Tel Aviv qui a développé un test pour distinguer les échantillons d'ADN réels des faux qu'il espère vendre aux laboratoires de médecine légale.




Tania Simoncelli, conseillère scientifique de l'Union américaine des libertés civiles, a déclaré que les résultats étaient inquiétants.

«L'ADN est beaucoup plus facile à planter dans une scène de crime que les empreintes digitales», at-elle déclaré.



"Nous créons un système de justice pénale qui dépend de plus en plus de cette technologie". John M. Butler, chef du projet de test d'identité humaine à l'Institut national des normes et de la technologie, a déclaré qu'il était «impressionné par la façon dont ils ont pu fabriquer les faux profils d'ADN».




La plantation de preuves d'ADN fabriquées dans une scène de crime n'est qu'une implication des résultats. Une autre invasion potentielle de la vie privée est une autre.

En utilisant certaines des mêmes techniques, il est possible de récupérer l'ADN de toute personne d'une tasse à boire rejetée ou d'une tête de cigarette et de la transformer en échantillon de salive qui pourrait être soumis à une entreprise d'évaluation génétique qui mesure l'ascendance ou le risque de contracter diverses maladies.

(Il est donc possible de récupérer l'ADN d'une personne d'une tasse à boire rejetée et de la mettre sur la scène du crime aussi)


Les célébrités pourraient avoir à craindre "les paparazzi génétiques", a déclaré Gail H. Javitt, du Centre de génétique et de politique publique de l'Université Johns Hopkins



Les scientifiques ont fabriqué des échantillons d'ADN de deux façons. On a exigé un échantillon d'ADN réel, si minuscule, peut-être d'un brin de cheveux ou d'une tasse à boire. Ils ont amplifié l'échantillon minuscule en une grande quantité d'ADN en utilisant une technique standard appelée amplification du génome entier.
http://www.nytimes.com/2009/08/18/science/18dna.html





L'ADN d'une personne innocente peut se trouver sur la scène du crime, si dans la rue bondée, ou dans le métro bondé, elle a touché les vêtements du meurtrier par hasard. L'ADN voyage de vêtements en vêtements par un simple contact :


"Une personne qui portait simplement un chiffon qui avait essuyé en contact le cou de quelqu'un d'autre pouvait transférer l'ADN de cette personne sur un objet qu'il n'a jamais touché, selon une étude publiée plus tôt cette année dans le International Journal of Legal Médicine"
[
https://www.scientificamerican.com/article/when-dna-implicates-the-innocent/]url:
https://www.scientificamerican.com/article/when-dna-implicates-the-innocent/



Le sang d'une femme est devenu celui d'un homme à qui on aura prélevé l'ADN , les tests sanguins peuvent donc être falsifiés,
http://www.nytimes.com/2009/08/18/science/18dna.html




Un homme hospitalisé a été accusé, parce que l'équipe médicale avait transmis son ADN sur la scène du crime:


"Les scientifiques explorent toujours les circonstances et la facilité avec lesquelles l'ADN peut voyager. Beaucoup de nos cellules et fluides - peau, salive, sueur et muqueuses - se retrouvent habituellement dans notre environnement. Si les conditions sont favorables, nos gènes peuvent terminer des endroits où nous n'avons jamais été.

Après le millionnaire de Silicon Valley, Raveesh Kumra a été tué dans son manoir de 7 000 pieds en novembre 2012, la police a découvert l'ADN de Lukis Anderson, un sans-abri de 26 ans, sur les ongles.

Mais les dossiers hospitaliers indiquaient que Anderson était inconscient dans un lit d'hôpital alors que Kumra avait été asphyxié à neuf milles de distance.



Anderson a passé cinq mois en prison alors que les avocats et les enquêteurs ont réfléchi à la manière dont il aurait commis le crime. Enfin, ils se rendirent compte que les ambulanciers qui ont transporté Anderson à l'hôpital ont également répondu à l'homicide. Ils avaient coupé une sonde de surveillance de l'oxygène au doigt d'Anderson ce matin-là, et à Kumra cet après-midi. Donc les ambulanciers avaient l'ADN de Anderson sur eux.

L'ADN d'Anderson avait suivi le tour du trajet des ambulanciers. "C'est un petit monde", a déclaré le procureur adjoint du district de Santa Clara, Kevin Smith, à San Francisco Chronicle après que l'erreur a été découverte.




Peter Gill est un géant dans la communauté de l'ADN forensique, compté parmi les scientifiques qui ont écrit l'article original qui conceptualise l'ADN comme outil judiciaire en 1985. Mais il a passé ces dernières années à avertir les gens d'utiliser son outil contre la confiance aveugle de ses résultats.

Dans un livre de 2014 intitulé «Evidence trompeuse de l'ADN: les raisons des fausses couches de la justice», Gill a écrit que la contamination est dangereuse parce que les chercheurs sont impatients de croire que l'ADN trouvé dans une scène de crime doit venir de l'auteur.


«La présence d'un profil d'ADN ne dit rien au sujet du calendrier ni des circonstances dans lesquelles il se trouvait là», affirme l'expert et chercheur de défense Dan Krane. "Les résultats des tests ne peuvent pas distinguer entre la possibilité de contamination, ou la falsification des preuves".




La technologie risque peut-être d'accroître le danger d'impliquer des personnes innocentes.


Aujourd'hui, la plupart des machines analytiques d'ADN sont optimisées pour analyser l'ADN d'environ 100 cellules humaines. Les générations futures de robots judiciaires peuvent extraire un profil d'un seul. Si vous secouez la main d'une personne avant qu'elle commette un crime, vous pourriez être impliqué, car votre ADN sur sa main sera resté.



"Vous pourriez détecter une seule cellule sur une lame de couteau, mais cela ne signifie rien - il pourrait être arrivé longtemps avant le crime ou y avoir été transféré par hasard".



L'expert en ADN Dan Krane de Wright State University à Dayton, Ohio, qui a témoigné pour la défense, a spéculé que les pinceaux d'empreintes digitales des enquêteurs auraient pu transférer l'ADN de Brian sur l'enveloppe.


Les correspondances de base de données sont délicates. Ils peuvent parfois résoudre des cas autrement impénétrables, mais ils peuvent également conduire les enquêteurs sur le mauvais chemin. Dans un cas à Bolton, en Angleterre, la police a déduit un profil de 6 loci du sang découvert à la fenêtre d'une maison démolie.

Le problème était que l'ADN correspondait à un homme souffrant de maladie de Parkinson avancée qui pouvait à peine marcher. Mais la statistique du match - 1 sur 37 millions - semblait si définitive que la police l'a arrêté de toute façon.


Il a finalement été justifié après des tests d'ADN plus avancés, il a révélé qu'il partageait un profil partiel avec le coupable.

(or la population est toute parenté, Neandertal, Homosapiens)


Après ses tests initiaux, il a calculé que la probabilité d'une personne aléatoire ayant le profil qu'il a trouvé sur l'emballage du fromage était de 1 sur 741 000 parmi les Caucasiens


La raison de la différence de bâillement, a expliqué Krane, est que sa méthode prend en compte la probabilité d'une concordance par coïncidence dans une base de données spécifique. Par exemple, si vous recherchez une base de données de 1 million pour un profil que 1 sur 100 000 personnes partagent, vous attendez une dizaine de hits. Si vous avez arrêté l'un d'entre eux sans autre preuve, vous obtiendrez probablement la mauvaise personne

(1/100 000 sur un échantillon de 1 millions partage le même profil ADN, 10 personnes innocentes peuvent être accusés pour un échantillon d'ADN )


L'équipe de McBenge soutient que, parce que l'ADN sur l'emballage du fromage était dégradé, il était beaucoup plus susceptible de produire un faux positif qu'un profil complet aurait


Comment deux laboratoires peuvent-ils obtenir des réponses totalement différentes des mêmes tests d'ADN?

Les méthodes qui poussent l'équipement au-delà de ses limites normales sont communément appelées tests d'ADN à faible nombre de copies ou tests LCN. C'est la pratique la plus controversée en biologie médico-légale aujourd'hui en raison des erreurs qu'elle peut produire. Poussé trop loin, les résultats commenceront à montrer des pointes où il n'y en a pas, tandis que d'autres pointes disparaissent. "


https://www.themarshallproject.org/2015/06/24/the-surprisingly-imperfect-science-of-dna-testing#.b4ZIYwfbb





Le test ADN par prélèvement sanguin peut être manipulé aussi, n'importe qui peut dire faire passer le sang d'une personne pour le vôtre alors que ce sera celui d'une autre personne.

En effet, là ils montrent comment un petit échantillon de sang d'une femme se fait passer dans un ordinateur pour celui d'un autre homme à qui on a prélevé un échantillon d'ADN :



"Les auteurs du papier ont pris le sang d'une femme et l'ont centrifugé pour enlever les globules blancs, qui contiennent de l'ADN.

Pour les globules rouges restants, ils ont ajouté de l'ADN qui avait été amplifié par les cheveux d'un homme.

Puisque les globules rouges ne contiennent pas d'ADN, tout le matériel génétique dans l'échantillon de sang provient de l'homme.

Les auteurs l'ont envoyé à un important laboratoire de médecine légale américaine, qui l'a analysé comme s'il s'agissait d'un échantillon normal du sang d'un homme. "
http://www.nytimes.com/2009/08/18/science/18dna.html




Comment un innocent a été accusé à cause du fait que son ADN se soit trouvé sur la scène du crime:


Il était à l'hôpital au moment du meurtre sous surveillance médicale constante, mais c'est l'équipe médicale qui avait transmis son ADN sur la scène du meurtre :


« En décembre 2012, un homme sans abri nommé Lukis Anderson a été accusé du meurtre de Raveesh Kumra, un multimillionnaire de la Silicon Valley, basé sur des preuves d'ADN. La charge a entraîné une peine de mort possible. Mais Anderson n'était pas coupable. Il avait un alibi solide en pierre: ivre et presque comate, Anderson avait été hospitalisé - et sous surveillance médicale constante - la nuit du meurtre en novembre. Plus tard, son équipe juridique a appris que son ADN faisait place à la scène du crime par les ambulanciers paramédicaux qui étaient arrivés à la résidence de Kumra.



Ils avaient traité Anderson plus tôt le même jour - par inadvertance, «planter» les preuves sur la scène du crime plus de trois heures plus tard. L'affaire, présentée en février à l'assemblée annuelle annuelle de l'American Academy of Forensic Sciences à Las Vegas, fournit l'un des quelques exemples définitifs d'un transfert d'ADN impliquant une personne innocente et illustre une opinion croissante selon laquelle la dépendance du système de justice pénale à l'évidence ADN, souvent Traité comme infaillible, comporte effectivement des risques importants.



Un nombre croissant d'études montrent que l'ADN ne reste pas toujours mis. Par exemple, une personne qui portait simplement un chiffon qui avait été en contact sur le cou de quelqu'un d'autre pouvait transférer l'ADN de cette personne sur un objet qu'il n'a jamais touché, selon une étude publiée plus tôt cette année dans le Journal international de médecine légale. De même, Cynthia M. Cale, candidate de maîtrise en biologie humaine à l'Université d'Indianapolis, a récemment signalé dans le Journal of Forensic Sciences qu'une personne qui utilise un couteau à steak après avoir serré la main avec une autre personne transfère l'ADN de cette personne sur la poignée. En fait, dans un cinquième des échantillons qu'elle a recueillis, la personne identifiée comme le principal contributeur de l'ADN n'a jamais touché le couteau.



Le problème est que ce que nous ne voyons pas souvent, c'est la capacité de prouver définitivement que le transfert s'est produit."
[
https://www.scientificamerican.com/article/when-dna-implicates-the-innocent/]url:
https://www.scientificamerican.com/article/when-dna-implicates-the-innocent/


En résumé, ils sont incapables de faire la différence entre un ADN qui se sera trouvé là par hasard, il suffit qu'un terroriste vous touche (ou vous agresse) et votre ADN passe sur sa main, et alors il transmet l'ADN sur l'arme du crime et vous êtes faussement accusé à sa place.



Bactéries conçues pour copier l'ADN avec des paires de bases synthétiques Ouvre la porte à l'expansion du code génétique chez les êtres vivants
https://arstechnica.com/science/2014/05/bacteria-engineered-to-copy-dna-with-synthetic-base-pairs/


Maintenant, ils peuvent copier votre ADN à grande échelle avec les bactéries.



Les scientifiques de l'Université de Manchester ont développé un nouveau type d'ordinateur auto-réplicant qui utilise l'ADN
http://www.popularmechanics.com/science/a25491/new-computer-made-of-dna/

Est-ce pour cela qu'ils font la collection d'ADN, pour voir avec quel ADN, leur ordinateur marche le mieux? A quel point veulent-ils faire traîner l'ADN des autres partout?


En plus Les correspondances techniques des données ADN ne sont pas précises, 10 personnes peuvent être accusés pour un même échantillon d'ADN, l'ordinateur choisira qu'un seul des 10 au hasard, et ce ne sera pas forcément le coupable. https://www.themarshallproject.org/2015/06/24/the-surprisingly-imperfect-science-of-dna-testing#.b4ZIYwfbb


Plus l'échantillon est petit, plus le nombre de personnes accusés sera grand, car la technologie du PCR d'amplification falsifie les données lors de l'amplification de l'ADN:


"Ils ont déclaré qu'une bibliothèque de 425 extraits d'ADN différents suffirait à couvrir tous les profils imaginables."
http://www.nytimes.com/2009/08/18/science/18dna.html


Un juge reconnaît le manque de fiabilité des tests d'ADN:


Le juge Mark Dwyer a rejeté les résultats d'un test d'ADN de faible nombre de copies, qui génère des profils à partir d'échantillons minuscules d'ADN , Les pratiques ont également été utilisées pour exonérer des accusés innocents, selon des sources.
http://www.nydailynews.com/new-york/nyc-crime/judge-tosses-types-dna-testing-article-1.2065795



Les faibles quantités d'ADN peuvent conduire à de larges marges d'erreurs et donc faire accuser n'importe qui:


"À mesure que les analystes de l'ADN médico-légal tentent de récupérer l'information à partir de faibles quantités d'ADN présents dans les échantillons de preuve, ils rencontreront des effets d'échantillonnage stochastiques ou aléatoires qui se produisent dans les premiers cycles d'amplification par PCR. Lorsqu'un nombre limité de molécules cibles d'ADN existent dans un échantillon, les amorces de PCR utilisées pour amplifier une région spécifique peuvent ne pas se trouver et s'hybrider constamment dans l'ensemble entier des molécules d'ADN présentes dans la réaction d'amplification (c'est donc de là qu'un résultat faux peut se produire, à partir de faibles échantillons d'ADN, n'importe qui peut être accusé)



Dans le cas de la validation de l'analyse forensique, les études de sensibilité où un ou plusieurs échantillons d'ADN témoins sont dilués à de faibles quantités permettent à un laboratoire d'établir à quel point une technique de détection NE PEUT PAS FOURNIR DE RESULTATS FIABLES."
https://france.promega.com/resources/profiles-in-dna/2010/scientific-issues-with-analysis-of-low-amounts-of-dna/





L'autre technique s'appuie sur des profils d'ADN, stockés dans des bases de données d'application de la loi comme une série de nombres et de lettres correspondant à des variations de 13 points dans le génome d'une personne.


Le test de Nucleix pour déterminer si un échantillon a été fabriqué repose sur le fait que l'ADN amplifié - qui serait utilisé dans la déception - n'est pas méthylé,

ce qui signifie qu'il manque de certaines molécules qui sont attachées à l'ADN à des points spécifiques, généralement pour inactiver les gènes

(donc encore une fois n'importe qui peut être accusé au hasard à partir d'un simple échantillon d'ADN)

http://www.nytimes.com/2009/08/18/science/18dna.html

Alter Info l'Information Alternative

L’attaque mondiale au ransomware et les crimes des agences américaines d’espionnage

Au cours des quatre derniers jours, quelque 350 000 ordinateurs ont été infectés par les logiciels malveillants dits « WannaCry », dont 70 000 appareils tels que les scanners IRM, les réfrigérateurs de stockage sanguin et les équipements d'exploitation utilisés par le NHS (Service national de santé britannique). À la suite de l'attaque, le NHS a été obligé de refouler les patients des salles d'urgence et de dévier les ambulances, avec des conséquences potentiellement graves sur la santé et même des morts.
L’attaque mondiale au ransomware et les crimes des agences américaines d’espionnage
Le ver est un morceau de ransomware qui encode les données des utilisateurs jusqu'à ce que les créateurs reçoivent un paiement. Il utilise des exploits [utilisations de failles] développés par l'Agence de sécurité nationale (NSA) des États-Unis qui ne représentent qu’une petite partie du catalogue d'outils de piratage de la NSA.

Lorsque les chercheurs de NSA ont découvert la vulnérabilité dans le système d'exploitation de Windows ciblée par "WannaCry", ils ont refusé d'en informer Microsoft. La société a découvert l'existence de la vulnérabilité peu avant le grand public, lorsque cette dernière a été divulguée par le groupe de pirates Shadow Brokers le 14 avril de cette année.

Samedi, le président de Microsoft, Brad Smith, dans une annonce abrupte sur son blog, a reproché à la NSA de ne pas avoir partagé sa connaissance de cet exploit. « Cette attaque fournit un autre exemple de la raison pour laquelle le stockage des vulnérabilités par les gouvernements pose un tel problème », a-t-il écrit, ajoutant que « cette attaque la plus récente représente un lien complètement involontaire mais déconcertant entre les deux formes les plus sérieuses de menaces sur la cybersécurité dans le monde d'aujourd'hui, l’action des Etats-nations et l’action de crime organisé. »

Il a conclu : « Il faut que les gouvernements prennent en compte les dommages infligés aux civils par la manie de l'accumulation de ces vulnérabilités et l'utilisation de ces failles. »

Microsoft est loin d'être irréprochable quand il s'agit des opérations de la NSA. Il a établi un mode d’opération normal consistant à signaler des bugs informatiques au gouvernement américain avant qu'ils ne soient réparés et reconnus publiquement, ce qui permet à la NSA d'utiliser ces vulnérabilités pour pénétrer dans les systèmes.

Quoi qu'il en soit, la déclaration de Smith représente un grave acte d'accusation contre les opérations de l'appareil de renseignement américain, laissant entendre que les actions de ceux-ci côtoient celles des criminels.

Les outils de piratage utilisés dans les logiciels malveillants « WannaCry » répondent à un but encore plus malveillant que tout ransomware : l'espionnage illégal de la population du monde entier dans le cadre d'une pratique systématique de subversion et d'agression cybernétique.

En mai 2013, l'employé de la NSA, Edward Snowden, a révélé que l'appareil de renseignement américain rassemble, traite, lit et catalogue une immense quantité de communications privées, aux États-Unis et à l'étranger. Snowden a expliqué que l'objectif déclaré de la NSA, le bras « du renseignement d'origine électromagnétique » de l'appareil de renseignement américain, est un accès sans restriction à toutes les informations privées. Ses devises comprennent, selon une présentation interne divulguée, « Recueillir tout », « Traiter tout », « Exploiter tout », « Renifler tout » et« Savoir tout ».

Les opérations illégales de surveillance intérieure autorisées par le gouvernement Bush après le 11 septembre ont produit le vaste développement de l'espionnage gouvernemental qui a été révélé par Snowden. Avec la collaboration, volontaire et obligée, des grandes entreprises de télécommunications, le gouvernement des États-Unis a pu récolter presque toutes les conversations téléphoniques, les messages électroniques et les messages de chat échangés sur des appareils numériques.

Au cours des années suivantes, les plates-formes de communication communes ont considérablement amélioré leurs capacités de sécurité, permettant le cryptage par défaut de la quasi-totalité des systèmes de communication d’Internet. Ces développements ont incité les responsables du renseignement américains à se plaindre du fait qu’Internet « s’éclipsait » pour la NSA et à la CIA, ce qui a incité les appels de politiciens, y compris la candidate démocrate à la présidence Hillary Clinton, à criminaliser l'utilisation du cryptage.

La NSA a répondu en élargissant considérablement son utilisation des « Opérations d'accès sur mesure », le bras de la NSA consacré à « l'exploitation du réseau informatique, communément appelé le piratage. L'agence a adopté le slogan : « Vos données sont nos données, votre matériel est notre matériel, à tout moment, à tout endroit ».

La NSA a travaillé à accumuler un catalogue d'armes cybernétiques, connues sous le nom d’exploits, qui lui permettent de pénétrer facilement dans presque tous les périphériques connectés par Internet. Un document interne de la NSA de 2012 a affirmé que la NSA travaillait avec les plus grandes entreprises de télécommunications et de technologie dans le monde pour « insérer des vulnérabilités dans les systèmes commerciaux de cryptage, les systèmes informatiques, les réseaux et les périphériques de communication utilisés par ceux pris pour cibles. »

L'équipe massive de chercheurs en sécurité de la NSA - la plus grande au monde - a également travaillé à découvrir et à exploiter les vulnérabilités dans les produits existants, en cachant ces bugs aux fabricants afin de permettre à la NSA de les exploiter pour accéder aux ordinateurs, aux réseaux et aux périphériques connectés à Internet avant que d'autres chercheurs puissent les découvrir et recommander des réparations aux fabricants.

En plus d'utiliser ces outils pour mener une surveillance de masse, la NSA les a transformés en arme pour mener des cyberattaques contre les adversaires géopolitiques de Washington. Le plus tristement célèbre de ces efforts fut la dissémination du ver Stuxnet en 2010, qui a ruiné quelque 1000 centrifugeuses nucléaires iraniennes. La cyberattaque était coordonnée avec une série d’attentats aux voitures piégées, attribués par les médias aux États-Unis et à Israël, qui ont tué au moins trois physiciens nucléaires iraniens.

Le fait que plus de 70 pour cent des infections « WannaCry » initialement signalées ont eu lieu en Russie soulève la possibilité très réelle que la catastrophe actuelle soit le résultat d'un genre de cyberattaque Stuxnet par les États-Unis. L'autre pays à être touché de manière disproportionnée était la Chine.

À Pékin lundi, le président russe Vladimir Poutine a déclaré : « En ce qui concerne la source de ces menaces, la direction de Microsoft l'a déclaré franchement. Ils ont dit que la source du virus était les services secrets des Etats-Unis. »

Le conseiller à la Sécurité intérieure de la Maison Blanche Tom Bossert a déclaré que trouver les responsables des cyberattaques est « quelque chose qui nous échappe parfois. L'attribution peut être difficile dans ce domaine. »

La déclaration de Bossert contraste fortement avec la déclaration du directeur des services de renseignement national en octobre 2016 selon laquelle les agences d’espionnage américaines « étaient convaincues que le gouvernement russe avait ordonné [...] des compromissions récentes » dans les courriels liés à la campagne de Clinton.

Cette déclaration faisait partie d'une vaste campagne du Parti démocrate, des médias et d'une grande partie de l'establishment politique visant à diaboliser la Russie en affirmant qu'elle avait « piraté » les élections américaines de 2016. Dans le cadre de cette campagne, les médias, avec le New York Times en tête, ont cherché à présenter la Russie comme une puissance mondiale du piratage informatique, sabotant le système électoral américain exempté de tous reproches.

On ne peut qu'imaginer ce qui se serait passé si, au lieu de l'attaque actuelle de logiciels malveillants qui affectait principalement la Russie et qui contournait largement les États-Unis dans ses effets initiaux, la situation avait été inversée. Il y aurait eu un tollé dans les médias contre les « pirates informatiques » russes, avec des exigences que le gouvernement Trump réagisse par des sanctions, des cyberattaques et des actions militaires plus menaçantes. Les démocrates seraient à l'avant-garde des appels à de nouvelles résolutions va-t-en guerre au Congrès.

Cependant, un examen des faits révélés par l'attaque « WannaCry », montre que le plus grand groupe de cybercriminels au monde de loin trouve son siège à Washington DC.

(Article paru en anglais le 16 mai 2017)

Alter Info l'Information Alternative

La City de Londres alias la Couronne contrôle la finance et l’argent du monde

Ce que l’on appelle “la couronne” n’est pas la propriété de Westminster ni de la reine d’Angleterre…
La City de Londres alias la Couronne contrôle la finance et l’argent du monde
La City de Londres a reçu des privilèges variés et spéciaux depuis la conquête normande, tel que celui de gérer ses propres affaires, dû en partie aux pouvoirs de son capital financier. Ceux-ci sont aussi mentionné dans les statuts de William et Mary de 1690.

La City de Londres est l’épicentre du monde de la finance et le kilomètre et demi au carré le plus riche de la planète, il contient la Banque d’Angleterre sous contrôle de la famille Rothschild, la Lloyd’s de Londres, le London Stock Exchange (bourse de Londres), TOUTES les banques britanniques, les succursales de 385 banques étrangères et de 70 banques américaines.

Elle a ses propres tribunaux, lois, drapeau et force de police, elle ne fait pas partie de Londres, du greater London, ni de l’Angleterre, ni du Commonwealth britannique. ELLE NE PAIE AUCUN IMPOT !!

L’état de la City de Londres abrite les journaux de Fleet Street ainsi que les monopoles de publication comme la BBC et l’agence d’information Reuters, elle est aussi le QG mondial, le GQG, de la Franc-Maçonnerie anglaise et du cartel de la finance mondiale connu sous le nom de “la couronne”…

Depuis des siècles la Banque d’Angleterre a été le centre du système monnétaire frauduleux mondial, fondé sur la “dette” (et sa monnaie de singe inhérente).

Le cartel banquier des Rothschild a maintenu une poigne de fer sur le système monnétaire global au travers de:

La Banque des Règlements Internationaux (BRI), la Banque centrale des banques centrales, basée à Bâle en Suisse
Le Fond Monnétaire International (FMI)
La Banque Mondiale (BM), les banques centrales de chaque nation (comme la Réserve Fédérale dans leur colonie américaine) et les banques satellites des paradis fiscaux des Caraïbes.

Ils déterminent d’un coup de stylo la valeur de toutes les monnaies sur la planète ; c’est leur contrôle du volume d’argent qui leur permet de contrôler les marchés internationaux et tout le commerce planétaire – les propriétaires de la réserve fédérale ici: ( http://humansarefree.com/2015/06/the-federal-reserve-cartel-rothschild.html — en finançant les deux côtés de toute belligérance par le truchement de directoires entre-mêlés de fabrication d’armement, exécutant des schémas et des plans de dépopulation mondiale, des croisades, des génocides, en contrôlant les réserves alimentaires, les médicaments et leur fabrication ainsi que TOUTES les nécessités basiques de l’humanité.

Ils ont façonné leur inaudibillité par le moyen du contrôle de la soi-disant “presse libre” et ils sortent des feux de la rampe à chaque fois que ceux-ci sont pointés sur eux, avec leur sempiternelle accusation d’antisémitisme.

Les tentacules sionistes atteignent toute transaction financière dans le monde… Un pouvoir sans concession !

La couronne n’est en aucun cas la famille royale ou le monarque britannique.

La Couronne est une entreprise privée basée à la City de Londres, son conseil de 12 membres est appelé le comité directeur, règne sur l’entreprise sous la houlette d’un maire, dont la représentation légale est fournie par S.J Berwin.

Un comité de 12 hommes règne sur le Vatican juif.

Ils sont connus sous le nom de “LA COURONNE”. La City et ses dirigeants. La Couronne n’est pas sujette au parlement. Ils sont un état dans l’état. La City est le cœur de la haute finance mondiale.

C’est là que les Rothschild ont la base de leurs opérations et c’est le noyau central du contrôle:

La banque centrale d’Angleterre (contrôlée depuis longtemps par les Rothschild) est située à la City.
Toutes les banques principales du Royaume-Uni ont leurs QG à la City
Il y a 385 banques étrangères situées à la City
70 banques américaines sont situées à la City
Le London Stock Exchange (la bourse britannique) est situé à la City
La banque Lloyd’s de Londres est située à la City
Le Baltic Exchange (régissant des contrats maritimes) est à la City
Fleet Street (journaux, maisons d’édition) est localisé à la City
Le London Metal Exchange est localisé à la City
Le London Commodity Exchange (commerce du caoutchouc, de la laine, du sucre, du café, du cacao etc…) est situé à la City

Chaque année, le Lord Mayor est élu comme monarque de la City.

Le parlement britannique ne bouge pas le petit doigt sans d’abord consulter le Lord Mayor. Car ici, au cœur de Londres sont regroupées les institutions dominées par la Banque Centrale d’Angleterre, elle-même sous contrôle Rothschild.

Les Rothschild ont traditionnellement choisi le Lord Mayor depuis 1820. Qui est le Lord Mayor de la City de Londres actuel ? Seuls les Rothschild le savent pour sûr…

Comment la City de Londres est-elle parvenue au pouvoir en Angleterre

Entrée des Rothschild

Mayer Amschel Bauer a ouvert une affaire d’usurerie sur la Judenstrasse à Francfort en Allemagne en 1750 puis a changé son nom en Rothschild.

Mayer Rothschild avait cinq fils.

Le plus intelligent de ses fils, Nathan, fut envoyé à Londres pour y établir une banque en 1806. Une grande partie du financement initial de la nouvelle banque fut pris de la compagnie des Indes (British East India Company), sur laquelle Mayer Rothschild avait un contrôle assez important. Mayer plaça ses quatre autres fils à Francfort, Paris, Naples et Vienne.

En 1815, Nathan Rothschild vit une opportunité en la bataille de Waterloo, Tôt dans la bataille, Napoléon parût gagner et le premier rapport militaire envoyé à Londres communiquait ce fait. Mais les évènements tournèrent en la faveur de Wellington.

Un courrier de Nathan Rothschild amena la nouvelle avec lui à Londres le 20 juin. 24 heures avant que le courrier de Wellington n’arrivât à Londres avec la nouvelle de la victoire de Wellington. Voyant ce fait fortuit, Nathan Rothschild commença à faire répandre la rumeur que l’Angleterre avait été vaincue.

Avec tout le monde ayant cru à la défaite de Wellington, Nathan Rothschild commença à vendre son portfolio d’actions sur le marché boursier anglais. Tout le monde paniqua et commença aussi à vendre, ce qui eut pour effet un effondrement des cours.

A la dernière minute, Nathan Rothschild commença à racheter les actions au plus bas prix.

Cette opération donna à la famille Rothschild le contrôle de l’économie britannique, à l’époque déjà le centre financier mondial et força l’Angleterre à mettre en place une Banque d’Angleterre complètement revampée ayant Nathan Rothschild comme contrôleur avéré.

Des noms du comité directeur dit “comité des 300” de la “Couronne” incluent dans cette corporation basée à Londres:



Rockefeller
Gore
Greenspan
Kissinger
Krugman (NYTimes)
Powell
Gates
Buffet
Bush, etc.



Pourquoi ces “Américains” sont-ils dans un comité étranger ?… parce qu’en fait la COURONNE est toujours propriétaire de l’entreprise Etats-Unis, qui est une corporation / entreprise privée !…



La Lord Mayor (maire de la City) et le conseil des 12 membres sont des représentants par procurations pour ceux qui s’assoient pour les 13 plus grosses et plus riches familles banquières au monde à la tête desquelles se tient la dynastie Rothschild, ces familles incluent:



Les Warburg
Les Oppenheimer
Les Schiff

Ces familles et leurs descendants gèrent et dominent l’entreprise de la couronne sise à la City de Londres.

Le syndicat (du crime) Rockefeller dirige la colonie américaine, la succursale au travers de directorats intrinqués entre la JP Morgan Chase/Manhattan Bank/Bank of America et la Brown Brothers Harriman (BBH) et la BBH de New York, ainsi que leur oligarchie du pétrole d’Exxon-Mobil (anciennement le colosse multi-têtes de la Standard Oil)

Ils gèrent également les biens pétroliers des Rothschild et leur British Petroleum (BP et de la Royal Dutch Shell). La corporation de la couronne possède des titres de propriété foncière dans le monde entier, dans des colonies de la couronne comme le Canada, la Nouvelle-Zélande, l’Australie et beaucoup des îles de la mer des Caraïbes.

Le parlement britannique et le premier ministre servent de vitrine publique pour le pouvoir caché de ces familles banquières de la couronne.

“Aujourd’hui la voie pour une dictature totale aux Etats-Unis peut-être établie avec des moyens strictement légaux… Nous avons un groupe d’action politique très bien organisé dans ce pays, groupe qui est bien déterminé à détruire notre constitution et à établir un état au parti unique…

Il opère secrètement, silencieusement et continuellement pour transformer notre gouvernement… Cette élite sans pitié avide de pouvoir est une des grandes maladies de notre siècle… Ce groupe n’est responsable ni devant le président, ni le congrès, ni les tribunaux. Il est pour ainsi dire inamovible.”

— Senator William Jenner, dans un discours datant de 1954 —

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

url de l’article original:

http://humansarefree.com/2017/04/the-city-of-london-aka-crown-is.html

Alter Info l'Information Alternative

Un show TV jordanien enflamme les réseaux sociaux en se référant aux Protocoles des Sages de Sion

Une émission jordanienne a placé Les Protocoles des Sages de Sion au centre de son analyse, le présentant comme authentique. De nombreux utilisateurs des réseaux sociaux ont dénoncé avec colère l'utilisation de cet ouvrage falsifié et antisémite.
Un show TV jordanien enflamme les réseaux sociaux en se référant aux Protocoles des Sages de Sion
L'Institut de recherche des médias du Moyen-Orient (MEMRI) a mis en ligne le 1er mai sur les réseaux sociaux la traduction en anglais d'une émission diffusée par la chaîne de télévision jordanienne Prime TV en avril dernier. Dans ce show télévisé, l'animateur Ayed Alqam présente Les Protocoles des Sages de Sion comme un document authentique. Pour rappel, cet ouvrage est un faux, et une référence des tenants de la théorie d'un complot juif de domination mondiale.

https://www.facebook.com/memri.org/videos/10155259127284717/

Durant le premier volet du show télévisé, l'animateur a déclaré que les juifs étaient «les maîtres, les corrupteurs et les bourreaux du monde». Ayed Alqam a également décrit les juifs comme un «peuple marginalisé et abhorré», connu «pour ses mensonges, ses fraudes, ses tromperies et sa faculté à causer des dissensions», citant Le Protocole des Sages de Sion comme une preuve de la responsabilité du judaïsme dans toutes les difficultés subies par les pays arabes.

Pour Ayed Alqam, le coût élevé de la vie dans le monde arabe serait par exemple une «preuve» de l'existence du quatrième protocole selon lequel les juifs auraient l'intention de «détruire la religion» et de prendre le contrôle des richesses de la planète.

«Nous contrôlerons l'économie et acquerrons tout l'argent afin que les ressources du monde nous appartiennent», déclare ainsi le présentateur, citant le quatrième protocole.
L'émission provoque un scandale sur les réseaux sociaux

Le show télévisé jordanien a suscité un tollé sur les réseaux sociaux, la vidéo traduite et mise en ligne sur Facebook par l'Institut de recherche des médias du Moyen-Orient étant particulièrement partagée et commentée. «Ce n'est rien de plus qu'un idiot tentant de donner vie à un livre fallacieux. Je ne sais pas quel objectif il poursuit, mais en définitive cela nourrit l'ignorance», a par exemple écrit une utilisatrice de Facebook.

Une internaute a également fait part de sa colère en déclarant : «C'est terrible d'apprendre ça aux enfants arabes.» Un autre s'est interrogé : «Comment la paix mondiale sera-t-elle possible si l'éducation par le mensonge, la haine et la tromperie est perpétrée à cette hauteur ?»

«Cet ouvrage était déjà connu pour être un faux en 1921», a rappelé un utilisateur de Facebook.

Les Protocoles des Sages de Sion est un document fabriqué en Russie durant la période tsariste. Présentant «un plan juif visant à la domination mondiale», ce faux a été publié en 1903. Traduit dans de nombreuses langues, il est depuis devenu une référence de l'antisémitisme.

Selon un historien américain de l’Holocauste, Nora Levin, Adolf Hitler «a utilisé Les Protocoles comme un manuel dans sa guerre d'extermination des juifs». D'ailleurs, et bien que l'authenticité de l'ouvrage ait déjà été battue en brèche à l'époque, le livre était étudié en tant que document historique et authentique dans les écoles du IIIe Reich.


Alter Info l'Information Alternative

Le 11 septembre a détruit les États-Unis d’Amérique

Les événements du 11 septembre 2001 ont changé le monde. Ils ont fourni l’alibi au gouvernement américain pour lancer des attaques militaires sur sept pays du Moyen-Orient, causant des pertes de civils se comptant en millions de morts et envoyant des vagues de réfugiés musulmans dans le monde occidental.
Le 11 septembre a détruit les États-Unis d'Amérique
Le gouvernement américain a gaspillé des milliards de dollars pour détruire ces pays et pour assassiner des femmes et des enfants, tandis que les infrastructures publiques aux États-Unis se sont détériorées, des maisons américaines ont été saisies et les besoins de santé américains ont été laissés sans surveillance. Le 11 septembre a également été l’excuse pour la destruction de la protection prévue par la Constitution des États-Unis pour assurer la liberté du citoyen américain. Aujourd’hui, aucun Américain n’a plus la protection de ses libertés civiles que la Constitution garantit.

Le 11 septembre 2001, lorsqu’un voisin m’a appelé et m’a dit d’allumer la télévision, j’ai interrompu ce que je faisais et j’ai regardé la télévision. Ce que j’ai vu, c’est que les deux World Trade Center Towers avaient explosé. J’avais souvent apprécié de déjeuner dans le restaurant sur le toit d’une des tours de l’autre coté de la rue où j’avais mon bureau au Wall Street Journal.

Un minuscule et fragile avion de ligne en aluminium a frappé une grande tour en acier et un autre avion de ligne en aluminium a frappé l’autre. Il y avait des panaches oranges à l’extérieur des bâtiments. Ensuite, environ après une heure, moins dans un des cas, plus dans l’autre, les deux tours ont explosé étage par étage alors qu’elles tombaient sur elles-mêmes.

C’était précisément la façon dont les nouvelles ont décrit ce que je voyais. « Cela ressemble exactement à une démolition contrôlée », ont annoncé de nouvelles sources. Et en effet, c’était ça. En tant qu’étudiant en technologie de la Georgia Tech, j’avais assisté à une démolition contrôlée, et c’est ce que j’ai vu à la télévision, de même que c’est ce qu’ont vu les sources d’information.

Plus tard ce jour-là, Larry Silverstein, qui possédait ou détenait le bail du World Trade Center, a expliqué à la télévision, que l’effondrement en chute libre en fin d’après-midi du troisième gratte-ciel WTC, bâtiment 7, sur lui-même était une décision délibérée de « faire sauter » le bâtiment. « Faire sauter » est le terme utilisé par la démolition contrôlée pour décrire un bâtiment à détruire, câblé avec des explosifs. Le bâtiment 7 n’a pas été touché par un avion de ligne et n’a subi que des incendies de bureau mineurs et très limités. La déclaration de Silverstein a ensuite été corrigée par les autorités pour signifier que les pompiers avaient été retirés du bâtiment. Cependant, de nombreuses vidéos montrent que les pompiers étaient déjà sortis, l’un d’eux affirmant que le bâtiment allait être démoli.

Comme il n’y a aucun doute que le bâtiment 7 a été câblé pour la démolition, la question est : pourquoi ?

Parce que les Américains sont des gens insouciants et confiants en la bonté intrinsèque de leur pays, des années se sont écoulées avant même que les experts aient remarqué que l’histoire officielle était en contradiction totale avec les lois de la physique connues, était aussi en contradiction totale avec la façon dont les bâtiments s’effondrent suite à un dommage asymétrique, et que ces bâtiments n’auraient pas pu s’effondrer en étant touchés par des avions de ligne alors que qu’ils satisfaisaient à tous les exigences réglementaires pour résister aux collisions avec de tels avions. Beaucoup ne savaient même pas que le troisième gratte-ciel, le bâtiment 7, s’était aussi effondré.

Le professeur Steven E. Jones, professeur de physique à la BYU, a été le premier à s’apercevoir que l’histoire officielle était une pure fantaisie. Sa récompense pour avoir parlé a été de voir son contrat de travail annulé par la BYU. Beaucoup croient que c’est sous la pression du gouvernement fédéral, sous la menace que tout le soutien fédéral à BYU serait annulé à moins que Stephen Jones ne soit viré.

Cynthia McKinney, une femme noire qui représentait un district du Congrès de la Géorgie à la Chambre des représentants des États-Unis était soit beaucoup plus brillante, soit beaucoup plus courageuse que ses collègues blancs. Elle a soulevé des questions évidentes au sujet du 11 septembre, des questions demandant des réponses, et elle a perdu son siège.

Environ cinq ans après le 11 septembre, l’architecte de San Francisco, Richard Gage, a remarqué que les trois bâtiments du WTC n’étaient pas tombés conformément aux explications officielles. Il a formé un mouvement nommé Architectes et ingénieurs pour la vérité du 11 septembre (A&E for 9/11 Truth), qui compte environ 3 000 membres. Ce groupe comprend des architectes de haut niveau et des ingénieurs des structures qui sont réellement expérimentés dans la construction de gratte-ciel. En d’autres termes, ce sont des gens qui savent de quoi ils parlent.

Ces 3 000 experts ont déclaré que l’explication officielle de l’effondrement de trois gratte-ciels est en contradiction avec les lois de la physique, de l’architecture et de l’ingénierie structurelle connues.

En d’autres termes, l’explication officielle est totalement impossible. Seul un public non instruit et ignorant peut croire l’histoire officielle du 11 septembre. La population des États-Unis correspond à cette description.

A&E for 9/11 Truth a obtenu progressivement l’assentiment des architectes et des ingénieurs. Il est très difficile pour un architecte ou un ingénieur de soutenir la vérité, parce que la population américaine, et les sociétés de construction patriotiques dont les employés collent des drapeaux américains sur leurs camions ne veulent pas embaucher des architectes et des ingénieurs qui sont « les ennemis de l’Amérique alignés avec des terroristes arabes ». En Amérique, si vous dites la vérité, vous risquez de perdre vos clients et même votre vie.

Pensez maintenant aux physiciens. Combien de facultés de physique connaissez-vous qui ne dépendent pas des subventions fédérales, en général pour un travail lié au domaine militaire ? Il en va de même pour la chimie. Tout professeur de physique qui, devant le fait évident que l’histoire contrevient aux lois de la physique connues a contesté l’histoire officielle du 11 septembre, a mis en danger non seulement sa propre carrière, mais aussi les carrières de son département entier.

La vérité en Amérique est extrêmement coûteuse à exprimer. Elle a un prix élevé que presque personne ne peut se permettre de payer.

Nos maîtres le savent, et ils peuvent donc se passer de la vérité à volonté. En outre, tout expert assez courageux pour dire la vérité est facilement marqué comme un « théoricien de la conspiration ».

Qui vient à sa défense ? Pas ses collègues. Ils veulent s’en débarrasser aussi vite que possible. La vérité est une menace pour leur carrière. Ils ne peuvent pas se permettre d’être associés à la vérité. En Amérique, la vérité est un mot qui peut tuer votre carrière.

En Amérique, la vérité devient un synonyme d’« agent russe ». Seuls les agents russes disent la vérité, ce qui signifie que la vérité est un ennemi de l’Amérique. On prépare des listes de sites Web qui parlent de vérité au pouvoir en place et sont donc séditieux. Aux États-Unis, aujourd’hui, les gens peuvent mentir à volonté sans conséquence, mais il est mortel de dire la vérité.

Soutenons A&E for 9/11 Truth. Ce sont des personnes héroïques. Le 11 septembre a été l’excuse fabriquée de toutes pièces pour 16 ans de crimes de guerre des néoconservateurs contre des millions de personnes, des peuples musulmans, dont le reste cherche maintenant refuge en Europe.

Les néoconservateurs sont un petit nombre de personnes. Pas plus d’une douzaine tout au plus. Pourtant, ils ont utilisé l’Amérique pour tuer des millions de personnes. Et maintenant ils fomentent la guerre avec la Russie, la Chine, l’Iran et la Corée du Nord. Le monde ne survivra jamais à une telle guerre.

Les Américains sont-ils si insouciants qu’ils resteront à regarder ailleurs alors qu’une douzaine de néoconservateurs sont prêt à détruire le monde ?

Paul Craig Roberts

Article original en anglais :

9/11 Destroyed America

Traduit par Hervé, vérifié par Wayan, relu par Michèle pour le Saker Francophone

Alter Info l'Information Alternative

Trump financé par la Russie et la Chine va lancer la guerre mondiale contre la Russie et la Chine: la mascarade des élites américo-sino-russes dans les villes riches qui planifient une guerre mondiale pour éliminer les pauvres dans les banlieues

Après que Trump a envoyé les policiers américains tirer dessus et chasser les manifestants amérindiens qui sont contre le projet d'oléoducs pour transporter le pétrole de gaz schiste qui menacent l'environnement des amérindiens, et l'eau potable des sioux https://www.bastamag.net/Relance-d-oleoducs-les-Sioux-veulent-poursuivre-le-gouvernement-de-Donald-Trump https://www.bastamag.net/Le-soutien-sans-failles-des-banques-francaises-a-l-oleoduc-impose-aux-Sioux-par voilà Trump qui déclare la guerre mondiale à la Chine et à la Russie. http://www.washingtonsblog.com/2017/02/trump-declares-war-russia.html http://creseveur.hautetfort.com/archive/2016/12/03/trump-declare-la-guerre-a-la-chine-5882290.html Mais qui l'a mis au pouvoir au juste et a fait de la propagande pour lui? La Russie et la Chine justement qui l'ont financièrement aidé pour sa campagne ! Et Tous les sites altermondialistes Sino-Russes faisaient de la pub pour lui, le faisant passer pour le messie avec pleins d'effets spéciaux, images et tout pour séduire.
Trump financé par la Russie et la Chine va lancer la guerre mondiale contre la Russie et la Chine: la mascarade des élites américo-sino-russes dans les villes riches  qui planifient une guerre mondiale pour éliminer les pauvres  dans les banlieues
La Russie se félicite de la victoire de Donald Trump aux élections américains
http://www.leparisien.fr/election-presidentielle-americaine/election-americaine-la-russie-se-felicite-de-la-victoire-de-donald-trump-09-11-2016-6308073.php


Trump admet que la Russie a hacké les élections pour le faire gagner
http://www.reuters.com/article/us-usa-russia-cyber-idUSKBN14S0O6


les Banques Russes et Chinoises ont financé la campagne présidentielle de Trump.
Trump fait du business en Chine et en Russie.



Maintenant, on voit bien que la guerre mondiale entre USA-Trump et ses vassaux d'un côté et Russie-Chine de l'autre était prévue à l'avance pour la dépopulation mondiale. Cet article montre l'accaparation des terres agricoles et l'envoi des pauvres dans les villes pauvres, des deux côtés des puissances.


La guerre mondiale lancé par Trump contre la Russie et la Chine est donc une mascarade de toutes pièces pour instaurer le Nouvel Ordre Mondial: Ordo ab Chaos.


Les USA et la Chine veulent une guerre nucléaire mondiale pour que les peuples soient dépendants de Monsanto/USA et Syngenta/Chine
En savoir plus sur http://www.alterinfo.net/Les-USA-et-la-Chine-veulent-une-guerre-nucleaire-mondiale-pour-que-les-peuples-soient-dependants-de-Monsanto-USA-et_a124838.html#tsF75rlE215kj599.99




La marque Ivanka Trump est produite… en Chine
http://bfmbusiness.bfmtv.com/monde/quand-la-marque-ivanka-trump-fait-produire-en-chine-1120066.html


la ligne Ivanka n’est pas la seule de la marque Trump à être produite en Chine. Au cours des 10 dernières années, plus de 1.200 cargaisons de produits portant le patronyme du milliardaire ont été acheminées vers les Etats-Unis depuis la Chine continentale ou Hong Kong, selon des données des douanes américaines
https://www.lequotidien.lu/international/les-produits-ivanka-trump-sont-fabriques-en-chine/



«  Les Russes ne sont pas les seuls à soutenir les activités de Trump


La banque centrale de Chine de l'État a prêté Trump des centaines de millions de dollars. Le New York Times a signalé que les sociétés américaines détenues par Trump avaient au moins 650 millions de dollars de dettes et la Banque de Chine est parmi les prêteurs. Les électeurs doivent savoir combien Trump et ses entreprises doivent aux banques chinoises aussi bien qu'aux oligarques russes.



N'oublions pas que Trump a promis au peuple américain qu'il révélerait ses déclarations de revenus. Il a brisé cette promesse. Trump cache ses déclarations d'impôt en disant qu'un audit IRS en cours empêche toute divulgation. C'est faux et Trump le sait. C'est une absurde excuse conçue pour cacher son incapacité à payer des taxes et à cacher ses intransigeances financières avec les intérêts russes et chinois »
http://thehill.com/blogs/pundits-blog/presidential-campaign/302216-how-much-money-does-the-trump-organization-owe



La Chine a même utilisé un singe pour pousser les électeurs à voter Trump aux USA :

un singe chinois prédit la victoire de Trump
http://www.letelegramme.fr/monde/presidentielle-americaine-un-singe-chinois-predit-la-victoire-de-trump-07-11-2016-11283562.php


Un média veut cacher le fait que Trump a des investissements en Russie
http://www.france24.com/fr/20160727-trump-russie-lien-election-presidentielle-etats-unis-commerce-russie-poutine-amitie


Ivanka Trump fait de la pub sur son site marketing pour une application Russe qui traque les locations des usagers

https://www.buzzfeed.com/anthonycormier/ivankatrumprussiaskyguru?utm_term=.sgDjLrreNY#.ijPxXLLK3v



en 2013, lors de sa visite à Moscou,j Trump a dit vouloir construire un gratte ciel Trump Tower en Russie tout comme il a déjà à New York
https://www.rt.com/business/trump-plan-skyscraper-russia-479/


en 2011 Trump a construit 2 tours Trumptower en Géorgie, ex pays de l'URSS

http://www.nytimes.com/2011/03/11/business/global/11donald.html


Plus de la moitié du vin Géorgien est exporté en Russie
http://export.businessfrance.fr/russie-federation-de/001B1605813A+georgie-russie-plus-de-de-la-moitie-du-vin-georgien-est-exporte-en-russie-le.html



Donc voilà vous avez compris la mascarade. Tous les riches du monde se sont alliés pour faire une guerre mondiale visant à éliminer les pauvres.

Donc pour survivre à la troisième guerre mondiale, il faut que vous alliez dans les villes où les multinationales chinoises ou Russes ont leur investissement en France.


En France, Les villes franco-chinoises où les multinationales chinoises se sont implantés, il n'y a pas de risque de bombardement. Ni les Russes ni les Chinois n'y toucheront.


Parmi les villes franco-chinoises, il y a Toulouse-Blagnac (l'aéroport a été acheté par une entreprise chinoise) , Bellefont-Belcier, (le château de vignoble a été acheté par un industriel de la Chine),

Bientôt une ville franco-chinoise
Un énorme projet devrait voir le jour fin 2016 à Illange, petit village de 2.000 habitants en Moselle. La construction d'un méga centre d'affaires franco-chinois qui devrait accueillir 2.500 petites et moyennes entreprises chinoises
http://www.latribune.fr/economie/international/comment-la-chine-tisse-sa-toile-en-france-463132.html



Par contre, si vous vivez dans une banlieue avec que des noirs ou des arabes, oui, il y a un risque d'avoir un bombardement dans la gueule.



Ils ne vont aller bombarder que dans les endroits des pauvres, là, où il n'y aura pas de perte financière pour eux.



Pareil, pour Trump, s'il bombarde en Russie et en Chine , cela sera dans les villes, où il n'y a pas de multinationales partenaires de ses multinationales à lui, ni la où la France a ses intérêts.


C'est pour cela que les services de renseignement américains et chinois travaillent ensemble c'est pour se mettre d'accord sur les villes qu'ils peuvent bombarder chez les uns et chez les autres.



Blackwater en route pour la Chine
http://www.alterinfo.net/Blackwater-en-route-pour-la-Chine_a128797.html


Microsoft de Bill Gates et de la NSA travaille avec le moteur de recherche chinois Baidu.


Microsoft et Baidu ont signé une alliance stratégique dans la recherche sur Internet en Chine.



Cette alliance permettra à Microsoft de prendre une position forte sur le marché du « search » en Chine.
http://www.itespresso.fr/chine-microsoft-bing-s-appuie-sur-baidu-face-a-google-44115.html




Google et Lenovo (entreprise nationale chinoise) travaillent sur un projet de smartphones biométriques super espions



http://news.lenovo.com/news-releases/lenovo-and-google-partner-on-new-project-tango-device.htm



Google a aussi vendu Motorola à la Chine Lenovo ce qui va lui permettre de conquérir le monde des mobiles
http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/03/03/lenovo-veut-s-appuyer-sur-motorola-pour-conquerir-le-monde-des-mobiles_4586717_3234.html



L’armée française est déjà sous la surveillance de la Chine par sa multinationale Lenovo.
 Elle avait de la technologie américaine (serveurs IBMs pour être plus précis) , mais comme celui-ci a vendu une grosse partie ensuite au Chinois Lenovo, l’armée française est à présent sous surveillance chinoise !


Source http://www.lemonde.fr/pixels/article/2014/06/10/craintes-d-espionnage-chinois-sur-des-systemes-informatiques-sensibles-de-l-armee_4435651_4408996.html




« L’Union européenne et la Chine signent un partenariat clé sur la 5G pour 2020


http://www.electroniques.biz/component/k2/item/55050-l-union-europeenne-et-la-chine-signent-un-partenariat-cle-sur-la-5g




De plus, la 5G nécessitera des antennes relais tous les 100 mètres.
Les antennes relais sont toujours  installés sur les toits des immeubles ou des écoles des populations pauvres ou moyennes.
La 5G mettra fin à l'internet pour les pauvres, http://www.wedemain.fr/Comment-la-5G-va-nous-faire-basculer-dans-le-monde-de-l-internet-des-objets_a1857.html ce sera la censure mondiale d'internet en 2020 en même temps que la fin du cash.
https://resistance71.wordpress.com/2016/09/08/technologie-et-nouvel-ordre-mondial-la-5eme-generation-developpement-electronique-au-service-du-flicage-general-a-distance/


Chez Orange qui va implanter la 5G en France en 2020 https://www.generation-nt.com/orange-5g-france-2020-2022-actualite-1940096.html , des salariés et sous-traitants exposés à des substances radioactives
https://www.bastamag.net/Chez-Orange-des-salaries-et-sous-traitants-exposes-a-des-parafoudres




La Chine fait une liste des gens inutiles de sa société avec son système de notation des citoyens et est en train de piquer les terres de ses villageois . http://www.thecommonsenseshow.com/2013/06/18/the-chinese-version-of-agenda-21-and-why-the-us-should-care/


3 millions de fermiers Chinois perdront leur Terre chaque année
l'acquisition du gouvernement de leurs terres laisseront les fermiers sans ressources
http://www.china.org.cn/english/government/175710.htm


La Chine a créé des lois pour piquer aisément les terres de ses fermiers
https://msu.edu/course/aec/810/clippings/Farmers%20lose%20land.htm
http://www.cecc.gov/publications/commission-analysis/evicted-farmers-lose-lawsuit-against-the-ministry-of-land-and




Elle a déjà préparé des villes fantômes pour y enfermer tous les paysans. http://hitek.fr/actualite/villes-fantomes-chine_502



Nouvel Ordre Mondial: Le modèle chinois pour un système de « crédit social »…
La quintessence du totalitarisme, du contrôle social sauce « Big Brother ». La Chine continue d’expérimenter pour ses maîtres du Nouvel Ordre Mondial.


http://www.ibtimes.com/china-use-big-data-rate-citizens-new-social-credit-system-1898711

https://resistance71.wordpress.com/2015/12/24/nouvel-ordre-mondial-le-modele-chinois-pour-un-systeme-de-credit-social/




En Chine « l'armée des branleurs » dérange le président Chinois Xi Jinping.
http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2014/12/08/xi-jinping-contre-l-armee-des-branleurs_4536741_3216.html



La France a fait un projet de réforme territorale pour créer des villes constitués de super riches d'un côté, et de classe moyenne et de pauvre de l'autre.
http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/06/27/la-loi-egalite-et-citoyennete-va-fragiliser-les-11-millions-de-locataires-du-parc-social_4959014_3232.html


Si les villes pauvres sont touchés, on ne pourra plus rien reconstruire, puisque les sols seront pollués, on ne pourra plus jardiner et les villes pauvres seront obligés d'être dépendants de Monsanto des USA/Allemagne et de Syngenta/Chine


Après la seconde guerre mondiale, des villes touchées par les bombardement n'ont jamais pu être reconstruites :


A la fin des hostilités, le village est classée  "zone rouge" en  raison de ses sols pollués et criblés de munitions. Beaumont-en-Verdunois et cinq autres communes de la Meuse n'ont jamais été reconstruites. Fait unique en France, ces villages sans habitant conservent une existence administrative, en souvenir des événements qui s'y sont déroulés
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/beaumont-un-village-mort-pour-la-france_698284.html



Pour la Chine des pauvres qui souhaitent se réfugier : (car seuls les pauvres sont menacés dans ce Nouvel Ordre Mondial qui a organisé une guerre mondiale des riches contre les pauvres) :


Les chinois en Chine qui veulent se protéger des américains peuvent aller dans les villes franco-chinoises en Chine
https://www.lenergieenquestions.fr/le-projet-franco-chinois-de-ville-durable-se-concretise/



Cette guerre mondiale est une guerre entre multinationales d'une part, et les petites entreprises, les classes moyennes et pour éliminer les pauvres dans les ghettos.


Et ce sont les mêmes qui les auront déclenché la guerre mondiale, qui nous imposent leur Nouvel Ordre Mondial. Ordo ab chaos.

Là ils sont en train de créer dans le monde entier, des villes pour les pauvres et des villes pour les riches, multinationales, pour que quand la troisième guerre mondiale éclate, seuls les villes des pauvres soient touchés.


Et à la fin, la Russie imposera la fin du cash en 2021 et l'exploration du gaz schiste, les centrales nucléaires, les compteurs intelligents partout en Europe et en Afrique.




La Russie commande 80 000 compteurs intelligents supplémentaires de l’entreprise des Etats-Unis Echelon
http://www.automatedbuildings.com/releases/jun08/080612115205echelon.htm
En savoir plus sur http://www.alterinfo.net/Les-USA-et-la-Chine-veulent-une-guerre-nucleaire-mondiale-pour-que-les-peuples-soient-dependants-de-Monsanto-USA-et_a124838.html#xLQekyVvYp3eekvK.99




L'Afrique qui avait tous les maux du monde sauf les centrales nucléaires, bah là, non, ils vont même rajouter cette merde à la liste après l'exploration du gaz schiste, et autres :


Moscou veut vendre une centrale nucléaire au Maroc
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2007/03/19/moscou-veut-vendre-une-centrale-nucleaire-au-maroc_885134_3212.html


la Russie va construire une centrale nucléaire en Algérie à partir de 2026
http://afriqueinside.com/moscou-alger-negocient-construction-dune-premiere-centrale-nucleaire-en-algerie03092014/


la construction de centrales nucléaires Russe au Nigéria et en Afrique
https://fr.sputniknews.com/analyse/201206091022409818-l-atome-russe-pour-l-afrique-noire/




le nucléaire chinois à la conquête de l'Afrique
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/09/14/le-nucleaire-chinois-a-la-conquete-de-l-afrique_4756877_3212.html


Les compteurs intelligents d'eau américains en Russie
http://waviot.com/newsroom/in-the-web/mete.html


Un article qui a été censuré et qui montrait le projet de la Russie d'implanter des compteurs intelligents dans toute la Russie avant 2030
http://www.smartmeters.com/smart-grid-progress-in-russia/


mais vous pouvez bien voir, dans le titre du lien, « smart grid progress in russia »
https://resistance71.wordpress.com/2017/04/08/agression-americaine-en-syrie-trump-sest-rendu-a-lempire-poutine-fera-til-de-meme-paul-craig-roberts/




Voilà un autre article qui en parle, en plus de la fin du cash, de la biométrie et du reste et qui est censuré par le moteur de recherche Duckduckgo qui censure tous les articles qui nuisent à la réputation de la Chine et de la Russie, et donc qui est aussi Big Brother que Google
http://www.alterinfo.net/La-Russie-fait-partie-du-NVO-elle-veut-la-fin-du-cash-a-achete-la-puce-RFID-americaine-Verichip--et-les-compteurs_a129852.html


 La plus grande banque Sberbank risque
d''être entièrement privatisée à partir de fin 2017
https://sputniknews.com/russia/20160527/1040326446/sberbank-privatization-gref.html


D''ici à 5 ans, la plus grande banque de Russie Sberbank prévoit de supprimer
des dizaines de milliers d''emplois. Elle veut que 80 % des opérations
bancaires dépendent de l''intelligence artificielle d''ici 5 ans, donc en 2021.
https://sputniknews.com/business/20160908/1045108794/sberbank-make-decisions-ai.html


quand les emplois en banque sont supprimés, cela veut dire que la fin du cash approche.
Il n'y a que les banques en ligne, où il n'y a besoin que de robots.



Le Cash va progressivement tomber hors d''usage, a
déclaré mercredi, le PDG Sberbank de Russie Herman Gref . "le Cash sera de
plus en plus un moyen obsolète de paiement", a déclaré Guerman Gref. Mais la
suppression du Cash va être un long processus at-il dit. En mai, Guerman Gref a
déclaré que, en fin 2017 , Sberbank va introduire les technologies de
reconnaissance vocale biométrique pour remplacer les cartes bancaires en
plastique.
https://sputniknews.com/business/20160706/1042539072/russia-cash-money.html



Google met en premier résultat de recherche aussi tous les articles des altermondialistes pro-Chinois et pro-Russes donc, cela montre bien que les américains soutiennent bien les BRICS.


Georges Soros : la Chine doit faire partie du Nouvel Ordre Mondial



vous avez vraiment besoin d’inclure la Chine dans la création d’un Nouvel Ordre Mondial et d’un ordre financier mondial



« Je pense que vous avez besoin d’un Nouvel Ordre Mondial que la Chine doit faire partie du processus de sa création et ils doivent en payer le prix, ils doivent le posséder comme les Etats-Unis possèdent… l’ordre actuel, » a déclaré Soros, ajoutant que le G20 était un pas dans cette direction.



Soros a dit que le monde devra passer par « un ajustement douloureux » après le déclin du dollar et l’introduction d’une devise globale

https://www.youtube.com/watch?v=TOjckJWqb0A&feature=player_embedded


Les élections seront toujours hackées, que ce soit des USA, ou de la Chine ou de la Russie.
Le peuple mondiale doit comprendre que ce qui peut le sauver c'est l'anarchie.
Les élites veulent la fin du cash, la suppression des pauvres, la destruction des petites entreprises.


Donc pour sauver l'humanité du désastre, faut créer un autre système horizontale et non plus verticale, cette fois-ci. Et boycotter les élections.



Donc voilà, on connaît déjà l'issu de la troisième guerre mondiale.
Les riches survivront dans les villes où sont logés leurs multinationales, les pauvres mourront dans les villes pauvres.


Les campagnes seront épargnés, car les campagnes appartiennent à l'élite.



L’hyper concentration de terres aux mains d’une « élite » n’épargne aucun pays européen
https://www.bastamag.net/L-hyper-concentration-de-terres-aux-mains-d-une-elite-n-epargne-aucun-pays


C'est pour cela qu'ils font des taxes pour chasser tous les ruraux [ https://linformateuralc.wordpress.com/2016/11/10/hausse-prix-terres-agricoles-inquiete/]url: https://linformateuralc.wordpress.com/2016/11/10/hausse-prix-terres-agricoles-inquiete/ http://www.mesopinions.com/petition/social/supression-taxe-potager/23986
et les cantonner dans les villes pauvres où les multinationales mettent tous leurs déchets.


L’industrie du gaz de schiste accusée de venir « mettre ses déchets chez les Noirs et les pauvres »
https://www.bastamag.net/L-industrie-du-gaz-de-schiste-accusee-de-venir-mettre-leurs-dechets-chez-les



GDF Suez travaille avec la Russie depuis toujours
http://www.engie.com/wp-content/uploads/2012/05/gdf-suez-brochure-fr-der.pdf


la Russie va explorer le gaz schiste en Algérie
http://www.agenceecofin.com/gaz-de-schiste/2704-37660-lalgerie-et-la-russie-pourraient-cooperer-dans-le-domaine-de-lextraction-de-gaz-de-schiste


Les agriculteurs algériens se battent déjà contre les multinationales américaines et européennes pour empêcher l'exploitation du gaz schiste
http://www.rfi.fr/afrique/20140608-algerie-manifestation-alger-contre-exploitation-gaz-schiste/



La Chine investit à 30 % dans GDF Suez

http://www.latribune.fr/economie/international/comment-la-chine-tisse-sa-toile-en-france-463132.html



GDF Suez s'allie avec le chinois CIC pour conquérir l'Asie
http://lexpansion.lexpress.fr/entreprises/gdf-suez-s-allie-avec-le-chinois-cic-pour-conquerir-l-asie_1345732.html



GDF Suez fait du lobby pour le TAFTA et le gaz schiste
https://www.bastamag.net/L-Europe-ouvre-grande-la-porte-aux-lobbies-du-gaz-de-schiste


Et comme la Chine a investit 30 % dans GDF Suez, cela veut dire qu'elle va profiter du TAFTA aussi.
http://lexpansion.lexpress.fr/entreprises/gdf-suez-s-allie-avec-le-chinois-cic-pour-conquerir-l-asie_1345732.html


La mondialisation, c'est ce que les élites veulent, ils aiment tous les traités de libre-échange, ce n'est ni la Russie ni la Chine qui annuleront le CETA, lancé par leur partenaire Canada qui s'est inscrit à la banque BAII.
Le Canada appartient à la fois à la banque mondiale, au FMI et à la banque asiatique d'investissement,
https://pmepmimagazine.info/canada-va-rejoindre-banque-asiatique-dinvestissement-infrastructures/
En savoir plus sur http://www.alterinfo.net/le-Canada-veut-pucer-les-chomeurs-en-2018-avec-le-CETA-tandis-qu-au-contraire-l-UPR-veut-des-2017-l-interdiction_a129500.html#5WWUf6FErhDvvB3E.99



Remarquez que Washington a un droit de veto au FMI. [
https://fr.sputniknews.com/international/201512181020395085-lagarde-fmi-russie-top/

]url:
https://fr.sputniknews.com/international/201512181020395085-lagarde-fmi-russie-top/


Donc Washington a accepté que le FMI accepte le dollar (les USA), le yen (le Japon), le yuan (la Chine), l’euro (l’Union Européenne) , le sterling (le Royaume-Uni) 

Donc Washington a invité le Japon, le Royaume-Uni, l’Union Européenne, la Chine à diriger le Nouvel Ordre Mondial avec lui.

Dollar vs Yuan: Bill Gates mise sur la monnaie chinoise

https://fr.sputniknews.com/economie/201505071015994369/ 


Les banques de toutes les puissances impérialistes coopèrent les unes avec les autres ;
Ils ne servent donc pas de contre-pouvoir, ils sont alliés pour supprimer l’argent liquide et réduire tout le monde à la puce RFID en passant par votre coeur!
Mastercard qui utilise le battement de coeur comme identification de rythme cardiaque a déjà comme partenaires DBS Bank (banque de Singapour) China Construction Bank, OCBC Wing Hang (Chine), Dah Sing Bank, Fubon Bank, Bank of East Asia Hang Seng Bank (Hong Kong/Chine), etc…

http://www.scmp.com/tech/enterprises/article/1959543/mastercard-looks-boost-adoption-app-mobile-payment-services-hong

Donc les membres fondateurs de la banque asiatique d’investissement des BRICS travaillent déjà avec Mastercard qui veut utiliser le battement de cœur comme système d’authentification biométrique.

voir plus https://resistance71.wordpress.com/2016/08/18/totalitarisme-technologique-pour-un-nouvel-ordre-mondial-emmene-par-la-chine-et-sous-controle-de-la-city-de-londres/




GDF Suez a annoncé aujourd'hui avoir conclu deux contrats en Chine à l'occasion de la visite du Premier ministre Manuel Valls, dont la création d'une coentreprise pour le développement d'énergie décentralisée dans la province du Sichuan (sud-ouest).
http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2015/01/29/97002-20150129FILWWW00341-chine-2-nouveaux-contrats-pour-gdf-suez.php


Ils commenceront la guerre mondiale, quand leur classement, villes pour pauvres et moyens d'un côté, villes et campagnes pour riches d'un côté sera terminé. La guerre mondiale ne touchera que les pauvres. 90% de la population mondiale sera éliminée.
http://www.alterinfo.net/Les-USA-et-la-Chine-veulent-une-guerre-nucleaire-mondiale-pour-que-les-peuples-soient-dependants-de-Monsanto-USA-et_a124838.html#tsF75rlE215kj599.99


Alter Info l'Information Alternative

Vers un énorme scandale Macron (3 vidéos)

L’ex associé-gérant chez Rothschild & Co, Emmanuel Macron est-il complice du détournement de 80 milliards d’euros par an, au détriment de la France ? Ce que nous vous présentons-là, c’est vraiment du lourd. Nous montrons que non seulement en mettant Macron à la tête de l’État, les Français se ridiculisent à la face du Monde, mais qu’ils valident une spoliation patente. Il va peut-être falloir que l’intéressé s’explique… Car s’il faut « penser printemps », comme il dit, il faudrait aussi penser à rendre des comptes… Oui, mais alors, VITE ! Voici un document fort, encadré par d’autres, dont ce premier, d’un banquier suisse repenti…
Vers un énorme scandale Macron (3 vidéos)
Vers un énorme scandale Macron:





Un banquier suisse libère la vérité:



Le coup d'État de la Haute Finance avec l'Opération Macron - Révélations explosives:





Alter Info l'Information Alternative

La marque de la Bête arrive en France, tous les salariés en France seront pucés, qu’importe le candidat qui sera élu

La marque de la Bête arrive en France, tous les salariés en France seront pucés, qu'importe le candidat qui sera élu
Il y a un mois avant le premier tour des élections présidentielles, ils ont posté une vidéo satanique , où ils parlent d'encourager les entreprises à pucer leurs salariés !
le titre de la vidéo c'est " remplacer les badges par des puces rfid sous cutanées"
http://www.dailymotion.com/video/x5fwrti_doit-on-remplacer-les-badges-par-des-puces-rfid-sous-cutanees_news


Ils veulent des salariés à 2 vitesses, ceux qui auront accepté la puce RFID sous-cutanée auront plus de droits sociaux que les autres!



Ils veulent vraiment la marque de la bête de l'Apocalypse. C'est pour cela qu'ils ont censuré l'UPR et ne l'ont médiatiser que 15 jours, et qu'ils ont fait sur-médiatiser le FN, Macron, Hamon pendant 1 an où pas une journée ne se passait sans qu'on entend parler d'eux dans les journaux comme si c'était des stars people.

Les élites ont posté leur satanique vidéo durant le mois de Carême en plus, puisque il y a 4 semaines, pendant le mois de carême donc, et 2 jours, après la visite des présidents de l'Union Européenne avec le pape à Rome.

Le Pape à Rome a lui décidé d'obliger ses employés d'avoir des cartes à puce RFID depuis qu'un de ses collègues a dénoncé le scandale " Vatileaks " qui se cachait sous le vatican.https://youtu.be/ahOx1Z9GGVY
http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/vaticancityandholysee/9717310/Vatican-introduces-new-security-measures-after-Vatileaks-scandal.html
http://www.huffingtonpost.com/2012/05/30/interview-italian-journalist-defends-vatican-leaks_n_1556255.html


cette vidéo qui dénonçait le vatileaks a été censuré https://www.youtube.com/watch?v=3Xtm5DSX9fM
le titre était " A Vatican n Rome) Sex Scandal The Usher & Choir Singer Running Male Prostitution!"
mais vous pouvez la retrouver ici https://youtu.be/XU3lm_Dcy6o


Le pape n'est pas allé quand même jusqu'au puçage sous-cutanée, mais déjà la carte à puce RFID introduit par un de ses cardinaux venant de l'URSS pour ses milliers d'employés est déjà une trahison pour les chrétiens qu'il est censé représenter.
http://chretiens2000.over-blog.com/2014/05/le-pape-rassure-les-catholiques-a-propos-de-la-puce-rfid.html
http://www.nowtheendbegins.com/vatican-to-force-thousands-to-take-id-cards-with-rfid-microchip-tracking/



La vraie raison pour laquelle ils veulent pucer les employés, c'est parce qu'ils veulent cacher les magouilles financières dans les entreprises ou multinationales. Ils ont peur d'un Julien Assange, ou d'un Edward Snowden, ou d'un Antoine Deltour (celui qui a dénoncé le paradis fiscal de plusieurs multinationales au sein de l'UE Luxleaks https://support-antoine.org/


-Le FN a voté POUR la directive sur le secret des affaires au parlement européen
https://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/le-fn-et-marine-le-pen-vote-pour-la-directive-europeenne-secret-des-affaires/
http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/04/19/ce-qu-il-faut-savoir-de-la-directive-sur-le-secret-des-affaires_4904548_4355770.html


le FN aux abonnés absents sur le TAFTA
http://www.humanite.fr/le-fn-aux-abonnes-absents-sur-le-tafta-575522


-et Macron est celui qui a proposé cette loi sur le secret des affaires
https://www.bastamag.net/Le-Parlement-europeen-sacrifie-l-interet-general-au-secret-des-affaires
https://www.bastamag.net/Loi-Macron-et-protection-du-secret


Macron veut le TAFTA donc il veut aussi la puce RFID.
http://www.pcf.fr/66102


Les 2 partis sont donc soumis au patronat.
Les 2 ont le même programme: rester des marionnettes au service des multinationales et à coopérer pour cacher leurs scandales, donc plus de pitié pour les lanceurs d'alerte.

Et si le patronat européen demande le puçage, alors les 2 candidats se soumettront.
Et ils ont censuré un moment les vidéos d'Asselineau https://youtu.be/naSAoQVthZs

https://youtu.be/Vg273_3nwIo
https://youtu.be/RySgkSzoyY8
https://youtu.be/OP-Mzx87WWc


qui est contre la puce RFID car ils ont peur qu'il réussisse à envoyer ses candidats à l'Assemblée Nationale et stopper leur projet de puçage de l'humanité.


Tout comme le Pape, le FN trahit la confiance des chrétiens qui ont voté pour lui.

On savait déjà que le FN et le Parti en Marche étaient tous 2 pour le 49-3 , les cartes à puce RFID biométriques et pour le nucléaire

voir toutes les sources disponibles ici
[ http://www.alterinfo.net/l-UPR-a-perdu-une-bataille-mais-pas-la-guerre-Il-peut-se-presenter-aux-elections-legislatives-et-faire-renverser-le_a130185.html ]url: http://www.alterinfo.net/l-UPR-a-perdu-une-bataille-mais-pas-la-guerre-Il-peut-se-presenter-aux-elections-legislatives-et-faire-renverser-le_a130185.html


Un journalise s'est moqué durant la campagne présidentielle de l'UPR de sa volonté d'interdire le puçage RFID des êtres humains
source à partir de 10:00 de la vidéo où l'UPR https://www.upr.fr/actualite/francois-asselineau-invite-de-matinale-deurope-1


l'UPR d'ailleurs fait mention aussi qu'il a connu plusieurs journalistes qui l'ont critiqué pour s'être positionné contre le puçage RFID des êtres humains https://youtu.be/naSAoQVthZs
http://www.dailymotion.com/video/x5gz4q2


Bon, priez, parce que là, c'est vraiment la fin du monde. On va retourner à l'Antiquité où les esclaves étaient traités comme des moins que rien. Sauf que là, il y a le puçage en plus. Et la division des communautés. Les gladiateurs seront lancés dans les arènes pour s'entretuer pour leur survie. Tout comme l'empire romain, l'empire Européen divise les esclaves, les fait se battre, concurrence, compétition, diviser, apparence, et seuls ceux qui ont survécu ont le droit à la vie. Ils ont peur d'un Spartacus.


Rends à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu.

Le problème est que maintenant César veut aussi ce qui appartient à Dieu, c'est à dire sa création, l'homme.
il y a déjà une loi voté à l'Assemblée Nationale qui dit que le corps humain appartient à l'Etat
http://www.assemblee-nationale.fr/14/dossiers/indisponibilite_corps_humain_constitution.asp



Pour l'instant il faut essayer de soutenir l'UPR dans les élections législatives. C'est le seul qui permettra à l'être humain de rester humain dans toute son intégrité et libre arbitre.


Jésus Christ a clairement dit ce qui arrivera à ceux qui imposeront la puce RFID par la force à la population.

Il a dit que ceux qui seront la cause de la perte de l'âme des êtres humains , et empêcheraient ainsi tout moyen pour un être humain d'être sauvé, auront un châtiment pire que ceux qui seront pucés:


"Malheur au monde à cause des scandales ! Car il est nécessaire qu’il arrive des scandales ; mais malheur à l’homme par qui le scandale arrive !"http://saintebible.com/luke/17-2.htm


Jésus Christ n'était pas contre le judaisme, mais contre les chefs qui trahissaient leur foi. Jésus Christ dénonçait la corruption des élites, qui jugeaient les autres alors qu'ils ne respectaient pas eux-même leurs lois.

Jésus Christ est contre la puce RFID pour tout être humain:

"Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! parce que vous fermez aux hommes le royaume des cieux ; vous n'y entrez pas vous-mêmes, et vous n'y laissez pas entrer ceux qui veulent entrer. "
http://www.lirelabible.net/parcours/voir_ref.php?cle=48


Jésus Christ dit de ne pas abandonner sa liberté et sa vie privée au profit de la dictature

"Je vous le dis, à vous qui êtes mes amis: ne redoutez pas ceux qui tuent le corps et qui, après cela, ne peuvent rien faire de plus. Je vais vous montrer qui vous devez redouter: redoutez celui qui, après avoir tué, a le pouvoir de jeter en enfer. Oui, je vous le dis, c'est lui que vous devez redouter".
https://www.universdelabible.net/lire-la-segond-21-en-ligne/ref,Luc%2011.37-12.12/


Jésus Christ déclare que même ceux qui ne sont pas chrétiens seront acceptés s'ils appliquent la loi divine.

c'est à ses fruits qu'on reconnait l'arbre

Ce ne sont pas tous ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur, qui entreront dans le royaume des cieux; mais celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux.
http://saintebible.com/matthew/7-21.htm
http://rene.cougnaud.free.fr/femmesdelabible/Fiches/Une_prostituee.html


Jésus Christ est pour le libre arbitre de l'être humain. la liberté de choisir entre le bien et le mal. Car il a confiance en l'homme et sa capacité de changer. C'est pour cela qu'il s'est opposé à la lapidation de la femme adultère, et qu'il a pris un voleur crucifié sur la croix comme un ouvrier de la dernière heure.

Jésus Christ veut accorder le salut à tous les êtres humains et ramener le plus de brebis égarés possibles.

"De même, je vous le dis, il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent, que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n'ont pas besoin de repentance."
"Ou quelle femme, si elle a dix drachmes, et qu'elle en perde une, n'allume une lampe, ne balaie la maison, et ne cherche avec soin, jusqu'à ce qu'elle la retrouve?"
http://saintebible.com/luke/15-7.htm



C'est pour cela que l'Etat n'aime pas Jésus, car il n'aime pas la liberté et le libre arbitre et n'a pas confiance en l'être humain (c'est toujours sur des soupçons qu'il arrête les gens) ou en créant des lois tellement absurdes (taxe sur l'eau de pluie https://lejournaldusiecle.com/2013/04/15/taxer-les-contribuables-sur-les-eaux-de-pluie-cest-desormais-possible/, le soleil http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/10/13/20002-20151013ARTFIG00018-en-espagne-une-taxe-sur-le-soleil-bouscule-les-energies-renouvelables.php, les semences, les semences) qui nuisent à l'autarcie humaine, pour empêcher l'être humain de vivre.


Faudrait donc faire une pétition dès maintenant pour faire interdire le puçage des êtres humains quelque soit les raisons invoquées.


Alter Info l'Information Alternative

Trump ou l‘allégeance au Deep State

» Dans les assemblées du gouvernement, nous devons donc nous garder de toute influence injustifiée, qu’elle ait ou non été sollicitée, exercée par le complexe militaro-industriel. Le risque potentiel d’une désastreuse ascension d’un pouvoir illégitime existe et persistera. Nous ne devons jamais laisser le poids de cette combinaison mettre en danger nos libertés et nos processus démocratiques. Nous ne devrions jamais rien prendre pour argent comptant. Seule une communauté de citoyens prompts à la réaction et bien informés pourra imposer un véritable entrelacement de l’énorme machinerie industrielle et militaire de la défense avec nos méthodes et nos buts pacifiques, de telle sorte que sécurité et liberté puissent prospérer ensemble. » Dwight D. Eisenhower (1)
Président des Etats-Unis (1953 – 1961)
Trump ou l‘allégeance au Deep State
L’aveu

Le bombardement d’une base aérienne de la Syrie par une soixantaine de missiles tirés dans la nuit du jeudi au vendredi 7 avril 2017 à partir de navires américains en méditerranée, suite à une décision unilatérale du gouvernement des Etats-Unis, représente, avant toute analyse, un sinistre aveu…

Les doutes, accumulés au cours des dernières semaines, laissent la place à l’évidence : Trump a tourné sa veste et prêté allégeance au « Deep State ».

Cet « Etat Profond » que le président Eisenhower, ancien général, dénonçait dans son discours de fin de mandat du 17 janvier 1961, le qualifiant de « complexe militaro-industriel », évoluant progressivement en « complexe militaro-pétro-financier »… Qui gouverne de fait, non seulement les USA mais tous les pays qui leur sont vassalisés.

Désavouant les déclarations et renonçant aux promesses de sa campagne électorale au cours de laquelle, en opposition aux harangues guerrières de sa concurrente Hillary Clinton, il ne cessait de souhaiter mettre un terme à l’inflation permanente et aberrante du budget des dépenses militaires. Afin d’en affecter les montants à la rénovation des infrastructures du pays…

Affirmant, la main sur le cœur, vouloir renoncer aux dizaines d’expédition annuelles des forces armées dans des pays lointains au prétexte d’en changer les gouvernements pour y imposer « la démocratie »…

Pas par pacifisme angélique, mais tout simplement pour « raison garder »… Choix dictés par le sens des responsabilités selon des arbitrages prioritaire, économiques et sociaux, en faveur de la population américaine…

Au lieu de quoi… Lentement et inexorablement, s’enfonçant dans les sables mouvants du marécage washingtonien qu’il se promettait d’assécher (to drain the swamp…)… Pris au piège, Trump explosait, fusait dans tous les sens… Pour sauver sa propre peau, son « empire immobilier » et son clan, en multipliant témoignages et démonstrations de soumission au « Deep State »…

Contrairement à ses « engagements de campagne », il décidait d’augmenter le budget des dépenses militaires de 55 milliards de dollars ; l’équivalent du total annuel des dépenses militaires « officielles » de la Grande-Bretagne, ou de la France.

Nommant ministre des affaires étrangères le parrain international du milieu pétrolier, le Texan Rex Tillerson ; PDG en exercice de la première entreprise mondiale de gaz et de pétrole ExxonMobil.

S’entourant des généraux les plus bellicistes du pays, connus pour vouloir asservir le reste de l’humanité à coups de bombes, nucléaires ou pas. Jusqu’à nommer ministre de la défense le général James Mattis qui s’était illustré par ses atrocités en Irak, notamment à l’encontre des habitants de la ville de Falloujah. Coupables de résister héroïquement, non pas pour défendre le dictateur déchu, mais tout simplement l’indépendance et la souveraineté de leur Nation face aux envahisseurs.

Les enfants de Falloujah témoignent aujourd’hui, par les stigmates dont ils sont affligés, des sauvageries commises sous les ordres de cet authentique criminel de guerre, surnommé par ses propres hommes « Mad Dog » (chien enragé …): bombes au phosphore, à l’uranium appauvri, bombardements de cérémonies de mariage, etc. ; la boîte à outils complète du « déjanté » galonné assumant sa folie meurtrière…

Mike Whitney rappelle dans un article les nombreux « tweets » de harcèlement de Trump à l’encontre d’Obama, en 2013 déjà, critiquant vigoureusement l’intervention américaine en Syrie. Ainsi que ses belles paroles prononcées en décembre 2016, dans un discours qui en avait ému plus d’un (2) :

« Nous poursuivrons une nouvelle politique étrangère qui prendra en compte les erreurs du passé…

Nous arrêterons nos opérations secrètes de changement de régimes ou de renversements de gouvernements…

Notre but est la stabilité et non pas le chaos, parce que nous voulons reconstruire notre pays…

Dans nos échanges avec les autres pays, nous rechercherons le partage des intérêts chaque fois que cela sera possible et poursuivrons une nouvelle ère de paix, d’entente et de bonne volonté… »

Le premier ministre russe, Medmedev, a parfaitement résumé la mutation de Trump dans son récent commentaire. Dès l’intronisation de Trump en tant que président, il s’était demandé combien de temps allait-il tenir face au « Deep State« , avant d’être « brisé« … Pour conclure : « Cela a pris seulement deux mois et demi ».

Fake News

Trump, qui ne cessait de condamner les grands médias (la chaîne CNN étant la plus visée…) et leurs Fakes News, les « infos trafiquées », lance à présent des opérations militaires sur fondement de ce qu’il méprisait avec véhémence : les Fake News !…

Tout le monde sait que l’armée syrienne ne possède pas d’armes chimiques, son stock ayant été intégralement détruit sous contrôle de l’ONU, conjointement avec des spécialistes américains et russes, en 2014.

Le bombardement d’une base syrienne pour sanctionner une soi-disant attaque chimique, sans aucune enquête internationale et indépendante préalable, n’est donc qu’un prétexte. « False Flag« , fourberie destinée à légitimer, dans l’hystérie de la propagande auprès des opinions publiques occidentales, cet acte de guerre contre un pays souverain qui n’en attaque aucun autre ; tout particulièrement, les USA…

Cette opération planifiée depuis plusieurs semaines avait pour finalité, éloignée du contexte syrien, une « démonstration de force » face à la Russie et à la Chine. La doctrine actuelle des bellicistes américains ayant pour fondement que toute négociation, avec adversaires ou concurrents, ne peut avoir pour démarche initiale qu’une : « position de force »

La pluie de missiles de croisière a été déclenchée le jour de l’arrivée du président chinois aux USA… Maîtrisant l’art de « laisser le Temps au Temps », les Chinois sont restés de marbre. Du temps de Mao, alors que la Chine poursuivait son redressement au prix de mille difficultés et embargos depuis la fin de la deuxième guerre mondiale et la fin de la guerre civile contre les milices de Tchang Kaï-Chek soutenues par l’Occident, les Chinois considéraient déjà les USA en « tigre de papier »…

Quant à vouloir impressionner la Russie… Rions… Comme l’ont fait les dirigeants russes, en premier les militaires. Car cette opération de bombardement a eu un considérable « effet boomerang » sur le moral du Pentagone…

Non seulement, les avions en état de voler avaient été préalablement évacués avec leur personnel, y compris celui chargé de leur maintenance. Les nombreux vols de reconnaissance au-dessus de la base, avec leurs gros sabots, avaient laissé présager l’opération. Seuls six avions ont été détruits, en réparation ou hors d’usage au moment de l’attaque.

Mais encore, aucune piste de la base n’a été détruite. Ni les pistes d’envol principales, ni les pistes de circulation annexes. Intactes. Ce qui a permis la reprise immédiate des vols dès le surlendemain.

En fait, sur les 59 missiles tirés contre la base, seuls 23 sont arrivés à bon port, autour des pistes … Les 36 autres ont été neutralisés électroniquement par l’armée russe ; autrement dit, tous ceux destinés à démolir méthodiquement les pistes, l’infrastructure essentielle d’une base aérienne.

Ce coup de poing psychologique va être dur à encaisser pour les traîneurs de sabre du Pentagone. Leurs missiles de croisière Tomahawk de conception ancienne, datant des années 70, sont peut-être précis mais actuellement trop lents pour ce type d’opération. Subsoniques, leur vitesse de pointe ne dépasse pas les 880 km/h maximum, avec une électronique de pilotage rudimentaire.

Les spécialistes du combat électronique russes les ont fait plonger dans les eaux claires de la méditerranée, pour amuser les dauphins. Si les va-t-en-guerre américains peuvent provoquer des ravages sur des pays sans défense avec ce type d’armement obsolète, comme le Yémen en ce moment, il s’agit d’une autre histoire pour frapper des adversaires au top de la guerre électronique : Russie, Chine, Iran…

Trump, son entourage, son gouvernement, son Congrès ?… Des imbéciles. Irresponsables. Extrêmement dangereux, toutefois, par leur mégalomanie, leur arrogance, leur mythomanie, et leur mortifère volonté de puissance de dominer la planète pour mieux la piller ; imbibés de leur croyance, ou de leur fanatisme, en l’Etre Supérieur qu’ils pensent incarner.

Imposant « leur Loi » au reste de l’Humanité. Incapables d’imaginer, ou d’accepter l’inéluctable mutation des relations internationales vers un monde multipolaire, dans le respect mutuel des croyances, des cultures et des intérêts des « Autres »…

Je voyais sur une TV, Hollande et Merkel affirmer que s’il y avait eu bombardement « c’était la faute à Bachar »… Monstrueuses têtes à claques, aussi stupides qu’inconscientes des immenses massacres, ravages et souffrances qu’elles provoquent, organisent et entretiennent…

Analphabètes de l’évolution de l’Histoire…

Nos sociétés occidentales sont malades de leurs oligarchies. Porteuses de pulsion de mort.

Et, cela ne date pas d’hier…

Quand je regarde ce ramassis d’oligarques aussi corrompus que criminels, je vois le tableau exposé au Musée du Prado à Madrid de Pieter Brueghel l’Ancien :

Le Triomphe de la Mort…


1 Discours de fin de mandat du Président des Etats-Unis, Dwight D. Eisenhower – 17 Janvier 1961 – 
https://fr.wikipedia.org/wiki/Discours_de_fin_de_mandat_de_Dwight_D._Eisenhower
2 Cité par Mike Whitney, Trump’s War Whoop : a Gulf of Tonkin Moment ?, CounterPunch, 6 avril 2017, http://www.counterpunch.org/2017/04/06/trumps-war-whoop-a-gulf-of-tonkin-moment/

url de l’article original:

http://stanechy.over-blog.com/2017/04/trump-l-allegeance-au-deep-state.html


Alter Info l'Information Alternative

La Chine, les USA, Singapour préparent le puçage RFID humain par le tatouage RFID humain

La Chine, les USA, Singapour préparent le puçage RFID humain par le tatouage RFID humain
Le tatouage puce RFID fabriqué par des chercheurs de Chine, des USA, et Singapour :


« La technologie de la microélectronique, appelée système électronique épidermique (EES), a été développée par une équipe internationale de chercheurs des États-Unis, de Chine et de Singapour, et est décrite dans la revue Science. «C'est une technologie qui brouille la distinction entre l'électronique et la biologie», a déclaré le co-auteur John Rogers, professeur de sciences des matériaux et de génie à l'Université de l'Illinois à Urbana-Champaign. "Notre objectif était de développer une technologie électronique qui pourrait s'intégrer avec la peau d'une manière mécaniquement et physiologiquement invisible pour l'utilisateur."



Le patch pourrait être utilisé au lieu d'électrodes volumineuses pour surveiller l'activité du cerveau, du cœur et des tissus musculaires et lorsqu'il est placé sur la gorge, il permettait aux utilisateurs d'utiliser un jeu vidéo activé par la voix avec une précision supérieure à 90%. "Ce type de dispositif pourrait fournir une utilité pour ceux qui souffrent de certaines maladies du larynx", a déclaré Rogers. "Il pourrait également former la base d'une capacité de communication sous-vocale, appropriée pour des utilisations cachées ou autres." Le dispositif sans fil est presque sans poids et requiert si peu de puissance qu'il peut se nourrir avec des capteurs solaires miniatures ou en captant des rayonnements électromagnétiques parasites ou transmis, indique l'étude.



Moins de 50 microns d'épaisseur - légèrement plus minces que les cheveux humains - les dispositifs sont capables d'adhérer à la peau sans colle ou matière collante. "Les forces appelées interactions van der Waals dominent l'adhésion au niveau moléculaire, de sorte que les tatouages ​​électroniques adhèrent à la peau sans colles et restent en place pendant des heures", a déclaré l'étude. L'ingénieur de l'Université Northwestern Yonggang Huang a déclaré que le patch était «aussi doux que la peau humaine».



Rogers et Huang ont travaillé ensemble sur la technologie pour les six dernières années.

Sources https://vigilantcitizen.com/latestnews/electronic-skin-tattoo-with-rfid-technology-to-facilitate-monitoring/

http://www.lesmotsontunsens.com/un-tatouage-qui-met-la-puce-rfid-a-l-oreille-ou-ailleurs-10979

http://science.sciencemag.org/content/333/6044/830.summary

Alter Info l'Information Alternative

Macron est-il un instrument de la CIA ?

CETTE QUESTION SERA-T-ELLE AU CENTRE 
DE LA PROCHAINE REVELATION DE JULIAN ASSANGE ? Avertissement : Cette publication est longue. Ne ratez pas sa lecture car elle vous explique comment Macron a pu arriver, en une dizaine d’années, dans les plus hautes sphères de la République, comment sa stratégie politique d’alliance gauche-droite et son programme économique néolibéral ont été décidés ailleurs qu’en France. Cet article est le fruit de recherches et d’analyses. Il fait référence à des travaux universitaires dont vous trouverez les indications en bas de page . Il est quasiment impossible d’écrire aujourd’hui sur la CIA sans se faire traiter de complotiste. Cela arrange beaucoup de gens et particulièrement ceux qui sont visés. Cet article n’est en aucun cas complotiste ou confusioniste. Tout est vérifiable, point par point, y compris la mise en synergie des éléments. Bonne lecture.
Macron est-il un instrument de la CIA ?
Propos liminaires

Quand on parle d’ingérence russe dans la campagne électorale française et qu’elle vise particulièrement Emmanuel Macron, on peut faire le postulat (pour les grincheux, ce n’est qu’un postulat !) que les cyber attaques russes sont une réalité. Dès lors, il faut se poser la question de savoir pourquoi la Russie s’intéresse à un personnage qui vient d’arriver sous les projecteurs dans le paysage politique français. Les russes sauraient ils qui est Macron depuis longtemps ? Ont-ils suivi son ascension ?

Le questionnement est renforcé quand au début du mois de février 2017, Julian Assange, le patron de WikiLeaks confie au quotidien russe Izvestia : “ Nous possédons des informations intéressantes concernant l’un des candidats à la présidence française, Emmanuel Macron. Les données proviennent de la correspondance privée de l’ex secrétaire d’État américain, Hillary Clinton”. Et comme si Assange tenait à nous donner des indices, quelques jours plus tard, il nous informe qu’en 2012 la CIA avait demandé à la NSA (centrale d’écoute et de tri du renseignement) de suivre de près la campagne présidentielle française et ses différents protagonistes.

Assange veut il nous faire comprendre que Macron a été ciblé en 2012 par la CIA comme un candidat à promouvoir et à soutenir pour les élections présidentielles de 2017 ?

Peut – être. Dans ce cas on comprend mieux l’inquiétude des Russes qui le considèrent alors comme un agent de l’influence américaine en Europe. Mais cette hypothèse est elle plausible ? En cherchant un peu, on trouve, quand même, des éléments troublants dans le parcours de Macron.

Il n’échappe à personne que la campagne de Macron est habitée par deux objectifs : tout faire pour créer un pôle social libéral par une l’alliance droite–gauche et rester dans un schéma de la mondialisation de l’Économie. Comme beaucoup, vous croyez que ces idées sortent de la tête de ce brillant énarque ? Eh bien vous vous trompez ! La stratégie de Macron est dans la droite ligne de celle définie par les États Unis et la CIA dans les années 80 s’agissant de ce que doit être la démocratie et l’économie dans le monde.

Des hauts fonctionnaires, des chefs d’entreprise, des banquiers, relais d’influence de la stratégie américaine en France, ont choisi Macron et l’ont façonné pour qu’il entre exactement dans ce schéma. Vous ne le croyez pas ? Ce sont des élucubrations, des supputations, des délires ? Lisez bien ce qui est écrit, c’est surprenant !

L’histoire incroyable de MACRON,
le nouveau messie français.

Le contexte

Le National Endowment for Democracy (NED) (en français, Fondation nationale pour la démocratie) est une fondation privée à but non lucratif des Etats Unis, fondée en 1983 conjointement par les républicains et les démocrates (ça ne vous dit rien cette alliance gauche-droite ?), bien que son orientation générale soit celle du mouvement néoconservateur. Son objectif déclaré est le renforcement et le progrès des institutions démocratiques à travers le monde. En fait, et vous l’aurez deviné, il s’agit d’un instrument de l’hégémonie américaine. La NED finance de nombreux think tanks dans la monde. Ce sont les chambres de commerce américaines et les multinationales (Chevron, Coca Cola, Goldman Sachs, Google, Microsoft etc.) qui abondent son budget. Et comme une évidence cet organisme a été créé spécialement pour servir de substitut à la CIA, car c’est la centrale qui s’occupait de cette stratégie auparavant.Rassurez vous, elle n’est pas loin. Parmi ses membres on y croise, des élus du Congrès, des patrons de multinationales, des lobbyistes, mais aussi des membres de la CIA.

L’action de la NED dans le monde va avoir pour effet la promotion de l’alliance droite-gauche dans le domaine de la production des élites « démocratiques ». Après 1989, cette politique s’impose dans les institutions de promotion de la démocratie en Europe. Elle s’inspire de l’idée de créer une classe d’experts de la démocratie et de leaders politiques professionnels (vous avez bien lu ?) qui puissent réaliser la transformation des régimes totalitaires (par un autre… plus soft celui-là ?) et consolider le fonctionnement des nouvelles démocraties (l’Ukraine ?). Évidemment, l’action de la NED ne se limite pas à la transformation des régimes totalitaires, elle incite aussi à lutter contre« les populismes » (tiens, tiens,) et les extrêmes.

La mobilisation de cette organisation contre le « populisme » et les « extrêmes » a eu son illustration à l’occasion du référendum sur la Constitution Européenne.

En effet, en décembre 2005, l’Aspen Institute de Lyon, un think tank néoconservateur américain, a réuni plusieurs think tanks français et européens, de gauche comme de droite, inquiets des « non » français et néerlandais à la Constitution européenne. Ils ont, ensemble, reconnu la nécessité de mettre au point une stratégie commune de communication et d’éducation des cadres pour contrer la vague populiste en Europe.

Vous avez bien lu ? Le « NON » à la constitution européenne serait donc le fait d’une vague populiste !

Vous avez donc compris que les américains sélectionnent, forment et financent des individus afin de promouvoir une alliance « droite-gauche » contre les « populismes » et les extrêmes pour éviter que leurs desseins ne soient remis en cause par des « manants » qui s’attaqueraient au libéralisme et à la mondialisation de l’économie.

Bon. Maintenant que vous avez le contexte, il faut raconter l’histoire immédiate du jeune énarque, que des parrains bien intentionnés ont calibré, jour après jour, en« leader politique professionnel » au service de la cause néoconservatrice américaine.

Macron entre dans la cour des grands.

Brillant élève comme chacun le sait désormais (on nous bourre le crâne depuis quelques mois), Macron réussit au concours d’entrée à l’ENA en 2002. Durant sa scolarité, il doit effectuer un stage dans l’appareil de l’État. Il le fait au côté du Préfet de l’Oise. Ce dernier le convie à une réunion ayant pour objet l’établissement d’une zone commerciale.

Le patron concerné par cette réunion n’est autre que le richissime rocardien Henry Hermand qui a fait fortune dans la création de supermarché. Homme de réseaux et d’influence, compagnon de route du PS, il fait rapidement de Macron son fils spirituel. Cette rencontre va être déterminante pour l’avenir de Macron.

Un détail qui n’est pas anodin. C’est Hermand qui fait adopter par Macron l’expression « progressiste » (que vous avez entendu répéter ad vomitem durant le début de sa campagne) au détriment des notions de « social libéralisme » ou « social réformisme », dont Macron se réclamait dans les premiers temps. Ce changement sémantique est en fait un alignement de planètes destiné à mettre Macron sur la même orbite que les progressistes américains dont John Podesta, relation de Hermand, est le représentant au travers du Center for American Progress (CAP) le think tank « progressiste » qu’il préside. Rappelons que John Podesta a été conseiller spécial de Barak Obama et qu’en 2016, il a été chargé de la campagne d’Hillary Clinton.

Macron calibré au programme de la NED

1.Le formation politique : l’alliance gauche-droite de Jean-Pierre Jouyet

En 2004, à la sortie de l’ENA, Macron rejoint l’Inspection des Finances. L’un de ses chefs est Jean-Pierre Jouyet (proche de Sarkozy, de Fillon et de Hollande, rien que ça). Jouyet le prend sous sa protection. Pourquoi ? A-t-il déterminé à cet instant que ce sera lui le messie libéral de demain ? Il n’y a aucun doute. A l’inspection des finances Jouyet est une sorte de chasseur de tête. Les hommes l’inspirent plus que les idées, dit-on (ça promet). Il mise sur le jeune énarque.

Jouyet est aussi engagé dans l’Aspen Institut, l’un des plus influents cercles de réflexion “néo-cons” aux Etats Unis. Il présidera, jusqu’en 2013, la section française créée par Raymond Barre. Il en est aujourd’hui le président d’honneur. (Voir en infra, L’Aspen à propos du “non” à la constitution européenne).

Suivant à la lettre les préconisations de la NED s’agissant de la formation de « leaders politiques professionnels », Aspen France propose un cycle de programmes dit « Leaders Politiques d’Avenir ». Inutile de vous dire qui sont les intervenants et les sujets abordés (voir le site Aspen France) c’est édifiant ! Laurent WAUQUIEZ , Jérôme GUEDJ, Olivier FERRAND, Cécile DUFLOT, Najat VALLAUD-BELKACEM, Jean Vincent PLACE sont les membres le plus connus des promotions depuis 2006. On n’y trouve pas Macron. Mais lui il était en prise direct avec le président.

Pour être plus concret, Michael Bloomberg, ancien maire de New York et 8 ème fortune mondiale a rencontré Macron le jeudi 9 mars 2017 à son QG de campagne pour parler économie. Bloomberg au travers de « Bloomberg Philanthropies » travaille depuis de nombreuse années en partenariat avec l’Institut Aspen.

Dans la droite ligne de la stratégie de la NED, lors de l’élection présidentielles 2007 Jouyet et d’autres fondent le groupe « les Graques », composé d’anciens patrons et de hauts fonctionnaires qui appellent à une alliance gauche – droite entre Royal et Bayrou . Il y entraine Macron. L’objectif est d’appeler la gauche au réveil libéral européen puis prôner deux pôles, l’un conservateur, l’autre social libéral avec les verts et l’UDF. Partisan de l’économie de marché, ils ont saisi la percée de Bayrou pour construire avec lui le pôle social libéral. Bien évidemment leur stratégie est la prise de pouvoir de la gauche libérale au PS et, dans un second temps, le faire imploser. On y est.

Le formation économique : la mondialisation de l’économie de Jacques Attali.

Cette même année, Jouyet va suggérer le nom de Macron à Jacques Attali pour être rapporteur de la Commission pour la libération de la croissance française dite « commission Attali ». Mise en place par Sarkozy, cette commission est le saint des saints de libéralisme européiste. Socialistes et libéraux s’y retrouvent (la plupart sont aujourd’hui des soutiens de Macron).

Quel est l’objectif de Jacques Attali ? Défenseur de la constitution et de l’établissement d’un état de droit mondial, condition pour lui de la démocratie et des droits de l’Homme (tu parles !), il pense en postulat que l’économie régulée par une institution de surveillance financière mondiale peut être une solution à la crise. Cette institution financière serait une première étape vers l’instauration d’une gouvernance démocratique mondiale dont l’Union Européenne peut devenir un laboratoire. Tout est dit. Emmanuel Macron a bien compris la leçon puisqu’il propose dans son programme en 2017 la création d’un ministre de l’Économie européen, d’un parlement économique européen et d’un budget européen.

C’est grâce à cette commission que Macron va développer ses réseaux. Il va notamment y rencontrer Serge Weinberg, homme d’affaire proche de Fabius. Weinberg est non seulement banquier, mais il est aussi membre de la “Trilatérale” dont les objectifs ont inspiré Attali.

Cette organisation privée a été créée en 1973 à l’initiative des principaux dirigeants du groupe Bliderberg et du Council Foreign Relations, parmi lesquels David Rockefeller, Henri Kissinger, Zbigniew Brzezinski. Son but est de promouvoir et construire une coopération politique et économique entre l’Europe occidentale, l’Amérique du Nord et l’Asie du Pacifique (trois zones clés du monde, pôles de la Triade. À l’instar du groupe Bilderberg, il s’agit d’un groupe partisan de la doctrine mondialiste, auquel certains attribuent, au moins en partie, l’orchestration de la mondialisation économique.

En 2008, Jacques Attali et Serge Weinberg présente Macron à François Henrot ami intime de Wienberg. Henrot est le bras droit de David de Rothschild à la banque d’affaires Rothschild.

Macron est recruté, il est maintenant à bonne école. François Henrot, son patron, est membre du conseil d’administration de la French-American Foundation.

Destinée à favoriser les liens entre la France et les Etats Unis, la French American Fondation est née en 1976, durant des heures d’antagonisme entre les deux nations. Elle a été baptisée lors d’un dîner aux Etats Unis entre le président Gerald Ford et Valéry Giscard d’Estaing. L’activité de cette fondation est centrée sur le programme Young Leaders dont la mission est de trouver les personnes qui feront l’opinion et qui seront les dirigeants de leurs sociétés respectives. Ils sont né en 1981, avec pour parrain l’influent économiste libéral franco-américain de Princeton, Ezra Suleiman. Le programme financé par des mécènes privés, s’étale sur deux ans, avec un séjour de quatre jours en France, un autre temps équivalent aux Etats Unis, toujours dans des villes différentes, toujours avec des intervenants de très haut niveau. Les Young Leaders français sont (liste non exhaustive) : Juppé, Pécresse, Kosciusko Morizet, Wauquiez, Bougrab, Hollande, Moscovici, Montebourg, Marisol Touraine, Najat Vallaut – Belkacem, Aquilino Morelle, Bruno Leroux, Olivier Ferrand, Laurent Joffrin (Nouvel Observateur), Denis Olivennes (Europe 1, Paris Match et du JDD), Matthieu Pigasse, Louis Dreyfus et Erik Izraelewicz (Le Monde).

Coté américain : Bill et Hillary Clinton….Macron sera promu, lui, en 2012.

L’ascension et l’apothéose.

Macron est mûr pour être propulsé dans les hautes sphères de la République. En 2012, sous l’impulsion de Jouyet, il devient secrétaire général adjoint de la présidence de la République auprès de François Hollande, puis ministre de l’Économie.

Hermand, Jouyet, Attali, Weinberg, Henrot, ces cinq personnages, chantres des objectifs de la NED et de la Trilatérale, membres de think tanks inféodés à la stratégie américaine ont fait Macron. Il aura fallu un peu plus de dix ans pour le porter à la candidature de la Présidence de la République.

Beau parcours, non ?

Le 16 avril 2014 Jean-Pierre Jouyet deviendra Secrétaire Générale de l’Élysée ce qui achèvera la prise de pouvoir de la NED au cœur de la République.

C’est un véritable coup d’État ! Soft, certes, mais un coup d’État !

MACRON a-t-il été ciblé par la CIA ?

Assange nous a appris qu’en 2012, la CIA a demandé à la NSA de suivre de près la campagne présidentielle française et ses différents protagonistes. WikiLeaks souligne que Macron est cité dans une e-mail d’Hillary Clinton, alors Secrétaire d’État, datant de 2012 où le personnage est décrit avec beaucoup de précision, mentionnant, notamment, qu’il était “un banquier en fusions et acquisitions” chez Rothschild à Paris, diplômé de l’ENA, ayant travaillé à l’Inspection Générale des finances et (pouvant) aussi devenir haut fonctionnaire au ministère de l’Économie”.

« Pouvant aussi devenir haut fonctionnaire au ministère de l’Economie » est ce que la chose a été bien traduite ? Ne serait ce pas plutôt « pouvant aussi devenir ministre de l’Économie » ?

Pourquoi cette précision ?

Chose troublante, en 2012, Macron avait été pressenti par Hollande pour en faire son Ministre du Budget dans le premier gouvernement, mais il n’avait pas retenu ce choix parce que Macron n’avait pas de mandat électif (étonnant quand on sait qu’il en fera son Ministre de l’Économie deux ans plus tard)…



Comment Hillary Clinton pouvait être au courant de ce choix éventuel ?

Au moment de la rédaction du mail, il est écrit que Macron est “banquier en fusions acquisitions chez Rothschild à Paris” C’était donc avant les élections présidentielles et législatives. Macron faisait partie du groupe dit de “La Rotonde” chargé d’alimenter le programme de Hollande, rassemblant des techniciens et les économistes Elie Cohen, Gilbert Cette et Jean Pisani Ferry ceux là même qui ont pondu le programme économique de Macron en 2017. Hollande ne peut pas avoir parlé de ses choix de postes ministériels en public. Car, il est classique d’attendre les résultats des législatives pour composer le futur gouvernement.Et au moment de l’envoie de l’e-mail, elles ne pouvaient pas avoir eu lieu.

Il fallait donc être sacrément au fait de ce qui se passait à haut niveau pour oser ce détail. Qui informe avec autant de précision Hillary Clinton ? La CIA via les interceptions de la NSA ou quelqu’un d’autre ?

Mais la question cardinale est de savoir pourquoi ce message porte sur Macron, alors que c’est un quasi inconnu à cette époque ? La CIA a-t-elle ciblé Macron ? Car enfin, cet e-mail n’est pas adressé à n’importe qui mais à Hillary Clinton alors Secrétaire d’Etat d’Obama. Pourquoi une personnalité de ce niveau, s’intéresse-t-elle à un soutier du staff de Hollande ?

En 2015, les documents obtenus par WikiLeaks et publiés par Libération et Médiapart révèlent que la NSA a, au moins de 2006 à mai 2012 (pourquoi mai 2012 ?) espionné Chirac, Sarkozy et Hollande. Ces documents étaient destinés à la CIA. Mais la NSA a affirmé que ces écoutes n’avaient jamais touché les chefs d’État mais leur entourage.



Macron a-t-il était placé sur écoute quand il était secrétaire général adjoint de l’Élysée ? Et si oui, les Etats Unis cherchaient ils à conforter leur choix du futur candidat à la Présidence ?

Y-a-t-il eu collusion entre les Etats Unis et certains milieux libéraux politico-économiques français quant à la candidature possible de Macron ?

A la vue de son parcours, la réponse est oui !

Une preuve ?

L’implosion en cours du PS pour favoriser une alliance droite gauche afin de contrer les « populismes », l’alliance avec Bayrou (après un salto arrière spectaculaire et suspect) et un programme néo libéral, progressiste et européiste soutenu par les milieux politico- financiers. Toute cette stratégie reposent sur les piliers idéologiques de la NED et de la Trilatérale.

On comprend mieux l’inquiétude des russes qui se retrouvent avec un scénario à l’Ukrainienne dans l’un des deux plus importants pays d’Europe.

Un président français choisi directement par les américains ? De Gaulle va se retourner dans sa tombe.

C’est peut-être ce scénario que nous révélera Assange dans les prochaines semaines.

Nota Bene : Ceux qui sont intéressés par cette publication trouveront une nombreuse documentation sur la toile. Mais attention aux sites complotistes ou confusionnistes ! Privilégiez les recherches universitaires !Voici les références des travaux qui ont permis d’écrire cet article :

Bulgarie Contre la dérive populiste, des « think tanks de gauche » La Vie des Idées numéro de mai/juin 2007 La Vie des Idées est rattachée à l’Institut du Monde Contemporain (Collège de France) et dirigée par Pierre Rosanvallon.
A propos de la NED, voir Ghilhot Nicolas, « Les professionnels de la démocratie : logiques savantes et logiques militantes dans le nouvel internationalisme américain », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 139, Septembre 2001, pp. 53-65.



A propos de Jacques Attali son livre Demain, qui gouvernera le monde ?, Fayard, 2011.
A propos de Jean-Pierre Jouyet article dans Le nouvel Economiste – n°1385 – Du 26 avril au 2 mai 2007 –
A propos de tous les protagonistes y compris Macron divers articles de presse recoupés
A propos de WikiLeaks , Libération et Médiapart/ 2017
A propos de la Trilatérale http://www.monde-diplomatique.fr/2003/11/BOIRAL/10677

Source : 
networkpointzero

url de l’article en français:
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article8355

Alter Info l'Information Alternative

11-SEPTEMBRE : UN PUISSANT GROUPE AFRO-AMÉRICAIN ACCUSE ISRAËL.

11-SEPTEMBRE : UN PUISSANT GROUPE AFRO-AMÉRICAIN ACCUSE ISRAËL.
Du 17 au 19 février, Nation of Islam, organisation politico-religieuse dirigée par Louis Farrakhan, a organisé sa convention annuelle à Detroit.

Le 18 février, une session plénière était consacrée à la remise en question de la version officielle du 11-Septembre.
Face à 4000 spectateurs et 60 000 internautes connectés en ligne (chiffre record pour ce type de débat), trois personnalités emblématiques de la démystification du 11-Septembre ont pris la parole : l'universitaire Kevin Barrett (à propos des attentats sous faux drapeau), l'architecte Richard Gage (sur la démolition contrôlée des trois tours du World Trade Center) et le journaliste d'investigation Christopher Bollyn (sur l'implication des réseaux américano-israéliens).

L'événement a été passé sous silence non seulement par les médias traditionnels américains mais également par les associations prétendument engagées dans la recherche de la vérité sur le 11-Septembre (telle Reopen911).

À noter : considéré comme hétérodoxe, Nation of Islam fait figure de groupe controversé dans la communauté musulmane hors des États-Unis mais demeure particulièrement influent localement. En 1995, ses membres avaient pu rassembler environ un million de citoyens lors d'une grande manifestation (filmée par le réalisateur Spike Lee) à Washington.

{SOURCES:
*https://www.noi.org/911revisited/
*http://www.finalcall.com/…/National_Ne…/article_103518.shtml
*https://fr.wikipedia.org/wiki/Nation_of_Islam
*https://youtu.be/gHHiYMOx_M8
*https://youtu.be/7RP4lJVYmgs}.

*SOUTENEZ L'INFO-PANAMZA ![ http://www.panamza.com/urgent-panamza-a-besoin-de-vous/]url: http://www.panamza.com/urgent-panamza-a-besoin-de-vous/*

Alter Info l'Information Alternative

Vers un coup d’Etat oligarchique en France ?

On s’achemine vers un événement pas très rassurant. Le système est devenu tyrannique et voudrait coffrer les gens qui ne lisent pas Le Monde. Le trio satanique OTAN-BCE-Bruxelles veut imposer son Macron comme hier son Juppé. Candidat du triangle magique Rothschild-Drahi-Soros, le vendeur d’Alstom est l’enclume rêvée où le marteau du capital mondialisé aplatira ce qui reste de France libre.
Vers un coup d’Etat oligarchique en France ?
La nouvelle caste cruelle qui se met en place sous le label d’européen ou de libéral-libertaire n’a plus peur des obstacles.

Guy Debord :

« Il faut conclure qu’une relève est imminente et inéluctable dans la caste cooptée qui gère la domination, et notamment dirige la protection de cette domination. En une telle matière, la nouveauté, bien sûr, ne sera jamais exposée sur la scène du spectacle. Elle apparaît seulement comme la foudre, qu’on ne reconnaît qu’à ses coups. Cette relève, qui va décisivement parachever l’œuvre des temps spectaculaires, s’opère discrètement, et quoique concernant des gens déjà installés tous dans la sphère même du pouvoir, conspirativement. Elle sélectionnera ceux qui y prendront part sur cette exigence principale : qu’ils sachent clairement de quels obstacles ils sont délivrés, et de quoi ils sont capables. »

Les obstacles dont on est délivrés, ce sont clairement les élections.

Il y a d’un côté le candidat de l’oligarchie. Celle-ci rétribue bien les traîtres et les sadiques qui organisent la division, l’invasion et la guerre pour tous - sauf pour la bourse et pour l’élite. Voyez Rasmussen (Otan) ou Barroso (Bruxelles) qui ont fini à deux millions de dollars par an chez Goldman Sachs. Ces sommes d’ailleurs sont des gouttes d’eau dans l’océan de dettes et de liquidités. Le reptilien Draghi vient de Goldman Sachs comme on sait ; après avoir ruiné son pays l’Italie, Mario se prépare à anéantir l’épargne européenne.

De l’autre côté, il y a la candidature populaire. Le candidat populiste est celui insulté qui plaît au peuple : Poutine en Russie, Trump en Amérique, Marine ou Fillon en France. Fillon a déplu parce qu’il incarne un légitimisme paisible façon Charles X, la russophilie abhorrée, une réalité familiale (cinq enfants - les couples fantômes les excitent plus) et un catholicisme qui les rend fous, à gauche comme à Bruxelles. Marine incarne ce que l’on sait, une rage vieille de trente ans, et on se doute que la conjugaison de ces deux forces destinées à se battre pourrait dynamiter cet affreux système orwellien de guerre eurasienne et de terreur médiatique. Si seulement on pouvait avoir droit à un ticket comme on dit en Amérique Fillon-Marine !

Guy Debord ajoutait (nous étions en 1988, en plein triomphe du mitterrandisme et de son obscène culte idolâtrique) :

« À ce résultat, on mesurera, plutôt que le bonheur général, la force redoutable des réseaux de la tyrannie. Jamais censure n’a été plus parfaite. Jamais l’opinion de ceux à qui l’on fait croire encore, dans quelques pays, qu’ils sont restés des citoyens libres, n’a été moins autorisée à se faire connaître, chaque fois qu’il s’agit d’un choix qui affectera leur vie réelle. Jamais il n’a été permis de leur mentir avec une si parfaite absence de conséquence. Le spectateur est seulement censé ignorer tout, ne mériter rien. »

Justement on ne peut plus mentir. Plein de gens qui n’avaient pas accès à une information dégagée des ordres et contraintes de la caste dirigeante ont pu, grâce à Internet, se faire une idée plus nette de ceux qui la dirigent, et voter pour Donald Trump - quelle que soit sa maladresse, mais ce n’est pas la question, puisqu’ils veulent toujours lui faire la peau.

Le temps heureux de la désinformation facile est terminé, malgré les orientations de Google et Facebook.

Notre théorie de la vérification peut enfin calculer leur pratique de la conspiration. Aujourd’hui on peut apprendre et cela les rends fous. L’Otan organise sa chasse aux sorcières et se retrouve en guerre contre ceux qui s’informent au lieu de bêler méchamment. Le renforcement de l’Otan montre le tournant fasciste européen, la volonté de cette oligarchie de se défendre même militairement contre la protestation. Son utilisation est aussi intérieure qu’antirusse.

En attendant, préparez-vous à des heures chaudes. La France de souche et bien élevée, comme dit la journaliste chrétienne Gabrielle Cluzel, n’était plus habituée à trop bouger. Elle se laissait marcher sur les pieds - et demandait pardon encore !

Par contre la France des banques et des voyous (Chatelet), des discothèques et des bureaucrates, des nuits debout et des attentats rentables, est devenue folle et violente, et ne veut plus reculer. Voyez ce qui s’est passé en Ukraine. La violence, la mort, la guerre, le début de la guerre mondiale avec le coup d’Etat de la place Maidan filmé par les drones de CNN. Ne croyez pas que cela ne vous arrivera pas. Après le ricanement, ils essaieront la tuerie.

Quant à ce système je lui conseille de se tempérer. Il s’en prend en ce moment à trop de gens à la fois.


Alter Info l'Information Alternative

VOTRE VOITURE CONTRÔLÉE À DISTANCE PAR DES SERVICES SECRETS ? LA « THÉORIE DU COMPLOT » ÉTAIT JUSTE.

VOTRE VOITURE CONTRÔLÉE À DISTANCE PAR DES SERVICES SECRETS ? LA
Mauvaise journée pour les chasseurs de conspirationnistes et leurs idiots utiles dans les sphères associatives, médiatiques, universitaires et scolaires.

Longtemps considérée comme une hypothèse farfelue, la théorie selon laquelle des agences de renseignement puissent vouloir pirater et secrètement contrôler à distance des véhicules de particuliers est aujourd'hui confirmée par Wikileaks.

Fondée par Julian Assange, l'organisation spécialisée dans la divulgation de documents confidentiels a publié ce mardi 7 mars (à 14h, heure française) la première partie de notes issues de la CIA.

Un document interne d'octobre 2014 révèle ainsi que la CIA, de plus en plus investie dans le hacking, travaillait alors à la mise en place d'une méthode permettant de diriger "le système de contrôle des voitures et camions modernes" {https://wikileaks.org/ciav7p1/#ANALYSIS}.

Wikileaks précise d'ailleurs qu'une telle technique "permettrait à la CIA de commettre des assassinats pratiquement indétectables".

En outre, la CIA est également exposée par Wikileaks pour pratiquer son espionnage à travers le réceptacle répandu d'une simple télévision connectée.

Détail significatif à souligner : contrairement à la presse étrangère, les médias traditionnels de France n'ont toujours pas rapporté -plus de 2 heures après leur mise en ligne- cette fuite embarrassante pour la CIA.

Rappel : le 16 février, Panamza signalait que Le Monde, journal emblématique de la presse hexagonale (européen, atlantiste et sioniste), avait tenté d'étouffer le scandale -révélé par Wikileaks- de l'espionnage de la dernière campagne présidentielle française par la CIA {https://www.facebook.com/panhamza/photos/a.259863080821062.1073741827.258337060973664/797854157021949}.

*SOUTENEZ L'INFO-PANAMZA ! http://www.panamza.com/urgent-panamza-a-besoin-de-vous/*


Alter Info l'Information Alternative

Moment de vérité sur la télé italienne: l’ex-député européen Giuletto Chiesa se lâche et nous offre un épique moment de vérité télévisée…

Moment de vérité sur la télé italienne: l’ex-député européen Giuletto Chiesa se lâche et nous offre un épique moment de vérité télévisée…
Le journaliste et écrivain italien Giuletto Chiesa, ancien député européen et ancien membre de la commission européenne d’enquête sur les prisons secrètes de la CIA (qui confirma la présence des ces prisons secrètes en Pologne, en Lithuanie entre autre…) était invité de l’émission « La Gabbia » (La cage) sur une chaîne italienne le dimanche 11 janvier 2017.

Lors de cette émission, sur une chaîne et heure de grande écoute, il a argumenté et pointé vers les preuves de la création de l’EIIL/Daesh par les services occidentaux chapeautés par la CIA. Que Chiesa soit toujours invité dans les programmes télé de grande écoute est déjà exceptionnel en soi, mais il ne fut pas interrompu et les journalistes présents furent très timides dans leur rôle de cerbères du système et de filtre propagandiste. Il est très possible que les pressetitués italiens sentent le vent du boulet et commencent à tourner casaque sur un muselage de la vérité qui devient intenable… A quand une telle bouffée d’air pur sur les merdias franchouillards ?… Prochaine étape: expliquer que l’EIIL / Daesh est une opération Gladio 2.0 de l’OTAN sous l’égide de la CIA, MI6, Mossad, DGSE, MIT et avec le financement saudo-qatari (Exxon-Mobil, ARAMCO), le tout sur fond de guerre du gaz et des hydrocarbures…



Alter Info l'Information Alternative

Comment Big Brother a planté les graines de la révolution technologique

Cette semaine le magazine Wired a publié une étude sur Steve Jobs (Apple) faite par la ministère de la défense en 1988. Cette étude sur Jobs insiste sur son utilisation de la drogue LSD dans les années 1970 et de sa peur viscérale du chantage et d’être kidnappé à cause de sa fortune assez conséquente.
Comment Big Brother a planté les graines de la révolution technologique
Cette étude faisait partie d’une enquête d’accréditation à la confidentialité faite par le ministère lorsque Jobs était avec l’entreprise Pixar (NdT: oui, oui, celle des dessins animés…), enquête qui a juste été révélée cette année (NdT: en 2012 donc). Pourquoi précisément Steve Jobs avait besoin d’une accréditation de confidentialité défense n’a pas encore été révélé, mais que Jobs ait certainement eu des relations avec le ministère de la défense ne sera une surprise pour personne, encore moins pour ceux qui savent l’histoire étroite et intriquée entre l’armée américaine, l’appareil du renseignement des Etats-Unis et Silicon Valley.

Silicon Valley est née dans l’ère post seconde guerre mondiale lorsque le prévôt d’alors du Stanford College, Frederick Terman, proposa la création du Parc Industriel de Stanford, connu maintenant sous le nom de Stanford Research Park. Le terrain devait être loué à long terme à des entreprises de la haute technologie créées par des anciens (Alumni) élèves de Stanford.

Terman lui-même eut une histoire personnelle intéressante en tant qu’ingénieur radio et chercheur qui fut appelé par le gouvernement US à diriger le laboratoire top secret de recherche radio à l’université de Harvard pendant la seconde guerre mondiale. Là, Terman et ses chercheurs ont développé parmi les tous premiers équipements de signalisation et de transmission secrètes, incluant les détecteurs de radars, les brouilleurs de radars et les leurres en aluminium utilisés comme contre-mesures aux défenses anti-aériennes allemandes.

A son retour à Stanford après la guerre, Terman y amena son expérience et ses contacts militaires. Il commença à transformer la zone de la baie de San Francisco en une zone de recherche hi-tech affublée du sobriquet de “la vallée des micro-ondes”.

En 1951, William Shockley, un des co-inventeurs du transistor, installa le Shockley Semiconductor Laboratory in Mountain View, en Californie, aujourd’hui base de Google Inc. Bien qu’il ne fut pas un homme d’affaire fructueux, les transfuges de son entreprise fondèrent ce qui est devenu le cœur du système de la Silicon Valley et de ses entreprises, incluant Intel Corporation, National Semiconductor, et Advanced Micro Devices.

Alors que la Vallée des Micro-Ondes de Terman cédait doucement la place à la silicon Valley de Shockley, un eugéniste avoué, en faveur de la stérilisation des gens moins intelligents, ainsi changea aussi la nature de l’implication du gouvernement des Etats-Unis dans l’industrie de la haute-technologie. Plutôt que d’employer directement les entreprises tech pour produire la technologie, l’électronique de consommation serait régulée de manière croissante, elle serait dirigée, supervisée et infiltrée par des fonctionnaires du gouvernement, qui pourraient ensuite utiliser cette technologie comme le fondement d’une opération de renseignement mondiale, dirigée non pas sur les puissances militaires étrangères, mais sur la population mondiale dans son ensemble.

Bien que bon nombre de personnes soient maintenant au courant de l’origine de l’internet dans l’ARPANET, le premier réseau d’échange interconnecté au monde, financé par l’agence des projets en recherche avancée du ministère de la défense américaine et plus connue sous son acronyme de DARPA (pour Defense Advanced Research Projects Agency), peu sont au courant en fait du combien la technologie moderne a été financée originellement par ou créée par des clients du gouvernement des Etats-Unis, de son armée et de ses services de renseignement.

En 1958 la Mitre Corporation fut fondée employant des personnels de l’armée de l’air américaine, plus précisément de son projet de défense anti-aérienne, ceci continue jusqu’à aujourd’hui afin de fournir de nombreuses agences du gouvernement avec des systèmes d’ingénierie et d’informatique, ces agences incluent le ministère de la défense (Pentagone), le département (ministère) de la sécurité de la patrie (NdT: Department of Homeland Security, la Stasi yankee…), la Federal Aeronautic Administration (FAA) et l’Internal Revenue Service (NdT: IRS le fisc yankee, petite note intéressante à ce sujet: dans le film et la série télévisée très célèbres mettant en scène le fameux Eliott Ness, “Les Incorruptibles”, les agents représentés sont souvent confondus avec des agents du FBI, il s’agit en fait d’agents de l’IRS, Eliott Ness et ses collègues sont des inspecteurs du fisc yankee !…). Cette entreprise est actuellement présidée par un ancien directeur de la CIA, James Schlesinger.

En 1977, les Software Development Laboratories créèrent la première base de données Oracle sous contrat avec leur client de la CIA. En 25 ans, virtuellement toutes les entreprises du top 100 de Fortune Magazine dans le monde se sont basées sur la base de données d’Oracle pour gérer leurs informations.

Le programme du Global Positioning System ou GPS, qui fait maintenant partie de tout, des systèmes de navigation de nos véhicules aux apps de nos smartphones, fut créé par le Pentagone. Après le désastre du vol KAL 007, le système passa au civil incluant la gestion du trafic aérien.

Il y a plus important que ces interventions dans le secteur de l’informatique: la façon dont les mains du gouvernement américain dans le développement du matériel et des logiciels, ont été cachées derrière des paravents d’affaire. Ce système moderne de financement des startups clefs de la haute technologie a effectivement caché les relations très intimes qui continuent d’exister entre la Silicon Valley et le cœur de l’appareil du renseignement américain.

Comme nous l’avons dit l’an dernier, la firme In-Q-Tel fut créée en 1999 par la CIA en tant qu’entreprise de financement afin d’identifier et d’acquérir des technologies bonnes à utiliser par les services de la communauté du renseignement. Depuis lors, cette entreprise a investi dans un nombre varié d’entités technologiques orwelliennes invasives de la vie privée et qui seraient très intéressantes pour un gouvernement désirant devenir un Big Brother du XXIème siècle.

A peine différente d’In-Q-Tel sont les entreprises de financements qui ont financé entre autres les Paypal, Facebook et Google. L’ancien CEO d’IN-Q-Tel Gilman Louie fut dans le comité directeur de la National Venture Capital Association avec Jim Breyer, patron d’Accel Partners qui fournir les 12 millions de dollars de départ pour financer Facebook. Un autre investisseur dans Facebook fut Peter Thiel, un ancien co-fondateur de PayPal et un membre du comité directeur du groupe Bilderberg.

En 2000. Un article dans le journal the Independant annonça que la CIA recherchait à investir dans un moteur de recherche afin de gérer et d’analyser l’information en croissance perpétuelle du www. A la même époque, Sequoia Capital and Kleiner Perkins Caufield & Byers, deux agences de financement de la Silicon Valley ont investi 25 millions de dollars dans une toute nouvelle startup: Google Inc. Sequoia and Kleiner Perkins sont quasiment voisines de In-Q-Tel à Menlo Park et ont co-investi dans de nombreux projets. En 2006, l’ancien agent de la CIA Robert Steele a dit à Homeland Security Today que Google “a pris de l’argent et des directives pour des éléments de la communauté du renseignemnt américain, incluant l’ Office of Research and Development at the Central Intelligence Agency, In-Q-Tel et plus que probablement, la NSA et le DIA, renseignement militaire et le Commandement à la Sécurité.”

En 2005, In-Q-Tel a vendu plus de 5000 actions de Google qu’elle possédait. Il n’a jamais été clarifié le pourquoi et comment In-Q-Tel avait en sa possession ces actions de Google, mais ceci est supposé s’être produit lorsque Google a acheté Keyhole Inc, le développeur de logiciels qui est après devenu Google Earth. Le nom de l7entreprise, keyhole, est une référence pas très subtile à la classe Keyhole de satellites de reconnaissance (espions) que les agences de renseignement américaines ont utilisé pendant des décennies et qui produisaient une imageie en 3D et une analyse cartographique.

En 2010, des détails de la relation entre la NSA et Google commencèrent à émerger, mais jusqu’à aujourd’hui, tous les détails sont bloqués de la vue publique.

En 2011, Apple a introduit “Siri”, un assistant personnel virtuel intelligent dans sa nouvelle série d’innovation pour SmartPhone iPhone. Même à cette époque, certaines personnes reconnurent une ressemblance confinant au bizarre entre Siri et d’autres assistants personnels développés par le Pentagone dans le passé.

Que toutes ces connexions, actionnariats, régulations et infiltrations deviennent quelque chose de particulièrement dérangeant est indiscutable. Après tout, nous vivons maintenant dans une ère où pratiquement tous les foyers du monde occidental ont des engins aux capacité multiples concernant l’internet, où le monde se connecte en ligne au moyen de la téléphonie mobile et où la très vaste majorité du public est particulièrement heureuse d’utiliser Google, Facebook et autres services à la mode de recherche d’infos, de courriels, de connexion avec les amis et de partage des détails intimes de leurs vies personnelles. Ceci est le type d’information que tout dictateur du passé aurait rêvé d’avoir en sa possession, le type d’info lui disant à lui et ses services de contrôle, ce que les gens font, ce qu’ils pensent, où ils passent le plus clair de leur temps, avec qui, sur quoi dépensent-ils leur argent ? et tout cela en temps réel !…

Et maintenant, ces dernière révélations au sujet de Steve Jobs et de son “habilitation avec le Pentagone” sont passées au dessus de la tête des gens, car la vaste majorité a été conditionnée à vénérer ces nouveaux gourous hautes technologies du XXIème siècle représentant le “rêve américain”: des petits génies qui se sont emmêlés les pinceaux dans des fortunes sans précédents avec sans rien d’autre que leur cerveau. C’est ce qu’on nous fait croire, bien sûr en laissant toujours de côté les machinations qui sont ourdies derrière le rideau, impliquant le Pentagone, le DHS, la NSA, In-Q-Tel et autres agences qui sans faire de bruit ouvrent des portes et signent les chèques pour les quelques ceux choisis par l’industrie. Il faut voir si le public en général peut être amené à s’intéresser à ce problème ou s’il va continuer à partager ses données privées et détails intimes de la vie sans cligner des yeux sur Facebook ainsi que partager leurs pensées privées et intimes avec la Goggle Search bar…


~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

url de l’article original avec video:

https://www.corbettreport.com/how-big-brother-seeded-the-tech-revolution/

Alter Info l'Information Alternative

Le FN et l’UMP, capitalistes d’extrême droite et droite veulent le système biométrique, un marché à plusieurs milliards,risque de brevetage des gènes humains à l’horizon

Outre la pollution d'électrosmog que rajouterait le système biométrique (carte biométrique, permis biométrique) qui sera connecté par la suite aux autres objets connectés (compteurs intelligents, voitures intelligentes), le système biométrique permettra l'usurpation d'identité à grande échelles: les entreprises qui utilisent la biométrie en profitent pour breveter les gènes humains.
Le FN et l'UMP, capitalistes d'extrême droite et droite veulent le système biométrique, un marché à plusieurs milliards,risque de brevetage des gènes humains à l'horizon
2 gènes humains ont été piratés et brevetés et reproduits pour créer une vache clonée à partir de 2 gènes humains
http://www.20minutes.fr/sciences/739673-20110611-vache-clonee-produire-lait-maternel-humain

L'ADN humain devient un business http://www.linternaute.com/science/biologie/dossiers/06/0602-business-adn/genes-brevet.shtml

IBM entreprise américaine a lancé le programme de fichage biométrique en France
http://www.clusir-rha.fr/sites/default/files/upload/Lyon/SSI/ClusirGestionIdentites20051214.pdf

"IBM ET L’HOLOCAUSTE
L'alliance stratégique entre l'Allemagne nazie et la plus puissance multinationale américaine"
http://www.laffont.fr/site/ibm_et_l_holocauste_&100&9782221092767.html

«Marine Le Pen propose la création d’une carte vitale biométrique, adossée à la carte nationale d’identité»
https://www.placedelasante.fr/candidat/marine-le-pen/

La carte d'identité biométrique sera payante. le passeport biométrique beaucoup plus cher.
Bien sûr la facture n'est pas précisée.

http://www.zdnet.fr/actualites/la-future-carte-d-identite-biometrique-sera-payante-39217354.htm.zdnet.fr/actualites/la-future-carte-d-identite-biometrique-sera-payante-39217354.htm

Pas d'argent pas de nationalité ni de voir le monde!

Ah oui, les millionnaires et milliardaires ont des Golden Visa, donc ils n'ont pas besoin de passeport biométrique pour circuler librement dans l'espace Schengen
http://www.bradleyhackford.com/golden-visa-vivre-en-europe-pour-un-investisseur/

En fait la biométrie n'est réservé que pour le petit peuple.

«Sarkozy promet une carte vitale biométrique s'il est réélu»
http://www.lequotidiendumedecin.fr/actualites/article/2012/03/09/sarkozy-promet-une-carte-vitale-biometrique-sil-est-reelu_618081.lequotidiendumedecin.fr/actualites/article/2012/03/09/sarkozy-promet-une-carte-vitale-biometrique-sil-est-reelu_618081

Le système biométrique peut être hacké, il y aura toujours un hacker plus malin que les précédents qui trouvera une astuce pour déjouer le système:

Un iris numérique pour tromper les systèmes de sécurité
http://www.futura-sciences.com/tech/actualites/technologie-biometrie-iris-numerique-tromper-systemes-securite-40782/

Vos organes peuvent être clonés !
http://www.leparisien.fr/societe/un-pas-de-plus-vers-le-clonage-therapeutique-21-05-2005-2005967434.php

Un hacker a piraté, copié et reproduit les iris d'une personne pour se faire passer pour lui et duper le système biométrique. http://thehackernews.com/2015/03/iris-biometric-security-bypass.html

Il y a mille façon de pirater les empreintes digitales d'une personne et de les utiliser pour duper un système biométrique
https://www.ccc.de/en/updates/2014/ursel

Un nouveau outil biométrie a vu le jour c'est utiliser les ondes cérébrales émises une personne pour l'identifier
http://www.elishean.fr/les-ondes-cerebrales-futur-outil-biometrique/

Veut-on éliminer les électrosensibles de la société ? Où est la sécurité si la santé n'est plus là?

Une carte vitale ou carte d'identité qui émet des ondes à tout instant et vous pourrit votre santé et peut transmettre vos données biologiques à un hacker à distance qui peut les utiliser, les vendre à votre insu.

L'industrie biomédicale veut la carte vitale biométrique

Les brevets humains constituent un source de capital financière humain pour les industries biomédicales.

L'industrie biomédicale Myriad a connu un déficit par exemple quand un juge aux USA a annulé
temporairement 7 gènes humains qu'elle avait breveté en 2010.

« Le 29 mars 2010, le juge de district Robert W. Sweet a invalidé sept des brevets BRCA détenus par Myriad. La décision a choqué les partisans et les critiques, et Myriad a fait appel de la décision. Ce qui reste à voir, c'est de savoir si la décision d'annuler définitivement les brevets sur les 7 gènes humains de Myriad atteindra et survivra à une cour fédérale et deviendra ainsi un précédent pour abattre d'autres brevets génétiques humains détenus par des sociétés de biotechnologie. »

« En 1998, Myriad a breveté plusieurs gènes humains de la famille BRCA; Les mutations le long de ces gènes augmentent la sensibilité au cancer du sein et des ovaires. Les brevets ont conféré à Myriad des droits exclusifs sur les tests de diagnostic pour les mutations - tests qu'ils ont vendus pour plus de 3 000 $ chacun. »

Pendant des années, la logique de la purification et de l'isolement a tenu légalement comme une justification pour le brevet génétique humain - c'est ce qui a fait de l'affaire Myriad une telle décision historique.

Le brevetage des gènes humains fonctionne sur la logique selon laquelle si un déposant a «isolé et purifié» du matériel génétique, il constitue une invention de leur part - même si le brin est identique à la séquence d'ADN trouvée dans la nature. Les promoteurs du brevet génétique (c'est-à-dire, généralement, les sociétés ou leurs avocats en brevets) font valoir que la protection par brevet est essentielle pour conserver un fort investissement dans la recherche génétique, ce qui accélère les progrès sur le terrain. Il est vrai que les brevets sont importants pour la capacité de l'industrie biomédicale d'attirer des capitaux - le stock Myriad a pris un nez de plongée après la cour suprême abattu leurs brevets BRCA. »

source https://singularityhub.com/2010/08/11/who-owns-you-20-of-the-genes-in-your-body-are-patented-video/

Le Lobby pharmaceutique et l'industrie biomédicale veulent vos gènes sans avoir besoin de votre autorisation alors ils veulent rendre la carte vitale biométrique obligatoire et étendre également le système biométrique, afin de pouvoir acheter aussi les autres parties de vos gènes à tous les autres systèmes utilisant le système biométrique (carte d'identité biométrique, permis de conduire biométrique, etc.)

Citation :https://singularityhub.com/2010/08/11/who-owns-you-20-of-the-genes-in-your-body-are-patented-video/

« Alors, comment les gènes humains sont-ils brevetables en premier lieu? Certaines parties de votre corps ont été brevetées depuis plus d'un siècle. L'adrénaline a été brevetée en 1906; L'insuline a été brevetée en 1923. L'argument pour les brevets chimiques était essentiellement que les formes isolées et purifiées des molécules naturelles sont plus médicalement précieuses que les formes flottant dans votre circulation sanguine. Une logique comparable est ce qui permet à la FDA de proscrire DMT - un produit chimique également produit dans votre corps, mais qui agit comme un puissant hallucinogène dans sa forme concentrée.

Mais les brevets sur les gènes humains ont obtenu leur grand début en 1980 dans le cas de Diamond v. Chakrabarty. Un ingénieur de GE a développé une bactérie capable de briser du pétrole brut, et a déposé un brevet pour cela. Après une série de décisions et d'appels, l'affaire a débarqué à la Cour suprême. Le 16 juin 1980, le tribunal a statué en faveur de GE, et le premier organisme vivant a été breveté aux États-Unis. La distinction clé dans l'affaire Diamant était que la bactérie était fabriquée par l'homme et constituait donc une invention.

« L'ACLU mène une guerre juridique contre le brevetage des gènes, et certains progrès ont été

https://singularityhub.com/2010/08/11/who-owns-you-20-of-the-genes-in-your-body-are-patented-video/

Citation:
«La nouvelle étude révèle que plus de 4 000 gènes, soit 20% des presque 24 000 gènes humains, ont été revendiqués dans des brevets américains.

Parmi les gènes humains brevetés, environ 63 pour cent sont affectés à des entreprises privées et 28 pour cent sont affectés aux universités.

Le principal cessionnaire est Incyte, une société pharmaceutique de Palo Alto, en Californie, dont les brevets couvrent 2000 gènes humains.

Dans le système américain des brevets, l'ADN humain est traité comme d'autres produits chimiques naturels », a déclaré Fiona Murray, professeur de science et de technologie au Massachusetts Institute of Technology de Cambridge et co-auteur de l'étude.

"Les brevets sur les gènes humains donnent à leurs propriétaires des droits de propriété sur les séquences de gènes - par exemple lors d'un test diagnostique, comme un test pour l'efficacité d'un nouveau médicament, ou dans la production de protéines thérapeutiques", a déclaré Murray

Le projet du génome humain et l'introduction de techniques de séquençage rapide ont apporté un déluge de nouvelles informations génétiques et de nombreux nouveaux brevets.Pourtant, peu de recherches exhaustives ont été menées sur l'étendue du brevetage des gènes.

"Une séquence d'ADN humain isolée peut être brevetée de la même manière qu'un nouveau médicament, purifié à partir d'une plante, pourrait être breveté si un inventeur identifie une [nouvelle] application".

«Les chercheurs scientifiques peuvent breveter des gènes humains parce qu'ils sont des outils de recherche utiles dans les tests diagnostiques ou pour découvrir et produire de nouveaux médicaments.»

Source http://news.nationalgeographic.com/news/2005/10/1013_051013_gene_patent.html

Les lobbys pharmaceutiques qui veulent créer des médicaments à partir de gènes humains mettent en avant Sarkozy et Marine Lepen sur leurs sites en disant que tous deux ont accepté la carte vitale biométrique 

"Demandons-nous à quoi ressemble un monde dans lequel, quotidiennement, il faut soumettre une partie de son corps à des bornes informatiques pour aller travailler et manger.

Demandons-nous si la transformation des rapports humains en transactions techniques n’est pas en train de faire de notre société un véritable no man’s land  : un univers totalement inhumain et anxiogène. Demandons-nous si les fonds publics engloutis dans la biométrie ne vont pas, au contraire, encore renforcer la misère sociale.http://collectif.croac.free.fr/download/Proces_biometrie.pdf

« Carte biométrique, vitale pour la fraude ou pour les entreprises privées?

La biométrie une histoire de fric:

"Derrière la carte biométrique, il y a donc d’importants intérêts économiques en jeu. D’ailleurs, selon Owni, 14 représentants du Gixel, le lobby du secteur, ont été auditionnés au Sénat dans le cadre de cette proposition de loi. Le marché de la biométrie est en pleine expansion. Selon l'International Biometric Group, le marché mondial devrait passer de 3,4 milliards de dollars en 2009 à 9,4 milliards en 2014.
Parmi les principaux leaders français, il y a d'abord Morpho, filiale du groupe Safran et n°1 mondial. L’entreprise a remporté en 2010 un marché de 1,5 milliards de dollars pour collecter les empreintes digitales et scans de l’iris de l’œil de la population indienne. Manque de chance, le projet a été arrêté en décembre dernier. 
 
Il y a aussi Thalès qui revendique avoir délivré plus de 250 millions de titres d’identité dans plus de 25 pays. En 2008, l’entreprise a remporté le marché anglais pour la mise en place d’une carte d’identité biométrique. Re-manque de chance, en 2010, le nouveau gouvernement conservateur a annulé le projet au nom de la défense des libertés publiques. On peut aussi citer Gemalto, fabricant de la Carte vitale, ou ST Microelectronics.
 
Le lancement de la carte d’identité biométrique devrait donc ravir le secteur. Un appel d’offres devrait être lancé fin mars. Un nouveau marché d'autant plus salutaire que l’industrie de la biométrie a déjà un contentieux avec la France. En octobre 2005, le ministère de l’Intérieur, dirigé par un certain Nicolas Sarkozy, décide d’attribuer la fabrication des nouveaux passeports électroniques à Oberthur, à l’époque poids lourd français du secteur. Le groupe a vendu en novembre dernier son activité cartes à puce au fonds américain Advent international pour 1,15 milliards d’euros.
Le problème est qu’en France, c’est l’Imprimerie nationale, entreprise publique, qui a le monopole de la fabrication des pièces d’identité, elle peut en sous-traiter la conception de la puce au privé mais elle doit garder la mainmise sur le processus. Un principe fixé par une loi de 1993 signée par … Nicolas Sarkozy alors ministre du Budget.
 
En avril 2006, le Conseil d’Etat annule le marché et Oberthur s'est retrouvé floué. Le ministère de l’Intérieur lui aurait alors versé 3,2 millions d’euros en guise de dédommagement (l’entreprise en demandait 11). Comme par hasard, en juillet de la même année, plusieurs députés UMP ont signé une proposition de loi mettant fin au monopole de l’Imprimerie nationale. Parmi ces députés, Pierre Méhaignerie, maire de Vitré… où se trouvait une usine de cartes à puces Oberthur, avant son rachat par Advent. La droite sait donc se soucier de sécurité. Enfin, de celle des actionnaires surtout. »
http://www.marianne.net/Carte-biometrique-vitale-pour-la-fraude-ou-pour-les-entreprises-privees_a216200.html

La biométrie signera la fin définitive des droits de l'homme:

Un pro de la biométrie avoue lui-même que le but de la biométrie c'est d'abolir le droit total des citoyens à la vie privée :
« Pour vous la biométrie va-t-elle au delà du simple contrôle d'accès ?
Oui. La biométrie, qui n'était au départ qu'un moyen pour vérifier une identité, va s’ouvrir sur bien d'autres utilisations. En liant cette technique aux objets connectés, elle va permettre de connaître les gens d'une façon inédite. Le suivi va se confondre avec le corps et cela va conduire à une traçabilité plus poussée des individus. Le sens de la biométrie va évoluer et permettre l'établissement en temps réel d'une identité connectée, d'un ADN numérique à partir duquel on pourra vous "reconstituer" dans les moindres détails.

La biométrie irait de pair avec les objets connectés ?

Bien sûr, la biométrie et les objets connectés vont devenir indissociables. Concrètement, la biométrie va assurer que les objets connectés sont bien liés à la bonne personne, que la collecte des données est pertinente. Cela existe déjà. On trouve par exemple Nymi qui utilise votre rythme cardiaque unique pour vous identifier avec certitude. Ces objets sont en passe de devenir des sésames indispensables dans les "Smart cities" de demain.
Voyez-vous la biométrie comme un garant ou une menace pour la vie privée ?

Les objets connectés biométriques manipulent des données liées au corps comme jamais auparavant. Dans le "cloud" et derrière une serrure biométrique se retrouveront des données sur notre activité physique, l'évolution de notre rythme cardiaque, nos déplacements mais aussi pourquoi pas, notre poids ou notre taux de sucre.

Une masse de données, un "big data" personnel dont la récolte, inédite, nous échappe. Au départ, la biométrie promet de sécuriser d’avantage cet espace personnel foisonnant, notre identité numérique. On peut donc dire qu’elle participe bien à la préservation de la vie privée. Mais on se retrouve aussi à mettre en ligne des pans entiers de notre vie biologique... »

Read more at https://www.newstoprotect.axa/#x3LYiGmDoOJscfzi.99

"Des policiers britanniques détournent les fichiers à des fins personnelles'
http://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/07/06/des-policiers-britanniques-detournent-les-fichiers-a-des-fins-personnelles_4965049_4408996.html

Le système biométrique sert à contrer l'opposition anti-nucléaire

« Le procès de deux opposants au projet Cigéo d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure (Meuse), poursuivis pour avoir refusé des prélèvements ADN, s’est ouvert mardi au tribunal correctionnel de Bar-le-Duc en présence de plusieurs dizaines de militants anti-nucléaire venus les soutenir. .
« Ce fichage génétique pose d’énormes problèmes au niveau légal, il permet de connaître bien plus d’éléments que nécessaire. Il n’y aucune charge contre eux, on veut les faire rentrer de force dans le fichage, c’est une façon de réprimer les militants« , a estimé leur avocat, Me Etienne
[»http://savoie-antinucleaire.fr/2016/09/07/dechets-radioactifs-deux-anti-cigeo-juges-pour-avoir-refuse-un-prelevement-adn/]url:»http://savoie-antinucleaire.fr/2016/09/07/dechets-radioactifs-deux-anti-cigeo-juges-pour-avoir-refuse-un-prelevement-adn/

Et quelques mois après cette affaire, où les militants anti-nucléaires ont reçu un soutien pour s'être opposé au fichage de leur ADN, voilà qu'une loi rend légitime le fichage génétique de toute la population via le fichage biométrique.

les Nazis auraient utilisé le système biométrique pour faire le tri etnique.

Tout ce qui est fichage ADN ou biométrique est fichage ethnique par définition.

CITU : Non au système d’empreinte biométrique, a déclaré Suraj Ray

Selon lui, cette « histoire d’empreintes » n’est « qu’un moyen de commercialisation ».
Une lettre a été envoyée dans ce sens à Shakeel Mohamed, ministre du Travail. Suraj Ray y exprime les conséquences de l’aboutissement d’un tel projet. « Un employé devrait avoir le droit de préserver des informations sur son identité. On ne peut pas lui demander ses empreintes digitales sans qu’il sache où seront envoyées ses empreintes. » Et d’ajouter que, dans cette situation précise, « il ne peut pas y avoir de Data Protection Act et d’Equal Opportunity Act sans une Freedom Opportunity Act » visant à protéger l’employé.

A la suite de l’annonce du gouvernement concernant l’amendement de la loi sur l’utilisation de systèmes biométriques digitals (prises d’empreintes) sur les lieux de travail, le CITU a réagi pour montrer son mécontentement face à cette décision ministérielle. Selon Suraj Ray, cette pratique serait « inappropriée » du fait de la section 22.1 de la Data Protection Act », en ajoutant : « Cela pourrait être dangereux .Selon lui, cette « histoire d’empreintes » n’est « qu’un moyen de commercialisation ». Et d’ajouter que, dans cette situation précise, « il ne peut pas y avoir de Data Protection Act et d’Equal Opportunity Act sans une Freedom Opportunity Act » visant à protéger l’employé.

Concernant le Decent Work Country Programme (2010-2014), signé en novembre dernier, le syndicaliste se demande quand le ministre mettra en place son comité tripartite pour implémenter ce programme. Il lance un appel au ministère du Travail pour qu’il prenne en considération leur requête au plus vite afin que les négociations aboutissent rapidement. Il a aussi ajouté que le Shift Work n’ayant pas été promulgué, l’exercice devait se faire « dès que possible » pour éviter de « froisser les petits fonctionnaires ».
http://www.lemauricien.com/article/citu-non-au-systeme-d-empreinte-biometrique-declare-suraj-ray

La biométrie toujours une histoire de fric:

« La France « a aujourd’hui pris un retard considérable. Les entreprises françaises sont en pointe mais elles ne vendent rien en France, ce qui les pénalise à l’exportation par rapport aux concurrents américains », déplore Jean-René Lecerf, sénateur UMP du Nord, qui a déposé la proposition de loi biométrique au Sénat.
http://www.bastamag.net/La-future-carte-d-identite

Bon là c'est clair, la biométrie n'a rien à avoir avec la sécurité, c'est juste pour rapporter de la tune aux entreprises biométriques françaises !

Les risques totalitaires d’une carte d'identité biométrique:

« Une carte d’identité, ce n’est pas un moyen de paiement ! Cette confusion des genres est intolérable ». Jean-Claude Vitran, de la Ligue des droits de l’homme (LDH), est très remonté contre le projet de nouvelle carte d’identité biométrique. « Nous nous battrons jusqu’au bout, avec un recours auprès du Conseil d’État, et auprès de la Cour européenne des droits de l’homme », prévient-il

Cette carte contiendra une puce « régalienne », avec les données d’identité et les données biométriques (état civil, adresse, taille et couleur des yeux, empreintes digitales, photographie). Et une puce optionnelle, « commerciale », permettant de réaliser des signatures électroniques sur Internet, grâce à un petit boîtier relié à un ordinateur.

Suivre les citoyens à la trace ?

Une option qui présente de nombreux risques, souligne la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) [1]. De telles fonctions électroniques appellent « des garanties particulières » car, mal utilisées, elles pourraient permettre de suivre le comportement des citoyens, ce qu’ils achètent, là où ils voyagent. Avec la possibilité d’exploiter des informations sur les transactions privées effectuées.
« Mettre les deux puces – régalienne et commerciale – sur la carte d’identité comporte un danger plus grave : celui de rendre possible un traçage des individus, dont nous avons un aperçu avec le passe Navigo.

Le député craint un tel traçage sur Internet, cette deuxième puce étant gérée par le ministère de l’Intérieur… « Avez-vous besoin, en qualité de ministre de l’Intérieur, de connaître les habitudes d’achat et de consommation ou les allées et venues de millions de citoyens ? Nous sommes là dans un monde tel que décrit par Orwell dans 1984 », dénonce Serge Blisko. Réponse de Christian Vanneste, député UMP : « Cela n’a rien à voir avec Orwell ! L’informatique n’existait pas à l’époque ! »

Piratages possibles

Autre sujet de controverse : la carte d’identité sera équipée de puces RFID [3], actuellement utilisées pour les passeports biométriques. Ce sont des puces pouvant être lues par des lecteurs « sans contact », comme le passe Navigo de la RATP.

Problème, relève Jean-Claude Vitran, de la LDH : « N’importe qui possédant un lecteur de puces RFID pourra capter les données de la carte, sans contact. » Le passe Navigo, par exemple, peut être lu à 40 centimètres.

« Avec les nouvelles générations de puces RFID, on peut lire les données à plusieurs dizaines de mètres. Il est possible ensuite de fabriquer une fausse carte avec les données collectées. » La nouvelle carte d’identité n’empêchera donc pas les usurpations d’identité. « Avec 90 euros, on peut fabriquer un lecteur, explique le militant de la LDH. Aux États-Unis, des gens ont cloné des puces, dans les aéroports, pour montrer à l’administration les failles du système RFID. »

Les leaders mondiaux des technologies de la carte à puce et des titres d’identité biométriques sont français : Morpho, ex-Sagem Sécurité, filiale du groupe Safran, qui fabrique le passeport biométrique français, revendique « 130 références mondiales de solutions d’identités biométriques, couvrant 70 pays ».

« Comment ignorer (…) que le passage au biométrique est une formidable opportunité de créer un marché lucratif pour les quelques entreprises spécialisées dans ce domaine ? », questionne la sénatrice communiste Éliane Assassi, lors d’une session du Sénat.

« Il y a derrière cette loi une énorme campagne de lobbying de la part du groupement professionnel des industries de composants et de systèmes électroniques (Gixel), et en particulier de Morpho », explique de son côté Jean-Marc Manach, journaliste d’Owni.fr.

le Royaume-Uni, qui avait signé avec Thalès en 2008 un contrat pour la création des cartes d’identité biométriques, pour un montant de 23 millions d’euros, a changé d’avis. En 2010, le nouveau gouvernement britannique a abandonné le projet de carte d’identité biométrique et de fichage systématique. Le gouvernement néerlandais a également annoncé qu’il renonçait au stockage d’empreintes digitales et allait détruire les fichiers existants.

En Israël, un registre national comportant les données personnelles de 9 millions d’habitants a circulé pendant deux ans sur Internet, après avoir été volé par un employé du gouvernement.

En Algérie, la réalisation du passeport biométrique suscite de nombreuses questions, notamment sur la pertinence de confier la réalisation d’un fichier biométrique – et donc hautement sensible – à une entreprise étrangère, Oberthur.

En Inde, certaines entreprises qui collectent les données biométriques vendraient ces renseignements à des fins de ciblage marketing. Autant de revers et dérives qui pourraient pénaliser le secteur.

http://www.bastamag.net/La-future-carte-d-identite


Alter Info l'Information Alternative

Comment les banquiers occidentaux préparent votre liquidation

Il semble risqué d’avoir le moral en ce début d’année 2017. Une partie de l’Europe – l’Allemagne hébétée et les pays nordiques – veut détruire la Russie et pour cela utilise l’Otan à la dérive, tenue en laisse par les restes de l’Etat profond américain, Etat profond américain qui est à deux doigts de liquider Donald Trump pour garder le pouvoir.
Comment les banquiers occidentaux préparent votre liquidation
Trump est bien brouillon pour le moment.

On ne peut que souhaiter que Donald Trump liquide l'Otan, mais sera-ce possible? Et que fera une Europe vieillie et bien débile? Une armée internationale pour faire venir plus de réfugiés et envahir la sainte Russie, obsession numéro un de la gourde Merkel, des agents baltes et des humanitaires scandinaves?

On croit rêver…

L'effondrement financier non plus ne fait aucun doute mais on sent qu'il sera provoqué pour en finir avec le populisme et avec les peuples — comme ces pseudo-guerres mondiales, guerres cabalistiques conçues et agencées par les oligarchies anglo-saxonnes et leurs marionnettistes finalement.

La cible indienne avec une population martyrisée par un pouvoir fou et sacripant nous montre ce qui va nous arriver: la privation d'argent, qui là-bas se marque par une explosion du chômage et une vie encore plus cauchemardesque pour la partie la plus pauvre de la population, soit quelques centaines de millions de personnes.

L'Inde est le laboratoire du cauchemar à venir.

Dans un bel article de Norbert Haering traduit par nos amis de lesakerfrancophone.fr, on lit ceci:

Le président américain Barack Obama a déclaré que le partenariat stratégique avec l'Inde était une priorité de sa politique étrangère. La Chine doit être maîtrisée. Dans le cadre de ce partenariat, l'agence américaine de développement USAID a négocié des accords de coopération avec le ministère indien des Finances. L'un d'eux a pour objectif déclaré de repousser l'utilisation de l'argent liquide en faveur des paiements numériques, en Inde mais aussi dans le monde entier.

Barack Obama sera clairement le leader le plus fasciste des Etats-Unis, nous prévenait Webster Tarpley.

Le projet va plus loin; car on va implanter quelque chose aux pauvres en Inde.

Le directeur de projets de Catalyst est Alok Gupta, qui occupait le poste de chef d'exploitation du World Resources Institute à Washington, dont l'USAID est l'un des principaux commanditaires. Il était également un membre original de l'équipe qui a développé Aadhaar, le système d'identification biométrique à la Big Brother.

Les banques mondiales s'initient au techno-fascisme, au cyber-nazisme, et on se rapproche ici du texte de l'Apocalypse de Saint-Jean (XIII, 16-17):

Et elle fait qu'a tous, petits et grands, et riches et pauvres, et libres et esclaves, on leur donne une marque sur leur main droite ou sur leur front; et que personne ne peut acheter ou vendre, sinon celui qui a la marque, le nom de la bête, ou le nombre de son nom.

Haering s'explique sur le responsable de cet exercice:

Le partenariat pour préparer l'interdiction temporaire de la plupart des liquidités en Inde coïncide approximativement avec le mandat de Raghuram Rajan à la tête de la Banque centrale indienne…Raghuram Rajan a de nombreuses raisons de s'attendre à grimper aux échelons les plus élevés de la finance internationale et donc de bonnes raisons de jouer le jeu de Washington. Il était déjà président de l'American Finance Association et récipiendaire inaugural du prix Fisher-Black en recherche financière. Il a remporté les prix généreusement dotés d'Infosys pour la recherche économique et de la Deutsche Bank pour l'économie financière ainsi que le prix Financial Times / Goldman Sachs pour le meilleur livre d'économie

C'est cet agent US qui affame son pays. On peut le récompenser en le mettant au FMI d'après Haering:

Il est considéré comme un successeur possible de Christine Lagarde à la barre du FMI, mais peut certainement aussi s'attendre à être considéré pour d'autres emplois de premier plan dans la finance internationale.

Attendez-vous à en subir autant. La crise américaine masquée a normalement attendu son Trump pour se dévoiler, et on ignore comment ce dernier tiendra. Trump arrive en tout cas à point nommé pour incriminer les populismes, sport favori des oligarques de Davos (la Montagne magique de Thomas Mann), qui fêtent le triomphe de leur politique: les huit les plus riches (les noms d'oiseaux Zuckerberg, Bezos, Bloomberg, Ellison, Gates, etc.) sont plus riches que les quatre milliards les plus pauvres. On peut ajouter Omidyar, patron d'EBay, issu d'une famille proche de la CIA sous la dictature du shah d'Iran qui tire aussi les ficelles dans ce jeu sadique de la démonétisation.

La domination américaine-apocalyptique est la clé de ce contrôle planétaire du cash (il en sera de même de l'or, quand on vous ordonnera de le remettre à un certain prix):

Chaque banque internationalement active peut être soumise au chantage par le gouvernement des États-Unis afin qu'elle suive leurs ordres, puisque la révocation de sa licence pour faire des affaires aux États-Unis ou en dollar équivaut essentiellement à les mettre en faillite. Il suffit de penser à la Deutsche Bank, qui a dû négocier avec le Trésor américain pendant des mois entre payer une amende de 14 milliards de dollars et très probablement faire faillite, ou s'en tirer avec sept milliards et survivre. Si vous avez le pouvoir de mettre en faillite les plus grandes banques même des grands pays, vous avez aussi le pouvoir sur leurs gouvernements. Ce pouvoir par la domination sur le système financier et les données associées est déjà là. Moins il y a de liquide, plus ce pouvoir est important et sécurisé, car l'utilisation d'espèces est un moyen important de se soustraire à ce pouvoir.

Où veulent-ils aboutir? A une liquidation-mise au pas (on vivrait comme des zombies, avec un peu de monnaie numérique)? Ou à notre liquidation-extermination? J'avais recensé dans mon livre sur Internet (il va reparaître), traduit et commenté surtout en Amérique du Sud, la logique eschatologique de tout cela, bien décrite dans des essais futuristes: 70 millions de survivants après une apocalypse subtile, qui permettrait aux oligarques de se mettre à l'abri dans des haciendas, le tout servis par des robots.

Un peu trop de parano? Un peu trop de théorie de la conspiration? Mais c'est vous qui annoncez que les hackers russes tiennent le système électoral US! Allez en Inde et faites la queue pour voir. Rappelez-vous que la dictature des oligarques avait coûté dix millions de vies sous Eltsine. Ce n'est pas pour rien que l'ouest hait Vladimir Poutine, qui fit revivre son pays.

Clint Eastwood expliqua que dans la vie il y a ceux qui creusent et ceux qui tiennent le pistolet. Il y a surtout ceux qui impriment les billets, ceux qui maintenant ne veulent plus faire bonne impression.

Et puis il y a nous. Gare à nous. Car nos élites considèrent, disait déjà Debord, qu'elles n'ont été que trop patientes jusque-là.

Alter Info l'Information Alternative

L’establishment cherche à voler à Trump la présidence, avec l’appui de la gauche libérale

Un rapport de l’agence Reuters nous informe que 2700 soldats américains accompagnés de tanks traversent actuellement la Pologne en direction de la frontière russe. « Le but principal de cette mission est la dissuasion et la prévention des menaces » a déclaré le colonel Christopher Norrie, commandant de la 3e Armoured Brigade Combat Team. Il semblerait que ce colonel ne soit pas assez futé pour réaliser que, loin de prévenir les menaces, la force qu’il dirige constitue elle même une menace. Adressée – excusez du peu – à cette grande puissance militaire qu’est la Russie !
L’establishment cherche à voler à Trump la présidence, avec l’appui de la gauche libérale
Qu’en est-il de cette minuscule force ? Serait-elle cent fois, voire mille fois plus importante, elle ne constituerait même pas une menace pour la Russie. Souvenons-nous que lorsque Hitler a envahi la Russie d’un Staline pris au dépourvu, il disposait de l’armée la plus importante et la mieux aguerrie que l’humanité n’ait jamais connue de toute son histoire militaire. La force armée déployée pour cette invasion comprenait 3 800 000 soldats, 600 000 véhicules motorisés, 3350 tanks, 7 200 pièces d’artillerie et 2 770 avions. Mais de cette grandiose armée, l’Armée Rouge n’en a fait qu’une bouchée, et ce malgré toutes les purges endurées du fait de Staline par le corps de ses officiers. Et elle a gagné la guerre contre l’Allemagne.

Comparée à la Russie de Staline, celle de Poutine est préparée. L’OTAN n’est pas en capacité de rassembler une force armée assez conséquente pour envahir la Russie. Alors pourquoi ce déploiement de 2 700 soldats américains en Pologne dirigé contre la Russie ?

L’objectif est d’alimenter la propagande occidentale selon laquelle la Russie représente bien une menace, et d’empêcher Trump par tous les moyens possibles de mormaliser ses relations avec ce pays. Il est tout de même extraordinaire que l’armée américaine se livre à cette provocation en complète contradiction avec la politique du président élu.

Le plus anti-démocratiquement du monde, les militaires, la CIA et les médias qui les soutiennent continuent de mettre en œuvre leur propre agenda en se moquant du programme du président élu. Selon le journal israélien Haaretz des officiers de l’US Intelligence (Service Secret américain) ont même demandé au gouvernement israélien de ne pas communiquer ses renseignements à l’Administration Trump. Raison invoquée : les « moyens de pression » dont Poutine disposerait vis-à-vis de Trump pourraient amener ce dernier à communiquer des données à la Russie et à l’Iran.

Nous voyons donc ce lobby militaro-sécuritaire en train de saboter la politique de Trump. Des accusations répétées ont obligé Trump à évoquer la possibilité d’une implication de la Russie dans des actes de piratage informatique qui n’ont jamais été perpétrés, que ce soit par la Russie ou par quiconque. Pour être admis dans ses fonctions, Tillerson, le Secrétaire d’Etat nommé par Trump, doit déclarer que la Russie est une menace au cours de son audience de confirmation. Mattis, nommé par Trump au Ministère de la Défense se voit, lui aussi, contraint de déclarer dans son audience de confirmation que l’Amérique doit se préparer à une confrontation armée avec la Russie, et d’ajouter qu’il y a peu de secteurs dans lesquels il est possible de coopérer avec la Russie dont les intentions de disloquer l’OTAN sont d’après lui évidentes.

Nous pourrions considérer que Trump a lâché cette déclaration en guise d’os à ronger, pour que la CIA s’en contente et lui cesse de le harceler; et que Tillerson et Mattis ont fait ces déclarations à seule fin d’être confirmés dans leurs fonctions. Mais ces déclarations émanant de l’exécutif de Trump sont utilisées pour appuyer l’idée que tout le monde – à l’exception de Trump, et y compris son propre gouvernement – a conscience que la Russie est une menace. L’image de la Russie que l’Administration d’Obama s’est évertuée à créer à travers sa propagande, voit son éclat réhaussé du fait qu’elle a été avalisée par l’exécutif de Trump. Que les déclarations de Tillerson et Mattis aient été ou non délibérées, le Congrès américain, inféodé aux donations de campagne émanant du lobby militaro-sécuritaire, est clairement déterminé à considérer la Russie comme une menace.

Au vu de tout cela, les Russes devraient rapidement renoncer à leurs espoirs de relations normalisées. L’élite dirigeante américaine fait tout pour saper ces espoirs et alimenter la méfiance envers le gouvernement russe, faisant ainsi obstacle, à l’intérieur même de la Russie, au programme de Trump en faveur d’une détente entre les deux pays. Quelle illustration plus flagrante de la malfaisance de cette élite, prête à risquer d’attiser le conflit avec la Russie pour préserver son hégémonie et ses profits !

Où est passé la conscience morale de la gauche libérale ? Pourquoi aide-t-elle le lobby militaro-sécuritaire à délégitimer Trump et à le mettre dans l’impossibilité de réaliser son programme, continuant ainsi à faire planer le risque d’une guerre nucléaire ?

Paul Craig Roberts | 13 janvier 2017

Le Docteur Paul Craig Roberts a été secrétaire adjoint au Trésor pour la politique économique et rédacteur associé au Wall Street Journal. Il a été chroniqueur pour Business Week, Scripps Howard Service, et Creators Syndicate. Il a également exercé de nombreuses fonctions universitaires. Ses articles diffusés sur Internet ont une audience internationale. Ses derniers ouvrages s’intitulent The Failure of Laissez Faire Capitalism and Economic Dissolution of the West, How America Was Lost, et The Neoconservative Threat to World Order.

Original: Paul Craig Roberts

Traduit par Sylvie Jolivet pour Arrêt sur Info

Alter Info l'Information Alternative

13/01/2017 — Algérie, Un réseau d’espionnage au profit d’Israël démantelé à Ghardaia :

LE MOSSAD DEJA PRESENT A CONSTANTINE EN 1956 POUR SEMER LA HAINE ENTRE MUSULMANS ET JUIFS :
 13/01/2017 -- Algérie, Un réseau d’espionnage au profit d’Israël démantelé à Ghardaia :
Article publié par MAARIV (Journal Israélien) en 2005 :
Comment le Mossad a armé des juifs de Constantine en 1956
« Maariv » révèle comment, durant la guerre d’Algérie, une cellule du Mossad a armé et entraîné des juifs de Constantine pour se défendre contre des actions "terroristes" du FLN.
Le reportage parle de deux anciens agents, Avraham Barzilaï et Shlomo Havilio, en poste à Constantine et à Paris durant la guerre d’Algérie.
« Avraham Barzilaï est arrivé à Constantine en janvier 1956, après avoir servi dans l’unité 131 des services de renseignement de Tsahal et avoir entraîné, dans ce cadre, les jeunes juifs égyptiens qui furent impliqués ensuite dans la « sale affaire » [ndlr : Il s’agit d’un ratage des services secrets israéliens au Caire].
Barzilaï, 29 ans à l’époque, est envoyé par le Mossad, avec sa femme, à Constantine. Sa « couverture » est un poste d’enseignant de l’hébreu. En mai 56, il a déjà mis sur pied des cellules de juifs constantinois armés qui ont pour mission de défendre la communauté juive locale.
Le 12 mai 56, jour de la fin du Ramadan, Barzilaï a le pressentiment que des "terroristes" du FLN vont commettre un attentat. Il donne donc l’ordre aux membres de sa cellule de s’armer de pistolets et de patrouiller rue de France, l’artère principale du quartier juif de Constantine.
A midi, une très forte explosion secoue la rue : un Arabe a jeté une grenade à l’intérieur d’un café. Les jeunes de la cellule de Barzilaï arrivent sur place très rapidement. Des femmes juives crient. L’une d’elle désigne du doigt la ruelle vers laquelle le "terroriste" s’est enfui : « Les jeunes juifs de ma cellule l’ont rattrapé et l’ont abattu », relate Barzilaï, avant de poursuivre : « Nous craignions que les Arabes ne viennent se venger contre le quartier juif. Nous avons alors déployé quatre autres cellules sur des points stratégiques à l’entrée du quartier juif. »
Certains juifs portaient des armes, avec l’autorisation des autorités françaises. Très rapidement les coups de feu ont commencé à fuser de toutes parts. Et les juifs armés, furieux après l’attentat, ont commencé à se diriger vers le quartier musulman.
J’ai donné l’ordre à nos hommes de prendre le contrôle de la situation et d’éviter tout débordement aux conséquences dramatiques », raconte Barzilaï. Il explique que seuls six soldats français sont arrivés sur place. Ce sont les juifs des cellules du Mossad qui leur ont indiqué ce qu’ils avaient à faire... « Nos hommes ont pénétré dans des cafés arabes voisins et leur ont causé des pertes sérieuses », rapporte Barzilaï dans un message codé envoyé au quartier général du Mossad en Europe, dirigé à Paris par Shlomo Havilio.
A l’occasion du premier rassemblement mondial des juifs originaires de Constantine, qui s’est tenu à Jérusalem en 2005, le journal lève ainsi le voile sur une des histoires encore inédites de l’action du Mossad ».
http://lesjuifsdeconstantine.com/index.php/19-histoires/61-comment-le-mossad-a-arme-des-juifs-de-constantine-en-1956
 

Alter Info l'Information Alternative