Archives par mot-clé : Communiqué

Brésil : Communiqué sur la condamnation de l’ex-président Lula

Aujourd'hui l'ex-président Lula a été condamné par le juge Sergio Moro, dans le cadre de l'opération Java Jato, par corruption et blanchissement de capitaux. Aussi Léo Pinheiro, un ex-président de l'OAS *, a été condamné par corruption activa et blanchissement de capitaux. Selon la sentence, Lula a reçu des prébendes indues de l'OAS par le biais d'un triplex dans le Guarujá.
Brésil : Communiqué sur la condamnation de l’ex-président Lula
Brésil : Communiqué sur la condamnation de l’ex-président Lula

Aujourd'hui l'ex-président Lula a été condamné par le juge Sergio Moro, dans le cadre de l'opération Java Jato, par corruption et blanchissement de capitaux. Aussi Léo Pinheiro, un ex-président de l'OAS *, a été condamné par corruption activa et blanchissement de capitaux. Selon la sentence, Lula a reçu des prébendes indues de l'OAS par le biais d'un triplex dans le Guarujá.

Lula a le droit de faire appel de la sentence en liberté et il continue avec ses droits politiques intacts, jusqu'à une nouvelle décision dans la deuxième instance. La décision judiciaire en condamnant Lula a provoqué un ample débat dans le pays. Il faut avoir une position politique qui surpasse la polarisation entre les "défenseurs de Lula" et les "défenseurs de Moro".

La gauche ne peut pas défendre Lula!

Nous croyons que le PT, depuis la réforme des retraites de 2003 et le Mensalão ** de 2005, a commis une trahison de classe et il s'est transformé en instrument de la classe dominante, en gouvernant au service des banquiers, d'entrepreneurs et de l'agro-affaires, en appliquant des projets similaires à ceux-là du PSDB et PMDB. Dans cette transformation, en défendant les institutions bourgeoises, Lula et Dilma ont gouverné avec les mêmes méthodes corrompues qu'ont signées les gouvernements de Sarney, de Collor et de Ferdinand Henrique Cardoso. Ils ont élargie son spectre d'alliances et ont maintenu le Congrès comme un comptoir d'affaires avec la vieille oligarchie. Ils ont acheté des votes pour constituer une majorité parlementaire et pour voter des réformes néolibérales comme dans le cas du Mensalão, pour approuver la réforme des retraites de 2003. Ils sont entrés dans le financement patronal des campagnes électorales, où les entreprises appuient les candidats qui, après d’être élus, favorisent leurs intérêts. Ils ont tiré à sort des postes publics et ils ont transformé des entreprises étatiques, comme Petrobras, en un grand système de corruption pour mettre en application des mesures opposées aux droits des travailleurs et du peuple. Dans ce processus, la coupole du PT s'est enrichie, a changé de camp et il a dégénéré. Ses principaux dirigeants sont entrés dans les schémas inhérents à l'actuel système. Ils sont devenu des conseillers, des conférenciers, des lobbyistes des entreprises, en aidant à son expansion. Par cela, la gauche socialiste, les lutteurs de classe, la jeunesse combative ne peuvent jamais défendre Lula et le PT.

L'ex-président Lula est si compromis par ces schémas corrompus qu'il a fait récemment des déclarations en faveur du président illégitime Michel Temer, avec qui il a gouverné le pays quelques années avec la coalition stratégique du PT avec PMDB. Encore plus, il est arrivé à témoigner en défense d'Eduardo Cunha, le détesté ex-président de la Chambre. De plus, Lula, avec Sarney et Ferdinand Henrique Cardoso, ainsi que Gilmar Mendes et Temer ont articulé une tentative d'accord national pour sauver les corrompus. Non par hasard, Lula ne défend pas la révocation des mesures qui ont été déjà approuvées pour Temer et à côté de la bureaucratie syndicale, il a aidé à paralyser le 30 juin, l'occasion dans laquelle les centrales ont reculé de la grève générale et ont abandonné le mot d’ordre Dehors Temer.

Aucune confiance en la justice bourgeoise ! Aucune confiance au juge Sergio Moro !

Nous ne pouvons pas faire confiance à la justice bourgeoise qui forme part d’un accord qui laisse impuni Michel Temer et ses ministres, Aécio Neves et José Serra, et aux présidents de la Chambre et du Sénat, Rodrigo Maia y Eunicio Oliveira. Dans un moment où la justice vient d'accorder une assignation à domicile à Geddel Vieira (l'ex-ministre de Temer), à la fois, dont Aécio Neves, en plus de ne pas avoir été arrêté, revient à occuper le fauteuil de sénateur. Mais, sans doute, la plus grande absurdité de tous consiste en ce que le corrompu Temer suit impuni et dans le fauteuil de président, quand il y a des preuves plus que suffisant pour sa condamnation ce qui montre le caractère partial de cette justice. En plus, il faut ajouter des ex-présidents de la République comme FHC et Sarney. Tous devraient être condamnés par corruption et perdre ses postes publics, ainsi que ses biens doivent être confisqués. La justice bourgeoise n'est jamais impartiale. Le juge Sergio Moro et l'opération Lava Jato ont placé la liste d'Odebrecht sous secret en 2016, et aussi ils ont aidé à Temer en mettant son veto à des questions formulées par Eduardo Cunha. Nous ne pouvons rien attendre de la Moro ni du groupe opérationnel de la Lava Jato.

Pour atteindre un châtiment effectif de tous les corrompus, sans exception, il faut continuer dans les rues, en luttant contre la diminution de droits sociaux et la réforme jubilatoire, par la consigne politique Dehors Temer, et contre tous les impliqués dans des schémas illicites : PMDB, PSDB, DEM, etc.. Occuper les rues pour exiger la divulgation des tous les audio et des tous les secrets des impliqués dans Lava Jato, emprisonner et confisquer des biens de tous les hommes politiques et les entrepreneurs corrompus, nationalisation des entreprises impliquées dans la Lava Jato, ainsi que la révocation de toutes les mesures contre le peuple, votées pendant la vigueur du Mensalão et 664 et 665 de 2016 Lava Jato, comme la réforme de la retraite de 2003, les MP's 664 et 665 de 2016, la sous-traitance et la réforme de travail.

Finalement, nous savons qu'il y a encore beaucoup de travailleurs honnêtes qui continuent à faire confiance en Lula. Ces travailleurs, nous les appelons à rompre avec le PT et avec Lula et à aider à construire une nouvelle alternative pour la classe travailleuse.

12 juillet 2017

Courant Socialiste des Travailleurs (CST-PSOL), section brésilienne de l’Unité Internationale des Travailleurs – Quatrième Internationale (UIT-QI)

http://cstpsol.com/…/…/07/13/nota-obre-a-condenacao-de-lula/
Notes de la traduction :

*OAS c'est un conglomérat multinational brésilien, de capital privé, qui réunit des entreprises présentes dans le territoire national et dans plus de 20 pays.

** Scandale des mensualités, de pots-de-vin payés périodiquement aux députés opposants pour qu'ils appuieront la contre-réforme des lois de travail de Lula au début de son premier gouvernement.

Alter Info l'Information Alternative

Appel à messages de solidarité avec prisonniers politique du #hirak au Maroc –Merci de partager

Appel à messages de solidarité avec prisonniers politique du #hirak au Maroc –Merci de partager
Depuis plusieurs mois, le Maroc est secoué par un mouvement social historique: le Hirak du Rif. Né dans une région marginalisée, suite à la mort de Mohcine Fikri, pêcheur broyé alors qu’il essayait de récupérer sa marchandise confisquée par les autorités, le Hirak est un mouvement qui vient revendiquer plus de justice sociale et lutter contre la marginalisation.

Face à l’ampleur de ce mouvement, l’État marocain n’a malheureusement eu qu’une seule réponse : celle de la répression. Aujourd’hui, le Hirak compte 176 prisonniers politiques, dont 50 ont été transférés à la prison de Casablanca, dont Nasser Zefzafi figure emblématique et Silya, chanteuse du mouvement, âgée d'à peine 23 ans.

Contre ce regain de la politique du bâton, le comité de soutien aux prisonniers politiques du Hirak à Casablanca, lance un appel à solidarité à toutes les personnalités du monde intellectuel, politique, culturel ou artistique en vue de demander la libération immédiate de tous les prisonniers politiques du Hirak.

Le principe est simple : il suffit d’envoyer une vidéo filmée à partir de votre portable ou une photo exprimant votre solidarité avec le Hirak à l’adresse mail suivante : solidarityhirakvideo[at]gmail[dot]com.

Ces messages nous serviront à faire un montage vidéo qui sera diffusé sur les réseaux sociaux et les médias pour demander à l’arrêt immédiat des poursuites et la libération des prisonniers politiques du Hirak.

Aujourd’hui, le Hirak et les citoyens du Maroc ont besoin de vous !

Non à l’autoritarisme renaissant ! Oui à la liberté !



Comité de soutien aux prisonniers politiques du Rif, Casablanca, Maroc.


Alter Info l'Information Alternative

Inviter Netanyahou à la commémoration du Vel d’Hiv : une faute morale et politique

Inviter Netanyahou à la commémoration du Vel d’Hiv : une faute morale et politique

On ne peut que se réjouir de voir le président de la République donner une certaine solennité au 75ème anniversaire de la rafle du Vel d’Hiv, par laquelle plus de 13 000 Juifs, dont 4 000 enfants, ont été arrêtés chez eux par la police française, avant d’être déportés et exterminés par les Nazis. C’est une des pages les plus sombres de notre histoire, que nous devons, non seulement commémorer, mais continuer à analyser, pour que jamais plus des crimes de cette nature ne puissent se reproduire.

Mais inviter à cette commémoration l’actuel Premier ministre du gouvernement israélien, Benyamin Netanyahou, est une faute morale et politique.

C’est d’abord une faute morale d’inviter à cette commémoration ce fauteur de haine (déjà en première ligne de la campagne haineuse contre Yitzhak Rabin, dans un climat qui a contribué à son assassinat en 1995), à la tête depuis 2009 d’un gouvernement d’extrême-droite, responsable de crimes de guerre tels que l’offensive de 2014 contre Gaza et la colonisation accélérée des terres palestiniennes : la place de ce personnage est sur les bancs de la Cour Pénale Internationale, pas sur le perron de l’Élysée.

Faute morale accentuée par la personnalité de Netanyahou : dans son délire anti-palestinien et anti-arabe, il a osé dire en octobre 2015 qu’Hitler n’avait pas le projet d’exterminer les Juifs, mais seulement de les expulser, provoquant le scandale jusque dans son propre camp. Et en quittant Paris, il ira rendre visite au Premier ministre hongrois Viktor Orban, son comparse d’extrême-droite, qui fait l’éloge du régent Horthy, responsable de la déportation vers les camps de concentration nazis de 500 000 Juifs de Hongrie….

Faute politique aussi, d’inviter officiellement en France le chef d’un gouvernement qui clame ouvertement son mépris du droit international, et qui a même refusé de se rendre à la conférence de Paris le 15 janvier 2017, qualifiée de « nouveau procès Dreyfus » ! À l’heure où Israël accélère la colonisation de la Cisjordanie et de Jérusalem Est, resserre le blocus de Gaza, bafoue le droit international en toute impunité, l’urgence est aux signaux clairs pour marquer que cette impunité doit cesser.

Faute morale et politique, enfin, car le travail de mémoire que nous devons poursuivre est celui de notre pays tout entier, au-delà de toute frontière communautaire réelle ou supposée. Les Français qui se reconnaissent comme juifs sont des Français, ils ne sont pas les représentants d’un État étranger. Lorsque Netanyahou se comporte comme le représentant des Français juifs, quand il cherche, avec ses soutiens inconditionnels en France, à les instrumentaliser au service de la politique israélienne, il agit contre la cohésion de notre pays. Et lorsque le président de la République lui donne par cette invitation l’occasion de le faire, il crée la confusion, il dénature la lutte nécessaire contre l’antisémitisme et contre le racisme sous toutes ses formes, il encourage la scandaleuse ingérence de l’État d’Israël dans les affaires de notre pays.

Partout, en France, des voix s’élèvent contre l’invitation de ce criminel, qui bafoue chaque jour le droit international, aux commémorations de la rafle du Vel d’Hiv. Le président de la République saura-t-il les entendre ? L’enjeu est de taille, il n’est pas seulement diplomatique, il concerne au premier chef notre pays dans sa cohésion et dans le regard qu’il porte sur son histoire.

Le Bureau national de l'AFPS


--
Association France Palestine Solidarité (AFPS)
21 ter Rue Voltaire 75011 Paris
Tél. : 01 43 72 15 79
Fax. : 09 56 03 15 79
Suivez l'AFPS sur www.france-palestine.org, Facebook et Twitter

http://www.france-palestine.org/Inviter-Netanyahou-a-la-commemoration-du-Vel-d-Hiv-une-faute-morale-et

Alter Info l'Information Alternative

Insupportable ingérence du CRIF

Le président du CRIF vient une nouvelle fois de sortir de son rôle en demandant au ministre des Affaires étrangères de se conformer aux directives de Netanyahou et de légitimer la colonisation.
Insupportable ingérence du CRIF
Il vient en effet de l’appeler à s’opposer à l’inscription de la vieille ville d’Hébron comme patrimoine mondial en péril au titre du patrimoine palestinien au cours de la session du Comité du patrimoine qui s’ouvre le 2 juillet à Cracovie. Il pousse l’impudence jusqu’à écrire aux ambassadeurs de 16 des 21 pays membres de ce Comité, alors même que Netanyahou a empêché vendredi l’accès à la vieille ville d’un groupe d’experts de l’UNESCO.

Il fait mine d’ignorer qu’Hébron est, à son corps défendant, devenue LA ville emblématique de l’occupation et de l’apartheid israélien où quelques centaines de colons fanatiques, implantés de force au cœur de la ville, appuyés par l’armée d’occupation, pourrissent la vie de milliers de Palestiniens. Ils y occupent maisons et appartements par la force, menaçant et violentant les habitants pour les expulser de leur quartier après avoir contraint commerçants et artisans à quitter le cœur vivant de la ville.

La protection de ce site est depuis longtemps à l’ordre du jour et depuis 2009 deux villes françaises jumelées avec Hébron ont contribué à la création d’un comité international pour la défense et la promotion de ce patrimoine unique.

Le ministre des Affaires étrangères ne peut accepter de se transformer en supplétif du gouvernement Netanyahou mais doit rappeler fermement que la France s’oppose à la colonisation ici à l’œuvre avec une violence extrême et ne reconnaît aucun fait établi par la force. Elle doit rejeter cette ingérence grossière où un responsable communautaire se fait le porte-parole d’une puissance étrangère qui viole le droit international.

Elle doit encourager les membres du Comité du patrimoine de l’UNESCO à résister aux pressions d’Israël et des Etats-Unis de Trump.

Le Bureau national



Alter Info l'Information Alternative

Communique et Invitation : samedi 1er juillet, soutenons la Palestine !

Communique et Invitation : samedi 1er juillet, soutenons la Palestine !
L'Association France Palestine Solidarité et le Village Emmaüs Lescar Pau vous invitent, le 1er juillet, à venir commémorer ensemble les 50 ans de la destruction des villages d'Emwas (Emmaüs en Palestine), Yalo et Beit Nouba en 1967.
La journée verra l'inauguration de la Maison Palestinienne au coeur du Village, et la présence de nombreuses personnalités Palestiniennes et Françaises engagées pour la cause du Droit au Retour des habitants chassés de chez eux, jetés en exil depuis 50 ans.
Retrouvez toute l'histoire de notre engagement au côté des Palestiniens à cette page.

Reportage RTVE

http://www.rtve.es/television/20170418/temporal-frances/1524880.shtml
Le reportage de Yolanda Alvarez, journaliste émérite de la télévision espagnole, a été diffusé le 18 avril. Une partie est consacrée au Village, l'objectif du reportage étant de dresser un portrait de la France à la veille du second tour des présidentielles. 
 

Week-end de Pâques : un samedi convivial et familial !! 

L'après-midi a débuté avec des jeux pour rassembler les enfants, Cocot et Poussin (AKA Adrien et Lola) ont mis tout leur dynamisme et leur joie pour inviter à participer toutes les familles présentes ! 

Grand succès tout au long de l'après-midi pour les stands de décoration des oeufs et de coloriage, ainsi que pour les jeux géants en bois (qui sont mis à disposition tous les mercredis et samedis). Le spectacle du clown Filiber le Magicien a tenu le public captivé pendant que les poules pondaient leurs oeufs de Pâques en cachette. 

Lancement de la chasse aux oeufs à 16h !  Une centaine d'enfants de tous âges (on a repéré quelques très grands enfants) se sont mis en quête dans les herbes hautes, le sous-bois, partout ils ont flairé les cachettes !! Les déceptions n'ont pas tardé à poindre le bout de leur nez, contrées par une course-poursuite de Cocot qui avait gardé quelques trésors en chocolat sous son aile. 

La journée s'est terminée en douceur par des jeux avec nos deux animateurs infatigables.
Toutes les photos ici

http://www.emmaus-lescar-pau.com/

Alter Info l'Information Alternative

11 VACCCINS OBLIGATOIRES : DANS L’INTERET DE QUI ? NON A LA VACCINATION FORCEE

11 VACCCINS OBLIGATOIRES : DANS L'INTERET DE QUI ? NON A LA VACCINATION FORCEE
COMMUNIQUE DE PRESSE
 
Vendredi 16 juin 2017
 
Michèle RIVASI (députée européenne EELV, biologiste normalienne et agrégée, auteure de l'ouvrage Le racket des laboratoires pharmaceutiques et comment en sortir)
 
11 VACCCINS OBLIGATOIRES : DANS L'INTERET DE QUI ?
NON A LA VACCINATION FORCEE
 
 
La Ministre de la santé Agnès Buzyn affirme ce matin dans un entretien au Parisien qu'elle envisage d'élargir l'obligation vaccinale pour les enfants la passant de 3 vaccins (DTP) à 11 en y ajoutant :
  • Coqueluche
  • Rougeole
  • Oreillons
  • Rubéole
  • Hépatite B
  • Bactérie Haemophilus influenzae
  • Pneumocoque
  • Méningocoque C
Or, pour certains de ces vaccins la balance bénéfice / risque est à réévaluer suite à l'enregistrement ou la minoration avérée de plusieurs effets secondaires.

Par ailleurs, alors que la défiance des citoyens envers les vaccins est considérable suite à la multiplication des scandales sanitaires à répétition, la restauration de la confiance ne passe pas par l'infantilisation et le mépris des parents inquiets pour la santé et le système immunitaire de leurs enfants.

D'autre part, on peut s'interroger sur le cadeau fait aux laboratoires pharmaceutiques par une Ministre qui s'est toujours dit proche de l'industrie pharmaceutique et qui a même légitimé les conflits d'intérêts qui sont en partie à l'origine de la mise en péril de notre système de santé publique aujourd'hui.

Comme nous l'avons écrit avec les Professeurs Philippe Even et Jacques Testart dans notre questionnaire d'interpellation des candidats à la présidentielle, nous souhaitons fonder les multivaccinations, l'âge d'administration des principaux vaccins et la recommandation vaccinale sur :
    1. Les données épidémiologiques nationales évaluant objectivement les besoins de chaque vaccination ;
    2. L'efficacité devrait être jugée  non sur les seules réponses anticorps immédiates, mais sur les réponses cliniques et les résultats épidémiologiques (une réponse anticorps peut être inefficace et une réponse de l'immunité cellulaire peut être nécessaire).
    3. L'analyse objective recensée et démontrée des risques neurologiques, psychiatriques, articulaires et musculaires éventuellement associés, qui pourraient être liés, comme le montrent certaines études scientifiques, aux différents types d'adjuvants.
    4. Recenser la présence de nanoparticules métalliques non déclarées et en particulier de mercure, dans les vaccins ;
    5. L'étude des réponses immunitaires générales et cérébrales des nourrissons soumis de façon croissante à plusieurs vaccinations simultanées, alors que  les réponses de leur système immunitaire ne sont peut-être pas matures et sont encore mal connues à cet âge.
    6. L'âge de la nécessité vaccinale (le tétanos du nourrisson reste à prouver et la vaccination contre l'hépatite B n'est peut-être pas nécessaire à cet âge, puisqu'il s'agit d'une maladie sexuellement transmissible).
    7. L'analyse de l'utilité d'associer chez le nourrisson des vaccins multivalents, les uns utiles (DTP) et d'autres qui le sont moins (oreillons, rubéole) ou d'efficacité mal démontrée et qui ne sauraient donc être rendus obligatoires (BCG et même vaccination antigrippale, souvent inefficace, et qui, quand elle est efficace, n'est utile que chez le jeune enfant et les plus de 65 ans et semble ne pas ou guère réduire les risques collectifs).
Toute précipitation de la Ministre sur ce terrain sensible des vaccins chez l'enfant serait une erreur. Il faut convaincre plutôt que contraindre.

Contact presse : Sébastien Barles 06 75 00 63 31

Alter Info l'Information Alternative

L’Occupation est le plus grand bénéficiaire des différends arabes

L'Occupation est le plus grand bénéficiaire des différends arabes
Beyrouth - CPI

La Fondation Internationale d'al-Quds a confirmé que le premier bénéficiaire des conflits arabes et islamiques et de leurs différends est l'occupation sioniste et tous ceux qui ont des intérêts et des ambitions à alimenter la division entre les pays frères.

L'organisation a déclaré dans un communiqué aujourd'hui jeudi, en commentant la crise au Qatar, u'elle suit avec une profonde préoccupation l'évolution des différends entre les pays arabes qui ont un impact négatif sur l'unité de la nation et la question centrale, celle de Jérusalem qui connait ces jours-ci, le 50ème anniversaire de son occupation totale, et qui souffre extrêmement des mesures répressives et des violations de l'occupation israélienne contre son peuple, ses lieux saints et ses monuments

Le communiqué a ajouté: "Nous affirmons que le premier ennemi de cette nation est l'occupation, et nous devons l'affronter par la stratégie globale de la nation, et que toute tentative de changer ce fait ou de traiter avec l'ennemi comme ami ou de se réconcilier avec lui est tout à fait condamnable et rejeté, au niveau logique, culturel, religieux et politique".

La Fondation a souligné que les risques pour l'ensemble de la Palestine, du siège, de l'agression, de la judaïsation de Jérusalem et la colonisation, ne doivent pas se préoccuper des conflits internes.

Il a souligné: "L'occupation exploite cette préoccupation en imposant la réalité talmudique à Jérusalem occupée par l'escalade de la colonisation, et l'intensification des incursions de la Mosquée Al-Aqsa, Jérusalem et la démolition des maisons des jérusalémites et leur expulsion et des restrictions sur eux, et d'autres mesures de judaïsation".

La Fondation d'al-Quds, basée à Beyrouth, a exhorté les élites des peuples arabes et islamiques, politiques, culturels, médiatiques et religieuses des organisations libres et honorables dans la nation, à promouvoir tous les efforts pour combler le fossé et unir la nation, la diffusion de la culture de la réconciliation et du rapprochement, en particulier en ce mois sacré de Ramadan.

Elle a également appelé à un mouvement de masse plus large pour empêcher le glissement de certains partis arabes et islamiques dans le bourbier de la normalisation avec l'occupation usurpatrice, et pour empêcher la criminalisation du droit du peuple palestinien dans sa lutte légitime pour la défense de leurs droits, selon le communiqué.

L'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn, et l'Egypte, ont annoncé le 5 Juin 2017, la rupture des relations diplomatiques avec le Qatar, et la fermeture de ses points de vente de l'air et de la mer avec eux, en imposant ce siège à Doha, l'accusant de soutenir le terrorisme, ce qui a été totalement rejeté par le Qatar.


Alter Info l'Information Alternative

L’UPR exprime son dégoût et son extrême indignation devant la déclaration de M. Macron sur les Comoriens

L’UPR exprime son dégoût et son extrême indignation devant la déclaration d’Emmanuel Macron, plaisantant sur le drame de l’immigration illégale à Mayotte qui provoque chaque année des milliers de morts.
L’UPR exprime son dégoût et son extrême indignation devant la déclaration de M. Macron sur les Comoriens
Il a en effet indiqué que le « kwassa-kwassa pêche peu, mais il amène du Comorien« , assimilant ainsi des désespérés, risquant leur vie, à une espèce générique de poissons.

Le président de la République a fait cette déclaration indigne de sa fonction lors d’une visite au Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage atlantique (CROSS) d’Etel, dans le Morbihan. Celle ci a été relevée par les journalistes de Quotidien puis relayée par plusieurs autres titres de presse.



L’UPR tient à rappeler que, selon des sources déjà anciennes, de 12 000 à 20 000 Comoriens ont péri en tentant d’entrer à Mayotte à bord des kwassa-kwassa, petites embarcations fragiles à l’origine de nombreuses noyades dans le canal du Mozambique.

L’UPR souligne que, si un autre responsable politique avait eu l’indécence de tenir des propos aussi abjects, il eût probablement fait l’objet de poursuites judiciaires de la part du Gouvernement, et l’ensemble de la classe médiatique aurait fait part de son émotion et de son indignation.

L’UPR demande solennellement au président de la République de présenter ses excuses publiques, tout particulièrement aux Français d’origine comorienne dont il était allé hypocritement briguer les suffrages lors de son meeting à Marseille le 1er avril 2017.
Nous rappelons qu’Emmanuel Macron n’en est pas à sa première déclaration chargée de cynisme et de mépris pour la misère humaine.
En effet, alors tout juste nommé ministre de l’Économie, M. Macron avait utilisé des termes odieusement blessants à l’égard des employées de l’entreprise Gad, qu’il avait décrites comme « illettrées », avant de s’en excuser.
Il s’était également emporté il y a un an face à un ouvrier en lui lançant que « le meilleur moyen de se payer un costard, c’est de travailler ».
Lors de la campagne présidentielle, M. Macron avait encore créé une polémique en qualifiant le Pas-de-Calais de territoire où « il y a beaucoup de tabagisme et d’alcoolisme. »

En conclusion, l’UPR appelle tous les Français de cœur à sanctionner le parti de M. Macron (La République en Marche) aux élections législatives en empêchant ce personnage, bouffi d’orgueil par la courtisanerie qui l’entoure, de disposer dangereusement et sans contrepoids de tous les pouvoirs de l’État.

Alter Info l'Information Alternative

Palestine occupée: Ce jeudi 25 mai, nous devons massivement investir les places publiques pour jeûner collectivement

Palestine occupée: Ce jeudi 25 mai, nous devons massivement investir les places publiques pour jeûner collectivement
 

 

Chères amies, Chers amis,

 

Un appel a été lancé pour une journée internationale de grève de la faim ce jeudi 25 mai, étant donné la situation des prisonniers palestiniens qui sont en danger de mort, à leur 36ème jour de grève de la faim.

Plus d’une centaine d’entre eux ont dû être transportés à l’hôpital. Certains ont arrêté de boire, en signe de protestation contre leurs conditions de détention. Nos gouvernements et les grandes institutions gardant le silence, nous devons agir avec tous les moyens à notre disposition.

 

Ce jeudi 25 mai, qui est férié dans plusieurs pays, nous devons massivement investir les places publiques pour jeûner collectivement et dire pourquoi. Montrons notre capacité à nous coordonner, comme le font les prisonniers palestiniens, et faisons honte ensemble aux barbares et aux lâches !

 

Plusieurs villes ont déjà transmis leur point de rendez-vous pour un jeûne collectif en place publique ce jeudi 25 mai, en soutien aux prisonniers politiques palestiniens.

Participons massivement à cette action !

 

    •    FRANCE :

PARIS : A partir de 9 H du matin place de la République

MARSEILLE : A partir de 9 H sur le Vieux Port

LYON : A partir de 9 H Place de la République

ALBERTVILLE : A Partir de 9 H Place de l’Europe

NÎMES : A partir de 9 H jusqu’à 19 H Avenue Feuchères

SAINT-ÉTIENNE : de 9h00 à 20h00, Place du Peuple

MONTPELLIER : En attente du RV

    •    BERLIN

A partir de 9 H : Brandenburger Tor (Porte de Brandebourg)

    •    WASHINGTON

A partir de 9 H en face de la Maison Blanche

    •    VICTORIA au Canada

RV au début de Anti-Kinder Morgan March, Mile Zero à Victoria.

http://www.caiavictoria.ca

    •    BRATISLAVA en Slovaquie

A partir de 9 H dans le centre ville

https://www.facebook.com/events/147557129118628

    •    BRUXELLES : en attente du RV

 

(https://www.facebook.com/events/1855744471341837/?ti=cl)

MERCI DE TRANSMETTRE à samidoun@outlook.com et à info@europalestine.com vos rendez-vous dans les autres villes.

Venez jeudi matin sur toutes les places avec vos pancartes manuscrites expliquant pourquoi vous êtes en grève de la faim. Venez sans avoir pris de petit-déjeuner.

 

Amicalement,

CAPJPO-EuroPalestine
www.europalestine.com


Alter Info l'Information Alternative

CAPJPO-EuroPalestine du 19 avril 2017

CAPJPO-EuroPalestine du 19 avril 2017

Chères amies, Chers amis,

 

La proximité des élections présidentielles ne doit pas occulter le grand mouvement de grève de la faim unitaire qui vient d’être lancé dans les prisons de l’occupant israélien, par 2000 prisonniers palestiniens, toutes tendances politiques confondues. (Voir les articles et nos premières actions de soutien sur notre site http://www.europalestine.com).

 

Ils revendiquent notamment la fin de la détention « administrative », des tortures, de la négligence médicale, des privations inhumaines et illégales imposées par Israël. Pour cela notre soutien est indispensable et il peut s’exprimer de différentes manières :

  • Interpellons nos gouvernants pour qu’ils fassent respecter par leur allié israélien les conventions qu’ils ont signées, dont la Quatrième Convention de Genève. (Jean-Marc AYRAULT - Ministère des Affaires Etrangères : 37 quai d’Orsay - 75700 Paris SP 07. Tél : 01 43 17 53 53
  • Envoyons un mail ou un courrier au Comité International de la Croix Rouge (CICR) qui a supprimé aux prisonniers palestiniens une des deux visites mensuelles auxquelles ils avaient droit, et exigeons qu’elle soit rétablie, comme le demandent les grévistes de la faim : President Peter Maurer : https://www.icrc.org/fr/contact#headquarters Adresse postale : 19 Avenue de la Paix - 1202 Genève. Suisse - Tél: +41 22 734 60 01 - Fax :+41 22 733 20 57.
  • Intervenons partout où nous allons pour informer un maximum de monde sur les conditions de détention des prisonniers politiques palestiniens, et organisons des réunions sur ce thème avec des Palestiniens qui ont été eux-mêmes détenus ou qui ont des parents qui le sont. (La prochaine : samedi 22 avril à la librairie Résistances de 15 H à 19 H)
  • Faisons un don pour que l’association de défense des enfants palestiniens emprisonnés, DCI Palestine, puisse assurer leur prise en charge juridique. Ils sont 300 en détention et leur nombre ne cesse de croître : http://www.europalestine.com/spip.php?article12765
  • Participons à la campagne internationale de boycott et de désinvestissement contre HP (Hewlett Packard) qui fournit des services aux prisons israéliennes (ainsi qu’à l’armée d’occupation, aux checkpoints, comme à Gaza). Consommons éthique et faisons passer le mot. Nous tenons à votre disposition des tracts explicatifs.
  • Le lundi 1er mai prochain, à l’occasion des défilés pour la défense des droits des travailleurs du monde entier, mettons à l’honneur dans toutes les villes la lutte des prisonniers politiques palestiniens. (Nous vous donnerons le RV précis dès que les parcours seront annoncés, notamment pour la capitale)

 

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE CAPJPO-EUROPALESTINE LE DIMANCHE 21 MAI

 

Merci de retenir cette date et de faire le maximum pour vous libérer à partir de 13 H.

 

Le lobby israélien est toujours aussi déchaîné ; tous les moyens sont bons pour tenter de faire disparaître la Palestine des radars. Mais l’intimidation n’aura pas le dernier mot. On a pu le constater Place du Châtelet, le 1er avril dernier, puisque le CRIF et ses affidés n’ont pas réussi à faire interdire ce rassemblement, malgré leurs calomnies. Nous remercions toutes celles et tous ceux qui ont pu s’y joindre !

 

Et la campagne BDS n’est pas près de disparaître. Nous sommes heureux d’annoncer à ce propos que le jugement inique de la Cour de Cassation contre nos camarades de Mulhouse va donner lieu à un nouvel examen par la Commission Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) .

 

Beaucoup de sujets et d’initiatives prochaines à discuter ensemble lors de notre AG du 21 mai !

 

Les adhérents qui ne sont pas à jour de leur cotisation peuvent l’adresser par voie postale à CAPJPO-EuroPalestine - 16 bis rue d'Odessa Boîte 37 - 75014 Paris, ou bien à l’entrée de l’AG.

 

Amicalement,

 

CAPJPO-EuroPalestine

http://www.europalestine.com et abonnez vous à notre newsletter sur notre site pour suivre au jour le jour la grève des prisonniers palestiniens !


Alter Info l'Information Alternative

Comparutions immédiates : Dérapages non contrôlés à Marseille

Comparutions immédiates :  Dérapages non contrôlés à Marseille
Comparutions immédiates :
 Dérapages non contrôlés à Marseille

 

«Vous n'avez plus aucune limite […]. C'est honteux, monsieur. Il n'y a même pas de mots. On ne sait même pas comment est-ce qu'on arrive encore à vous regarder comme un être humain.»
Voilà les propos lancés à un prévenu de 18 ans, sans antécédent judiciaire, par la présidente d'une audience de comparution immédiate du tribunal correctionnel de Marseille, propos recueillis et diffusés par une journaliste de France Culture.
La procureure complète le tableau : « Vous êtes odieux et en plus vous faites semblant de vous excuser. (…) Y' a pas marqué « Sœur Teresa » ! A un certain niveau de gravité, je ne pardonne pas ».
 
C'est avec consternation que le Syndicat des avocats de France prend connaissance de ces faits. Ils révèlent à quel point une procédure pénale expéditive précipite des magistrats sans recul à se comporter sans contrôle, sans humanité, sans retenue et à l'encontre de leurs plus élémentaires devoirs de dignité, de discrétion, de réserve, d'attention à autrui et d'impartialité.
Ces obligations déontologiques ont une finalité : assurer que la justice soit rendue suffisamment sereinement, au terme d'un procès équitable, pour être admise par tous.
 
Quand celui qui tient la balance utilise l'invective et exprime aussi violemment son mépris, c'est contre les intérêts de celui qui les subit, mais surtout contre l'intérêt de la justice.
 
Quant au Parquet, en s'exprimant « …dans des termes propres à ne pas nuire à la dignité de la fonction de magistrat » (cf. Obligations déontologiques des magistrats – Conseil supérieur de la Magistrature), il aurait pu rendre un peu de dignité à cette audience. Il a choisi de lui en retirer davantage.
 
Lorsqu'au même instant deux magistrats se laissent ainsi aller, c'est le signe d'un processus judiciaire défaillant.
 
Les avocats savent que les comparutions immédiates malmènent les droits de la défense, mais aussi l'exercice de la justice tout entier. Manifestement, leur publicité ne suffit pas à éviter ces dérives.
Ce double dérapage en est un exemple supplémentaire, mis en pleine lumière grâce à la présence opportune d'une journaliste, finalement priée d'être discrète. Mais, ce n'est pas en cachant sous le tapis ses faiblesses, ses erreurs, ses fautes, que la Justice d'un pays démocratique s'améliorera, bien au contraire.
 
Chacun sait, ainsi, dans quelles conditions déplorables cette justice expéditive est rendue : mal et parfois honteusement.
 
Au lieu de vouloir le taire, il vaudrait mieux s'en préoccuper.

 

Contact Bertrand Couderc, président 06 12 77 18 75 / Emeline Giordano, SAF Marseille 06 86 16 89 98

Retrouvez le communiqué sur notre site : http://lesaf.org/comparutions-immediates-derapages-non-controles-a-marseille/
SAF - Service communication 01 42 82 01 26

Alter Info l'Information Alternative

François Asselineau demande aux 5 candidats invités à débattre par TF1 le 20 mars d’annuler leur venue à cette émission

François Asselineau demande aux 5 candidats invités à débattre par TF1 le 20 mars d’annuler leur venue à cette émission
COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE FRANÇOIS ASSELINEAU
CANDIDAT À L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2017

 
= Vendredi 17 mars 2017 =

 
TF1 a prévu d'organiser un débat télévisé entre cinq candidats à l'élection présidentielle : François Fillon, Benoît Hamon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon. Les autres candidats ne seront pas admis à débattre sur la première chaine de télévision française.

D'une part, ce débat est contraire aux principes républicains car l'article 7 de la Constitution ne fait aucune distinction entre les candidats. Il n'y a, en particulier, ni « grand » ni « petit » candidat, ni candidat « sérieux » ni candidat « non sérieux », ni « Ligue 1 », ni « Ligue 2 ». Les 500 parrainages nécessaires obtenus sont tous de la même valeur. TF1 n'a donc aucune légitimité pour procéder à une pré-sélection des candidats, qui revient à influencer le choix du peuple français.

D'autre part, ce débat est contraire aux principes démocratiques car il interdit aux candidats non sélectionnés par TF1 de s'exprimer, et en particulier de contredire les cinq candidats invités à l'émission du 20 mars.
                               
TF1 refusant de revenir sur cette décision inique, François Asselineau demande aux 5 candidats invités à débattre le 20 mars de manifester leur attachement aux principes de la République et de la démocratie en annulant leur venue à cette émission.

S'ils devaient maintenir leur présence – fût-elle accompagnée d'hypocrites larmes de crocodile pour regretter la mise à l'écart des autres candidats -, cela signifierait qu'ils avalisent tacitement que la République et la démocratie peuvent être bafouées par la première chaîne de télévision française.

 
Contacts médias :
 
M. Karim SEHRANE
karim.sehrane@upr.fr
06 68 27 20 10

Alter Info l'Information Alternative

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE FRANÇOIS ASSELINEAU CANDIDAT À L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2017

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE FRANÇOIS ASSELINEAU CANDIDAT À L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2017
COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE FRANÇOIS ASSELINEAU
CANDIDAT À L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2017
 
= Vendredi 3 mars 2017 =
 
Ce 3 mars 2017 à midi, François Asselineau, candidat à l'élection présidentielle, a tenté de joindre par téléphone M. Laurent Fabius, Président du Conseil Constitutionnel, afin d'obtenir des explications sur le nombre de parrainages publiés une heure avant par la haute institution, qui ne faisait apparaître aucun parrainage supplémentaire en sa faveur depuis la 1ère publication.

Le secrétariat de M. Fabius a transmis cet appel à M. Laurent Vallée, Secrétaire général du Conseil Constitutionnel, avec lequel François Asselineau s'est longuement entretenu, à deux reprises.
 
François Asselineau a fait valoir qu'il était strictement impossible qu'aucun parrainage en sa faveur n'ait été reçu par le Conseil Constitutionnel lors des courriers des mardi 28 février, mercredi 1er mars et jeudi 2 mars. Nos équipes tiennent en effet un compte précis du nombre des parrainages adressés par des maires en faveur de François Asselineau dont nous avons connaissance, sans compter les parrainages spontanés qui échappent à notre comptabilité. C'est ainsi que nous savons que nettement plus de 200 formulaires officiels ont été envoyés - depuis la date de réception des formulaires - et qu'ils ne sont toujours pas comptabilisés à ce jour, alors que certains d'entre eux sont certainement arrivés depuis plusieurs jours.
 
La réponse fournie par M. Vallée est que le nombre de parrainages publié par le Conseil Constitutionnel n'est pas celui de la totalité des parrainages « reçus » par tous les candidats à une date et à une heure précises. Il ne s'agit que du nombre des seuls parrainages que les fonctionnaires du Conseil Constitutionnel ont eu le temps matériel de « valider ».
 
M. Vallée a précisé qu'en ce moment même, il reste plusieurs centaines de parrainages qui n'ont pas encore été examinés. Parmi ceux-ci, il y en a certainement nettement plus de 200 en faveur de François Asselineau.
 
François Asselineau a par ailleurs souligné auprès du Secrétaire général du Conseil Constitutionnel l'incohérence qu'il y avait à avancer l'heure de publication, ce vendredi 3 mars, de 17h00 à 11h00, tout en expliquant que le temps manque pour valider tous les parrainages.
 
M. Vallée n'a pas répondu à cette remarque.
 
--------------------------
Commentaires
--------------------------
La publicité par le Conseil Constitutionnel du nombre de parrainages obtenus présente de graves anomalies qui mettent en cause l'égalité de traitement des candidats.
 
1°) L'ordre selon lequel les parrainages sont examinés et validés reste très flou et demeure, semble-t-il, à la discrétion du Conseil Constitutionnel.
 
1.1.- Il ne peut en effet pas s'agir d'un strict ordre chronologique, puisqu'il est statistiquement impossible que les plus de 200 parrainages de François Asselineau actuellement en instance de validation soient tous arrivés les derniers au cours de la période sous revue.
 
1.2.- Il ne peut pas s'agir non plus d'un ordre alphabétique, puisque les comptes de MM. Cheminade, Dupont-Aignan, Faudot, Fillon, etc., ont été mis à jour ce 3 mars.
 
1.3.- Il ne s'agit pas davantage d'un ordre en fonction des parrainages déjà obtenus, puisque François Asselineau se classait, selon ce critère, à la 7e position parmi les 26 candidats listés lors de la 1e publication.
 
1.4.- Enfin, il ne s'agit pas non plus d'un ordre fondé sur l'utilité puisque, le Conseil Constitutionnel ayant déjà validé 738 parrainages pour M. Fillon émanant de plus de 30 départements, le qualifiant ainsi comme candidat officiel, il n'y avait aucune raison de donner la priorité à la validation de 417 nouveaux parrainages à son profit plutôt qu'à celle des parrainages des candidats non encore qualifiés.
 
2°) La publication du nombre de parrainages « validés » n'est pas assortie de la mise en garde nécessaire sur son interprétation
 
Alors que la publication de ce nombre a une visibilité politique majeure, la quasi-totalité des observateurs, et notamment des médias, l'interprètent faussement comme étant le total des parrainages reçus par chacun des candidats. Ils confondent ainsi parrainages « reçus » et parrainages « validés ».
 
Le tableau diffusé sur le site Internet du Conseil Constitutionnel entretient cette ambiguïté puisqu'il a pour titre « Les parrainages par candidat », sans préciser nulle part que des centaines de parrainages sont en attente de validation.
 
Pire même, l'indication du chiffre « 0 » dans la colonne des parrainages le 3 mars 2017 pour François Asselineau donne à penser que ce candidat n'aurait reçu aucun parrainage nouveau depuis la 1e publication.
 
3°) La procédure laisse toute latitude à des interprétations politiques erronées
 
Cette procédure ambiguë donne ainsi à penser à tort que certains candidats bénéficieraient d'une forte dynamique politique, tandis que d'autres plafonneraient. Alors que la différence entre les premiers et les seconds peut, comme c'est très précisément le cas pour François Asselineau, n'être due qu'à un ordre de priorité peu clair dans le traitement des candidats.
 
Nous avons la conviction que, si tous les parrainages reçus en faveur de François Asselineau avaient été validés, il aurait été classé à un rang supérieur encore à celui apparu lors de la 1ère publication. Cela aurait fait apparaître une dynamique politique inverse à celle suggérée par la publication du Conseil Constitutionnel.
 
4°) Une situation qui bafoue l'égalité de traitement des candidats
 
Cette situation est d'autant moins acceptable que nous sommes en période de collecte de parrainages et que des maires, au vu de ces données chiffrées, pourraient mal les interpréter et être dissuadés de parrainer François Asselineau. Il en résulte ainsi une inégalité de traitement flagrante entre les candidats, ce qui indigne des milliers de nos adhérents et sympathisants.
 
Cette situation est tellement anormale qu'elle a conduit l'Association des Maires Ruraux de France (AMRF) à publier un communiqué de presse sans précédent, par lequel elle demande officiellement au Conseil Constitutionnel « la publication intégrale du nombre de formulaires envoyés par les élus ».
 
L'association – qui distingue ainsi à juste titre les « formulaires envoyés » et les « formulaires validés » - précise que « la rétention de noms de candidats n'est pas acceptable » et qu'il « n'appartient pas au Conseil Constitutionnel d'apprécier le bien-fondé ou non d'un parrainage mais seulement sa validité formelle. Il y va du respect et de la considération élémentaire dus aux élus de la République. [...] Il serait impensable que la forme de présentation des parrainages soit sujette à influence qui impacterait les élus et l'opinion publique.»
 
Conclusion
 
Le Secrétaire général du Conseil constitutionnel a formellement promis à François Asselineau que le retard dans la validation des parrainages reçus en sa faveur serait totalement résorbé pour la 3e publication, prévue le mardi 7 mars.
 
Nous appelons tous les adhérents et sympathisants de l'UPR, et tous ceux qui s'apprêtent à voter pour François Asselineau à l'élection présidentielle, à ne pas se laisser décourager par cette situation anormale, mais qui devrait être corrigée dès mardi prochain.
 
Contact média :
Karim SEHRANE
karim.sehrane@upr.fr 
Tél. : 06 68 27 20 10
 
À propos de l'UPR :
L'Union Populaire Républicaine (UPR) a été créée par François Asselineau le 25 mars 2007 pour rassembler les Français en dehors du clivage gauche / centre / droite dans le but de faire sortir unilatéralement la France de l'Union européenne, de l'euro et de l'OTAN. Classée dans la catégorie "Divers" par le ministère de l'Intérieur aux différents scrutins où elle s'est présentée, l'UPR a obtenu près de 1% des suffrages exprimés aux élections régionales de décembre 2015. Son site internet, www.upr.fr, est le plus consulté de tous les sites de partis politiques français d'après le classement « Alexa ranking ». Sa chaine YouTube est la deuxième de tous les partis politiques français en termes d'abonnés.
 
 
 

Alter Info l'Information Alternative

Le 19 mars, contre les violences policières, les discriminations, le racisme. Partout en France, marchons pour la justice.

Le 19 mars, contre les violences policières, les discriminations, le racisme. Partout en France, marchons pour la justice.
Appel de : La LDH, le Mrap, la CGT, la FSU
 
Le 19 mars aura lieu, à Paris place de la Nation à 14h, pour la deuxième année consécutive, une marche pour la justice et la dignité. Nos organisations appellent à la solidarité et à cette manifestation qui se tient à l’appel des familles de victimes de violences policières. Elle se tient après l’agression insupportable dont Théo a été, après beaucoup d’autres avant lui, la victime.
Parce que les violences policières ne sont pas commises qu’en Ile-de-France, parce que les victimes de ces violences sont de toutes origines, c’est partout en France que nous appelons à manifester le 19 mars 2017.
Avec ces marches, nous crions notre colère.
Colère face à des violences policières dont le caractère répétitif trahit une conception pervertie de la sécurité publique et de la protection des citoyens ; colère face à une impunité manifeste et à un « deux poids, deux mesures » qui minent l’égalité des citoyens devant la justice ; colère devant des décisions gouvernementales qui visent à renforcer le poids de la police vis-à-vis de la justice, de la jeunesse et de la population.
Avec ces marches, nous signifions : alerte !
La police exerce un métier difficile. Il lui arrive d’en payer chèrement le prix et de dénombrer ses victimes, tombées parfois dans d’atroces conditions. La France ne manque pas d’en porter le deuil. C’est donc une énorme responsabilité que d’être policier, de porter arme à la ceinture, d’incarner la force de la loi et, au-delà, la République. Cette responsabilité n’autorise aucun passe-droit ; au contraire, elle oblige. D’où notre alarme : manifestations de racisme, discriminations, comportements humiliants, violences et indulgences coupables marquent aujourd’hui les interventions policières.
Avec ces marches, nous disons : une autre police est nécessaire.
Cette situation relève certes d’un contexte politique dégradé, marqué d’inégalités, d’injustices et d’invocations à un ordre qui se retourne contre les libertés individuelles et collectives. Pour autant, elle n’est pas fatale et il est impératif d’adopter des mesures qui recentrent la police sur ses missions de protection, bannissent les comportements agressifs, punitifs et humiliants, créent les conditions de confiance entre police et population.
Avec ces marches, nous portons des demandes précises.
La police doit retrouver sa vocation de protection dans une relation de proximité exercée dans le respect des personnes et de leurs droits. Ses agents doivent recevoir une formation conforme à ces objectifs.
Le gouvernement doit rouvrir le dossier du récépissé pour les contrôles d’identité. Sa fonction n’est pas du même ordre que celle des caméras, dont il a seul décidé la généralisation et dans des conditions discutables.
Les méthodes d’interpellation à hauts risques déjà interdites dans nombre d’autres pays européens doivent être bannies.
Aujourd’hui, le gouvernement doit prendre les mesures qui s’imposent et ouvrir les discussions nécessaires.
Avec ces marches c’est la liberté, l’égalité et la fraternité que nous défendons.
Les violences policières, dès qu’elles font – ou semblent – faire système, sont un coup de poignard plongé dans le cœur de la République : elles foulent les libertés aux pieds, mettent à bas l’égalité des citoyennes et des citoyens devant la police et la justice, substituent les stigmatisations haineuses et les enfermements identitaires aux valeurs qui fondent notre réalité plurielle, laquelle est aussi notre identité collective.
C’est pour ces raisons et pour ces objectifs que nous appelons les citoyennes et les citoyens, toutes celles et ceux qui vivent, étudient et travaillent en France, à marcher le 19 mars.

Alter Info l'Information Alternative

Grève mondiale des femmes Pour un 8 mars anti-patriarcal et anticapitaliste

Dans plus de 40 pays, nous sommes des milliers de femmes et d'organisations à préparer la première grève mondiale des femmes pour le 8 mars prochain, Journée Internationale des femmes travailleuses, ce qui représente une grande opportunité de fortifier et d'unifier les luttes pour la conquête de nos droits.
Grève mondiale des femmes  Pour un 8 mars anti-patriarcal et anticapitaliste
Il y a quelques semaines, aux États Unis, des milliers de femmes sont descendues dans la rue pour faire face à la politique misogyne, raciste et capitaliste qu'incarne le nouveau gouvernement de Donald Trump. Ce mouvement fait la jonction avec les grandes mobilisations réalisées dans le monde entier au cours de ces dernières années : en Argentine, il y a la campagne  «Pas une morte de plus » contre les féminicides ; en Turquie, il y a eu les mobilisations victorieuses contre un projet de loi réduisant la pénalisation de la violence faite aux femmes ; au Mexique, il y a la mobilisation autour du mot d'ordre « Nous voulons rester vivantes !; au Brésil et en Inde il y a des manifestations contre les viols ; au Chili il y a des mobilisations pour le droit à l'avortement ; en France les femmes ont fait grève pour exiger « À travail égal, salaire égal » ; en Russie aussi les femmes se mobilisent ; dans l'État Espagnol il y a des mobilisations contre les violences machistes ; en Italie et en Pologne pour maintenir le droit à l'avortement légal.

C'est pourquoi, aujourd'hui, face à la crise capitaliste qui nous frappe mondialement avec ses plans d'ajustement et de misère, le mouvement de femmes doit relever un défi très important en s'appuyant sur la force de toutes ces femmes qui descendent dans les rues. Au moyen de la grève mondiale de femmes, nous devons exprimer clairement que nous luttons contre l'oppression patriarcale qui nous condamne aux travaux ménagers et qui nous soumet à travers les violences multiples dont nous sommes victimes. De plus, en majorité, en tant que femmes nous sommes aussi travailleuses et surexploitées par cette condition d’opprimées. Nous représentons ainsi la majorité des personnes migrantes dans le monde entier, celles qui sont le plus précarisées et avec les salaires le plus bas. Par conséquent, cette grève doit aussi servir à faire face à tous les gouvernements capitalistes du monde entier. Ce n'est pas à nous de payer la crise.

Ce 8 mars ne peut pas être le jour des Angela Merkel, Hillary Clinton, Dilma Roussef ou Michelle Bachelet. Ce sont toutes des dirigeantes économiques qui gouvernent ou ont gouverné contre la majorité des femmes. Par contre, en tant que travailleuses nous nous battons pour un 8 mars qui revendique la lutte historique des ouvrières du textile qui, en 1908, ont manifesté à New York en réclamant leurs droits comme femmes et travailleuses et, aussi, la lutte des travailleuses russes qui, en 1917, ont appelé à la grève en donnant le coup d'envoi de la Révolution Russe. Ce 8 mars doit être aussi une journée pour dénoncer la complicité fondamentale du Vatican contre les droits des femmes, contre le droit à l'avortement, contre l'éducation sexuelle sans dogmes, contre la diversité sexuelle, alors que dans le même temps, les autorités catholiques couvrent et protègent d'horribles pratiques d'agressions sexuelles infantiles.

Nous voulons aussi faire une grande grève et une mobilisation dans le monde entier en soutien aux réfugiées du peuple syrien martyrisé par le génocide de Bashar Al Assad et à toutes les femmes qui fuient la famine et la guerre impérialiste. Nous voulons aussi que ce 8 mars soit la journée des travailleuses migrantes qui font le travail moins qualifié ainsi que de toutes les travailleuses qui luttent pour l'augmentation de salaires, contre la discrimination et le harcèlement dans le monde du travail. Nous voulons aussi que ça soit une journée pour toutes celles qui luttent pour en finir avec les réseaux de traite des femmes pour l'exploitation sexuelle, avec les féminicides et pour le droit à l'avortement légal.

C’est pour ça, que nous, Unité Internationale des Travailleuses et des Travailleurs – Quatrième Internationale, lançons un appel à nous organiser de manière indépendante des gouvernements patronaux, pour promouvoir une grande journée de lutte anti-patriarcale et anticapitaliste. En tant que femmes nous ne voulons pas payer la crise. Les gouvernements sont les responsables.

À bas les lois discriminatoires, misogynes et répressives encouragées par Trump.

Non aux plans d'ajustement dans le monde entier.

À travail égal, salaire égal.

Séparation de l'Église et de l'État

Stop aux féminicides, à la violence et aux réseaux de traite des femmes :  Nous voulons rester vivantes !

Droit à l’avortement légal, sûr et gratuit !

Vive la Journée internationale des femmes travailleuses  ! Vive la lutte des femmes dans le monde entier  !


Unité Internationale des Travailleuses et des Travailleurs - Quatrième Internationale (UIT-QI)

Le 19 février 2017

Alter Info l'Information Alternative

le Général Tauzin au salon de l’agriculture

le Général Tauzin au salon de l'agriculture
Le Général Didier Tauzin, candidat à la présidence de la République, se rendra le dimanche 26 février 2017 au salon de l’Agriculture se tenant au Paris expo, Porte de Versailles, à 12h.

 Conscient des difficultés grandissantes que rencontrent les agriculteurs français, Didier Tauzin ira à leur rencontre pour évoquer les mesures fortes qu’il s’est engagé à prendre dès le début de son quinquennat, parmi lesquelles la renégociation des traités de libre-échange comme le CETA qui les menace directement.

Facebook

Twitter

Dossier de presse

Attachée de presse : 06 62 46 99 07

Alter Info l'Information Alternative

Soutien de la France à Déby

Soutien de la France à Déby
Mobiliser pour Construire
ACTION TCHADIENNE POUR L'UNITÉ ET LE SOCIALISME / PARTI RÉVOLUTIONNAIRE POPULAIRE ET ÉCOLOGIQUE Chadian Action for Unity and Socialism/Popular and Ecological Revolutionary Party

Tchad : En soutien indéfectible au dictateur Général Président Déby, le Gouvernement français utilise l’Arme financière contre deux opposants des Forces de résistance nationale.
Déclaration de solidarité d’ACTUS/prpe aux opposants,Général Mahamat Nouri Allatchi et
L’Alliance contre nature entre la démocratie française et la dictature tchadienne, est un crime contre l’humanité, une ignominie à l’égard d’un peuple en danger de mort.
M. Mahamat Mahadi Ali
Dans deux communiqué de presse en dates des 25 et 28 janvier 2017, deux Leaders de l’opposition tchadienne, le
Général Mahamat Nouri Allatchi et
M.Mahamat Mahadi Ali
, respectivement Présidents de l’ANCD et du FACT, ont
dénoncé les mesures injustes du gouvernement français gelant leurs avoirs et biens dans l’hexagone. [Sources :
TchadPages, MakailaBlog et Tchadanthropus, Tchad Actuel].
« L’arrêté signé conjointement le 18 Janvier 2017 par les Ministres français de l’économie et des finances et de l’intérieur,
invoque les articles L.562-1, L.563 du code monétaire et financier, pour justifier ce gel (...) et que ces participeraient et
financeraient des « actions terroristes ».
Aucun démocrate au monde, aucun esprit doté de la moindre honnêteté intellectuelle et d’humanisme, ne pourrait
approuver une telle décision foncièrement injuste, qui constutue par ailleurs un déni de démocratie et du droit fondamental
du peuple tchadien, le droit à la vie comme les autres peuples du monde.
En effet, les patriotes Général Mahamat Nouri Allatchi et
M. Mahamat Mahadi Ali, à l’instar des millions de
tchadiens vivent depuis 26 ans sous l’une des dictatures la plus cruelle au monde.
Le crime de lèse majesté qu’auraient commis ces deux résistants, c’est d’avoir combattu les armes à la main le dictateur
Général président Déby, afin de libérer le peuple de la tyrannie. Ces deux opposants ne sont pas des terroristes sont
mais des patriotes combattant la dictature du sultan Déby. En revanche, le despote du palais rose, le protégé des
gouvernements français, est un véritable terroriste, ordonnateur du terrorisme d’état pour ses crimes contre
l’humanité que nous citerons plus loin une infime partie.
Quelques éléments introductifs non exhaustifs, que nous relateront, montrent à suffisance la nature criminogène et de
délinquant du Général Président Déby. Les opposants à cette dictature devraient plutôt bénéficier de la des puissances
dites démocratiques occidentales et défenseurs des droits de l’Homme. Cependant, force est de constater que depuis 26
ans, les démocraties occidentales sont les fidèles alliées du tyran tchadien Déby.
L’apologie de la dictature au Tchad par les démocraties occidentales, est un crime contre l’humanité, jetant aine
de l’opprobre sur leurs auteurs et complices. Cette ignominie à l’égard du peuple tchadien est insupportable,
suscite dégoût et légitime colère des victimes.
Quel peuple au monde accepterait-il de subir quotidiennement des traitements dégradants et humiliants, assassinats,
viols, pillages, être réduit en esclavage par un clan présidentiel, sans riposter de manière légitime, adéquate et
proportionnellement à la gravité des crimes subis ?
Une brève rétrospective historique de la seconde guerre mondiale de 1939 à 1945 serait nécessaire : lors de l’occupation
de la France par les troupes nazies d’Hitler, des milliers de français de l’hexagone et les africains des colonies ont
résisté héroïquement les armes à la main contre la dictature de l’occupant nazi. La farouche volonté de préserver
1
Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme / Parti Révolutionnaire Populaire et Écologique (ACTUS /prpe
E-mails :             actus_pr@yahoo.com               actus-prpe@club-internet.fr
la liberté, la dignité, l’honneur et la démocratie, galvanisa les FFI (Forces françaises de l'intérieur) et les combattants africains appelés communément «Tirailleurs sénégalais».
Ces combattants de la libération et pour la démocratie étaient-ils qualifiés de «terroristes» par le peuple français?
Evidemment, non. En effet, ces Hommes étaient des Libérateurs.Ils étaient honorés de leur vivant ou à titre posthume pour certains. Leurs sacrifices et luttes les ont portés sur les fonts baptismaux de l'Histoire de France libérée du nazisme. Tels furent les cas du Général De Gaulle , Leclerc, maréchal de Lattre de Tassigny , les Généraux Koenig, Jacques Chaban Delmas, Pierre De Jussieu, Audibert, Marcel Allard, les Colonels Fabien, Maurice Rousselier, Bernard , Louis Godefroy,          le lieutenant-colonel Georges       Guingouin, les     Commandants Pierre-Louis         Bourgoin, Charles   Stenger, le Capitaine Charles Thomas, Félix Eboué, Gaston Dassonville, le colonel Henri Rol-Tanguy , André Tollet, Jacques Chapou , Raphaël Onana, l’adjudant Bourama Dieme, Yora Comba, Moussa Dana, capitaine Charles N’Tchoréré, Général Jacques Doumro, Addi Bâ , tous les anonymes nord africains, sud africains, australiens, canadiens, néo-zélandais... [Sources :(Pierre Miquel, Compagnons de la Libération, Paris, Denoël, 1995), (Henri Weill, Les Compagnons de la Libération, Toulouse, Privat, 2006), (Musée de l’Ordre de la Libération), Rfi]
Pour notre Parti, ACTUS/prpe et pour le peuple tchadien supplicié depuis 26 ans par le dictateur Général Président Déby, les opposants Général Mahamat Nouri Allatchi et M.Mahamat Mahadi Ali, sont à l’instar des millions de citoyens tchadiens victimes de la tyrannie du squatter du palais rose. Tous les patriotes qui combattent par tous les moyens le despote président Déby, sont des Libérateurs, qui volent au secours du peuple tchadien en danger d’extermination lente par ce dirigeant françafricain qu’il n’a jamais démocratiquement élu de surcroît imposé par l’impérialisme français.
Face à cette «machine infernale» à broyer les vies humaines, les masses populaires tchadiennes n’ont pas d’autres alternatives objectives que celle de lui opposer la légitime défense en l’occurrence la résistance armée. Ce droit légitime et légal est reconnu, voire recommandé par ailleurs au peuple tchadien par le préambule de la Constitution de la république du Tchad de 1996 : « notre droit et notre devoir de résister et de désobéir à tout individu ou groupe d’individus, à tout corps d’Etat qui prendrait le pouvoir par la force ou l’exercerait en violation de la Constitution »
De plus, la Déclaration universelle d’Alger des droits des peuples du 04 juillet 1976 des pays          non-alignés, stipule notamment en ses articles 5 et 6 : « Tout peuple a un droit imprescriptible et inaliénable à l’autodétermination. Il détermine son statut politique en toute liberté, sans aucune ingérence étrangère extérieure», «Tout peuple a le droit de s’affranchir de toute domination coloniale ou étrangère directe ou indirecte et de tout régime raciste ».
Au demeurant, rappelons que le Général Mahamat Nouri Allatchi et M. Mahamat Mahadi Ali, étaient Membres des Forces de résistance nationale, bras armé du peuple tchadien supplicié. Les patriotes combattants et résistants avaient réalisé une prouesse militaire. Ils avaient parcouru environs 800 kilomètres depuis leur base historique de la petite bourgade de Hadjar Marfaïne, en territoires libérés à l’Est du Tchad, proche des frontières du Soudan. Le peuple était sur le point de neutraliser la vermine, quand hélas, une nouvelle fois, le dictateur Général Président Déby, fils adulé de l’impérialisme occidental et notamment de la France, fut sauvé in extremis grâce l’intervention des troupes d’élites du Commandement d’opérations spéciales (COS) de l’Armée française. C’était en février 2008. [Cf. Journal La Croix du 10 février 2008]
Le bilan fut très lourd : plusieurs centaines de morts dans les rangs des patriotes combattants et des populations civiles. Certaines estimations chiffraient à plus de 2000 morts.
Aucun peuple au monde n’accepterait de vivre de son propre gré sous une quelconque dictature. De quel droit « divin » ou « colonial » les Gouvernements français opposent-ils le déni de démocratie au peuple tchadien qui combat la dictature du Général Président Déby ? Ce tyran est au pouvoir depuis 26 ans grâce
-
au soutien multiforme, inconditionnel et constant (militaire, politique, diplomatique et financier) des gouvernements français successifs, nonobstant les crimes contre l’humanité et violations des droits de l’Homme dénoncés par les Organisations de défense des droits de l’Homme (Ctddh, Ltdh, Amnesty international,Fidh,...) dans leurs différents rapports et communiqués de presse.
Cette alliance contre nature entre la démocratie du pays des droits l’homme et géniteur de la déclaration universelle des Droits de l’Homme et du citoyen de 1789, et la dictature au Tchad, est un crime contre l’humanité, une ignominie à l’égard d’un peuple en danger de mort. Le soutien des gouvernements français successifs au tyran Déby, est un parapluie, une assurance tous risques lui garantissant l’impunité absolue d’exterminer à
2
Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme / Parti Révolutionnaire Populaire et Écologique (ACTUS /prpe
E-mails :             actus_pr@yahoo.com               actus-prpe@club-internet.fr
satiété le peuple tchadien insoumis à sa volonté.
-
à la terreur, aux assassinats des simples citoyens, journalistes, défenseurs des droits de l’homme, opposants
politiques..., des religieux, aux traitements dégradants et humiliants, à la corruption, à la prédation systématique
des sources nationales, à la colonisation de l’administration nationale du pays par le clan familial..Le Général président Déby, progéniture de la Françafrique, est installé au pouvoir par la DGSE (services secrets français) le 1 décembre 1990. [Source : Antoine Glaser, « AfricaFrance, quand les dirigeants africains deviennent les maîtres du jeu », Editions, Fayard, Paris 2014]. N’ayant jamais remporté aucune élection de manière démocratique et transparente, ce grand spécialiste des hold up électoraux, et usurpateur du pouvoir, ne bénéficie par conséquent d’aucune légitimité du peuple.
Bon soldat de l’impérialisme français, il exécute servilement et scrupuleusement les ordres et missions que lui confient tous les gouvernements français, ses protecteurs depuis 26 ans. En contrepartie, il bénéficie du ferme soutien inconditionnel, multiforme, lui assurant la pérennité de son pouvoir. Les deux opposants, combattants de la liberté , les patriotes Général Mahamat Nouri Allatchi et
de l’hexagone au despote Déby. La garantie ou l’assurance tous risques accordée par la France au Général président Déby se traduit au Tchad par une impunité de prédation des ressources nationales, extermination du peuple tchadien ( plus de 30000 morts selon les estimations des Organisations de défense des droits de l’Homme en 25 ans de règne absolu). Ces faits gravissimes, sont contraires aux valeurs universelles démocratiques dont l’hexagone se fait le chantre. Ils jettent un discrédit et de l’opprobre sur la France, berceau de la déclaration universelle des droits de l’Homme et du Citoyen de 1798.  Cette alliance criminelle contre nature entre les régimes de démocratie en France et de dictature au Tchad, porterait préjudices aux relations entre les deux pays, car les descendants de ces milliers de tchadiens assassinés par le soldat Déby, n’oublieront jamais ces crimes contre l’humanité qu’il a commis en 26 ans de règne absolu. L’Alliance contre nature entre la démocratie française et la dictature tchadienne, est un crime contre l’humanité, une ignominie à l’égard d’un peuple en danger de mort. Cela est insupportable.
Établir une liste exhaustive des crimes contre l’humanité perpétrés contre le peuple tchadien en 26 ans de règne absolu, du Général Président Déby, serait fastidieux, et tel n’est pas l’objectif du présent élément introductif de la nature criminogène du Sultan d’Amdjaress Les résistants contre le tyran Déby dont le Général Mahamat Nouri Allatchi et         , sont des victimes, qui ne sauraient être assimilées à des vulgaires terroristes, ni à des délinquants internationaux. Nous nous limiterons, ici, sans hiérarchiser, ni minimiser les crimes, à citer quelques exemples de la tragédie que vit le peuple tchadien :
- La cruauté légendaire du Général président Déby est inégalée dans les annales mondiales des horreurs des dictateurs. En effet, le Professeur Balaam Faustin Facho, ancien Ministre des Relations Extérieures de 1985 à 1988 du Tchad, dans sa déposition enregistrée et déposée devant les juges des Chambres Africaines Extraordinaires à Dakar au Sénégal, le 19 novembre 2013 contre le despote Déby, déclara : « Il faut savoir qu’Idriss DEBY était le Commandant en Chef des FAN et son cousin Ibrahim Mahatma ITNO, l’accompagnait dans les opérations. Ces deux là sont de véritables criminels de guerre. Ils regroupaient les villageois sur la place publique et leur tiraient dessus. Idriss Deby achevait même les blessés en leur marchant dessus pour voir s’ils bougeaient ou pas. » [Source : Zoom Tchad, jeudi 26 mars 2015]
- L’horreur absolue de la nature criminogène     du tyran Déby s’était manifestée sous sa forme ultime comme en témoignent ces faits abominables : «... des femmes enceintes qui ont été éventrées et les fœtus arrachés ! » [Cf. Tchad le procès d’Idriss Déby, Témoignage à charge. Ngarlejy Yorongar, éd. L’Harmattan, Paris, 2003].
- D’autres sources indépendantes comme celle du Pasteur suisse, Roland Hammel, dans son témoignage : « Tchad : sait- on vraiment ce qui se passe ? » dans l’hebdomadaire Jeune Afrique n°1855 du 24 au 30 Juillet 1996, mérite d’être lue. Son récit suscite de la répugnance et renforce cette thèse de crimes contre l’humanité dont est coupable le Général- Président Idriss Déby Itno avec le soutien inconditionnel de la France.
- « Des villages brûlés, des récoltes calcinées, des richesses confisquées et des milliers d’innocents arrêtés et torturés avant d’être assassinés. Voila ce que Déby a réservé au sud du Tchad en 1984. Dans ses chasses aux hommes qu’il appelle « mangeurs de rats et kirdis », Idriss Déby avait volontairement incendiés tous les villages. Un enfant de 5 ans qui
M. Mahamat Mahadi Ali sont aujourd’hui victimes de ce soutien inconditionnel
Le Général Président Déby est coupable de crimes contre l’humanité et des violations
flagrantes des droits élémentaires de l’Homme.
M. Mahamat Mahadi Ali
3
Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme / Parti Révolutionnaire Populaire et Écologique (ACTUS /prpe
E-mails :             actus_pr@yahoo.com               actus-prpe@club-internet.fr
avait survécu parmi les miraculeux, était sorti d’une hutte pour éviter le feu qui consumait la case et les corps de ses parents « Papa...Papa...Pardons ne me tue pas. Je vous en supplie. Ayez pitié de moi au nom de dieu », a ainsi lancé, en dialecte Sara, cet enfant dans son cri d’alarme. Idriss Déby a fait la sourde oreille. Jetant de l’opprobre sur cet enfant qui vu ses parents brûlés vifs, il l’a abattu comme un chien ». [Cf : Passalet Samy, Tchad: Deby vers une fin fatale-les guerres de succession, Editions Publibook, Paris 2009]
- Les journalistes tchadiens , défenseurs des droits de l’Homme, syndicalistes, opposants politiques, civils, militaires..., ont payé un lourd tribut. Plusieurs d’entre eux furent incarcérés , torturés ou assassinés : Modilé Berlngar Le Bad,Maxime Koudingar Kladoumbaye, Madjigoto, Nidikidan Djérabé Declaud, Mbayrabé Ouaye, M. Moussaye Avenir De La Tchiré, Mahamat Ramadane, M. Djeralar Miankeol, Zara Mahamat Yacoub, M. Moussa Tao, M. Mokhtar Nantcho, Ismaël Idriss Ismaël, Jean-Bosco Manga , M. Digamnayal Nely Versini , MM. Michel Barka, Younous Mahadjir et François Djondang,
Ousmane Gam, Ibni Oumar Mahamat Saleh, Hémat Fadoul Barcham Halata père,
Ahmat Lamine et Abderamane Dadi,       [Sources : Makaila Blog over du 15.05.2015, Rapport
d'AmnestyInternational2014-2015, N'DjamenaBi-Hebdo]
-. Le Sultan Général Président Déby, enfant terrible et chéri de la Françafrique humilie aussi régulièrement les journalistes étrangers. Ce fut le cas de M. Laurent Correau, envoyé spécial de Radio France Internationale (RFI), le 24 juin 2015. Ce dernier a été manu militari expulsé de N’Djaména, capitale du Tchad. Selon Sonia Rolley, journaliste à RFI, deux agents de la police de l’air ont débarqué à l’hôtel et frappé Laurent Correau et l’avocat Reed Brody de l’ONG Human Rights Watch. [Source RFI du 24.06.2015]
Colonel Maldom Bada Abbas, Mamadou Bissau, Commandant Abakar Adjar, Colonel Moïse Kété, Capitaine Laokein
Bardet Frisson,
M'bailao Maine,
Idriss Haggar, Abakar Idriss Haggar , Bakhit mahamat Haggar et Hamid abderahmane
Haggar , Bichara Digui Arou, Commandant Yacoub aldaris Ibrahim, Colonel Mahamat Fadil , Colonel Moussa Bachar
Houno, Djidy Hissein Mi,Yahya Bardi
,
Dr. Gueti Mahamat, M.
Abakar Gaoui,
Khamis Doukhoune, MmeDochi Koreïdo, Mme Gani Nassour Betchi,
Tahir
Mattalamma,Hamdane Ibrahim, Alladjaba Adam Annour, Mahmoud Ali Fakharaddine,
Colonel Abbas Koty Yacoub...(une liste non exhaustive)
Le Général Président Déby ou le chef d’une horde de prédateurs des ressources
nationales et promoteur de la délinquance gouvernementale.
- Pendant que la crise socio-économique déjà incommensurable décime par la faim, les maladies les masses populaires,
pendant que les fonctionnaires sont privés de leurs salaires depuis plusieurs mois, les retraités et étudiants ne perçoivent
ni pensions et bourses d’études..., le Général président Déby et son clan poursuivent leur prédation du Trésor public afin
d’assouvir leurs besoins matériels démesurés et caprices royaux. C’est ainsi que pour satisfaire sa libido gargantuesque
et insatiable, le Sultan Déby a versé à la famille de sa jeune épouse Amani, une soudanaise âgée de 20 ans, la dote
sonante et trébuchante de 26 millions de dollars US, soit un montant de 13 milliards FCFA (97,5 millions de riyals
saoudiens). [Source : Al-Riyadh 20 Janvier 2012].
Une somme suffisante pour payer tous les arriérés de salaires des fonctionnaires et bourses d’étudiants, approvisionner
en médicaments les hôpitaux publics où des milliers d’enfants meurent fautes de soins adéquats...
Selon le journal soudanais Akhr Lahtha, en guise de cadeau, à la jeune mariée, le Général président Déby lui a offert une
somptueuse villa «House Dubaï», située à Khartoum, dans le quartier résidentiel des hauts dignitaires du Soudan.
Le décompte du Journal Afrique Education dans son numéro 366, établit que la jeune épouse Amani est la quinzième
(15ème) épouse du Général président Déby.
- Selon la presse tchadienne l’une des épouses, la plus en vue du Général président Déby, Madame Hinda Déby serait
surnommée « Mme 10% », car pour tout marché public général sans appel d’offre légal et accordé de gré à gré, elle
prélèverait 10% de commission sur le coût total de la transaction.
- Appliquant les recettes des institutions financières internationales (FMI et Banque mondiale) aux conséquences
désastreuses pour les masses populaires, le Général président Déby a privatisé (une braderie déguisée) toutes les
entreprises et régies nationales les plus rentables au profit de son clan familial. C’est ainsi que la SOGECT qui disposait
d’un contrat d’émission des documents biométriques, passeports, cartes d'identité, cartes grises, et permis de conduire...,
a été contrainte par le squatteur du palais rose à jeter l’éponge trois mois avant cession légale du contrat.
La stratégie échafaudée par le clan était d’obliger l’état tchadien à dédommager la société SOGECT qui réclama 34
milliards de FCFA pour rupture abusive de contrat. Rappelons que le représentant de la société n’est autre que
Monsieur Abdramane Hassane Itno, le neveu du Général Président Déby. Ce circuit de haut vol de l’état tchadien en
bande organisée du clan présidentiel, fut dénoncé par le collectif « Trop c’est Trop » [RFI du 14-12-2014].
4
Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme / Parti Révolutionnaire Populaire et Écologique (ACTUS /prpe
E-mails :             actus_pr@yahoo.com               actus-prpe@club-internet.fr
- Selon un Rapport de 2008 du Ministère de l’Assainissement public et Promotion de la Bonne gouvernance (Ministère du
Contrôle Général d’État et de la Moralisation), 40 Milliards de FCFA ont été détournés après vérification de la gestion du
Projet de Gestion des Ressources Naturelles en zone soudanienne (PGRN), du Fonds d’entretien Routier (FER) et la
Cotontchad. Il serait utile de rappeler que toutes ces institutions bien dotées financièrement, sont gérées par les
membres clan familial présidentiel et ses proches.
- Au Ministère des Postes et Nouvelles technologies de l’information, dirigée par M. Daoussa Déby, frère ainé du
dictateur Général Président Déby, la colossale somme de 1,2 Milliards de FCFA, soit une partie du prix de ventes des
licences 3G et 4G aux Opérateurs mobiles (AIRTEL et TIGO), ont été subtilisés. [Sources :Tchadpages et Tchadantropus
du 08.05.2015]
- Le journaliste Mbayrabé OUAYE du Journal Haut parleur, a été arrêté et détenu pendant trois jours sans convocation le 12.06.2015. Il est accusé d’avoir écrit un article «Salaye Déby, le voleur national», dénonçant à juste titre l’expropriation de toutes les recettes des Douanes du Tchad par le Général Salaye Déby, Directeur des Douanes, et petit frère du Général président Déby. [Source: Haut parleur N°13 du 30 septembre au 15 octobre 2015]
Le voleur national ,Général Salaye Déby a détourné une somme astronomique, estimée à 136 milliards de FCFA. Ce prédateur, bénéficiant de l’impunité du clan présidentiel a été absous de la justice sur ordre de son grand frère, le Général président Sultan Déby. Le voleur national vit depuis fin novembre 2015 en exile au Caire en Egypte, où il mène une vie dorée dans l’une de ses somptueuses villas construites à coup de milliards volés au peuple tchadien.
Selon le Journal Citoyen, avec les 136 milliards de FCFA, l’état tchadien pourrait construire 302 kms de routes bitumées, 453 écoles primaires, 70 lycées, 136 000 forages de pompes à motricité humaine». [Tchadinfos, revue de la presse du 6 au 13 décembre 2015]
- Selon une enquête réalisée par le Groupe Intègre d'Internautes du Tchad (GIIT) en 2012, sur les villas appartenant au clan présidentiel dans la capitale N’Djaména, on dénombre 223 bijoux architecturaux dont la valeur totale serait estimée à plus de 175 milliards 800 millions FCFA. Cette somme astronomique a été volée au peuple tchadien [Over Blog Makaila du 23 Avril 2012]
A ces villas  acquises, viennent s’ajouter d’autres forfaitures dont sont coupables les membres du clan présidentiel : confiscations les domaines d’état pour y construire leurs villas, confiscations des terrains des citoyens par menaces et pressions sur ces derniers, ou les obligeant à vendre à vils prix leurs terrains... Outre ces luxueuses villas, les membres du clan présidentiel narguent sans vergogne les masses populaires. Ils étalent de manière ostentatoire leurs signes extérieurs de richesse : ces prédateurs de la république roulent dans des voitures et autres 4x4 haut de gamme, certains à l’instar d’un des fils du despote président, Zakaria Déby a arrosé d’une pluie de billets de banque les convives qui se trémoussaient au son effréné de la musique orientale. C’était en été 2011, lors du mariage d’un autre fils, Adam Déby. [Cf. France 24 du 27.12.2012, Le Figaro du 28.12.2012]
- Les caisses de l’état sont vides, clament à satiété le Général président Déby et ses différents gouvernements. Cependant, ils demeurent aphones et aveugles sur les véritables causes de ce désastre financier, économique et social organisé, que sont la prédation du Trésor public les membres du clan présidentiel et leurs affidés. Selon le Journal en ligne Chari-Logone du 22.10.2016, M. Zakaria Déby, fils du dictateur Général président Deby, et auteur de la faillite de       , Compagnie aérienne nationale, aurait acheté un avion privé.
- la concurrence est rude entre les membres du clan présidentiel pour le trophée de la plus haute prédation des deniers publics. A chaque milliard volé, ce crime économique est célébré avec faste dans l’une des villas cossues du prédateur. Selon le Député de l’opposition Ngarléjy Yorongar « Le plus pauvre membre du clan présidentiel disposerait d’une fortune estimée à 100 milliards de FCFA » [Tchad Today du 09 août 2014].
- Le Général président Déby a innové l’abject, la délinquance en mode de gouvernance. En effet, le Tchad est l’unique pays au monde où la vertu est fermement réprimée, tandis que le vice, le délit font l’objet de la promotion. Ils sont adoubés, et glorifiés. A cet effet, on constate que nombre de dirigeants politiques appartenant au clan présidentiel ou de son Parti, le MPS, multirécidivistes des crimes économiques et physiques, sont promus à des postes de responsabilités proportionnels à la gravité des forfaitures commises. Une horde de prédateurs avec à sa tête le chef de la meute le dictateur Déby, n’impulsera que le chaos, la descente aux enfers du pays et des populations tchadiennes.
Dans tout état moderne de droit, cette meute de prédateurs politiques, seraient condamnés pour infractions criminelles, manquements à la probité, fraude fiscale, électorale, corruptions, faux usage de faux, pillage en bandes organisées, esclavagisme, destruction du pays...Au regard de tels casiers judiciaires non vierges, ils seraient exclus de tout embauche quel que soit le métier visé et de surcroît candidats à une quelconque élection locale, nationale.
délictuellement
Toumaï Air Tchad
5
Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme / Parti Révolutionnaire Populaire et Écologique (ACTUS /prpe
E-mails :             actus_pr@yahoo.com               actus-prpe@club-internet.fr
Ces prédateurs invétérés ne seraient jamais élus chefs de quartiers, la plus petite entité administrative. Le Général président Déby est par conséquent disqualifié à diriger les 12 millions de tchadien(ne)s pour haute trahison, actes de terrorisme d’état et crimes contre l’humanité. Lui et ses comparses devraient trouver plutôt leur place légale et légitime derrière les barreaux et non au dessus du peuple tchadien supplicié.
Le Général président Déby, imposé au peuple tchadien depuis 26 ans par la France, est aussi un dangereux fossoyeur du panafricanisme.
est fermement soutenu par la France et les puissances occidentales, depuis 26 ans, nonobstant les crimes contre l’humanité dont il est régulièrement accusé par les Organisations des droits de l’homme. En effet, le tyran tchadien serait un agent indispensable pour le projet de recolonisation de l’Afrique par les impérialistes occidentaux. C’est dans ce cadre que se situeraient ses multiples interventions militaires au Congo Brazzaville, au Togo,
en Centrafrique, au Mali... Les interventions militaires de Général président Déby, n’ont par conséquent aucun fondement panafricaniste, mais celui unique d’assurer la pérennité de son pouvoir en contre partie de l’exécution de la feuille de route du projet de recolonisation de l’Afrique par les puissances impérialistes occidentales. Cette recolonisation du continent a connu une accélération ces dernière années avec le kidnapping du président insoumis Laurent Gbagbo le 11 avril 2011 par l’armée française et l’assassinat le 20 octobre 2011 du Guide Kadhafi par les puissances impérialistes occidentales (Usa, France et Royaume uni) dont les dirigeants Obama, Sarkozy et Cameron coupables savouraient avec joie leur crime devant les médias.
Le Général président Déby n’est pas un panafricaniste comme l’étaient authentiquement Nkwame Nkrumah, Gamal Abdel Nasser, Sékou Touré, Patrice Lumumba, Cabral, Houari Boumediene, Samora Machel, Sylvanus Olympio, Barthélemy Boganda, Mouammar Kadhafi, Marien Ngouabi, Thomas Sankara... En effet ses pseudos déclarations à l’emporte pièce, teintées du lyrisme « panafricaniste » n’est qu’une imposture, d’un agent de la Françafrique, méticuleusement inséré au cœur du dispositif impérialiste de recolonisation de l’Afrique. Son unique objectif est de garantir son trône par l’impérialisme Français, de déjouer la vigilance des authentiques panafricanistes, d’occulter et de cacher à l’opinion internationale les crimes contre l’humanité qu’il commet au Tchad, et enfin de maintenir la domination du continent.
Voici quelques éléments ci-dessous qui permettraient d’affirmer si besoin en était, que le dictateur Déby est un fossoyeur du panafricanisme :
- Un authentique panafricaniste est avant tout un véritable patriote, qui aime son peuple et son pays. Au Tchad, les 26 ans de dictature du Général président Déby sont caractérisés par la tragédie, la misère exponentielle jamais connue de mémoire de tchadien, la destruction des valeurs morales et civiques, le démantèlement progressif de l’état tchadien, spoliation et bradages aux étrangers des milliers d’Hectares de riches terres agricoles
[Sources : Makaila Over Blog du 27.01.20147].
- Un authentique panafricaniste ne servirait jamais, ni défendrait aucun intérêt des puissances impérialistes. De plus, en acceptant les bases militaires françaises, et pour avoir signé les accords de leur renforcement au Tchad, au cœur du continent, le Général président Déby contribue incontestablement au projet de recolonisation de l’Afrique. Ces bases militaires impérialistes sont un véritable pistolet, qu’il accepte d’être braqué sur la tempe du continent. Nous sommes bien en présence d’une haute trahison du panafricanisme.
Ce pseudo panafricaniste a même imploré une nouvelle intervention militaire des puissances impérialistes en Libye, qui ont assassiné deux ans auparavant, l’authentique panafricaniste, le Colonel Kadhafi le 20 octobre 2011, afin d’assurer selon ses termes le « service après-vente » [Le Monde 16.12.2014].
- Un authentique panafricaniste est aussi un patriote, qui pose des actes audacieux : ce fut le cas du jeune Président Sékou Touré qui a défié la puissance coloniale française en créant sa propre monnaie nationale le « Franc guinéen». Quant au Général président Déby, le pseudo panafricaniste, dépourvu de réelle volonté politique et de courage, se contente d’amuser la galerie en se livrant à un pseudo lyrisme panafricaniste anti FCFA.
Le masque est tombé. Le vrai visage de la taupe des puissances impérialiste du tyran Déby se confirmerait incontestablement. Son pseudo panafricanisme commence à être démasqué et démenti par d’autres faits irréfutables qui éclaireraient davantage les panafricanistes du continent sur cet imposteur qui abusent de leur confiance.
Le despote Général Président Déby
dans les régions du Salamat,
Guéra, Chari-Baguirmi et les 2 Mayo-Kebbi.
6
Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme / Parti Révolutionnaire Populaire et Écologique (ACTUS /prpe
E-mails :             actus_pr@yahoo.com               actus-prpe@club-internet.fr
Le Général président Déby délinquant international notoire, est aussi un spécialiste de fausse monnaie et trafic de drogues.
- En moins d’une décennie après sa prise de pouvoir en faveur coup d’état militaire, le Général président Sultan Idriss Déby, s’était déjà illustré par des actes de contrefaçon monétaire. En effet, il s’était rendu coupable de la plus grande délinquance financière connue au 20ème siècle. Le président tchadien fut le cerveau d’une contrefaçon de 362 millions de dollars en coupures de 20 dinars de Bahrein imprimés en Argentine. Les journaux français Bakchich info, Rue 89 et Canard enchaînés..., dans leurs livraisons de 1998 en ont abondamment fait l’écho. Sous le titre : « Plus grosse affaire de fausse monnaie du XXe siècle », appelée communément « l’affaire des vrais-faux dinars de Bahreïn ».
- La boulimie financière du squatteur du palais rose majestueusement dressé aux bords du fleuve Chari de NDjaména, est insatiable. De la fausse monnaie, il s’était aussi convertit en narcotrafiquant international. En effet, la plus grosse prise de cocaïne en Europe, est le fait d'un Conseiller du Général président Déby, en l’occurrence M Adoum Aganaye, frère du très connu Tidjani THIAM, ancien Conseiller de Deby.
M. Adoum Aganaye, muni des papiers diplomatiques, ordre de mission de la présidence tchadienne, a transporté dans ses bagages de Colombie jusqu'à Bonn 130 kg de cocaïne, plaqués dans des malles estampillées « présidence de la République tchadienne ». Le convoyeur se croyait couvert d'une immunité diplomatique parce que détenteur d'un passeport diplomatique. Il fut arrêté à l'aéroport et condamné à 30 ans de prison ferme car lâché par mentor le tyran Déby.
- Le journal tchadien en ligne, Tchad Actuel, dans sa livraison du 21 mars 2013 révèle la véritable et diabolique face cachée du Général président Deby, le pompier-pyromane de l’Afrique. Selon ce journal, le dictateur Général président Déby entretiendrait de solides relations avec « le Senator Ali Shérif (SAS pour les intimes), ancien Gouverneur de l’État de Bornou. Ce sénateur serait l’un de financier de la secte Boko Haram, créé en 2002 dans l’état de Bornou où il était Gouverneur ».
Les déstabilisations des pays africains voisins notamment, Soudan et Centrafrique, militeraient aussi en faveur de la thèse selon laquelle le despote tchadien serait impliqué dans la genèse de la secte islamiste Boko Haram. De plus, en manque de notoriété et légitimité intérieure, le Général président Déby, agiterait l’épouvantail du terrorisme islamiste afin de bénéficier du soutien des puissances impérialistes occidentales au nom de la lutte contre Boko Haram, et la montée du djihadisme dans la sous région sahélo-saharienne d’Afrique. Ce qui lui permettrait de consolider son pouvoir en réprimant dans le sang toute velléité de contestation de son pouvoir par les tchadiens.
Ces quelques faits délictueux gravissimes indignes d’un président de la République, portent dangereusement atteinte à l’honneur, à la dignité, à la crédibilité du pays et celle des tchadiens. Il serait plus judicieux et moralement responsable pour la France, et ce dans l’intérêt de sauvegarder ses intérêts futurs au Tchad, de rompre le cordon ombilical qui la lie au dictateur Déby.
Un tel dirigeant, bourreau de son peuple, délinquant notoire de renom siutenu par les gouvernements français successifs, jetterait aussi de l’opprobre sur France, berceau de la déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen de 1789.
Eu égard aux crimes contre l’humanité commis par le tyran Déby au Tchad, le peuple tchad en lutte et ainsi que les deux leaders de l’opposition le Général Mahamat Nouri Allatchi et
Général président Déby.
La France démocratique, qui a connu la barbarie des Nazie, ne devrait-elle pas être aux côtés du peuple martyr tchadien? Que reprocherait-elle aux victimes qui appliquent la légitime défense, en luttant les armes à la main pour leur survie ? La tragédie que vit notre peuple depuis 26 ans est effroyable. En effet, selon les estimations des associations des droits de l’Homme, plus de 30000 tchadiens auraient été assassinés par le tyran Déby en 25 ans de règne absolu. Ce chiffre croit avec sa pérennité au pouvoir, et de surcroît avec l’assurance du soutien inconditionnel des puissances impérialistes, notamment celui de la France.
Les descendants de ces jeunes braves soldats tchadiens, qui ont combattu héroïquement à leur corps défendant, les occupants nazis de la France en 40-45, mériteraient-ils aujourd’hui un traitement aussi ignoble, une telle ingratitude déconcertante de la France libérée et démocratique?
M. Mahamat Mahadi Ali, ne sauraient être assimilés à des
« terroristes ». Ce sont au contraire des honorables patriotes qui participent courageusement au sein des Forces de
résistance nationale à la lutte contre la tyrannie. Ils contribuent à la libération du peuple. Leur engagement et leurs actes
sont une œuvre de salubrité politique, de moral et de civisme. A cet effet, notre Parti, ACTUS/prpe réitère aux deux
patriotes opposants, notre solidarité militante. En effet, notre lutte commune est celle du peuple tchadien, celle de stopper
l’extermination de notre peuple par l’anéantissement de totale de la dictature criminelle du
7
Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme / Parti Révolutionnaire Populaire et Écologique (ACTUS /prpe
E-mails :             actus_pr@yahoo.com               actus-prpe@club-internet.fr
Cette vision politique françafricaine à court terme et pour des raisons probablement personnelles, porterait incontestablement préjudice au véritable défi à relever, celui d’assurer la coopération mutuellement avantageux entre les états et leurs peuples qui sont éternels, tandis que les dirigeants politiques, eux, sont éphémères.
De ce qui précède, notre Parti ACTU/prpe :
dénonce et condamne avec fermeté cette décision politique du gouvernement français pour son soutien indéfectible au dictateur Déby au pouvoir depuis 26 ans, en asphyxiant financièrement et économiquement les deux opposants tchadiens. exprime son soutien et solidarité aux patriotes et opposants Général Mahamat Nouri Allatchi et
réitère son exigence du retrait inconditionnel, immédiat et la fermeture de toutes les bases militaires françaises du Tchad. Ces dernières sont un bouclier au service des dictateurs successifs, et contre la légitime aspiration du peuple à la démocratie, à la paix et au bien-être social. demande à la France et aux organisations internationales (ONU, Union Africaine, Union européenne) de cesser d’être aphones et aveugles sur les crimes contre l’humanité que commet en toute impunité le Général président Déby, contre le peuple.
Quel serait le quota de morts supplémentaires à partir duquel ces institutions qui s’autoproclament défenseurs des droits de l’Homme, épouseraient-elles la cause du peuple supplicié en lâchant leur poulain criminel ? Aucun intérêt quel qu’il soit ne saurait justifier une telle complicité de crime contre l’humanité. demande à la France et aux organisations internationales (ONU, Union Africaine, Union européenne) de cesser toute aide militaire, économique, politique et financière au régime dictatorial et criminel du Général Président Déby
demande au peuple tchadien de compter sur nos propres forces, grâce à une mobilisation générale pour une lutte totale de libération, car il y va de notre survie. Expert en hold up électoral, appuyé par une armée clanique, et fort du soutien indéfectible de l’impérialisme occidental, notamment français, le dictateur Général Président Déby, ne perdra jamais les élections qu’il aura lui-même organisées. Mieux encore, il continuera à choisir avant la fermeture des urnes son pourcentage en qualité de vainqueur autoproclamé. Non à cette parodie d’élections prétendues démocratiques qui sont contraires à la volonté de notre peuple, l’infantilisent et le réduisent en esclavage au service d’une horde de prédateurs.
Le peuple conscient ne croit plus jamais à cette imposture démocratique des urnes ou l’art de « légitimer pseudo démocratiquement » une dictature. lance un appel solennel : Aux Armes peuple tchadien ! À la guerre d’asservissement et d’extermination que nous livre le dictateur Général Président Déby depuis 26 ans, opposons-lui une légitime et légale guerre totale de libération nationale, pour la démocratie, la paix et le bien-être collectif.
Le préambule de la constitution de 1996 susmentionné nous l’autorise, nous devons nous l’approprier et le traduire en acte. La Patrie ou la mort, nous vaincrons car notre lutte est juste. C’est celle du droit fondamental de l’Homme, celui du droit à la vie , et à une vie décente humaine.
M. Mahamat Mahadi Ali
Le 08 Février 2016
8
Le Secrétaire Général d’ACTUS/prpe Dr LEY-NGARDIGAL Djimadoum
Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme / Parti Révolutionnaire Populaire et Écologique (ACTUS /prpe
E-mails :             actus_pr@yahoo.com               actus-prpe@club-internet.fr
 

Alter Info l'Information Alternative

A Montreuil, le combat contre le compteur Linky continue

A Montreuil, le combat contre le compteur Linky continue
Après les 48 h sans chauffage au 224-236 bd Boissière en raison de la
disjonction provoquée par le Linky (diagnostic qui a semble-t-il été
long à poser, et qui va conduire à l'augmentation de la puissance de
l'abonnement d'électricité, sans doute répercutée par l'OPHM aux
locataires)

Réunion à la Boissière : Pourquoi et comment refuser le Linky
Samedi 11 février 2017 à 15h (jusqu'à 18h)
Antenne de quartier Jules Verne
65, rue Edouard Branly
Bus 121, arrêt Nouvelle France
Bus 102, arrêt Rue Saint-Denis

Cette réunion de 15h à 18h aura lieu égalent samedi prochain 18
février, ainsi que le samedi suivant 25 février, au même endroit.

Par ailleurs, le collectif Stop Linky a répondu favorablement à la
proposition du Conseil de quartier Branly-Boissière pour une réunion
"contradictoire" avec MM. Dufriche et Lechequer, et ENEDIS, le 22
février à 20 (lieu à confirmer).

Nous invitons le plus grand nombre de personnes intéressées à venir
s'informer.

Voici le mail de réponse que le Collectif a adressé au Conseil de
Quartier :

Re: [CQBB] Invitation à Madame Lobé pour participer à la Plénière du
CQBB du 22/02/2017
De stoplinkymontreuil@riseup.net
À ConseilQuartier BranlyBoissière <cqbb93@gmail.com>Add contact
Date Aujourd'hui 12:49

Bonjour,
Le Collectif Stop Linky Montreuil souhaite répondre favorablement à
votre invitation pour le 22 février à 20h et nous vous remercions de
bien vouloir nous préciser le lieu de la réunion Linky que vous
souhaitez organiser.

Vous savez que l'installation du Linky a commencé à la Boissière et
qu'au moins 4 immeubles ont déjà subi la pose sans lettre préalable
aux habitants (société SOGETREL).

Comme dans d'autres régions, les poseurs sont arrivés sans prévenir.
Les autres ruses utilisées pour passer en force sont : voitures
banalisées, agressivité pour avoir les bonus qui leurs sont octroyés
en fonction du nombre de compteurs posés, ou menaces pour
faire céder ceux qui leur disent non.

http://www.santepublique-editions.fr/objects/temoignage-17-janvier-2017-pose-du-linky-avant-sommation-et-pannes-chauffage-box-wifi-et-voisin.pdf
http://www.santepublique-editions.fr/objects/Conseils-contre-la-menace-de-coupure-par-les-poseurs-de-Linky-20-janvier-2017-par-Annie-Lobe.pdf

Linky n'est ni obligatoire ni gratuit, c'est nous qui payons de façon
indirecte, par les taxes sur nos factures (95 % du budget d'ENEDIS
vient de la C.T.A, Contribution tarifaire d'acheminement).

Dans la France entière, des centaines de personnes ont déjà eu leurs
appareils grillés par la pose du Linky et ont dû les remplacer à leurs
frais.

http://www.santepublique-editions.fr/objects/Saint-Juvat-Quand-les-compteurs-Linky-petent-les-plombs-Article-LE-PETIT-BLEU-des-COTES-D-ARMOR.pdf

D’autres subissent la disjonction qui les contraint à augmenter la
puissance de leur abonnement :

http://www.santepublique-editions.fr/objects/Linky-use-les-nerfs-de-deux-octogenaires-09_01_2017-La-Nouvelle-Republique-Indre-et-Loire.pdf

Plus grave, les incendies et même une explosion :
http://www.santepublique-editions.fr/objects/La-voix-du-nord-02-02-2017-incendie-depot-de-pain-Petite-Foret.pdf
http://www.santepublique-editions.fr/objects/Un-compteur-Linky-explose-en-Auvergne-27-decembre-2016.pdf

Personne n'indemnise les dégâts du Linky, puisque la société ENEDIS
n'a pas d'assurance.
http://www.santepublique-editions.fr/objects/extrait-Kbis-EDF-ASSURANCES-13-decembre-2016.pdf

À Montreuil, les effets ont été immédiats : panne de chaudière ! (plus
de chauffage ni d'eau chaude pendant 48 h, au 224-236, boulevard de la
Boissière, dans un immeuble OPHM ; l’explication donnée était que le
Linky avait fait disjoncter la chaudière, mais il a fallu 48h pour
poser le bon diagnostic et l’abonnement va devoir être augmenté… aux
frais de l’OPHM, qui ne manquera pas de le répercuter dans les charges
aux locataires).

Après le Conseil municipal le 1er février, une élue montreuilloise a
témoigné s'être entendue dire par téléphone qu'on allait lui couper
l'électricité si elle refusait le Linky. Pourtant, lors de la réunion
du mardi 20 décembre 2016 à 18h en mairie, en présence de M. Ibrahim
Dufriche, premier adjoint, et de M. Laurent
Abrahams, adjoint, Mme Gladys Staessens (Larose), « une des
responsables du programme Linky au niveau national », selon ses
propres termes, a dit :
« Je ne vais pas vous dire qu’on va vous couper l’électricité parce
que ce n’est pas vrai. Pour ce qui est du prix, on ne peut pas vous
faire payer le compteur Linky.
Le compteur n’est pas facturé à la pose. Si on vous dit que ce sera
payant plus tard, c’est une escroquerie. »

http://www.santepublique-editions.fr/objects/Extrait-reunion-Linky-20-decembre-2016-en-mairie-Gladys-Staessens-escroquerie.pdf

Les délibérations communales de refus du Linky ne sont pas illégales,
et il faut mettre en balance les 15 délibérations suspendues en référé
par des tribunaux administratifs et les plus de 300 délibérations qui
sont encore en vigueur et n’ont pas été attaquées.

Voici la liste complète :
http://www.santepublique-editions.fr/objects/liste-par-population-communes-refus-linky.pdf

Tandis que ces maires font de la résistance,
Nous rappelons qu'aucune réponse n'a été apportée par la ville aux
questions posées, ni le 20 décembre pendant la réunion, ni depuis la
délivrance de l'acte à notre maire, Monsieur Bessac, le 27 décembre
2016 :

http://www.santepublique-editions.fr/objects/sommation-d-apporter-les-reponses-aux-questions-posees-lors-de-la-reunion-du-20-decembre-2016.pdf
http://www.santepublique-editions.fr/objects/signification-huissier-patrice-bessac-maire-de-montreuil-cahier-doleances-linky-27-decembre-2016.pdf

Enfin, M. Dufriche avait annoncé le 20 décembre qu'une deuxième
réunion de l'instance de dialogue aurait lieu « avant fin janvier 2017
», or nous n'avons reçu aucune invitation pour cette réunion et ne
savons pas si elle a eu lieu ou non, et si oui, avec quels
participants.

C'est pourquoi nous sommes très heureux que vous organisiez, au sein
de votre Conseil de quartier, un débat contradictoire public.

Toutefois, nous constatons que vous invitez 3 personnes POUR le Linky
(M. Dufriche, M. Lechequer et ENEDIS) et une personne CONTRE (Annie
Lobé). Dans ces conditions, il nous paraît difficile de garantir un
temps de parole égal : moitié Pour, moitié Contre, et non pas
trois-quarts POUR et un-quart CONTRE.

Afin de rétablir un peu d’égalité, nous proposons une intervention de
Paul ADAM, d’ATTAC, conjointement avec Annie Lobé.

Enfin, nous souhaiterions que ce « débat contradictoire » soit
enregistré (enregistrement audio) afin que l'ensemble des
Montreuillois puissent savoir dans quelles conditions se déploie le
Linky à Montreuil.

Bien sincèrement à vous,
Pour le Collectif Stop Linky Montreuil
Annie Lobé

Alter Info l'Information Alternative

Vaccination : Une censure historique au parlement européen

Vaccination : Une censure historique au parlement européen
Comme nous vous l’avions communiqué il y a peu, un débat sans précédent sur la question de la sécurité des vaccins était prévu au sein même du parlement européen de Bruxelles.

Cet évènement voulait provoquer une réflexion politique sur des problèmes d’une urgence capitale : la transparence des études, les conflits d’intérêts des organismes chargés du contrôle des actes de vaccination, les accidents vaccinaux et leur prise en charge, et toute autre question scientifique autour de la vaccination.

La projection du film «Vaxxed, from Cover-Up to Catastrophe » entendait faire le point sur une controverse désormais connue du public Américain: la falsification de données par le Center for Disease Control, instance médicale suprême aux Etats-Unis.

Des campagnes de désinformation et d’agitation menées par des réseaux de presse anglophones à propos de ce film et une focalisation stérile sur la personnalité des orateurs, ont détourné le vrai propos. Ces amalgames entre fanatisme et revendication légitime ont terni un travail consciencieux.
Après la censure de la projection au festival de Tribeca présidé par Robert De Niro, après la censure de la projection au sénat Italien,
après la censure de la projection privée dans un cinéma de Londres, c’est avec indignation que nous prenons acte de la censure de cette programmation, taxée d'anti vaccin, alors qu’elle ne faisait que poser des questions d’intérêt public.

En plus de la brutalité faite aux acteurs et parlementaires engagés, il s’agit là de censure au sein du plus haut niveau de nos instances, et, en ce qui concerne les inquiétudes sur l’innocuité des vaccins, elle est désormais universelle !

Cet ostracisme, désormais évident, interdit le retour de la confiance dans la vaccination et ne fait que gonfler le doute et l’exaspération.
Les questions sur la sûreté des vaccins, largement relayées en Europe et d’actualité pour le public francophone et dans le monde, ne pourront pas être cachées par le déni politique et médical.   
Nous espérons que cette censure vous interpellera tout autant que nous.
Mais que peut-on vouloir vous cacher avec autant d’acharnement ?

Nous tenons à vous faire part de notre détermination dans la poursuite d’un vrai débat argumenté et démocratique.
Ainsi, nous entendons poursuivre notre projet d’informer et de débattre à l’espace Lumen à Bruxelles.

Je vous informe par ailleurs qu’une diffusion  du film “Vaxxed” aura lieu à Paris le 13 février.


Note: Veuillez trouver ci-joint le programme de la journée à Bruxelles et de la soirée à Paris
Informations Vaxxed Bruxelles https://www.facebook.com/suretevaccins
Informations Vaxxed Paris http://tinyurl.com/suretevaccinsparis
Information Vaxxed à Londres : vaxxed@protonmail.com

Sophie Guillot
Adeline Sanchez

Alter Info l'Information Alternative

La Quadrature du Net appelle à soutenir la campagne #SaveTheLink !

Un groupe d'eurodéputés de tous bords politiques, parmi lesquels la représentante du Parti Pirate Julia Reda, appelle les citoyens à se mobiliser pour empêcher l'introduction de dispositions dangereuses dans la réforme européenne du droit d'auteur. Leur campagne Save The Link ! vise à préserver notre capacité à partager l'information sur Internet, en empêchant la remise en cause de la liberté de faire des liens hypertextes et la généralisation du filtrage automatisé des contenus. La Quadrature du Net appelle à soutenir cette campagne pour éviter que cette réforme du droit d'auteur ne débouche sur une nouvelle régression des libertés.
La Quadrature du Net appelle à soutenir la campagne #SaveTheLink !
copyright

Les analyses de ces eurodéputés rejoignent celles que La Quadrature du Net a publiées à propos du projet de nouvelle directive européenne sur le droit d'auteur, proposé par la Commission en septembre dernier et qui va prochainement entrer en discussion dans les différentes commissions du Parlement européen. Deux mesures en particulier suscitent de vives inquiétudes parmi les défenseurs des libertés fondamentales.

La première vise à créer un nouveau droit voisin au profit des éditeurs de presse, afin de « rééquilibrer » leurs relations avec des acteurs comme les moteurs de recherche et les agrégateurs de nouvelles (type Google News). Mais cette nouvelle extension des droits de propriété intellectuelle est formulée d'une manière si large et si vague dans le projet de directive qu'elle aura des répercussions bien au-delà et affectera notre capacité à partager les informations sur Internet dans nos usages quotidiens. D'une durée de 20 ans et applicable sans exception, ce droit voisin risque de remettre en cause la possibilité de citer des extraits d'articles ou de faire des liens vers des sites de presse. Or les liens hypertextes, déjà fragilisés au niveau européen, constituent un des éléments clés du fonctionnement du web, en garantissant la circulation des informations. La campagne Save The Link ! vise à dire non à cette « taxe sur les liens » qui ne dit pas son nom et qui a déjà prouvé sa totale inefficacité dans les pays européens où elle a déjà été introduite (Espagne et Allemagne).

La seconde mesure dénoncée par cette campagne concerne une obligation généralisée de filtrage automatisé des contenus que la proposition de directive entend imposer aux plateformes. Plus exactement, le texte de la Commission vise les sites dont les contenus sont majoritairement produits par les utilisateurs (type Youtube, DailyMotion, Flickr, mais aussi Wikipedia ou GitHub). Il entend leur imposer de mettre en place des dispositifs permettant de contrôler a priori que les contenus mis en ligne par les internautes ne correspondent pas à des œuvres protégées. La campagne Save The Link ! dénonce cette idée comme risquant de déployer une véritable « machine à censurer » et elle rejoint en cela également les analyses de La Quadrature du Net. Nous dénonçons depuis longtemps les dérives engendrés par ces Robocopyright qui sévissent déjà sur des plateformes comme Youtube et qui provoquent de nombreux dommages collatéraux. Ces systèmes transforment les intermédiaires en « polices privées du droit d'auteur » et placent les utilisateurs dans des positions défavorables pour défendre leurs libertés d'expression et de création.

Non seulement ces deux mesures seront attentatoires aux libertés, mais elles seront aussi inefficaces pour reprendre la main face aux grandes plateformes centralisées. La Commission européenne fait en vérité preuve de lâcheté en se plaçant sur ce terrain du renforcement des droits de propriété intellectuelle, car c'est au niveau fiscal, des règles de concurrence ou de la protection des données personnelles qu'il faudrait agir pour espérer réguler les GAFAM.

Pour ces raisons, La Quadrature du Net apporte son soutien à la campagne Save The Link ! et appelle les citoyens à écrire aux eurodéputés pour manifester leur opposition à ces mesures. Il est important que les citoyens français en particulier se mobilisent, car le gouvernement français appuie ces propositions et on peut craindre que bon nombre de députés français fassent de même. Mais il est encore temps de peser pour éviter que cette réforme du droit d'auteur ne constitue encore une fois un prétexte pour faire régresser nos libertés.

De nombreuses associations partagent ces analyses :

Voir la position d'EDRi
Voir les positions de l'association Communia
Voir la position de LIBER, la Ligue européenne des bibliothèques de recherche
Voir la position de la Mozilla Foundation Foundation

Alter Info l'Information Alternative

Israël : arrogance, mépris de l’ONU et mépris du droit appellent des sanctions

Israël : arrogance, mépris de l’ONU et mépris du droit appellent des sanctions

Israël : arrogance, mépris de l’ONU et mépris du droit appellent des sanctions

Communiqué de l’AFPS, mardi 27 décembre 2016

L’adoption par le Conseil de sécurité de l’ONU de la résolution 2334 continue à provoquer une tempête de réactions indignées dans les milieux dirigeants israéliens. La palme du grotesque revenant au ministre de la défense, Liberman, qui parle de « nouvelle Affaire Dreyfus » à propos de la Conférence de Paris annoncée pour le 15 janvier et appelle les Juifs de France à rejoindre Israël … s’ils veulent rester juifs ! Et une autre palme à Netanyahou qui vient de découvrir qu’Obama complotait contre lui après lui avoir octroyé … 38 milliards de dollars.
Entendre Netanyahou parler de sanctions contre les pays ayant voté la résolution a quelque chose de surréaliste, alors qu’Israël, qui bafoue avec constance les résolutions de l’ONU le concernant, n’a jamais été sanctionné. Suspension des aides au développement du Sénégal et de l’Angola, annulation de la visite du président ukrainien, annulation d’une rencontre avec Theresa May en marge du sommet de Davos… Pour un peu on s’attendrait à le voir proclamer unilatéralement la suspension de l’Accord d’association avec l’Union européenne ! Il s’en gardera bien sachant qu’Israël en est le grand bénéficiaire et jouit quasiment d’une place de 28ème membre.
On est là devant le résultat de cette culture de l’impunité profondément installée chez des dirigeants israéliens qui se voient rappeler le droit par le Conseil de sécurité pour la 1ère fois depuis 1980. Tout rappel au droit est ainsi considéré comme une agression par un Etat qui, au fil des ans, s’est ancré dans l’idée qu’il ne peut accepter d’être traité comme les autres Etats du monde. L’impunité engendre nécessairement l’arrogance.
Pas complètement inconscient quand même, Netanyahou a demandé à ses députés de ne plus s’exprimer « sur l’annexion de territoire et la construction dans les implantations, parce qu’il pourrait y avoir une autre mesure internationale (contre Israël) avant le changement d’administration américaine le 20 janvier ». Il suffirait ainsi d’attendre Trump pour remiser l’Onu au magasin des antiquités, lui pour qui elle est « juste un club pour prendre du bon temps ». Et reprendre alors en toute tranquillité la suite du dépeçage de la Palestine.
La question posée à la communauté internationale, et donc à la France, est à la fois celle de la nécessité de choisir entre l’ONU et la loi de la jungle et celle d’une réponse politique face à la griserie de dirigeants voyous.
Cette réponse politique tient en quelques termes simples : reconnaissance immédiate pleine et entière de l’Etat de Palestine dans les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale, suspension de l’Accord d’association entre l’Union européenne et Israël et de toute coopération militaro sécuritaire, interdiction des produits des colonies et de tout service lié à la colonisation...
Juste de quoi amener les dirigeants israéliens à s’interroger sur leur stratégie et contraindre Israël à prendre le chemin de la paix.
Le Bureau national

Alter Info l'Information Alternative

L’Alep héroïque tombe entre les mains du génocide Al-Assad

Après des années de résistance héroïque, en supportant les bombardements criminels des génocides Al-Assad et Poutine, le glorieux Alep a tombé. À la fin de cette édition, on annonçait un accord qui permettrait l'évacuation des combattants rebelles des derniers poches de résistance.
L'Alep héroïque tombe entre les mains du génocide Al-Assad
Mais la lutte en Syrie n’a pas finie

Il n'y a pas d'autre alternative sans des provisions ni munitions. Selon l'accord, ils pourraient sortir avec ses armes légères vers la province d'Idlib sous contrôle rebelle, après que la population civile et les malades soient sorties. Mais pour l’instant, nous ne pouvons pas assurer qu'Assad et Poutine respectent l'accord. Surtout quand il y a des dénonces sur les atrocités et les meurtres qui réaliseraient les "milices" pro Assad irakiens et libanais en exécutant à civils prétendument collaborateurs des rebelles.

La complicité des Etats-Unis, de la Venezuela et de la Cuba

Les troupes d'Al-Assad ont pu occuper la partie orientale d'Alep (rebelle) avec appui de milliers d'iraniens, des libanais de Hezbollah et de chiites irakiens (tous armés par l'Iran) et avec les bombardements criminels de l'aviation russe.

Pour cela, Al-Assad a compté avec les États-Unis et avec de la complicité hypocrite de l'Union Européenne, la Turquie et l'Arabie Saoudite, les supposés "des défenseurs" des rebelles, mais qui ont bloqué l'entrée d'armes aux combattants d'Alep et ont donné le feu vert aux bombardements russes.

Même si ça paraît incroyable à beaucoup militant, nous devons aussi dénoncer la complicité directe des gouvernements pseudogauchistes de la Venezuela, de Cuba et du Nicaragua qui ont voté à l'ONU (9/12/2016), avec la Chine et la Russie, contre une résolution qui condamnait les abus terribles des génocides d'Al-Assad en Syrie. Lamentablement, la gauche mondiale réformiste a trahi la cause de la liberté du peuple syrien et a accompagné les génocides Al-Assad et Poutine.

C’est pourquoi, l'héroïsme des combattants d'Alep restera toujours dans l'histoire des révolutions ainsi comme celui-là du peuple qui les a appuyés. Il faut rappeler que depuis juillet, dans la partie rebelle, ils vivaient près de 300.000 personnes sous des bombardements criminels systématiques.

Les semaines précédant à la chute d'Alep

Les jours qui précédent à ce dur dénouement ont été bien racontés dans une note publiée par Lucha Internacionalista (UIT-QI/Estado espagnol) qui remarque : "Après des semaines d’intenses bombardements et des mois d'un siège total qu'a empêché l'entrée de denrées alimentaires et d'équipes médicales, l'offensive du régime de Bashar Al-Assad et des ses alliés (surtout la Russie de Poutine et l'Iran de Rouhani) s’est concentré en diviser les quartiers rebelles de l'Est de la ville.

Le 26 novembre a commencé le déplacement interne de population civile qui fuit épouvantée de l'avance terrestre des troupes loyales au régime en cherchant un refuge dans d'autres zones libérées, où la situation est aussi désespérée. Il y a des familles qui ont choisi de faire fuir ses filles, conscients que, dès les années 80, les forces syriennes de sécurité ont systématiquement utilisé la violation de femmes et de petites filles comme arme de guerre contre l'opposition. Sous le regard et la complicité des États-Unis, les puissances européennes, et régionales, l'Alep rebelle s’est saigné.
Les activistes, qui depuis six ans informent sur le terrain, expliquent qu'ils ne peuvent plus faire des bilans de victimes parce que les gens sont fatigués de compter les morts. Des hôpitaux et des écoles sont restés hors service. Les images qui arrivent démontrent que l'aviation russe utilise Alep comme champ d'expérimentation des nouvelles armes".

"Ce que je comprends du silence de la communauté internationale c’est que ce qui les épouvante le plus c’est la liberté pour laquelle le peuple de la Syrie a lutté tant et il a été massacré. Ils essaient de donner une leçon au reste de peuples oppressés de tout le monde pour qu'ils ne réclament pas aussi la liberté", dit Abdulkhafi Alhamdo, instituteur d'Alep.

Médecins par les Droits de l'homme a remarqué que dans les trois dernières années, dans Alep, 45 attaques ont été réalisés contre les centres medicaux qui ont obligé à fermer deux sur trois hôpitaux. Aussi autour de 95 % des médecins ont fui, ont été arrêtés ou assassinés ce qui a aggravé la crise humanitaire dans la zone.

La lutte n'est pas finie en Syrie

La lutte n'est pas fini, malgré que Al-Assad et Poutine ont occupé l’ Alep rebelle. Ils l'ont fait à un prix terrible, et déjà sont responsables de l'un des grands génocides par lesquels, tôt ou tard, la dictature devra payer pour ses crimes.

L'échec d'Alep est un coup à la révolution syrienne initiée à le mois mars 2011. Le processus est dans un croisé de chemins*. Mais la révolte populaire contre la dictature n'est pas fini, comme le propre dictateur a averti dans un communiqué. Elle continue dans d'autres zones de la Syrie. Il continue d'y avoir des secteurs importants du pays entre les mains des rebelles qui résistent au dictateur, comme la province d'Idlib et d’autres. Comme partie de la solidarité internationale il faut désavouer tant les bombardements systématiques contre la population civile comme les massacres et les crimes des troupes d'Al-Assad et ses alliés sur le peuple d'Alep.

Nous réaffirmons soutien aux consignes de l'UIT-QI: À bas Al Assad, Hors la Russie, Non aux bombardements, Non à toute intervention des États-Unis et de l'Union Européenne, Non à l'ISIS, Rupture de relations diplomatiques avec le gouvernement d'Assad.

Par tout cela, il faut redoubler la solidarité internationale avec le peuple rebelle syrien, contre les massacres sur civils et contre le génocide de la dictature.

Miguel Lamas
Izquierda Socialista (Argentine)
13/12/2016

*Voir note « La révolution syrienne dans un croisé de chemins ». Correspondencia Internacional N ° 39.

Alter Info l'Information Alternative

14e manifestation des chômeurs et précaires

samedi 3 décembre 2016 à 14h Place Stalingrad Manifestation Contre le chômage et les précarités et Pour la justice sociale !
14e manifestation des chômeurs et précaires


Trajet / parcours: départ à 14h de la place Stalingrad en direction de Pl. de Clichy

2016 aura été riche en reculs sociaux et en luttes. D'abord l'échec de la négociation de l'assurance chômage et bien évidemment le passage en force de la loi travail, malgré de gigantesques mobilisations.

Rien n'y fait, ni les déclarations, ni le chantage du MEDEF, ni les mesurettes, ni les cache misère, le chômage ne recule pas, pire l'UNEDIC annonce d'ores et déjà son augmentation pour 2017.

Comment s'étonner quand on sait que la seule politique économique à l'œuvre est basée sur l'aide aux entreprises, sans contrepartie et sans obligations.

Le C.I.C.E c'est des dizaines de milliards de cadeaux au patronat, ainsi P.S.A a perçu 80 millions d'euros pour 8000 suppressions d'emplois, le service public n'y échappe pas ; La Poste a reçu 297 millions d'euros pour 4500 suppressions d'emplois.

C'est cette logique destructrice qu'il faut remettre en cause. Les vies qu'ils nous font vivre sont à peine des survies, des parcours du combattant semés d'embûches, des courses quotidiennes d'urgence en urgences.

La réalité c'est ; 6,5 millions de chômeurs, 5,7 millions pour les seules catégories A, B et C. On assiste à l'explosion de la catégorie B ce qui montre le développement de la précarité, des petits boulots, des petits contrats, des courtes missions, qui sont trop souvent le lot des femmes.

La conséquence c'est des petits salaires, des revenus insuffisants, c'est plus de pauvreté et de misère.

Et ces chiffres qui sont des vies ne tiennent pas compte des radiations, des découragés, des invisibles, de celles et ceux n'ayant aucun droit.

Tout ce que les grands patrons et leurs alliés préconisent ne profite qu'à eux et prépare la prochaine crise, tentons de faire le contraire : Réduction du temps de travail, retraite à 60 ans maximum, le SMIC à 1700 euros, l'indemnisation décente de toutes les formes de chômage, la gratuité des transports, le développement de tous les services publics et les moyens pour toutes et tous de vivre dignement.
Urgence vitale :

Une allocation exceptionnelle de 500 euros dite « prime de Noël ».
L'arrêt des contrôles, des radiations et des trop perçus.
Garantir aux chômeurs et précaires un revenu personnel ayant le SMIC pour référence et la continuité des droits sociaux (retraite...).
L'arrêt des expulsions

Un emploi c'est un droit- Un revenu c'est un dû !

Chômeurs, précaires, intermittents, intérimaires, autres salarié-es, ensemble,
Contre le chômage et les précarités Pour la justice sociale !
Signataires:

Agir ensemble contre le Chômage !, Association pour l'emploi, l'information et la solidarité, Mouvement National des Chômeurs et Précaires, CGT-Chômeurs
ActuChômage, ATTAC, Cgt Spectacles, CIP-Idf, CNT-SO, CGT Interim, Dal, Droits devant !!, Fondation Copernic, FSU, Marches européennes, CGT Pôle emploi, Snu-Pôle-emploi, Sud- Pôle-emploi, Sud Education, US Solidaires

Alternative libertaire, Collectif Roosevelt, Ensemble !,Les Verts, Lutte ouvrière, PCF, PG, NPA

document au format PDF:


Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/49826
Source : http://www.ac-chomage.org/spip.php?article232...
Source : http://www.ac-chomage.org/spip.php?article232...

Alter Info l'Information Alternative

Stop aux forfaitures et corruptions judiciaires : manifestation publique à Paris mardi 29 Novembre 18 h / 20 h près du Ministère de la Justice

Stop aux forfaitures et corruptions judiciaires :  manifestation publique à Paris mardi 29 Novembre 18 h / 20 h  près du Ministère de la Justice

Communiqué de Presse Christian Cotten – Thierry Kabile / Politique de Vie

 

Stop aux forfaitures et corruptions judiciaires :

manifestation publique à Paris mardi 29 Novembre 18 h / 20 h

près du Ministère de la Justice


Thierry Kabile et moi-même avons déclaré en Préfecture de Police de Paris une Manifestation contre les forfaitures judiciaires, pour toutes les victimes des violences et corruptions judiciaires.
Cette manifestation aura lieu mardi 29 novembre 2016 de 18 h à 20 h à Paris, à deux pas du Ministère de la Justice, angle Rue Danielle Casanova et Rue de la Paix, métro Opéra.
Merci de votre participation la plus active.
Le dossier Éliane Kabile – trafics d’organes et de cadavres, faux en écritures publiques et forfaiture judiciaire depuis quinze ans – est emblématique et exemplaire. Il va nous aider à faire chuter ce système lourdement pathologique d’une justice instrumentalisée par des groupes criminels.
Les récents développements de ce dossier font de lui un dossier politique de premier plan : il devient clair pour des millions de français que les institutions de la République, notamment son système judiciaire, sont utilisées par des bandes délinquantes et criminelles en cols blancs, assurées qu’elles sont d’être protégées par certains magistrats, simplement parce que les auteurs de crimes et délits multiples appartiennent à la grande famille de la fonction publique » ou de ses assimilés.
Depuis des décennies, des centaines, des milliers de dossiers-poubelles s’accumulent dans les tribunaux français, au plus grand mépris des victimes de violences : enfants placés abusivement et familles détruites par des services sociaux juges et parties, femmes violentées et mères emprisonnées qui cherchent à protéger leurs enfants victimes d’inceste et d’agressions sexuelles, entreprises dépouillées par des mandataires véreux et des escrocs de la finance et des banques, avec la plus ardente complicité de certains magistrats, lâchetées multiples, comme l’a dénoncé le Président de la République lui-même, qui permettent par exemple au système des tutelles de détourner allégrement les patrimoines des retraités vieillissants ou aux systèmes hospitaliers et funéraires de vendre des bouts de corps humains morts ou vivants au profit de chiffres d’affaires d’obscurs réseaux.
Sans parler de quelques grands dossiers de trafics financiers internationaux, où l’armée française sert à quelques grands gangsters politiques à aller tuer leurs financiers étrangers avant qu’ils ne parlent, en massacrant avec nos bombes des milliers de leurs concitoyens (financement illégal de campagne électorale par un dirigeant étranger massacré depuis pour le faire taire)…
Sans parler du dossier d’Outreau, dont on a fait un scandale de « catastrophe judiciaire » en manipulant et piétinant les enfants victimes et en protégeant de vrais délinquants, notables consommateurs de chairs fraîches : tous ceux qui connaissent bien ce dossier savent combien la manipulation est honteuse, qui continue à ce jour à faire taire les victimes et à protéger des acquittés qui devraient être en prison mais que certains magistrats ont préféré protéger, tout en vilipendant un des rares magistrats honnêtes de l’affaire, piégé par ses collègues corrompus qui se soumettent aux pressions des gangsters et de leurs complices.
Le tableau du réel des forfaitures de la justice française actuelle est profondément sombre. Certains acteurs et militants estiment à plus de dix mille dossiers ces affaires de violences d’État mises en œuvre par des fonctionnaires qui utilisent leurs illusions de pouvoir pour détruire des vies, jusqu’à ce que mort s’ensuive, et ce au plus grand profit de leurs amis escrocs en cols blancs.
Les institutions judiciaires françaises fonctionnent « en roue libre » sans aucun contrôle démocratique : accepterions-nous une SNCF qui nous ferait prendre quinze trains pour aller de Paris à Marseille, en faisant payer plein tarif à chaque changement et en laissant se faire plusieurs accidents mortels par semaine ?
Alors, pourquoi donc acceptons-nous un système judiciaire, qui, quinze ans après le meurtre en hôpital d’Éliane Kabile, avec une cicatrice au dossier médical introuvable, suivi d’une bouillie de plusieurs cadavres dans un cercueil d’origine inconnue, le tout couronné par plusieurs faux en écritures publiques, dont les signataires sont pourant connus, pourquoi donc, quinze ans après, des juges félons continuent-ils à condamner Thierry Kabile (18 000 euros d’amendes cumulées à ce jour, sans compter le reste des frais…) ?
Le dossier Éliane Kabile a ceci d’exemplaire que les magistrats, policiers, officiers d’État-Civil, fonctionnaires du service de l’Agent Judiciaire de l’État, médecins, agents des pompes funèbres, tous complices dans cette ignoble affaire sont désormais pris la main dans le sac : personne, au sein de la justice, n’est à ce jour capable de répondre aux questions posées par ce crime odieux de trafic d’organes et de cadavres ni d’expliquer les absurdités et incohérences du dossier, telles que le premier expert judiciaire français en droit funéraire les met en évidence.
Pourtant, il va bien leur falloir répondre.
Ne serions-nous que deux manifestants, nous affirmerons haut et fort devant le Ministère de la Justice nos exigences impératives et non négociables au nom de toutes les victimes des forfaitures et corruptions judiciaires.
Tous ces dossiers ne sont plus désormais des débats judiciaires mais un problème majeur pour l’État de droit et la démocratie auxquels les journalistes indépendants et intègres feraient bien de s’intéresser de près.
Rendez-vous mardi 29 novembre prochain de 18 h à 20 h au carrefour Rue de la Paix-Rue Danielle Casanova, à deux pas de la Place Vendôme et du métro Opéra.
Merci de votre soutien et de votre participation.
Dossier Éliane Kabile sur Politique de Vie.


Alter Info l'Information Alternative

Gauche Socialiste (Front de Gauche et des Travailleurs) d’Argentine devant la mort de Fidel Castro

Gauche Socialiste a publié le communiqué suivant sur la mort de Fidel Castro signée par son dirigeant et député national Juan Carlos Giordano.
Gauche Socialiste (Front de Gauche et des Travailleurs) d'Argentine devant la mort de Fidel Castro
Gauche Socialiste (Front de Gauche et des Travailleurs) d'Argentine devant la mort de Fidel Castro

Gauche Socialiste a publié le communiqué suivant sur la mort de Fidel Castro signée par son dirigeant et député national Juan Carlos Giordano.

L'annonce de la mort de Fidel Castro a généré un énorme impact mondial. Le peuple cubain est en deuil. Des millions de personnes dans le monde pleurent le leader qui a conduit directement, en collaboration avec Che Guevara, la révolution cubaine de 1959 qui a été un exemple pour les révolutionnaires et les lutteurs du monde entier. Nous accompagnons le chagrin du peuple cubain et des lutteurs de la gauche mondiale, bien que comme socialistes nous ayons eu des divergences sérieuses avec les postures de Fidel Castro et de la direction du PC cubain.

Nous répudions toutes les expressions des réactionnaires du monde, spécialement de la « gusanería » de Miami et de Donald Trump qui ont fêté sa mort.

Tous les lutteurs anti-impérialistes et socialistes s'identifient avec le Fidel Castro qui, avec le Che et Camilo Cienfuegos, a dirigé le triomphe du peuple cubain qui a renversé la dictature de Batista en janvier 1959, avec le Fidel de la réforme agraire qui a rompu avec l'impérialisme yankee et qui a exproprié les multinationales du sucre, du pétrole et la bourgeoisie et les propriétaires fonciers cubains (ces mesures ont permis que le peuple cubain ait gagné les droits à la santé et à l’éducation), avec le Fidel qui a combattu l'invasion yankee à la Plage Girón et avec celui qui, dans la deuxième déclaration de La Habana de février 1962, a déclaré le socialisme à Cuba et a dit que "le devoir de tout un révolutionnaire est de faire la révolution".

Mais malheureusement il y a une autre facette de Fidel Castro que nous ne pouvons manqué de noter au moment de sa mort. Nous savons que cela peut incommoder les milliers de lutteurs qui continuent à croire encore en lui.

Le cours révolutionnaire qui nous avons décrit a été brisé par l'accord de Fidel Castro avec la bureaucratie du PC de l'Union soviétique. Depuis le milieu des années 60, Fidel a accepté la politique stalinienne de "coexistence pacifique" avec l'impérialisme et il a abandonné la politique du Che d'étendre la révolution socialiste en Amérique et au monde entier. À partir de là, Fidel Castro s'est mis à jouer contre la progression de toute révolution et i a consolidé un régime bureaucratique de Parti unique qui dure encore.

En 1968, quand le peuple de la Tchécoslovaquie s'est levé contre la dictature stalinienne, Fidel a soutenu l'invasion des chars russes qui ont étouffé dans un bain de sang cette révolution antibureaucratique. En 1979, au Nicaragua, quand le dictateur Somoza a été renversé, Fidel a appuyé que les sandinistes formaient un gouvernement avec les bourgeois anti-somocistes et n'avançaient pas dans des mesures d'expropriation, en conseillant "ne pas faire du Nicaragua une autre Cuba". Plus récemment, au Venezuela, Fidel a appuyé le faux "socialisme du XXIe siècle" de Chávez et à Maduro, en faisant croire que ce pays était "en construisant le socialisme", quand on fait le contraire. Le chavisme a maintenu la structure capitaliste, a créé les entreprises mixtes dans le pétrole en faisant un pacte avec les multinationales, comme Chevron, Total ou Repsol, en favorisant une bolibourgeoisie, en criminalisant la protestation et en affamant le peuple vénézuélien. Aussi dans ces années Fidel, et la direction politique cubaine ont avalisé les faux "gouvernements progressistes" de Lula et de Dilma au Brésil, Evo Morales et les Kirchner qui ont appliqué des ajustements contre ses peuples. Et à l'intérieur de la Cuba, les conquêtes de la révolution ont été liquidées au fil des ans et à la fin du siècle dernier, on a encouragé la politique de confier aux capitaux étrangers l'économie cubaine aux multinationales canadiennes et européennes, en restaurant le capitalisme.

Nous partageons la douleur du peuple cubain en ce moment et nous appelons à lutter pour reprendre les drapeaux de la révolution de 1959 et le message du Che, "révolution socialiste ou une caricature de révolution" et pour son droit à l'organisation indépendante - syndicale, estudiantine et politique - contre le régime de Parti unique.

Cuba a besoin d'une nouvelle révolution socialiste avec démocratie pour le peuple travailleur, qui soit à nouveau le phare pour les lutteurs anticapitalistes et anti-impérialistes de l'Amérique latine et le monde entier.

Juan Carlos Giordano
Dirigeant de Gauche Socialiste d’Argentine et député national du Front de Gauche et des Travailleurs.

Le 26 novembre 2016

Alter Info l'Information Alternative

25 novembre – Journée International de lutte contre la violence vers les femmes : Pas une morte de plus ! Nous nous voulons vivantes !

Le 25 novembre 1960, les sœurs Minerva, Patria et Maria Teresa Mirabal furent brutalement assassinées, à la République Dominicaine, pour être des femmes et pour avoir eu le courage de faire face à la dictature de Trujillo. Aujourd'hui, après plus de 50 ans de ces féminicides, des femmes du monde entier nous commémorons sa lutte et nous sortons pour nous battre contre la violence patriarcale et capitaliste qui nous assiège et qui nous tue dans le monde entier.
25 novembre - Journée International de lutte contre la violence vers les femmes :   Pas une morte de plus ! Nous nous voulons vivantes !
À une échelle mondiale, nous savons qu'au moins le 50 pour cent des femmes a souffert ou subira violence physique et/ou sexuelle de la part de ses couples au long de sa vie. Également les données révèlent que le 50 pour cent des meurtres des femmes sont commis par des couples ou des familles de ces mêmes femmes, c'est-à-dire, c’est des sont féminicides. À son tour, plus de 700 millions de femmes ont été mariées lorsqu’elles étaient enfants. Et 200 millions de petites filles et de femmes ont subi un type de mutilation génitale dans 30 pays de l'Afrique et du Moyen-Orient.

La traite des femmes et des petites filles pour l'exploitation sexuelle et du travail constitue la troisième affaire illégale la plus importante du monde (après le trafic d'armes et de drogues). Ce commerce représente près de 32.000 millions de dollars. Depuis l'Amérique latine, l'Asie et l'Est de l'Europe, les femmes sont vendues vers les États-Unis et le reste des pays européens, avec la complicité totale des gouvernements.

Le droit à l'avortement est illégal dans la majorité des pays du monde (70 pour cent). Il s'agit des pays les plus pauvres où, de plus, représente une des principales causes des morts de femmes. Et dans des pays comme l'Italie, la Pologne et l'État Espagnol, ce droit est menacé d'une manière permanente par les pressions de l'Église Catholique. À son tour, dans des pays comme la Chine, l'avortement sélectif de femmes est promu parce qu’elles sont considérées comme étant de moindre valeur sociale.

Le 70 pour cent des pauvres et analphabètes dans le monde entier sont des femmes. Et entre les travailleuses, en plus d'être relégué aux tâches les moins qualifiées, on estime qu’elles touchent un 30 pour cent moins que les hommes en face d'une tâche égale.

Ces données, et et beaucoup d’autres, montrent clairement la terrible situation que les femmes vivent dans tout le monde. Et aussi elles soulignent que la violence vers les femmes est un processus mondial, conséquence du système patriarcal qui opprime les femmes après de les avoir définies comme des êtres inférieurs socialement; et du système capitaliste - impérialiste qui profite de cette condition pour surexploiter les femmes travailleuses. Les féminicides, les coups, les violations et autres formes de violences que vivent les femmes de tous les pays, font partie d'une politique constante pour discipliner toutes les femmes à fin de garantir la domination du capitalisme patriarcal.

Mais, comme cela a été le cas tout au long de l’histoire, à nouveau les femmes ont décidé descendre dans la rue contre la violence. Depuis les grandes mobilisations par « Pas une morte de plus ! Nous nous voulons vivantes ! » de l'Argentine, le Mexique, le Pérou, le Brésil, l'État Espagnol; jusqu'à la grève de femmes de la Pologne, les mobilisations en Italie par le droit à l'avortement ou la lutte des femmes indiennes contre les violations collectives, cette année 2016 finira avec des femmes du monde entier en disant : ça suffit!

À cela, depuis l'Unité Internationale des Travailleurs/ses - Quatrième Internationale, nous appelons à descendre dans la rue et à réaliser de grandes journées de lutte au cours de la semaine du 25 novembre dans tout le monde. Comme féministes nous luttons contre l'oppression patriarcale; et comme socialistes révolutionnaires nous nous battons contre l'exploitation capitaliste - impérialiste qui est aussi mondial.

À cela, devant la mobilisation, nous appelons à ne pas faire confiance au modèles capitalistes qui s'offrent comme référants des femmes mais qui gouvernent pour l'impérialisme. Michelle Obama et Hillary Clinton aux Etats-Unis ou Ángela Merkel en Allemagne ne défendent pas nos droits. Mais non plus des présidentes de pays opprimés, comme Michelle Bachelet (Chili), Cristina Fernández (Argentine), Dilma Rousseff (Brésil), Ellen Johnson Sirleaf (Libéria) ou Patribha Patil (Inde), qui ont déjà gouverné, ne sont pas notre alternative. Nous pourrons seulement obtenir notre émancipation en nous organisant indépendamment comme des femmes et comme des travailleuses, pour conquérir de nouvelles bases sociales en luttant dans un monde socialiste avec pleine liberté pour les travailleurs/ses.

Le 25 novembre, journée de lutte contre la violence vers les femmes, nous disons :

Patria, Minerva et Maria Teresa, présentes!

Ça Suffit de féminicides! Pas une morte de plus! Nous nous voulons vivantes !

Contre toute forme d'oppression et d'exploitation, nous continuerons jusqu'à ce que toutes soyons libres.

Unité Internationale des travailleurs/ses - Quatrième Internationale (UIT-QI)

Novembre 2016

Alter Info l'Information Alternative

Libération des députés du HDP placés en garde à vue ! Lutte unie contre la politique répressive du régime du Erdogan !

Un nouveau seuil est franchi dans la mise en œuvre du projet présidentiel d’Erdogan : selon la déclaration du ministère de l’intérieur, des mandats d’amener ont été émis contre treize députés du Parti démocratique des peuples (HDP).
Libération des députés du HDP placés en garde à vue ! Lutte unie contre la politique répressive du régime du Erdogan !
Onze députés du HDP parmi lesquels figurent Selahattin Demirtaş et Figen Yüksekdağ, les co-présidents du HDP, ont été placés en garde à vue et une opération policière a été réalisée au siège du HDP.

L’opération policière contre les députés du HDP constitue la suite de la politique répressive du gouvernement. A travers des décrets publiés il y a quelques jours, dix mille personnes dont des centaines de membres de la Confédération des syndicats des travailleurs du secteur public (KESK) ont été visées par la purge, une quinzaine de médias d’opposition a été fermée, le siège du journal Cumhuriyet (République) a fait l’objet d’une opération policière sous motif de « soutien aux organisations terroristes tel que le PKK (Parti ouvrier de Kurdistan) et FETO (Organisation terroriste guléniste)  » , les co-présidents de la municipalité de Diyarbakır ont été arrêtés et un administrateur a été nommé à leur place. D’autre part, le palais présidentiel poursuit sa politique extérieure dangereuse et aventuriste qui peut causer l’entrée en guerre de la Turquie en Syrie et en Irak et qui plonge le pays dans un climat de guerre.

Il y a quelques jours, le premier ministre Binali Yildirim a clairement exprimé l’objectif de cette politique : « Si un régime présidentiel n’est pas instauré, la Turquie courra un risque de division ». Cette politique qui, avant les élections législatives du 7 juin 2015, s’est concrétisée par la menace « donnez-nous 400 députés et vivez sereinement ! », a été mise en œuvre par un coup du palais présidentiel contre le système politique du pays, après que les résultats des élections ont brisé le rêve de régime présidentiel. En conséquence de cette politique mise en œuvre avec le mot d’ordre « le régime présidentiel ou le chaos », nous vivons, depuis les élections du 7 juin, la période la plus sombre, sanglante et répressive de l’histoire du pays. La principale cause de cette répression est la volonté du clique politique dirigé par Erdogan de conserver le pouvoir à tout prix et d’éliminer tous ses opposants politiques.

Le projet présidentiel réactionnaire et répressif d’Erdogan et sa politique répressive d’exploitation ne sont pas une fatalité pour la classe ouvrière de Turquie. Auparavant, Erdogan et le gouvernement d’AKP ont failli s’effondrer à plusieurs reprises, mais chaque fois ils ont survécu à ces crises politiques parce qu’il n’existait aucune puissante alternative politique pour les travailleurs et les peuples opprimés. A présent, face au gouvernement qui n’hésite pas à plonger le pays dans la catastrophe au nom de ses propres ambitions politiques et qui intensifie la répression et l’exploitation de jour en jour, il faut repousser ces attaques politiques et construire immédiatement une lutte unie pour la rupture totale avec le régime répressif et le capitalisme, à travers un front unique composé de toutes les organisations politiques, syndicales, démocratiques de masse représentant les travailleurs et les peuples opprimés.

Parti de la Démocratie Ouvrière – Turquie (UIT-QI)

4 novembre 2016

Alter Info l'Information Alternative

Les safaris-chasse de Benjamin de Rothschild impliqués dans des abus contre les « Pygmées »

Les safaris-chasse de Benjamin de Rothschild impliqués dans des abus contre les « Pygmées »
Survival International a découvert qu’une opération de safaris de chasse à l’éléphant, conjointement détenue par le milliardaire français Benjamin de Rothschild, a été impliquée dans la violation des droits de « Pygmées » baka locaux et de leurs voisins. Parmi ces violations figurent des expulsions illégales et des tortures.  
L’opération est basée au Cameroun, dans deux « aires protégées » louées par Benjamin de Rothschild. Elle offre aux touristes la possibilité d’abattre, contre la somme de 55.000 euros, un éléphant de forêt.
Afin de créer cette opération de chasse aux trophées, les Baka ont été expulsés de leur territoire ancestral — ce qui est contraire au droit international. Des soldats, policiers et gardes armés patrouillent le territoire; les Baka ont maintenant été informés que les patrouilleurs tireraient à vue si les Baka pénétraient sur le territoire pour chasser afin de nourrir leurs familles, ramasser des plantes ou se rendre sur des sites sacrés.
Les Baka signalent que, rien que l’an dernier, trois de leurs campements en forêt ont été incendiés par des gardes forestiers et des employés du safari. Des hommes baka qui chassaient dans la forêt ont été frappés par la police locale, des soldats et des gardes forestiers.
<img data-cke-saved-src="http://assets.survivalinternational.org/pictures/12003/image162957-592x296_article_column.jpg" src="http://assets.survivalinternational.org/pictures/12003/image162957-592x296_article_column.jpg" data-retina-available'="true'" class="screen-image" alt="&quot;Benjamin de Rothschild, copropriétaire d’une entreprise de luxe proposant des safaris de chasse à l’éléphant sur le territoire baka&quot;" height="381" width="600">
"Benjamin de Rothschild, copropriétaire d’une entreprise de luxe proposant des safaris de chasse à l’éléphant sur le territoire baka"
© JeuneAfrique
Un Baka a raconté : « Ils m’ont dit de porter mon père sur le dos. J’ai commencé à marcher, [le garde] m’a frappé, il a frappé mon père. Pendant trois heures, on m’a frappé à chaque fois que je criais, jusqu’à ce que je tombe évanoui avec mon père. »
Un autre Baka a déclaré : « Quand le safari nous trouve ici, ils brûlent les campements, même les habits aussi, ils nous tapent, ils nous cherchent, ils mettent les chiens derrière toi, les armes derrière toi. »
Un troisième Baka a dit : « Le safari a dit que s’ils voyaient qui que ce soit [dans la forêt], les balles siffleraient. Maintenant, ceux qui ont de la famille là-bas sont allés les chercher. Comment on va vivre à présent? »
Survival a contacté M. de Rothschild pour l’informer que de graves violations des droits de l’homme commises pour le maintien de l’opération de chasse aux trophées avaient été signalées. Aucune réponse n’a été reçue à ce jour.
<img data-cke-saved-src="http://assets.survivalinternational.org/pictures/8018/cam-pyg-sk-13_article_column.jpg" src="http://assets.survivalinternational.org/pictures/8018/cam-pyg-sk-13_article_column.jpg" data-retina-available'="true'" class="screen-image" alt="&quot;Les Baka utilisent la forêt tropicale camerounaise pour leur nourriture, leurs remèdes et leurs rites religieux. Désormais, on les en exclue par la force.&quot;" height="381" width="600">
"Les Baka utilisent la forêt tropicale camerounaise pour leur nourriture, leurs remèdes et leurs rites religieux. Désormais, on les en exclue par la force."
© Selcen Kucukustel/Atlas
Le Fonds mondial pour la nature (WWF) est très actif au Cameroun où les « aires protégées » permettant la chasse aux trophées font partie de l’un de ses « paysages écologiques » clefs. Le WWF doit encore commenter ces allégations ou annoncer s’il compte prendre des mesures.
Un agent de réservation a déclaré à Survival : « Tous nos somptueux campements en forêt sont des constructions solides entièrement équipées — des chalets privatifs climatisés, avec salle de bain complète et dressing. De délicieux repas gastronomiques sont servis accompagnés de grands crus et d’autres boissons européennes de grande qualité. (…) Notre campement le plus récent possède une grande piscine protégée. »
A travers la région, les « Pygmées » baka et leurs voisins sont expulsés de leurs terres ancestrales et risquent d’être arrêtés, battus, torturés, et même tués, tandis que la chasse aux trophées est encouragée. L’administrateur du WWF Peter Flack a également chassé l’éléphant dans la région.
Violations des droits de l’homme et chasse aux trophées au Cameroun Une opération de safaris de chasse à l’éléphant, conjointement détenue par le milliardaire français Benjamin de Rothschild, a été impliquée dans des violations des droits de « Pygmées » baka locaux et de leurs voisins. Parmi ces violations figurent des expulsions illégales et des tortures.
Cliquez ici pour en savoir plus et agir
Il ne s’agit pas d’un incident isolé. A travers le continent africain, les peuples autochtones sont accusés de « braconnage » parce qu’ils chassent pour nourrir leurs familles. Ils risquent d’être arrêtés, battus, torturés, et même tués, tandis que les amateurs de trophées de chasse sont encouragés. Survival mène la lutte contre ces abus.
 
Le directeur de Survival, Stephen Corry, a déclaré : « A travers l’Afrique, de riches amateurs de trophées de chasse sont accueillis dans les zones mêmes où des chasseurs autochtones sont illégalement expulsés de leurs terres ancestrales et brutalisés lorsqu’ils chassent pour nourrir leurs familles. Cela doit prendre fin. La protection de la nature dans le bassin du Congo est une spoliation des terres et une poursuite du colonialisme. Elle provoque de fréquentes et atroces violations des droits de l’homme, y compris des exécutions sommaires. Pourquoi si peu de personnes s’expriment sur le sujet? Survival mène la lutte contre ces abus. Les défenseurs de l’environnement doivent, comme n’importe qui est censé le faire, respecter les droits de l’homme.
Note aux rédactions : « Pygmées » est un terme couramment employé pour faire référence aux peuples chasseurs-cueilleurs du bassin du Congo et d’Afrique centrale. Ce terme a acquis une connotation péjorative et certains peuples autochtones évitent de l’utiliser. Cependant il est considéré par certains groupes comme un facteur d’identité. En savoir plus.


http://www.survivalfrance.org/actu/11491

Alter Info l'Information Alternative

Appel de solidarité internationale avec les paysans et les ouvriers agricols de l’oasis du Jemna

L’oasis du Jemna est bel et bien la propriété HISTORIQUE des paysans via leurs ancetres. Il a été exproprié par les colons français et ensuite par l’Etat tunisien au terme de la colonisation.
Appel de solidarité internationale avec les paysans et les ouvriers agricols de l’oasis du Jemna
Aujourd’hui et dans le contexte du processus revolutionnaire en Tunisie les paysans et les ouvriers agricoles de l’oasis du Jemna solicitent vivement les forces laborieuses dans le monde entier pour une action de solidarité avec leur cause juste visant a maintenir la propriété de la communauté sur l’oasis.
L’oasis du Jemna est bel et bien la propriété HISTORIQUE des paysans via leurs ancetres. Il a été exproprié par les colons français et ensuite par l’Etat tunisien au terme de la colonisation.
Dans le feu de la Révolution du 17 Decembre- 14 Janvier 2011 les paysans sont parvenus a abolir la propriété de l’Etat a la suite de combats héroiques. Ils ont ensuite organisé la production et la géstion de l’oasis d’une maniere collective et dans le cadre d’une micro-économie réelment solidaire. Ils ont meme impulsé un souffle remarquable a l’action de developpement humain a l’echelle locale. (financement de plusieurs projets d’enseignement, santé, infrastructures etc… )
C’est pour cela que Jemna demeure et demeurera l’un des rayons de soleil et des lueurs d’espoir de la Révolution en Tunisie pour les deshérités de Tunisie voir du monde entier.
Actuellement l’Etat tunisien, dans le cadre de son assaut contre-révolutionnaire tente déspérément de réexproprier l’oasis pour pouvoir le céder a des propriétaires mafieux, locaux ou étrangers. C’est d’ailleurs le sort qu’il réserve a toutes les terres domainales qui representent 10% de la superficie des terres cultivables en Tunisie.
Votre solidarité avec les paysans et les ouvriers agricols du Jemna est donc impérative étant donné les défis péilleux auquels sont confrontés les déshérités du monde entier.

Gorkem Duru

Pour vos signatures, vous pouvez envoyer vos emails: gorkemduru@gmail.com

Video assemblée
http://luchainternacionalista.org/IMG/mp4/jemma_video.mp4

Alter Info l'Information Alternative

Communiqué de presse : trafics d’organes et de cadavres en hôpital publique et forfaiture judiciaire

Nous présentons ici les principaux éléments du dossier judiciaire Éliane Kabile, dans le cadre duquel une récente décision du Tribunal Correctionnel du TGI de Paris à conduit à une réponse rendue publique au travers de la vidéo intitulée : Terroristes, dites merci au Président de la 11ème Correctionnelle du TGI de Paris, il vous offre trois passeports. En substance : une mort très suspecte en 2001 à l’hôpital de Gonesse (Val d’Oise, France), un trafic d’organes, suivi de multiples autopsies les plus confuses, une profanation de sépulture, le mélange d’une bouillie de plusieurs cadavres non identifiés en lieu et place du corps d’Éliane Kabile, un ensemble de faux actes de décès et autorisation de fermeture de cercueil pour deux enterrements à des dates différentes, en violation des droits les plus ordinaires et fondamentaux, une justice sourde, aveugle et violente qui condamne la famille de la victime lorsqu’elle cherche à obtenir justice pour ce meurtre hospitalier et funéraire.
Terroristes, dites merci au Président de la 11ème Correctionnelle du TGI de Paris, il vous offre trois passeports.
Communiqué de presse : trafics d'organes et de cadavres en hôpital publique et forfaiture judiciaire
Affaire Kabile, trafic d’organes et de cadavres. Communiqué de presse - Christian Cotten et Thierry Kabile, 21 septembre 2016 - Politiquedevie.com

Terroristes, dites merci au Président de la 11ème chambre du TGI de Paris, il vous offre trois passeports !

Cette vidéo est une œuvre artistique de pure fiction humoristique reposant sur des faits réels avérés et les concordances avec des personnes vivantes ou pas ne sont aucunement le fruit du hasard. Terroristes ! Amateurs ou professionnels, musulmans belges ou barbares mécréants de France ou d’ailleurs, réjouissez-vous ! En ce 14 septembre 2016, jour de fête de l’exaltation de la Sainte Croix (regarder donc sur Wikipédia) : la 11ème chambre correctionnelle du TGI de Paris – celle qui juge ces jours-ci un certain Cahuzac – vient de produire un magnifique gag judiciaire : chaque citoyen français, si l’on en croit le jugement rendu à 14 heures 30 le 14 septembre, chaque citoyen a désormais le droit par cette jurisprudence qui fera date, de disposer de 3 actes de naissance ou de décès, de 3 actes de mariage ou de 3 cartes d’identité ou bien de 3 vrais-faux passeports.

Vive la France, terre d’asile de tous les possibles ! Ah oui, c’est possible d’avoir 3 passeports ? Eh bien, oui ! Explications. En 2001, Mme Éliane Kabile, modeste antillaise de banlieue parisienne, se présente aux portes de l’hôpital de Gonesse, où un médecin criminel l’a envoyée pour se soigner de douleurs aux jambes. Elle en ressortira peu après, les pieds devant. Le petit souci est que quinze ans plus tard, après plusieurs autopsies et de multiples rapports d’experts, nul ne sait où est son cadavre. Oh, l’on a bien retrouvé quelques morceaux de plusieurs corps non identifiés, mélangés dans un cercueil dont nul ne sait la provenance, dans une infâme bouillie de cadavres. Le tout couronné par trois actes de décès.

Voici quelques photos sordides du cadavre déterré à deux reprises et les vrais-faux actes de décès. L’on trouvera en ligne sur le site politiquedevie.com les dossiers judiciaires pour comprendre le sens de ces pièces. S’il existe en France un juriste capable d’expliquer ces faits, merci à lui de se faire connaître.

En attendant, nous avons l’immense plaisir de décerner le trophée du Clown d’Or au citoyen président de la 11ème correctionnelle pour cette affaire et à la citoyenne vice-procureur et bien entendu au célèbre et distingué juriste Jean Maïa, Conseiller d’État bien connu, Agent Judiciaire de l’État et Directeur des Affaires Juridiques du Ministère de l’Économie et des Finances. Vous savez, celui qui tient les cordons de la bourse, actuellement entre les mains d’un certain Michel Sapin. Pour une affaire de cadavre et de cercueil, c’est un nom tout à fait opportun. C’est parfait. Mais je me moque !

Il y a plus de deux siècles, nos élites politiques sont passées des Sangs Bleus – comme l’on qualifiait autrefois les aristocrates – aux Sans-Culottes de la révolution. Aujourd’hui, nous en sommes aux hauts fonctionnaires castrés qui jouent les clowns. Je n’ose les qualifier plus précisément, chacun pourra le faire à sa manière dans la continuité de mes propos précédents. Ils me font bien trop pitié. Depuis quinze ans, les enfants de la famille Kabile se battent avec les pathologies administratives et judiciaires pour savoir où sont passés les organes volés à leur mère et combien et à qui ont rapporté les mélanges de cadavres. Depuis quinze ans, la famille Kabile est déboutée et condamnée par un certain nombre de Clowns de l’Institution Judiciaire ou du Gouvernement qui protègent allégrement, par effet de castration radicale et de soumission, des auteurs de crimes de sang membres de la fonction publique, qui fabriquent des faux en écritures publiques pour cacher des enterrements nauséabonds de cadavres mutilés au sein même de l’hôpital public. Combien de nos jeunes morts ont-ils été victimes de ces trafics d’organes autorisés légalement sans consentement préalable depuis une loi de 2015 de Marisol Touraine, dans cette France qui reste le seul grand pays européen à ne pas avoir ratifié la Convention du Conseil de l’Europe de lutte contre les trafics d’organes ? Aucune victime ? Vous êtes vraiment sûr, Mesdames et Messieurs les Clowns de l’État ?

Votre mauvaise foi, vos mensonges, vos hypocrisies, vos complicités intellectuelles, passives ou actives, avec de véritables gangs mafieux qui utilisent à leurs profit les Institutions de la République, tout cela est en train de vous décrédibiliser radicalement aux yeux de toute la population. Et de vous enlever chaque jour un peu plus de votre légitimité. Merci M. le Président, merci M. Jean Maïa, vous qui avez encore osé ce 14 septembre 2016 faire condamner Thierry Kabile à une nouvelle amende pour poursuite abusive de ces pauvres
fonctionnaires qui ne sont responsables de rien. Chaque guichetier de la fonction publique, chaque guichetier de ce qui se prétend être une Institution Judiciaire – qui n’est en fait qu’une autorité sans aucun pouvoir réel face aux gangsters de la politique, chaque guichetier-fonctionnaire dans ce type d’affaires passe son temps à se débarasser des poubelles et des patates chaudes vers son voisin.

Vous attendiez quoi comme réponse de notre part à toute cette bassesse ? Merci, Mesdames et Messieurs les Clowns d’État, merci de condamner à nouveau Thierry Kabile. Merci à vous ! Je vous offre toute ma bienveillance. Vous vous comportez comme des clowns, même pas cosmiques, même pas ! Vous allez faire hurler de rire tous nos concitoyens, oui, vous qui venez aujourd’hui de fabriquer une jurisprudence tordue et pathologique, lourdement pathologique, qui autorise un viol majeur de l’ordre public : n’importe qui aujourd’hui a droit à 3 actes de décès et donc à 3 passeports ! Madame Éliane Kabile dispose de 3 actes de décès. Pourquoi donc à votre tour ne disposeriez-vous pas de trois passeports ? Merci, mille merci à vous qui osez faire semblant de ne pas voir ceci, cette photo du registre d’état civil). À savoir ce remarquable faux en écriture publique, à côté de deux autres actes de décès de la même personne ailleurs dans le registre et d’un ultime acte de décès du même numéro que le vrai-faux acte Kabile, au nom d’une tierce personne… Détails pour comprendre dans le dossier publié sur politiquedevie.com. Il faut juste rappeler que personne ne peut modifier un acte d’état civil, sauf demande d’un procureur sur les très petites erreurs ou d’un juge du siège pour les corrections plus importantes.

Or, cet acte, barré à la main de la mention Annulé, découvert récemment et photographié subrepticement par Thierry Kabile, cet acte existe depuis 2001 dans le registre d’État Civil de Gonesse, aux pages soigneusement numérotées et tamponnées de rouge et qui ne peuvent formellement ne contenir qu’un seul et unique acte. Étrangement, aucun juge, aucun procureur, aucun agent du gouvernement n’est allé voir de près ce registre. Il faut dire, évidemment, qu’il a été trafiqué par un Officier de Police Judiciaire. Et par un officier d’état civil, adjoint au maire de Gonesse, un certain Patrice Richard, alors, bon évidemment… Personne n’a jamais cherché à comprendre, personne au sein des services de l’État n’a ouvert la moindre enquête sérieuse et ce malgré les multiples dénonciations et procédures engagées par la famille
Kabile auprès de multiples autorités. Personne n’a jamais rien fait depuis quinze ans. Il n’y a aucun abonné au numéro que vous avez demandé. Pourtant, la famille Kabile cherche toujours ce qui vraiment advenu à Éliane Kabile. Êtes-vous vraiment certain que ce genre de mésaventure hospitalière n’arrive qu’aux autres ? Je crains qu’il ne soit désormais temps d’envisager sérieusement des changements majeurs au sein du personnel de direction des Institutions de la République.

Je demande sincèrement pardon à tous ceux chez qui je contribue à provoquer des cauchemars. Peut-être devons-nous porter ce dossier Kabile devant une Cour d’Assises, en citation directedevant un jury populaire, en y impliquant quelques-uns des magistrats qui étouffent
soigneusement ce dossier depuis quinze ans, en compagnie de l’Agent Judiciaire de l’État Jean Maïa, de l’officier de police Élisabeth Humblot et de l’Adjoint au maire de Gonesse en 2001, Patrice Richard ? Ce serait légitime, non ? D’autant que ce dossier Kabile pourrait bien n’être qu’un apéritif de plusieurs camions de poubelles d’État pleines de sang et d’argent. Certains des destinataires privilégiés de cette vidéo savent exactement de quoi je parle.

Et pardon de si mal jouer le clown et trop bien le miroir des pathologies des « élites » de notre douce France. Merci de votre attention, merci de lire le dossier de synthèse sur politiquedevie.com et merci de diffuser et publier cette vidéo sur vos chaînes et réseaux personnels. Merci.
Merci d’interpeller vos élus (maires, députés, sénateurs…) pour savoir ce qu’ils comptent faire face à un tel dossier de forfaiture judiciaire.

Alter Info l'Information Alternative

Assassinat de Nahed Hattar: Communiqué de l’Institut Tunisien des Relations Interationales

Assassinat de Nahed Hattar: Communiqué de l’Institut Tunisien des Relations Interationales
Assassinat de Nahed Hattar: Communiqué de l’Institut Tunisien des Relations Internationales
L’écrivain jordanien Nahed Hattar a été assassiné aujourd’hui, dimanche 25 septembre 2016, devant le tribunal d’Amman où il devait se rendre à son procès pour « publication sur sa page Facebook d’une caricature jugée anti-islam ».
Nahed Hattar avait été arrêté le 13 août dernier suite à cette publication puis relâché et c’est aujourd’hui qu’il avait rendez-vous avec ses juges mais son assassin qui l’attendait de pied ferme était plus rapide.
Ecrivain et journaliste très engagé dans la lutte contre l’intégrisme, connu pour son soutien inconditionnel à la Syrie et son Président Bachar Assad, Nahed Hattar avait sûrement de nombreux ennemis, les Takfiristes et intégristes de tout bord bien sûr, lui-même était de confession chrétienne, mais aussi les autorités jordaniennes, engagées indirectement depuis près de six ans dans la guerre contre la Syrie et dont la réaction vis à vis de l’écrivain était d’une rare violence incitant même son avocat à ne plus le défendre.
L’ITRI condamne avec fermeté cet acte criminel qui a ôté la vie à un intellectuel et patriote engagé dans la lutte anticolonialiste et connu par ailleurs pour sa grande sympathie pour le Prophète de l’islam comme l’atteste un de ses articles de 2012*
Dénonce l’intolérance régnant partout dans la société jordanienne et l’ensemble des sociétés musulmanes et infectant toutes les couches de la population, l’assassin n’étant ni un déséquilibré ni un marginal mais de formation supérieure.
Salue la mémoire de Nahed Hattar, victime innocente de ce terrorisme islamiste qui assassine des êtres humains et détruit des pays et des sociétés au grand profit du colonialisme.
Adresse ses plus vives condoléances à la famille du défunt et à l’ensemble des intellectuels arabes.
ITRI
Ahmed Manai
Tunis le 26 Septembre 2016
Article de Nahed Hattar datant de 2012
En hommage à notre symbole national
Mohamed ibnou Abdellah était prophète au sens religieux du terme. Il était aussi prophète au sens nationaliste, sa mission ayant fondé la nation arabe.
C’était un prophète militant, révolutionnire et le dernier des prophètes, en ce sens qu’après lui, plus personne, ni un cheikh, ni un saint, ni un parti ne peut monopoliser la représentation de l’islam, après la clôture du cycle de la Prophétie et l’avènement du cycle de la nation dans l’histoire sociale.
Le Prophète arabe(SAM) est ainsi un symbole quadridimensionnel
Un symbole religieux pour les musulmans
Un symbole national pour les arabes
Un symbole révolutionnaire pour les militants pour le changement
Un symbole civil pour les militants de l’Etat civil.
Si l’expérience Mohamedienne, arabe et musulmane est un livre ouvert, et il doit demeurer ouvert pour toute lecture libre des musulmans et des non musulmans, c’est parce que toute atteinte au joyau de la couronne des symboles de la nation, ne viendrait pas de la liberté mais de l’agression.

Je suis né dans une famille arabe chrétienne, mes idées sont marxistes et mes choix politiques laïques et nationalistes et c’est pour ces raisons et non pas malgré elles, que je me sens blessé par toute atteinte au prophète, et je me sens défié par toutes ces bandes racistes et impérialistes ennemies de l’islam, de l’arabisme, du tiers monde et des mouvements de libération nationale.
Traduit par ITRI
https://tunisitri.wordpress.com/2016/09/27/assassinat-de-nahed-hattar-communique-de-litri/
 

Alter Info l'Information Alternative

Samedi 1 Octobre : journée mondiale de colère pour Alep !

Le peuple d’Alep, qui résiste au génocide d’Al Assad, est systématiquement bombardé par des avions syriens et russes, avec la passivité complice des États-Unis. Alep est le Guernica du XXIe siècle. Près de 300 mille personnes assiégiés résistent à cet assaut criminel héroïquement.
Samedi 1 Octobre : journée mondiale de colère pour Alep !
Des organisations et des personnalités du monde entier exigent la fin des bombardements et du siège, et appellent à une journée mondiale de solidarité avec le peuple d’Alep .

Nous, les socialistes révolutionnaires de l’UIT-QI, nous joignons à cet appel et appelons les organisations politiques et sociales, démocratiques et de gauche, à s’unir dans la solidarité avec le peuple syrien qui résiste héroïquement, à Alep et dans des dizaines de villes. Dans la bataille d’Alep se joue le destin du peuple syrien.
Non au bombardement sur Alep !

Exigeons la levée immédiate du siège ! Russie et Etats-Unis hors de Syrie !
Non à Daesh ! Turquie et Iran hors de Syrie !

À bas Al Assad !

Rupture des relations diplomatiques avec le boucher Al Assad !

Solidarité inconditionnelle avec le peuple syrien !

Unité Internationale des Travailleurs – Quatrième Internationale (UIT-QI)
Le 26 de septembre de 2016.



Alter Info l'Information Alternative

Georges Fenech, député du Rhône, en Israël … Jusqu’à la nausée !

Georges Fenech a passé les 14 et 15 septembre en Israël, afin d’envisager l’importation en France des mesures de détention administrative de ce pays ! Il nous indique même que N. Sarkozy en ferait un thème de campagne ! Pour faire bonne mesure, G. Fenech a visité la prison d’Ofer.
Georges Fenech, député du Rhône, en Israël ... Jusqu’à la nausée !
Rappelons que la détention administrative est héritée des lois d’exception promulguées par l’occupant britannique avant la création d’Israël. Cette détention administrative permet de maintenir un individu derrière les barreaux sans mise en accusation et sans procès. Ainsi, près de 700 palestiniens sont sous ce régime, sans savoir de quoi on les accuse. Régulièrement, des Palestiniens, emprisonnés sans procès, entament des grèves de la faim, pour réclamer d’être traduits en justice en bonne et due forme, ou d’être libérés.

Rappelons que la prison d’Ofer est située en Cisjordanie occupée en violation du droit international et que cette prison enferme des centaines de prisonniers politiques palestiniens. Il est particulièrement indécent qu’un député français aille ainsi visiter l’un des instruments de la répression et de l’occupation israélienne.

Alors Monsieur Fenech rêve d’un régime à l’israélienne pour le France ? Occupation, apartheid, assassinats, crimes de guerre, sont ils également au programme ?

Monsieur Fenech a perdu toute décence, instrumentalisant chaque jour un peu plus les attentats terroristes pour sa soupe politicienne. Les victimes des attentats et notre pays n’ont pas besoin de pompiers pyromanes. L’ancien juge Fenech a-t-il oublié à ce point l’Habeas Corpus Act de 1679 qui rappelle que toute personne arrêtée a le droit de savoir pourquoi elle est arrêtée et de quoi elle est accusée ?

La France n’a pas besoin du "modèle israélien" qui ne respecte en rien les droits humains.

Collectif 69 de soutien au Peuple Palestinien
Source: Collectif 69
http://collectif69palestine.free.fr/...



Alter Info l'Information Alternative

« oui à la fermeture de Fessenheim » ! ah bon ?

NUCLEAIRE : FERMONS FESSENHEIM …ET BUGEY
                          COMMUNIQUE DE PRESSE DE SDN BUGEY DU 28 / 08 / 2016
Ce vendredi 26 août, nous avons eu l’occasion de lire, sur une banderole accrochée au grillage d’un parking de la centrale du Bugey : « NON A LA FERMETURE DE FESSENHEIM ».
Pour nous, c'est l'expression de personnes qui veulent à tout prix continuer dans l'exploitation des centrales en fin de vie que sont  Bugey et Fessenheim, quels que soient les risques pour la population, bien au-delà de nos frontières et quel que soit le coût  financier de l'énergie nucléaire qui s'alourdit de jour en jour. Pour préserver leur présent, notre futur est pris en otage.
Les incidents s’accumulent à Fessenheim et à Bugey.
A Fessenheim, après avoir imposé l’arrêt du réacteur n°2, l’ASN a décidé le 18 juillet dernier, de ne pas autoriser le redémarrage de cette tranche car, « le risque serait trop grand » au vu des très nombreuses irrégularités détectées, notamment au niveau du générateur de vapeur.
Localement, si l’on considère la centrale du Bugey, avec tous les « problèmes » et avaries qu’elle rencontre depuis plusieurs mois, on peut s’interroger sur ce « soutien » émanant de  personnes travaillant dans une installation sans doute encore plus -sinon autant- « mal en point » que son homologue alsacienne.
Actuellement, la centrale de Bugey tourne vraiment au ralenti suite à des réparations sans fin.  La tranche n°5 est à l’arrêt depuis maintenant un an (énorme chantier pour tenter de résoudre de graves problèmes d’étanchéité sur son enceinte de confinement), la n°3 voit son redémarrage reporté de jour en jour et la n°4 a été stoppée à partir du samedi 27 août pour maintenance. En cette fin août, il n’y a donc concrètement que la tranche n°2 qui fournit de l’électricité…Et ce cas de figure s’est reproduit plusieurs fois cette année. Une faible production qui démontre que l’on peut se passer de cette centrale….
Et ne parlons pas de l'argument éculé de pénurie possible d'électricité dans un marché où l'offre dépasse largement la demande, avec des prix à la baisse.
Régulièrement, la presse se fait l'écho de malfaçons de certaines pièces de ces réacteurs, de non-conformités, et dernièrement l'ASN nous informe sur des défaillances de ces centrales face aux  risques sismiques. Or, la centrale de Fessenheim est  construite sur une  faille avec des risques d'inondation, tout comme celle de Bugey.
Nous sommes très inquiets, tout comme nos voisins allemands et suisses, car ces deux centrales vétustes sont dans un environnement à fort risque et sont implantées dans des régions très peuplées, où les conséquences de fuites radioactives seraient dramatiques pour la santé et les biens de millions d'habitants.
En conclusion, nous répétons avec force : « OUI à la fermeture immédiate de Fessenheim et de Bugey »  pour le bien de tous.
 

Alter Info l'Information Alternative

Catastrophe nucléaire de Tchernobyl : les aveux tardifs ignobles de l’IRSN

Catastrophe nucléaire de Tchernobyl : les aveux tardifs ignobles de l'IRSN
Ce ne sont pas des antinucléaires qui le disent mais le très officiel IRSN français dans un rapport : "En Biélorussie, en Ukraine et en Russie, l’accident a provoqué de nombreux cancers de la thyroïde chez les personnes exposées âgées de moins de 18 ans au moment de la catastrophe. Aujourd’hui, l’augmentation des cancers de la thyroïde est encore observée." Autre aveu après 30 ans de mensonges : il y a bien une relation entre radioactivité et leucémie. Y compris en France. Extraits du document officiel...
__
" En Biélorussie, en Ukraine et en Russie, l’accident a provoqué de nombreux cancers de la thyroïde chez les personnes exposées âgées de moins de 18 ans au moment de la catastrophe. Aujourd’hui, l’augmentation des cancers de la thyroïde est encore observée. 
Tchernobyl_principales-populations-exposees_dose-radiation.png Pour ce qui concerne les intervenants sur le site de la centrale de Tchernobyl, le bilan des effets aigus dus à l’irradiation a peu évolué au cours des dernières années . Aujourd’hui, la poursuite du suivi sanitaire des liquidateurs vise à surveiller l’apparition d’une augmentation de la fréquence de certains effets chroniques à long terme, tels que les cancers.  Trente ans après l’accident, il est ainsi impossible de dresser un bilan sanitaire exhaustif. Les résultats disponibles sont limités par la qualité des études épidémiologiques réalisées, la difficulté d’identifier précisément les populations exposées et les incertitudes associées aux estimations dosimétriques." affirme aujourd'hui l'Institut (français) de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire qui est le bras technique et scientifique de l'Autorité de Sûreté Nucléaire (1).
Tchernobyl_cancers_thyroide.png Une déclaration en forme d'aveux lorsque l'on se souvient des déclarations officielles internationales de l'AIEA (Agence internationale pour la promotion du Nucléaire dit civil) et nationales russes et françaises minimisant à quelques dizaines les victimes de la catastrophe nucléaire de la centrale atomique qui a commencé ses ravages le 26 avril 1986. Car chez certaines personnes, enfants, femmes et hommes : " les doses à certains organes par exemple la thyroïde du fait de l’incorporation d’iode radioactif ont pu dépasser le Gray. (2) "Des effets aigus (dits déterministes) ont été observés" avoue pudiquement après coup les experts.
Tchernobyl_morbidite_nouveau-ne.png Autres aveux, 30 ans plus tard : "En plus des intervenants sur le site de la centrale de Tchernobyl, environ 5 millions d’habitants de Biélorussie, d’Ukraine et de Russie ont été exposés." D'autant plus dramatique que ce n'est pas le fruit du hasard mais le résultat de la volonté des autorités pro-nucléaires de tous les pays de la zone (France comprise) de mentir à la population pour sauver l'image du nucléaire : " L’exposition de ces populations est due à la contamination interne par inhalation et ingestion de radionucléides ainsi qu’à l’exposition externe liée aux dépôts sur le sol."
Mensonge et manipulations en France comme en Russie ou au Japon
En France les autorités avaient affirmé dans un jardon pseudo météo-médicalo-scientifique que le nuage radioactif mortel s'était arrêté à la frontière franco-allemande. Combien d'habitants en France ont-ils ainsi été piégés et atteints de cancers organiques ou des tissus  de par ce mensonge institutionnel ? A ce jour nul ne peut le savoir car les autorités sanitaires et le lobby nucléaire s'opposent toujours à la tenue de registre épidémiologique de cancers notamment radio-induits sur l'ensemble du territoire et département par département.
Tchernobyl_radionucleides-rejettes.png Il faudra attendre plus de 20 ans avant que la France reconnaisse du bout des lèvres que " Les particules plus volatiles et plus fines sont transportées sur de plus grandes distances et forment des dépôts radioactifs d’importance variable sur une bonne partie de l’Europe." et que " Les particules radioactives transportées dans les masses d’air finissent par retomber au sol sous forme d’un dépôt sec lorsque les particules sont à proximité du sol et sous forme de dépôt humide, sous l’effet de la pluie ou de la neige contaminée par les éléments radioactifs de l’air. Ces dépôts recouvrent aussi bien les végétaux, la terre qui les supporte, les plans d’eau mais aussi les surfaces bâties et les lieux de vie. Lorsque le dépôt est formé par les pluies, il se distribue au gré du ruissellement. " (3). Et donc " entraînent la contamination des végétaux (plantes cultivées, herbe, forêts) et, par conséquent, des denrées alimentaires produites sur les territoires contaminées" Les effets continuent de nos jours à porter atteintes à la santé et à la vie.
Dans le déni historique de ses propres affirmations, l'IRSN cherche à présent à garder un semblant de légitimité technique et scientifique auprès du cénacle atomiste mondial. Aussi il masque son accompagnement systématique des exigences du lobby nucléaire tout en le protégeant. D'un côté donc " En France, une contamination temporaire de certaines productions végétales et animales est observée en 1986. Elle est encore aujourd’hui mesurable dans les sols et occasionnellement dans certains produits naturels comme les champignons de forêt." Mais, d'un autre côté, pas questions d'en tirer la logique pour les sols et produits alimentaires cultivés qui devrait conduire à la mise à l'arrêt immédiat de toutes les installations rejetant de la radioactivité en France. La logique du profit financier et du consumérisme à outrance doit se poursuivre coûte que coûte et accompagner l'entretien de la bombe atomique tricolore. Fut-ce au prix de milliers de victimes de tout âge.
Après 30 ans de mensonges : il y a bien une relation entre radioactivité et leucémie
IRSN : " Deux études internationales ont estimé une relation entre la dose reçue à la moelle osseuse et le risque de leucémie proche de celle observée chez les survivants des bombardements de Hiroshima et de Nagasaki. Chez les liquidateurs biélorusses, russes et baltes, le risque de leucémie pour une dose d’un gray est multiplié par 6, selon le Centre international de recherche sur le cancer, et chez les liquidateurs ukrainiens, il est multiplié par un facteur de 3 à 4, selon le National Cancer Institute (États-Unis)" . Et de livrer quelques données chiffrées à l'appui sur l'etendu du désastre : " Au total, ce sont près de 12 milliards de milliards de becquerels qui, en 10 jours, partent dans l’environnement, soit 30 000 fois l’ensemble des rejets radioactifs atmosphériques émis en une année par les installations nucléaires alors en exploitation dans le monde. " (4)
Le nombre de cancers de la thyroïde a été multiplié par cent chez les enfants
IRSN-Tchernobyl-2016_Sante-Thyroide_201604.jpg " Le nombre de cancers de la thyroïde a été multiplié par cent chez les enfants du sud de la Biélorussie ; cette épidémie est clairement reliée à l’exposition importante à l’iode 131 en 1986." affirme à présent l'IRSN. Alors qu'elle affirmait le contraire depuis 30 ans (5). D'autant que "le panache radioactif dissémine des éléments radioactifs tels que l’iode 131, le césium 134 et le césium 137 sur la plupart des pays d’Europe." France comprise. L’augmentation a été notamment observée dans les 4 à 5 ans suivant l’accident, en particulier chez les individus qui étaient alors enfants :  "Entre 1991 et 2005, 6 848 cas de cancers de la thyroïde ont été diagnostiqués chez les enfants âgés de moins 18 ans au moment de l’accident en Biéolorussie, Ukraine Russie, en particulier chez ceux âgés de moins de 4 ans suite à la consommation de lait contaminé par l’iode 131. "
Tchernobyl_maladies-congenitales.png Le panache correspondant aux rejets du 27 avril se dirige vers l’Europe de l’Ouest, l’Allemagne, la France et le nord de l’Italie, où il parvient entre le 30 avril et le 5 mai, Jusqu'à dépasser " le 26 avril les 10 millions de becquerels par mètre cube (Bq/m3)"en proximité de l'installation en perdition et "quelques dizaines de becquerels par mètre cube le 1er mai en France. " (1Bq = 1 désintégration atomique par seconde). Les principaux éléments radioactifs propagéé dans l’air au début mai 1986 en France sont  : Iode 131, Tellure 132, Tellure 129m, Ruthénium 103, Césium 137, Césium 134, Baryum 140.
Augmentation de la fréquence des cataractes et des pathologies cardiovasculaires
la-france-apres-tchernobyl.jpg Et d'avouer aussi que : "Certaines études ont également observé une augmentation de la fréquence des cataractes et des pathologies cardiovasculaires et cérébrovasculaires avec la dose reçue dans certains groupes de liquidateurs"
Mais comme à l'accoutumé les vieux réflexes négationnistes ressurgissent dans leur froideur extrême : " Trente ans après l’accident, il est impossible de dresser un bilan sanitaire exhaustif. Et pour cause : les résultats disponibles sont limités par la qualité des études épidémiologiques réalisées, la difficulté d’identifier précisément les populations exposées et les incertitudes associées aux estimations dosimétriques. Surtout, la réalisation de bilans sanitaires est rendue extrêmement compliquée par les changements socio-économiques majeurs survenus dans ces régions suite à la chute de l’Union soviétique." Refermons vite les portes et les fenêtres.
Cynisme sur le gâteau pro-nucléaire
Cynisme sur le gâteau : " Sur la base de ces informations, et dans l'éventualité d'un accident nucléaire survenant en Europe, l'IRSN et l'InVS (Institut de Veille Sanitaire) collaborent au sein du programme européen Shamisen pour définir la meilleure stratégie d'intervention à adopter. Associée à des mesures de prévention et de communication sur le risque radiologique, elle permettrait de minimiser les incertitudes sur l'exposition des populations et de réduire l'anxiété." Pour les institutions il ne faut donc pas mettre un terme au nucléaire mais en cas d'accident atomique comme à Tchernobyl ou à Fukushima rendre responsable la population qui ne se sera pas suffisamment protégée des radiations en affirmant haut et fort qu'il faut apprendre à gérer son stress personnel.
__
(1) http://www.irsn.fr/FR/connaissances/Installations_nucleaires/Les-accidents-nucleaires/accident-tchernobyl-1986/2016-Tchernobyl-30ans-apres/Pages/3-Tchernobyl-2016-30ans-apres-accident-sante-thyroide.aspx#.V7hV2KLO9NU
(2) unités de mesure de la radioactivité : 1 gray (1 joule par kilogramme). Le sievert (Sv) unité de même dimension que le gray indique les effets négatifs biologiques de la radioactivité sur un organe. Effets délétères qui varient en fonction de la nature des rayons radioactifs (alpha, beta, gamma) et du type d'organes touchés par les irradiations (poumon, coeur, organes génitaux, thyroïde, cerveau, peau, os,...). Limite d'exposition aux rayonnements artificiels imposée à la population en France : 1 mSv/an/personne (mille fois moins que le sievert) selon le Code de la santé publique (Article R1333-8). 1Bq = 1 désintégration atomique par seconde.
(3) http://www.irsn.fr/FR/connaissances/Installations_nucleaires/Les-accidents-nucleaires/accident-tchernobyl-1986/consequences-homme-environnement/Pages/sommaire.aspx#.V7hfDaLO9NU
(4) http://www.irsn.fr/FR/connaissances/Installations_nucleaires/Les-accidents-nucleaires/accident-tchernobyl-1986/consequences-homme-environnement/Pages/3-Le_panache_radioactif.aspx?dId=257bc933-f16a-4c99-819e-ca843037559c&dwId=45d76c24-3232-45e5-9089-89cf5d3e2b35#.V7hjn6LO9NU
(5) http://www.irsn.fr/FR/connaissances/Installations_nucleaires/Les-accidents-nucleaires/accident-tchernobyl-1986/consequences-homme-environnement/Pages/9-La_mortalite_due_a_l_accident.aspx?dId=257bc933-f16a-4c99-819e-ca843037559c&dwId=45d76c24-3232-45e5-9089-89cf5d3e2b35#.V7h3QaLO9NU

Alter Info l'Information Alternative

Solidarité avec les cheminots argentins de Sarmiento criminalisés pour se metre en grève

A nouveau, les cheminots combatifs de la ligne Sarmiento en Argentine sont criminalisés pour lutter et ils ont été poursuivis judiciairement.
Solidarité avec les cheminots argentins de Sarmiento criminalisés pour se metre en grève
Après la grève de 24 heures du jeudi 28 juillet, contre les suspensions arbitraires et par des mesures urgents de sécurité aux réseaux ferroviaire, l'entreprise étatique Trenes Argentinos essaie de déclarer illégale la mesure de force des travailleurs et elle a initié le processus pour lever l’immunité syndicalela protection legale du Secrétaire général de la Section Ouest de l'Union Ferroviaire, Rubén "Pllo" Sobrero, avec d'autres dirigeants et délégués du Sarmiento.

Les délégués du Sarmiento ont commencé une campagne de solidarité pour récolter des signatures de dirigeants syndicaux, sociaux, estudiantins, politiques, de droits de l'homme et du peuple en général.

Noam Chomsky s’est joint à la campagne pour la défense de « Pollo » Sobrero et des cheminots de l’Argentine de Sarmiento et contre la criminalisation de la protestation. Noam Chomsky est professeur émérite de linguistique à l’Institut Technologique de Massachusetts (MIT) et une des figures imposantes de la linguistique du 20e siècle. Il est également connu pour son activisme politique, caractérisée par une forte critique du capitalisme et de la politique étrangère des États-Unis.

Nous appelons à joindre cette campagne et fair circuler la pétition de signatures contre cette nouvelle tentative de criminalisation de la protestation sociale.

Cette campagne est aussi faite à travers de change.org parce qu'elle arrivera directement à l'entreprise.
https://www.change.org/p/
https://www.change.org/p/trenes-argentinos-campa%C3%B1a-de-solidaridad-con-rub%C3%A9n-pollo-sobrero-y-los-ferroviarios-del-sarmiento?recruiter=55810844&utm_source=share_for_starters&utm_medium=copyLink

Recevez nos salutations.

Lucha Internacionalista (UIT-QI État espagnol)

 

Alter Info l'Information Alternative

Jean Lassalle : « La fraternité : rempart ultime contre toutes les formes de haine »

Jean Lassalle : « La fraternité : rempart ultime contre toutes les formes de haine »
Jean Lassalle : « La fraternité : rempart ultime contre toutes les formes de haine »
Le député des Pyrénées-Atlantiques Jean Lassalle, réagit à la tragédie de Saint-Étienne-du-Rouvray.

 « Saint-Etienne-du-Rouvray aujourd’hui, Paris et Nice… Face à de tels événements tragiques, il est parfois urgent d’attendre tant la précipitation peut souvent conduire à des discours où la démagogie se dispute au cynisme. Mais, il faut bien l’avouer, la haine aveugle a encore frappé. Elle ne touche pas seulement les catholiques. À Paris comme à Nice, elle a fauché sans discernement de culture, de croyance religieuse, ou d’origine. A l’occasion de mon tour de France, particulièrement dans les périphéries que j’ai traversées, j’ai pu moi-même constater à quel point les communautarismes étaient exacerbés et la haine à peine voilée. À Lyon, j’ai eu l’opportunité de rencontrer des dignitaires de l’ensemble des religions. Chacun m’a fait part de cette montée du fanatisme religieux et de la radicalisation de notre société en général. Ces manifestations de violence aujourd’hui ne m’étonnent pas. Je les ai moi-même rapportées au chef de l’État, à toutes les plus hautes autorités du pays ainsi qu’aux médias, à travers notamment la remise de mon rapport parlementaire. Sans que cela n’ait, à mon grand regret, suscité la moindre réaction.

Ne laissons pas l’immense tristesse que nous ressentons tous nous diviser. Il y a, je le pense, dans les fondations de la plupart des religions et des cultures, bien qu'elles puissent prendre mille et une formes différentes, des éléments communs qui nous transcendent, tels la déférence pour nos familles, pour nos voisins, pour certaines autorités, la considération pour la dignité humaine et pour la nature, un sens de la solidarité et de la bienfaisance envers les hôtes qui viennent avec de bonnes intentions. Nous tous, tenons-nous les mains, faisons corps pour redonner du sens à l’une des valeurs historique et fondamentale de notre République. Redonnons vie au « nous », à l’intérêt général plutôt qu’aux affres des communautarismes, des radicalismes et de l’individualisme.

Agissons pour que nous-mêmes puissions transmettre à nos enfants et aux générations futures toute la force de ce qu’est le respect, et redonner sa pleine puissance à cette devise placée au centre et sur le fronton de nos mairies et de nos écoles : la Fraternité. La fraternité constitue le rempart ultime contre toutes les formes de haine ».

Contact presse
Yannick Duvergé - Tél. : 06 89 44 64 07

yannick.duverge@mypositiveinfluence.com

 

Alter Info l'Information Alternative

Non à l’état d’urgence en Turquie !

Malgré la déclaration de l'état d'emergence, aujourd'hui il y a eu une manifestation a la plas Taskim convoquée par le parti DHP. Le Parti de la Democratie Ouvrière (IDP) a participé dans cette manifestation. La presse occidentale n'a pas informée de ce fet.
Non à l’état d’urgence en Turquie !
Suite au conseil de sécurité nationale et au conseil des ministres du 20 juillet, cinq jours après la tentative de coup d’État militaire qui a débuté dans la nuit du 15 au 16 juillet, l’état d’urgence a été instauré sur tout le territoire pour une période de 3 mois. Nous, le Parti de la Démocratie Ouvrière, rejetons la tentative de coup d’État militaire, ainsi que l’état d’urgence !

Approfondissant la crise du régime en Turquie, la politique répressive et la dérive autoritaire du régime du palais ont créé les conditions nécessaires pour une tentative de coup d’État. Mais après l’échec d’une telle tentative de coup d’État, le régime du palais a poursuit, en l’accélérant, sa politique liberticide, anti-démocratique et répressive.

Erdogan n’a pas qualifié cette tentative de coup d’État de “don d’Allah” en vain. Le limogeage des dizaines de milliers de magistrats pose la question de savoir si le gouvernement détenait déjà une longue liste et si celle-ci contenait non seulement les noms des putschistes mais aussi ceux de tous les opposants du gouvernement d’AKP. L’appareil étatique vit le plus grand effondrement de son histoire et l’AKP n’a jamais été aussi impuissant. Instaurant l’état d’urgence avec le mot d’ordre « l’État s’est effondré, vive l’État », le régime du palais qui ne fait confiance à personne cherche à prendre le contrôle total.

En instaurant l’état d’urgence, l’AKP a immobilisé l’Assemblée Nationale pour laquelle il avait exprimé sa gratitude pour la prise de position contre le coup militaire du 15 juillet. L’AKP a ouvert la voie à l’arbitraire et au recours aux décret-lois. Ainsi, le palais présidentiel cherchera à diriger son propre régime comme il le souhaite. Mais il est confronté à une crise profonde du régime, à un appareil étatique qui est sur le point de s’effondrer à cause des purges et de la situation économique hors de contrôle.

Le régime du palais fait la propagande de l’état d’urgence en disant qu’il sera utilisé pour éliminer la menace de coup d’État. Mais le régime lui-même est parfaitement conscient qu’après l’élimination des putschistes, la crise politique et économique ne pourra pas être résolue du jour au lendemain. En utilisant l’état d’urgence et les décret-lois, le régime intensifiera sa politique d’attaques économiques et essayera de dépouiller la classe ouvrière de ses derniers droits sociaux restants afin de regagner la confiance de la grande bourgeoisie de Turquie. Egalement, en appliquant la loi sur l’état d’urgence, il essayera de repousser les luttes qui émergeront contre sa politique d’attaques économiques. Il envisagera de poursuivre la répression envers le mouvement politique kurde en étendant l’état d’urgence en vigueur depuis longtemps dans une partie importante des villes kurdes à l’ensemble du territoire. En conclusion, toutes les bases de luttes économiques et démocratiques sont menacées par le régime du palais.

La tentative de coup militaire a été mise en échec, mais ce n’est pas la démocratie qui a vaincu mais le c’est le régime du palais de plus en plus autoritaire. Le régime du palais, en profitant de l’état d’urgence, a obtenu un pouvoir qui lui permettra de dépouiller les travailleurs de tous leurs droits démocratiques. La loi instaurant l’état d’urgence garantit seulement deux droits : le droit à la vie et le droit de la lutte !

Il n’existe qu’une solution possible pour préserver nos droits et libertés démocratiques, ainsi que nos acquis économiques et sociaux : la mobilisation des travailleurs, des femmes, des kurdes, de tous les secteurs opprimés et exploités du peuple et leur irruption sur la scène politique en tant que force indépendante. Nous, le Parti de la Démocratie Ouvrière, appelons les organisations des travailleurs et de gauche, les forces politiques socialistes à se réunir pour élaborer un plan d’urgence contre les coups militaires, l’état d’urgence, la politique répressive et les mesures anti-ouvrières du régime.

Ni coup d’État militaire, ni l’état d’urgence ! Unité de la classe ouvrière !
Le Parti de la Démocratie Ouvrière
21 juillet 2016

Alter Info l'Information Alternative

Nous dénonçons l’arrestation (incroyable) à Lyon d’une cinquantaine de militants soutenant la Palestine !

Nous dénonçons l’arrestation d’une cinquantaine de militant-e-s et des enfants ce jour alors qu’ils organisaient un pique-nique (rassemblement autorisé par la Préfecture) sur les quais du Rhône. Ils allaient ensuite se diriger vers la place des Terreaux où un concert (autorisé lui aussi) était prévu.
Nous dénonçons l’arrestation (incroyable) à Lyon d’une cinquantaine de militants soutenant la Palestine !

En grand nombre les policiers ont embarqué toutes ces personnes dans un car et les ont emmenées à l’hôtel de police rue Marius Berliet ! Menacées de garde à vue, ils étaient poursuivis pour discrimination économique. C’est le port d’un tee-shirt "Boycott Israël" ("Boycott Apartheid Israël") qui justifiait cette accusation !

Tandis que ce scandale prenait de l’ampleur sur les réseaux sociaux, un contrordre est venu : toute charge était abandonnée, et tout le monde s’est retrouvé dehors ! Sauf un militant qui est encore retenu cette nuit, sans doute pour rébellion (?).

[Ce militant est ressorti le lendemain matin 23 juillet vers 11 heures NDLR]

- Nous exigeons la libération et l’abandon de toutes charges contre le militant encore retenu !

- Assurément, la police devrait avoir d’autres priorités nous semble-t-il ? Par quelle aberration de tels ordres ont-ils été donnés, pour mobiliser tant de policiers pour arrêter des militants connus et qui avaient obtenu l’aval de la Préfecture !

- Nous dénonçons la criminalisation des militants qui se battent pacifiquement pour les droits du peuple palestinien, et notamment par la campagne internationale Boycott, Désinvestissements Sanctions (BDS)

Le Conseil d’Administration du Collectif 69 Palestine Lyon le 22 juillet 23h30


Alter Info l'Information Alternative

Actualité mondiale et française du nouvel ordre

By continuing to use the site, you agree to the use of cookies. more information

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close