Tous les articles par Journaliste

Une camionnette roulant «de 80 à 100 km/h»: des témoins racontent l’attentat de Barcelone à RT

Plusieurs témoins directs de l'attentat et de l'instant immédiat ayant suivi l'attaque ont livré leur expérience à RT. Ils décrivent notamment le parcours sanglant de la camionnette sur Las Ramblas et la panique engendrée par ce drame. 

Joint par RT au téléphone, Brendon Sissing, un témoin oculaire de l'attaque a décrit une camionette roulant de «80 à 100 km/h» sur le boulevard : «elle [la camionnette] a renversé des gens (peut-être 10 ou 15 personnes). La camionnette s'est ensuite arrêtée et elle était assez endommagée quand je l'ai vue. Il y avait des centaines de personnes autours. Elle a accéléré encore et a continué sa route. J'ai vu au moins 10 personnes sur sur le sol, certaines se faisant secourir».

Lire aussi : Barcelone sous le choc après un attentat sanglant revendiqué par Daesh

Attention ces images peuvent heurter la sensibilité

Daniel Chalyan, un journaliste de RT présent à Barcelone décrit la panique ayant suivit l'attaque dans les rues adjacentes : «Des gens couraient partout, du mauvais côté de la rue. Personne ne savait ce qui ce passait, des gens ont dit que quelqu'un avait posé une bombe». La police lui a ensuite demandé de se cacher, ce qu'il a fait : «Les fenêtres sont fermées, on est enfermés et on ne peut pas sortir avant que la situation se calme», a-t-il livré à RT depuis sa cachette. Une situation vécue par nombre d'autres témoins comme l'attestent des messages postés sur les réseaux sociaux. 

Lire aussi : Que sait-on de Driss Oukabir, suspect numéro un de l'attentat de Barcelone ?

Arrivé un peu plus tard sur les lieux, le bloggeur russe Amiran Sardarov a décrit à RT ce qu'il voyait : «Il y a encore beaucoup de monde, la police essaie de pousser les gens derrière le cordon [de sécurité]. Il y a du désordre et les rumeurs se propagent». Il a ensuite décrit le triste spectacle qui se déroulait sous ses yeux : «Il y a encore des corps sur le sol. Ceux qui ont été directement touchés par l'attaque sont assis sur le trottoir, tremblants. Ils ont l'air choqué». 

Pavel Lisovtsov, un témoin présent dans un hôtel situé de l'autre côté de la Place de Catalogne, sur La Rambla, raconte l'arrivée des personnes fuyant la zone : «Les gens ont d'abord commencé à affluer à la réception. Puis des policiers armés sont apparus en bas de la rue, inspectant tous les commerces. Ils étaient polis mais minutieux». 

A l'heure où ces lignes sont écrites, les autorités catalanes ont confirmé le décès de 13 personnes et annoncent qu'au moins une centaine d'autres sont blessées. Deux suspects ont été arrêtées mais le conducteur de la camionnette ne serait pas l'un d'entre eux. L'attentat a été revendiqué par Daesh par le biais de son agence de propagande. 

Lire aussi : Barcelone sous le choc après un attentat sanglant revendiqué par Daesh

Barcelone sous le choc après un attentat sanglant revendiqué par Daesh

L'attaque à la voiture-bélier sur les Ramblas de Barcelone, dont le mode opératoire ressemble à celles de Berlin et de Nice en 2016 a été revendiquée par l'Etat islamique. L'attentat a fait au moins 13 morts et des dizaines de blessés selon un dernier bilan. 

Retour sur les événements

Vers 17h, heure locale, une camionnette a semé le chaos sur les Ramblas, avenue très fréquentée par les touristes et les habitants de la ville en cette période estivale. 13 personnes sont mortes et plus de 100 autres ont été blessées, selon le bilan provisoire avancé par le responsable de l'Intérieur du gouvernement catalan, Joaquim Forn.

Attention, images choquantes 

Des témoins cités par l'AFP ont décrit qu'«un homme très jeune», d'une vingtaine d'années au visage mince, conduisait la camionette. Le ou les suspects auraient ensuite pris la fuite à bord d'un autre véhicule. Des sources policières ont évoqués une possible prise d'otage dans un bar-restaurant des alentours mais cette information a par la suite été démentie. Un autre suspect aurait été abattu dans un échange de tirs avec la police à 20 km de Barcelone, selon le journal La Vanguardia.

La police de Catalogne a annoncé avoir arrêté un suspect dans un Tweet. 

Le groupe djihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué l'attentat dans un communiqué diffusé par son agence de propagande Amaq et relayé par le centre américain de surveillance des sites djihadistes. 

La zone a immédiatement été fermée par un cordon de sécurité et cinq ambulances. Une vingtaine de véhicules de police se trouvaient sur place, a constaté le correspondant de l'AFP.

Les stations de métro et de chemins de fer ont été fermées et la population priée par les autorités de se tenir éloignée de la zone de l'attaque. La police demande aux habitants de rester chez eux et d'éviter les déplacements non indispensables.

Condoléances et condamnation unanimes de la communauté internationale

Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy a souligné dans un tweet qu'il était en contact avec les autorités locales et que la priorité était d'aider les victimes et de faciliter le travail des forces de sécurité. Le palais royal espagnol a quant à lui condamné l'attaque en assurant: «Ils ne nous terroriseront pas.»

Le président des Etats-Unis, Donald Trump, a condamné au nom de son pays l'attaque dans un tweet, comme le président français Emmanuel Macron. Dans un communiqué, le président russe Vladimir Poutine a présenté ses condoléances au roi d'Espagne et appelé à une lutte mondiale contre« les forces du terrorisme».

Lire aussi : Folie terroriste, solidarité, attaque ignoble : premières réactions après l'attentat de Barcelone

Un ex-ministre algérien limogé au bout de trois jours, retrouve son poste… durant une heure

Le 24 mai dernier, Messaoud Benagoun faisait son entrée au gouvernement algérien dirigé par le Premier ministre Addelmadjid Tebboune.

Il n'était toutefois resté en poste que trois jours, avant d'être limogé sans qu'aucune explication officielle ne lui soit donnée. La presse de son côté, avait critiqué sa totale inexpérience politique.

Une télévision l'avait en outre accusé d'avoir falsifié son diplôme universitaire et avait affirmé que son casier judiciaire avait été maquillé pour cacher plusieurs condamnations, afin qu'il puisse être candidat aux élections législatives.

Mais le 17 août, à l'occasion d'un léger remaniement, 48 heures après le limogeage du Premier ministre, Messaoud Benagoun est réapparu, à la surprise générale et à la consternation de nombreux observateurs, comme ministre du Tourisme dans la liste du nouveau gouvernement publiée par les médias officiels algériens qui citaient un communiqué de la présidence de la République. 

Une heure plus tard, Messaoud Benagoun «quittait» à nouveau le gouvernement, après la publication d'une liste corrigée sans explication.

Les médias algériens, qui avaient abondamment commenté ce surprenant retour, ont attribué cette erreur à la presse officielle.

Lors de ce remaniement, le président algérien Abdelaziz Bouteflika a remercié les ministres de l'Industrie, du Commerce et de l'Habitat, 48 heures après le remplacement d'Addelmadjid Tebboune, éphémère Premier ministre qui ne sera resté en poste que trois mois.

Les 24 autres ministres ont été reconduits dans une équipe désormais dirigée par Ahmed Ouyahia, nommé le 15 août à la tête du gouvernement.

Lire aussi : Quand la presse française se laisse piéger par un hoax sur les baignades républicaines en Algérie

Attentat de Barcelone : Netanyahu appelle le monde « civilisé » à s’unir contre le « terrorisme »

Attentat de Barcelone : Netanyahu appelle le monde











Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a appelé jeudi soir le "monde civilisé à lutter contre le terrorisme" après l'attentat qui a fait au moins 13 morts à Barcelone.

"Israël condamne fermement l'attentat terroriste à Barcelone (...) a affirmé M. Netanyahu dans un communiqué de son bureau. "Nous avons vu de nouveau ce soir que le terrorisme frappe partout. Le monde civilisé doit le combattre ensemble pour le vaincre", a souligné le communiqué.

Une camionnette a percuté la foule jeudi après-midi sur l'avenue la plus touristique de Barcelone, les célèbres Ramblas, tuant 13 personnes et en blessant au moins 50 autres, selon le gouvernement régional de Catalogne (nord-est).

Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué l'attentat dans un communiqué diffusé par son agence de propagande Amaq.

https://www.lorientlejour.com/article/1067852/attentat-de-barcelone-netanyahu-appelle-le-monde-civilise-a-sunir-contre-le-terrorisme.html

Alter Info l'Information Alternative

Attentat de Barcelone suite

Attentat de Barcelone suite











22h00. Deux policiers ont été renversés par un véhicule qui leur a foncé dessus, ce jeudi soir, lors d’un contrôle à la sortie de Barcelone.

Aucun élément ne permet d’affirmer que l’incident est en lien avec l’attentat de Las Ramblas. La vie des policiers n’est pas en danger a indiqué un porte-parole de la police.

Les deux policiers ont fait feu sur le véhicule. Le véhicule a ensuite été localisé à Sant Just Desvern. (AFP)

Le conducteur du véhicule a été tué par les policiers lors de leur riposte, selon plusieurs sources concordantes.

21h45. Driss Oukabir s’est rendu dans un poste de police, à Ripoll. Ses papiers ont été dérobés, il n’aurait rien à voir avec l’attentat.

Néanmoins, son frère, Moussa Oukabir, pourrait être l’un des suspects de l’attaque et aurait utilisé les documents de son frère pour tromper la police. (La Vanguardia).

21h40. Sur les 80 blessés, 15 se trouvent dans un état critique. (La Vanguardia)

21h20. Le suspect identifié, Driss Oukabir, né le 13 janvier 1989, serait arrivé à Barcelone en provenance du Maroc, le 13 Août.

Le véhicule bélier a parcouru 530 mètres sur Las Ramblas. (El Pais)

21h10. Un second suspect a été interpellé. 80 personnes au total sont hospitalisées. (Président de la Catalogne)

20h40. L’un des suspects est décédé dans une fusillade avec la police.

Le suspect interpellé est Driss Oukabir, dont la photo a été diffusée, selon La Vanguardia.

Driss Oukarbi est un citoyen marocain, né à Aghbala, ayant un titre de séjour espagnol.

Ce dernier est connu de la police et a été incarcéré à Figueres en 2012. L’une des camionnettes qui a servi à l’attentat a été louée à son nom. (La Vanguardia).


http://actu17.fr/barcelone-vehicule-a-fonce-foule-a-ram/

Alter Info l'Information Alternative

Voiture lancée dans la foule à Barcelone : rappel des principales attaques ayant eu lieu en Europe

Une fourgonnette a percuté une foule de personnes sur l'avenue Las Ramblas à Barcelone le 17 août. De nombreuses victimes sont à déplorer. 

14 juillet 2016 : Fête nationale à Nice
Un Tunisien de 31 ans fonce au volant d'un camion-frigorifique dans la foule venue assister au feu d'artifice sur la promenade des Anglais, à Nice. L'attentat revendiqué par le groupe Etat islamique (EI) a causé la mort de 86 personnes et fait 450 blessées.

19 décembre 2016 : marché de Noël à Berlin
Un Tunisien fonce à bord d'un camion sur un marché de Noël de la capitale allemande, faisant 12 morts et 48 blessés. Il est tué quelques jours plus tard lors d'un contrôle de police en Italie. L'attaque est revendiquée par l'Etat islamique. 

Le 19 juin 2017 : attentat raté sur les Champs-Elysées 
Vers 16h, Adam Djaziri fonce en voiture sur un véhicule de gendarmerie mobile sur la plus célèbre avenue de la capitale, sans faire d'autre victime que lui-même.

La ville de Londres, deux fois visée en 2017

Le 22 mars 2017

Un homme lance sa voiture dans la foule sur le pont de Westminster, qui enjambe la Tamise face à Big Ben. Il tue 4 personnes, puis poignarde à mort un policier avant d'être tué dans la cour du Parlement. L'attentat a été revendiqué par l'EI.

 

Le 3 juin 2017

Dans la soirée, trois assaillants renversent des piétons à bord d'une camionnette sur le London Bridge, avant d'attaquer au couteau des passants dans le quartier animé de Borough Market. Bilan: huit morts et une cinquantaine de blessés.

 

Le 7 avril 2017 : voiture bélier en Suède 
Le conducteur d'un camion de livraison, lancé à près de 100 km/h sur Drottninggatan, une rue piétonne très fréquentée de Stockholm, fauche une vingtaine de personnes, avant de finir sa course contre la façade d'un grand magasin. Bilan : cinq morts et une quinzaine de blessés. Un ressortissant ouzbek a revendiqué devant un juge avoir commis «un acte terroriste».

Lire aussi :Attentat de Stockholm : le terrible moment où le camion fonce dans la foule (VIDEO CHOC)

9 août 2017 : attentat contre des militaires à Levallois-Perret
Ahmoud B. fonce avec son véhicule sur un groupe de militaires à Levallois-Perret, dans les Hauts-de-Seine. Six militaires ont été blessés. 

Attentat de Barcelone : un suspect identifié / Daesh revendique l’attentat de Barcelone

Attentat de Barcelone : un suspect identifié / Daesh revendique l'attentat de Barcelone












Un suspect arrêté après l'attaque à la camionnette qui a fait au moins 13 morts et 50 blessés à Barcelone jeudi a identifié, selon le principal syndicat de police espagnol.

Il s'agit de Driss Oukabir, a affirmé à l'AFP un porte-parole du Syndicat unifié de policiers (SUP).

Un homme portant ce nom avait posté sur sa page Facebook, consultée par l'AFP avant qu'elle ne devienne inaccessible vers 21h00 (19h00 GMT), des photos le montrant sur la plage, d'autres devant un miroir, et une image du drapeau berbère, peuple présent notamment au Maroc et en Algérie.

Que sait-on de Driss Oukabir, suspect numéro un de l'attentat de Barcelone ?

La police a donné l'identité de l'un des auteurs présumés de l'attaque à la fourgonette de Barcelone. Selon la presse espagnole, Driss Oukabir était fiché par la police, il résiderait dans une petite ville catalane : Ripoll.

L'un des auteurs de l'attentat de Barcelone du 17 juillet a été identifié comme étant Driss Oukabir. Selon le quotidien El Pais, la police le surveillait car il était sorti de prison en 2012. Selon des sources policières citées par le quotidien espagnol, Driss Oukabir résiderait dans la ville catalane de Ripoll, dans les Pyrénées. L'homme serait né au Maroc en 1989 et serait un résident régulier espagnol.

Citant une source policière, le journal El Mundo explique que d'après le profil Facebook de Driss Oukabir, désormais supprimé, ce dernier aurait résidé en France, à Marseille, avant de s'installer en Catalogne.

Il aurait également plusieurs pseudonymes, dont celui de Driss Oukabir Soprano ou La Fouine. Il serait arrivé à Barcelone le 13 août dernier, en provenance du Maroc, selon de sources policières citées par El Pais. C'est lui également qui aurait loué l'une des deux camionnettes ayant servi pour l'attentat, l'une d'elles aurait dû servir à fuir les lieux de l'attentat.

Des sources policières ont informé Le Monde que l'individu avait laissé son passeport dans le véhicule.

Amaq, l'agence de propagande du groupe Etat islamique, revendique l'attentat

Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué l'attentat à la camionnette qui a fait au moins 13 morts jeudi à Barcelone (Espagne), dans un communiqué diffusé par son agence de propagande Amaq.

"Les assaillants de l'attaque de Barcelone étaient des soldats de l'Etat islamique", indique le communiqué relayé sur le réseau social Télégram, ajoutant que "l'opération a été menée en réponse aux appels à cibler les Etats de la coalition" internationale antijihadistes opérant en Syrie et en Irak.


https://www.lorientlejour.com/article/1067817/un-auteur-de-lattaque-de-barcelone-abattu-par-la-police.html
https://francais.rt.com/international/42158-que-sait-on-driss-oukabir-suspect-attentat-barcelone
https://francais.rt.com/international/42159-daesh-revendique-attentat-barcelone
http://www.lemonde.fr/europe/live/2017/08/17/en-direct-un-vehicule-fonce-sur-la-foule-a-barcelone-plusieurs-blesses_5173481_3214.html
https://www.lorientlejour.com/article/1067854/lei-revendique-lattentat-de-barcelone-agence-de-propagande.html

Alter Info l'Information Alternative

Daesh revendique l’attentat de Barcelone

Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué l'attentat qui a fait au moins 13 morts jeudi le 17 août à Barcelone, dans un communiqué diffusé par son agence de propagande Amaq et relayé par le centre américain de surveillance des sites jihadistes, SITE.

«Les assaillants de l'attaque de Barcelone étaient des soldats de l'Etat islamique», annonce le communiqué, ajoutant que «l'opération a été menée en réponse aux appels à cibler les Etats de la coalition» internationale antijihadistes opérant en Syrie et en Irak.

Une camionnette a percuté la foule en plein après-midi sur les célèbres Ramblas, l'avenue la plus touristique de Barcelone, faisant également plus de 50 blessés, selon le gouvernement régional catalan.

Ce mode opératoire a déjà été utilisé dans des attentats imputés ou revendiqués par le groupe extrémiste sunnite à Nice, Berlin ou Londres.

La police a annoncé l'arrestation de deux suspects après l'attaque.

Attentat de Barcelone : les terribles images prises quelques instants après l'attaque (IMAGES CHOC)

Que sait-on de Driss Oukabir, suspect numéro un de l’attentat de Barcelone ?

Lire aussi : Daesh revendique l'attentat de Barcelone

L'un des auteurs de l'attentat de Barcelone du 17 juillet a été identifié comme étant Driss Oukabir. Selon le quotidien El Pais, la police le surveillait depuis sa sortie de prison en 2012. Selon des sources policières citées par le même quotidien espagnol, Driss Oukabir aurait résidé dans la ville de Ripoll, dans les Pyrénées catalanes, il serait né au Maroc en 1989, serait résident régulier en Espagne, et son arrivée à Barcelone daterait du 13 août dernier, en provenance du Maroc.

Citant aussi une source policière, le journal El Mundo explique que d'après le profil Facebook de Driss Oukabir, désormais supprimé, ce dernier aurait également résidé en France, à Marseille, avant de s'installer en Catalogne

Il aurait également utilisé différents pseudonymes, dont celui de Driss Oukabir Soprano ou La Fouine. C'est lui également qui aurait loué l'une des deux camionnettes ayant servi à l'attentat, l'une d'elles devant servir à quitter rapidement les lieux. Parallèlement, un deuxième suspect lié à l'attentat à la camionnette qui a fait au moins 13 morts et 50 blessés à Barcelone ce jeudi a été arrêté, a annoncé Carles Puigdemont, le président de la généralité de Catalogne.

Lire aussi : Panique, détresse, dévastation : les images terrifiantes de l'attentat de Barcelone (VIDEOS)

 

Attentat de Barcelone : les terribles images prises quelques instants après l’attaque (IMAGES CHOC)

Lire aussi : Daesh revendique l'attentat de Barcelone

De nombreux témoins ont filmé les tous premiers instants qui ont suivi l'attaque à la voiture bélier qui a fait au moins 13 morts et des dizaines de blessés le 17 août, à Barcelone. L'attaque a eu lieu sur l'artère principale de la ville, près de la place de Catalogne, une rue très fréquentée par les touristes et les habitants de la ville. 

Las Ramblas jonchée de corps

Des images postées sur les réseaux sociaux ont montré de nombreuses personnes fauchées par le véhicule étendues à même le sol, entourées par d'autres se portant à leur secours. 

Attention ces images peuvent heurter la sensibilité

Une autre vidéo, prise depuis le trottoir opposé donne une idée de la distance parcourue par le véhicule fou avant qu'il n'interrompe son parcours meurtrier. 

Une autre vidéo postée sur Twitter montre l'arrivée des secours sur les lieux de l'attentat.

Des images des alentours de l'avenue de Las Ramblas diffusées par RUPTLY, l'agence vidéo de RT, montrent des passants choqués, certains au bord des larmes. 

Lire aussi : Des morts et des blessés dans un attentat à la voiture-bélier à Barcelone

Guerre au Yémen: un demi-million de personnes frappées par une épidémie de choléra

Le nombre d’infections au choléra enregistrées au Yémen cette année a dépassé le demi-million de cas ce dimanche, dans ce que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a qualifié de «la plus grave épidémie de choléra au monde». Quelque 2000 personnes ont été tuées par la maladie depuis l’éclosion de l’épidémie en avril lorsque le système d’égouts de la capitale de Sanaa a soudainement cessé de fonctionner.
Guerre au Yémen: un demi-million de personnes frappées par une épidémie de choléra
Bien que le nombre de nouvelles infections déclarées par semaine ait commencé à diminuer quelque peu en raison des interventions d’urgence de la Croix-Rouge et d’autres organisations humanitaires, près de 24.000 nouveaux cas ont été signalés la semaine dernière. La maladie s’est propagée dans presque tous les coins du pays, affectant 22 des 23 gouvernorats.

Ces conditions d’épidémie mortelle ont été créées par la guerre sauvage – qui en est maintenant à sa troisième année – menée par l’Arabie saoudite et une coalition de monarchies du Golfe jouissant du plein soutien des États-Unis, qui fournissent des vols de renseignement et de ravitaillement.

Poursuivant son objectif déclaré de rétablir le gouvernement déchu d’Abd Rabbuh Mansur Hadi, la coalition saoudienne a dévasté ce pays déjà profondément appauvri avec des vagues d’attaques aériennes les unes après les autres et une invasion terrestre menée principalement par les Émirats arabes unis. Hadi a fui le pays après que les insurgés Houthi et les éléments alignés sur l’ancien dictateur Ali Abdullah Saleh aient pris le contrôle de certaines parties importantes du pays, dont Sanaa notamment.

Selon les Nations Unies, de mars 2015 à mars 2017, au moins 10.000 civils ont été tués en raison de l’assaut dirigé par l’Arabie Saoudite, la cause directe de la majorité des décès. Par ailleurs, plus de 2 millions de personnes ont été déplacées depuis 2015.

Dès le début de la guerre, l’administration Obama s’est assurée que l’arsenal saoudien reste bien garni avec des milliards de dollars en bombes, en armes et en matériel. Les structures logistiques de soutien militaire mises en place par l’administration Obama ont été maintenues et élargies sous le président Donald Trump.

En mars, le secrétaire américain à la Défense James «Mad Dog» Mattis a publié un mémoire appelant au renforcement du soutien apporté par les États-Unis à cette guerre criminelle dans le cadre de la volonté du pays d’isoler et ultimement de renverser le régime au pouvoir en Iran.

En mai, Trump a visité l’Arabie saoudite et a salué de façon des plus démonstratives la monarchie totalitaire comme un bastion de stabilité dans la région et le pivot d’une croisade dirigée par les États-Unis contre le terrorisme islamiste – leur prétexte pour leur guerre conjointe pour un changement de régime en Syrie et leurs efforts pour déstabiliser l’Iran. Trump a félicité l’Arabie saoudite et ses alliés du Golfe pour avoir «mené de fortes actions contre les militants Houthi au Yémen».

À Riyad, Trump et la monarchie saoudienne ont finalisé plusieurs accords, dont un contrat de 110 milliards de dollars d’achat d’armes aux États-Unis avec option de 350 milliards de dollars d’achats supplémentaires au cours des 10 prochaines années. Après sa visite, Trump a soutenu le régime saoudien et ses alliés dans la région alors qu’ils ont imposé des sanctions et un blocus sur le Qatar dans le but de forcer ce régime à couper ses relations avec l’Iran.

Il est de plus en plus clair que l’épidémie de choléra au Yémen n’est pas qu’une conséquence involontaire de la guerre dirigée par l’Arabie Saoudite. L’épidémie est en effet utilisée comme arme dans les efforts de la coalition soutenue par les États-Unis pour subjuguer le pays.

La domination du Yémen est cruciale pour le contrôle du détroit de Bab-el-Mandeb, une voie de circulation géostratégique à travers laquelle une grande partie du pétrole mondial doit passer.

Les frappes aériennes et les bombardements menés par la coalition ont visé délibérément les zones résidentielles civiles, les hôpitaux, les écoles, les marchés, les égouts et autres infrastructures essentielles. Cette agression impitoyable rend impossible l’élimination correcte des ordures, qui s’empilent dans les rues.

Le choléra se contracte par la consommation d’eau contaminée par des excréments humains. Au moins 14 millions de personnes n’ont plus d’accès régulier à de l’eau potable à cause de la guerre, une situation qui les expose aux dangers du choléra et autres maladies d’origine hydrique. Le déclin ahurissant des conditions sanitaires et la fin des approvisionnements en eau résultant de l’assaut saoudien ont alimenté la propagation rapide du choléra.

La Marine américaine participe également à l’imposition d’un blocus contre le Yémen qui restreint les exportations du pays et lui impose un effondrement de ses importations d’aliments de base. Le Yémen dépend normalement de ses importations pour satisfaire plus de 90% de ses approvisionnements en céréales.

Aggravant encore plus la situation, le principal aéroport international du pays situé à Sanaa est fermé depuis l’an dernier lorsque la coalition saoudienne a décrété une zone d’exclusion aérienne au-dessus du Yémen. Des quantités limitées d’aide provenant d’organisations humanitaires ont été autorisées à entrer dans le pays via l’aéroport uniquement après l’approbation de la monarchie saoudienne. Mais les personnes ayant besoin d’une aide médicale d’urgence qui n’est disponible qu’à l’extérieur du pays se voient empêchées de partir.

Tout cela a poussé le Yémen au bord de la famine. Le Programme alimentaire mondial a déterminé que 17 millions de Yéménites, soit plus de 60% de la population du pays, n’ont pas assez à manger. Le directeur général adjoint de l’UNICEF, Justin Forsyth, a déclaré en juillet que 1,8 million d’enfants au Yémen souffrent de malnutrition aiguë, alors que 385.000 autres sont victimes d'une malnutrition aiguë sévère.

La catastrophe humanitaire au Yémen est aggravée par l’effondrement du système de soins de santé. Quarante-neuf des 333 districts du pays n’ont pas de médecin et les travailleurs de la santé du pays n’ont pas été payés depuis plusieurs mois.

La semaine dernière, il a été annoncé que sans un afflux rapide de fournitures et d’argent, le Centre national de transfusion sanguine – principale banque de sang du Yémen – sera contraint de fermer ses portes, cessant du coup les traitements de sauvetage d’environ 3000 personnes par mois.

Médecins sans frontières a récemment confié la responsabilité du maintien de ces installations à l’OMS, mais les fournitures envoyées ne se sont jamais rendues à cause de l’embargo saoudien. Si la banque de sang est fermée, des milliers de patients souffrant de blessures de guerre, de cancer ou d’insuffisance rénale seront condamnés à mort.

L’énormité des crimes de guerre qui se déroulent au Yémen rend d’autant plus marqué le silence des médias traditionnels, de l’establishment politique et de leurs laquais de la pseudo-gauche. Alors qu’ils s’époumonent à hurler leurs accusations de crimes de guerre contre Bashar al-Assad et réclament un changement de régime en Syrie, ils donnent le feu vert aux États-Unis et à l’Arabie Saoudite pour détruire toute une société, plongeant le Yémen dans l’une des pires crises humanitaires de l’histoire récente, sans fin en vue.

(Article paru en anglais le 15 août 2017)

Alter Info l'Information Alternative

Carthage était une civilisation noire

Carthage était une civilisation noire
voir photos et article ici http://www.lisapoyakama.org/carthage-etait-une-civilisation-noire/


une figurine de la déesse Tanit de Carthage, elle a les cheveux longs frisés, le nez et les lèvres comme les africains du sud
http://4.bp.blogspot.com/-p2M_LxXXWvc/UKv6R1SDrVI/AAAAAAAAAkY/x0wEJu9XDos/s1600/CNAf0225bTanitTerraCotta.jpg

Une pièce de carthage où la reine avait les cheveux très frisés (métisse)
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/5/55/CarthageElectrumCoin250BCE.jpg/220px-CarthageElectrumCoin250BCE.jpg
http://www.gainsayer.me/wp-content/uploads/02.jpg

Une sculpture sur pierre qui montre que les phéniciens avaient les cheveux frisés et la barbe frisée (donc descendaient des noirs)[
http://realhistoryww.com/world_history/ancient/Images_Canaan/a_Phoenicians_new.jpg]url:
http://realhistoryww.com/world_history/ancient/Images_Canaan/a_Phoenicians_new.jpg
http://realhistoryww.com/world_history/ancient/Canaan_1a.htm

Si Hannibal était noir comme le montre cet article http://www.lisapoyakama.org/carthage-etait-une-civilisation-noire/ et cette pièce de carthage avec la face d'Hannibal d'un côté, et la face de l'éléphant de l'autre https://i.ytimg.com/vi/2SpI_foTt5I/hqdefault.jpg http://africanknowledge.weebly.com/uploads/1/4/9/8/14980458/3838900_orig.jpg http://www.lisapoyakama.org/et-hannibal-nous-montre-enfin-son-visage/ où on voit Hannibal avec les cheveux frisés, le nez et les lèvres comme les africains du sud ,


Pour ceux qui ont du mal à reconnaître la différence entre les cheveux frisés ou lisses dans une pièce, voici la pièce de Vercingétorix avec les cheveux lisses http://www.realhistoryww.com/world_history/ancient/Etruria_the_Etruscans_2.htm,, on voit clairement la différence avec celle d'Hannibal http://www.lisapoyakama.org/et-hannibal-nous-montre-enfin-son-visage/
https://southernafrican.news/2012/11/13/hannibal-the-black-conqueror-of-rome/


2 hommes qui ont voulu défier Rome, l'un était noir (Hannibal) https://i.ytimg.com/vi/2SpI_foTt5I/hqdefault.jpg, l'autre était blanc (Vercingétorix) . Et les deux ont perdu.


Remarque, j'ai trouvé une image agrandie de la pièce où on voyait davantage les traits d'Hannibal mais ils ont été effacés
https://images.vcoins.com/product_image/200/5/6/5iZZqY9mSTg3d2PEHtr7sL6HibN48J.jpg

Il y a donc une volonté de cacher les vraies origines d'Hannibal.

N'oublions pas que les germains ont envahi l'empire Romain donc ont pu détruire toutes les traces qui montraient les origines noires de la civilisation de Carthage. Les Vandales ont envahi l'Afrique du Nord et Carthage. http://miltiade.pagesperso-orange.fr/vandales-en-afrique.htm

En observant les sculptures et les pièces de nombreuses civilisations, on retrouve le nez épaté, les cheveux frisés, les lèvres épaisses.


http://realhistoryww.com/world_history/ancient/Canaan_1a.htm
http://www.realhistoryww.com/world_history/ancient/Etruria_the_Etruscans_2.htm
http://www.realhistoryww.com/world_history/ancient/Sumer_Iraq_1.htm
http://www.realhistoryww.com/world_history/ancient/Sumer_Iraq_1a.htm

Est-ce pour cela que de plus en plus de sculptures anciennes sont vandalisés?

Alter Info l'Information Alternative

Non à la censure de l’Internet! Non à l’exclusion du World Socialist Web Site par Google!

Pétition adressée à: Sergey Brin, président de Alphabet Inc.; Larry Page, directeur général de Alphabet Inc.; Eric Schmidt, président du conseil d’administration de Alphabet, Inc.
Non à la censure de l'Internet! Non à l'exclusion du World Socialist Web Site par Google!
En avril, Google a mis en place de nouveaux protocoles et algorithmes de recherche qui empêchent d'accéder aux sites web socialistes, antiguerre et progressistes.

Google vise tout particulièrement le World Socialist Web Site, la publication socialiste la plus lue sur Internet. Le WSWS a subi une baisse de 70% du trafic provenant des recherches Google. Ses articles de nouvelles et ses essais sur la politique, l'histoire et la culture sont systématiquement exclus des résultats.

Sous le prétexte frauduleux de lutter contre les «fausses nouvelles», Google fait de la censure politique. Il est indéniable que la manipulation des résultats de recherche par Google est menée en étroite coordination avec l'armée, les agences de renseignement et de puissantes compagnies.

Cette pétition exige que vous cessiez l’attaque de Google sur la liberté d'expression, la pensée indépendante et le droit fondamental à des informations non censurées.

https://www.wsws.org/fr/articles/2017/aou2017/peti-a17.shtml

Alter Info l'Information Alternative

PHISING & AUTRES ESCROQUERIES PAR INTERNET !

Depuis 20 ans l'on ne s'est jamais penché sur les moyens d'éradiquer, notamment déjà, ce fameux «phising» ou hameçonnage (filoutage par faux-sites) (1), déplore René Ducret A la demande du Directeur Général de l'ONU, du Président de la Commission Européenne et de l'ICANN, ce jurisconsulte & architecte informatique, inlassable auteur de mesures anti-fraudes dès l'âge de 23 ans et son élection en Chambre de Commerce leur a remis des moyens simples et immédiats pour mettre fin à ce fléau mondial.
PHISING & AUTRES ESCROQUERIES PAR INTERNET !
D'après son rapport les FAI (fournisseurs d'accès & de messagerie) ont pourtant, depuis longtemps, les outils pour l'éradiquer. Mais ne les utilisent que pour nous pister à des fins publicitaires, commerciales, et de marketing !, explique-t-il : « Ils doivent les mettre à disposition de leurs usagers, car la porte d'entrée de tout abus, dont le phising, est toujours... à 100 % la boite mail
Quand l'escroc envoie un e-mail , son fournisseur de messagerie -comme tout site internet auquel on se connecte- , enregistre ses renseignements d'identification tels son adresse IP, adresse IMAC, N° de Processeur, de CPU, et autres fournis par le "traceroute", la récupération d'informations DNS. Et dispose donc de sa localisation géographique, et bien entendu de son numéro de téléphone indispensable à la vérification de sa boîte-mail. Idem pour le fournisseur d'accès internet, disposant des mêmes renseignements

L'affichage obligatoire en fin de message de ces 2 sources d'informations, toutes aussi sécurisantes qu'un certificat d'authentification, élimine déjà le phising, démasqué, comme toutes autres tentatives classiques de fraudes & escroqueries. L'affichage de la photo automatique de l'expéditeur, prise à un moment aléatoire, est opportune, car supprimer cette fonction facultative ou masquer la caméra ne pouvant qu'éveiller des doutes et inciter à la prudence.

Outre de s'inviter dans votre boîte mail, 2 autres conditions sont nécessaires pour réussir un phising : avoir un site, et donc aussi un nom de domaine. Fournisseurs de noms de domaine, WHOIS, et hébergeurs, doivent donc faire preuve de bien plus d'exigence et rigueur dans la vérification. Une coopération entre acteurs du net (notamment par croisement automatique de fichiers) s'avérerait redoutable ici. C'est pour cela que j'aie fondé le Worcop (l'office mondial de la Coopération). Hélas les cyberescroqueries & cyberarnaques sont loin de se limiter au phising. Ajoutons : cybercriminalité & cyberterrorisme, cyberpédophilie, hacking, …. . . Des Fléaux des plus onéreux & mobilisateurs pour les Polices mondiales.

Côté navigation, les FAI et autres acteurs du net & web, même ceux spécialisés en sécurité, offrent un ''surf anonyme'': Du pain béni pour les fraudeurs ! Il faut interdire cet anonymat, et déjà le signaler au destinataire tout en tentant de le bloquer (Haro donc aux Serveurs Proxy et VPN, aux logiciels P2P et surcouche de réseaux ou en oignon, etc).. Idem pour les systèmes de courriel anonymes (RetroShare, I2P,Freenet, Freemail, Imule, Syndie, etc...) : Car les deux, couplés à la Cryptomonnaie, permettent ainsi la cyber-criminalité : Vente en ligne d'armes, explosifs, drogue, poisons, etc..., sur le fameux ''DarkWeb'', ce ''net anonyme'' !

Mais la criminalité ne s'arrête pas non plus à l'internet: Dans la téléphonie mobile, là encore l'anonymat doit aussi être tout aussi banni, n'attirant que des abus : fausses alertes à la bombe & revendications d'attentats, harcèlements, intrusions intempestives & abusives dans la sphère privée & professionnelle, arnaques aussi. etc.. Tout au contraire doit s'afficher le numéro + le nom & prénom + la ville : Lorsqu'on nous appelle ou nous envoie un SMS, et à l'inverse lorsque nous appellons, ou envoyons un SMS. Ceci existant déjà en choix volontaire utilisateur.

Quant aux boîtes mails ouvertes sous des faux noms, permettant l'escroquerie, elles doivent être détruites. Ne devant être ouvertes qu'au nom & prénom (ou nom de société) du titulaire, confirmé par l'identification du SMS de vérification d'ouverture. Des robots pouvant aussi opérer ces vérifications / recoupements automatiques chez un organisme neutre, grâce aux annuaires fournis par les opérateurs de téléphonie mobile. En cas de discordance, la boîte sera bloquée. L'on ne devra plus pouvoir changer le nom et prénom de sa boîte mail !! Finaliserait l'élimination des faux noms, et des escroqueries commises par de pseudos vendeurs ou acheteurs cette fois sur de vrais sites de ventes ou location, une carte bancaire de quelques centimes perçue à titre d'inscription définitive Quant aux Cyber-cafés, leur anonymat favorise les cyber-fraudes et ils devront tenir un registre des locations indiquant : N° de poste, heure d'entrée & sortie, nom-prénom, copie d'identité. Comme pour les loueurs de véhicules & matériels

Il est urgent de moraliser l'internet et la téléphonie, conclût René Ducret pour qui l'anonymat est source de tous ces abus : Face à eux, les organes de Gouvernance internet sont désarmés, ne disposant que de pouvoirs fragmentés, techniques, incomplets. Il manque un véritable organe de régulation au niveau mondial. En attendant, cette éradication repose sur la volonté des opérateurs internet. Le 1er qui ancitipera ces mesures remportera le jackpot mondial sur la concurrence, grâce à l'exaspération des utilisateurs (recevant jusqu'à 30 phising par jour !). Je dois les rencontrer prochainement pour les en convaincre. Le ''1er Forum sur la moralisation & sécurisation du net'' ouvrira le débat avec d'opportunes confrontations & coordinations entre FAI et autres opérateurs du net A l'issue de notre fructeuse séance de travail avec l'ICANN, la remerciant au passage de son soutien et de sa volonté de collaboration, nous en concluons que cette éradication repose enfin (et surtout) sur la Commission Européenne, parce que seule Organisation Gouvernementale à disposer d'un pouvoir à la fois normatif & coercitif»


(1) «Rien qu'à Genève, 400 plaintes de phising classées en un seul mois, pour défaut d'identification des auteurs (Source ATS, Tribune de Genève, 29 mai 2017).

Alter Info l'Information Alternative

Challenger 23 : Un évident Mensonge de la NASA

Challenger 23 : Un évident Mensonge de la NASA
Le 28 janvier 1986, une virée de Challenger 23 se finit par une explosion visible de tous dans le ciel. Depuis tout ce temps, une enquête a été faite et elle conclut à un enfumage de la population par la NASA avec la complicité des médias.
Car les cosmonautes qui étaient censés avoir péri dans l'accident de la navette sont en fait toujours vivants. Quel est le but d'un tel mensonge ? Pourquoi les cosmonautes refusent de jurer sur la bible être aller sur la lune ? Que nous cache la NASA sur ce qu'elle fait réellement dans l'espace ?

Alter Info l'Information Alternative

L’Union européenne finance une firme qui fournit à Israël des armes à sous-munitions prohibées

L’Union européenne dépense des millions de dollars pour financer la « recherche » d’une société qui aide Israël à contourner une interdiction internationale des armes à sous-munitions.
L’Union européenne finance une firme qui fournit à Israël des armes à sous-munitions prohibées
Israël a spécifiquement choisi la société, Elbit Systems pour qu’elle lui fournisse de nouvelles pièces d’artillerie, du fait qu’un fabricant européen s’opposerait à ce qu’Israël utilise ces munitions prohibées.

Mais la Commission européenne, c’est-à-dire la bureaucratie exécutive de l’UE, se contente de hausser les épaules aux questions de The Electronic Intifada et lui répond en insistant sur le fait que le financement respecte des directives éthiques.

L‘UE affirme qu’elle soutient fermement les interdictions internationales concernant les armes à sous-munitions et les mines terrestres. En réponse à une demande émanant de The Electronic Intifada, un porte-parole de la Commission européenne a salué ces interdictions comme des « réussites diplomatiques majeures » que le bloc des 28 membres tenait à voir appliquées dans leur intégralité.

Mais l’UE ne prévoit aucune action pour demander des comptes à Israël ou à Elbit.
« C’est démentiel et monstrueux »

Les projectiles à sous-munitions éparpillent de minuscules bombes sur un large périmètre, ce qui pose une menace immédiate et aléatoire pour les civils. Un grand nombre de ces munitions n’explosent pas au moment de l’impact mais continuent à provoquer des décès et des mutilations longtemps après avoir été lancées, se muant ainsi, selon les termes de Human Rights Watch, en « mines terrestres de facto ».

Lors de son invasion du Liban en 2006, Israël a lancé plus d’un million de projectiles à sous-munitions sur le pays. « Ce que nous avons fait était démentiel et monstrueux, nous avons couvert des villes entières de sous-munitions », a raconté un officier de l’armée israélienne dans le quotidien de Tel-Aviv, Haaretz.

Au Liban, ces armes continuent à poser un danger pour les gens. Depuis l’invasion israélienne de 2006, selon l’ambassade des EU à Beyrouth, plus de 40 personnes ont été tuées de 300 blessées par des obus tombés sans exploser.

Les dirigeants israéliens menacent régulièrement de libérer une puissance de feu plus grande encore en ciblant les civils, lors d’une future guerre contre le Liban.

Les bombes à sous-munitions américaines, britanniques et brésiliennes ont également été utilisées par l’Arabie saoudite et ont tué, blessé et mis en danger de nombreux civils durant la guerre qui sévit actuellement au Yémen.

Une interdiction internationale

La Convention sur les bombes à sous-munitions de 2008 en interdit la production, l’utilisation, le transfert et le stockage.

Plus d’une centaine de pays ont signé cette convention.

Le Parlement européen a également accordé son soutien complet au traité via une résolution pressant la Commission européenne « d’intégrer l’interdiction des projectiles à sous-munitions comme clause générale des accords avec des pays tiers » et « de faire en sorte que la lutte contre les projectiles à sous-munitions fasse partie intégrante des programmes d’aide extérieure [de l’UE] ».

Mais Israël n’a pas signé cette interdiction des sous-munitions et, loin d’aller en ce sens, il cherche à contourner ces restrictions.
« Une totale indépendance »

Dans sa quête de nouveaux canons pour son artillerie, Israël était intéressé par des canons manufacturés par la firme allemande KMW.

Mais, au lieu de cela – selon un article publié dans Haaretz cette semaine –, Israëlpréférerait acheter des canons manufacturés par Elbit Systems, du fait qu’il craint que le fabricant allemand (l’Allemagne est l’un des pays signataires de l’interdiction) « n’impose des restrictions aux canons afin qu’ils ne puissent tirer des obus à sous-munitions ».

Un officier de l’armée israélienne à la retraite, qui connaît bien ce sujet, a expliqué à Haaretz que les Israéliens étaient embarrassés par le fait que les Allemandspourraient ne pas leur accorder « une totale indépendance » dans l’utilisation des armes.

« Nous aurions été plus que satisfaits d’avoir un appel d’offre ouvert, parce que cela fait baisser les prix », a déclaré l’officier, « mais nous voulions un canon qui puisse être utilisé sans la moindre condition ».

Selon Haaretz, Israël continue à manufacturer et à stocker des projectiles à sous-munitions, encore que ces derniers soient désormais censés n’avoir qu’un très faible taux de sous-munitions susceptibles de ne pas exploser.

Bien qu’Israël ne soit pas partie dans la convention sur les sous-munitions, Human Rights Watch dit qu’il serait préférable qu’Elbit cesse de manufacturer ces systèmes.

« Dans d’autres pays qui ne sont pas signataires de la Convention sur les sous-munitions, nombre de sociétés d’armement ont entrepris cette démarche », a expliqué à The Electronic Intifada Mary Wareham, directrice du plaidoyer de la division armes de Human Rights Watch.

Et de faire remarquer qu’en août dernier, la firme américaine Textron Systems a annoncé qu’elle mettait un terme à la production de projectiles à sous-munitions. De son côté, Singapore Technologies Engineering révélait en novembre 2015 qu’il ne manufacturait plus de mines anti-personnel ni de bombes à sous-munitions.
Des armes testées sur les Palestiniens

« Elbit Systems, la première firme d’armement israélienne, se vante d’avoir »testé ses armes au combat », ce qui signifie qu’elles l’ont été lors des offensives militaires israéliennes contre les Palestiniens », a déclaré dans The Electronic Intifada Ryvka Barnard, responsable de campagne de l’association des droits de l’homme War on Want.

« Elbit a produit du phosphore blanc, des canons qui tirent des obus à sous-munitions et d’innombrables autres armes qui provoquent de lourdes pertes parmi les civils ; de plus, nombre de ces armes sont interdites par les traités internationaux signés par les pays de l’UE. »
EU défend le financement du fabricant d’armes

Elbit est également l’un des bénéficiaires des largesses de l’UE. La société reçoit près de 6 millions d’euros des contribuables européens dans le cadre d’Horizon 2020 et d’autres aides européennes à la recherche.

Mais l’UE défend ce financement, même après qu’il a été révélé qu’Elbit fournissait à Israël des canons à sous-munitions.

« Le financement de la recherche par l’UE dans le cadre d’Hoizon 2020 exclut spécifiquement la recherche à des fins militaires », déclarait le porte-parole de laCommission européenne dans un courriel adressé jeudi à The Electronic Intifada.

Et le porte-parole d’ajouter que « plusieurs mécanismes ont été mis en place pour empêcher les fonds de l’UE d’être utilisés dans des activités qui pourraient contrevenir aux lois internationales ». Parmi ces mécanismes figureraient des équipes chargées d’un contrôle poussé ainsi que des « évaluations éthiques ».

Toutefois, un groupe d’éminents experts juridiques internationaux a récemment critiqué les procédures d’évaluation d’Horizon 2020 en faisant remarquer que le programme ignore les réglementations de l’UE interdisant le financement d’individus ou d’entités responsables ou complices de graves manquements, tels torture, crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

Un « encouragement matériel » aux crimes israéliens

Les activistes en campagne ne veulent pas entendre parler de la distinction opérée par l’UEentre les activités militaires et non militaires d’une société comme Elbit et perçoivent tout financement des fabricants d’armes israéliens comme un renforcement de l’impunité dont bénéficie Israël.

« L’UE et les pays membres comme le Royaume-Uni reconnaissent qu’Israël viole systématiquement les lois internationales via son occupation militaire et ses attaques contre les Palestiniens », a déclaré Barnard, de l’association War on Want.

« N’empêche qu’ils continuent à récompenser le gouvernement et les sociétés d’armement d’Israël avec de l’argent destiné à la recherche ainsi qu’avec des contrats et des accords commerciaux qui alimentent sa machine de guerre. »

Barnard d’ajouter que l’UE « encourage matériellement les violations des droits palestiniens et les crimes de guerre israéliens en poursuivant son commerce d’armes avec Israël ».

« Il est temps que l’UE et tous ses pays membres prennent les lois internationales au sérieux et appliquent à Israël un embargo sur les armements et ce, dans les deux sens », a déclaré Barnard, tout en faisant remarquer que les pressions émanant de la base allaient continuer.

Elbit et ses succursales ont subi régulièrement les protestations de militants en campagne en Europe à propos de leur rôle dans les attaques israéliennes contre des civils palestiniens.

« La où les gouvernements n’appliquent pas leurs propres mesures et ne demandent pas des comptes à Israël, les citoyens ordinaires ont répondu affirmativement à l’appel des Palestiniens à lancer des campagnes de boycott, désinvestissement et sanctions contre Israël », a expliqué Barnard.

Dans un article décrivant les horreurs perpétrées à l’aide d’armes à sous-munitions, Gideon Levy écrit dans Haaretz que la détermination d‘Israël à ignorer l’interdiction internationale indique qu’il « veut tuer le plus grand nombre d’innocents possible ».

L’Union européenne, semblerait-il, est tout aussi déterminée à l’y aider.


Traduction : Jean-Marie Flémal, Pour la Palestine
La source originale de cet article est The Electronic Intifada
Copyright © Ali Abunimah, The Electronic Intifada, 2017

Alter Info l'Information Alternative

Panique, détresse, dévastation : les images terrifiantes de l’attentat de Barcelone (VIDEOS)

Après l'attaque à la voiture bélier de ce 17 août à Barcelone, les vidéos diffusées sur les réseaux sociaux témoignent de la chape de plomb qui a recouvert la ville. Les passants et les touristes se sont mis à l'abri tandis que les véhicules de police interviennent sur l'avenue de Las Ramblas.

Une vidéo montre les passants désertant les lieux de l'attaque afin de se mettre à l'abri.

D'autres images montrent les camions de pompiers roulant à grande vitesse sur l'avenue de Las Ramblas.

La police espagnole a sécurisé le périmètre.

Lire aussi : Au moins deux morts dans un attentat à la voiture-bélier à Barcelone (IMAGES)

Folie terroriste, solidarité, attaque ignoble : premières réactions après l’attentat de Barcelone

Après la voiture-bélier de ce 17 août à Barcelone, Emmanuel Macron a appelé sur Twitter à rester «unis et déterminés».

Martine Aubry, maire de Lille, a qualifié l'attentat de drame de la folie terroriste.

Anne Hidalgo, maire de Paris, et le maire de Nice, Christian Estrosi, ont témoigné sur Twitter de leur solidarité avec les victimes de Barcelone.

Message de même teneur pour Eric Ciotti, député des Alpes-Maritimes, qui assure les victimes et leurs proches de son soutien.

Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France et député, analyse l'attaque de Barcelone comme une mise en garde contre la baisse du budget des armées françaises.

«Il ne faut jamais s'habituer à vivre avec le terrorisme islamiste», a déclaré de son côté Marine Le Pen.

Florian Philippot, vice-président du Front national a également exprimé sa solidarité avec les Barcelonais, ajoutant un «Tout à faire», allusion possible à la lutte contre le terrorisme en Europe.

Lire aussi : Au moins deux morts dans un attentat à la voiture-bélier à Barcelone (IMAGES)

«Police de Bisounours» : la police de proximité 2.0 de Gérard Collomb fraîchement accueillie

L'annonce du retour de la police de proximité de la fin des années 1990 par le ministre de l'Intérieur socialiste, Gérard Collomb, le 16 août a suscité des commentaires tièdes, voire moqueurs de certains hommes politiques et internautes. Son nouveau nom, «police de la sécurité du quotidien» n'a pas permis d'inverser la tendance.

Eric Ciotti, secrétaire adjoint des Républicains (LR), qui n'a pas hésité à reprendre le jugement du syndicat UNSA, évoque une «police des Bisounours».

Une police de proximité dont le rôle serait uniquement focalisé sur la prévention et la médiation, sans vocation à réprimer, n'aurait aucun sens, argumente encore Eric Ciotti.

Le député de La France insoumise (LFI), Ugo Bernalicis, dénonce pour sa part le manque de moyens attribués à cette police de proximité.

Le maire de Sceaux, Philippe Laurent, centriste sans étiquette, partage la même inquiétude.

Des internautes sceptiques

Alors que Gerard Collomb n'a pas encore chiffré le budget de cette «pol prox», certains utilisateurs des réseaux sociaux font également part de leurs réserves, notamment dans le cas où les effectifs de police seraient simplement redéployés.

Un internaute fait un parallèle avec les besoins en services publics, notamment en milieu rural.

Le retour de la police de proximité, créée par Lionel Jospin en 1998 et progressivment supprimée à partir de 2003 par le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy, exception faite de l'agglomération parisienne, n'aurait, en somme, rien de nouveau, résume un autre twittos. 

Lire aussi : Gérard Collomb promet que la police de proximité fera ses débuts dès la fin de l'année

Le leader de l’«alt-right» américain déplore la présence de Juifs dans l’establishment

Le leader de l’«alt-right» américain déplore la présence de Juifs dans l’establishment












Richard Spencer, nationaliste blanc et de facto leader du mouvement «alt-right», a déclaré que les Juifs étaient surreprésentés dans l’establishment des États-Unis. Il se qualifie lui-même de «sioniste blanc» et estime que s’ils sont animés de sentiments sionistes, les Israéliens devraient le comprendre et respecter.

Interviewé par la chaîne israélienne Channel 2 News, Richard Spencer, nationaliste blanc et de facto leader du mouvement «alt-right», a abordé plusieurs sujets liés aux Juifs et à l'establishment américain. Le quotidien Haaretz analyse la position de ce nationaliste américain.

Richard Spencer a été interrogé sur le rôle qu'ont tenu des partisans du mouvement «alt-right» dans la marche de Charlottesville du vendredi 11 août. Au cours de cette manifestation, des nationalistes blancs ont scandé «Les Juifs ne nous remplaceront pas!» en signe de protestation contre le retrait de la statue du général Robert Lee. Selon Richard Spencer, les Juifs sont surreprésentés dans l'establishment américain et les Blancs sont dépossédés de leur pays.

Richard Spencer estime que les Israéliens attachés à leur pays et à leur peuple respecteront son avis. Selon le nationaliste, les sentiments qu'ils éprouvent sont les mêmes.

«Vous pouvez dire que je suis un sioniste blanc — dans le sens où je suis préoccupé par le sort de mon peuple, je veux que nous ayons une pays sûr pour nous-mêmes. Tout comme vous voulez pays sûr en Israël», a-t-il signalé.

Selon Haaretz, ce n'est pas la première fois que Richard Spencer essaie de nouer des liens avec Israël. En décembre dernier, il avait déclaré au journal qu'il «respectait Israël». Il a soutenu la décision de transférer l'ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem.

https://fr.sputniknews.com/international/201708171032677230-americain-deplore-presence-juifs-establishment/

Alter Info l'Information Alternative

Attentat de Barcelone : La police dément la présence d’un suspect retranché dans un bar

La police régionale de Catalogne a finalement démenti l'information erronée diffusée par plusieurs médias selon laquelle un suspect s'était retranché dans un bar-restaurant du centre-ville de Barcelone, après l'attaque à la camionnette qui a fait au moins 13 mort dans une rue très fréquentée.

Des images du déploiement des forces de l'ordre ont été diffusées sur les réseaux sociaux, alimentant la rumeur d'une prise d'otage en cours dans le centre-ville.  

La police régionale de Catalogne a en outre annoncé sur twitter avoir arrêté un homme dans le cadre de cette affaire, qualifiée d'«attaque terroriste». Une vidéo d'une personne arrêtée a été diffusée sur les réseaux sociaux sans qu'on sache si il s'agit du suspect en question. 

Selon un dernier bilan revu à la hausse par le gouvernement catalan, on dénombre désormais 13 morts et plus de 50 blessés. La police aurait retrouvé une seconde camionnette impliquée dans l'attentat à 64 km de la ville. Un des auteurs de l'attentat a été identifié comme étant Driss Oukabir, né en 1989 au Maroc, il aurait résidé à Marseille (son profil Facebook portait la mention «la fouine» en français), avant de s'installer en Catalogne.

Lire aussi : Des morts et des blessés dans un attentat à la voiture-bélier à Barcelone

Attentat de Barcelone : un suspect est retranché dans un bar restaurant du centre-ville

Un suspect est retranché dans un bar restaurant du centre-ville de Barcelone, après l'attaque à la camionnette qui a fait au moins un mort dans une rue très fréquentée, selon des sources policières citées par l'AFP. L'établissement en question serait un bar restaurant turc, la «Luna del Istambul», situé dans la calle dels Tallers. Au moins deux personnes sont recherchées par la police. 

Le journal El Periodico a rapporté des tirs dans le secteur du marché de La Boqueria à proximité de La Rambla de Barcelone où a eu lieu l'attaque sans préciser si il y a un lien entre ces deux événements.

La police a déclaré qu'elle recherchait toujours le ou les assayants qui se trouvaient à bord de la camionnette qui a foncé sur la foule. Des images d'un déploiement de forces de l'ordre ont été diffusées sur les réseaux sociaux.  

Une vidéo d'une personne arrêtée a elle aussi été diffusée sur les réseaux sociaux sans qu'on sache si il s'agit du suspect. 

Détails à suivre... 

Une fourgonnette percute la foule à Barcelone, plusieurs blessés

Une fourgonnette percute la foule à Barcelone, plusieurs blessés











Une camionnette a percuté la foule sur les Ramblas, l'avenue la plus touristique de Barcelone, faisant plusieurs blessés, a indiqué la police de Catalogne (nord-est).
"Collision massive sur les Ramblas de Barcelone menée par une personne à bord d'une camionnette, plusieurs blessés", a indiqué le service de communication des Mossos d'Esquadra, la police catalane. La zone a été fermée par un cordon de sécurité et cinq ambulances et une vingtaine de policiers se trouvaient sur place, a constaté le correspondant de l'AFP.

La police a annoncé jeudi par mégaphones qu'une "attaque terroriste" était "confirmée", après qu'une camionnette a percuté la foule sur l'avenue la plus touristique de Barcelone, faisant plusieurs blessés.
Les policiers étaient en train d'évacuer la grande place voisine Plaza Catalunya, et les alentours sur un périmètre de 200 mètres, a constaté le correspondant de l'AFP.

Deux hommes armés se sont retranchés jeudi dans un bar du centre de Barcelone après qu'une camionnette a foncé sur la foule dans le secteur de la place de Catalogne, rapporte le journal El Periodico.

El Periodico fait état de tirs dans le secteur de La Boqueria.

Il n'est pas possible de dire pour l'instant si ces hommes étaient au volant ou dans la fourgonnette.

Selon le quotidien El Pais, le conducteur du véhicule s'est enfui à pied, après avoir fauché des dizaines de personnes.

Les attaques à la voiture bélier qui se sont produites depuis juillet 2016 à Nice, Berlin, Londres et Stockholm ont fait plus de 100 morts.

Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a déclaré qu'il était en contact avec les autorités et que la priorité était de porter secours aux blessés.


https://www.lorientlejour.com/article/1067775/un-vehicule-secrase-contre-des-dizaines-de-personnes-dans-le-centre-ville-de-barcelone-medias.html
https://www.lorientlejour.com/article/1067782/attaque-terroriste-confirmee-a-barcelone-selon-la-police.html
https://www.lorientlejour.com/article/1067785/deux-hommes-armes-sont-entres-dans-un-restaurant-a-barcelone-apres-que-la-camionnette-a-fonce-sur-la-foule-presse.html














Alter Info l'Information Alternative

Algérie: gouvernement remanié après le limogeage du Premier ministre

Algérie: gouvernement remanié après le limogeage du Premier ministre










Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a remanié légèrement jeudi le gouvernement dont sont remerciés les ministres de l'Industrie, du Commerce et de l'Habitat, 48 heures après le remplacement de son Premier ministre.

Les 24 autres ministres conservent leur portefeuille dans l'équipe désormais dirigée par Ahmed Ouyahia, nommé mardi à la tête du gouvernement en remplacement d'Abdelmadjid Tebboune, limogé.
Au portefeuille de l'Industrie, Mahdjoub Bedda est remplacé par Youcef Yousfi, ancien chef de la diplomatie algérienne (fin 1999- mi-2000), puis surtout ancien ministre de l'Energie et des Mines (2010-2015), qui était depuis son départ du gouvernement conseiller auprès du chef de l'Etat pour les questions de l'énergie.

Mohamed Benmeradi, qui fut ministre de l'Industrie (2010-2012) dans un précédent gouvernement Ouyahia, hérite du ministère du Commerce, au détriment d'Ahmed Saci.
Un haut fonctionnaire, Abdelwahid Temmar, actuel wali (préfet) de Mostaganem, remplace Youssef Chorfa au ministère de l'Habitat, dont il fut un temps directeur général de l'Urbanisme.

Selon la presse, le chef de l'Etat avait adressé avant son limogeage, un "sévère recadrage" à M. Tebboune, critiquant certaines récentes mesures comme l'élargissement des produits soumis à des quotas d'importation. Une mesure qui semble coûter sa place au ministre du Commerce, chargé de l'appliquer.
Son ministre de l'Industrie débarqué, Mahdjoub Bedda, avait de son côté publiquement affirmé sa volonté de remise à plat de l'industrie automobile en Algérie, censé être le fleuron industriel du pays, accusant les acteurs du secteur -d'importants hommes d'affaires algériens- "d'importations déguisées" tout en empochant d'importantes subventions.

Selon les observateurs, M. Tebboune, limogé seulement trois mois après son entrée en fonctions, a payé son intention affichée de s'attaquer aux liens entre certains riches hommes d'affaires et des responsables du premier cercle du pouvoir algérien.

https://www.lorientlejour.com/article/1067728/algerie-gouvernement-remanie-apres-le-limogeage-du-premier-ministre.html

Alter Info l'Information Alternative

Tunisie: des oulémas contre l’égalité homme-femme dans l’héritage

Tunisie: des oulémas contre l'égalité homme-femme dans l'héritage












Des oulémas tunisiens ont rejeté jeudi la proposition du président Béji Caïd Essebsi d'instaurer l'égalité entre hommes et femmes en matière d'héritage, la jugeant contraire aux préceptes de l'islam et "dangereuse" pour la société tunisienne.

Le chef de l'Etat a annoncé dimanche avoir formé une commission chargée d'étudier "la question des libertés individuelles" et de "l'égalité dans tous les domaines", y compris en matière d'héritage. Les femmes héritent en général de la moitié de ce qui revient aux hommes, comme le prévoit le Coran.
M. Caïd Essebsi a aussi demandé au gouvernement de retirer une circulaire datant de 1973 et empêchant le mariage des Tunisiennes musulmanes avec des non-musulmans.
Ces deux questions font depuis l'objet d'un débat parfois passionné.
Il s'agit d'"une violation flagrante des préceptes" de l'islam, ont dénoncé dans un communiqué des imams et spécialistes de la charia (loi islamique).
"L'héritage en islam est clairement expliqué dans le Coran". Il "ne peut être ni modifié ni interprété", a déclaré lors d'une conférence de presse l'ex-ministre des Affaires religieuses Noureddine Khadmi.

L'ex-mufti de la république Hamda Saïd a de son côté critiqué une proposition voulant mettre fin à "un consensus de 1.400 ans".

Vouloir changer les textes régissant l'héritage, "c'est comme dire que Dieu a été injuste avec la femme, ce qui est complètement faux puisqu'il y a plusieurs cas où la femme hérite plus que l'homme", a affirmé pour sa part Fatma Chakout, enseignante à l'université islamique de la Zitouna.

Le cheikh Abdallah el-Oussif, docteur en sciences islamiques, a enfin assuré que la proposition du président Essebsi "exprim(ait) une grande ignorance des préceptes islamiques", en la jugeant "dangereuse" parce qu'elle risque de diviser la société.
Elle "intervient à une période où le peuple a besoin de davantage de solidarité et d'unité" au vu des problèmes socio-économiques du pays, a-t-il lancé.
La question de l'égalité entre hommes et femmes en matière d'héritage reste une question très sensible dans le pays.

La Tunisie a adopté en 1956 un Code du statut personnel (CSP) qui a accordé plusieurs droits aux femmes et aboli la polygamie et la répudiation.
La Tunisie est depuis considérée comme pionnière dans le monde arabe en matière de droits des femmes, mais les tiraillements entre progressistes et conservateurs refont régulièrement surface.

https://www.lorientlejour.com/article/1067740/tunisie-des-oulemas-contre-legalite-homme-femme-dans-lheritage.html

Alter Info l'Information Alternative

Des morts et des blessés dans un attentat à la voiture-bélier à Barcelone

La police espagnole a confirmé des informations diffusées par des médias locaux faisant état d'un attentat perpétré par un homme au volant d'une camionnette. Il a renversé des passants dans le centre-ville de Barcelone en empruntant les trottoirs de la touristique avenue Les Ramblas.

Le véhicule a poursuivi sa course jusqu'à ce qu'il percute un kiosque. 

D'après le journal El Pais citant une source policière, le chauffeur de la camionnette a pris la fuite à pied et est activement recherché par les forces de l'ordre. 

Au moins deux personnes ont été tuées et des images diffusées sur les réseaux sociaux font état de nombreux blessés.

«Nous vous admirons, nous vous adorons» : des enseignantes russes déclarent leur flamme à Macron

Qui a dit que les Russes n’aimaient pas Emmanuel Macron ? Plusieurs femmes russes ont participé à une flash mob sur les réseaux sociaux, lancée à l’occasion des cent jours passés à l'Elysée par le président de la République. Pour faire honneur à ce repère, des enseignantes russes de la langue française de tous âges ont enregistré des petites vidéos où elles s’adressaient au chef de l’Etat français.

Et leurs commentaires sont plus que flatteurs. «Permettez-moi de vous appeler tout simplement Emmanuel. Vous êtes si charmant, intelligent, respectueux. On peut dire que vous êtes très beau», déclare sans ambages Guertrouda. «Nous, les femmes russes, nous vous admirons, nous vous adorons», confesse une autre enseignante, Natalia, alors que sa collègue assure le président français qu'il impressionne «toutes les femmes de Russie».

Certaines enseignantes ont même comparé Emmanuel Macron à Alain Delon, acteur adoré en Russie, alors que d’autres lui ont promis un accueil chaleureux, l’invitant à venir visiter leur pays. «Nous vous accueillions avec plaisir. Les croissants sont tout chauds !», sourit Ekaterina.

Ce n’est pas «par hasard» que les enseignantes ont choisi de lancer cette flash mob, d’après la chaîne de télévision russe Zvezda qui a révélé l’initiative. D’après Zvezda, il s'agit d'un clin d’œil à la femme du président, Brigitte Macron, ancienne enseignante de français et de latin. «Etre la Première dame de France ? Je veux bien», telle est la dernière phrase de la vidéo.

Lire aussi : Emmanuel Macron voudrait des vacances sans photos... mais pose pour des photos en vacances (IMAGES)

Cinq jours après Charlottesville, Macron s’exprime enfin et salue «ceux qui combattent le racisme»

Emmanuel Macron a publié sur le réseau social Twitter une déclaration de solidarité avec les militants américains s'opposants aux manifestants de la droite alternative.

«Aux côtés de ceux qui combattent le racisme et la xénophobie. Notre combat commun, hier comme aujourd'hui», a-t-il affirmé, sans mentionner le président américain. 

Une déclaration qui a lieu cinq jours après les incidents de Charlottesville qui ont coûté la vie à une contre-manifestante anti-raciste et fait plusieurs blessés. 

Les internautes ressortent les dossiers

Cette prise de position a été l'occasion pour les utilisateurs du réseau social de remettre sur la table les déclarations ou les agissements controversés du président de la République.

A notamment été pointée du doigt l'attitude de l'Etat à Calais, accusé par un internaute «d'assoiffer les migrants». La police a en effet été accusée par Amnesty international de mener une brutale répression contre les clandestins situés dans le Calaisis, et le conseil d'Etat a dû contraindre le gouvernement à prendre des mesures en faveur de l'accueil de ces personnes afin d'assurer leur dignité.  

A aussi été reprochée au président sa déclaration concernant la natalité sur le continent africain. «Quand des pays ont encore sept à huit enfants par femme, vous pouvez décider d'y dépenser des milliards d'euros, vous ne stabiliserez rien», avait-il affirmé en marge du G20 en juillet dernier. 

Un compte parodique du président a lui rappelé la polémique concernant les kwassa-kwassa. En juin dernier, le chef de l’Etat s'était laissé aller à une boutade de mauvais goût en comparant ironiquement des bateaux de pêche à des embarcations utilisées pour transporter des migrants dans des conditions précaires.


Lire aussi : La ville de New York va retirer une plaque honorant Philippe Pétain du Canyon des Héros

«C’est la fin de l’empire US» : la Bolivie prend position contre une intervention au Venezuela

A l'occasion d'une rencontre avec son homologue russe Sergueï Lavrov le 16 août, le ministre des Affaires étrangères bolivien Fernando Huanacuni Mamani a jugé inacceptable l'idée d'une médiation étrangère dans les affaires du Venezuela.

«Nos pays, la Russie et la Bolivie, [...] rejetons fermement toute forme de médiation empiétant sur la souveraineté du Venezuela. Si nous voulons aider, nous pourrions respecter le processus démocratique lancé au Venezuela. Il est très important de préserver l'harmonie dans la région», a ainsi déclaré le ministre bolivien qui a par ailleurs déclaré à RT : «L'hégémonie du monde occidental et de l'empire [américain] est arrivé à sa fin». 

Sergueï Lavrov a de son côté plaidé pour que les «désaccords» entre le Venezuela et d'autres pays dont les Etats-Unis soient surmontés «par des moyens pacifiques, par le dialogue». Il a par ailleurs lui aussi rejeté l'idée de toute «pression extérieure, sans même parler de la menace inacceptable d'une intervention militaire». 

Le Venezuela connait une profonde crise politique qui s'est traduite notamment par une série de manifestations violentes de l'opposition depuis le mois d'avril 2017. Plus d'une centaine de personnes, partisans du gouvernement et opposants, ont perdu la vie dans ces affrontements. L'élection d'une assemblée constituante de 545 membres a encore envenimé encore la situation. Le scrutin avait en effet été boycotté par l'opposition et son résultat non reconnu par un certain nombre de pays, dont l'Union européenne et les Etats-Unis.

Donald Trump a évoqué le 11 août une possible «option militaire» dans le pays pour résoudre la crise après avoir refusé une proposition de dialogue téléphonique faite par le président vénézuélien Nicolas Maduro. 

Plusieurs puissances régionales dont le Brésil, la Colombie, le Pérou, le Chili, le Mexique, l'Equateur, le Nicaragua et désormais la Bolivie ont fait part de leur refus de toute option militaire.

Fernando Huanacuni Mamani a évoqué les interventions militaires américaines en Libye, en Irak ou en Afghanistan, estimant qu'elles avaient entraîné «l'effondrement de ces pays». Qualifiant d’inefficaces les interventions étrangères, le ministre bolivien a appelé Washington à abandonner ses ambitions hégémoniques et à reconnaître l'existence d'un monde multipolaire.

Lire aussi : Intervention militaire américaine au Venezuela ? «Probablement de l’esbroufe»

Pour mener la belle vie sur la côte d’azur, trois Franciliens prostituaient leurs petites amies

Trois proxénètes présumés ont été déférés le 15 août au parquet de Nice par les policiers de la Sûreté départementale qui ont pu libérer deux jeunes filles forcées à se prostituer dans les villes de Nice et Cannes, selon Nice Matin.

Déjà connus de la justice pour trafic de stupéfiants et violences, les trois individus sont accusés d’avoir maltraité les jeunes femmes qui ne touchaient aucun argent sur leurs passes. L'argent, empoché directement après les passes, était immédiatement dépensé par les proxénètes. Ils auraient ainsi financé leur séjour sur la Côte d'Azur, d'après le journal régional.

Le procureur Jean-Michel Prêtre a requis le placement en détention provisoire des trois malfaiteurs et une information judiciaire pour «proxénétisme aggravé» a été ouverte. 

En juillet dernier, TV5 publiait les données de l'Office central pour la répression de la traite des êtres humains (OCRTEH) qui révélaient que la prostitution serait en passe de devenir le nouveau fructueux marché dans les cités françaises. D'après l'étude, les délinquants de banlieue, jusqu'à présent portés sur le trafic de drogues et les braquages, se tourneraient de plus en plus vers l'exploitation sexuelle de jeunes filles, souvent mineures.

Lire aussi : Plusieurs coups de feu lors de l’arrestation d’un proxénète à Paris (VIDEO)

La ville de New York va retirer une plaque honorant Philippe Pétain du Canyon des Héros

Après le déboulonnage de statues de généraux confédérés, la chasse aux symboles pouvant inciter à la haine se poursuit aux Etats-Unis... Conséquence des incidents meurtriers de Charlottesville. Cette fois, c'est une plaque rappelant les hauts faits du maréchal Philippe Pétain lors de la Première Guerre mondiale qui est visée par les autorités de la ville de New York. 

Selon son maire, Bill de Blasio, une mission de 90 jours sera initiée par la ville. Elle aura pour but d'identifier tous les «symboles de haine» qui existent dans la Grande pomme. «La plaque dédiée au collaborateur nazi Philippe Pétain sur le Canyon des Héros sera le premier symbole retiré», a-t-il affirmé sur Twitter.

Inaugurée en 2004, aux côtés de plaques à la gloire du général de Gaulle ou encore du premier Premier ministre israélien David ben Gourion, cette plaque rappelait la parade effectuée par le maréchal Pétain à New York en 1931. Elle avait pour ambition de rendre hommage aux victoires du maréchal lors de la première déflagration mondiale. 

A cette époque, Philippe Pétain était considéré comme un héros de la Grande Guerre. Mais cet héritage a ensuite été entaché par la collaboration avec les occupants nazis, de 1940 à 1944, préconisée et mise en œuvre par celui qui fut désigné chef de l'Etat en pleine déroute des troupes françaises. 

Frappé d'indignité nationale et condamné à mort à la Libération, la peine du maréchal Pétain sera commuée en une peine de détention à perpétuité par le général de Gaulle. 

Lire aussi : Croix brisée et inscriptions à la bombe : la tombe du maréchal Pétain vandalisée

Pris à tort pour un suprémaсiste blanc, un professeur victime de harcèlement aux Etats-Unis

Le compte Twitter «Yes, You’re racist» (Oui, tu es raciste), qui révèle publiquement sur les réseaux sociaux l'identité des participants à la manifestation d'extrême droite du 12 août à Charlottesville, aux Etats-Unis, a commis une erreur dans son enquête.

Un professeur d'université a été pris pour cible sur Twitter, après avoir été identifié à tort comme étant un suprématiste blanc.

L'homme incriminé à tort, Kyle Quinn, travaille dans le centre de recherche d'ingénierie à l'université de l'Arkansas, et il est roux. Son physique a été confondu avec celui d'un individu dont la photo a fait le tour du web. L'individu en question porte un tee-shirt «Arkansas Engineering», ainsi qu'une barbe rousse.
Samedi 12 août, le compte «Yes, You’re racist» avait publié sur Twitter un message appelant à la traque de l'homme au tee-shirt. 

A son réveil le 13 août, le professeur d'université américain voit son compte Twitter assailli de notifications. Les insultes et les menaces d'internautes le prenant pour l'homme sur la photo pleuvent. Kyle Quinn se voit obligé de rétablir la vérité sur le réseau social. Il a expliqué qu'il n'était pas l'homme de la photo et qu'au moment du rassemblement de Charlottesville, il se trouvait à Bentonville, dans l'Arizona, en compagnie de «membres de sa faculté et d'administrateurs de l'université».

Le cas de Kyle Quinn rappelle celui du YouTubeur Joey Salads, qui avait lui aussi été accusé à tort d'être un suprémaciste.

Lire aussi : Charlottesville : après les violences de l'extrême-droite, Trump dénonce celles de l'extrême-gauche

Une pierre avec des inscriptions en plusieurs langues découverte en Espagne intrigue les chercheurs

Les chercheurs tentent de reconstituer l’histoire d’une tablette de pierre retrouvée en Espagne avec des inscriptions qui semblent être en plusieurs langues.

La tablette appelée la Stèle de Montoro a été découverte dans le champ d’un agriculteur en 2002 dans ce qui était la ville de Montoro en Andalousie. Le fermier l’a jeté sur le côté jusqu’à ce que des employés nationaux du département de l’environnement ne la trouve. Ils ont remarqué des marques étranges à sa surface et l’ont donné à un musée local, selon IB Times.

Ce n’est qu’en 2012 que Leonardo García Sanjuán de l’université de Séville et Marta Díaz-Guardamino de l’université de Southampton au Royaume-Uni ont décidé de se pencher dessus.

Lire la suite sur Epochtimes

Un rarissime attentat suicide à Gaza tue un garde du Hamas

Un rarissime attentat suicide à Gaza tue un garde du Hamas












Même si les auteurs et leurs motivations ne sont pas clairement établies, les brigades Ezzedine al-Qassam, bras armé du Hamas, ont désigné dans un court communiqué "la théologie fondamentaliste jihadiste".

Un rarissime attentat suicide a tué un garde du Hamas jeudi dans la bande de Gaza, faisant redouter au mouvement islamiste au pouvoir dans ce territoire palestinien l'émergence d'une nouvelle forme de violence jihadiste.

Vers une heure du matin, deux hommes se sont approchés d'une des nombreuses positions de sécurité établies par le Hamas près de la frontière avec l'Egypte, dans le sud de l'enclave, ont indiqué des sources de sécurité.
Quand les gardes ont arrêté les deux inconnus, "l'un d'eux s'est fait exploser, se tuant lui-même et blessant l'autre", a rapporté le ministère de l'Intérieur de Gaza dans un communiqué.
Un officier du Hamas, Nidal Jomaa El-Jaafari, 28 ans, a ensuite succombé à ses blessures, a-t-on appris de source médicale. Les quatre autres gardes ont été blessés, dont un grièvement.

Les faits se sont produits à quelques centaines de mètres du seul point de passage entre la bande de Gaza et l'Egypte, fermé quasiment en permanence mais rouvert exceptionnellement depuis lundi pour permettre aux musulmans gazaouis de se rendre au pèlerinage de La Mecque qui débute à la fin du mois.
Iyad al-Bozoum, un porte-parole du ministère de l'Intérieur, a évoqué un "attentat suicide". C'est le premier du genre contre les forces du Hamas dans la bande de Gaza, selon des sources au sein des forces de sécurité.

https://www.lorientlejour.com/article/1067688/un-rarissime-attentat-suicide-a-gaza-tue-un-garde-du-hamas.html

Alter Info l'Information Alternative

Israël détruit la maison d’un Palestinien auteur d’une attaque meurtrière

Israël détruit la maison d'un Palestinien auteur d'une attaque meurtrière











Les forces israéliennes ont détruit jeudi en Cisjordanie occupée la maison d'un Palestinien impliqué dans une attaque qui avait coûté la vie à une policière israélienne en juin, a indiqué l'armée.

Une vidéo de la démolition fournie par l'armée montre des soldats perçant les murs et insérer des explosifs dans les trous. Puis une explosion souffle la maison dans la fumée et la poussière.
Une porte-parole de l'armée a identifié l'assaillant palestinien comme Adel Ankouch, du village de Deir Abou Machaal, près de Ramallah.

Le jeune homme de 18 ans avait pris part à une attaque au couteau et à l'arme à feu contre des policiers israéliens le 16 juin à Jérusalem-Est, annexée et occupée par Israël. Une policière de 23 ans avait été mortellement poignardée. Adel Ankouch et ses deux complices âgés de 18 et 19 ans avaient été abattus.
Israël démolit régulièrement les maisons de Palestiniens auteurs d'attaques anti-israéliennes. Mercredi, il a détruit, également en Cisjordanie, la maison d'un Palestinien qui avait tué trois Israéliens dans une colonie en juillet.

Les détracteurs de ces démolitions les dénoncent comme relevant du châtiment collectif affectant des familles qui se retrouvent à la rue. Le gouvernement israélien défend l'effet dissuasif de ces démolitions pour ceux qui seraient tentés de passer à l'acte.

https://www.lorientlejour.com/article/1067702/israel-detruit-la-maison-dun-palestinien-auteur-dune-attaque-meurtriere.html

Alter Info l'Information Alternative

Afghanistan: un soldat américain tué dans un opération anti-EI

Afghanistan: un soldat américain tué dans un opération anti-EI











Un soldat américain a été tué en Afghanistan lors d'une opération visant le groupe Etat islamique, ont indiqué jeudi les forces américaines à Kaboul.

"Un membre des forces américaines est décédé des blessures reçues mercredi lors d'une opération conjointe des forces américaines et afghanes dans l'Est de l'Afghanistan", selon un communiqué.
"Des militaires américains et afghans ont également été blessés au cours de l'opération destinée à réduire encore la présence" des rebelles affiliés au groupe jihadiste en Afghanistan, précise le texte. Les blessés ont été évacués pour être soignés.

Ce décès porte à 10 le nombre de soldats américains tués en action en Afghanistan cette année, soit un de plus qu'en 2016.
Deux autres soldats avaient été tués au début du mois à Kandahar dans un attentat suicide taliban contre leur convoi.
A l'heure actuelle, 8.400 Américains participent à l'opération de l'Otan en Afghanistan, Resolute Support (RS), qui compte plus de 13.000 militaires au total. La plupart d'entre eux sont chargés d'encadrer et d'entraîner les forces afghanes.

https://www.lorientlejour.com/article/1067681/afghanistan-un-soldat-americain-tue-dans-un-operation-anti-ei.html

Alter Info l'Information Alternative

Une élue australienne se présente au Sénat en burqa pour demander son interdiction (VIDEO)

«Une grande majorité d’Australiens souhaitent l’interdiction de la burqa !», a lancé Pauline Hanson le 17 août devant le sénat australien, brisant un long silence, après s'être assise, vêtue du vêtement islamique.

«En raison des questions de sécurité nationale et notamment du terrorisme, interdiriez-vous le port de la burqa en Australie ?», a-t-elle demandé au sénateur George Brandis, représentant le gouvernement.

En retour, celui-ci lui a adressé une fin de non-recevoir et l'a accusée de stigmatiser les musulmans. 

«Ridiculiser cette communauté, la mettre au ban de la société, se moquer de ses vêtements religieux est épouvantable et je vous demande de réfléchir à vos actes !», lui a-t-il rétorqué avant d'être applaudi par les autres élus présents.

Ancienne propriétaire d'un fast-food, Pauline Hanson s'était bâtie une notoriété sur la scène politique autralienne en dénonçant l'immigration asiatique après son élection au Parlement en 1996.

Sa popularité avait atteint des sommets en 1998 losque son parti remporta 11 sièges dans le Queensland, recueillant près d'un quart des votes. Aujourd'hui, quatre élus du parti nationaliste One Nation siègent au Sénat australien. 

Lire aussi : L'Australie publie le premier guide pratique pour combattre la radicalisation islamiste



L’Allemagne soutient la proposition russo-chinoise de solution pacifique à la crise nord-coréenne

«[L’Allemagne] comprend et soutient l’initiative de "double gel", et est prête à continuer à travailler avec Pékin pour promouvoir une résolution pacifique du problème nucléaire de la Corée du Nord», a déclaré le ministre fédéral allemand des Affaires étrangères Sigmar Gabriel le 16 août lors d'une conversation téléphonique avec son homologue chinois Wang Yi.

«L’Allemagne apprécie le rôle important que la Chine joue dans le règlement [du conflit]», a ajouté Sigmar Gabriel, cité dans un communiqué du ministère chinois des Affaires étrangères.

L’initiative russo-chinoise de «double gel» a été révélée par les ministres des Affaires étrangères des deux pays le 4 juillet, à la suite des pourparlers entre Vladimir Poutine et Xi Jinping à Moscou. Ce projet prévoit que la Corée du Nord adopte un moratoire sur ses essais de missiles nucléaires en échange de la suspension des exercices militaires conjoints de Séoul et Washington sur la péninsule coréenne.

La semaine dernière, la chancelière allemande Angela Merkel s'était prononcée contre toute «solution militaire» face à la Corée du Nord et a dénoncé l'actuelle escalade verbale entre Pyongyang et le président Donald Trump, qui ont menacé de recourir aux armes.

«L’Allemagne va activement s'impliquer dans les possibilités de résolutions non militaires, mais je considère l'escalade verbale comme une mauvaise réponse», avait-elle ajouté.

La rénovation d’un ex-hôtel de luxe de Cologne pour loger des réfugiés aura coûté 9 millions d’euros

Deux ans après l'achat du Bonotel, hôtel quatre étoiles du centre de Cologne, les travaux de rénovation sont enfin terminés et l'établissement pourra accueillir ses nouveaux pensionnaires : 150 réfugiés répartis dans 85 chambres individuelles et 40 chambres doubles.

L'hôtel, dans lequel ont séjourné des personnalités de passage en Allemagne telles que l'acteur Bud Spencer ou encore la star du football Diego Maradona dans les années 1980, avait été racheté aux enchères par la municipalité de Cologne juin 2014. Confrontée à un important afflux de migrants, l'Allemagne était alors à la recherche de bâtiments afin de les loger, en urgence.

Comme le rapporte le journal local Kölner Stadt-Anzeiger, la remise aux normes du bâtiment et sa rénovation a été beaucoup plus onéreuse que prévu et l'opération immobilière a finalement coûté 9,2 millions d'euros à la ville. 

Le responsable des travaux, cité par le journal local, souligne que le coût du rachat et de la rénovation de cet ancien hôtel reste cependant moins cher que la location d'un autre immeuble sur une période de 20 ans, scénario qui avait également été envisagé par les autorités.

La municipalité a par ailleurs tenu à faire des économies sur le mobilier, en conservant la majorité des équipements déjà présents dans les chambres, qui attendent leurs nouveaux occupants, lesquels devraient arriver dans les prochains jours.

Lire aussi : «Tout va s'écrouler» : les tribunaux allemands submergés par les réclamations des demandeurs d'asile