Génocide au Rwanda : les parties civiles dénoncent les «mensonges» de Pascal Simbikangwa

Premier Rwandais condamné en France pour le génocide des Tutsi en 1994, Pascal Simbikangwa, ex-officier de la garde présidentielle, avait été condamné en 2014 à 25 ans de réclusion criminelle. Depuis le 25 octobre, cet homme de 56 ans est rejugé à Bobigny pour «complicité de génocide» et «complicité de crimes contre l'humanité». 

«Comment oser dire que l'on a rien vu, rien entendu, alors qu'il y a eu 67 000 morts dans les rues de Kigali qui était un charnier à ciel ouvert ? J'ai le sentiment d'un crachat au visage des victimes», s'est émue Rachel Lindon, avocate de la Licra, partie civile au côté de quatre autres ONG (LDH, Survie, CPCR, FIDH). 

L'avocate a également pointé le fait que Pascal Simbikangwa soit «allé encore plus loin en prétendant être un Juste». «C'est comme nier l'existence des chambres à gaz et prétendre avoir sauvé un Juif des chambres à gaz», a-t-elle lancé.

Dans le box, Pascal Simbikangwa, plongé dans ses notes et engoncé dans un blouson malgré la chaleur, a poursuivi ses dénégations, régulièrement recadré par ses avocats. Depuis le début de ce procès en appel, l'accusé et sa défense dénoncent «la fabrication» des nombreux témoignages à charge.

«Je m'attendais à une stratégie de déni total, comme en première instance, mais il a mis un peu d'eau dans son vin, en concédant finalement avoir vu un mort», a raillé un des avocats du Collectif des parties civiles pour le Rwanda, Simon Foreman. «Il a toujours menti», «vous avez devant vous non pas un exécutant mais bien l'un des chefs», a-t-il lancé aux jurés.

Reconverti dans la police politique après un accident qui l'a laissé paraplégique en 1986, l'accusé se voit reprocher d'avoir organisé des barrages routiers au passage desquels étaient filtrés et assassinés des Tutsi à Kigali, et d'avoir livré armes, instructions et encouragements aux miliciens qui les tenaient. 

Le verdict de ce procès-fleuve est attendu pour le samedi 3 décembre. Pascal Simbikangwa encourt la réclusion à perpétuité.

Arrêté à Mayotte en 2008 pour trafic de faux papiers, Simbikangwa est jugé en France au titre de la «compétence universelle» prévue pour les crimes les plus graves.

La défense russe en alerte à la veille des exercices militaires de Kiev près de la Crimée

«Au Kremlin, on ne voudrait pas permettre des actions de l'Ukraine, qui violeraient le droit international, qui pourraient aboutir à la création de conditions dangereuses pour les vols internationaux au-dessus du territoire russe ou dans les régions avoisinantes», a déclaré le le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

Cette déclaration de Moscou arrive en réaction aux propos du porte-parole de l'armée ukrainienne Andriï Lyssenko, qui, cité par l'agence Interfax-Ukraine, a déclaré plus tôt que des exercices seraient effectués les 1er et 2 décembre «sur son territoire national», à la frontière avec le territoire russe de la péninsule de Crimée. «Personne ne va nous dire ce que nous avons à faire», a ajouté le porte-parole de l'armée ukrainienne.

Le vice-ministre de la Défense ukrainien, Oleksandr Dublyan, a déclaré que les essais de missiles seraient «tout à fait conformes au droit international».

Ce genre exercices à proximité de la péninsule de Crimée serait une première pour Kiev. Par ailleurs, la cause d'une telle préparation militaire n'est pas connue. De plus, l'Ukraine n'a pas précisé si les essais impliqueraient des cibles spécifiques ou si des missiles seraient uniquement tirés en l'air.

Cependant le ministère russe des Affaires étrangères a également qualifié la déclaration de Kiev de «provocation à grande échelle». Par ailleurs, l'Agence fédérale du transport aérien russe a assuré ne pas avoir l'intention de fermer l'espace aérien au-dessus de la Crimée.

Dans le même temps les forces anti-aériennes russes en Crimée ont été mis en état d'alerte, alors que l'autorité de l'aviation civile russe estime que les missiles ukrainiens pourraient approcher la capitale de la Crimée, Simferopol.

L'Ukraine a vu ses relations avec Moscou se dégrader considérablement depuis la destitution début 2014 du président Viktor Ianoukovich, suivie d'un référendum sur l'autodétermination de la Crimée dont les habitants ont choisi à l'issue du vote que la péninsule soit rattachée à la fédération de Russie. 

Lire aussi : Poutine qualifie de «lâche» l'arrestation de deux militaires russes par Kiev en Crimée

New-York : 4000 rabbins tentent un #MannequinChallenge … échec cuisant (VIDEO)

Plusieurs milliers derabbins s'étaient rassemblés pour la conférence annuelle de la Dynastie hassidique Habad-Loubavitch, une des branches principales du hassidisme contemporain qui se tenait à Brooklyn. C'est là qu'ils ont été filmés en train de tenter un #MannequinChallenge. Mais le succès ne fut pas au rendez-vous, quelques rabbins trop bavards ou déstabilises ne parvenant pas à rester immobiles et silencieux. 

«Ce n'est pas une chose facile que de demander à plusieurs milliers de rabbins de ne pas bouger du tout. Mais nous avons tout de même essayé», a déclaré l'organisation Habad-Loubavitch dans la légende de la vidéo.

Alors que certains ont bel et bien essayé de se tenir immobile dans un silence complet, beaucoup de bavardages sont tout de même venus perturber ce calme : «Hé toi, arrête de bouger ! Lui là, il bouge !», peut-on entendre dans la vidéo.

Des agents de la Police de New York qui s'occupaient de la sécurité de l'événement ont également tenté l'opération ... même si leur niveau d'engagement était discutable.

Les rabbins du Habad-Loubavitch sont pourtant assez familiers des flash-mob du genre, qui consistent à rassembler plusieurs centaines ou milliers de personnes pour une action physique collective amusante et coordonnée. Il y a deux ans, l'organisation avait participé à un immense selfie rassemblant plusieurs milliers de rabbins à Brooklyn.  

Lire aussi : Barrettes de shit et gros billets : des détenus de Villepinte inquiétés par un Mannequin Challenge

Arabie saoudite : quand des citoyens se mobilisent pour traquer les recrues de Daesh sur internet

Chaque soir après le travail, les membres du collectif Sakinah («tranquillité» en arabe) infiltrent des réseaux de jeunes islamistes radicaux pour empêcher des groupes comme l'Etat islamique de les recruter. Leur arme la plus efficace : une connaissance sur le bout des doigts de l'Islam ultraconservateur qui régit l'Arabie saoudite et dont les extrémistes se servent volontiers pour recruter de nouveaux membres dans leurs rangs.

Selon Abdulrazaq al Morjan, un expert en criminalistique numérique membre de l'association, «l'Arabie Saoudite est le cœur de l'islam [...] et les recruteurs de Daesh ne peuvent pas rivaliser [avec nous] quand il s'agit d'interprétations religieuses.»

Interrogé par le Wall Street Journal, Abdulrazaq al Morjan explique que les membres de Sakinah savent comment dialoguer avec Al-Qaïda et Daesh, comment contester leurs idées avec les bons arguments et comment les décrédibiliser.

Le collectif indépendant travaille en collaboration avec d'autres organisations du gouvernement de Riyad qui s'est mis en tête de combattre le djihadisme avec ses propres armes, notamment l'islam sunnite radical.  

Combattre les djihadistes avec leurs propres armes

En effet, alors qu'une grande partie de l'effort mondial visant à faire face à la radicalisation en ligne met l'accent sur l'incitation des entreprises technologiques à faire plus pour empêcher les terroristes d'utiliser les plateformes de réseaux sociaux pour diffuser leurs idées djihadistes, les membres de Sakinah proposent une approche différente. 

Ils engagent carrément le dialogue avec des djihadistes potentiels pour les détourner de l'extrémisme violent à l'aide de la doctrine islamique rigoriste. Pour ce faire, Twitter est leur terrain d'action principal. C'est en effet là que la prolifération des recrutements de Daesh est la plus importante selon eux.  

Le groupe Sakinah est composé d'environ 80 personnes, psychologues, experts en technologie de l'information ou encore des spécialistes de l'islam. Presque tous sont des Saoudiens.

L'association a commencé à lutter contre les extrémistes en ligne dès 2003, lorsqu'un jeune bureaucrate du gouvernement, Abdulmunem al Mushawah, s'est mis durant son temps libre à surveiller et à affronter des extrémistes affiliés à des groupes comme Al-Qaïda sur des forums de discussion. Au fil des mois, il a été rejoint par d'autres volontaires.

A la base du fondement de Sakinah se trouvent les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis qui avaient provoqué une intense pression internationale pour réprimer l'idéologie extrémiste et le financement du terrorisme.

Après mai 2003, Riyad a intensifié ses efforts contre le terrorisme, lorsque Al-Qaïda a lancé une campagne de bombardement dans le pays, et encore plus avec la montée de l'Etat islamique, qui a mené des dizaines d'attaques dans le royaume saoudien depuis 2014.

Dans leurs conversations, les volontaires de Sakinah discutent souvent du principe islamique du djihad, un terme qui signifie «la guerre sainte», mais très souvent interprété de façons divergentes par des groupuscules qui souhaitent orienter la signification du terme en fonction de leurs propres intérêts.

Les membres de Sakinah soutiennent que le djihad ne peut être sanctionné que par des dirigeants et que le meilleur type de djihad est justement celui qui vise à contrer les terroristes qui abusent de la foi islamique en la détournant.

A titre d'exemple, suite aux attaques du métro et de l'aéroport de Bruxelles en mars 2016, les extrémistes se sont jetés sur les réseaux sociaux pour rechercher de potentielles recrues. C'est alors que les volontaires de Sakinah sont intervenus, en suivant scrupuleusement ceux qui ont exprimé leur soutien aux attaques.

Selon les bénévoles du groupe, dans un tiers des cas, Sakinah parvient à persuader les individus radicalisés à renoncer à rejoindre Daesh ou d'autres groupuscules extrémistes djihadistes, en s'appuyant sur une analyse méticuleuse du comportement à long terme des 3 000 personnes avec lesquelles ses membres ont interagi depuis la création de Sakinah en 2003.

Lire aussi : L'Arabie saoudite proposerait son aide aux enquêteurs antiterroristes allemands

GB: feu vert d’un comité d’experts aux « bébés à trois parents »

GB: feu vert d'un comité d'experts aux











Un comité d'experts britanniques a donné son feu vert mercredi à la conception de bébés à partir de trois ADN différents afin d'éviter la transmission de maladies graves, un pas controversé que le Royaume-Uni a été le premier pays à autoriser.

La recommandation des scientifiques doit encore recevoir l'aval de l'organisme britannique responsable en matière de bioéthique, le Human fertilisation and embryology authority (HFEA), dont une réponse positive est attendue le 15 décembre.

La technique expérimentale, qui combine les ADN de deux femmes et d'un homme pour éviter la transmission d'une maladie héréditaire maternelle, pourrait ainsi être utilisée pour la première fois en mars ou avril prochain.
Les députés britanniques avait approuvé le procédé dès février 2015, faisant du Royaume-Uni le premier pays au monde à l'autoriser par la loi.

Dans son quatrième et dernier rapport, un comité indépendant d'experts britanniques a recommandé mercredi une "adoption prudente" de cette technique qui continue à susciter de vifs débats.
Ses défenseurs estiment qu'elle permettra de donner naissance à des enfants en meilleure santé. Pour ses opposants elle va, au contraire, trop loin en matière de modification génétique et ouvre la boîte de Pandore à la sélection des bébés.
"Notre recommandation d'une approche prudente constitue un juste équilibre entre l'espoir qu'offre ce nouveau traitement (...) et le besoin de s'assurer que le traitement est sûr et efficace", a commenté le docteur Andrew Greenfield qui a présidé le comité d'experts.

http://www.lorientlejour.com/article/1021259/gb-feu-vert-dun-comite-dexperts-aux-bebes-a-trois-parents.html

Alter Info l'Information Alternative

Coca-Cola ouvre sa première usine à Gaza

Coca-Cola ouvre sa première usine à Gaza










Coca-Cola a officiellement ouvert mercredi sa première usine dans la bande de Gaza, qui pourrait offrir du travail à des centaines de personnes dans l'enclave palestinienne close hermétiquement, a annoncé la compagnie.

L'usine, ouverte partiellement depuis plusieurs mois, a démarré ses activités à plein temps mercredi à l'issue d'une cérémonie. La compagnie, qui a investi 20 millions de dollars (19 millions d'euros) pour cette usine, va créer 120 postes dans l'immédiat, puis éventuellement 270 autres, selon un communiqué de la compagnie.

"L'ouverture de notre première usine à Gaza est une étape importante", s'est félicité dans un communiqué Zahi Khouri, fondateur et président de la Compagnie nationale des boissons, responsable de Coca-Cola dans les territoires palestiniens.
"L'installation de notre nouvelle usine à Gaza démontre notre engagement continu pour investir et soutenir les progrès des sociétés à travers le monde", a quant à lui affirmé le PDG de Coca-Cola, Muhtar Kent, dans ce communiqué.

Il existe trois autres usines d'embouteillage dans les Territoires palestiniens mais celle-ci pourrait donner un coup de fouet à l'économie moribonde de la bande de Gaza.

Après la guerre qui les a opposés à l'été 2014 dans la bande de Gaza, Israël et le Hamas, le mouvement islamiste qui gouverne le territoire, observent un cessez-le-feu tendu. Le blocus imposé par Israël a de lourdes conséquences sur la population de l'enclave, selon les organisations internationales.
Le taux de chômage dans la bande de Gaza dépasse les 40%, et les deux tiers des jeunes sont sans emploi.

http://www.lorientlejour.com/article/1021268/coca-cola-ouvre-sa-premiere-usine-a-gaza.html

Alter Info l'Information Alternative

«L’anti-establishment ? Une blague !» : recalé à l’Assemblée, Noam Chomsky s’exprime sur RT (VIDEO)

Le 30 novembre, le philosophe américain Noam Chomsky a effectué une venue mouvementée en France, où une distinction lui a été remise officiellement par la Société internationale de philologie, afin de saluer sa contribution à la linguistique.

N’en déplaise aux amoureux des mots, c’est pourtant sur la politique internationale qu’il s’est exprimé au micro de RT. Au programme, l'intellectuel a notamment abordé la récente élection de Donald Trump comme président des Etats-Unis : «L’anti-establishment, c’est une sorte de blague ! Regardez qui il va nommer dans son gouvernement […] Dès que Trump a été élu, la valeur des actions des sociétés de finances ont grimpé jusqu’au ciel. […] Ils sont ravis.»

En Europe, peu importe qui est élu, les politiques seront les mêmes car elles ne sont pas déterminées par les populations

La récente vague anti-Union européenne qui souffle sur le Vieux continent a également fait partie du menu. Noam Chomsky explique : «En Europe, peu importe qui est élu, les politiques seront les mêmes car elles ne sont pas déterminées par les populations de leur pays. Les principales politiques remontent à la bureaucratie, à la Commission européenne.» Pour autant, l’intellectuel porte un regard négatif sur le «Frexit», qui aurait selon lui des «conséquences tragiques» et déplore le fait qu’aux élections françaises, «il y a deux candidats, l’un d’ultra-droite, l’autre d’extrême-droite.»

Persona non grata à l'Assemblée nationale

Si la remise du prix de philologie a eu lieu au Centre Wallonie-Bruxelles de Paris devant environ 500 personnes, c'est au départ l’Assemblée nationale qui avait été choisie pour accueillir la cérémonie. Mais quelques jours avant la venue de l'intellectuel, l'Assemblée avait finalement fait volte-face, refusant de l'accueillir, sans apporter d'explication particulière.

Une situation qui avait mis dans l'embarras le président d’honneur de la Société internationale de philologie, Florent Montaclair. Celui-ci avait alors dû contacter le magazine spécialisé Philosophie Magazinequi devait interviewer Noam Chomsky, afin de trouver une nouvelle salle : «Je suis donc sans lieu ni public pour mercredi. Serait-il possible d'organiser dans les locaux de votre magazine une petite réception au cours de laquelle je lui remettrais la médaille ?»

En fin de matinée, le penseur américain s'était exprimé devant une centaine de personnes au cours d'une rencontre privée sur invitation, organisée dans le quartier des Halles à l'initiative notamment du blogueur Olivier Berruyer.

Auteur de nombreux livres dans différents domaines, la carrière linguistique menée par Noam Chomsky est toujours allée de pair avec son engagement politique contre les guerres du Vietnam, d’Irak ou encore d’Afghanistan. Il a également mené un travail de fond sur ce qu’il nomme la «fabrication du consentement», c’est-à-dire le processus par lequel les médias de masses imposent en douceur une opinion aux citoyens des sociétés démocratiques.

Lire aussi : Noam Chomsky : Tout lecteur d’Orwell reconnait bien les manœuvres des Etats-Unis

Le groupe de Belmokhtar revendique l’attaque d’un aéroport au Mali

Le groupe de Belmokhtar revendique l’attaque d’un aéroport au Mali











Le groupe Al-Mourabitoune, que dirige l’Emir Mokhtar Belmokhtar, a revendiqué l’attaque qui a ciblé mardi l’aéroport de Gao, dans le nord du Mali, rapporte plusieurs médias.

« L’aéroport qui fait partie des lieux ‘les plus sécurisés’ de Gao et qui abrite ‘le plus grand regroupement de croisés’ a été attaqué ‘vers 18h 30’ », a affirmé le groupe dans un communiqué publié tard dans la soirée de mardi, selon la même source.

« Les combattants d’Al-Mourabitoune ‘ont pu percer le fort de l’ennemi’ dans une opération que le groupe dirigé par Mokhtar bel-Mokhtar a baptisée ‘opération de sécurité spéciale’ », selon la même source.
Aqmi affirme avoir utilisé des missiles

Al-Mourbitoune, katiba d’AQMI a émis son communiqué vers 21h en indiquant que « les combats se poursuivent ». Dans un autre communiqué repris par l’agence mauritanienne d’information daté de ce mercredi, AQMI affirme avoir utilisé mardi 29 novembre des missiles Grade dans une attaque contre l’aéroport de Tombouctou lequel est sous le contrôle des forces françaises déployées au nord du Mali.

AQMI a par ailleurs menacé de mener de nouvelles attaques contre les positions des forces françaises au nord du Mali. Dans le même contexte, le groupe Ançar-Eddine a annoncé aujourd’hui avoir détruit un char de combat des forces françaises dans la zone d’Abira le 27 novembre dernier. Ces communiqués interviennent au lendemain de l’annonce par les médias occidentaux de la mort présumé de Mokhtar Belmokhtar par une frappe française dans le Sud libyen.

http://www.tsa-algerie.com/20161130/groupe-de-belmokhtar-revendique-lattaque-dun-aeroport-mali/

Alter Info l'Information Alternative

Les Nations unies rejettent l’appel du Royaume-Uni contre la libération de Julian Assange

Julian Assange, reclus dans l'ambassade de l'Equateur à Londres depuis le 19 juin 2012, pourrait, du moins sur le papier, pouvoir faire une promenade dans les rues de Londres sans être inquiété. L'Organisation des Nations unies (ONU) a confirmé les conclusions du Groupe de travail sur la détention arbitraire et rejeté l'appel du Royaume-Uni. C'est d'ailleurs la deuxième fois que Londres conteste l'ONU. Une démarche «inadmissible» selon l'institution internationale.

«Maintenant que les appels sont épuisés, j'attends du Royaume-Uni et de la Suède qu'ils se conforment à leurs obligations internationales. Et me libèrent», a déclaré Julian Assange à l'annonce de la décision de l'ONU.

Dans une première résolution en février 2016, le Groupe de travail de l'ONU avait exhorté la Suède et le Royaume-Uni à accepter ses conclusions et recommandations. «Les Etats qui revendiquent être à la pointe des droits de l'Homme devraient donner le bon exemple, même s'ils ne sont pas d'accord avec les conclusions des Nations unies», avait alors déclaré un des experts du groupe, appelant Londres à mettre fin à la détention arbitraire de Julian Assange. Une décision que le lanceur d'alerte avait pris avec beaucoup de plaisir en février 2016, au point de sortir sur le balcon pour prononcer un discours improvisé.

En novembre 2010, quelques jours seulement après le début de la publication des télégrammes diplomatiques américains qui a contribué à la notoriété mondiale de Wikileaks, le parquet suédois lance un mandat d'arrêt contre Julian Assange, accusé d'agression sexuelle à l'encontre de deux femmes suédoises.

La justice avait pourtant abandonné les poursuites dans un premier temps. Il est arrêté au Royaume-Uni en 2010, puis libéré après versement d'une caution. Après que la Cour suprême britannique a rejetté son appel, par crainte d'être extradé vers la Suède, puis de là, vers les Etats-Unis, il demande asile à l'Equateur. Depuis août 2015, les faits d'agression sexuelle alléguée sont prescrits.

Lire aussi : «Sexe par surprise» : Julian Assange livre enfin sa version à la police suédoise

Lutter contre l’obésité ? «C’est pas sorcier», explique Stephen Hawking dans une vidéo

Gen-Pep, une organisation suédoise qui cherche à sensibiliser la question de la santé auprès des enfants et des jeunes, a reçu un soutien de poids en la personne de Stephen Hawking. Ce dernier a profité d'une vidéo pour tirer la sonnette d'alarme.

Le célèbre scientifique n'a pas tourné autour du pot et a déclaré : «En ce moment, l'humanité est confrontée à un défi majeur et des millions de vies sont en danger. En tant que cosmologiste, je vois le monde dans sa globalité et je suis ici pour aborder l'un des problèmes de santé publique les plus graves du XXIe siècle.» 

Le cosmologue en fauteuil roulant a insisté : «Aujourd'hui, trop de gens meurent de complications liées au surpoids et à l'obésité. Nous mangeons trop et nous nous déplaçons trop peu.» Pourtant, selon Stephen Hawking, la solution est heureusement très simple. «Davantage d'activité physique et du changement dans l'alimentation», a-t-il dit, en ajoutant : «C'est pas sorcier.»

Stephen Hawking a avoué qu'il était incapable de comprendre pourquoi le mode de vie sédentaire avait entraîné ce problème de santé majeur. 

Dans un post Facebook accompagnant la vidéo de Stephen Hawking, l'organisation à but non lucratif Gen-Pep a exposé l'inactivité physique comme étant la quatrième cause de décès dans le monde. Gen-Pep a par ailleurs mentionné des études qui révèlent que 80% des adolescents à travers le monde ne sont pas assez actifs.

L'obésité est une accumulation anormale et excessive de graisse corporelle qui peut nuire à la santé. Les médecins la diagnostiquent grâce à l'indice de masse corporelle (rapport du poids au carré de la taille en centimètres).

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a indiqué que les personnes en surpoids ou en situation d’obésité comportaient des risques plus élevés de contracter certaines maladies chroniques comme le diabète, les maladies cardiovasculaires et le cancer. Chaque année, selon les chiffres de l'OMS, environ 2,6 millions de personnes meurent des conséquences du surpoids. 

Lire aussi : Le Chili bannit les «Happy Meals» de McDonald's et les œufs de Kinder

OPEP : Premier accord depuis 2008 pour une réduction de la production de pétrole

«C'est un pas en avant majeur et un accord historique», voilà comment Mohammed Bin Saleh Al-Sadaa, le président de l'OPEP, a qualifié l'accord sur une réduction de la production de pétrole auquel est parvenu l'organisation mercredi 30 novembre. 

La réduction totale des pays membres de l'OPEP sera d'1,2 million de barils par jour. L'Arabie saoudite a accepté d'en assumer la plus grosse partie avec environ 500 000 barils par jour, suivie de l'Irak (200 000) puis les Emirats arabes unis (139 000), le Koweit (131 000) et le Venezuela (95 000). Les petits pays y prendront également part, l'Iran en revanche, depuis peu de retour sur le marché de l'export, a été exempté et pourra continuer à augmenter sa production.

Le président de l'OPEP, Mohammed Bin Saleh Al-Sadaa, a déclaré dans une conférence de presse : «Grâce à la coopération et à la compréhension de tous les pays membres, nous avons pu parvenir à un accord. Il provient d'un sens des responsabilités des membres de l'OPEP et des pays non membres de l'OPEP pour la santé et le bien-être de l'économie mondiale.»

Il a précisé qu'il est conditionné à ce que les pays non membres de l'organisation acceptent de réduire leur production de 600 000 barils par jour, insinuant que la Russie avait d'ores et déjà accepté de réduire la sienne de 300 000 barils. Le Kremlin a de son côté salué l'accord, ajoutant qu'il représentait une étape très importante pour l'industrie pétrolière.

Tiré par cet accord – le premier depuis 2008 – le cours du baril de pétrole brent a bondi de plus de 8% mercredi 30 novembre, passant au-dessus de la barre des 50 dollars.

Lire aussi : Face à un déficit commercial alarmant, l’Algérie tente de faire pression sur l'OPEP

Erdogan et Poutine favorables à un cessez-le-feu à Alep

Erdogan et Poutine favorables à un cessez-le-feu à Alep










Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'est entretenu mercredi avec son homologue russe Vladimir Poutine de la situation à Alep et les deux dirigeants ont convenu de la nécessité de parvenir à un cessez-le-feu et de livrer de l'aide humanitaire à la ville syrienne, a-t-on appris de sources à la présidence turque.

Erdogan et Poutine, dont c'était le troisième entretien téléphonique à ce sujet en une semaine, se sont promis d'intensifier leurs efforts pour parvenir à une cessation des hostilités, ont ajouté les sources.

La Russie soutient activement les forces du président syrien Bachar el-Assad tandis que la Turquie appuie certains rebelles qui le combattent mais les deux dirigeants ont cherché depuis cet été à rapprocher leurs positions.

Les rebelles assiégés à Alep-Est ont affirmé mercredi qu'ils ne quitteraient pas la ville malgré la perte de plusieurs quartiers ces derniers jours après une violente offensive des forces pro-gouvernementales.

http://www.lorientlejour.com/article/1021262/erdogan-et-poutine-favorables-a-un-cessez-le-feu-a-alep.html

Alter Info l'Information Alternative

Alep risque de devenir « un gigantesque cimetière » (responsable Onu)

Alep risque de devenir











La partie Est de la grande ville syrienne d'Alep (nord) risque de "devenir un gigantesque cimetière" si les combats ne cessent pas et que l'aide humanitaire reste bloquée, a averti mercredi un haut responsable de l'Onu.

S'adressant au Conseil de sécurité réuni en session d'urgence à la demande de la France, le patron des opérations humanitaires des Nations unies Stephen O'Brien a estimé que 25.000 civils avaient fui Alep-Est depuis samedi, vers Alep-ouest tenue par les forces gouvernementales, ou d'autres zones voisines.

Il a fait état de "dizaines de morts dans un seul raid aérien ce matin", sans donner des précisions, et a signalé que faute d'ambulances, "des blessés étaient transportés sur des charrettes de légumes".

"Il est vraisemblable que des milliers d'autres vont fuir si les combats s'étendent et s'intensifient dans les jours à venir", a-t-il averti.

"Nous appelons, nous supplions même, les parties au conflit et ceux qui ont de l'influence, de faire tout leur possible pour protéger les civils et pour permettre l'accès à la partie assiégée d'Alep-Est avant qu'elle ne devienne un gigantesque cimetière", a-t-il déclaré. "Il n'y plus de limites ni de lignes rouges à franchir, les règles de la guerre (...) ont été systématiquement bafouées en Syrie".

L'Onu a pré-positionné des stocks de médicaments et de nourriture pour ravitailler plusieurs dizaines de milliers de personnes et ses camions sont prêts à entrer dans Alep-Est, a-t-il souligné.

"Il est donc vital que le gouvernement syrien nous permette de déployer du personnel à Alep en toute sécurité et sans restrictions indues", a martelé M. O'Brien.

Il s'est dit "extrêmement inquiet" pour les quelque 250.000 habitants pris au piège dans Alep-Est. "Ces personnes sont assiégées depuis 150 jours déjà et n'ont pas les moyens de survivre beaucoup plus longtemps".

Il a déploré que jusqu'à présent, "nos appels, nos demandes, et même les exigences de ce Conseil, aient été largement ignorées" par les belligérants.

http://www.lorientlejour.com/article/1021252/alep-risque-de-devenir-un-gigantesque-cimetiere-responsable-onu.html

Alter Info l'Information Alternative

VIDÉO : Des hackers diffusent un appel à la prière à la télévision israélienne

האקרים השתלטו על שידורי מהדורת חדשות 2, ובמקום - שידרו קריאת מואזין pic.twitter.com/lCmDajZXh4— חדשות 2 (@Channel2News) 29 novembre 2016
VIDÉO : Des hackers diffusent un appel à la prière à la télévision israélienne
Le message suggérait que les récents incendies de forêts étaient un « châtiment divin » à la suite d’une proposition de loi pour limiter le volume des appels à la prière dans les mosquées d’Israël et de Jérusalem-Est.

Des hackers ont interrompu la diffusion d’une chaîne de télévision israélienne mardi soir pour diffuser un appel à la prière islamique, dans le cadre de récents projets officiels de limiter le volume des appels à la prière dans les mosquées d’Israël et de Jérusalem-Est occupée.

La chaîne privée Channel 2 a été interrompue pendant une trentaine de secondes, et des images de sites sacrés musulmans ont été diffusées à la place du programme habituel.

La chaîne Channel 10 a également été interrompue par des messages qui suggéraient que les récents incendies de forêt qui ont dévasté une partie d’Israël étaient un « un châtiment divin » pour la proposition de loi qui consistait à interdire l’appel à la prière.

« C’est une prise de contrôle hostile du satellite qui contrôle la diffusion », selon une déclaration de l’autorité israélienne de diffusion.

« Nous considérons cela avec la plus grande autorité et estimons que c’est un acte de sabotage. »

Le texte en hébreu diffusé à l’écran indiquait : « Dieu est grand / C’est une punition divine / Le feu a brûlé les cœurs / Arrêter les appels à la prière est une guerre contre Dieu. »

Les Palestiniens ont été largement accusés d’avoir allumé une grande partie des feux, tandis que le Premier ministre israélien a déclaré qu’ils étaient des « incendies criminels ».

La police a toutefois déclaré mercredi qu’elle n’avait toujours pas déterminé si les incendies ont été allumés délibérément.




Des centaines de maisons ont été détruites, et des dizaines de milliers de personnes au nord de la Cisjordanie ont dû évacuer leurs maisons.

Suite aux incendies, le ministre de l’Éducation Naftali Bennett a promis de fournir « davantage et de plus grands » logements dans les colonies, considérées comme illégales selon le droit international, après qu’un certain nombre d’entre elles ont été détruites.

Certains commentateurs palestiniens ont déclaré que les incendies – nommés « intifada d’incendies » par les medias israéliens – étaient un « châtiment divin » suite aux projets de réduire au silence les appels à la prière.

Le projet de loi controversé, soutenu par Netanyahou mais critiqué par le président Reuven Rivlin, devrait être étudié devant le parlement israélien ce mercredi.



Traduit de l’anglais (original).

Alter Info l'Information Alternative

C’est la fin du Hezbollah tel que nous le connaissons

Le récent défilé militaire du Hezbollah à Qousseir apparaît comme une tentative désespérée pour maintenir son image au Liban, alors que de plus en plus de cercueils de combattants du groupe reviennent de Syrie
C'est la fin du Hezbollah tel que nous le connaissons
Le récent spectacle militaire du Hezbollah dans la ville syrienne de Qousseir a provoqué une série de spéculations et d'explications sur la vraie nature et le moment de ce tour de force imaginaire.

Le plus gros de l'agitation médiatique provoquée par cet incident a porté sur la présentation par le Hezbollah de deux véhicules blindés de transport de troupes quelque peu archaïques fabriqués aux États-Unis (des APC M113).

Cela a conduit certaines sources mal informées à accuser l'armée libanaise de détourner l'aide militaire américaine et de convoyer ces armes à la milice libanaise soutenue par les Iraniens.

Mais cette interprétation est en grande partie erronée car elle passe à côté des implications réelles de ce spectacle militaire pas si innocent : le Hezbollah, profondément plongé dans le conflit syrien, a désespérément besoin de telles démonstrations de force pour justifier les pertes qu'il encourt.

La récente agression contre Alep a sensiblement augmenté le nombre de cercueils de combattants du Hezbollah rapatriés dans leurs villages pour être mis en terre – faisant de ce défilé une question plus pressante.

Face à ce déroulement un peu sombre et absurde des événements, les dirigeants du Hezbollah, en organisant ce défilé à l’allure soviétique, ont donc voulu s'adresser à leurs partisans et les exhorter à s'engager davantage dans la lutte supposée aboutir à une victoire finale, similaire à celle remportée à Qousseir en 2013.

Piqûre de rappel pour Hariri

Plus important encore est peut-être le choix de l'emplacement, car la victoire du Hezbollah à Qousseir il y a trois ans a consisté à sécuriser son flanc oriental au Liban et à arrêter les attaques contre les nombreux villages chiites pro-Hezbollah de part et d’autre de la frontière. C’est particulièrement pertinent dans la mesure où cela sert de piqûre de rappel pour le prochain Premier ministre libanais Saad al-Hariri : la reconnaissance du rôle du Hezbollah en tant que protecteur du pays face à des éléments étrangers, qu'ils soient israéliens ou, dans le cas de Qousseir, syriens, est inévitable.

Les gouvernements libanais successifs ont toujours reconnu le Hezbollah comme un défenseur légitime du peuple libanais. Cependant, cette idée a été sérieusement mise à mal suite aux transgressions du Hezbollah à la fois localement mais aussi en Syrie et au Yémen, le parti y mettant clairement en œuvre son programme iranien.

Ce n'est pas un hasard si certains des porte-paroles du Hezbollah ont récemment inondé les médias pour exiger que le prochain programme ministériel réaffirme clairement la dénommée trinité libanaise « du peuple, de l'armée et de la résistance ».

Malgré son mépris évident envers la souveraineté de l'État, le Hezbollah a encore besoin des différentes institutions étatiques, principalement le parlement et le cabinet, afin de se cacher derrière une façade de légitimité qu'il exploite pour faire avancer son effort militaire.

Naim Qasim, secrétaire général adjoint du Hezbollah, a tout de même déclaré, selon le quotidien As-Safir : « Maintenant, nous avons une armée entraînée qui représente un message clair du Hezbollah à tout le monde ».

Bien qu’il se soit rétracté de cette déclaration, le Hezbollah a clairement exprimé son message : quels que soient les changements intérieurs avec l'élection de Michel Aoun en tant que président, voire même avec la prochaine administration Trump, pour le groupe, rien ne change.

Un soulagement pour Israël

Alors que certains ont supposé que la transformation du Hezbollah en une force de combat mécanisée et régulière représente une menace directe pour Israël, les faits et les précédents indiquent tout le contraire.

La capacité du Hezbollah à infliger des dommages aux Forces de défense israéliennes (FDI) pendant leur occupation du sud du Liban et pendant la guerre de 2006 a été possible parce que le groupe avait maîtrisé les tactiques de guerre asymétrique et de guérilla.

Malgré leur classement en tant que 16e armée la plus compétente et la mieux armée au monde, les FDI n'ont pas réussi à détruire le Hezbollah, principalement en raison de leur incapacité à confronter le groupe selon les manières militaires classiques, le Hezbollah ayant renoncé à l’usage de chars ou même de fortifications régulières.

Récemment, le commandement des FDI a déclaré que ses unités s'entraînaient à s'adapter à la « doctrine de combat du Hezbollah », ce qui, sur la base de confrontations passées, signifie combattre dans des terrains urbains contre un ennemi abrité dans des fortifications qui se cache et combat sous terre.

La parade du Hezbollah suscite donc en fait un certain soulagement pour les Israéliens, dont la plus grande puissance de feu et l'armée de l'air peuvent neutraliser ce genre de menaces rapidement en faisant encourir à leur infanterie des pertes minimes.

En 1982, au cours de l'invasion du Liban, les FDI ont détruit l'infrastructure militaire de l'OLP principalement parce que le commandement palestinien avait opté pour une guerre symétrique, un fait dont le Hezbollah est bien conscient.

Le corbeau et l'aigle

Sur le plan pratique, Qousseir est pour le Hezbollah une manière d'informer implicitement Israël qu’à l'heure actuelle, le groupe est pleinement engagé dans son bourbier syrien et qu'il n'y a donc aucun risque de conflit dans le sud du Liban.

Cependant, supposer que le Hezbollah puisse reprendre facilement ses précédentes tactiques de guérilla peut être fallacieux. Cela demanderait des années d’entraînement et des ressources qui ne seront pas disponibles quand ses combattants finiront par rentrer de leur escapade syrienne.

Le défilé de Qousseir est donc très semblable à l'anecdote du corbeau qui voulait imiter l'aigle capable de monter haut dans les cieux avant d’attaquer sa proie.

Lorsque le corbeau a essayé de copier l'aigle, il s'est vite rendu compte qu'il ne possédait pas les qualités nécessaires – mais il était trop tard et il s'est écrasé au sol, se rompant le cou.

Le Hezbollah pourrait penser que la guerre syrienne l'a rendu encore plus fort et mieux à même d'imposer sa volonté au Liban et peut-être dans la région. Toutefois, les événements ont prouvé maintes et maintes fois que les batailles ne sont pas gagnées sur le seul champ de bataille et qu’en effet, jamais le corbeau ne pourra devenir un aigle.



- Makram Rabah est doctorant en histoire à l’Université de Georgetown. Il est l’auteur de A Campus at War: Student Politics at the American University of Beirut, 1967–1975, et coopère régulièrement comme éditorialiste pour le site d’information Now Lebanon.

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale de Middle East Eye.



Traduit de l’anglais (original).

Alter Info l'Information Alternative

Responsables russes : la «route de la mort» libérée par l’armée syrienne

«À la suite des actions efficaces menées par les forces gouvernementales syriennes, la route du Castello est maintenant complètement libérée. Ainsi, il n'y a plus aucun obstacle à l'acheminement de l'aide humanitaire à la population d'Alep», a annoncé le 30 novembre le lieutenant-général Sergueï Rudskoï, chef du Commandement opérationnel des Forces armées russes.

L'annonce de la libération de la route a également été exposée par Vitali Tchourkine, l'ambassadeur de la Russie aux Nations unies : «Suite aux récents développements, la route du Castello peut être utilisée pour les livraisons d'aide à Alep-Est sans aucune restriction, négociation spéciale ou accord. Dès lors que les travailleurs humanitaires sont prêts, ils peuvent utiliser la route.»

La route stratégique du Castello, qui reliait les quartiers d'Alep occupés par la rébellion à la Turquie, a été surnommée «la route de la mort» par les médias occidentaux. Le contrôle de cet axe était cité comme l'un des principaux obstacles pour l'acheminement de l'aide humanitaire dans Alep.

Des unités du génie déjà en action dans les quartiers libérés 

Selon le ministère russe de la Défense, la situation dans les zones d'Alep reconquises par le gouvernement syrien est terrible. En quittant les quartiers, les rebelles ont saboté les systèmes de communication et autres infrastructures vitales, laissant les civils sans eau ni électricité.

Le lieutenant-général Sergueï Rudskoï a indiqué que des unités du génie de l'armée syrienne ont «immédiatement» commencé à déminer la zone. Le ministère russe de la Défense a également précisé que des militaires russes avaient été déployés pour réparer les infrastructures vitales.

Selon le responsable militaire russe, le service public d'approvisionnement en eau a déjà été remis en marche dans certains quartiers. Le ministère russe a ajouté qu'il cherchait à fournir des installations pour permettre un retour à une vie paisible le plus tôt possible.

Sergueï Rudskoï a par ailleurs précisé : «En réponse à une demande des autorités syriennes, des spécialistes du ministère russe de la Défense examineront les zones de production et d'entrepôt d'armes chimiques dans les districts d'Alep libérés des terroristes.»

Ces deux derniers jours les forces gouvernementales syriennes ont beaucoup progressé à travers les quartiers libérés des djihadistes à Alep. 

Lire aussi : Russie à l'ONU : «La France demande une réunion sur Alep pour détourner l’attention de Mossoul»

Brexit : Theresa May refuse de céder unilatéralement sur les droits des Européens au Royaume-Uni

Ces derniers jours, le sujet de préoccupation des politiques britanniques était le devenir des citoyens du Royaume-Uni résidant dans l'Union européenne, et des citoyens européens vivant dans le futur ex-membre de l'Union.

Les travaillistes, menés par Jérémy Corbyn, exigent du Premier ministre Theresa May que les droits sociaux des expatriés européens soient garantis avant même que toute réciprocité de la part de l'Union européenne envers les citoyens britanniques vivant à l'étranger ne soit mise en place. Ce que refuse le chef du gouvernement.

«Je pense que nous avons raison de vouloir rassurer les citoyens britanniques vivant dans l'Union européenne et les citoyens de l'Union européenne vivant au Royaume-Uni», a déclaré Theresa May au Parlement.

Le 29 novembre, le président du Conseil de l'Europe s'est fendu d'une lettre cinglante à l'attention des parlementaires britanniques s'étant montrés inquiets pour l'avenir de leurs conitoyens après le Brexit. Mais Donald Tusk a refusé toute négociation préalable à l'activation de l'article 50 et a affirmé que la «seule source d'anxiété et d'incertitude» était la décision d'opter pour la sortie de l'Union...

«Je pense que la réaction que nous avons vue montre que nous avons totalement raison de ne pas faire ce que le parti travailliste voulait que nous fassions, c'est à dire tout simplement céder sur les droits des citoyens [européens] ici au Royaume-Uni. Ainsi que nous l'avons vu, cela aurait eu comme résultat de laisser pour compte les citoyens britanniques en Europe», a affirmé Theresa May en référence à la missive de Donald Tusk.

Selon le calendrier établi par le gouvernement conservateur, l'article 50 du traité de fonctionnement de l'Union européenne doit être enclenché avant la fin du mois de mars, laissant à partir de ce moment deux ans au Royaume-Uni pour négocier les termes de sa sortie.

Lire aussi : Royaume-Uni : Theresa May maintient son calendrier du Brexit malgré la décision de la haute cour

Emmanuelle Cosse préconise l’accueil de près de 1 400 réfugiés chez des particuliers

Lors d'une conférence de presse, Emmanuelle Cosse a annoncé que onze associations, sélectionnées dans le cadre de cet appel à projet lancé en août accompagneraient les réfugiés et les familles dans l'initiative visant à «donner des conditions d'accueil dignes» aux 1 361 réfugiés retenus et «leur permettre de se construire un avenir en France».

L'expérience, prévue pour durer deux ans, vise uniquement des réfugiés statutaires, c'est à dire ayant obtenu l'asile, mais pas les demandeurs d'asile ni les exilés n'ayant pas entamé de démarches. 

Ils seront hébergés à titre gratuit ou «selon une participation définie en fonction de leurs ressources», dans des logements comportant «au moins une chambre privative», précise le ministère.

Les associations toucheront pour leur part une aide pouvant atteindre 1 500 euros par an et par personne aidée. Elle seront chargées d'identifier les familles volontaires et les réfugiés, et de «procéder à l'assemblage qui semble le plus pertinent», a expliqué Christine Laconde, directrice générale du Samu social de Paris.

Mais les associations devront aussi assurer l'accompagnement, notamment pour les démarches administratives, la formation linguistique et l'insertion car le logement chez des particuliers augmente aussi les chances de trouver un emploi.

«En Ile-de-France, 44% des réfugiés que nous avons accompagnés ont trouvé un travail grâce à la famille», a assuré Nathanael Molle, de l'association Singa.

Au total, 846 réfugiés seront hébergés en Ile-de-France et 515 en régions. 

P. Jovanovic – Revue de presse spéciale licenciements (Novembre 2016)… et le Bonus spécial Banquier !

Et voici le dernière revue de presse spéciale licenciements (Novembre 2016)

Pour retrouver l’ensemble des actualités de la Revue de Presse, rendez-vous sur : http://www.quotidien.com

Et dans cet entretien Bonus du 29 Novembre 2016, Pierre Jovanovic donne son avis sur les banquiers « parasites » :

Remonté comme une pendule le Pierrot !

Marque de la bête et propagande néo-mondialiste – Le Mythe du surhomme parviendra-t’il à faire accepter la puce sous-cutanée à la populace débilitée ?

Source : Organic and Healthy par nouvelordremondial.cc

« L’Australie devient le premier pays à commencer à micropucer sa population

L’Australie est peut-être le premier pays au monde à implanter des micropuces à sa population. NBC News avait prédit que tous les Américains aurait leur micropuce en 2017, mais ils semble que l’Australie les a déjà devancés.

En 2010, CBS News a annoncé que le gouvernement Australien avait un projet potentiel d’implantation de puces RFID dans les métiers liés au système de santé.

Actuellement, il semble que ce projet a commencé à se mettre en place, mais l’impulsion n’est pas le résultat de réformes proposées pour les soins de santé, mais plutôt d’une campagne de propagande intelligente qui assimile la puce RFID à nous rendre surhumains, et les gens commencent à supplier de se faire implanter.

Avec l’intitulé « Les Austaliens adoptent la technologie de la puce qui rend surhumain », le plus grand média Australien, news.com.au (News Corp Australia) annonce :

Cela peut sembler de la science-fiction, mais des centaines d’Australiens se transforment en surhommes capables de déverrouiller les portes, allumer les lumières et se connecter à des ordinateurs avec un geste de la main.

Shanti Korporaal, de Sydney, se trouve au cœur du phénomène après avoir eu deux implants insérés sous la peau.

Maintenant, elle peut aller à son travail et dans sa voiture sans porter de carte ou de clés, et elle dit que son but ultime est de se passer complètement de son porte-monnaie et de ses cartes.

Elle a dit à news.com.au :

Vous pourriez mener votre vie sans avoir à vous soucier d’aucun mot de passe ou de codes PIN, c’est la même technologie que Paypal, donc j’espère qu’on pourra payer nos achats avec la puce.

Avec Opal, vous avez un numéro d’identification unique qui peut être programmé dans la puce. Toutes les portes fonctionnant avec une carte magnétique… il pourrait allumer votre ordinateur, votre photocopieuse. Les cartes de fidélité des magasins encombrent également votre portefeuille.

Les micropuces, qui sont de la taille d’un grain de riz, peuvent servir de carte de visite et transférer les coordonnées de vos contacts aux smartphones, et contenir des données médicales complexes.

Au cours de son entretien avec le média Australien, Shanti affirme que ses amis et sa famille sont jaloux de son mode de vie avec la micropuce;

Ma grand-mère en veut une. J’ai été beaucoup plus critiquée pour mes tatouages que pour la puce. Mes amis sont jaloux.

En fait, cette jeune femme de 27 ans s’est trouvée un marché à exploiter et avec son mari Skeeve Stevens, ils ont mis en place un service de distribution appelé « Pucez ma vie » avec lequel pour environ 80 $ à 140 $, les gens peuvent devenir des soi-disant « surhommes ». (…)

Lire la suite et la fin de cet article sur Organic and Healthy par nouvelordremondial.cc

LE COMMENTAIRE DU LABO SOLEIL VERT 

Il est logique que le moteur des élites, c’est à dire leur volonté de devenir des sur-hommes capables de dominer le monde et de se passer du Dieu créateur, soit utilisé pour berner leurs adorateurs lobotomisés !

Mammon n’a-t’il d’autre but que de remplacer Dieu par le culte du veau d’or, ce symbole de la puissance de l’Homme par l’accumulation des connaissances, elle-même permise par l’accumulation de l’argent et la soumission des masses par un travail sans relâche pour tenter de déchiffrer les codes de la Création ?

Satan, l’ange déchu, s’est par dépit et par égo surdimensionné mué en serviteur de Mammon, l’autre Maître, et nul doute qu’il offrira la  puce rfid sous-cutanée et mortifère à ses adeptes, de plus en plus nombreux sur cette terre au bord du gouffre !

Qu’un pays anglo-saxon du Commonwealth (éthymologiquement de la « richesse en commun » en anglais) s’en fasse l’un des précurseurs sur la planète n’étonnera pas les contempteurs attentifs du Nouvel Ordre Mondial.

Pétrole : l’Opep trouve un accord sur la baisse de la production

Pétrole : l’Opep trouve un accord sur la baisse de la production











Les pays de l’Opep, réunis ce mercredi à Vienne, ont trouvé un accord sur la réduction de la production de 1,2 million de barils, à 32,5 millions de barils, annoncent les médias.

En attendant l’annonce officielle de l’accord, le baril de Brent s’est envolé de plus de 8% ce mercredi 30 novembre pour dépasser le seuil des 50 dollars et atteindre un maximum de 51,37 dollars.

http://www.tsa-algerie.com/20161130/petrole-lopep-trouve-accord-reduction-de-production/

Alter Info l'Information Alternative

Avions, villas d’Etat, véhicules blindés : révélations sur les dépenses de la présidence algérienne

Révélé le mardi 29 novembre par le site Tout sur l'Algérie, un document de la Cour des comptes accable le gouvernement algérien et cible la présidence, le Premier ministre et le ministère des Affaires étrangères.

Selon le rapport, les consommations des crédits destinés aux services de la présidence algérienne et du Premier ministre au titre du budget de fonctionnement ont enregistré des hausses vertigineuses en 2014.

La somme des crédits dépensés en 2014 par la présidence atteindrait les 58 millions d'euros, en augmentation de près de 932% par rapport à 2013. En ce qui concerne les services du Premier ministre, 48 millions d'euros auraient été dépensés, soit une augmentation de 77,62% par rapport à 2013.

Le document de la Cour des comptes pointe également du doigt le ministère algérien des Affaires étrangères, en relevant un autre dysfonctionnement lié à des factures payées «sans mandatement» par certains postes diplomatiques et consulaires algériens. 

Des avions, des blindés présidentiels et des résidences «de haut standing»

Selon les explications de la présidence algérienne, l'augmentation vertigineuse de la consommation des crédits s'explique par l’avancement de projets tels que la rénovation et la réhabilitation de plusieurs résidences d'Etat. 

La présidence algérienne, citée dans le rapport, s'est également justfiée de l'augmentation des dépenses en indiquant avoir fait «l’acquisition de deux aéronefs par la compagnie Air Algérie» et de deux véhicules blindés. 

Le Premier ministre a lui aussi répondu aux observations formulées dans le rapport notamment en ce qui concerne les résidences d’Etat. Selon lui, les travaux supplémentaires réalisés dans une nouvelle villa d'Etat expliquent l'augmentation des dépenses. Le Premier ministre a précisé cela était dû au «caractère spécifique de la villa» qui est «de haut standing».

De son côté, le ministère des Affaires étrangères n’a pas répondu à la Cour des comptes.

Le rapport d’appréciation de la Cour des comptes sur le projet de Loi de règlement budgétaire pour 2014 enfonce le clou après les révélations selon lesquelles l'Etat algérien ne parviendrait pas à faire rentrer dans ses caisses des milliards d'euros d'amendes et de remboursements de prêts qui lui seraient dus.

Lire aussi : Algérie 2017 : coupe dans les budgets publics, Défense épargnée et Santé favorisée

Martin Scorsese rencontre le pape François 30 ans après le film «La dernière tentation du Christ»

Martin Scorsese, qui aurait envisagé de rejoindre les ordres dans sa jeunesse, a rencontré le Pape au lendemain de la projection de son nouveau film, «Silence», qui traite des jésuites portugais dans le Japon du XVIIe siècle, à un collège pontifical réunissant près de 300 prêtres jésuites.

Selon un communiqué du Vatican, le pape François s'est entretenu avec Martin Scorsese, sa femme et ses deux filles, lors d'une entrevue «très cordiale» d'une quinzaine de minutes lors de laquelle le Souverain pontife a notamment dit qu'il avait lu le livre ayant inspiré «Silence», avant de discuter avec le réalisateur des missionnaires jésuites au Japon.

Martin Scorsese a remis au Pape des images encadrées représentant des «chrétiens cachés» au Japon, dont une reproduction d'une ancienne image de la Vierge de Nagasaki et un portrait des «martyrs du Japon». Le pape a quant à lui offert des chapelets à la famille Scorsese.

Le chef de l'Eglise catholique a notamment fait savoir que le sujet du film l'avait particulièrement touché. En effet, dans sa jeunesse, le jeune Jorge Mario Bergoglio avait lui-même rejoint un ordre jésuite dans le but de devenir missionnaire en Asie, un souhait qui n'a jamais été mené à terme en raison de problèmes de santé.

Un des films les plus célèbres de Scorsese, «La dernière tentation du Christ», sorti sur les écrans en 1988 et nominé pour l'oscar du meilleur réalisateur, avait provoqué une bataille féroce dans la sphère culturelle américaine.

En effet, la représentation de Jésus en homme confus et une séquence de rêve érotique de ce dernier dans lequel il s'adonne aux plaisirs de la chair avec Marie-Madeleine avait choqué les chrétiens conservateurs, qui ont qualifié le film de blasphématoire.

Lire aussi : «Une guerre mondiale contre la famille» : le pape François pourfend la théorie du genre

Bahreïn : la justice condamne un journaliste à trois mois de prison pour un tweet anti-wahhabite

Faisal Hayyat est un journaliste et un blogueur qui tient un canal satirique sur YouTube en langue arabe à propos de la politique menée à Bahreïn. Il a, à maintes reprises soulevé la question de la corruption sous la gouvernance du roi du Bahreïn Hamad ben Isa Al Khalifahet, appelé à mettre fin aux restrictions des libertés civiles et des opinions politiques. Depuis le 9 octobre, il a été placé en détention pour insulte envers un «symbole et un groupe religieux».

C'est l'association Reporters sans frontières (RSF), basée en France, qui a déclaré le 30 novembre que le journaliste avait été condamné le 29 novembre pour un post sur Twitter.

Sa mise en détention a été jugée comme une grave entrave à la liberté d'expression par Reporters sans frontières, ainsi que par l'Institut de Bahreïn pour les droits et la démocratie (Bird).

Sayed Ahmed Alwadaei, directeur du Bird, a déclaré que le régime bahreïnien menait une répression violente contre les personnes souhaitant s'exprimer librement.

«La nature répressive de Bahreïn a été pleinement démontrée dans le cas de Faisal Hayyat. Bahreïn ne respecte aucunement la liberté d'expression et considère les journalistes faisant un travail de critique comme des ennemis à éliminer». 

«Un père de cinq enfants purge injustement une peine de prison, tandis que les auteurs d'abus et les tortionnaires sont récompensés», a-t-il ajouté.

Le 28 novembre dernier, plus de 40 groupes de défense des droits de l'Homme et de la liberté d'expression ont exigé la libération de Faisal Hayyat dans une lettre adressée au roi du Bahreïn Hamad ben Isa Al Khalifah. La lettre décrit les poursuites intentées contre Hayyat comme s'inscrivant dans le cadre d'une «criminalisation continue de la liberté d'expression à Bahreïn».

Faisal Hayyat avait déjà été arrêté et placé en détention pendant 84 jours durant le soulèvement populaire de 2011 contre le gouvernement de Manama. Sur la page d'accueil de son compte Twitter, il affirme voir été torturé.

Lire aussi : Une journaliste saoudienne interrompt son direct pour une critique virulente du terrorisme islamiste

Inde: l’hymne national imposé dans les cinémas

Inde: l'hymne national imposé dans les cinémas










Les salles obscures indiennes devront diffuser l'hymne national avant chaque film et le public se lèvera, a tranché mercredi la Cour suprême pour stimuler le "patriotisme" dans ce pays de 1,2 milliard d'habitants.

Cette décision a immédiatement déclenché une polémique, ses détracteurs y voyant une atteinte à la liberté individuelle. La plus haute instance judiciaire d'Inde a ordonné que les cinémas projettent un drapeau national sur l'écran pendant que sera joué l'hymne du pays.

De nombreux cinémas diffusent déjà le "Jana Gana Mana", composé par le poète bengali Rabindranath Tagore au début du XXe siècle, mais seul l'Etat occidental du Maharashtra l'imposait jusqu'ici.

L'obligation de se lever pour l'hymne est un sujet de débat de longue date en Inde. "Lorsque qu'est joué l'hymne national, il est impératif que chacun lui montre honneur et respect", ont estimé les juges selon des propos rapportés par le site Livelaw, ce que la presse indienne a interprété comme une obligation de se lever.
La diffusion de l'hymne national a pour but d'instiller "un sentiment de patriotisme engagé et de nationalisme", a ajouté la Cour.

La débat fait l'objet d'une brûlante polémique, alors que des voix à gauche accusent régulièrement le gouvernement nationaliste hindou de s'en prendre à la liberté d'expression. "C'est déjà une chose que la Cour suprême méprise de la sorte la liberté individuelle. Mais le faire sur un enjeu aussi peu important et arbitraire que le comportement à adopter dans les salles de cinémas est déplorable", a écrit sur son blog Nitin Pai, fondateur du groupe de réflexion Takshashila Institution.

Le mois dernier, un homme handicapé en fauteuil roulant avait affirmé avoir été agressé dans un cinéma de Goa pour ne pas s'être levé pendant l'hymne national.

http://www.lorientlejour.com/article/1021204/inde-lhymne-national-impose-dans-les-cinemas.html

Alter Info l'Information Alternative

Un chauffard condamné à 12 ans de prison pour avoir tué deux policiers sur le périphérique parisien

L'avocat général, Julien Eyraud, avait requis une peine de 17 ans de réclusion criminelle assortie d'une période de sûreté des deux tiers à l'encontre de Malamine Traoré, cet homme de 25 ans, multirécidiviste qui totalise dix condamnations, dont sept pour conduites sans permis, souvent en état d'ivresse.

L'homme comparaissait pour «violences volontaires sur personnes dépositaires de l'autorité publique ayant entraîné la mort sans intention de la donner», un crime passible de 20 ans de réclusion criminelle.

«La violence manifestée» par l'accusé est «la macabre consécration d'un comportement asocial», avait dénoncé le représentant du ministère public. «C'est l'acte d'une personnalité qui n'a pas accès à la culpabilité», avait-il dit.

«Si mes réquisitions sont aussi lourdes, presque inhabituelles, c'est aussi parce que les victimes sont des policiers qui sont là pour nous protéger», avait justifié l'avocat général parlant de faits gravissimes, d'un drame absolu». «La République leur doit aussi une certaine protection et votre décision aura aussi du sens pour cela», avait-il expliqué.

Le 21 février 2013, Boris Voelckel, 32 ans, et Cyril Genest, 40 ans, tous deux policiers au sein de la BAC Nord parisienne, ont été tués quand leur voiture a été percutée près de la porte de la Chapelle par un 4X4 qui avait été pris en chasse par la police.

Le véhicule des policiers avait pris position devant celui de Malamine Traoré pour ralentir la circulation et bloquer le fuyard. Un troisième policier, Frédéric Kremer, a été grièvement blessé dans l'accident.

Un tweet d’Andrew Breitbart alimente les théories sur l’existence d’un réseau pédophile à Washington

Le «Pizzagate», un scandale sur des réseaux pédophiles supposés qui agite internet depuis plusieurs semaines, a connu un rebondissement inattendu mardi 29 novembre. Le fondateur du site d'actualité Breitbart News semble apporter de l'eau au moulin des internautes «conspirationnistes». Un utilisateur du réseau social Reddit, a retrouvé un tweet du journaliste datant de 2011 qui relance la polémique. Celui-ci s'interrogeait déjà sur la proximité de John Podesta avec des réseaux pédophiles.

«Je ne comprends pas comment Podesta n'est pas vu comme étant un défenseur de premier ordre qui couvre une opération d'esclave sexuels mineurs.»

Depuis plusieurs semaines, les réseaux sociaux sont en ébullition sur ce que les internautes estiment être un réseau pédophile d'envergure à Washington DC, le «pizzagate».

«Je ferais mieux de jouer aux dominos sur du fromage ou sur des pâtes?»

Tout est parti des emails du directeur de campagne d'Hillary Clinton fournis par WikiLeaks. Dans des messages à première vue anodins, il y est plusieurs fois fait mention de pizza, de fromage, ou encore de pâtes de manière improbable : «Tu penses que je ferais mieux de jouer aux dominos sur du fromage ou sur des pâtes?», écrivait un agent immobilier dans un message énigmatique à John Podesta intitulé «fromage».

Dans un autre message avec le titre «Est-ce que tu as laissé ton mouchoir ?», le même agent immobilier informe Podesta : «Les agents immobiliers ont trouvé un mouchoir (je pense qu'il a une carte qui semble être en lien avec des pizzas). Est-ce qu'il t'appartient? ». Celui-ci répond qu'il lui appartient mais qu'il ne faut pas s'en inquiéter.

Si jusque là les mails sont étranges mais ne permettent pas de soupçonner quoi que ce soit d'illégal, les internautes ont décidé de creuser le sujet. Dans un long post sur Reddit, un internaute méticuleux a regroupé les nombreux messages avec ce genre de référence et fait le lien avec un code utilisé dans les sphères pédophiles pour communiquer en toute discrétion. 

Cheese Pizza, dont l'acronyme est CP serait utilisé pour parler de «Children Pornography», la pornographie infantile. «Pizza» signifierait fille, «Domino» domination, esclavage, «cheese» petite fille, «hot dog» garçon et «pasta» petit garçon.

Les éléments troublants dénichés par les internautes 

En fouillant dans ces emails, les «redditeurs» se sont rendus compte que les restaurants en lien avec l'équipe de campagne d'Hillary Clinton (pour des levées des fonds entre autre) utilisaient des logos répertoriés par le FBI comme appartenant à des organisations pédophiles. Les restaurants incriminés les ont rapidement modifiés après que l'histoire soit sortie. 

Le compte Instagram de James Alefentis, patron du restaurant le Comet Ping-pong, a particulièrement troublé les internautes. Les photos qu'il contient – une petite fille attachée à une table, une blague sur un bébé «à vendre», de nombreuses références à des enfants comme étant des «pizzas», les ont d'autant plus alerté qu'il est considéré comme l'une des 50 personnes les plus influentes de Washington selon le magazine GQ. 

Le goût pour des artistes à la marge de la famille Podesta n'a fait qu'attiser la curiosité des «Redditeurs», notamment le «spirit cooking», auquel ils ont participé avec la sulfureuse artiste serbe Marina Abramovic. 

En creusant, les internautes ont retrouvé un article de Washington Life dans lequel Tony Podesta, frère de John, nous apprend – entre autres – être un fan de la peintre Biljana Djurdjevic, dont un des thèmes de prédilection est les enfants dans des situations malsaines.

Reddit a depuis supprimé les discussions sur le sujet, le directeur du site refusant de contribuer à ce qu'il considère comme «une chasse aux sorcières».

L'AFP a qualifié mardi 29 novembre le pizzagate de «folle rumeur qui se propage depuis des semaines sur internet, alimentant des menaces de mort et illustrant le pouvoir dévastateur des fausses informations».

Le Conseil de sécurité de l’ONU se met autour de la table pour discuter de la situation à Alep

Ces deux derniers jours les autorités syriennes ont beaucoup progressé dans la libération des quartiers contrôlés par les djihadistes à Alep, pourtant selon le représentant du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov, ces faits restent ignorés par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne et l’ONU.

En savoir plus : Russie à l'ONU : «La France demande une réunion sur Alep pour détourner l’attention de Mossoul»

Général Haftar : le terrorisme est l’ennemi de toute l’humanité mais on s’approche de sa destruction

Ravagée par la guerre civile depuis deux ans, la Libye doit faire face à la menace terroriste sur son propre terrain. Néanmoins, elle doit faire face à des sanctions qui lui interdisent d'acheter des armes.

Le 29 novembre le chef de l’armée libyenne Khalifa Haftar a rencontré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. Cet entretien a été précédé par une conversation avec le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, qui a eu lieu la veille et qui portait entre autres sur la «position de la Libye sur le sujet de l’armement», comme l'a expliqué le général dans une interview à RT.

Lire aussi : Libye : un responsable américain annonce la mort probable, par une frappe française, de Belmokhtar

Interrogé sur le rôle de la Russie en Libye, Khalifa Haftar a affirmé qu’il «se trouvait au niveau des défis qu’elle [la Russie] relevait» en défendant «les droits de la Libye aux Nations unies».

«La Russie, en tant que grande puissance, se rend compte du cours réel des choses, elle comprend l’injustice des sanctions qu’on nous imposées», a expliqué le fonctionnaire.

«Le terrorisme est l’ennemi de toute l’humanité, mais Dieu merci, nous remplissons notre devoir avec les capacités modestes dont nous disposons, et on s’approche de la destruction de cet ennemi», a conclu le général.

Sursis pour les parents d’un bébé enfermé dans un lit-cage et «gardé» par Skype depuis l’Algérie

Un couple de la commune française de Wattrelos, dans le Nord, a été jugé pour négligence envers ses trois enfants, écopant de dix mois de prison avec sursis et d’une mise à l’épreuve, selon le journal local La Voix du Nord. En particulier, c’est le cas du benjamin de la famille qui a retenu l’attention de la justice, qui avait été saisie après le témoignage alarmant d’un voisin.

En ramenant l’un des enfants après l’école, celui-ci avait en effet constaté que toutes les pièces de l’appartement, hormis le séjour et la salle de bain, étaient fermées à clé. Derrière l’une d’elle, que le voisin avait finalement réussi à ouvrir, un bébé de deux ans se trouvait dans un lit-cage, sans eau ni surveillance. Quant aux deux autres enfants, respectivement âgés de 3 et 8 ans, les policiers de la brigade des mineurs ont établi qu’ils souffraient également de diverses séquelles et carences, leur alimentation n’étant composée que de yaourts et de biscuits.

Au cours du procès, les parents ont reconnu les faits, mettant en avant un manque de temps et des emplois cumulés. Ils se sont ensuite empressés de préciser que leurs enfants étaient surveillés via le logiciel de messagerie en ligne Skype, par un proche se trouvant… en Algérie.

Marouani VS Kirkorov : «la souris n’aura pas le chat»

Au cours de la conférence de presse qu'il a tenue à Moscou aux environs de 13h30 (heure française), Didier Marouani a tenu à relater sa version des faits, revenant point par point sur cette histoire rocambolesque aux allures de «mauvais feuilleton policier de série Z».

«Une transaction en cash et au noir»

Selon Marouani, suite aux accusations de plagiat envers Philippe Kirkorov, ce dernier l'aurait contacté via son avocat, avançant «une proposition d’indemnisation et de compensation qui nous a semblé correcte».

Le musicien français affirme être en possession de 63 emails qui lui ont été envoyés par Kirkorov entre le 25 et le 28 novembre et dans lesquels il est question de l'accord d'indemnisation que les deux parties étaient «à deux doigts de signer» avec leurs avocats respectifs. 

Mais le jour où l'accord devait être signé, le chanteur de variété russe aurait, selon Marouani, changé d'avis au dernier moment, proposant de régler l'affaire à l'amiable, sans passer par la justice et en effectuant un versement en liquide «dans un bar». Marouani aurait refusé, préconisant une transaction officielle. 

Un rendez-vous est finalement fixé dans la banque de Philipe Kirkorov. L'avocat de Kirkorov dépose alors deux liasses de billets de 500 euros sur la table, une somme «qui ne correspond absolument pas à celle qui avait été fixé par l'accord» selon le musicien français.

A la stupéfaction de Marouani, Kirkorov et son avocat quittent la pièce de façon théâtrale, laissant place à «une trentaine de policiers très peu aimables qui confisquent tous les téléphones et les mettent en quarantaine dans les locaux de la banque». 

«Un véritable guet-apens»

Le musicien français affirme avoir été piégé par une action «complètement stupide et criminelle, réalisée à la manière de mafieux [...] dans un scénario digne d'un mauvais feuilleton policier de série Z» . Il explique : «Philippe Kirkorov a essayé de jouer au plus malin en tentant de me faire passer pour un criminel aux yeux de la police [...] alors que c'est tout le contraire [puisque] tout à été manigancé par son avocat».

Marouani affirme qu'il ira jusqu'au bout de son action en justice et commente : «La souris n'aura pas le chat. » Il affirme aussi : «Un ami compositeur que je connais depuis 30 ans [...] va également intenter un procès contre Kirkorov». Selon le musicien français, le chanteur de variété russe aurait interprété, en russe et à sa façon, un succès «écrit à la base pour la chanteuse Dalida» sans autorisation de l'auteur.

Lire aussi : Renaud traite de «conna..e» une journaliste qui l'avait accusé d'être un nazi

Un scientifique iranien présente une voiture écologique qui fonctionne à l’eau

Images à l’appui, un inventeur iranien a dévoilé, au cours d’une exposition sur l’environnement, un véhicule écologique et économique dont le moteur fonctionnerait non pas à l’essence, mais… à l’eau.

583ebc2ac46188016a8b4577

«Pour remplacer l’essence par de l’eau dans cette voiture, il n’y a pas eu besoin de changer le moteur dans son intégralité et les changements requis sont minimes», a confié l’inventeur Alaeddin Qassemi lors de l’Exposition internationale de l’environnement de Téhéran, où il a dévoilé sa dernière trouvaille. Membre de la Fondation nationale des élites iraniennes, l’homme a assuré qu’avec un réservoir rempli avec 60 litres d’eau, le véhicule pouvait parcourir une distance de 900 kilomètres en dix heures. Il a ensuite vanté les vertus écologiques d’une telle invention : «Le moteur de cette voiture produit uniquement de la vapeur d’eau et la pollution de l’air de la voiture est donc de zéro.»

Lire la suite sur RT

Moscou attend des explications d’Erdogan qui veut chasser le « tyran Assad »

Moscou attend des explications d'Erdogan qui veut chasser le










La Russie a annoncé mercredi attendre des explications du président turc Recep Tayyip Erdogan qui a déclaré la veille vouloir "mettre fin au règne du tyran" Bachar el-Assad en Syrie.

"C'est une déclaration très grave qui contredit en gros toutes ses déclarations précédentes", a indiqué à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.
"Nous espérons bien évidemment que nos partenaires turcs nous donneront dans les plus brefs délais quelques éclaircissements sur ce sujet", a-t-il souligné.

Recep Tayyip Erdogan a affirmé mardi, lors d'une réunion à Istanbul, que l'armée turque engagée depuis l'été dans une opération militaire en Syrie n'avait qu'un seul objectif: "Mettre fin au règne du tyran Assad (...) et rien d'autre".

Depuis août, l'armée turque poursuit une ambitieuse opération en Syrie visant à chasser les jihadistes des régions proches de sa frontière, mais aussi à stopper l'avancée des milices kurdes de Syrie.
Soutenues par la Turquie, des forces d'opposition syriennes ont ainsi repris à l'organisation Etat islamique (EI) leurs bastions de Jarabulus et Al Rai, et libéré la ville hautement symbolique de Dabiq, sans rencontrer grande résistance.
La semaine dernière, l'état-major turc a mis en cause le régime syrien dans la mort de ses quatre soldats en Syrie, pour la première fois depuis le début de l'incursion d'Ankara dans le territoire syrien.
Cet incident a fait notamment l'objet d'un entretien téléphonique vendredi dernier entre Recep Tayyip Erdogan et le président russe Vladimir Poutine.

Pour sa part, la Russie fait intervenir son aviation depuis le 30 septembre 2015 sur le territoire syrien pour soutenir son allié, le régime syrien, qui mène actuellement une vaste offensive sur Alep, bastion des rebelles.
Depuis son déclenchement en 2011, le conflit en Syrie a fait plus de 300.000 morts et provoqué le déplacement de plus de la moitié de la population.

http://www.lorientlejour.com/article/1021216/moscou-attend-des-explications-derdogan-qui-veut-chasser-le-tyran-assad.html

Alter Info l'Information Alternative

Donald Trump va quitter son entreprise immobilière pour se consacrer à la présidence

«Je vais quitter toutes mes grandes affaires pour rendre au pays sa grandeur», a lancé Donald Trump le 30 novembre sur Twitter, en référence à son slogan de campagne «Make America Great Again» («Rendre l’Amérique grande à nouveau»).

Assurant que des «documents légaux» étaient en cours d’élaboration afin d'officialiser son retrait complet «des opérations commerciales», le président élu a estimé : «C’est très important de ne pas avoir de conflit d’intérêts avec mes différentes activités. […] La présidence est de loin plus importante.»

Donald Trump a ajouté qu’il donnerait plus de détails sur sa décision au cours d’une grande conférence de presse le 15 décembre.

Lire aussi : Trump considère un candidat au Trésor qui veut abolir la FED et retourner à l'étalon-or

Royaume-Uni : Mobilisation des vegans face à un nouveau billet contenant de la graisse animale

Qui a dit que l'argent n'avait pas d'odeur ? En tous cas, pour les vegans et autres végétariens britanniques, les nouveaux billets de cinq livres symbolisent la souffrance animale, étant donné que de la graisse de bœuf et de mouton est utilisée dans le processus de fabrication de ces billets réalisés à base de plastique. En réaction à cette révélation, une pétition a été lancée en ligne. Près de 100 000 signatures ont jusqu'à présent été réunies.

Lire aussi : Quand un vegan fait plier l’armée suisse

«Le nouveau billet de cinq livres contient de la graisse animale sous la forme de suif. Cela est inacceptable pour les millions de végétaliens et végétariens au Royaume-Uni. Nous exigeons que vous cessiez d'utiliser des produits d'origine animale dans la production de la monnaie que nous devons utiliser», indique la pétition.

Si le scandale a émergé durant le week-end, ce n'est qu'après la confirmation par la Banque d'Angleterre, de ce qui n'était encore qu'une rumeur, que la polémique s'est répandue comme une traînée de poudre.

Des milliers d'activistes ont posté des messages sur les réseaux sociaux appelant à la mobilisation pour faire retirer le billet de la discorde.

Lire aussi : Happening vegan choc contre la consommation de viande à Paris

«Je n'accepterai plus ces billets», a annoncé une internaute, reprenant de nombreux appels lancés sur internet.

Un journaliste a aussi souligné que maintenant qu'il était confirmé que ces billets contenaient un produit issu de graisse animale, venait la question de savoir si ils se révèlaient être halal ou casher, ce qui ne serait probablement pas le cas, ouvrant la porte à d'autres contestations.

Néanmoins, d'autres citoyens britanniques se sentant moins sensibles à la cause animale, ont tourné la mobilisation en dérision en se proposant de récolter les billets auprès des personnes indignées.

Ce billet est le premier réalisé à base de plastique, sensé mieux survivre aux épreuves du temps et des manipulations des usagers. Mais survivra-t-il pour autant à la mobilisation des vegans ? Réponse dans les semaines à venir.

Lire aussi : Géorgie : armés de saucisses, des pro-viande attaquent un restaurant vegan (VIDEO)

Pérou : la tentative de brûler vifs des voleurs de bétail tourne au vinaigre (VIDEO)

Excédés, les paysans ont tenté de prendre d’assaut le commissariat pour brûler vif un groupe de malfaiteurs responsable du vol de neuf bœufs, ce qui a provoqué des affrontements avec la police.

Après plusieurs heures de tensions, la police a réussi à reprendre le contrôle en faisant usage de gaz lacrymogène.

Lire aussi : A la veille du sommet de l'APEC, les Péruviens manifestent contre le TTP et se heurtent à la police

Poutine mérite le prix Nobel de la Paix selon la conseillère à la sécurité nationale de Donald Trump

KT McFarland, la conseillère adjointe à la sécurité nationale nommée le 25 novembre par Donald Trump va à n'en pas douter donner de l'urticaire aux «faucons» de Washington.

En plein cœur de la crise syrienne en septembre 2013, elle tenait des positions à l'opposée de la classe dirigeante : Poutine est celui qui mérite vraiment le prix Nobel de la Paix était le titre de son éditorial publié sur le site internet de Fox News. 

Dès le début, elle n'y est pas allée par quatre chemins : «Dans une des manœuvres diplomatiques les plus habiles de tous les temps, le président russe a sauvé le monde d'un désastre certain.»

Elle analysait l'épisode du démantèlement de l'arsenal chimique syrien comme un coup de maître du Kremlin. Elle rappelait qu'au plus fort de la crise syrienne, le Secrétaire d'Etat américain John Kerry avait fait un commentaire – imprudent pour les va-t-en guerre – affirmant qu'une attaque contre le régime de Damas ne serait pas nécessaire si Bachar el-Assad permettait le démantèlement de son arsenal chimique, le tout supervisé par un organe international.

Le ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov et son homologue syrien avaient immédiatement sauté sur l'occasion, expliquant : «On peut vivre avec ça.» Impossible après ça pour Washington de pousser sa rhétorique guerrière. Un accord était signé dans la foulée par les Etats-Unis et la Russie pour que l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) contrôle le démantèlement des armes chimiques, et tout le monde pouvait sortir par le haut de cette histoire.  

La future conseillère de l'administration Trump avait finalement visé juste, cette année là le fameux prix a été décerné à l'OIAC pour son travail en Syrie.

Lire aussi : Obama, le premier prix Nobel à en bombarder un autre ?

Russie à l’ONU : «La France demande une réunion sur Alep pour détourner l’attention de Mossoul»

La France appelle à convoquer une réunion sur Alep ce 30 novembre «pour détourner l’attention de ce qui se passe à Mossoul, où la situation est beaucoup plus dramatique que dans l’Est d’Alep, à de nombreux égards, notamment humanitaire», a confié à des journalistes l’ambassadeur de Russie à l’ONU Vitali Tchourkine. «Compte tenu de la gravité de la situation [dans l’Est d’Alep] où les combats se poursuivent, des améliorations y sont observées», a-t-il ajouté.

Le diplomate russe a également qualifié l’initiative française de vouloir «accuser le gouvernement syrien et la Russie, notamment quand les autorités syriennes lancent une contre-offensive afin de reprendre le contrôle de certains territoires».

Vitali Tchourkine s’est également insurgé de la déclaration récente du représentant du département d’Etat John Kirby, qui a affirmé que «chaque jour, des milliers de gens mourraient et étaient blessés» à Alep à cause des actions du gouvernement syrien, pour lesquelles la Russie «est complètement responsable». «C’est scandaleux... de la propagande éhontée», a fait remarquer le diplomate russe en ajoutant que Washington n’apportait aucun élément concret pour appuyer ses affirmations.

La Défense russe dénonce le manque d’aide humanitaire de l'Occident à Alep

En deux jours, l’armée syrienne a repris le contrôle d’une grande partie du nord-est d’Alep en libérant un total de 90 000 civils des mains des terroristes, notamment la branche d’Al-Qaïda, le Front al-Nosra. Mais les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne et l’ONU gardent le silence à ce sujet, regrette le représentant du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov.

Lire aussi : L'armée syrienne progresse, les rebelles piétinent : la bataille d’Alep résumée en une carte

«Au cours de ces derniers jours, ils demandaient tous instamment de laisser passer des colonnes de camions contenant de l’aide humanitaire vers les quartiers contrôlés par les djihadistes dans l’Est d’Alep», a rappelé le haut responsable russe. Mais pour le moment, alors que les quartiers ont été libérés des djihadistes et qu'il existe «toutes les conditions nécessaires», aucune proposition d’aide humanitaire de la part de l’Occident n’a été faite, selon le représentant du ministère russe de la Défense. «De toute évidence, cette aide était destinée pour d’autres», a-t-il conclu.

La plupart de k’aide humanitaire de l’ONU va aux régions contrôlées par les rebelles

Le ministère russe des Affaires étrangères a aussi critiqué la distribution de l’aide humanitaire à Alep. La représentante du ministère des Affaires étrangères Maria Zakharova a déclaré que la plupart de l’aide humanitaire de l’ONU était fournie dans les régions contrôlées par des rebelles, notamment ceux du Front al-Nosra. D'après elle, 1% seulement de l’aide de l’ONU va à Deir al-Zor, où au moins 200 000 personnes sont emprisonnées par Daesh.

En attendant, le 29 novembre, les actions des militaires syriens ont aidé à libérer plus de 5 500 civils, dont une moitié d'enfants, a fait savoir le représentant du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov. Selon lui, ils sont tous logés dans les centres humanitaires déployés par les autorités syriennes. La Russie a aidé les autorités locales à y distribuer des biens de première nécessité et des médicaments et aussi y ouvrir des postes médicaux. Ainsi, 150 cuisines de campagne russes offrent des repas chauds pour toute la population dans le besoin.

Crise des Rohingyas: Suu Kyi prône la « réconciliation nationale »

Crise des Rohingyas: Suu Kyi prône la










La Première ministre birmane Aung San Suu Kyi s'est prononcée mercredi pour la paix et la "réconciliation nationale", dans un contexte de colère autour du sort de la minorité musulmane des Rohingyas qui fait l'objet d'une répression en Birmanie.

S'exprimant devant un forum de dirigeants d'entreprises à Singapour, Mme Suu Kyi n'a pas mentionné la violence dans l'Etat Rakhine, dans l'ouest de la Birmanie, où sont concentrés les Rohingyas. Mais elle a souligné que son pays multiethnique avait besoin de stabilité pour attirer davantage d'investisseurs.
"Comme vous le savez, nous avons beaucoup de défis. Nous sommes un pays fait de nombreuses communautés ethniques et nous devons œuvrer pour la stabilité et l'Etat de droit dont vous à Singapour êtes fiers", a déclaré la dirigeante birmane, prix de Nobel de la Paix en 1991.
"Les entreprises ne souhaitent pas investir dans des pays qui ne sont pas stables. Nous ne souhaitons pas l'instabilité mais nous avons eu une longue histoire de désunion dans notre nation. La réconciliation nationale et la paix sont donc invariablement importantes", a souligné Mme Suu Kyi.

Au moins 10.000 Rohingyas fuyant les opérations de l'armée birmane se sont réfugiés depuis le mois dernier au Bangladesh, selon le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).
Un représentant de l'Onu au Bangladesh a accusé la semaine dernière la Birmanie d'avoir entrepris une campagne de "nettoyage ethnique" contre les Rohingyas, considérés comme des étrangers par la Birmanie, bien que certains y soient présents depuis des générations.

Par ailleurs, un ministre malaisien a appelé mercredi l'Association des Nations d'Asie du Sud-Est (Asean) à revoir l'adhésion de la Birmanie, en raison du "nettoyage à grande échelle" dans l'Etat Rakhine.
"Nous demandons que l'adhésion de la Birmanie à l'Asean soit revue", a déclaré Khairy Jamaluddin, ministre de la Jeunesse et des Sports de Malaisie, l'un des 10 pays membres de cette association.

http://www.lorientlejour.com/article/1021185/crise-des-rohingyas-suu-kyi-prone-la-reconciliation-nationale.html

Alter Info l'Information Alternative

USA: Steven Mnuchin, ancien de Goldman Sachs, annonce qu’il est nommé secrétaire au Trésor

USA: Steven Mnuchin, ancien de Goldman Sachs, annonce qu'il est nommé secrétaire au Trésor










Steven Mnuchin, un ancien dirigeant de la banque d'affaires Goldman Sachs, a annoncé avoir été nommé secrétaire au Trésor de Donald Trump, mercredi sur la chaîne CNBC.

Il a aussi confirmé la nomination de Wilbur Ross à la tête du département du Commerce, en charge de la politique industrielle américaine. Interrogé sur les nominations - qui n'ont pas encore été annoncée par l'équipe du président élu - M. Mnuchin, 53 ans, a déclaré: "nous pouvons (le confirmer). Nous sommes très heureux de travailler pour le président élu et honorés d'avoir été nommés à ces postes". La nomination des deux hommes doit encore être confirmée par le Sénat.

http://www.lorientlejour.com/article/1021206/usa-steven-mnuchin-ancien-de-goldman-sachs-annonce-quil-est-nomme-secretaire-au-tresor.html

Alter Info l'Information Alternative

Barrettes de shit et gros billets : des détenus de Villepinte inquiétés par un Mannequin Challenge

Cannabis, liasses de billets et doigts d’honneur, le tout enrobé d’un morceau de gangsta rap : le ton est donné pour la vidéo polémique mettant en scène une vingtaine de détenus de la prison de Villepinte, en Seine-Saint-Denis, publiée le 26 novembre sur les réseaux sociaux.

Sur les images, les prisonniers, à visage découvert, se mettent en scène en adoptant chacun une pose immobile, à la manière d’un mannequin de cire. On les voit ainsi dans des postures pour le moins provocatrices, l’un mimant une vente de stupéfiants, alors qu’un autre fait semblant de frapper son codétenu.

Alors que la vidéo révèle chez certains détenus la possession de téléphones portables, pourtant interdits en prison, ou encore de cannabis, les autorités ont procédé à des fouilles après la diffusion. «Des commissions disciplinaires vont avoir lieu», a indiqué l’administration pénitentiaire au quotidien Le Parisien, ajoutant que des poursuites judiciaires contre les détenus reconnus n’étaient pas exclues.

Devenu un véritable phénomène de mode depuis quelques semaines sur internet, le Mannequin Challenge a été popularisé par des célébrités prenant des poses insolites au nom du buzz, parmi lesquelles Beyoncé, Cristiano Ronaldo ou encore Hillary Clinton.

D’autres utilisations du concept se sont avérées plus polémiques, comme celle de l'organisation syrienne des Casques blancs, qui avait mis en scène une fausse victime de bombardements en plein conflit armé, à Alep.

Syrie : des frappes aériennes israéliennes atteignent des cibles près de Damas

La télévision d'Etat syrienne rapporte que l'armée de l'air israélienne a lancé des missiles depuis l'espace aérien du Liban mercredi 30 novembre à l'aube. Les missiles se sont abattus dans la région de Sabboura, à l'ouest de la capitale, «sans faire de victime» selon la chaîne.

Alors que les circonstances de l'attaque restent floues, les habitants et des journalistes de l'AFP ont confirmé avoir entendu de multiples explosions mercredi 30 novembre. Les rapports sont pour l'instant conflictuels sur la cible initiale du raid aérien ; deux versions s'opposent. 

Selon l'agence de presse basée à Beyrouth Al Masdar, l'armée de l'air israélienne aurait lancé quatre missiles Popeyes depuis l'espace aérien libanais en affirmant qu'elle visait le Hezbollah. Les avions ne seraient à aucun moment entrés dans l'espace aérien syrien. L'agence indique qu'un missile aurait touché un garage qu'utiliserait l'organisation libanaise, sans pour autant faire de victimes, l'attaque ayant eu lieu de nuit. Selon  Al Masdar, la cible du second raid était un convoi d'armes sur l'axe routier Damas-Beyrouth. Bien que ce ne soient que des spéculations pour l'instant, les frappes auraient pu viser des commandants du Hezbollah, la route étant fréquemment utilisée par l'organisation libanaise. 

Le site d'information en ligne Lebanon's Mulhak News, de son côté, citant ses propres sources, avance qu'un dépôt d'arme de l'armée syrienne a été détruit durant le premier raid alors que le second a touché des voitures près de l'autoroute Damas-Beyrouth. Le média affirme qu'aucun responsable de la sécurité ni commandant politique n'a été tué lors de l'attaque. 

Damascus Now, une page Facebook populaire dédiée au nouvelles syriennes, penche pour la même version, à savoir que les frappes ciblaient des positions de l'armée syrienne : «A 1h20 ce matin, quatre explosions ont été entendues dans les alentours de Damas, qui selon nos sources venaient d'un raid israélien contre des positions de l'armée gouvernementale syrienne proche de l'autoroute qui va vers Beyrouth.»

Les autorités israéliennes n'ont pas fait de commentaires pour l'instant. C'est la deuxième attaque en quelques jours de l'Etat Hébreu sur le territoire syrien. Le 27 novembre, Tsahal a fait savoir qu'elle avait abattu quatre membres d'un groupe lié à Daesh qui avaient attaqué certains de ses soldats dans la partie occupée par Israël du Golan syrien. 

Lire aussi : L'armée israélienne dit avoir tué «quatre combattants liés à l'EI» dans le Golan