«Try the frog» : une équipe d’experts financiers français chargés d’appâter les déçus du Brexit

Le «Brexit», une opportunité en or pour la France ? C'est en tout cas ce dont semblent convaincues les autorités du pays, qui ont prévu, selon le journal anglais Financial Times, de mettre sur pied un groupe de travail composé de chefs d'entreprises et de responsables politiques, dont la mission sera d'attirer en Hexagone les entreprises et talents britanniques. Une initiative évidemment liée au vote en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l'UE de juin dernier, dont s'inquiètent un certain nombre d'acteurs des milieux économiques et financiers d'outre-Manche.

D'après le quotidien britannique, ce groupe had doc sera dirigé par le président du Conseil d'administration de Safran, le franco-australien – et ancien élève de la prestigieuse université anglaise d'Oxford – Ross McInnes. L'équipe accueillera en outre le maire de Paris Anne Hidalgo (Parti socialiste) et la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse (Les Républicains). Autant de personnalités de poids qui tenteront d'exploiter, tout particulièrement, les inquiétudes des banques britanniques, qui craignent de perdre leur capacité à vendre leurs services gratuitement au sein de l'Union européenne. En raison de cette menace, le groupe bancaire HSBC, notamment, avait fait savoir qu'il envisageait de transférer des emplois de Londres à Paris.

La Défense veut faire sortir les banquiers britanniques du brouillard de la «City»

Il ne s'agit pas du premier appel du pied français en direction des décideurs économiques et financiers britanniques depuis le «Brexit» : mi-octobre, le quartier financier de La Défense (près de Paris) avait en effet lancé une campagne publicitaire ciblant les employés de la «City» londonienne, avec le slogan : «Tired of the fog ? Try the fog» (soit : «Fatigué du brouillard [de Londres] ? Essayez la grenouille» – cliché associé en Angleterre aux Français).

En outre, après que le peuple britannique s'est exprimé pour une sortie de l'UE, fin juin, le Premier ministre français Manuel Valls s'est engagé à simplifier les règles de fiscalité pour les expatriés.

Lire aussi : Une majorité de Britanniques plus inquiets de l'immigration que des difficultés de la City

Mossoul : Daesh dissimule des bombes dans des peluches pour piéger les enfants

«Pourquoi l'Etat islamique utilise quelque chose d'aussi mignon qu'un ours ou un lapin en peluche ? Ils savent que les Peshmergas n'y toucheront pas mais que les enfants, oui. Ce ne sont même pas des animaux, ils sont pires que cela», déplore le colonel kurde Nawzad Kamil Hassan, cité par le quotidien britannique The Guardian

Pratiquant une sorte de terre brûlée pour laisser le maximum de victimes derrière eux, les terroristes multiplient les exécutions sommaires et les stratégies meurtrières. 

D'où leur idée de cacher des explosifs dans des peluches pour attirer les enfants... et endormir la méfiance des forces de la coalition. L'objectif : laisser derrière eux le maximum de pièges pour que toute personne lancée à leur poursuite ait le maximum de chances de mourir.

Selon The Guardian, l'unité du colonel Nawzad Kamil Hassan a déjà évacué cinquante tonnes d'explosifs des territoires occupés par les soldats de Daesh, dont cinq dans une seule école de Sinjar, à 400 kilomètres au nord de Bagdad. 

Mais Daesh ne s'arrête pas aux jouets pour piéger ses poursuivants. Les djihadistes ont ainsi pris un malin plaisir à transformer tout objet de la vie courante en une bombe ou un engin explosif improvisé, ce qui contraint les forces de la coalition à redoubler de vigilance et à ne pas se laisser endormir par les apparences trompeuses d'objets anodins.

En effet, une montre et une carte de jeu peuvent être des détonateurs tout comme une pile de vêtements ou un tas de pierres explique The Guardian.

Les forces irakiennes, aidées de la coalition internationale emmenée par les Etats-Unis, ont intérêt à retenir la leçon, leurs troupes étant parvenues, le 31 octobre, à faire une première percée dans Mossoul, bastion de Daesh en Irak depuis deux ans...

Le roi Mohammed VI vole au secours d’une star marocaine accusée de viol en France

C'est un soutien de taille qu'a reçu la star de la pop marocaine, Saad Lamjarred, accusé d'avoir commis un viol à Paris la semaine dernière : selon un communiqué de l'Agence marocaine de presse du lundi 31 octobre, le roi Mohammed VI en personne a décidé de prendre en charge ses frais d'avocats.

Le monarque, poursuit le message, ne se contente pas de fournir une aide financière au chanteur, mais conseille également à sa famille de choisir l'avocat Eric Dupont Moretti pour assurer sa défense. Ce dernier, connu pour le nombre particulièrement important d’acquittements qu'il est parvenu à obtenir, a notamment défendu Yvan Colonna, Jérôme Kerviel, Bernard Tapie et Karim Benzema...

La célébrité marocaine, qui se trouvait à Paris pour réaliser un concert, finalement annulé, a été mise en examen puis écrouée le 28 octobre, sur la base d'accusations d'agression sexuelle et de violences sur une jeune femme de 20 ans, dans la nuit du 26 au 27 octobre. La scène aurait eu lieu dans la chambre d'hôtel de l'homme de 31 ans, qui se trouvait alors sous l'emprise de l'alcool et de stupéfiants selon les premiers éléments de l'enquête citée par l'AFP. Une source proche du dossier, également citée par cette agence, a fait savoir que la victime, traumatisée et souffrants de lésions, avait fourni un récit «tout à fait crédible à ce stable».

Ce n'est pas la première fois que Saad Lamjarred fait l'objet de poursuites judiciaires de ce type : en 2010, le chanteur marocain avait été mis en cause dans une affaire de viol aux Etats-Unis – pays où il ne s'est plus rendu depuis – encourant jusqu'à 25 ans de prison...

«#JeSuisSaadLamjarred» : des fans se mobilisent pour soutenir le chanteur sur Twitter

Depuis l'annonce de la mise en examen de la star marocaine en France, un certain nombre de fans lui ont apporté leur soutien, employant le hashtag #JeSuisSaadLamjarred...

... certains allant jusqu'à crier au complot dont l'accusé serait la victime.

Une initiative dénoncée par d'autres internautes, préférant attendre le verdict de la justice française.

Lire aussi : Le Maroc aurait versé 28 millions de dollars à la Fondation Clinton pour s'offrir ses «faveurs»

La moitié des Russes craignent que la crise syrienne déclenche une troisième guerre mondiale

48% des Russes considèrent la probabilité d'une troisième guerre mondiale opposant la Russie et l'Occident dans un futur proche comme forte ou très forte. 42% d'entre eux perçoivent celle-ci comme faible ou très faible, alors que 10% se montrent incapables de donner leur opinion à ce sujet. Tels sont les résultats d'un sondage réalisé par le centre de recherche privé Levada, publié le 31 octobre.

Selon cette même enquête d'opinion, une minorité de Russes (35%) estime probable ou très probable que la Russie et l'Ouest parviendront à trouver une solution mutuelle à la crise syrienne, tandis que 39% d'entre eux parient sur l'échec des deux camps à s'entendre sur ce dossier épineux, dans les années à venir.

Le soutien militaire à Damas toujours plébiscité en Russie

En dépit de ces inquiétudes, une petite majorité de sondés de la Fédération de Russie continue à soutenir l'action de ses dirigeants en Syrie : 52% des personnes interrogées approuvent en effet l'engagement russe aux côtés du gouvernement syrien, alors que seulement 26% d'entre eux déclarent avoir une vision négative ou très négative de celui-ci. Des opinions fondées, à en croire cette enquête, sur un véritable intérêt pour ce sujet de politique étrangère : 64% des sondés affirment être familiers avec l'action russe en Syrie et les frappes menées par le Kremlin dans ce pays du Proche-Orient et 18% vont jusqu'à assurer suivre de très près l'actualité sur ce thème.

Dans la même veine, un sondage réalisé le mois dernier par le centre de recherche public russe VTSIOM avait indiqué que 73% de la population russe considérait que les critiques formulées par l'Occident à l'encontre des frappes aériennes visant les forces rebelles à Alep (en Syrie) étaient infondées.

L'armée russe soutient depuis 2015 le gouvernement syrien dans sa lutte contre les terroristes de l'Etat islamique et de divers autres groupe à tendance djihadiste, par opposition à l'opposition syrienne modérée.

Lire aussi : C'est sûr, Poutine se prépare à la guerre nucléaire avec l'Europe, s'affole la presse britannique

L’Union européenne réclame 339 000 euros à Marine Le Pen pour des emplois fictifs présumés

Selon le journal Marianne, une enquête dirigée par l'Office de lutte antifraude européen pointe du doigt l'activité de deux assistants parlementaires de Marine Le Pen. Ces derniers auraient été rémunérés à l'aide des fonds alloués à cette tâche par l'Union européenne alors qu'en fait ils auraient travaillé comme des permanents du Front national (FN). L'UE estime que le préjudice qu'elle a subi s'élève à 339 000 euros.

Catherine Griset serait la principale visée. Cette amie de longue date de Marine Le Pen aurait occupé, entre 2010 et 2016, un «emploi fictif». Employée comme assistante parlementaire de l'élue européenne Marine Le Pen, elle exerçait en même temps la fonction de chef de cabinet au sein de son équipe. 

Or, selon l’article 33 du code statutaire des eurodéputés, les fonds débloqués pour employer les assistants doivent correspondre à une activité «directement liée à l’exercice du mandat parlementaire des députés». Une condition qui exclut strictement toute activité au sein d'un parti. C'est précisément ce genre d'activité qu'est soupçonnée d'avoir eu Catherine Griset.

L'Office de lutte antifraude européen a engagé, en août 2016, une procédure de recouvrement à l'encontre de la présidente du Front national, visant à récupérer les sommes correspondant aux salaires indûment perçus par ses deux collaborateurs, et qui s'établirait à 339 000 euros.

Prévenue par courrier au cours de l'été 2016, la présidente du FN est pour l'heure demeurée silencieuse. Elle dispose encore de quelques jours pour faire parvenir des justifications à l'Office de lutte antifraude européen, avant de devoir s'acquitter d'une lourde amende.

Le Maroc aurait versé 28 millions de dollars à la Fondation Clinton pour s’offrir ses «faveurs»

A l'époque où Hillary Clinton était secrétaire d'Etat, celle-ci aurait usé de sa fonction afin de mettre un terme à la politique réduisant les investissements de capitaux américains dans le Sahara Occidental, territoire disputé actuellement sous contrôle marocain, rapporte le Daily Caller. Cet argent aurait ainsi permis au royaume du Maroc d'intensifier son exploitation controversée des ressources minières dont ce territoire regorge.

De plus, Lisa Jackson, une proche d'Hillary Clinton qui rejoindra le conseil d'administration de la Fondation Clinton en 2013, aurait essayé de faire fermer une usine américaine de phosphates basée en Floride en 2011 au nom de prétextes environnementaux, alors qu'elle était à la tête de l'Agence de protection de l'environnement.

La fermeture de cette usine aurait en fait profité à l'entreprise publique marocaine d'extraction de phosphate OCP afin qu'elle développe ses activités en Floride, explique le site d'information. 

Le site Daily Caller avance également qu'OCP aurait alors versé jusqu'à 15 millions de dollars à la fondation Clinton en échange de ces «faveurs».

Ces informations viennent s'ajouter aux révélations issues de la publication par WikiLeaks des courriels du directeur de campagne d'Hillary Clinton, John Podesta. Ainsi, le Maroc a financé la fondation Clinton à hauteur de 12 millions de dollar afin de pouvoir héberger l'édition 2015 de la conférence annuelle de la Fondation. 1 million de dollars supplémentaire a été versés par OCP pour couvrir les frais de la conférence. 

Ainsi, au total, le royaume du Maroc aurait versé jusqu'à 28 millions de dollars à la Fondation Clinton. Une information que le candidat républicain Donald Trump s'est empressé de partager sur son compte Twitter.

Lire aussi : Les soutiens de la Fondation Clinton auraient bénéficié des faveurs de la secrétaire d’Etat

7 djihadistes bosniaques de Daesh condamnés à moins de 3 ans de prison

Sept djihadistes bosniens ont été condamnés lundi 31 octobre à des peines allant jusqu'à trois ans d'emprisonnement pour avoir rejoint les rangs du groupe Etat islamique en Syrie en 2013 et 2014.

«Ces hommes ont été reconnus coupables d'avoir quitté la Bosnie en 2013 et 2014 et d'avoir rejoint les rangs de l'organisation terroriste Etat islamique», a déclaré Mirsad Strika, un juge d'un tribunal de Sarajevo chargé des dossiers de terrorisme.

Sur les sept djihadistes condamnés lundi 31 octobre, seul Ibro Delic, condamné à 23 mois de prison, a été présent dans le tribunal pour entendre le verdict. Les autres, assignés à résidence, étaient représentés par leurs avocats.

Ibro Delic et Mirza Kapic, qui a été condamné à 22 mois de prison, ont aussi été reconnus coupables de possession illégale d'armes, notamment d'un fusil automatique et d'une dizaines de grenades à main. 

Le principal inculpé de ce groupe, Enes Mesic, s'est vu infliger trois ans de prison. Il s'agit, selon la presse locale, d'un islamiste particulièrement radical faisant partie d'une communauté wahhabite du village de Dubnica, dans le nord-est.

En 2013, il avait défrayé la chronique lorsque son épouse avait été admise dans un hôpital dans un état très grave après une tentative de mutilation génitale. Il avait été soupçonné d'avoir voulu exciser sa femme, mais n'a jamais été inculpé.

Enes Mesic a de nouveau été brièvement interpellé en novembre 2015 en même temps qu'Elma Djurasinac, une musulmane de Serbie, sa nouvelle épouse, accusée d'avoir recruté des femmes pour le djihad. De nationalité serbe, elle a depuis été expulsée vers la Serbie.

«Ils ont participé à des activité terroristes, ils ont reconnu avoir été sur le territoire de la Syrie et que leur objectif avait été de combattre le régime de Bachar al-Assad», a dit Mirsad Strika.

Lire aussi : Bosnie : 11 personnes soupçonnées d'avoir des liens avec Daesh en détention (VIDEO)

La Bosnie, un terreau fertile pour Daesh ? 

Les départs de Bosniens vers les terres de djihad en Syrie et en Irak ont quasiment cessé, même si 200 y étaient encore présents à la mi-2016, sur un total de 330 départs, dont beaucoup de femmes et d'enfants, selon les derniers chiffres officiels. Une cinquantaine d'hommes ont été tués et 47 sont rentrés au pays.

Plusieurs djihadistes ont plaidé coupables et ont été condamnés à des peines symboliques d'un an de prison, après un accord passé avec le parquet.

Un des leaders des islamistes bosniens, Husein Bosnic, dit Bilal, s'est vu infliger en 2015 sept ans de prison, la peine la plus sévère prononcée par la justice bosnienne contre des djihadistes qui ont combattu en Syrie ou en Irak.

Après les arrivées massives de combattants islamistes dans le pays lors du conflit des années 90, les autorités bosniaques sont à nouveau confrontées au problème de l’islam radical. En réaction, le gouvernement a modifié la législation. Les peines encourues pour les djihadistes et leurs recruteurs peuvent désormais s’élever jusqu’à 20 ans de prison.

La proximité géographique de la Bosnie-Herzégovine avec la mer Méditerranée signifie que les terroristes peuvent facilement y arriver depuis la Syrie, l’Irak et l’Afrique du Nord en traversant illégalement la Grèce, la Turquie, la Macédoine et la Serbie. 

Lire aussi : En Bosnie-Herzégovine, une femme se présente aux élections municipales en… voile intégral !

Dans la Nièvre, un château mis à la disposition des migrants ! (VIDEO)

«Mes chers compatriotes, le préfet m'informe que le château du Vernay hébergera à compter du 2, 3 ou 4 novembre, une trentaine d'adolescents mineurs en provenance de Calais», a expliqué Fabrice Berger, maire de Challuy, aux habitants de sa ville dans une vidéo diffusée le 30 octobre, sur le site de la mairie, ainsi que sur Facebook. 

Choisie pour recevoir un quota de migrants venus de Calais après le démantèlement de la Jungle, Challuy accueillera en effet une trentaine de migrants mineurs, que la préfecture a prévu d’installer dans la grande propriété du château de Vernay.

Les mineurs qui arriveront début novembre, «devraient rester dans [la] propriété du comité d’entreprise de la SCNF pour une durée de 3 à 4 mois. Ils seront accueillis par des professionnels et des bénévoles 24h/24», explique encore le maire.

Le château de Vernay est l'une des nombreuses propriétés du comité d’entreprise de la SNCF. Il dispose de quatre courts de tennis, de piscines, d'un parc privé et d'une forêt, qui seront mis à la disposition des migrants.

Suite au démantèlement du camp de la Jungle à Calais, la ville de Challuy, comme d'autres villes en France, faire partie des villes qui accueilleront une partie des migrants évacués, comme l'avaient annoncé le président de la République et le ministre de l'Intérieur français, dans leur volonté de relocaliser les migrants pour éviter les campements sauvages. 

Les rebelles syriens confrontés à l’échec de leur contre-offensive meurtrière à Alep

Depuis le 28 octobre, les rebelles mènent une offensive lancée depuis l'extérieur d'Alep pour rompre l'encerclement des quartiers rebelles par l'armée syrienne. Plus de 1 500 combattants rebelles sont venus des provinces d'Alep et d'Idleb pour appuyer la contre-offensive. 

Les affrontements se concentrent autour du quartier gouvernemental des secteurs de Dahiyet al-Assad près d'une importante académie militaire. D'après une source militaire gouvernementale syrienne citée le 31 octobre par l'AFP : «L'offensive des rebelles est ralentie depuis qu'il n'ont pas réussi à prendre le contrôle du quartier dit des "3 000 appartements" et le complexe militaire.»

Les insurgés cherchent à progresser vers le quartier de Hamdaniyé, tenu par l'armée gouvernementale et situé en bordure des quartiers rebelles assiégés par le gouvernement syrien. Sa prise permettrait de briser le siège d'Alep en établissant un passage vers les zones contrôlées par les insurgés à l'extérieur de la ville.

L'envoyé spécial des Nations unies en Syrie dénonce des crimes de guerre de la part des rebelles 

Selon un nouveau bilan de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), au moins 48 civils, dont 17 enfants, ont été tués par les centaines de roquettes et d'obus tirés par les rebelles sur les quartiers ouest d'Alep contrôlé par les autorités syriennes. 

L'envoyé spécial des Nations unies pour la Syrie, Staffan de Mistura, s'est dit «horrifié» et «choqué» par ces tirs, évoquant de possibles «crimes de guerre». «Ceux qui prétendent qu'il s'agit de soulager le siège d'Alep-est devraient se rappeler que rien ne justifie l'usage d'armes disproportionnées et sans discrimination, y compris les armes lourdes, dans des secteurs habités par des civils», avait-t-il souligné le 30 octobre.

Le contrôle d'Alep est déterminant aux yeux des belligérants pour asseoir leur pouvoir dans le nord de la Syrie, ravagée depuis 2011 par une guerre civile qui a fait plus de 300 000 morts.

Lire aussi : Syrie : en deux ans 300 civils seraient morts dans des frappes de la coalition occidentale

Pour le Comité d’éthique de l’UE, José Manuel Barroso nuit à la réputation de l’Union Européenne

José Manuel Barroso, l'ancien président de la Commission européenne n'a pas violé les règles «d'intégrité et de réserve» de l'Union européenne en acceptant un poste à la banque d'affaires Goldman Sachs. Tel est l'avis publié lundi 31 octobre par le Comité d'éthique de l'Union européenne saisi en septembre par la Commission européenne face au scandale médiatique. Le choix de José Manuel Barroso est néanmoins vu comme peu judicieux.

D'après le Comité d'éthique, José Manuel Barroso «n'a pas fait preuve du bon jugement que l'on pourrait attendre de quelqu'un qui a occupé un poste à haute responsabilité pendant de si longues années». Aucune entorse au règlement n'a néanmoins été relevée. Le Comité d'éthique précise d'ailleurs : «Il ne revient pas au Comité de savoir si le Code est suffisamment strict.»

La tempête médiatique est «certainement une indication pertinente, mais pas suffisante en elle-même» pour conclure que les règles éthiques ont été violées, poursuit le rapport, qui note que Goldman Sachs opère dans le respect des lois. Le Comité, dont l'avis est non-contraignant, indique notamment : «Sur la base des informations fournies par José Manuel Barroso dans une lettre adressée au président [de la Commission] Juncker, et considérant le Code de conduite pour les commissaires, il n'y a pas d'éléments suffisants pour établir une violation du devoir d'intégrité et de réserve.»

Le Comité reconnait néanmoins que les nouvelles fonctions auxquelles le Portugais est appelé auront «certainement» un lien avec son précédent mandat à la tête de la Commission d'autant qu'à l'époque, José Manuel Barroso avait dû s'atteler à réformer le secteur bancaire en pleine crise.

Les rapporteurs du Comité soulignent en conséquence : «Monsieur Barroso aurait dû être conscient et informé qu'en agissant ainsi, il déclencherait des critiques et risquerait de nuire à la réputation de la Commission, et de l'Union en général.»

Les règles imposent une «période de refroidissement» de 18 mois aux anciens commissaires, durant laquelle ils doivent demander une autorisation à leur ancien employeur pour rejoindre un groupe privé. Et cette période a été respectée, rappelle le Comité. Plus d'un an et demi s'est en effet écoulé depuis le départ de Bruxelles de José Manuel Barroso, en novembre 2014. 

La Commission européenne actuelle va maintenant se donner le temps d'examiner les conclusions du Comité. Lors d'un point presse le lundi 31 octobre, le porte-parole en chef de l'exécutif européen Margaritis Schinas a déclaré : «Dans un souci de transparence, et comme nous l'avons promis, la Commission européenne a publié cette opinion sur notre site web. Nous allons maintenant l'examiner attentivement avant de prendre une éventuelle décision sur des mesures de suivi appropriées.»

Le Comité d'éthique avait été saisi en septembre par la Commission elle-même face à la vague d'indignation déclenchée par l'arrivée de l'ex-chef de l'exécutif européen (2004-2014) chez Goldman Sachs, institution vilipendée pour son rôle supposé dans le déclenchement de la crise des subprimes et celle de la dette grecque.

Plus de 150 000 personnes ont notamment signé une pétition mise en ligne par des employés de l’Union européenne qui réclament que des «sanctions exemplaires» soient prises contre José-Manuel Barroso. 

En France, l'embauche par Goldman Sachs de l'ancien patron de la Commission Européenne a fait couler beaucoup d'encre et provoqué une polémique. De nombreux responsables politiques et syndicaux, de gauche comme de droite, ont critiqué une démarche qui lèverait le voile sur les relations relations ambiguës entre l'Union européenne et le monde des banques, de la finance.

Le gouvernement français a même été jusqu'à interpeller José Manuel Barroso en lui demandant «solennellement» le mercredi 13 juillet de «renoncer» à travailler pour la célèbre banque américaine. 

Lire aussi : José Manuel Barroso à Goldman Sachs, il est temps de repenser les raisons de l’existence de l’UE

Le démantèlement de la «Jungle» de Calais s’est achevé : retour sur les moments forts

La «Jungle» de Calais, c'est terminé ! D'après l'agence AFP, les derniers abris de fortune ont en effet été rasés par les autorités, lundi 31 octobre aux alentours de 17h15.

Longtemps repoussé, le démantèlement de ce camp illégal de migrants avait été entamé lundi 24 octobre, avec l'évacuation d'une partie des quelque 6 000 personnes qui y vivaient alors.

Plusieurs incendies s'étaient propagés sur le site au cours de la deuxième journée de démantèlement, alors que les travaux de démolition des logements avaient été enclenchés.

Un brasier s'était également déclaré sur le site dans la nuit du mardi 25 au mercredi 26 octobre, ravageant un bâtiment et blessant légèrement un migrant syrien.

Une vague d'incendies que le préfet du Pas-de-Calais, Fabienne Buccio, avait présentée comme... une «tradition» des migrants – provoquant, par ces propos, l'indignation de nombreux responsables de droite.

3 000 migrants de l'ex-«Jungle» vivent désormais dans des campements illégaux à Paris

Du fait de la destruction de la «Jungle», l'Etat a prévu de conduire les migrants privés d'abris dans des centres d'accueil officiels répartis sur l'ensemble du territoire français – hormis en Corse et en Ile-de-France.

Le plan des autorités, néanmoins, ne semble pas se dérouler tout à fait comme prévu : d'une part, environ 3 000 migrants calaisiens ont rejoint les campements clandestins de la capitale, en particulier autour du quartier de Stalingrad, dans le nord.

D'autre part, de nombreux migrants mineurs non accompagnés se retrouveraient encore sans refuge à l'issue de la disparition du camp de Calais, ont alarmé en fin de semaine dernière des organisations humanitaires.

Lire aussi : Charente-Maritime : la moitié des migrants de Calais accueillis dans un centre ont disparu

Les utilisateurs d’Airbnb devront signer une charte contre le racisme

Le site de location Airbnb vient de franchir une étape supplémentaire dans sa politique de lutte contre les discriminations, en mettant en place une «charte de non discrimination» à laquelle devront obligatoirement adhérer les usagers.

En l'acceptant, les internautes, locataires comme propriétaires, accepteront également de «traiter chacun avec respect, sans jugement ou préjugé, et sans distinction de race, religion, origine nationale, ethnicité, handicap, sexe, identité de genre, orientation sexuelle, ou âge».

Au printemps 2016, un fait divers avait suscité une polémique : une jeune Nigériane, à la recherche d'une chambre, avait reçu une réponse négative de la part d'un des hôtes qu'elle avait sollicités. «Je n'aime pas les nègres, je vais donc annuler ta réservation. Trouve un autre endroit pour reposer ta tête de négresse», lui avait écrit celui-ci.

Une vague d'indignation avait alors commencé à croître sur Twitter, notamment à travers le hashtag #AirbnbWhileBlack (être noir sur Airbnb), par lequel les utilisateurs relataient leurs mauvaises expériences sur le site, en raison de discriminations raciales, à l'instar de cette internaute qui s'indignait : «Sans doute les hôtels sont-ils plus chers et moins "cosy", mais ils accepteront mon argent anonyme !»

D'autres utilisateurs, tout en le prenant avec plus de légèreté, ont livré leurs témoignages d'expériences similaires. «Vous devriez voir la tête des hôtes lorsqu'ils me découvrent, accompagnant mon amie blanche qui a effectué la réservation», raconte cette internaute. 

Afin de se prémunir contre d'éventuelles retombées néfastes sur son chiffre d'affaires, Airbnb a donc décidé de mettre en place une politique de lutte anti-discrimination. Sur les réseaux sociaux, où était née la polémique, les réactions sont partagées. Certains semblent enthousiastes, saluant le fait qu'Airbnb prenne le «risque de perdre de l'argent pour défendre ses valeurs».

D'autres, au contraire, pointent l'inutilité d'une telle démarche, qui serait en réalité redondante avec les lois déjà existantes. «Ta pseudo-charte ne servira à rien», lance cet internaute au site Airbnb qu'il interpelle sur Twitter.

En juin dernier, le site avait déjà décidé de réagir aux discriminations à l'encontre des minorités sexuelles. Quelques mois plus tôt, il avait annoncé avoir embauché Eric Holder, ancien procureur général des Etats-Unis, afin d'obtenir ses conseils pour une «politique d'inclusion sociale».

Ayssar MIDANI / 4eme Rapport de situation sur la Syrie du 28 Oct 2016 en 2 parties

Partie 1 :

Partie 2 :

Quatrieme SitRep (rapport de situation) pour la Syrie par Madame Ayssar Midani depuis Damas !!!

Pour toutes questions relatives aux prochains SitRep sur la Syrie et adressées a Ayssar Midani, écrire un message sur le compte facebook d'Ayssar Midani a https://www.facebook.com/ayssar.midani?fref=ts
ou sur le compte facebook de Thom Aldrin : https://www.facebook.com/thom.aldrin

Le renseignement ukrainien se dote d’un nouveau blason, la Russie dans le viseur

Une chouette perçant la Russie d’une épée. Tel est, ni plus ni moins, le nouvel emblème des services de renseignement ukrainiens. L’écusson a présenté le 24 octobre, en même temps que le nouveau chef des services de renseignement (GUR), Vassili Bourba.

Curieusement l’évènement s’est produit en présence du président ukrainien Petro Porochenko. Les photos publiées sur son site internet rendent bien compte de la scène.

On y voit un écusson représentant une chouette sur le manche d'un épée qui perce la Russie, mise en évidence car c'est le seul désigné par un gris foncé, sur une carte du monde un peu réduite. Les Etats-Unis, par exemple, n'y figurent pas.

En arrière-fonds : les couleurs du drapeau ukrainien et l'inscription «L'Ukraine par-dessus tout», ressemblant à un fragment du «Chant des Allemands», dont la ligne «l’Allemagne, l’Allemagne par-dessus tout» est devenue le symbole de l'idéologie du Troisième Reich !

Les autorités ukrainiennes n’ont pour le moment pas commenté cette nouveauté, mais la réaction des médias et des réseaux sociaux a été significative. Ainsi, certains ont noté la ressemblance entre la chouette ukrainienne et celle d’un dessin animé soviétique des années 1970.

Il faut noter que cette chouette n'est pas le seul nouvel emblème ukrainien à la symbolique antirusse. Le service de contre-espionnage, le SBU, est par exemple doté depuis le mois de mars 2015 d'un sigle avec un aigle saisissant dans ses griffes un serpent à deux têtes... deux têtes ressemblant comme deux gouttes d’eau à celles de l'aigle du blason russe.

Néanmoins, ces innovations héraldiques ne sont pas toujours acceptées par l’armée ukrainienne. Il en va ainsi du lycanthrope, nouveau symbole des forces des opérations spéciales. D’après les militaires, ce maléfique canin n’a jamais été utilisé pour un emblème militaire en Ukraine.

Il est connu, par contre, pour être le sigle informel du 45e régiment des forces de débarquement russes. Les militaires ukrainiens considéreraient donc le lycanthrope comme un symbole de trahison et ont écrit une lettre ouverte au commandement de l’état-major pour exiger son remplacement.

Le ministre ukrainien de la Défense, Stepan Poltorak, a de son côté expliqué ces changements au sein de l’armée ukrainienne en affirmant que les «soldats [… ], les officiers et n’importe quel service du commandement militaire» devaient correspondre «aux standards existant dans le cadre de l’OTAN».

Lire aussi : Ukraine, deux ans après

Quand l’un des plus grands quotidien israélien s’inquiète des financements juifs d’Hillary Clinton

«Je suis allé voir la liste des plus grands donateurs d'Hillary Clinton et j'ai ressenti un grand malaise. Ce que je m'apprête à écrire n'a pas été écrit, sous-entendu, ou même chuchoté par le rapport ou les articles concernant cette liste de noms […] Je suis troublé. Par quoi ? Et bien, sur les neuf plus importants contributeurs à la campagne d'Hillary Clinton, huit sont juifs. Et les cinq plus grands donateurs sont juifs», affirme Steve Plocker, plume éminente du quotidien israélien Yediot Arahonot.

Le journaliste est néanmoins conscient de toucher à une question sensible, d'autant qu'il s'adresse au public israélien, qui suit l'élection présidentielle américaine de très près compte tenu des enjeux qu'elle implique pour la région. «A travers mon clavier, je peux sentir la colère des lecteurs. "Les Américains juifs n'ont-ils pas le droit de contribuer à la campagne présidentielle ?", se demandent-ils avec défiance. "Vous êtes un raciste, Plocker"», s'interroge le journaliste.

Et l'intéressé de répondre aussitôt : «Je ne suis pas raciste. En tant que juif, je suis fier de la richesse et de l'influence des juifs Américains […] Après tout, il est clair que pas un seul Américain ne va affirmer qu'Hillary Clinton, en tant que président des Etats-Unis, va être le pantin de l'argent juif qui a financé son élection, pas vrai ? Dites "C'est vrai" et je me calmerai.».

Effectivement, Steve Plocker a pu consulter les données publiques concernant le financement de la campagne des candidats à l'élection présidentielle américaine. 1,35 milliard de dollars ont été collectés par Hillary Clinton, contre 710 millions de dollars par Donald Trump.

Les cinq plus grands donateurs d'Hillary Clinton, qui financent sa campagne à hauteur de près de 70 millions de dollars sont : le dirigeant de fond d'investissement Donald Sussman (20 millions de dollars), la milliardaire Mary Kathryn Pritzker (15 millions de dollars), l'israélo-américain Cheryl Saban (12,5 millions de dollars), le magnat de la finance George Soros (11,8 millions de dollars), et le fondateur des produits de régime Slim-Fast, Daniel Abraham (9,6 millions de dollars).

Lire aussi : La relation entre les Etats-Unis et Israël au menu des derniers emails piratés de John Podesta

D'autres membres éminents de la communauté juive américaine tels que le réalisateur Steven Spielberg, le créateur de mode Ralph Lauren ou encore le co-fondateur de Facebook Dustin Moskovitz ont généreusement contribué à la campagne d'Hillary Clinton.

De façon plus générale, selon une étude menée par le site d'analyse de statistiques et de sondages 538, en septembre 2016, 95% des donateurs juifs avaient décidé de soutenir la candidate démocrate. 

La relation entre la candidate démocrate à la présidentielle et la communauté juive américaine pro-israélienne, a aussi été évoquée dans l'Hexagone. Le candidat à la primaire des Républicains, Jean-Frédéric Poisson, avait été au centre d'une polémique pour avoir parlé de la «soumission d'Hillary Clinton au lobby sioniste». Accusé d'antisémitisme par le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), le président du Parti chrétien-démocrate avait fait face à de nombreuses attaques, dont celle de sa rivale Nathalie Kosciuko-Morizet, qui avait saisit la Haute Autorité de la primaire. Face à la pression, Jean-Frédéric Poisson avait alors dû faire machine arrière et s'excuser pour ses propos

Lire aussi : Donald Trump provoque et se fait huer devant un groupe de pression juif américain

Irak : la coalition entre dans Mossoul pour la première fois depuis sa capture par Daesh (VIDEO)

Les efforts des alliés ont porté leurs fruits. Selon l'agence Reuters, la coalition est enfin parvenue, le 31 octobre, a percer la résistance de Daesh, qui défendait bec et ongles depuis deux semaines son bastion de Mossoul, en parvenant à pénétrer à Karama, l'un des quartiers de la ville. 

Les djihadistes ont en effet été contraints de se replier à l'intérieur de cette ville considérée comme la deuxième plus grande du pays. 

Cette offensive d'envergure, la plus importante à ce jour des forces irakiennes dans leur guerre contre l'EI, avait déjà permis, avec le soutien aérien de la coalition internationale, de reprendre des dizaines de localités situées dans les plaines autour de la ville. 

Depuis le 17 octobre, des dizaines de milliers de membres des forces de sécurité évoluent en effet sur les fronts est, sud et nord. Des unités paramilitaires dominées par des milices chiites viennent par ailleurs de lancer une offensive à l'ouest pour priver les djihadistes de leur liberté de mouvement entre Mossoul, bastion irakien de Daesh depuis 2014, et la frontière syrienne.

L’OTAN réalise de nouveaux exercices militaires d’envergure aux portes de la Russie (VIDEO)

La campagne lettone vit au rythme des exercices militaires des troupes atlantistes. Elles effectuent des entraînements grandeur nature en simulant la reprise d'un territoire occupé.

Plus de 3 000 soldats de l'OTAN sont actuellement déployés : ils viennent de Lettonie, Lituanie, Estonie, Allemagne, Etats-Unis, Pays-Bas et Royaume-Uni.

Alors que l'OTAN justifie ses déploiements dans l'Europe de l'est depuis la crise Ukrainienne, Vladimir Poutine a quant à lui qualifié la «menace russe» d'«hystérie».

Cette expansion militaire aux portes de la Russie correspond au plus gros déploiement de l'OTAN depuis la fin de la guerre froide.

RT rencontre les habitants d’Alep-Ouest victimes des gaz toxiques qu’auraient utilisé les rebelles

Au moins une personne serait morte, tandis que d’autres souffrent de graves problèmes respiratoires, semblables à ceux qui découlent d’une intoxication au chlore. «Je sentais que j’étouffais, comme si c’était à cause d’une sorte de gaz toxique.», a confié l’un des blessés.

Ce n’est pas la première fois que les rebelles procèderaient à l’utilisation de gaz toxiques contre des civils, en l’occurrence dans les quartiers d’Alep tenus par les forces gouvernementales. Au mois d’août dernier, une attaque chimique au Nord-Ouest de la ville d'Alep aurait fait une vingtaine de victimes.

Maghreb : plus de 200 migrants forcent la frontière de l’enclave espagnole de Ceuta (IMAGES)

La présence de policiers espagnols et les clôtures en fil barbelés n'ont pas empêché quelque 220 migrants originaires d'Afrique de pénétrer illégalement à Ceuta, une enclave de l'Etat espagnol sur la côte méditerranéenne du royaume marocain. La ruée vers la frontière, rapportée par l'agence Reuters lundi 31 octobre, a débuté à l'aube, provoquant des affrontements entre migrants et représentants des forces de l'ordre.

Trois fonctionnaires de police espagnols ont eu besoin de soins médicaux à l'issu des événements, tandis que 32 clandestins ont été hospitalisés, blessés notamment par les pointes des fils barbelés.

De nombreux Africains, épuisés, se sont effondrés après avoir pénétré sur le territoire espagnol, comme en témoignent des photographies diffusées par l'agence de presse.

Du personnel de la Croix-Rouge est venu en aide aux clandestins éreintés.

D'autres migrants, en outre, ont célébré la réussite de leur opération d'intrusion à Ceuta... sous le nez des agents de police.

Les autorités espagnoles, indique Reuters, recherchent encore une grande partie de ces clandestins africains ayant forcé la frontière.

Cet événement, néanmoins, n'est guère exceptionnel : en 2014 et 2015, des milliers de migrants sont entrés illégalement dans cette enclave ou dans celle de Melilla (également au Maroc), avant de gagner le continent européen.

Lire aussi : Des migrants fous de joie après leur entrée illégale dans l’enclave espagnole de Melilla (VIDEO)

Paris appelle trois pays africains à rester dans la CPI

Paris appelle trois pays africains à rester dans la CPI











La France appelle les pays africains qui veulent se retirer de la Cour pénale internationale (CPI) à "reconsidérer" leur décision, a déclaré lundi le ministère français des Affaires étrangères.
Le Burundi, l'Afrique du Sud et la Gambie ont annoncé leur décision de se retirer de la CPI, qu'ils accusent de cibler essentiellement des pays africains.

"Nous appelons instamment les pays ayant fait ces annonces à reconsidérer leur intention et restons disposés à entretenir un dialogue constructif sur le fonctionnement du système de justice pénale internationale", a noté le Quai d'Orsay dans un communiqué.

Pretoria et Bujumbura ont déjà notifié formellement leur décision en octobre aux Nations unies. Le retrait prend effet un an après la réception de cette notification officielle.
"La lutte contre l'impunité est essentielle pour permettre le respect des droits de l'homme, une réconciliation et une paix durables", a souligné la diplomatie française.
"La Cour pénale internationale joue à cet égard un rôle unique en tant que seule juridiction pénale permanente à vocation universelle", a-t-elle ajouté.

L'Afrique du Sud a annoncé son retrait après la polémique causée par son refus d'arrêter le président soudanais Omar el-Béchir, recherché par la CPI pour génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre au Darfour.

La CPI a lancé en avril une enquête préliminaire sur des accusations de meurtre, torture et autres exactions au Burundi.
Des experts de l'Onu ont aussi mis en cause les forces de sécurité burundaises dans un rapport accablant.

http://www.lorientlejour.com/article/1015738/paris-appelle-trois-pays-africains-a-rester-dans-la-cpi.html

Alter Info l'Information Alternative

Paris tente de convaincre l’Afrique du Sud, la Gambie et le Burundi de ne pas quitter la CPI

Le Quai d'Orsay se bat pour que la Cour pénale internationale (CPI), instituée par le Statut de Rome ne se transforme pas en une coquille vide. Le 26 octobre, la Gambie a annoncé qu'elle souhaitait quitter la juridiction internationale, dans le prolongement du Burundi et de la République d'Afrique du Sud. Depuis la mi-octobre 2016 trois pays africains ont décidé de quitter la CPI, qu'ils accusent de «cibler essentiellement des pays africains»

Pour tenter de les faire revenir sur leur décision, le ministère français des Affaires étrangères a publié le 31 octobre un communiqué dans lequel on peut lire : «Nous appelons instamment les pays ayant fait ces annonces à reconsidérer leur intention et restons disposés à entretenir un dialogue constructif sur le fonctionnement du système de justice pénale internationale».

Insistant sur le fait que «la lutte contre l'impunité est essentielle pour permettre le respect des droits de l'homme, une réconciliation et une paix durables», le Quai d'Orsay espère dissuader ces trois Etats africains de suspendre effectivement leur participation à la CPI.

L'Afrique du Sud avait annoncé son retrait de la juridiction pénale internationale après que Pretoria a refusé de procéder à l'arrestation du président soudanais Omar el-Béchir, recherché par la CPI pour génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre au Darfour alors que ce dernier se trouvait sur le territoire sud-africain.

Le Burundi, quant à lui, proteste contre l’enquête lancée à son encontre par la CPI au mois d'avril dernier concernant des accusations de meurtre, de torture et d'autres exactions. 

Le porte-avions russe « Admiral Kuznetsov » a atteint les côtes algériennes

Le porte-avions russe











La flotte russe, dirigée par le porte-avions "Admiral Kuznetsov" accosté, hier, au port d'Oran, selon plusieurs sites spécialisés dans les affaires de défense. En plus du porte-avions, la flotte est composée aussi du pétrolier Serguey-Osipov, chargé de le ravitailler.

A noter que la flotte russe, en route pour la Syrie, effectuera, selon plusieurs sources dont "Interfax" des exercices le 3 novembre prochain à l'Est de l'Algérie, près des côtes de Jijel.

À bord du "Admiral Kuznetsov", plusieurs avions et hélicoptères de combat, dont les chasseurs SU-33, MiG-29KR et MiG29-KUBR, et l'hélicoptère Ka-52K, renforceront les forces aériennes déjà déployées en Syrie par la Russie. L'Amiral Kouznetsov, habituellement basé à Severomorsk, dans la mer de Barents, sera déployé à Tartous, où la Russie a annoncé s'apprêter à transformer ses installations portuaires en base navale permanente.

Pour ce premier engagement opérationnel, le navire est aussi accompagné par une petite armada: le croiseur Piotr Veliki, le navire de guerre Vice-Amiral Koulakov et des navires anti-sous-marins…

https://www.algerie1.com/actualite/le-porte-avions-russe-admiral-kuznetsov-a-atteint-les-cotes-algeriennes

Alter Info l'Information Alternative

Charente-Maritime : la moitié des migrants de Calais accueillis dans un centre ont disparu

Le centre d'accueil de Fouras n'était-il pas à la convenance de ces migrants ? 11 jeunes individus fraîchement arrivés dans le Centre international de séjour (CIS) de la commune de Charente-Maritime s'en sont échappés, rapporte le journal Sud Ouest dans son édition du 31 octobre.

Le 27 octobre dernier, 22 migrants avaient été placés dans cet établissement dans le cadre du démantèlement du camp illégal de Calais où ils vivaient. Deux de ces nouveaux hôtes ont disparu dès le lendemain, deux autres le surlendemain, quatre dans la nuit du 29 au 30 octobre, et enfin trois dans la journée du 30.

Un imprévu qui ne manque pas d'inquiéter les autorités : d'après Sud Ouest, les gendarmes de la commune sont actuellement à la recherche de ces jeunes migrants.

Lire aussi : 2 500 demandeurs d'asile auraient disparu des centres d'accueil finlandais

«L’islam est une religion française» défend Marwan Muhammad, directeur du CCIF

Nommé à la tête du Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) en mars dernier, Marwan Muhammad n'a pas perdu de temps pour faire entendre sa voix dans le débat public : polémiques sur le burkini et sur le voile islamique, camp d'été «décolonial»... L'ex-trader de 38 ans a été de tous les combats liés à la question de l'islam ou du racisme au cours des derniers mois, et n'a pas hésité à formuler des arguments ou à employer des termes susceptibles de choquer une partie des Français.

Le foulard fait partie des tenues françaises et Mohammed est un prénom français

Au journal Le Monde, qui le présente dans son édition du 31 octobre comme une «figure montante de la communauté musulmane», le militant défend sans détour la compatibilité des identités française et musulmane. Selon lui, les musulmans nés en France «définissent l'identité française, comme n'importe qui d'autre». Et ce, même s'ils portent des prénoms ou arborent des vêtements liés à la religion islamique.

«L’islam est une religion française, le foulard fait partie des tenues françaises et Mohammed est un prénom français», martèle-t-il, aux antipodes d'un Eric Zemmour, pour qui, un citoyen français à qui les parents ont donné un prénom d'origine étrangère est moins français que ses compatriotes.

«Je ne condamne pas les choix des uns et des autres d’être homosexuels ou d’être polygames»

Cette volonté de défendre la liberté des musulmans à vivre selon les mœurs de leurs choix en France a conduit Marwan Muhammad à refuser de condamner la polygamie, voire même à la comparer à l'homosexualité, qui à ses yeux dépendrait elle aussi du libre-arbitre : «Je ne condamne pas les choix des uns et des autres d’être homosexuels ou d’être polygames, ça ne m’intéresse pas», a-t-il ainsi lancé au candidat à la primaire de la droite Jean-François Copé, lors d'un débat tendu le 2 octobre dernier à SciencesPo, rapporte Le Monde.

Néanmoins, le dirigeant de l'association de lutte contre l'islamophobie ne craint guère d'indigner ou d’irriter : lui-même ne se définit pas tout à fait comme un militant modéré. «Il faut que je sois Malcolm X pour que tu puisses être Martin Luther King», avait-il asséné au fondateur de l'association Coexister, Samuel Grzybowski.

La finance de marché est l'un des systèmes les plus égalitaires 

Détail insolite : cet engagement radical au service de la lutte contre les discriminations anti-musulmanes n'empêche pas le trentenaire de conserver une certaine fascination pour le monde professionnel qu'il a quitté : celui de la finance et des marchés. Pour l'ancien trader de la Société générale, cet univers constitue «l’un des systèmes les plus égalitaires [car] avec tout son cynisme, [il] se fiche que tu sois noir, arabe ou juif, tant que tu livres de la performance».

Lire aussi : Seine-Saint-Denis: des femmes voilées chassées d'un restaurant, Laurence Rossignol furieuse (VIDEO)

Le Drian déclare la fin de l’opération française Sangaris en Centrafrique

Le Drian déclare la fin de l'opération française Sangaris en Centrafrique










Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a officiellement proclamé lundi à Bangui la fin de l'opération militaire française Sangaris lancée en Centrafrique en décembre 2013 au plus fort des massacres intercommunautaires.

La page de l'opération Sangaris est tournée en République centrafricaine, a déclaré M. Le Drian lors d'une cérémonie au camp militaire Mpoko, près de l'aéroport, en présence des autorités locales et du corps diplomatique, a constaté un correspondant de l'AFP.

M. Le Drian avait auparavant assuré les responsables centrafricains que la fin de Sangaris ne signifie pas la fin des relations militaires entre la France et la Centrafrique.

L'armée française sera certes moins visible mais elle sera présente, active et vigilante, a déclaré M. Le Drian dans un discours à l'Assemblée nationale devant des députés inquiets de la violence persistante dans leur pays.

Nous conserverons une capacité d'intervention (...) grâce aux unités de l'opération Barkhane (dont l'Etat-major se trouve au Tchad voisin, ndlr) ou aux autres forces positionnées en Afrique, a avancé le ministre français.

Environ 350 militaires français, équipés de drones d'observation, resteront présents en Centrafrique, dont une centaine au sein de la force de l'ONU (Minusca, environ 12.000 hommes), notamment au niveau de l'état-major. La France avait mobilisé plus de 2.000 soldats au plus fort des tensions.

Nous sommes fiers de l'opération Sangaris, avait déclaré M. Le Drian plus tôt lundi devant l'Assemblée nationale de Bangui. Le ministre a estimé que l'opération avait rempli ses trois missions: mettre fin au chaos, accompagner la montée en puissance des forces internationales et permettre la tenue d'élections démocratiques.

Sangaris se retire beaucoup trop tôt. Nos forces de sécurité ne sont pas en mesure de prendre le relais. Les forces onusiennes sont de plus en plus débordées dans leur rôle de pompier, a regretté de son côté lundi un député centrafricain, Anicet Georges Dologuélé, ancien candidat à l'élection présidentielle.

Dimanche au moment de l'arrivée de M. Le Drian, un règlement de compte entre groupes armés a fait plusieurs morts - une dizaine, de source locale - dans le quartier musulman de Bangui. En fin de semaine dernière, des violences dans le centre du pays avait fait 25 morts, dont six gendarmes.

La Centrafrique a basculé dans le chaos avec le renversement en mars 2013 du président François Bozizé par les rebelles séléka majoritairement musulmans, et la contre-offensive des milices anti-balaka principalement chrétiennes.


(©AFP / 31 octobre 2016 14h52)
http://www.romandie.com/news/Le-Drian-declare-la-fin-de-loperation-francaise-Sangaris-en-Centrafrique/749193.rom

Alter Info l'Information Alternative

La BBC attaquée par des parents furieux de la diffusion d’une série sur le genre

La BBC attaquée par des parents furieux de la diffusion d'une série sur le genre










Just a Girl, la fiction de la BBC qui raconte la tentative d'un garçon de 11 ans de changer de genre pour devenir une fille en ingérant des hormones a scandalisé de nombreux parents, qui jugent le programme inadapté pour les jeunes enfants.

La dernière création de la chaîne gouvernementale anglaise sur la question du genre a provoqué un tollé chez de nombreux parents. Ces derniers la qualifient d'irresponsable dans la mesure où elle vise les enfants âgés de 6 à 12 ans.

Just a Girl est une série de fiction, diffusée sur le site de CBBC, qui décrit le quotidien d'Amy, une petite fille transgenre jouée par une actrice. Au fil des épisodes, Amy raconte qu'elle était un garçon et qu'elle s'appelait Ben, mais que la prise de médicaments visant à bloquer la puberté lui a permis d'arrêter de développer ses attributs masculins.

Un scénario qui n'est pas du goût de tout le monde. En raison des réactions que la série a provoquées chez sa fille, une mère a décidé de se plaindre dans un courriel adressé au site Mumsnet. Elle y raconte que sa fille, qui aime jouer au football et porter des vêtements de garçons, a été très perturbée après avoir visionné les épisodes de la série, lui demandant si son attrait pour les vêtements masculins signifiait qu'elle était un garçon.

Au-delà des parents, le monde politique a également réagi. Le député conservateur Peter Bone s'est joint au concert de critiques, affirmant qu'il allait écrire au programmateur de l'émission, car il partageait la «colère des parents qui veulent que leurs enfants se comportent comme des enfants».

Maria Miller, ancienne secrétaire d'Etat à la Culture, s'est également inquiétée de la diffusion de cette série, dont les enjeux devraient, selon elle, être abordés seulement dans les familles où les parents sont réceptifs à ce genre de questionnements.

La question de la distribution d'hormones bloquant le développement des organes à la puberté a fait scandale au Royaume-Uni, après que le quotidien The Mail a affirmé que des cliniques publiques en avaient distribuées à des enfants de neuf ans.

https://francais.rt.com/international/28275-bbc-attaquee-par-parents-furieux

Alter Info l'Information Alternative

BFM Business révèle les salaires faramineux de certains employés de France Télévisions

D'après l'enquête de BFM Business, 191 salariés du groupe France Télévisions toucheraient plus de 120 000 euros bruts par an et 547 salariés plus de 96 000 euros bruts par an. De même, le nombre de salariés (CDI à temps plein) ayant une rémunération brute annuelle supérieure à 70 000 euros a augmenté de près de 57% entre 2009 et 2013 et s’élevait à 1 415 en 2015, contre 899 en 2011.

Selon BFM Business, la PDG de France Télévisions, Delphine Ernotte toucherait un salaire fixe de 322 000 euros brut par an, avec un bonus variable pouvant aller jusqu'à 78 000 euros, soit un total de 400 000 euros bruts par an. 

Ces révélations sont un nouveau coup dur pour le groupe France Télévisions après la publication le 24 octobre d'un rapport à charge de la Cour des comptes. Ce document critique sévèrement la politique de gestion de France Télévisions. 

Malgré deux plans de départs volontaires, les charges en personnel du groupe audiovisuel ont augmenté de 13% entre 2009 et 2015. Le groupe emploie désormais 5 500 personnes en équivalents temps plein, un nombre qui a augmenté de 6% entre 2009 et 2015. 

L'institution chargée du contrôle des comptes publics estime que France Télévisions n'a «pas été en mesure de réduire significativement ses effectifs». Elle dénonce «une réorganisation inaboutie» et appelle à «une réduction des charges».

Lire aussi : La Cour des comptes épingle la Corse, île de Beauté, mais aussi petit paradis fiscal

FUIQP: Débats de rue dans les quartiers contre l’islamophobie et la haggra

FUIQP: Débats de rue dans les quartiers contre l’islamophobie et la haggra
L’ISLAMOPHOBIE  _KHLASS, ÇA SUFFIT
Hier c’était les délires sur le foulard islamique, la viande hallal à l’école, les « signes de radicalisation », le « burkini », sur les musulmans qui devraient se faire « discrets », etc.
Aujourd’hui ce sont les délires sur « nos ancêtres les gaulois » et sur l’interdiction du voile dans l’espace public.
La campagne présidentielle qui arrive s’annonce comme un moment de surenchère raciste et islamophobe faisant des citoyens de confession musulmane réelle ou supposée des boucs émissaires sur lesquels détourner les colères sociales.
Certains sont tentés de faire le dos rond en espérant que la tempête passe. La peur et la stupeur touchent une partie des habitants des quar- tiers populaires. La colère et la rage travaillent une autre partie. Le sentiment d’impuissance s’empare d’une autre partie encore. Toutes ces réactions sont incapables d’arrêter ces délires médiatiques et politiques qui autorisent les passages à l’acte islamophobe. La seule réaction efficace est de nous faire entendre.
La caravane des quartiers contre l’islamophobie _et la haggra passe chez vous
–    Venez la soutenir,
–    Témoigner des propos et actes islamophobes dont vous avez été_   victime ou témoin,
–    Témoigner des actes de haggra subis, des violences policières,_   des discriminations, etc.
–    Signer notre pétition contre l’islamophobie et la haggra,
–    Vous informer sur vos droits et sur les luttes qui se déclenchent _   partout en France contre les  stigmatisations islamophobes, les _   violences policières, les contrôles au faciès, les discriminations _   racistes.
La caravane des quartiers populaires chez vous
Lundi 31 octobre de 18h à 20h _Quartier Moulins – Lille _Place Vanhoenacker
_Dimanche 6 novembre de 10h à 13h_ Quartier  Wazemmes – Lille    _Métro Gambetta
__Lundi 7 novembre de 18h à 20h_ Quartier des Bois Blancs – Lille _Angle rue Mermoz  et rue Nungesser__
Lundi 14 novembre de 18h à 20h_ Quartier  Fives – Lille _Place Degeyter_
Dimanche 20 novembre de 10h à 13h _Quartier Epeule – Roubaix _Parking Vandermeeren _
Samedi 26 novembre de 14h à 16h _Quartier du Pile – Roubaix _Place du Pile (marché)_
Dimanche 4 décembre de 15h à 17h_ Quartier Faubourg de Béthune – Lille
Bd de Metz – square Albert Samain _
Lundi 5 décembre de 18h à 20h_Quartier Vauban – Lille_Place Catinat_
 
Le Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires (FUIQP)
qui sommes-nous : http://fuiqp.org/lhistoire-du-fuiqp/
https://www.facebook.com/pages/FUIQP-5962/206225166232156
fuiqp6259@gmail.com
 

FUIQP: Débats de rue dans les quartiers contre l’islamophobie et la haggra

Alter Info l'Information Alternative

Arrivée du pape en Suède pour commémorer les 500 ans de la Réforme

Arrivée du pape en Suède pour commémorer les 500 ans de la Réforme











Le pape François a été accueilli lundi par le Premier ministre suédois Stefan Löfven à son arrivée à Malmö, dans le sud de la Suède, où il doit commémorer avec les protestants le 500ème anniversaire de la Réforme de Martin Luther.

L'avion du souverain pontife a atterri à 10h38 (09h38 GMT), a constaté un journaliste de l'AFP à l'aéroport, où l'attendait le chef du gouvernement suédois. Il va participer au coup d'envoi d'une année complète d’évènements autour de Luther, ce moine catholique allemand qui avait placardé le 31 octobre 1517 sur la porte d'une chapelle de Witteberg (sud de Berlin) ses "95 thèses" fustigeant le commerce des "indulgences" - qui permettaient aux croyants d'acheter le pardon de leurs péchés et un accès facilité au paradis. Luther fut excommunié et cette rupture entraîna des guerres religieuses sanglantes dans les décennies suivantes.

La présence du pape à ces commémorations suscite l'enthousiasme de tous ceux qui prônent l'unité des chrétiens dans un monde de plus en plus sécularisé. "C'est un voyage important" du point de vue oecuménique, a souligné le souverain pontife auprès des journalistes présents dans l'avion.

http://www.lorientlejour.com/article/1015693/arrivee-du-pape-en-suede-pour-commemorer-les-500-ans-de-la-reforme.html

Alter Info l'Information Alternative

Au cœur du mensonge historique (suite)… Où sont passées les pyramides dans les contes bibliques ?… (Dr Ashraf Ezzat)

Au cœur du mensonge historique (suite)… Où sont passées les pyramides dans les contes bibliques ?… (Dr Ashraf Ezzat)
Lire notre dossier sur la mythologie biblique
 
Pourquoi ne trouve t’on aucune mention des pyramides d’Egypte dans la bible ?
Et si toute l’histoire de l’exode d’Egypte n’était qu’une fadaise et si nous pouvions le prouver ?
Egypt knew no Pharaohs cover art-15-1- resized
Click the image to download the book

 
Dr. Ashraf Ezzat
 
24 juillet 2016
 
url de l’article original:
https://ashraf62.wordpress.com/2016/07/24/why-are-the-pyramids-not-mentioned-in-the-bible/
 
~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~
 
Je ne me rappelles pas une époque où je n’ai pas été mal à l’aise au sujet de l’histoire de l’exode des israélites d’Egypte. En fait, mal à l’aise est une sous-estimation, car j’ai toujours été vraiment irrité par cette fameuse histoire de Moïse et le pharaon d’Egypte. Quelque part, ce conte israélite ne semblait pas coller avec l’histoire ancienne de l’Egypte, ni avec ma façon de voir la chose. A l’encontre de bien des gens, je n’ai jamais pu accepter cette incroyable conte comme vérité.
A chaque fois qu’on prononce le mot “exode”, tout le monde, inconsciemment et instantannément reconnaît l’histoire des Israélites fuyant la poigne du Pharaon sanguinaire, emmenés par Moïse hors d’Egypte. Grâce à l’église, la synagogue, la mosquée et bien sûr les films d’Hollywood, l’histoire de l’exode (biblique) s’est profondément ancré dans l’inconscient collectif des masses, si profondément que l’histoire de Moïse et du Pharaon est devenue presque une vérité innamovible que tout le monde croit s’être déroulée dans l’ancienne Egypte.
Mais en fait, rien dans cette histoire et son contexte n’indique que ceci s’est produit en Egypte, mis à part peut-être la fausse association entre le mot “pharaon” et “roi” d’Egypte.
De la même manière, il n’y a rien dans les archives de l’ancienne Egypte ou dans ses traditions orales qui ne fasse ne serait-ce qu’allusion à ce conte de Moïse se produisant en Egypte. Plus choquant même est le fait que les archives de l’Egypte antique ne réfèrent JAMAIS aux rois d’Egypte comme étant des “pharaons”. Et oui, pharaon n’a jamais été le titre porté par un roi d’Egypte. Associer le mot pharaon à l’Egypte antique n’est qu’un mythe propagé par des siècles de mensonge amené par une interprétation erronée de l’histoire biblique.
La seule et unique raison pour laquelle nous savons que l’histoire de l’exode des Israélites s’est produite en Egypte est parce que la bible le dit. Nous continuons à croire que ceci est le cas parce que les égyptologues acceptèrent le narratif biblique et désignèrent inconsidérément les rois d’Egypte comme “pharaons”. Mais si nous examinons ce que le texte hébraïque de la bible ancienne (que nous avons en ce moment même entre nos mains…) a utilisé en référence, nous ne trouvons alors bizarrement pas l’Egypte mentionnée dans ce texte comme le site, la terre de l’histoire de l’exode. Toute cette sombre affaire, cette tromperie s’est produite durant la traduction des histoires bibliques écrites en hébreu et en araméen vers le grec au IIIème siècle AEC. C’est à ce moment que l’Egypte fut placée de force dans la bible hébraïque comme le théâtre des histoires israélites. Ironiquement, cet acte de duplicité fut perpétré sur le sol égyptien, plus spécifiquement dans sa légendaire grande bibliothèque d’Alexandrie.
Et si la bible telle que nous la connaissons avait été falsifiée ?
  • Et si la toute première traduction occidentale des soi-disantes histoires des israélites, ce que nous connaissons comme étant la bible des septantes ou bible septante, était en fait une traduction déformée ?
  • Et si toutes les histoires des Israélites que nous croyons tous s’être passées en Egypte, simplement ne se déroulèrent pas là ?
  • Et si l’Egypte fut frauduleusement introduite dans la bible comme le théâtre de l’action des histoires des Israélites ?
  • Et si la patrie du judaïsme et des anciens Israélites n’était pas la Palestine ?
  • Et si l’Egypte antique n’avait jamais connu aucun soi-disant pharaon ?
  • Et si Abraham, Joseph et Moïse n’avaient en fait jamais mis un pied en Egypte, ni même rêver de le faire ?
Et si toute l’histoire de l’Exode d’Egypte était fausse et que nous pouvions le prouver ?
Ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi les pyramides égyptiennes et les grands temples ne sont pas mentionnés dans la bible ? Savez-vous que l’Egypte est mentionnée dans la bible environ 600 fois ? Ce chiffre est phénoménal et laisse perplexe en même temps, car personne ne peut revisiter l’Egypte tant de fois et ne jamais se référer une seule fois à ses icônes passées: Les Pyramides.
D’un autre côté avez-vous une idée du nombre de fois où Israël et les Israélites furent mentionnés dans les archives (NdT: très complètes et méticuleuses) égyptiennes antiques?
Préparez-vous à une surprise: seulement une fois ! Ne sautez pas à une conclusion hâtive, ceci n’est pas notre preuve que l’Egypte ne fut pas la terre de l’Exode, ceci n’est qu’un prélude à notre recherche (comme détaillée dans notre livre “Egypt knew no Pharaos nor Israelites”).
On nous a gavé de l’idée que les Israélites furent maintenus captifs, en esclavage pendant près de 400 ans (certains disent 260 ans) en Egypte et pourtant toutes leurs histoires n’ont aucune trace de l’influence égyptienne. De plus et à notre grand étonnement, l’esclavage ne fut pas une pratique commune et courante dans l’Egypte antique dans un premier temps. A l’encontre de la culture répandue de l’esclavage dans les histoires israélites, l’Egypte antique n’a jamais eu de marché public pour commercer les esclaves.
Tout au sujet de la culture antique égyptienne, son art, son architecture, ses monuments, son peuple, sa théologie, sa mythologie et son panthéon des dieux, est de manière unique fort et culturellement marquant et ce même encore de nos jours. Après un tel long séjour dans le pays de la vallée du Nil, on pourrait s’attendre à trouver quelques traces d’influence culturelle égyptienne dans l’histoire et le narratif israélite, mais ce ne fut pas le cas. Bien que les Israélites ne passèrent qu’environ 70 ans durant la “captivité babylonienne”, et bien cette période fut documentée à la fois par les Israélites et les Babyloniens et des références à cette période se trouvent toujours dans les archives perses.
D’un autre côté, la bible hébraïque clâme que les Israélites séjournèrnet 400 ans en Egypte et nous ne trouvons aucune documentation en dehors de la bible, ni aucune mention du séjour des Israélites en Egypte, ni même de leur exode dans les archives égyptiennes ou même non-égyptiennes.
Il n’y a même pas eu une mention des pyramides, une des merveilles du monde ancient, dans les histoires israélites. Vous ne pouvez pas demeurer si longtemps en Egypte sans remarquer les pyramides. La très vaste majorité des historiens et des leaders militaires qui vinrent en Egypte depuis l’antiquité comme Alexandre le Grand, Strabo, Diodorus Siculus et bien sûr Hérodote, tous mentionnèrent et documentèrent leurs souvenirs et commentaires au sujet de ce site si célèbre.
“Le huitième roi, Chemmis de Memphis, régna pendant 50 ans et construisit la plus grande des trois pyramides, qui sont parmi les sept merveilles du monde”, Diodorus Siculus (90-30 AEC), Librairie de l’histoire
Mais quand on en vient aux Israélites, leur bible hébraïque est complètement silencieuse non seulement au sujet des pyramides mais aussi de toute caractéristique de l’ancienne culture ou architecture égyptienne ancienne.
70 ans de captivité à Babylone ont laissé leur marque sur la culture hébreue, le talmud et la bible hébraïque. Des thèmes de la mythologie summérienne et babylonienne comme ceux du déluge, d’Adam et Eve et de l’arbre de la connaissance peuvent être reconnus dans la bible hébraïque. Bien des parallèles pourraient être tracés entre la légende de la naissance du roi Sargon d’Akkad et celle de Moïse.
Le séjour de 400 ans en Egypte aurait dû laisser une empreinte sur les Israélites et leur culture, mais on ne la trouve nulle part pour la simple et bonne raison qu’ils n’ont jamais mis les pieds en Egypte. Et non, l’argument disant que les Israélites résistèrent à être affectés par des croyances païennes et une telle culture ne peut pas être considéré comme valide, car toutes sortes d’influences summériennes, assyriennes et babyloniennes (toutes païennes) et références culturelles en cela connectées furent bourrées dans leur torah.
La comparaison pas si fréquente entre le monothéisme du roi Akhenaten et celui des Israélites n’est pas non plus valide par essence car le culte juif est tribal, militariste et manque (en fait par interdit) de toutes manifestations artistiques véritables, tandis que celui d’Akhenaten était universel par nature (bâti sur la croyance ancienne égyptienne d’un dieu suprême), qui fut célébré et marqué par des travaux artistiques et architecturaux révolutionnaires. De plus, le dieu Aten d’Akhenaten était une déité inclusive qui embrassait tous ses enfants et non pas une seule tribu bien spécifique dans le désert.
Peu importe la profondeur à laquelle vous creusez dans les histoires israélites, vous ne trouverez aucune influence égyptienne, pas un gramme d’impact culturel, à part peut-être la seule mention du mot “pharaon”. Devinez la nouvelle: l’Egypte n’a pas non plus connu de “pharaons”. Ré-examinez vos propres croyances pour réaliser comment elles en sont venues à vous définir. De fait, vous êtes limité, si pas pré-conditionné, par nos vieilles croyances et histoires. Comme elles ont jadis marqué notre histoire ces mêmes vielles histoires continuent de façonner notre présent. Seule une observation critique de quelques unes de nos vieilles croyances décidera si elles garderont leur autorité (injustifiée) sur nous dans le futur.
Si vous recherchez la vérité et désirez mettre à jour la vérité qui a été bloquée pendant plus de deux mille ans, alors vous pourriez être intéressé de lire le livre du Dr Ashraf Ezzat: “Egypt Knew no Pharaohs nor Israelites” (sur plateforme Kindle en anglais)
On nous a donné des mensonges à têter depuis bien trop longtemps. Il est grand temps d’être sevré.

Alter Info l'Information Alternative

À New Delhi, le niveau de pollution de l’air a dépassé la norme de 42 fois

La capitale indienne, qui est déjà l'une des villes les plus polluées du monde, a de nouveau atteint des niveaux de pollution record juste après la fête des lumières.


New Delhi
​Le niveau de pollution atmosphérique dans la capitale de l'Inde New Delhi, après la fête des lumières Divali, a dépassé la norme de 42 fois, relate le journal indien Hindustan Times.

Divali est une des fêtes majeures de l'Inde à l'occasion de laquelle les gens s'offrent des cadeaux et lancent feux d'artifice et pétards.
D'après la commission de prévention et de contrôle de la pollution de l'air de New Delhi, l'indice PM10 (particules en suspension d'un diamètre de moins de 10 micromètres) dans le quartier Rama Krishna Puram, au sud-ouest de Delhi, a atteint dimanche 4 273 µg/m3 à 22h55 (18h55 heure parisienne), alors que la norme est de 100 µg/m3. L'indice PM2,5 (particules en suspension d'un diamètre de moins de 2,5 micromètres) dans le même quartier s'élevait à 748 µg/m3 alors que la norme est de 60 µg/m3.

De manière générale, l'indice de qualité de l'air (Air Quality Index, AQI) a atteint l'indice de 500 dans presque toute la ville, ce qui peut être interprété comme un niveau dangereux.
Selon l'OMS (Organisation mondiale de la Santé), dans les villes où l'air est le plus pollué, on enregistre plus de cas de cancers du poumon et de crises cardiaques. Chaque année, plus de sept millions de personnes meurent du seul fait de vivre dans des villes très polluées.
Parmi les sources principales de pollution de l'air, on retrouve les gaz d'échappement, produits notamment par les voitures diesel, les systèmes de chauffage et de climatisation des grands bâtiments, les ordures qui n'ont pas été collectés à temps et la poussière de charbon provenant des centrales électrothermiques.


https://fr.sputniknews.com/societe/201610311028456446-inde-pollution-air/

Alter Info l'Information Alternative

La BBC attaquée par des parents furieux de la diffusion d’une série sur le genre (PHOTOS)

La dernière création de la chaîne gouvernementale anglaise sur la question du genre a provoqué un tollé chez de nombreux parents. Ces derniers la qualifient d'irresponsable dans la mesure où elle vise les enfants âgés de 6 à 12 ans.

Just a Girl est une série de fiction, diffusée sur le site de CBBC, qui décrit le quotidien d'Amy, une petite fille transgenre jouée par une actrice. Au fil des épisodes, Amy raconte qu'elle était un garçon et qu'elle s'appelait Ben, mais que la prise de médicaments visant à bloquer la puberté lui a permis d'arrêter de développer ses attributs masculins.

Un scénario qui n'est pas du goût de tout le monde. En raison des réactions que la série a provoquées chez sa fille, une mère a décidé de se plaindre dans un courriel adressé au site Mumsnet. Elle y raconte que sa fille, qui aime jouer au football et porter des vêtements de garçons, a été très perturbée après avoir visionné les épisodes de la série, lui demandant si son attrait pour les vêtements masculins signifiait qu'elle était un garçon. 

Au-delà des parents, le monde politique a également réagi. Le député conservateur Peter Bone s'est joint au concert de critiques, affirmant qu'il allait écrire au programmateur de l'émission, car il partageait la «colère des parents qui veulent que leurs enfants se comportent comme des enfants». 

Maria Miller, ancienne secrétaire d'Etat à la Culture, s'est également inquiétée de la diffusion de cette série, dont les enjeux devraient, selon elle, être abordés seulement dans les familles où les parents sont réceptifs à ce genre de questionnements. 

La question de la distribution d'hormones bloquant le développement des organes à la puberté a fait scandale au Royaume-Uni, après que le quotidien The Mail a affirmé que des cliniques publiques en avaient distribuées à des enfants de neuf ans.



Si vous préférez continuer de croire aux fantômes, ne lisez pas ceci

Si vous préférez continuer de croire aux fantômes, ne lisez pas ceci

Avouez-le: quelque courageux que vous prétendiez être, il vous est déjà arrivé d’avoir peur des forces surnaturelles. Des scientifiques ont enfin trouvé la cause de ces craintes.

Un fantôme est une manifestation surnaturelle d'une personne décédée dans la vie réelle. À en croire les témoins, l'apparition de l'âme du défunt est habituellement accompagnée de bruits, de mouvements d'objets ou de visions. Or, voilà que la science propose trois explications à ces phénomènes mystérieux.
Ainsi, l'illusion peut être basée sur des facteurs psychologiques. Par exemple, deux groupes de personnes visitaient un ancien château. On a dit au premier groupe que le château était hanté, tandis que le deuxième croyait que le bâtiment était tout simplement en construction.
 
 
  D'après le questionnaire que les membres de l'expérience ont rempli après la visite du château, les volontaires du premier groupe, avertis de la présence de fantômes, ont éprouvé plus de peur que le deuxième groupe.  
Les psychologues ont par ailleurs constaté que les histoires de fantômes augmenteraient la sensibilité aux phénomènes paranormaux. L'intensité de la perception dépendrait toutefois des convictions personnelles de la personne, selon The Independent.
Outre cela, la « présence » des esprits de l'au-delà peut être expliquée par les champs électromagnétiques et les infrasons. Le neuroscientifique canadien Michael Persinger a prouvé que différents champs électromagnétiques peuvent influencer le lobe temporal du cerveau, ce qui provoque notamment des sentiments obsessionnels, comme par exemple la sensation de la présence d'une tierce personne où l'illusion du toucher.
 
 
  Les infrasons, les ondes sonores se situant en-dessous de la limite moyenne de l'audition humaine, sont également en mesure d'expliquer l'apparition mystérieuse des fantômes. Les infrasons sont souvent associés aux sensations étranges de quelque chose d'irréel.  
Les scientifiques ont essayé de mélanger des infrasons à de la musique. Comme résultat, les personnes ayant écouté ces morceaux ont déclaré avoir ressenti des frissons, de l'anxiété et même de la tristesse.
Enfin, certaines substances toxiques telles que le monoxyde de carbone, le formaldéhyde et les pesticides peuvent aussi entraîner « l'apparition de fantômes ».
Les hallucinations fongiques provoquées par des moisissures toxiques peuvent également jouer un rôle, ce qui explique que des personnes se trouvant dans des constructions vétustes peuvent apercevoir des OVNIS et des fantômes.
   

Alter Info l'Information Alternative

La Lituanie distribue des manuels pour former ses habitants à la guerilla… en cas d’invasion russe

La Lituanie vient d'imprimer un guide d'environ 75 pages à l'usage de ses habitants, dans l'hypothèse d'une invasion de la Russie. Le manuel (consultable ici en lituanien dans le texte) se fixe pour mission de transformer un citoyen ordinaire en un véritable guérillero prêt à opposer une résistance efficace aux menaces venues de l'Est.

«L'objectif est de développer une réelle volonté de résistance des citoyens», peut-on lire dans ce manuel de survie, «afin de rendre la tâche du pays agresseur d'autant plus ardue». Pour ce faire, environ 30 000 exemplaires ont été imprimés, détaillant les modalités d'une invasion russe.

Partant du principe que les forces armées lituaniennes sont anéanties, le guide se conçoit comme un compagnon de survie destiné à aider la population à se rebeller et à résister. Il faut dire qu'un récent rapport de la Rand Corporation, établissait qu'il faudrait à la Russie moins de trois jours pour prendre le contrôle total des trois Etats baltes...

Tous les scénarios sont énumérés avec précision : depuis la simple prise de contrôle des médias jusqu'au soulèvement de masse, en passant par la bonne vieille invasion militaire d'envergure. Les moindres détails techniques sont passés au crible.

Le ministère de la Défense enseigne par exemple à ses habitants la manière dont il convient de se vêtir par grand froid afin de mener au mieux des opérations des résistance face à l'armée russe.

Le manuel dispense également des petits trucs et astuces pour distinguer rapidement  un tank T-90 d'un BMD-4 amphibie.

Des dizaines d'armes, de mines et d'obus utilisés par l'armée russe sont également répertoriés. Sans oublier les ustensiles incontournables en cas d'errance prolongée dans les forêts baltes : les barres vitaminées, les lingettes humides et les indispensables préservatifs !

Derrière l'apparence quelque peu outrancière des instructions dispensées par le guide en question se dissimule une véritable opération de communication. Il s'agit en fait de la troisième du genre depuis 2014 en Lituanie. Depuis le début du conflit en Ukraine, la Lituanie exprime régulièrement ses craintes quant à une éventuelle intervention russe sur son territoire.

Comme la Lettonie et l'Estonie, la Lituanie fait partie depuis mars 2004 de l'OTAN, qui a d'ailleurs déployé le 27 octobre dernier, à la frontière russe, le plus gros dispositif militaire depuis la fin de la guerre froide.

L’attentat à bord de l’A321 avait pour cible les relations entre Moscou et Le Caire

Exactement 365 jours se sont écoulés depuis la matinée tragique où un engin explosif a détonné à bord de l’Airbus russe A321 survolant le Sinaï. L’attaque terroriste a alors emporté la vie de 224 personnes.

Cette attaque inhumaine avait avant tout pour but de porter atteinte aux relations entre Moscou et Le Caire. Le second objectif des terroristes était de torpiller le secteur touristique du pays, principal atout financier du pays, estime Sami Al-Mouchad, député du parlement égyptien. Selon lui, les terroristes ont alors déclenché une guerre contre l'Égypte elle-même.

« Les terroristes ont atteint l'un de ces deux objectifs — le secteur touristique a été ébranlé. Mais ils n'ont pas réussi à ébranler les relations entre les deux pays. Les événements qui ont suivi la catastrophe ont prouvé que des relations solides ont existé et continueront à exister entre Moscou et Le Caire, car la coopération mutuelle n'a pas cessé même au plus haut niveau », a expliqué le député dans son commentaire à l'agence Sputnik.
 

Évoquant la reprise des vols directs entre la Russie et l'Égypte, Sami Al-Mouchad a assuré que la partie russe comprenait que l'incident en question était méticuleusement préparé et n'était en aucun cas une simple attaque terroriste.  
Un autre député égyptien, Mahmoud Badr, a pour sa part souligné que la précaution avec laquelle la Russie examinait la reprise des vols réguliers était tout à fait justifiée et compréhensible.
Or, aujourd'hui l'armée et la police contrôlent la sécurité du pays.

« Personne n'entend plus parler des attentats çà et là comme il y a deux ans. Nous avons éliminé pratiquement toutes les cellules terroristes, quant à leur financement, il a été bloqué », a expliqué l'homme politique.
 

D'un autre côté, note Ahmed Al-Aoudi, membre du Comité de défense et de sécurité nationale du parlement égyptien, ce sont les tragédies avec les avions A321 russe et A320 égyptien (en provenance de France) qui ont poussé l'Égypte à renforcer les mesures de sécurité. Un Airbus A321 de la compagnie aérienne russe Metrojet (Kogalymavia) effectuant le vol 7K9268 Charm-el-Cheikh-Saint-Pétersbourg s'est écrasé le 31 octobre dans le Sinaï, en Egypte. Les 217 passagers ainsi que les sept membres de l'équipage de l'avion ont péri dans le crash. C'est le plus lourd bilan de l'histoire de l'aviation russe et soviétique.  
Le 17 novembre 2015, le Service fédéral de sécurité russe (FSB) a reconnu que le crash avait résulté d'un attentat terroriste. Par précaution, les autorités russes ont suspendu, le 6 novembre, les vols à destination et en provenance d'Egypte.



https://fr.sputniknews.com/international/201610301028450457-moscou-caire-relations-avion-crash/

Alter Info l'Information Alternative

Lavrov: avant d’accuser les Russes pour la Syrie, que les USA se remémorent la Yougoslavie

Rappelant l’agression de la Yougoslavie par l’Otan en 1999, qui a fait des milliers de victimes, Sergueï Lavrov a qualifié d’«hystérie» la réaction de l’Occident aux actions de la Russie en Syrie.

Les bombardements de la Yougoslavie par les forces de l'Otan en 1999 sont devenus le premier acte d'agression contre un État souverain sur le territoire européen depuis la Seconde Guerre mondiale, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov dans une interview à la chaîne de télévision russe Rossiya-1.

« L'agression contre la Yougoslavie était précisément une agression. Par ailleurs, ce fut la première attaque armée en Europe contre un État souverain depuis 1945. Si nous en parlons maintenant, dans le contexte de ce qui se passe autour de la Syrie, nos partenaires occidentaux, surtout les Américains et les Britanniques, ont déjà arrivés, dans leur hystérie, au point où ils ont recours à des insultes publiques, usant de mots tels que « barbare », « crime de guerre ». Permettez-moi de vous le rappeler, l'agression contre la République fédérale de Yougoslavie a été associée à de nombreuses attaques contre des cibles civiles, y compris, entre autres, la télévision de Serbie, les ponts par où passaient les trains civils avec des passagers, et beaucoup d'autres biens publics », a martelé le chef de la diplomatie russe.
Mais, personne ne se souvient des milliers de morts, parmi lesquels des centaines d'enfants, et des 250 000 de réfugiés causés par cette agression, selon M. Lavrov.
Le ministre russe des Affaires étrangères a également ajouté que son prédécesseur Yevgeny Primakov, qui a occupé ensuite le poste de premier ministre, a eu raison de réagir de façon brusque et même insolente au début de l'opération de l'Otan en Yougoslavie.
 

« Si la Russie, représentée par Yevgeny Primakov, n'avait pas réagi de la façon dont il l'a réagi à cette violation flagrante du droit international, nous ne nous le serions probablement pas pardonné pendant très longtemps, et notre histoire aurait été enrichie d'une page très désagréable. Il a fait en sorte que la Russie fasse preuve de caractère et prenne la seule position correcte à ce moment », a conclu M. Lavrov.  
En 1999, lorsque les forces de l'Otan ont bombardé la Yougoslavie (alors composée de la Serbie et du Monténégro), le premier ministre russe Evgueni Primakov a annulé sa visite aux États-Unis. Il était à bord d'un avion lorsqu'il a appris la nouvelle et a ordonné de faire faire demi-tour à l'avion, qui se trouvait alors en plein milieu de l'Atlantique, afin de regagner Moscou.
  Du 24 mars au 9 juin 1999, la Serbie et le Monténégro faisant alors partie de la République fédérale de Yougoslavie (RFY), ont été bombardés par l'Otan. La raison officielle plaidée pour justifier l'Opération Allied Force (Opération force alliée, en français) était le nettoyage ethnique au Kosovo.  
Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »


https://fr.sputniknews.com/russie/201610311028453000-lavrov-usa-russie-yougoslavie-agression/

Alter Info l'Information Alternative

Le directeur du FBI rouvre l’affaire Hillary

Le directeur du FBI rouvre l'affaire Hillary

Il m’a été dit depuis Washington, que le FBI a rouvert le dossier de Hillary, sur ses violations du protocole de sécurité nationale US, non pas à cause du contenu des derniers courriels diffusés, mais parce que le soutien des électeurs en faveur de Trump semble être écrasant, alors que Hillary annule ses apparitions publiques du fait de son incapacité à attirer la foule. À cause de la complicité du FBI avec Hillary, le vote populaire laisse ce dernier en position fort délicate. L'agence doit maintenant se racheter.
 

    Quant à moi, je ne sais précisément que penser. Après avoir été au sommet de la hiérarchie de Washington pendant un quart de siècle, j'ai vu passer beaucoup d’opinions erronées. Il fut un temps où j’avais le pouvoir d'assigner à comparaître la CIA et d’être en position d'informer le Président Reagan qu’il était induit en erreur par elle. Il prenait note et poursuivait sa politique visant à mettre fin à la guerre froide avec les Soviétiques. Sur d'autres questions, je me trompais, car je m’imaginais que le gouvernement était plus intègre qu’il ne l’était en réalité.
 

    Quoi qu’il en soit, ce n’est pas simplement parce que certains nouveaux courriels incriminants sont apparus, que Comey, le directeur du FBI, rouvre le dossier de Hillary. Les autres éléments à charge étant étouffés, ces courriels auraient pu passer inaperçus.
 

    Le problème du FBI, jadis institution de confiance, mais qui ne l'est plus, c’est que plus rien n’interdit de douter de la victoire de Donald Trump. Ses apparitions en public attirent une si vaste audience, que des milliers de gens sont refoulés à cause de la réglementation sur les incendies et la capacité d’occupation des lieux. En revanche, n’attirant pas plus de 30 ou 40 personnes, Hillary a restreint ses apparitions publiques.
 

    Les Étasuniens en ont plus que raz le bol des Clinton et de la presse corrompus. Les Clinton sont si bien soudoyés et payés par l'Oligarchie, qu'ils ont pu dépenser plus que Hollywood lors du mariage de leur fille. Ils ont dépensé trois millions de dollars pour la fête.
 

    Malgré tout, je ne sous-estime pas le pouvoir de l'Oligarchie. À mon poste de Secrétaire adjoint du Trésor US, j'ai fait l’expérience de son pouvoir. Si je n'avais pas été soutenu par le Président des USA, j'aurais été détruit.
 

    À vrai dire, l'Oligarchie tente toujours de me détruire.
 

    Comme le prétendent ses ennemis, il est possible que Trump soit précisément une autre supercherie, façon Obama pour tromper l'électorat. Mais Trump attaque si vigoureusement l’Oligarchie qu'il est difficile de croire qu’il joue la comédie. Trump mérite une balle, comme John F. Kennedy, comme Robert Kennedy, comme Martin Luther King, comme George Wallace.
 

    En Amerika, la tradition veut qu’on liquide les dissidents.
 

    Trump est contre les machines à voter, sur lesquelles il n'y a aucun contrôle. Sans sondages de sortie INDÉPENDANTS, l'élection peut être aisément volée à Trump, comme l’indique le scandale des votes matinaux au Texas, avec les machines électroniques attribuant à Hillary les votes pour Trump. Les « défaillances subites » ne doivent attribuer aucun vote pour Trump à Hillary.
 

    À moins que le vote populaire en faveur de Trump soit tellement écrasant, ce à quoi je m’attends, c’est que le vote sera volé lors du décompte des voix. En l'absence de toute information fondée de la pressetitutée, je ne sais pas quel sera l’impact sur l'électorat de la mise en scène de l'élection de Hillary. Il est possible que les Étasuniens sortent de la Matrice et descendent dans la rue.
 

    J’imagine qu’une Hillary dans le bureau ovale persuaderait les Russes et les Chinois que la survie de leur pays requiert une frappe nucléaire préventive sur le régime dingue, atteint de démence, des USA, l'État archi-narcissique qui, selon Obama et Hillary, est « l’indispensable pays exceptionnel », investi par l'Histoire pour imposer sa volonté au monde. Cet ordre du jour insensé sera indigeste pour la Russie et la Chine.
 

    Voici Donald Trump parlant aux Étasuniens avec les paroles qu’ils ont tant attendues.
 

    Notez que Trump n'a nul besoin de prompteurs.
 

    Je suis en désaccord avec Trump sur pas mal de sujets, mais le peuple doit l’adopter. Pour moi et pour le monde, Trump est capital dans l’optique de la paix avec la Russie. Tout autre problème est mineur devant la guerre nucléaire.
 

    Si Hillary est installée par l'Oligarchie – c’est le mot employé par l'ancien président démocrate Jimmy Carter, qui a dit que les USA ne sont plus une démocratie fonctionnelle, mais sont gouvernés par une Oligarchie –, la guerre avec la Russie et la Chine nous tombera dessus.
 

    Quinze ans plus tard, malgré les efforts des USA, la « superpuissance », Talibans et ISIS courent toujours en liberté au Moyen-Orient. Incapables de vaincre en 15 ans quelques Talibans piètrement armés, quelles sont les chances des USA amoindris, de sortir vainqueurs d’une guerre contre la Russie et la Chine ?
 

    Absolument aucune.
 

    Les USA sont une génération entière née dans des guerres dont les objectifs sont inexplicables. Pourquoi ces guerres ? Pourquoi ce massacre incessant de femmes et d’enfants, et ces colonnes sans fin de réfugiés submergeant toute l'Europe, cherchant désespérément à fuir les guerres menées par Washington pour l'hégémonie mondiale. Pourquoi les parfaits crétins de Washington n’entendent pas le Président Poutine dire « la Russie ne peut plus tolérer la situation que Washington a créée dans le monde. »
 

    Avec l'arrogance injustifiée de Washington, un État échoué dans le Tiers Monde, ce pays est à même de détruire la vie sur terre. Il n’existe aucun plus grand danger pour la vie que Washington. Il nous reste l’espoir que Trump pourra nettoyer les écuries d'Augias.
 


Ancien Secrétaire Adjoint au Trésor pour la politique économique, Paul Craig Roberts a été rédacteur en chef adjoint du Wall Street Journal, chroniqueur pour Business Week, Scripps Howard News Service et Creators Syndicate, et il a été affecté à de nombreux postes universitaires.

 

Paul Craig Roberts , 29 octobre 2016

Original :
www.paulcraigroberts.org/2016/10/29/the-director-of-the-fbi-reopens-the-hillary-case-paul-craig-roberts/
Traduction Petrus Lombard


Alter Info l'Information Alternative

Poutine au club Valdaï : L’héritage d’Obama peut être rectifié

Poutine au club Valdaï : L’héritage d'Obama peut être rectifié
Lors de la réunion au club de discussion international Valdaï, le Président russe Vladimir Poutine a dit espérer voir s’améliorer les relations russo-étasuniennes après l’entrée en fonction du nouveau président à Washington.
 

    Selon le président, la Russie et les USA devraient « sortir de ce cercle vicieux » et passer à un nouveau niveau de relations. Il a demandé aux USA de s'abstenir de provoquer la Russie en adoptant une attitude hostile pour défendre leurs intérêts nationaux. M. Poutine serait heureux de conclure avec les USA des accords sur divers sujets d'intérêt commun. Le qualifiant d’« inapproprié », le Président russe a rejeté le comportement de politiciens étasuniens, qui rendent la Russie responsable de tout ce qui va de travers dans le monde, y compris en Syrie.
 

    À vrai dire, avec la fin du deuxième mandat de Barack Obama, son incapacité à mener à bien des négociations avec la Russie, est l'un des fiascos de politique étrangère qui ruine son héritage. C’est la débâcle complète dans les efforts communs de Washington et de Moscou pour résoudre la crise syrienne. Du point de vue russe, les USA sont un partenaire sur lequel on ne peut compter.
 

    Le 27 octobre, le ministère des Affaires étrangères russe a publié le document intitulé « Analyse comparative de la mise en œuvre des accords russo-étasuniens » sur la Syrie.
 

    Ce témoignage sera mis en circulation sous la forme d'un document onusien. Il énumère toutes les violations par les USA des accords conclus avec la Russie sur la Syrie.
 

    Dès le début, l'administration était divisée sur les accords avec la Russie à propos de la cessation des hostilités. Il y avait une grande différence entre les positions du Département d'État US et celles du Département de la Défense, les militaires ne voulant pas travailler avec leurs partenaires russes. Les USA ruminaient d’abandonner tous les accords au profit d’options militaires.
 

    Washington a maintes fois accusé la Russie d’avoir bombardé les civils en Syrie. Plus de 60 civils ont été tués et au moins 200 blessés, au cours des trois premiers jours de l'offensive sur Mossoul, lancée par la coalition dirigée par les USA. Personne ne s'est excusé. Cela n'apparaît même pas dans la presse !
 

    Il existe bien d'autres domaines où les relations bilatérales sont en quasi-péril.
 

    Malgré le travail de la Secrétaire d'État assistante Victoria Nuland, l'Ukraine demeure une question de division sans réussir à progresser.
 

    La désagrégation du contrôle des armements se poursuit. Rien n'a été fait pour changer cette tendance pendant le mandat d'Obama.
 

    Le Traité New START de 2010 (Traité de Prague) expire en 2020, sans aucune perspective d'entrée en vigueur d’un nouvel accord. L'avenir du Traité sur les Forces Nucléaires à portée Intermédiaire de 1987 (Traité FNI) est incertain .
 

    Ce Traité est menacé par le déploiement de la défense antimissile balistique (BMD) avec, montés sur les navires de guerre, des lanceurs Mk-41 capables de tirer des missiles de croisière à longue portée. Cela constitue une violation du Traité. Les USA ont violé ouvertement l'accord bilatéral de Gestion et Disposition du Plutonium (PDMA).
 

    L'administration actuelle a lancé le programme de mise à niveau des ogives nucléaires B61-12, afin de les installer sur les avions tactiques des pays de l'OTAN en Europe.
 

    Cette mise à niveau constitue une violation du Traité de non-prolifération (TNP), qui interdit le transfert d'armes nucléaires d’un État doté d'armes nucléaires vers un autre État.
 

    Ce n'est qu’un aperçu de la situation, car les USA ont fait se détériorer au plan mondial le contrôle des armements. Le Président Obama n'a rien fait pour ratifier le Traité d'Interdiction Complète des Essais Nucléaires (TICEN) 20 ans après son adoption en 1996, par l'Assemblée générale des Nations Unies. Le Sommet nucléaire de Washington de 2016 s'est soldé sans rien de tangible. Le système de régulation de la non-prolifération est sapé, et rien n'est fait pour inverser la tendance. Sous l'administration, aucun effort n'a été fait pour ratifier la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982.
 

    L’influence politique des USA s’étiole dans le monde.
 

    En Europe, les USA font face à un revers majeur, car les Européens se révoltent contre le Partenariat Transatlantique de Commerce et d'Investissement (TTIP).
 

    L'Allemagne et la France ont déjà dit que les désaccords anéantissent toute perspective de marché.
 

    La politique de pivot pour l'Asie des USA n’a pu engendrer aucun résultat positif. Les perspectives de ratification du Partenariat Transpacifique (TPP) sont minimes.
 

    La non-ratification de cet accord fondamental sera un grand revers qui sapera la crédibilité des USA dans la région.
 

    La politique US au Moyen-Orient est en plein marasme .
 

    L'Irak est ravagé par le sectarisme, la propagation du mouvement extrémiste islamique (EI), la crise des réfugiés et les difficultés économiques.
 

    L'ingérence en Libye a entraîné la dévastation, la souffrance et le chaos, et la demande d'aide de la Russie.
 

    L'administration a été prise de court par l'émergence de la rébellion des Houthis au Yémen. Suscitant de nombreuses questions concernant les violations des droits de l'homme, la sagesse des USA s’ingérant dans ce conflit est mise en doute.
 

    Les relations entre les USA et l'Égypte se sont détériorées, avec le Caire recherchant d'autres partenaires .
 

    Les efforts du Président Obama visant à instaurer la paix entre Israéliens et Palestiniens ont été anéantis par la construction de nouvelles colonies israéliennes, le discrédit des Palestiniens modérés et le renforcement du Hamas.
 

    La situation au Moyen-Orient est devenue pire qu'avant l’entrée en fonction du président US. Sous le Président Obama, l’EI a fait des gains significatifs au cœur du Moyen-Orient. Il n’existe rien de ressemblant à une stratégie US pour le combattre. Entraînant un supplément de chaos, la politique du président dans la région a aliéné les alliés des USA et multiplié ses ennemis. En conséquence, le Moyen-Orient affronte ses pires bouleversements depuis plusieurs décennies.
 

    Les USA n'ont pas réussi à mener à bien leur mission en Afghanistan.
 

    Aujourd'hui, les combattants talibans contrôlent plus de territoire qu’à tout autre moment depuis 2001. Les combats se poursuivent sans perspective de fin.
 

    Nulle part en Afrique, les USA n'ont obtenu de succès. Les mouvements terroristes embellissent, le continent est menacé d'instabilité. L'Afrique du Nord et les régions sahariennes et sub-sahariennes connaissent une intensification du terrorisme à cause de la politique de changement de régime en Libye. La situation s’est détériorée au point que les USA entament des préparatifs de guerre .
 

    Une débâcle est suivie par une autre. Ce n'est pas entièrement dû au président et son équipe. M. Obama a été guidé par les élites de la politique étrangère, ces mêmes gens avec qui est en cheville la candidate démocrate Hillary Clinton, et qui critiquent le candidat républicain Donald Trump, en particulier pour sa volonté de normaliser les relations avec la Russie.
 

    Voilà ce que le Président Obama lègue à son successeur, sans oublier le champ de mines diplomatiques de ses relations avec Moscou. Comme le montre l'exemple de l'accord nucléaire avec l’Iran, la normalisation des relations avec la Russie pourrait rendre possible de réaliser ce que l'administration Obama a raté. La gestion de la crise en Syrie pourrait en faire partie si la nouvelle administration change d'attitude, règne sur l'armée et respecte les dispositions des accords conclus.
 

    Il serait juste que les USA et la Russie coopèrent en Irak et en Libye. Il semble qu’ils auront à le faire. Malgré tous les actes répréhensibles auxquels se sont livrés les USA ces dernières années, le Président russe leur a tendu la main dans son discours au club Valdaï. Il appartient aux USA de décider s’il est mieux de s’affronter de plus belle que de coopérer profitablement. Une chose est claire : La crédibilité des USA étant perdue partout dans le monde, la nouvelle administration devra travailler très dur pour corriger la situation. La normalisation des relations avec la Russie pourrait être un accomplissement vraiment tangible. Une chose en entraînant une autre, se rapprocher de Moscou pourrait attirer d'autres succès en politique étrangère. La tâche est peut-être difficile, mais elle est faisable. Le nouveau Président étasunien en aura l’occasion.
 

Strategic Culture Foundation , Andrei Akulov, 30 octobre 2016

Original :
www.strategic-culture.org/news/2016/10/30/president-putin-valdai-speech-obama-legacy-can-be-rectified.html
Traduction Petrus Lombard


Alter Info l'Information Alternative

Vaccins HPV: 64 plaintes de jeunes femmes japonaises devant 3 tribunaux après effets secondaires graves

Vaccins HPV: 64 plaintes de jeunes femmes japonaises devant 3 tribunaux après effets secondaires graves


 

13 juillet 2016

 

64 plaintes de jeunes femmes introduites devant 3 tribunaux japonais pour les dommages de santé subis après avoir été vaccinées contre le HPV (cancer du col de l’utérus)

 

Les jeunes-femmes qui ont subi les effets secondaires des vaccins contre le cancer du col utérin ont été photographiées en mars lors de l’annonce de leur plainte en justice. Le premier groupe de 12 jeunes femmes qui avaient porté plainte est maintenant passé à 64.

 

Le groupe d’avocats qui défendent les 64 jeunes-femmes ayant souffert de problèmes de santé à la suite des vaccins contre le cancer du col de l’utérus ont déclaré mardi que les victimes allaient porter plainte le 27 juillet devant quatre tribunaux contre le gouvernement et deux compagnies pharmaceutiques qui fabriquent ces vaccins.

 

Sur ces 64 jeunes-femmes, 23 déposeront plainte devant le tribunal de Tokyo, 6 devant le tribunal de Nagoya, 16 devant le tribunal d’Osaka et 14 devant le tribunal de Fukuoka.

 

Dans un premier temps, les victimes, principalement des adolescentes, exigeront chacune un dédommagement de 15 millions de Yens pour un total de 960 millions de yens. Le montant des sommes réclamées pourrait augmenter en fonction des symptômes qui pourraient se produire dans la suite. Les problèmes de santé des victimes comprennent essentiellement des douleurs dans tout le corps.

 

La moyenne d’âge des jeunes-filles qui vont déposer plainte devant le tribunal de Tokyo est de 18 ans. Elles ont été vaccinées quand elles avaient entre 11 et 16 ans.

 

Constatant que les vaccins contre le cancer du col de l’utérus avaient, entre autres, causé des troubles nerveux suite à des réactions immunitaires excessives, les avocats ont estimé que l’approbation de ces vaccins inefficaces était tout simplement illégale et que les fabricants étaient aussi responsables.

 

Masumi Minaguchi, l’un des avocats a déclaré : « Au travers du procès, notre objectif est de clarifier les responsabilités du gouvernement et des fabricants pour que les victimes puissent, dans la mesure du possible, vivre sans inquiétude. »

 

Les vaccins contre le cancer du col de l’utérus ont été introduits dans le programme de vaccination en avril 2013. Le gouvernement a cependant cessé de recommander ces vaccins en juin de la même année après avoir reçu des rapports de plaintes concernant des dommages causés à la santé des personnes qui avaient reçu ces vaccins.

 

Entre-temps, la Société pédiatrique japonaise, ainsi que 16 autres institutions ont, en avril, recommandé l’utilisation active de ces vaccins, en précisant qu’il était clair que ces vaccins étaient efficaces dans la prévention du cancer du col de l’utérus.

 

Source: Japan Times


http://initiativecitoyenne.be/2016/10/vaccins-hpv-64-plaintes-de-jeunes-femmes-japonaises-devant-3-tribunaux-apres-effets-secondaires-graves.html


Alter Info l'Information Alternative