Désinformation sur le 9/11 : L’Arabie saoudite a attaqué les Usa

L'histoire du 9/11, en changement perpétuel, entre dans une nouvelle phase. Le blâme est transféré d'Oussama ben Laden au gouvernement saoudien.
Désinformation sur le 9/11 : L'Arabie saoudite a attaqué les Usa
Il existe 28 pages secrètes d’une enquête classifiée du Congrès sur le 9/11, qui auraient montré un soutien financier saoudien aux présumés pirates de l’air du 9/11. Ni George W. Bush, ni le régime d’Obama n’ont publié ces pages classifiées. Seuls quelques membres du Congrès ont été autorisés à les lire, mais ils ne sont pas autorisés à en parler.

Néanmoins, le Congrès discute maintenant d’une loi sur la Justice contre les commanditaires d’actes de terrorisme qui, si elle était adoptée, autoriserait les familles des victimes des attaques du 9/11 à poursuivre le gouvernement saoudien pour des dommages. En d’autres termes, bien que le Congrès n’ait pas d’informations, uniquement des rumeurs, pour soutenir le projet de loi, le Congrès va de l’avant. Obama a dit que si le Congrès adoptait le projet de loi, il y opposerait son veto.

Le refus de déclassifier les preuves contre les Saoudiens et la menace de veto ont fait bondir beaucoup de commentateurs.

Qu’est-ce qui se passe ici?

Une réponse possible est que la confiance du public dans l’histoire du 9/11 s’érode, en raison de la pression croissante de l’opinion des experts qui remettent en question la ligne officielle. Pour rediriger le scepticisme du public, on lui jette un os à ronger. L’angle d’attaque sur l’Arabie saoudite satisfait la croyance qu’une sorte de dissimulation du gouvernement est en jeu, mais redirige les soupçons de Washington vers les Saoudiens. Cette mise en avant de l’Arabie intègre également le plan original des néo-conservateurs pour renverser le gouvernement saoudien, ainsi que les gouvernements de l’Irak, de la Syrie et de l’Iran [L’Arabie ne faisait pas partie des fameux 7 pays de Wesley Clark, NdT]. Si le peuple américain peut être retourné contre les Saoudiens, les néo-conservateurs peuvent obtenir leur souhait d’un changement de régime en Arabie saoudite.

Nous sommes probablement dans un jeu de désinformation par l’État profond, conçu pour protéger l’histoire du 9/11. Le scepticisme du public est maintenant dirigé vers l’Arabie saoudite et l’indignation du public vers le gouvernement américain, pour avoir couvert les Saoudiens. Les raisons possibles du fait que le rapport ne peut pas être publié, sont :

-tout simplement de la désinformation créée comme une diversion, et les experts compétents publics l’exposeraient comme telle si elle était publiée et
-cela alimente la désinformation sur l’enquête menée par les néo-conservateurs, qui ont saisi l’occasion de mettre en place une attaque contre l’Arabie saoudite.

Aucun argument n’a été fourni pour expliquer pourquoi l’Arabie saoudite, avec sa longue connexion si proche de Washington et de la famille Bush, aurait eu un quelconque intérêt à permettre une attaque terroriste contre les États-Unis. Les Saoudiens ont besoin de la protection américaine. Ils n’ont aucun intérêt à affaiblir leur protecteur au point de permettre qu’il soit humilié par une poignée de jeunes hommes armés seulement de cutters. Une protection de cette sorte équivaut à ne pas en avoir.

En outre, les Saoudiens combattent dans la guerre au Yémen pour Washington. Si les Saoudiens veulent nuire aux États-Unis, pourquoi ne pas les laisser mener leur propre guerre au Yémen ?

Voici l’Arabie prise dans une implication présumée au sujet du 9/11: La presse saoudienne accuse les USA d’avoir détruit le World Trade Center pour prétexter une guerre perpétuelle 1

Katib Al-Shammari dit que les États-Unis ont planifié et réalisé le 9/11, afin d’obtenir l’hégémonie sur le Moyen-Orient en s’appuyant sur ces attentats et une liste de coupables en constante évolution, en fonction de l’objectif du moment de Washington. Tout d’abord, dit-il, c’était Oussama Ben Laden, al-Qaïda et les Talibans. Puis Saddam Hussein et l’Irak. Un tribunal de New York a blâmé l’Iran. Maintenant, c’est au tour de l’Arabie saoudite d’être désignée comme le vilain. Les Américains, dit-il, viennent toujours avec des documents suspects et prétendent avoir des preuves qu’ils ne montrent jamais.

Les citoyens américains tireraient un grand bénéfice à la lecture du point de vue des autres. Lisez l’explication de l’Arabie sur le 9/11. Elle est plus logique que l’histoire officielle.


Article original en anglais :

9/11 Disinformation: Saudi Arabia Attacked America, publié le 27 mai 2016
Traduit par Hervé, vérifié par wayan, relu par Diane pour le Saker Francophone
Note du traducteur du Saker Francophone
Les notes en fin de cet autre article, pointant sur la même analyse saoudienne, restent valables. Mais il y a comme un non-dit dans l’article de PCR… NdT

La source originale de cet article est Mondialisation.ca
Copyright © Dr. Paul Craig Roberts, Mondialisation.ca, 2016

Alter Info l'Information Alternative

François Lenglet, ou la corruption du débat

Incident, ce 26 mai 2016, sur le plateau du magazine « Des paroles et des actes », animé par David Pujadas, avec comme invité Jean-Luc Mélenchon, sur France 2.
François Lenglet, ou la corruption du débat
Entendant démontrer au candidat présidentiel de « La France insoumise » que tous ceux qu’il a « pris en exemple » ont échoué, le « spécialiste économique » François Lenglet évoque, entre autres, le président bolivien Evo Morales qu’il traite publiquement de « corrompu ». S’entendant répondre « Tenez vos mots M. Lenglet, vous êtes sans doute plus corrompu que ne le sera jamais M. Morales, pesez vos mots ! », l’éditocrate vedette enfonce le clou : « La petite amie de M. Morales, qui est la mère de son fils, a bénéficié de 500 millions de dollars de commandes publiques. Alors, allez m’expliquer que tout ça est normal… »

Ce qui n’est sans doute pas « normal », c’est qu’on puisse, devant 2 471 000 téléspectateurs (11,5% de part d’audience), « corrompre » à ce point le débat public et l’information, sans qu’aucun média, le lendemain, plutôt que de gloser sur l’« agressivité » de Mélenchon, ne dénonce l’imposteur Lenglet.

C’est l’ancien chef des services de renseignement boliviens (1989-1993) Carlos Valverde, reconverti en « journaliste », qui a lancé l’« affaire » à la veille d’un référendum qu’il s’agissait de faire perdre au président Morales : ce dernier ayant eu une liaison amoureuse avec une jeune femme, Gabriela Zapata, entre 2005 et 2007, et celle-ci occupant un poste de cadre de haut niveau (à partir de février 2015, huit ans plus tard) au sein de China CAMC Engineering, une firme bénéficiaire d’importants contrats avec l’Etat, il y aurait eu « trafic d’influence » pour favoriser cette entreprise chinoise – ce qui, après examen des faits, se révélera totalement faux [1]. Pour ajouter à la beauté de la « telenovela » et à la connivence entre « les amants », le même Valverde révélait, certificat de naissance à l’appui, qu’Evo Morales et Gabriela Zapata avaient eu ensemble un bébé, décédé immédiatement après sa naissance et que le président, de ce fait, n’avait jamais vu. Cette sombre histoire « d’amour secret » et surtout de « corruption » ternit très sérieusement l’image du chef de l’Etat et, entre autres raisons, lui fit perdre le référendum du 21 février 2016 [2].

A l’évidence, l’éminent spécialiste Lenglet, qui, à la veille d’un débat, doit faire préparer ses fiches en même temps que ses tasses de café par un stagiaire ou une petite main, en est resté là. A moins qu’il n’ait choisi de mentir délibérément… Car, en Bolivie, le « feuilleton Zapata » a connu tant de rebondissements qu’il a fait passer le président Morales du statut d’« accusé » à celui de victime d’une machination.

Le premier de ces rebondissements, et non des moindres, intervint le 26 février 2016 lorsque Mme Zapata fut détenue – en même temps que deux cadres moyens du ministère de la présidence –, accusée d’usurpation de fonction, de trafic d’influence et d’enrichissement illicite. Tous trois, présentant Gabriela Zapata comme une « très proche » du président, utilisaient discrètement un bureau de ce lieu gouvernemental pour s’y réunir avec des entrepreneurs, des hommes d’affaires, des fonctionnaires, et y passer des accords douteux donnant lieu à rétrocommissions ou pots-de-vin. Déjà spectaculaire en soi, cette arrestation donne lieu à un nouveau coup de théâtre, la famille de la détenue affirmant que l’enfant qu’elle a eu avec le président, et dont elle lui a affirmé en 2007 qu’il était décédé, est en réalité… vivant. Entraînant une réaction immédiate d’Evo Morales. N’ayant jamais nié sa liaison de deux années avec la jeune femme, il assume la nouvelle donne et déclare publiquement le 29 février : « J’ai le droit de connaître mon fils, de prendre soin de lui, de le protéger. J’espère qu’on me l’amènera ces prochaines heures [3]… »

N’obtenant pas satisfaction, le président va effectuer la même requête devant une juge du droit familial. Laquelle se verra effectivement présenter, dans les jours suivants, un enfant de onze ans. Toutefois, lorsque « Evo », de son propre chef, se soumet à un test ADN, Zapata refuse de l’imiter et interdit que cet examen soit effectué sur le présumé fils du chef de l’Etat.

La vérité va éclater le 18 mai lorsque la justice conclut que « le fils du président » n’a jamais existé. Deux jours plus tard, la tante de Gabriela Zapata, Pilar Guzmán, ainsi que les trois avocats de l’ex-« fiancée », Eduardo León, William Sánchez et Walter Zuleta, sont arrêtés, accusés d’avoir cherché à tromper la justice en tentant de faire passer un neveu de Guzman pour l’enfant de Morales et Zapata [4]. Cette aventurière, pour tromper le président, a utilisé à l’époque un faux certificat de naissance établi sur la base d’un document falsifié émanant d’une maternité. Dit plus officiellement par la juge Jacqueline Rada, le 6 mai : « Il a été mis en évidence qu’il n’existe aucun registre accréditant et confirmant l’existence physique du sujet. »

Comme il se doit, Carlos Valverde, l’homme qui, il y a quatre mois, a ouvertement orchestré la machination, a cru devoir réapparaître pour se dédouaner et a affirmé sur Twitter : « J’ai eu accès a une information sérieuse [sic !] qui confirme que le supposé fils de Gabriela Zapata et du président Morales n’existe pas [5]. » Inutile de préciser que si d’aventure il est mis en cause ou poursuivi pour sa campagne crapuleuse destinée à affaiblir et déstabiliser politiquement le président, la grande internationale médiatique se mobilisera au nom du « droit d’informer » et de la « liberté d’expression ».

Inclure un morceau de vérité dans une « intox » ne la rend que plus efficace : Evo Morales a effectivement eu une liaison avec la jeune Gabriela Zapata. Mais tout le reste est faux : elle n’est plus, et depuis longtemps, sa « petite amie » ; ils n’ont pas eu d’enfant ensemble ; il n’existe pas de faits de corruption les liant. Quant à François Lenglet, nous apprend Wikipedia – qui doit également pratiquer le « journalisme d’investigation » –, « sa maîtrise des dossiers et son sens de la précision sont reconnus par les observateurs ». On nous permettra d’ajouter qu’il prend le public pour un ramassis de débiles et que, corrompu pour corrompu, il corrompt et le débat et l’information.
Source »» http://www.medelu.org/Francois-Lenglet-ou-la-corruption

Accusé de «calomnies» par l'ambassadeur de Bolivie, François Lenglet fait une «mise au point»

« Pesez vos mots, vous êtes sans doute plus corrompu que ne le sera jamais Evo Morales. » Jeudi dernier, dans Des paroles et des actes, sur France 2, Jean-Luc Mélenchon avait mis en garde François Lenglet qui venait d’affirmer, au sujet du président bolivien, que « sa petite amie [Gabriela Zapata], qui est la mère de son fils, a bénéficié de 500 millions de dollars de commandes publiques. »

Des propos qui ne sont pas passés inaperçus puisque l’ambassadeur de Bolivie en Frances’est fendu d’un communiqué dans la foulée criant à la « désinformation » et soulignant que « les calomnies sans fondement peuvent entraîner des conséquences juridiques auxquelles nous ne voulons faire appel ». La missive indique que la justice bolivienne a conclu qu’il n’y avait pas de trafic d’influence dans ladite affaire.
« Les termes que j’ai employés n’étaient pas appropriés »

Par ailleurs, comme l’a écrit Eric Stemmelen, qui tient un blog sur Mediapart, Gabriela Zapata, n’est plus la compagne d’Evo Morales depuis plusieurs années et elle n’est pas la mère de son fils.

François Langlet a répondu à l’officiel bolivien ce lundi : « Je considère que les termes que j’ai utilisés pour qualifier le président Morales, lors de ce débat télévisé pour le moins animé, n’étaient pas appropriés », lit-on sur Francetv. info. Le mea culpa n’est pas total puisque le journaliste économique note que « l’avis [de la commission d’enquête parlementaire bolivienne] a été jugé partial par l’opposition bolivienne ».

La « mise au point » n’a pas calmé tout le monde. Sur Facebook, Eric Coquerel, le coordinateur national du Parti de gauche, a réagi en demandant des « excuses claires » de François Lenglet.
F.R.
http://www.20minutes.fr/medias/1856283-20160531-accuse-calomnies-ambassadeur-bolivie-francois-lenglet-fait-mise-point

[1] Lire « En Bolivie, victoire de la carpe et du lapin », Mémoire des Luttes, 9 mars 2016.

[2] En cas de victoire, M. Morales aurait pu se représenter à l’élection présidentielle de 2019 et effectuer un nouveau mandat de cinq ans.

[3] BBC Mundo, Londres, 1er mars 2016.

[4] Chefs d’inculpation : altération et substitution d’état civil, traite et trafic de personne, soustraction d’un mineur, etc.


[5] BBC Mundo, 18 mai 2016.

Alter Info l'Information Alternative

Marre des grèves et des réservoirs vides ? Signez cette pétition !

Seulement, je vous préviens, bande de CFDTistes déplumés, si les opposants à la loi El Khomri l'emportent, vous n'aurez pas le droit de bénéficier des nouveaux droits conquis éventuels.
Marre des grèves et des réservoirs vides ? Signez cette pétition !
Je Soussigné NOM : ---------------- Prénom ------------------------

Je demande à ne pas bénéficier des améliorations que les travailleurs en grève pourront obtenir, par exemple :

· Je demande à travailler au moins jusqu’à 67 ans

· Je veux pouvoir être licencié plus facilement, qu’il s’agisse d’une incapacité due à un accident du travail ou à une diminution des bénéfices de mon entreprise

· Je souhaite que mes indemnités soient réduites en cas de licenciement, y compris en cas de licenciement abusif

· Je suis favorable à ce qu’il y ait un droit du travail par entreprise et non plus les mêmes droits pour tous

· Je ne souhaite plus passer de visite médicale du travail

· Je veux que mes horaires de travail (durée et répartition) puissent être modifiés n’importe quand

· Je veux pouvoir travailler jusqu’à 60 heures par semaine et même sans limite en cas de forfait jour

· Je souhaite que mes heures supplémentaires soient moins bien rémunérées et je suis d’accord pour qu’elle ne me soient payées que tous les trois ans

· Je suis d’accord pour que mes dates de départ en congé puissent légèrement être modifiées moins d’une semaine avant mon départ

· Je souhaite que tous les conquis sociaux soient remis à zéro tous les cinq ans

· Je suis favorable à l’étouffement des services de l’inspection du travail

Merci de me répondre favorablement à mes demandes

Date signature

Alter Info l'Information Alternative

Un crétin de CRS, imite une tortue ninja et finit lynché

Un Commandant de CRS se prenant pour une tortue ninja, se fait lyncher après s’être jeté seul dans un groupe de jeunes.

Les CRS font des actes toujours de plus en plus déplorables au point de ne plus faire leur travail. Ils sortent de leurs rangs, ne respectent ni les ordres de défense groupée, ni les citoyens et manifestants pacifistes.

La sécurité de notre pays est mise à mal avec de tels agents de sécurité, qui ne sont là que pour notre insécurité.

Mouvement anti-loi travail : «bras de fer» politique ou véritable colère populaire ?

Opposées aux récentes réformes du droit de travail, de nombreux Français rejoignent le mouvement protestataire. S'agit-il d'une épreuve de force ou d'un trouble social profond? Le spécialiste des questions européennes, Pierre Lévy, livre son analyse.
Mouvement anti-loi travail : «bras de fer» politique ou véritable colère populaire ?
Récemment dans ces colonnes, Hubert Landier, expert en relations sociales, proposait une analyse du mouvement social en cours contre le projet El Khomri. Cette analyse reflète bien une vision largement partagée au sein du patronat, et fréquemment répercutée au sein des grands médias. Elle mérite d’être discutée.

Selon l’auteur, le mouvement peut être décrit comme un bras de fer entre le gouvernement et les directions des syndicats FO et CGT. La CGT, en particulier, serait sous l’influence de militants «d’extrême-gauche et du Front de gauche» et aurait durci sa position notamment à l’occasion de son récent congrès. La centrale de Montreuil tenterait en outre, par sa «radicalisation», d’éviter de se faire doubler par la CFDT en termes de représentativité.

On pourrait débattre de chacune de ces assertions. Mais, en adoptant le petit bout de la lorgnette, cette approche fait une impasse majeure et oublie l’essentiel : l’opposition massive des salariés – et plus généralement d’une large part des citoyens – quant au projet de loi qui fait l’objet des mobilisations en cours.

Certes, les grévistes ne se comptent pas par dizaines de millions. Mais cela ne doit nullement cacher l’étendue de la colère contre les mesures que le gouvernement entend imposer coûte que coûte. Pour en mesurer l’ampleur, il n’est même pas besoin d’exciper de tel ou tel sondage ; il suffit de passer quelques minutes à la machine à café des ateliers ou bureaux, de déjeuner dans les restaurants d’entreprise ou même de prendre un petit noir sur le zinc de France ou de Navarre – autant de lieux que ne fréquente peut-être pas assidument M. Landier, on ne saurait lui en tenir rigueur.

Mais si tel était le cas, il pourrait certainement découvrir à quel point sont nombreux ceux qui ont bien compris la substance du projet, et notamment deux de ses dispositions phares : la primauté des accords d’entreprise sur les accords de branche et surtout sur le droit du travail national ; et la «simplification» des licenciements par la multiplication des cas où l’employeur serait fondé à exciper de motifs économiques.

Dans le premier cas, l’expérience du monde du travail montre que, dès lors qu’on peut déroger au Code du travail, le rapport de force dans l’entreprise se révèle en défaveur des salariés, contraints d’accepter un «toujours moins» sur leurs conditions d’emploi. Dans le second, il est facile d’anticiper ce qui se profile : les salariés deviendraient les variables d’ajustement de la conjoncture économique, avec pour conséquence un mélange explosif de précarité et de flexibilité.

Dans un contexte de reculs sociaux continus depuis des années – en réalité depuis des décennies – ledit projet El Khomri cristallise une exaspération montante contre une politique menée par des gouvernements qui alternent au pouvoir mais servent toujours les mêmes intérêts. Une politique qui n’est pas seulement injuste, mais qui enfonce toujours plus le pays dans la crise.

Quant à l’image que donne celui-ci à l’étranger, M. Landier s’inquiète de ce que la France «apparai(sse) comme un pays qui n’est pas fiable, dans lequel il y a des mouvements de grève». D’une certaine manière, il n’a pas tort : les «investisseurs» – en particulier les grands groupes multinationaux qui mesurent au jour le jour quelle rentabilité ils peuvent tirer pour leurs capitaux baladeurs – peuvent être effrayés par cette combativité renaissante. En revanche, les salariés des différents pays européens pourraient bien être encouragés par cette résistance sociale, et en tirer les leçons pour eux-mêmes.

Car les uns et les autres sont confrontés aux mêmes réformes – c'est-à-dire aux mêmes remises en causes des conquêtes sociales. En ce moment même par exemple, grèves et manifestations traduisent en Belgique une combativité montante.

Rien d’étonnant à ces analogies : lesdites réformes sont explicitement coordonnées et pilotées par l’Union européenne. A travers les «recommandations par pays» – la feuille de route adressée à chaque capitale le 18 mai dernier – Bruxelles insiste ainsi une nouvelle fois sur l’urgence des «réformes», tout particulièrement en matière de marché du travail. Le chef du gouvernement italien, Mateo Renzi, vient d’ailleurs d’être récompensé pour son zèle en la matière. Mais le cobaye initial fut la Grèce – on sait avec quel succès.

Le président de la Commission confiait tout récemment au Monde (21/05/16) : «à voir les réactions que suscite la "loi travail", je n'ose pas m'imaginer quelle aurait été la réaction de la rue si votre pays avait dû appliquer des réformes comme celles qui ont été imposées aux Grecs». «La réforme du droit du travail (…) est le minimum de ce qu'il faut faire» ajoutait Jean-Claude Juncker sur un ton comminatoire.

On ne sait si, comme l’affirme M. Landier, le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, est revenu à «une politique pure et dure de lutte des classes».

M. Juncker, lui, ne s’en est jamais éloigné.

Alter Info l'Information Alternative

Belgique : un mardi placé sous le signe de la grève et du mouvement social

Belgique : un mardi placé sous le signe de la grève et du mouvement social

Journée de manifestations ce mardi 31 mai en Belgique. Près de 12 000 syndicalistes ont défilé dans les rues de la capitale pour protester contre les réformes voulues par le gouvernement. Mais des sanctions sont déjà prévues pour certains grévistes.

Comme en France, le climat social est tendu en Belgique et les conflits sociaux se multiplient. Ce mardi 31, alors que la plupart des services publics étaient en grève, près de 12 000 personnes ont manifesté dans les rues de Bruxelles selon la Confédération des syndicats chrétiens (CSC), principal syndicat du pays. Mais les médias belges évoquent plutôt sur une participation aux alentours de 7 500 personnes.

Depuis plusieurs semaines, les mouvements sociaux se multiplient. Avec la manifestation qui s'est tenue à Bruxelles pour protester contre les mesures de restriction budgétaire, une grève touche l'ensemble du secteur ferroviaire de Wallonie. Les grévistes protestent contre la politique libérale du gouvernement belge, et notamment contre un changement dans le calcul de leurs jours de récupération. La Centrale générale des services publics (CGSP) cheminots a lancé un préavis de grève jusqu'à vendredi, mais les actions sur le rail pourraient durer encore plusieurs semaines «si rien ne change», a indiqué Michel Meyer, président fédéral de la CGSP.

Pendant ce temps, les gardiens de prisons poursuivent eux aussi leur grève dans certaines centres de détention. Ils réclament depuis plus d'un mois des moyens supplémentaires face à la surpopulation des centres pénitentiaires. Confronté à l'enlisement du conflit social, le gouvernement belge a même été contraint de réquisitionner une partie des forces armées dans les prisons pour compenser l'absence des gardiens.

Ces différents mouvements sociaux visent à protester contre la politique libérale du gouvernement de Charles Michel, notamment la future «loi Peeters», du nom de Kris Peeters, ministre de l’emploi. En Belgique, la durée légale du temps de travail hebdomadaire est de 38 heures. Mais la future loi pourrait provoquer de nombreuses modifications de ce cadre, notamment l'introduction du principe de l’«annualisation», c’est-à-dire que le temps de travail ne serait plus calculé à la semaine ou au trimestre, mais sur un an. Ainsi, un salarié pourra travailler jusqu’à 45 heures par semaine pendant six mois, puis 31 heures le semestre suivant, le tout sans heures supplémentaires versées par son entreprise.

Si la grogne sociale se fait de plus en plus pressante pour les différents secteurs de l'économie belge, le Premier ministre libéral Charles Michel reste, lui, de marbre. «Nous allons continuer à prendre des décisions, réformer et agir», a-t-il prévenu le 26 mai.
Amendes et réprimandes pour les grévistes sauvages

Dans ce contexte social agité, la direction de la SCNB (Société nationale des chemins de fer belges) a confirmé que les cheminots partis en grève sans préavis recevront une amende de 12,5 euros et une sévère réprimande sera inscrite dans leur dossier.

La SNCB a aussi sanctionné d'un avertissement une trentaine de ses employés qui avaient organisé une «action tarif zéro» : pour protester, les contrôleurs s'étaient rendus à leur lieu de travail, mais avaient refusé de vérifier les billets.

https://francais.rt.com/international/21445-belgique-mardi-place-sous-signe

Alter Info l'Information Alternative

L’OLP refuse la proposition de Netanyahu, et de son gouvernement fasciste

L’OLP refuse la proposition de Netanyahu, et de son gouvernement fasciste







Les autorités palestiniennes ont opposé une fin de non-recevoir à l’appel de Netanyahu de réviser l’initiative de paix arabe. Wassel Abou Youssef, membre du comité exécutif de l’OLP, a refusé tout amendement de cette initiative. Il faut isoler ce gouvernement fasciste, et ne pas traiter avec lui, a-t-il asséné, qualifiant de dangereux et d’attentatoire aux droits du peuple palestinien tout amendement de l’initiative arabe.

Au lieu de parler avec le gouvernement israélien, il faut l’isoler, a-t-il indiqué, selon al-Quds al-arabi.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, avait entretenu lundi soir la perspective d'une relance de l'initiative de paix arabe au Proche-Orient.

La proposition, qui remonte à 2002, offre une reconnaissance diplomatique d'Israël par les pays arabes en échange d'un accord sur la formation d'un Etat palestinien.

"L'initiative de paix arabe inclut des éléments positifs qui peuvent aider à raviver des négociations constructives avec les Palestiniens", avait-il dit.

"Nous sommes prêts à négocier avec les Etats arabes des révisions à cette initiative de sorte qu'elle reflète les changements dramatiques intervenus dans la région depuis 2002 mais maintienne l'objectif convenu de deux Etats pour deux peuples", avait-t-il poursuivi.

Les négociations israélo-palestiniennes sont gelées depuis 2014. La semaine dernière, le président égyptien Abdel Fattah al Sissi a proposé sa médiation pour trouver une solution au conflit israélo-palestinien.

Netanyahu s'exprimait après la prise de fonction, dans la journée, de l'ultranationaliste Avigdor Lieberman à la tête du ministère de la Défense, dont l'entrée au gouvernement a provoqué des remous en Israël.

La France organisera vendredi une conférence ministérielle avec les membres du Quartet (Etats-Unis, Russie, Union européenne et Nations unies), de la Ligue arabe, du Conseil de sécurité et une vingtaine de pays.

Ni Israël ni l'Autorité palestinienne n'ont été conviés à cette initiative que le Quai d'Orsay présente comme un moyen de "réaffirmer la mobilisation de la communauté internationale en faveur de la solution des deux Etats, et d'identifier les moyens d'aider Israéliens et Palestiniens à retrouver le chemin de la paix".

http://www.gnet.tn/revue-de-presse-internationale/lolp-refuse-la-proposition-de-netanyahu-et-de-son-gouvernement-fasciste/id-menu-957.html

Alter Info l'Information Alternative

L’assassinat de Kadhafi est un crime de guerre (Lavrov)

L'assassinat de Kadhafi est un crime de guerre (Lavrov)







L'assassinat du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi en 2011 était un crime de guerre, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

Là aussi il y a eu une erreur, une erreur non pas parce qu'ils (l'Occident, ndlr) ont violé le mandat du Conseil de sécurité (de l'Onu, ndlr), qui n'était destiné qu'à fermer le ciel, qu'à ne pas laisser l'aviation voler. Mais ils n'ont fait que bombarder à partir du ciel, et finalement ils ont brutalement tué Kadhafi. Peu importe l'attitude qu'on peut avoir envers lui, c'est aussi un crime de guerre", a indiqué le chef de la diplomatie russe.

Les troubles en Libye ont dégénéré en guerre civile au début de l'année 2011. En mars 2011, le Conseil de sécurité de l'Onu a autorisé une intervention visant à protéger les civils contre les forces loyales au président libyen Mouammar Kadhafi.

Les bombardements du territoire libyen ont été effectués par les forces de la coalition menée par les Etats-Unis, notamment la France et la Grande-Bretagne. Après des frappes françaises sur la colonne automobile dans laquelle se trouvait Kadhafi, celui-ci a été capturé et assassiné par les rebelles.

http://www.gnet.tn/revue-de-presse-internationale/l-assassinat-de-kadhafi-est-un-crime-de-guerre-lavrov/id-menu-957.html

Alter Info l'Information Alternative

Euro-2016 en France : Washington avertit des risques d’attentats « terroristes »

Euro-2016 en France : Washington avertit des risques d’attentats « terroristes »







Les Etats-Unis ont averti mardi que l’Euro-2016 de football qu’organise la France dans dix jours représentait une « cible potentielle » pour des attentats « terroristes », dans une note du département d’Etat sur les risques de voyager dans toute l’Europe.

« La France va accueillir le championnat européen de football du 10 juin au 10 juillet. Les stades de l’Euro, les +fan zones+ et tous les lieux qui diffuseront le tournoi en France et à travers l’Europe représentent des cibles potentielles pour des terroristes », a mis en garde le ministère américain des Affaires étrangères.

Cet avertissement de la diplomatie américaine, qui s’adresse aux millions d’Américains qui se rendent en France et chez ses voisins européens durant toute la période estivale, survient à J-10 du début de l’Euro et le jour où des attentats étaient justement simulés mardi au Stade de France, près de Paris, l’un des lieux visés par les attaques jihadistes du 13 novembre dernier.

« Nous alertons les ressortissants américains du risque d’attentats terroristes possibles à travers l’Europe, visant des évènements importants, des sites touristiques, des restaurants, des centres commerciaux et les systèmes de transport », a encore mis en garde le département d’Etat.

Washington s’inquiète ainsi du « nombre important de touristes visitant l’Europe durant l’été » et des « cibles plus importantes » pour des « terroristes prévoyant des attaques dans des lieux publics ».

Outre l’Euro-2016 de football, les Etats-Unis s’alarment aussi du Tour de France cycliste du 2 au 24 juillet, compétition extrêmement populaire pour les Américains.

Le ministère relève que les autorités françaises ont prolongé l’état d’urgence jusqu’à la fin du mois de juillet pour couvrir la période durant laquelle se tiendront ces compétitions sportives à résonance mondiale.

En dehors de la France, le département d’Etat souligne aussi que la Pologne doit accueillir à la fin du mois de juillet les Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) à Cracovie et que les autorités locales renforceront les contrôles aux frontières.

http://www.algerie1.com/flash-dactu/euro-2016-en-france-washington-avertit-des-risques-dattentats-terroristes/

Alter Info l'Information Alternative

L’interdiction de porter le hijab au travail justifiée en Europe

L'interdiction de porter le hijab au travail justifiée en Europe







La Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) a conclu que l'interdiction de porter le hijab au travail pouvait être justifiée si elle garantit une "politique légitime de neutralité religieuse et idéologique" dans l'entreprise.

Dans le cas de Samira Achbita, une femme musulmane qui travaillait comme registraire dans la branche belge de la société britannique G4S PLC, la cour a conclu que l'employeur avait le droit d'établir une interdiction de porter le hijab au travail. Après avoir travaillé dans cette entreprise pendant trois ans, elle a demandé l'autorisation de porter le hijab au travail, mais a été congédiée.

Mme Achbita a contesté son congédiement devant un tribunal belge, exigeant une compensation. La cour d'appel, qui va bientôt commencer l'examen de l'affaire, a demandé à la CJUE de clarifier le droit de l'UE en matière de discrimination.

Selon l'avocat de la Cour Juliane Kokkot, qui a écrit une explication pour le tribunal belge, l'interdiction du port du hijab ne constitue pas une discrimination directe fondée sur la religion, si elle est fondée sur la politique d'entreprise qui interdit l'expression des symboles politiques, philosophiques et religieux sur les lieux de travail.

Mme Kokkot a noté que l'interdiction pouvait être une discrimination religieuse indirecte, mais qu'elle "pouvait être justifiée si elle garantit une politique légitime de neutralité religieuse et idéologique."

"Alors qu'un employé ne peut pas renoncer à son sexe, à sa couleur de peau, à son origine ethnique, à son âge ou à son handicap en entrant chez un employeur, on s'attend à ce qu'il soit modéré dans la manifestation de sa religion au travail", a-t-elle fait remarquer.

https://fr.sputniknews.com/international/201605311025454808-interdiction-port-hijab-justifiee-europe/

Alter Info l'Information Alternative

Le ministre français de l’Économie rattrapé par le fisc, selon les médias

Le ministre français de l’Économie rattrapé par le fisc, selon les médias








Le ministre français de l'Economie Emmanuel Macron, personnalité en vogue dans son pays, va devoir payer rétroactivement l'impôt sur la fortune (ISF) après une réévaluation de son patrimoine, selon le site internet d'informations Mediapart et l'hebdomadaire Le Canard enchaîné.

Interrogé en marge d'une visite d'usine dans le nord, l'ancien banquier d'affaires de Rothschild a assuré mardi n'avoir "fait l'objet d'aucun redressement fiscal", sans démentir être désormais assujetti à l'ISF. "Je suis en règle avec l'administration fiscale et avec la Haute autorité pour la transparence de la vie publique", a assuré le ministre.

Entré au gouvernement en août 2014 après deux ans passés au poste de secrétaire général adjoint de l'Elysée, Emmanuel Macron est une personnalité populaire en France. Il a récemment créé une formation politique, alimentant les conjectures sur ses ambitions à un an de la présidentielle de 2017.

Il n'était jusque là pas assujetti à l'ISF, payé par les ménages au patrimoine dépassant 1,3 million d'euros. Mais selon Mediapart, "les vérifications entreprises" après son arrivée au ministère de l'Economie ont conduit le fisc à réévaluer son patrimoine.

De telles vérifications font partie des règles de transparence de la vie publique instituées en France après le scandale Jérôme Cahuzac, du nom de l'ex-ministre du Budget banni de la vie politique en 2013 après avoir avoué la dissimulation d'un compte en Suisse.

Emmanuel Macron "a finalement admis qu'il devait payer l'ISF et déposé une déclaration rectificative pour les années 2013 et 2014", poursuit Mediapart, qui précise néanmoins que le rattrapage devrait "rester inférieur à 10.000 euros, intérêts ou pénalités compris".

Selon le Canard enchaîné, le litige avec le fisc, qui a donné lieu à plus d'un an et demi de discussions, a porté en particulier sur la valeur de la demeure de l'épouse du ministre au Touquet, une cité balnéaire dans le nord de la France. Cette dernière a été évaluée par l'administration à 1,4 million d'euros, au lieu des 1,2 million annoncés par le ministre, qui a contracté un emprunt pour y réaliser des travaux.

"Je suis pour la transparence dans la vie publique, je suis pour le contrôle régulier et intransigeant de tous les dirigeants publics, mais je ne suis pas pour la société du déballage", a déclaré mardi M. Macron, se réclamant du "secret fiscal". "Je ne suis dupe de rien, sachez-le !", a poursuivi le ministre, évoquant une volonté de le déstabiliser à un moment où il tente de renouveler la politique française avec des idées souvent sujettes à polémique.

http://www.lorientlejour.com/article/988808/le-ministre-francais-de-leconomie-rattrape-par-le-fisc-selon-les-medias.html

Alter Info l'Information Alternative

Un soldat américain blessé en Syrie

Un soldat américain blessé en Syrie








Un soldat américain déployé en Syrie pour conseiller les rebelles qui se battent contre le groupe Etat islamique (EI) a été blessé pendant le week-end au nord de Raqqa, a indiqué mardi le Pentagone.

Le soldat a été blessé par un "tir indirect", a indiqué le porte-parole du Pentagone Jeff Davis, utilisant une expression qui désigne le plus souvent un tir de roquette ou d'artillerie. Le soldat "ne se trouvait pas" sur la ligne de front, a souligné le porte-parole.

Celui-ci a ajouté "qu'à sa connaissance", il s'agissait de la première fois qu'un soldat américain était blessé ou tué en Syrie depuis le début de leur déploiement, à la fin de l'année dernière.

Les Etats-Unis ont plus de 200 militaires des forces spéciales dans le nord-est de la Syrie pour conseiller et aider les groupes rebelles qui se battent contre l'EI. Les soldats américains aident notamment les Forces démocratiques syriennes, une coalition dominée par les milices kurdes YPG.

Les combats font rage en ce moment dans le nord de Raqqa entre les FDS et les jihadistes, huit jours après le début d'une offensive des FDS soutenue par des frappes aériennes de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis.

Le porte-parole a précisé qu'un autre soldat américain avait été blessé ce week-end dans le nord de l'Irak près d'Erbil, là encore par un tir indirect.

http://www.lorientlejour.com/article/988810/un-soldat-americain-blesse-en-syrie.html

Alter Info l'Information Alternative

Sahara occidental: le Polisario annonce la mort de son chef Mohamed Abdelaziz

Sahara occidental: le Polisario annonce la mort de son chef Mohamed Abdelaziz







Le chef du Front Polisario qui lutte pour l'indépendance du Sahara occidental, Mohamed Abdelaziz, est décédé des "suites d'une longue maladie", a annoncé mardi le mouvement indépendantiste cité par l'agence algérienne APS.

Mohamed Abdelaziz dirige depuis 1976 le Polisario, qui avait été fondé trois ans auparavant pour défendre l'indépendance de l'ancienne colonie espagnole, avec le soutien de l'Algérie. Le Maroc considère le Sahara occidental comme partie intégrante de son territoire tandis que le Front Polisario revendique son indépendance.

http://www.lorientlejour.com/article/988794/sahara-occidental-le-polisario-annonce-la-mort-de-son-chef-mohamed-abdelaziz.html

Alter Info l'Information Alternative

La maire de Paris annonce la création prochaine d’un camp de réfugiés dans la capitale

La maire de Paris annonce la création prochaine d'un camp de réfugiés dans la capitale







La maire de Paris Anne Hidalgo a annoncé mardi son intention de créer un camp de réfugiés dans la capitale française, où des campements informels sont régulièrement démantelés par les pouvoirs publics, notamment pour des questions de sécurité et de salubrité.

La mairie est en train "d'expertiser différents sites pour voir dans quels délais, le plus tôt possible, nous pourrons envisager de les mettre à disposition" de l'État, a-t-elle ajouté lors d'une conférence de presse.

http://www.lorientlejour.com/article/988782/la-maire-de-paris-annonce-la-creation-prochaine-dun-camp-de-refugies-dans-la-capitale.html

Alter Info l'Information Alternative

Le Dalaï Lama juge qu’il y a trop de réfugiés en Europe

Le Dalaï Lama juge qu'il y a trop de réfugiés en Europe








Le Dalaï Lama a estimé qu'il y avait à présent "trop" de réfugiés en Europe après la vague d'arrivée l'an dernier et que ces migrants cherchant protection ne devaient rester que provisoirement sur place, dans une interview publiée mardi en Allemagne.

"Quand nous regardons le visage de chaque réfugié, surtout ceux des enfants et des femmes, nous ressentons leur souffrance et un être humain qui a de meilleures conditions de vie a la responsabilité de les aider. Mais d'un autre côté, il y en a trop à présent" en Europe, a déclaré le chef spirituel des Tibétains au quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung. "L'Europe, l'Allemagne en particulier, ne peut devenir un pays arabe, l'Allemagne est l'Allemagne", a-t-il ajouté, en référence au fait qu'une majorité des migrants vient de pays arabes comme la Syrie ou l'Irak.
"Il y en a tant que cela devient difficile sur le plan pratique. Et sur le plan moral, je trouve aussi que ces réfugiés ne devraient être accueillis que provisoirement. L'objectif devrait être qu'ils retournent (dans leur pays) et aident à reconstruire leur pays", a estimé le Dalaï Lama, qui vit lui-même en exil en Inde depuis plus de 50 ans.

L'Allemagne a accueilli l'an dernier un nombre record d'un million de réfugiés. Le flux a nettement ralenti cette année, suite notamment à la fermeture de la "route des Balkans", principale voie d'accès depuis la Turquie l'an dernier.
Il a à ce sujet de nouveau exprimé l'espoir de revenir de son vivant au Tibet, en Chine, "peut-être dans quelques années". "Si les conditions de mon retour sont réunies, ou à tout le moins d'une courte visite, cela serait pour moi une joie", a-t-il dit.

http://www.lorientlejour.com/article/988754/le-dalai-lama-juge-quil-y-a-trop-de-refugies-en-europe.html

Alter Info l'Information Alternative

Chômage et NWO – Un robot berger va garder les troupeaux en Australie…

Le chômage de masse est aussi lié à la robotisation rapide des postes de travail.

En voici un nouvel exemple inquiétant avec le robot berger, en Australie, présenté par les tenants du Nouvel Ordre Mondial comme un grand progrès, capable de pallier au manque de main d’oeuvre (sic) :


Australie : ce robot est le berger du futur par LeNouvelObservateur
L’AVERTISSEMENT DU LABO SOLEIL VERT 

Et que croyez-vous que les élites du Pyramidion feront de la multitude quand elles pourront remplacer la main d’oeuvre par des robots bon marchés ?

Il faudra que le bas-peuple, à la base de la pyramide, réagisse et agisse vite pour reprendre le contrôle, sinon…

Les dommages vaccinaux détruisent des vies. Ecoutez donc les parents et non les pédiatres!

Les dommages vaccinaux détruisent des vies. Ecoutez donc les parents et non les pédiatres!
Polly Tommey, productrice du film documentaire VAXXED témoigne :

Les dommages vaccinaux détruisent des vies. Ecoutez donc les parents et non les pédiatres

Mon fils a été victime d’un vaccin.

 

Avant de le faire vacciner, j’étais totalement pro-vaccins ; j’étais une mère extrêmement favorable aux vaccins. Ma fille aînée avait été vaccinée  et était en parfaite santé. Je n’avais donc aucune raison de m’interroger, ni d’interroger mon pédiatre. Le matin où j’ai fait vacciner Billy on m’avait averti qu’il pouvait y avoir des problèmes avec les vaccins, mais je ne voulais croire personne d’autre que mon pédiatre.

 

Billy a reçu son vaccin ROR le matin. Le soir, il a dû être transporté d’urgence à l’hôpital parce qu’il faisait de terribles convulsions.

 

A l’hôpital, on nous a dit que c’était une chose normale et que cela pouvait arriver. On nous a dit de ne pas nous tracasser, que tout allait s’arranger. Mais rien ne s’est arrangé du tout ! Mon fils a maintenant 20 ans et sa santé reste gravement endommagée par ce vaccin.

 

C’est là la raison pour laquelle, je me suis passionnément impliquée dans la production du film documentaire VAXXED. En fait, je ne puis supporter le fait que la santé d’un autre bébé soit aussi endommagée.

 

Beaucoup de gens n’ont pas l’air de comprendre que la santé d’un enfant qui a été endommagée par les vaccins bouleverse et détruit des vies entières. C’est la chose la plus terrible qu’une maman ait à vivre. Toute la famille en est affectée : les frères, les sœurs, les parents, les grands-parents, les oncles, les tantes, toute la famille en est traumatisée. 

Les dommages vaccinaux détruisent des vies. Ecoutez donc les parents et non les pédiatres!

Pareil drame a un impact sur le mariage, les finances. C’est une vie entière qui est détruite quand la santé d’un enfant est endommagée par les vaccins. C’est une forme terrible d’abus.

 

On m’a dit que Billy était un cadeau du Ciel. Il n’y a pas de doute pour moi à ce sujet. Mais ce que je puis dire c’est que l’autisme et les complications vaccinales n’ont rien à voir avec un cadeau de la Vie. Ce sont des horreurs qui ont été provoquées par les hommes et qui par-dessus le marché auraient pu être évitées.

 

Si vous êtes parents, si vous voulez avoir des enfants ou si vous êtes simplement enceinte, je vous en supplie, ne faites pas les mêmes erreurs que celles que j’ai faites. Je voudrais vous prier de faire vos propres recherches. – J’avais fait une confiance totale à mon pédiatre quand il m’a affirmé que les vaccins étaient sans danger. J’étais à ce point confiante que je n’ai même pas pensé poser la moindre question par rapport à ce que le pédiatre m’avait dit.

 

Je vous en prie, n’hésitez pas à poser des questions. N’hésitez pas à suggérer à votre pédiatre d’aller voir le film VAXXED, car les médecins qui auront vu ce film documentaire hésiteront à deux fois avant d’administrer le vaccin ROR.- Faites, vous aussi, l’impossible pour voir le film ; lisez la notice du vaccin.

 

Le film nous apprend que le CDC (Centres Américains de Contrôle et de Prévention des maladies) a commis une fraude. C’est le Dr Thompson du CDC qui l’a révélée.

 

En 1999, quand on a diagnostiqué l’autisme chez Billy, nous n’avons pu obtenir aucune réponse, personne n’a pu nous expliquer quoi que ce soit.

 

Un jour, je suis tombée sur un magazine dans lequel des parents échangeaient leurs vues et racontaient le drame qui leur était arrivé. Ce que j’ai pu constater dans la suite c’est que l’article de ce magazine s’est répandu comme une trainée de poudre en Amérique, en Angleterre, en Europe, partout.

 

Tout ceci m’a fait comprendre qu’il y avait quantités de familles comme la nôtre dans le monde qui avaient aussi vécu le même drame. Je me suis rendue compte que nous avions tous vécu le même drame et que la toute première chose à faire était d’écouter les parents. Il ‘agit probablement de milliers, de millions de familles, nous ne savons pas…

 

Je vous en prie, écoutez les parents. Les parents doivent écouter les parents parce qu’ils savent ce qui pourrait peut-être arriver à vos enfants et qui pourrait peut-être être évité.
 

Voir aussi:  Présentation/introduction française de VAXXED  et la vidéo suivante sous-titrée en français, ce qui est une chance!


Alter Info l'Information Alternative

Toujours plus d’ingérence brouillonne en Libye

Toujours plus d’ingérence brouillonne en Libye
Toujours plus d’ingérence brouillonne en Libye
Richard Galustian, Moon of Alabama
 
Penchons-nous sur le dernier « festival d’erreurs », en Libye, que nous devons au trio Etats-Unis/0NU/Royaume-Uni, ainsi qu’au Conseil de la présidence (CP) et au Gouvernement d'entente nationale (GEN) qu’ils ont nommé.
 
L’Est de la Libye a fait imprimer quatre milliards de dinars libyens par une firme russe ; les premières livraisons sont arrivées et ils seront disponibles dans les banques à partir du 1er juin. La semaine dernière, le Conseil de la présidence (CP) a écrit au Gouvernement des États-Unis que les quatre milliards de dinars étaient de la fausse monnaie. Les États-Unis ont publié une déclaration formelle, pas de Washington mais sur la page Facebook de l'ambassade américaine en Libye, pour dire que c’était bien de la fausse monnaie. Mais l'autre jour, le CP/GEN et son premier ministre, Fayez Serraj lui-même, ont fait volte-face et ont déclaré qu’en fait, la monnaie en cours d'impression en Russie était légale. Qu'est-ce que tout cela signifie ? Les Etats-Unis vont-ils eux aussi revenir sur leur déclaration disant que le gouvernement démocratiquement élu de Tobrouk, et reconnu à l'échelle internationale, imprime de la fausse monnaie ? Serraj essaierait-t-il se faire bien voir du Kremlin?
 
On peut se poser beaucoup de questions. Mais ce qui est beaucoup plus inquiétant encore, c’est que l'État islamique (IS) en Libye lit les mêmes médias que nous. Ils connaissent la situation politique de la Libye et les désordres, comme ce double-jeu à propos de monnaie, servent leurs intérêts.
 
Quelle est la réalité militaire sur le terrain ? En dépit de tous les démentis des gouvernements britannique et américain, il y a certainement des forces britanniques dans et autour de Misrata qui œuvrent avec les milices pour attaquer l’État islamique en Libye. L’armée nationale légitime (ANL), quant à elle, sécurise des positions stratégiques dans le bassin de Syrte, et, à l'ouest de Tripoli, les Zintanis, contrôlés par l’ANL, menacent directement les bailleurs de fonds de l’EI à Tripoli. Elle contrôle également la majeure partie du gaz et du pétrole qui traversent son territoire en direction des seuls ports de pétrole existant, à l'ouest de Tripoli. En outre une autre milice juste à l'extérieur de Tripoli vient de déclarer allégeance à l’armée nationale (ANL).
 
Par conséquent, la décision ridicule des Américains, des Britanniques et des Italiens à Vienne, lundi 16 mai, d’armer des milices islamistes, qui sont principalement composées de milices de Misrata, au titre de l’opération « Aurore libyenne », semble être appliquée avec l'aide d'armées occidentales, bien que personne ne veuille l’admettre. Pourquoi ne leur est-il pas venu à l’idée d’armer plutôt l’Armée nationale libyenne légitime, commandée par le général Khalifa Hafter qui a été confirmé dans son poste par la Chambre des représentants du parlement légitime de Tobrouk? Hafter comprend bien la situation et il sert les intérêts de Tobrouk en s’attaquant à la base libyenne de l’EI à Syrte.
 
Le CP/GEN est un mirage; ça n'existe pas. L’entité ne contrôle que le petit espace de terrain où se trouve la base navale, appelée familièrement « le bunker », dans laquelle de soi-disant membres du CP/GEN, tous sélectionnés par le trio ONU/Etats-Unis/Royaume-Uni, peuvent rencontrer des dignitaires en visite. La plupart du temps, ces plaisantins se trouvent à l’extérieur de la Libye. Serraj était justement dans les Emirats arabes unis et en Arabie Saoudite par exemple. Et pourquoi donc aller en Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis ? Alors que Riyad et Abu Dhabi soutiennent tous les deux Tobrouk. Serraj essayerait-il de se faire de nouveaux amis en leur promettant des concessions en Libye en échange de leur soutien, alors même que les Frères musulmans et le groupe des ex-Combattants islamiques en Libye (une filiale d’al-Qaeda) sont encore au pouvoir à Tripoli avec le soutien de l'Occident? Encore un des nombreux mystères qui entourent la politique occidentale en Libye.
 
Soyons clairs: la position de Serraj a dans les faits été usurpée par Abdel Rahman Swehli et les membres de sa famille (qui incluent Maetig, l'adjoint du Premier ministre désigné) qui sont à Misrata où lui, Swehli, dirige le Conseil d'Etat actuellement illégal. Aucun diplomate, décideur politique, partie prenante, ou autre, ne se rend compte de ce qui se passe. Quelle naïveté déconcertante !
 
Il y a une question que j'ai déjà posée, mais qu’il faut que je pose à nouveau. Pourquoi la communauté internationale persiste-t-elle dans cette mascarade? Cette parodie va exploser littéralement à la face des Occidentaux.
 
Comment résoudre cet imbroglio ? Il n'y a qu'un seul homme politique libyen qui puisse se présenter sur la scène internationale comme l’égal de tous ses homologues étrangers, et c’est le Dr Mahmoud Jibril. C’est un personnage public sans égal dans la vie politique libyenne. Il n'y a personne en Libye qui ait sa stature et sa crédibilité. Il veut apporter la sécurité à la population libyenne et non pas jouer à des jeux régionaux ou religieux. Il a même un plan économique pour sauver la Libye, un projet bienfaisant et fédérateur. Pourquoi la communauté internationale ne l’a-t-elle pas choisi au lieu d’hommes d'affaires ratés et douteux comme Serraj et Maetig. Ou si elle ne voulait pas de l’intelligent et affable Jibril, pourquoi la communauté internationale n’a-t-elle pas au moins choisi sur l'armée libyenne et son commandant, le général Khalifa Hafter?
 
La réponse est simple, malheureusement : l'Amérique et la Grande-Bretagne sont aveuglées par leur histoire d'amour avec les Frères musulmans et leurs adeptes de l’ouest de la Libye, et plus particulièrement de Tripoli et alentours. Cette erreur de jugement coûtera très cher, à tous les points de vue, à l'Occident et en particulier à l'UE.
 
Traduction : Dominique Muselet
 
http://www.moonofalabama.org/2016/05/more-messy-meddling-in-libya.html#more
 

Alter Info l'Information Alternative

La loi El Khomri en France et le manifeste Schröder-Blair

Les grèves et les manifestations de masse contre la loi El Khomri de réforme du code du travail en France jouissent de la solidarité des travailleurs et des jeunes aux quatre coins de l’Europe.
La loi El Khomri en France et le manifeste Schröder-Blair
Pendant des décennies on a qualifié d’inévitables les soi-disant « réformes structurelles » comme la réduction des dépenses sociales et des salaires des travailleurs. Le gouvernement de François Hollande et Manuel Valls pensait pouvoir démolir les droits et les acquis, obtenus par la lutte, de générations de travailleurs. Il s’est trompé. Son imposition par décret de cette loi détestée, n’intimida pas les travailleurs mais suscita leur colère. Depuis, les grèves et les manifestations se sont étendues et paralysent le pays.

La situation en France représente un développement majeur de la lutte de classe internationale. Dans de nombreux autres pays européens, aux Etats-Unis et dans beaucoup de régions du monde règne un état d’esprit similaire. Il s’exprime par un renouveau de la lutte des classes et une montée des grèves et des protestations dans le monde entier.

Il y a le risque que le mouvement en France – comme d’autres luttes de ce genre – soit isolé et étouffé et que le Front national d’extrême-droite profite du désillusionnement qui en résulterait. Pour faire face à ce danger, il faut examiner les origines de cette situation et déterminer qui est responsable de ces attaques.

Les travailleurs français luttent contre un gouvernement qui se veut de « gauche » et « socialiste. » Ceci n’est ni un accident ni un malentendu. Ces quinze dernières années, ce furent principalement les sociaux-démocrates – avec l’appui des syndicats, des partis communistes et de leurs successeurs comme de nombreux groupes de la pseudo-gauche – qui ont mis en vigueur les réformes structurelles contre les travailleurs.

Dans ce contexte, il est utile de reconsidérer le manifeste commun publié en 1999 par deux chefs de gouvernement sociaux-démocrates, le premier ministre britannique Tony Blair et le chancelier allemand Gerhard Schröder. Pratiquement toutes les attaques sociales qui ont eu lieu depuis en Allemagne, en Grande-Bretagne, en Europe méridionale et en Europe de l’Est, en Grèce et actuellement en France y sont définies.

Le manifeste de Schröder et Blair, intitulé « La voie en avant pour les sociaux-démocrates d’Europe, » appelle à transformer le « filet de sécurité des droits en tremplin vers la responsabilité individuelle. »

Comme nous l’écrivions à l’époque sur le WSWS, le manifeste était « une liste d’atrocités sociales qui est devenue depuis le répertoire classique de la politique économique, financière et sociale européenne. Les auteurs prennent soin d’en invoquer chaque cliché: réduction des dépenses publiques; critères d’efficacité, compétitivité et performance dans les services publics; ajustement du système de sécurité sociale; promotion des groupes industriels; réduction des impôts sur les sociétés et les biens; flexibilité… et encore plus de flexibilité. »

Le chapitre « Une politique active du marché du travail pour la gauche » exigeait, comme l’avait résumé le WSWS, que « tous les moyens sociaux et politiques soient mis en oeuvre pour encourager la responsabilité individuelle. Le système d’imposition et les versements de prestations sociales doivent être réorganisés afin de ‘veiller à ce qu’ils fonctionnent dans l’intérêt des gens’. L’‘emploi d’insertion’ faiblement rémunéré devrait être subventionné par le gouvernement et tous ceux recevant des prestations sociales doivent être évalués selon leur capacité de subvenir à leurs propres besoins. Bref, le manifeste préconise une pression massive de l’Etat pour faire accepter les emplois à bas salaire qui, à leur tour, serviront à faire baisser les salaires en général. »

Le manifeste Schröder-Blair avait paru à un moment où les sociaux-démocrates gouvernaient presque partout en Europe. Après l’effondrement de l’Union soviétique, les années 1990 furent marquées par une orgie d’enrichissement personnel de l’élite dirigeante et d’énormes attaques contre la classe ouvrière. A la fin de la décennie, les travailleurs avaient partout en Europe soutenu l’élection des sociaux-démocrates dans l’espoir qu’ils adopteraient une politique socialement plus humaine.

Le contraire fut le cas. Le manifeste Schröder-Blair servit d’avant-projet aux lois Hartz en Allemagne et aux mesures d’austérité en Espagne, au Portugal, en Italie et en Grèce. Dans tous ces pays, les sociaux-démocrates suivirent dans la règle une politique d’austérité bien plus dure que celle des gouvernements conservateurs.

Peter Hartz, auteur des ‘lois Hartz’ qui portent son nom, un social-démocrate allemand et membre du syndicat IG Metall, s’est rendu à Paris il y a deux ans pour conseiller le président Hollande sur les coupes sociales. La loi El Khomri est le résultat direct de cette collaboration.

Depuis, les sociaux-démocrates du monde entier se trouvent en chute libre. En France, les travailleurs se rebellent contre le Parti socialiste et en Grèce contre un Syriza qui a encore intensifié sa politique d’austérité. Cette rébellion exige une stratégie politique consciente.

Ce ne sont pas seulement l’appareil social-démocrate, les syndicats et les groupes de la pseudo-gauche évoluant dans leur orbite qui sont en faillite, mais tout le programme national sur la base duquel ils opèrent. La mondialisation de la production a détruit le fondement de toute politique sociale et du marché du travail fondée sur l’Etat-nation. A présent, les sociaux-démocrates et les syndicats considèrent que leur tâche est de défendre leurs « propres » entreprises face à la compétition internationale en imposant aux travailleurs des attaques incessantes.

La loi El Khomri, comme toutes les autres attaques menées contre la classe ouvrière, ne pourra être battue que par un mouvement indépendant et international de la classe ouvrière se basant lui-même sur un programme révolutionnaire et socialiste. L’offensive contre la loi El Khomri doit devenir le point de départ de la construction d’un tel mouvement.

Les syndicats et les partis sociaux-démocrates partout en Europe appuient Hollande et sont horrifiés devant l’offensive des travailleurs français. Les travailleurs européens doivent soutenir leurs collègues en France et se libérer de l’influence de la social-démocratie et des syndicats en entreprenant la lutte pour les Etats socialistes unis d’Europe.


Alter Info l'Information Alternative

Venezuela: Le gouvernement va multiplier par sept les salaires pour neutraliser le pillage économique des oligarques

Venezuela: Le gouvernement va multiplier par sept les salaires pour neutraliser le pillage économique des oligarques
Le Venezuela qui fait depuis plusieurs années figure de victime d'un pillage économique organisé par les oligarques du pays sous la direction d’Israël a clairement fait savoir qu'il allait mettre fin à ses problèmes.

Bien que le pays ait subit une inflation très importante à cause des augmentations de produit importés (97% des produits en pénuries étaient parmi les produit majoritairement issue de l'importation en 2015) donc à cause de l'étranger, cette inflation ne va pas créer de paupérisation.

En effet les salaire vont ni plus ni moins que ce multiplier par sept, et va donc offrir à chacun un pouvoir d'achat sept fois plus important, un pouvoir d'achat qui sera par exemple supérieur à celui des Français et des Américains ou Israéliens.

La presse du système va t'elle encore longtemps cracher sur le Venezuela même quand le pays aura une plus grande richesse par habitant qu’Israël ou les USA?

http://franckblod.canalblog.com/archives/2016/05/30/33887643.html

Alter Info l'Information Alternative

Les photos satellite, un indicateur économique

Les photos satellite, un indicateur économique








Construction industrielle et immobilière, déforestation, implantation des exploitations agricoles et minières ou encore évolution de l'infrastructure de transport: l'analyse des photos satellite donne beaucoup de clefs pour analyser les grandes tendances économiques.

C'est sur ce principe que la compagnie russe Sovzond a élaboré un nouveau système d'analyse.

"Les images satellitaires de la surface terrestre permettent de compenser les inexactitudes des statistiques officielles de nombreux États qui ne sont pas toujours accessibles, dispersées, voire sciemment déformées", explique Milana Elerdova, vice-directrice de Sovzond. Les photos, elles, sont toujours objectives, pertinentes et sujettes à un traitement automatisé permettant d'obtenir des résultats unifiés.

Par exemple, l'information sur l'augmentation de la superficie des constructions d'immeubles et des maisons particulières dans une macrorégion permet de mesurer la mobilité des habitants. Il est également possible de tirer des conclusions sur la dynamique de l'infrastructure de service, la suffisance ou l'insuffisance du réseau de transport, énergétique et informatique, le volume des ressources en eau, les loisirs ou encore le niveau de végétation.

De la même manière, en déterminant objectivement l'augmentation ou la réduction des superficies de production pétrolière et de production pétrolière jumelée dans différents pays exportateurs de pétrole, il est possible de prévoir le prix du baril à court terme.

Le système World Evolution conçu par la compagnie traite les images de la Terre accumulées depuis les années 1980. Selon Milana Elerdova, ce service contient actuellement des informations sur l'ensemble du territoire russe (plus de 17 millions de km²) et montre les changements de la structure socioéconomique de la Fédération de Russie entre 2000 et 2014.

"Nous avons l'intention de faire appel à des investisseurs pour créer un produit qui permettrait d'analyser le territoire du monde entier. Il serait alors question d'un colossal échange de données — des dizaines de pétabites — et donc de capacités de calcul très conséquentes", a noté la vice-directrice. D'après cette dernière, ce service intéresse les partenaires et les investisseurs étrangers, mais la compagnie aurait préféré fédérer plus de compagnies russes.

Le programme permet de refléter les résultats des processus naturels et techniques à l'œuvre depuis le début du siècle. En juillet, le service sera accessible en ligne.

https://fr.sputniknews.com/presse/201605301025431959-photos-satellite-conomique/

Alter Info l'Information Alternative

La Pologne rouvre la procédure d’extradition contre Roman Polanski (ministre)

La Pologne rouvre la procédure d'extradition contre Roman Polanski (ministre)







La Pologne va rouvrir la procédure d'extradition vers les Etats-Unis du cinéaste franco-polonais Roman Polanski poursuivi par la justice américaine pour le viol d'une mineure en 1977, a annoncé mardi le ministre de la Justice conservateur Zbigniew Ziobro.

Le ministre a indiqué qu'il allait contester devant la Cour suprême "une décision du tribunal de Cracovie de ne pas remettre M. Polanski aux Etats-Unis alors qu'il est accusé d'un crime cruel contre un enfant, le viol d'un enfant", a-t-il dit à la radio publique.

http://www.lorientlejour.com/article/988732/la-pologne-rouvre-la-procedure-dextradition-contre-roman-polanski-ministre.html

Alter Info l'Information Alternative

Brésil: nouvelle démission d’un ministre liée au scandale Petrobras

Brésil: nouvelle démission d'un ministre liée au scandale Petrobras









Le ministre brésilien de la Transparence, Fabiano Silveira, a démissionné lundi après la divulgation d'un enregistrement audio dans lequel il critiquait l'enquête sur le scandale de corruption Petrobras, ont déclaré à l'AFP des sources officielles.

M. Silveira est le deuxième ministre à quitter le gouvernement intérimaire brésilien en une semaine.
Le 23 mai, le ministre de la Planification, Romero Juca, s'était mis "en réserve" de ses fonctions après la révélation d'une conversation dans laquelle il se prononçait pour la fin de l'enquête sur le scandale Petrobras, dans lequel il est lui-même mis en cause. On avait appris le lendemain qu'il avait été limogé.

Dans l'enregistrement révélé par la télévision Globo dans la nuit de dimanche à lundi, on entend M. Silveira discuter de la grande opération anti-corruption qui a mis au jour le vaste scandale de corruption lié au groupe pétrolier public Petrobras.
Ses interlocuteurs sont Renan Calheiros, président du Sénat, et Sergio Machado, ex-président de Transpetro, une filiale de Petrobras. Tous deux sont l'objet d'investigations dans le cadre du scandale Petrobras. La conversation date du mois de mars, alors que M. Silveira était membre du Conseil national de la justice. M. Silveira assurait que le Parquet était "perdu" dans l'affaire Petrobras et conseillait M. Machado pour faire face à sa procédure.

Dans sa lettre de démission, M. Silveira déclare n'avoir jamais imaginé "faire l'objet de spéculations si insolites".
Les propos tenus "étaient des commentaires d'ordre général et de simples opinions, amplifiés par le climat d'exaspération politique que nous constatons tous", peut-on lire dans un extrait de la lettre de M. Silveira publié dans la presse brésilienne.

Lundi, des fonctionnaires de son ministère, créé par le président brésilien par intérim Michel Temer pour lutter contre la corruption, ont réclamé le départ de M. Silveira, soutenus par l'ONG Transparency International.
Romero Juca, le ministre de la Planification limogé, est accusé d'avoir oeuvré à la destitution de la présidente brésilienne Dilma Rousseff dans le but de stopper l'enquête sur le scandale Petrobras.

Le vice-président Michel Temer, du parti centriste PMDB, assume l'intérim de la présidence depuis le 12 mai, après que le Sénat a écarté du pouvoir Dilma Rousseff, accusée par l'opposition de maquillage des comptes publics. Mme Rousseff a été mise à l'écart pour six mois au maximum en attendant un jugement final sur la procédure de destitution engagée contre elle.

http://www.lorientlejour.com/article/988722/bresil-nouvelle-demission-dun-ministre-liee-au-scandale-petrobras.html

Alter Info l'Information Alternative

Jamel Debbouze: Benzema et Ben Arfa « payent la situation sociale de la France d’aujourd’hui »

Jamel Debbouze: Benzema et Ben Arfa









Le comédien Jamel Debbouze a estimé que Karim Benzema et Hatem Ben Arfa, qui ne sont pas sélectionnés en équipe de France pour l'Euro, "payent la situation sociale" du pays et qu'en leur absence, les Bleus ne sont pas représentatifs des banlieues.
Ces propos, publiés lundi sur le site du magazine France Football, interviennent quelques jours après une déclaration polémique de l'ex-international Eric Cantona, selon qui le sélectionneur Didier Deschamps a écarté Benzema et Ben Arfa à cause de leurs "origines nord-africaines".

"Sportivement, comment fait-on pour se priver de joueurs extraordinaires comme eux ?", s'interroge l'humoriste d'origine marocaine, qui a grandi en banlieue parisienne, à Trappes, comme l'ex-Bleu Nicolas Anelka. "Ces gamins représentent en plus tellement de choses, notamment en banlieues. N'avoir aucun de +nos+ représentants en équipe de France...", déplore-t-il.
"Quand on vient des quartiers, on a une mécanique qui nous est propre. Avec un mélange de joie, de frustration et d'envie, on veut bouffer la terre entière mais avec nos potes et notre famille", poursuit Jamel Debbouze.
"Tant qu'on ne permet pas aux quartiers d'évoluer et qu'on en fera pas des Silicon Valley, qu'on ne leur permettra pas de s'épanouir humainement, socialement et économiquement, on +leur+ en voudra toujours d'être ce qu'ils sont. Karim Benzema, et par extension Hatem Ben Arfa, payent la situation sociale de la France d'aujourd'hui", assure encore l'humoriste.
"Ça me fait mal", ajoute-t-il à propos de l'absence des deux joueurs. "J'aime cette équipe de France. Je l'aime profondément". "Le sélectionneur a certainement ses raisons. Mais je n'aurais pas fait comme ça pour Benzema et Ben Arfa. Pour plein de raisons", déclare-t-il.

Dans cette interview, la première d'une série de 23 réalisée par France Football avec des personnalités fans de foot, Jamel Debbouze salue également la génération "exceptionnelle" en équipe de France, dont Anthony Martial ("Anthony Martien faut l'appeler, ma parole") et Paul Pogba ("Je l'adore ce hérisson !").

Benzema, le meilleur buteur en activité de l'équipe de France (28 ans, 81 sélections, 27 buts), a été déclaré non-sélectionnable pour l'Euro par la FFF en raison de sa mise en examen dans l'affaire du chantage à la sex-tape contre Mathieu Valbuena. Hatem Ben Arfa (29 ans, 15 sélections, 2 buts) figure de son côté dans la liste des 8 réservistes malgré une saison très aboutie avec Nice (17 buts en L1).

http://www.lorientlejour.com/article/988655/jamel-debbouze-benzema-et-ben-arfa-payent-la-situation-sociale-de-la-france-daujourdhui.html

Alter Info l'Information Alternative

L’ambassade de France ciblée par des coups de feu à l’Ile Maurice

L'ambassade de France ciblée par des coups de feu à l'Ile Maurice








Des coups de feu ont visé l'ambassade de France de la République de Maurice ce 30 mai ainsi qu'un hôtel de Port-Louis. Dans un message à la communauté française, l'établissement diplomatique évoque des inscriptions murales au nom de l’Etat islamique.

L'information a été publiée sur le site officiel de l'ambassade française ainsi que sur lexpress.mu. Les coups de feu ont visé l’hôtel St-Georges et l’ambassade française aux alentours de 2h50 ce lundi 30 mai à Port-Louis, capitale de la République de Maurice. L'ambassade de France à Maurice a adressé un message à destination de la communauté française sur son site internet, appelant les français à la vigilance.

«Nous sommes pleinement mobilisés et en contact permanent avec les autorités locales afin de renforcer les dispositifs de sécurité de l’ambassade et des emprises françaises. Nous invitions la communauté française à rester vigilante», peut-on notamment lire sur le site diplomatique qui fait état «d’actes de vandalisme et d’intimidation [inscriptions murales au nom de "l’Etat islamique", coups de feu] alors que les locaux étaient fermés».

https://francais.rt.com/international/21364-coups-feu-tires-direction-lambassade

Alter Info l'Information Alternative

France : Epreuve de force sur la loi Travail

France : Epreuve de force sur la loi Travail






L’épreuve de force autour du projet de réforme du code du travail entre cette semaine dans une phase décisive, après le retour du G7 ce week-end de François Hollande, pressé de toutes parts de trancher le noeud gordien de la loi El Khomri.

Manuel Valls promet d'aller "jusqu'au bout" sur ce texte et paraît miser sur l'essoufflement de la crise sociale la plus dure du quinquennat, qui menace la reprise économique française.

"Nous sommes dans un moment crucial", dit-il au Journal du dimanche. "C'est l'idée même de réforme qui se joue. Il s'agit d'une clarification dans le syndicalisme, d'une clarification à gauche, d'une clarification dans la société française", ajoute celui qui dit ne pas vouloir rejoindre "la longue liste des (...) politiques qui ont renoncé face à un mouvement social".

"Si nous cédions à la rue et à la CGT, parce que nous serions obsédés à court terme par (les élections de) 2017, il ne resterait plus rien", fait-il valoir.

Le Premier ministre a néanmoins repris langue avec l'ensemble des leaders syndicaux, qu'il a appelés samedi, y compris le numéro un de la CGT Philippe Martinez.

"C'est la preuve que rien n'est absolument terminé, ils continuent à discuter", a noté le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll sur France 3, tout en réitérant la position du gouvernement : "pas de retrait du texte et (pas) de remise en cause de l'article 2", qui affirme la primauté des accords d'entreprises sur les accords conclus dans les branches professionnelles et les conventions nationales.

Pour Philippe Martinez, qui souligne que la grève n'est "pas du tout finie" et appelle François Hollande à reprendre "tout à zéro" avec les partenaires sociaux, la balle est dans le camp du gouvernement.

"Le fait que le Premier ministre daigne appeler le porte-parole de la première organisation syndicale française plutôt que de le dénigrer, c'est plutôt un bon signe", a-t-il toutefois reconnu sur BFM TV.

Jusqu'ici, le chef de l'Etat a soutenu la même ligne que le Premier ministre et les deux hommes se sont parlé samedi pour s'assurer que c'était toujours le cas, dit-on de source gouvernementale. Manuel Valls s'est aussi assuré de la coopération des acteurs de l'industrie pétrolière pour atténuer l'impact des grèves dans ce secteur.

Mais à l'approche du coup d'envoi de l'Euro de football, le 10 juin, un flottement est perceptible au sein du gouvernement comme dans la majorité ou sur ses marges.

Sapin, confiait vendredi que "le premier devoir, c'est la fermeté". Mais il est de ceux qui ont évoqué une éventuelle réécriture de l'article 2, le plus contesté.

Une cinquantaine de députés de gauche ont demandé vendredi à François Hollande de reprendre le dialogue avec l'ensemble des syndicats afin de trouver une sortie de crise.

Le député socialiste Jean-Marc Germain, proche de la maire de Lille Martine Aubry, a proposé une autre porte de sortie : que Manuel Valls s'engage à ne pas recourir à l'article 49-3 de la Constitution quand le texte reviendra en juillet en deuxième lecture à l'Assemblée nationale.

La "méthode douce" consistant à laisser le Parlement procéder aux amendements susceptibles de rallier une majorité et de calmer la rue ne tente pas seulement l'aile gauche du PS.

C'est au mot près ce que propose un membre du gouvernement. Pour ce ministre, s'obstiner n'est pas tenable : "Si l'Euro est perturbé devant les caméras du monde entier, vous détruisez l'image de la France pour 50 ans", dit-il.

Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, s'est voulu rassurant dimanche. "Il n'y aura pas de grèves de train et de métro" pendant l'Euro, a-t-il assuré dans "Le Grand Jury" RTL-Le Figaro-LCI. "Je connais les responsables de la CGT, je ne peux pas croire une seule seconde qu'ils prennent en otage la France" à ce moment-là, a-t-il ajouté.

Une source gouvernementale reconnaît la difficulté de trouver une "voie médiane" dans ce conflit. "L'engagement de ne pas utiliser le 49-3 est très difficile à prendre", estime-t-elle. "Le désir de compromis ne doit pas conduire à tout brouiller."

Dès lundi, de nouvelles mobilisations sont prévues, avec un "temps fort en milieu de semaine", a annoncé Philippe Martinez.

La fédération FO des transports menace de perturber les transports dans les villes-hôtes de l'Euro et doit se coordonner lundi avec son homologue de la CGT. Quatre raffineries sont toujours à l'arrêt et deux en débit réduit.

La CGT a déposé un préavis de grève pour les 3, 4 et 5 juin dans l'aviation civile. Des préavis de grève reconductible ont été déposés pour le milieu de la semaine prochaine à la SNCF, où les négociations sur une nouvelle organisation du travail piétinent.

Mais paradoxalement, c'est peut-être là que réside une des pistes les plus sérieuses de sortie de crise, à en croire un intime de François Hollande cité par le Journal du Dimanche. "La CGT sait qu'elle n'obtiendra pas le retrait de la loi, mais il faut qu'ils obtiennent des choses dans d'autres secteurs", dit-il, citant la SNCF, la RATP, Air France ou l'aviation civile.

Une piste également évoquée dimanche par Jean-Christophe Cambadélis. "Je pense que dans le moment présent, il faut de la fermeté, mais pas de fermeture", a-t-il dit. "Après, quand le moment sera venu, au moment du débat parlementaire (...) il faudra éclairer sans dénaturer."

http://www.gnet.tn/revue-de-presse-internationale/france-epreuve-de-force-sur-la-loi-travail/id-menu-957.html

Alter Info l'Information Alternative

Jogging et springt mémoriel au milieu des tombes – L’incroyable mauvais goût des commémorations de la bataille de Verdun

C’est à un spectacle proprement hallucinant de mauvais goût auquel les téléspectateurs, épargnés par le rappeur aux couplets anti-français Black M, ont pu assister les des commémorations du centième anniversaire de la terrible bataille de Verdun qui fit 300 000 morts  dans le Nord-Est de la France.

Jugez-en plutôt :

Des dizaines de jeunes gens largement manipulés ont été formés pour se prêter à ce triste sprint mémoriel au milieu des croix rappelant le sacrifice de nos aïeux, eu mêmes manipulés et instrumentalisés dans la fleur de l’âge, plus tragiquement encore. Comme un éternel recommencement.

Malheureusement, ce mauvais goût pathétique sied bien avec le reste !

Un hommage officiel sous les fourches caudines du Gouvernement Valls et de l’Europe de Merkel, honteux et pitoyable… mais jusqu’où descendront ces affreux ?

La suite aux prochains épisodes, car nous ne doutons que la gôche comme la droate européo-atlantistes nous gratifieront encore et ecnore de nouveaux épisodes symbolisant leurs délires infinis, qui n’ont pas fini de nous surprendre.

En pire évidemment.

Francis Kalifat, nouveau président du Crif

Francis Kalifat, nouveau président du Crif








Francis Kalifat est devenu aujourd'hui le nouveau président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), vitrine politique de la première communauté juive d'Europe, avec pour "priorité de lutter contre l'antisémitisme, sous toutes ses formes". Ce natif d'Oran (Algérie), âgé de 63 ans, succède sans surprise à Roger Cukierman, 79 ans, pour un mandat de trois ans. Il se présentait seul aux suffrages de l'assemblée générale du Crif, qui représente 70 associations.

Avec sa nomination, un sépharade accède à la tête de l'instance de représentation politique du judaïsme français, une première après presque un demi-siècle de domination ashkénaze. Francis Kalifat est aussi un ancien militant du Betar, mouvement de jeunesse de la droite sioniste, parfois qualifié d'extrémiste, qui prône l'auto-défense et n'hésite pas à faire le coup de poing dans la rue. Dans une continuité assumée avec son prédécesseur, Francis Kalifat placera son mandat "sous le signe de la tolérance zéro face à tout ce qui concerne l'antisémitisme", notamment sur le web et les réseaux sociaux.

Le nouveau responsable du Crif a annoncé vouloir sans tarder "obtenir de façon claire l'interdiction en France du mouvement BDS" (boycott, désinvestissement et sanctions). "Pratiquant et tolérant", il dénonce le "fondamentalisme musulman qui aujourd'hui veut déstabiliser complètement les démocraties".

http://www.echoroukonline.com/ara/articles/286081.html

Alter Info l'Information Alternative

Ankara propose à Washington une opération militaire en Syrie sans les Kurdes

Ankara propose à Washington une opération militaire en Syrie sans les Kurdes







Les autorités turques ont proposé aux Etats-Unis de mener une opération militaire conjointe en Syrie, à condition que Washington exclue la participation des Kurdes syriens, rapporte Hurriyet Daily News.

"Nous avons nos forces spéciales, ils ont les leurs. Nous discutons avec les Américains de la fermeture de la région aux abords de la ville syrienne de Manbij et de l'ouverture d'un second front. Nous sommes d'accord, mais l'ouverture du second front doit être effectuée sans la participation du Parti de l'union démocratique kurde (PYD)", a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu.

"Hier, l'armée turque a effectué des frappes aériennes sur les positions des Forces démocratiques syriennes. Les forces aériennes turques préparent une offensive dans la région d'Azaz. Il y a deux jours, les soldats turcs sont entrés dans le village de Hammam, dans la région d'Afrine", a dit à Sputnik l'un des dirigeants de l'Assemblée du peuple syrien qui fait partie des Forces démocratiques syriennes et du Parti de l'union démocratique, Ahmet Arac.

Il a toutefois noté que si les terroristes de Daech s'approchaient d'Azaz, les Forces démocratiques syriennes seraient prêtes à repousser n'importe quelle attaque et à les empêcher d'entrer dans la ville.

La Turquie critique les Etats-Unis pour la politique pratiquée par Washington à l'égard des milices kurdes en Syrie et en Irak. Ankara estime pour sa part que ces milices sont toutes liées au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), considéré en Turquie comme une organisation terroriste. Les USA considèrent pour leur part ce parti comme l'un de leurs alliés dans la lutte contre l'Etat Islamique.

Le 24 mai, des combattants kurdes soutenus par les forces spéciales américaines ont lancé une opération visant à libérer la ville de Raqqa contrôlée par les terroristes de Daech. Selon les informations diffusées le lendemain, un contingent de près de 250 soldats et des armements lourds américains sont arrivés dans la zone des combats.

https://fr.sputniknews.com/international/201605301025423603-turquie-etats-unis-syrie-operation-militaire-kurdes/

Alter Info l'Information Alternative

Loi El Khomri, internet et listes noires – De riches et puissants partisans de la loi El Kohmri aux propos sexistes et injurieux sur Twitter démasqués par Denis Robert

Source : Page Facebook Denis Robert

 » SUR TWITTER, LES CHANTRES « ANONYMES » DE LA LOI EL KHOMRI

Je ne suis pas un grand pratiquant de Twitter, mais hier sur les conseils d’une amie, j’ai jeté un oeil sur les débats autour de la loi Travail et ai été bluffé par la violence des détracteurs de la grève. Cette amie a constaté qu’un certain nombre de comptes très virulents jouent de leur anonymat pour propager des idées nauséabondes en terme d’ultra-libéralisme, anti-syndicalisme, et pour certains racisme et sexisme.

twitter-pro-loitravail-captures

Financièrement très aisés, ils se pensent à l’abri de toute poursuite puisque non identifiables. Sauf que sur internet, difficile de ne pas laisser de traces… :)

Leurs discours sont si offensifs, caricaturaux et nazes que les balancer anonymement me semble assez disons moyen…
Le but du jeu est, par recoupements, de les démasquer.
Après tout, ce sont eux qui ont commencé, non ?

Aujourd’hui, deux d’entre eux sont à l’heure actuelle déjà identifiés (par ma copine), un trader et un cadre sup. D’autres suivront :

D’abord le VICE-PRÉSIDENT FINANCIER DE DANONE W… (…) »

Lire la suite et la fin de cet article sur la Page Facebook Denis Robert

LE COMMENTAIRE DU LABO SOLEIL VERT 

Jusque là, il y avait surtout des sites anti-coimplotistes et  qui publiaient des listes nominatives « de cerveaux malades » :

Citons notamment une myriade de sites antifas, des dizaines sites anticonspirationnistes et anti-confusionnistes, des journalistes alignés traqueurs de cerveaux malades, certains sites de débunkings officiels mais également des sites ultra-sionistes, des associations communautaristes et des associations droit-de-l’hommistes, des réseaux maçonniques, voire des chercheurs, des intellectuels et bien évidemment des services de l’Etat spécialisés dans la traque aux conspis, etc.. etc…

Ces sites-là se plaçant de facto, par l’établissement et la publication de listes noires de dissidents, dans la camp favorable à la défense du Système en place (le système pyramidal des 1% de super-riches).

Mais apparemment d’autres acteurs, situés plutôt dans le camp d’en face (en face des 1% et de leurs relais actifs), semblent désormais recourir à ces mêmes méthodes de listes noires publiées sur le net, qui avaient fait leurs preuves à l’encontre notamment des quenelliers, identifiés puis dénoncés à leurs employeurs par les délateurs pro-Système.

En réaction à ces pratiques de délation, il y avait notamment le site Panamza qui traquait les « sayanims », et désormais il y a Denis Robert (qui avait subi les foudres de ces 1% durant l’affaire Clearstream) et quelques autres journalistes qui traquent les riches soutiens à la loi travail dérapant sur la toile et injuriant anonymement les opposants à cette loi…

Si pour notre part nous ne partageons pas totalement ces pratiques un brin intrusives (sauf en cas de légitime défense), car nous pensons qu’il faut avant tout lutter contre des idées et contre un Système plutôt que les personnes (les personnes étant facilement interchangeables), se pourrait-il que ces contre-pratiques soient un signe avant-coureur signalant que la peur commencerait à changer de camp ?

Allons-nous assister à la fameuse histoire des arroseurs arrosés, sachant qu’à ce petit jeu-là, c’est le camp le plus nombreux qui a de bonnes chances de finir par l’emporter au final ?

Affaire(s) à suivre !

Ankara avertit Berlin avant un vote du Bundestag sur le génocide arménien

Ankara avertit Berlin avant un vote du Bundestag sur le génocide arménien







L'Allemagne devrait "être attentive à ses relations avec la Turquie", a déclaré lundi le vice-Premier ministre turc Numan Kurtulmus, à quelques jours d'un vote du Bundestag sur une résolution reconnaissant le génocide des Arméniens, que nie Ankara.

"L'Allemagne est notre amie et notre alliée, où vivent de nombreux citoyens d'origine turque", a déclaré M. Kurtulmus, également porte-parole du gouvernement. "L'Allemagne doit être attentive à ses relations avec la Turquie", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse à Ankara.

Une résolution reconnaissant pour la première fois le génocide des Arméniens par l'Empire ottoman ainsi que "la part de responsabilité" de l'Allemagne dans ces crimes est en préparation au Bundestag, chambre basse du Parlement allemand, et doit être votée jeudi, selon un projet de ce texte obtenu la semaine dernière par l'AFP.
"Je ne crois pas que le Parlement d'Allemagne détruira cette relation pour les intérêts de deux ou trois politiciens", a déclaré M. Kurtulmus.

Les Arméniens estiment que 1,5 million des leurs ont été tués de manière systématique à la fin de l'Empire ottoman. Nombre d'historiens et plus de vingt pays, dont la France, l'Italie et la Russie, ont reconnu un génocide.
La Turquie affirme pour sa part qu'il s'agissait d'une guerre civile, doublée d'une famine, dans laquelle 300 à 500.000 Arméniens et autant de Turcs ont trouvé la mort au moment où les forces ottomanes et la Russie se disputaient le contrôle de l'Anatolie.

"Ce n'est pas le rôle des parlements" de se prononcer sur ces questions, a estimé M. Kurtulmus. "Le devoir d'un Parlement, c'est de donner ses documents s'il en a aux historiens et donner son soutien à l'éclaircissement des événements", a-t-il poursuivi.

http://www.lorientlejour.com/article/988575/ankara-avertit-berlin-avant-un-vote-du-bundestag-sur-le-genocide-armenien.html

Alter Info l'Information Alternative

Une vingtaine de morts dans trois attentats à Bagdad

Une vingtaine de morts dans trois attentats à Bagdad









Plus de 20 personnes ont été tuées et une cinquantaine d'autres blessées lundi dans trois attentats dans la capitale irakienne Bagdad, ont rapporté la police et des sources médicales.

Ces attentats surviennent au moment où les forces irakiennes appuyées par des miliciens chiites passent à l'attaque pour pénétrer à l'intérieur de Fallouja. Cette ville, située à une cinquantaine de kilomètres à l'ouest de Bagdad, est depuis janvier 2014 sous le contrôle de jihadistes sunnites.

Douze personnes ont péri et plus de 20 autres ont été blessées dans l'explosion d'une voiture piégée dans le quartier chiite de Chaab, dans le nord de Bagdad.

Sept autres ont été tuées et 19 autres blessées par une autre voiture piégée à Tarmiya, faubourg à prédominance sunnite.

Un engin explosif fixé à une moto a sauté d'autre part à Sadr City, immense quartier chiite de la capitale, y tuant deux personnes et en blessant sept autres.

http://www.lorientlejour.com/article/988541/attentat-a-la-voiture-piegee-a-bagdad-11-morts.html

Alter Info l'Information Alternative

Loi El khomri : Jean-Jacques Bourdin à un Manuel Valls défait : « Les Français ne veulent plus de vous au pouvoir ! » – 26 Mai 2016

Cette vidéo est un extrait de l'interview de Manuel Valls par Jean-Jacques Bourdin à propos du climat social en France issu de l'adoption par le gouvernement socialiste de la loi trvail El Khomri par la force de l'antidémocratique article 49.3.

Jean-Jacques Bourdin met les points sur les i à Manuel Valls Valls au point que ce dernier se retrouve décomposé en direct, le visage fermé, livide, interdit.

Un court moment épique où la vérité arrive à scotcher le premier sinistre français !

À voir absolument !

Nota Bene :

  • Pour des vidéos ayant dans leur titre "Jean-Jacques" et "Bourdin", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre " Manuel" et "Valls", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre " François" et "Hollande", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre " El" et "khomri", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre " travail", cliquez [ici].
  • Pour toutes les vidéos de la catégorie "Politique, Démocratie, Libertés, et Altermondialisme", cliquez [ici].
Dans le cas où les liens ci-dessus seraient brisés, vous pouvez les retrouver ici : http://www.blueman.name/Des_Videos_Remarquables.php?NumVideo=8395.

Syrie : démission du négociateur en chef de l’opposition aux pourparlers de paix

Syrie : démission du négociateur en chef de l'opposition aux pourparlers de paix








Le négociateur en chef de l'opposition syrienne, Mohammed Allouche, a annoncé dimanche soir sa démission, invoquant l'échec des négociations et la poursuite des bombardements du régime de Bachar al-Assad sur les zones rebelles.

Sa démission intervient trois jours après que l'émissaire de l'Onu en Syrie Staffan de Mistura ait indiqué au Conseil de sécurité qu'il n'envisageait pas de nouveaux pourparlers de paix concernant la Syrie "avant deux ou trois semaines".

"Les trois rounds de négociations (à Genève sous l'égide de l'Onu, ndlr) ont été sans succès en raison de l'entêtement du régime, la poursuite de ses bombardements et son agression contre le peuple syrien", a affirmé M. Allouche dans un communiqué publié sur son compte Twitter tard en soirée.

Il a également dénoncé "l'incapacité de la communauté internationale à faire appliquer ses résolutions notamment en ce qui concerne le côté humanitaire, la levée des sièges, l'entrée des aides, la libération des prisonniers et le respect de la trêve".

Il faisait référence à l'accord russo-américain sur une cessation des hostilités entre régime et rebelles entré en vigueur le 27 février mais violé depuis à plusieurs reprises.

"Les négociations sans fin portent atteinte au sort du peuple, j'annonce donc mon retrait de la délégation et la remise de ma démission" au Haut comité des négociations (HCN), qui regroupe les principaux représentants de l'opposition et de la rébellion syriennes, a-t-il ajouté.

M. Allouche dirige le mouvement armé d'inspiration salafiste Jaich al-Islam (L'armée de l'islam), un des plus influents mouvements rebelles en Syrie et qui fait partie de la centaine de groupes insurgés ayant approuvé la trêve du 27 février.

"Je proteste contre la communauté internationale, en espérant qu'elle prenne au sérieux le sang des Syriens qui est versé en raison du régime et de ses alliés", a-t-il poursuivi dans le communiqué, en référence notamment à la Russie et l'Iran.

Les bombardements mutuels se poursuivent par intermittence dans des villes comme la métropole d'Alep, et près de Damas. Et le régime syrien refuse de faire rentrer de l'aide humanitaire dans des villes comme Daraya, assiégée depuis 2012.

Des diplomates avaient déjà estimé qu'il y avait peu de chances que l'opposition syrienne revienne à la table des négociations si la trêve n'était pas mieux respectée et si l'aide humanitaire restait bloquée, notamment dans des villes assiégées.

Les négociations indirectes, dont trois rounds se sont tenues cette année à Genève et qui sont censés trouver une issue à la guerre qui ravage la Syrie depuis cinq ans, ont notamment buté sur la question cruciale du sort du président Assad, dont le départ est la principale revendication de l'opposition.

Le dernier round, en avril, avait été interrompu après le retrait de la délégation des rebelles. Depuis le début de la révolte contre le régime de Damas en mars 2011, la guerre en Syrie a fait plus de 280.000 morts et jeté sur les routes des millions de personnes.

http://www.lorientlejour.com/article/988460/syrie-demission-du-negociateur-en-chef-de-lopposition-aux-pourparlers-de-paix-communique.html

Alter Info l'Information Alternative